Skip to navigation – Site map

FO en congrès : un observatoire de « l’indépendance syndicale » ? Entre valorisation du pluralisme et sélectivité des engagements

Karel Yon

Abstract

« L’indépendance syndicale » est, à Force ouvrière, un référent-clé du discours syndical. Elle va de pair avec le promotion du pluralisme militant. La distance du syndicat à la politique serait ainsi garantie par le fait que toutes les opinions peuvent cohabiter dans le syndicat, à la condition qu’elles restent individuelles. Parce qu’il entend rassembler les militants de FO dans leur diversité, le congrès apparaît dès lors comme un moment privilégié pour mesurer la réalité de ce pluralisme. La construction d’un dispositif d’enquête par questionnaire permettant d’objectiver ce pluralisme revendiqué ne contribue pas à le disqualifier, mais plutôt à le spécifier. Combiner l’enquête quantitative à un regard historique et ethnographique sur la « forme congrès » permet tout à la fois de contrôler la pertinence des données recueillies par questionnaire et d’esquisser des pistes permettant de les éclairer. On souligne ainsi la double sélectivité du pluralisme militant. Loin d’être une caractéristique permanente, atemporelle, singulière, de la CGT-FO, le pluralisme politique de l’organisation apparaît comme une caractéristique variable selon les cohortes d’engagement et selon les sites d’observation.

Top of page

Full text

  • 1 Au cours de la période, d’autres travaux ont été réalisés qui ont permis d’améliorer la connaissanc (...)
  • 2 Cette offre est toute relative cependant. Les relations entre la CGT-FO et le monde de la recherche (...)

1C’est dans le cadre de ma thèse de science politique que j’ai assisté au xxe Congrès de la Confédération Force ouvrière, qui s’est tenu du 2 au 6 février 2004 en région parisienne, au Parc d’Expositions de Paris Nord-Villepinte. Cette échéance m’était alors apparue comme une entrée pratique dans l’univers encore méconnu de cette organisation1. L’événement qu’est le congrès se prête en effet particulièrement bien aux études organisationnelles. S’y rassemblent des militants d’origines géographiques, professionnelles et de sensibilités variées. Tel un monde militant « offert »2 au regard du chercheur, il n’est pas sans homologie avec les communautés locales décrites par l’ethnologue, « réalisant sous la forme de “l’isolat” social ou culturel une forme approchée de l’isolation expérimentale » (Passeron, 2006 : 119). La sociologie des organisations militantes s’est pour cette raison beaucoup nourrie de ces évènements, notamment pour produire une statistique descriptive souvent considérée comme « la » représentation objective de l’organisation étudiée.

2À la différence d’un milieu de vie, le format du congrès n’a pourtant rien de spontané. La nature de l’événement pré-sélectionne son public. Il s’agit d’abord de militants, porteurs de mandats et permanents syndicaux, et non de simples adhérents. En tant qu’il est le lieu de production d’un discours global de l’institution sur elle-même et sur son rapport à la société, le congrès constitue en outre une instance parmi les plus propices au discours généralisant, à la « prise de hauteur » (François, Neveu, 1999 : 35-36). Faire la photographie d’une organisation à l’occasion de son congrès pourrait dès lors tendre à privilégier les agents les plus disposés à cette montée en généralité grâce à un capital culturel ou militant préalablement accumulé. De surcroît, l’événement conforte l’image d’une organisation au discours homogène, dont les frontières sont clairement délimitées et les principes d’identification définis à l’échelon national. Or, l’analyse des scènes locales montre à quel point les appartenances syndicales sont labiles et les logiques d’engagement plurielles. En outre, selon les organisations, selon les époques, les investissements sociaux dont les congrès eux-mêmes font l’objet, tant de la part des agents qui les organisent que de celles et ceux qui y participent, sont extrêmement variables. La représentation qu’objective le chercheur découle ainsi directement du travail de représentation politique dont procède le congrès, au risque de le redoubler.

  • 3 Sur la notion de « culture organisationnelle », cf. (Hallett, 2003).

3Aborder un congrès syndical en sociologue suppose donc en premier lieu de cerner les enjeux d’un tel rassemblement. Lieu privilégié de mise en scène de l’institution à travers la désignation des adversaires, la célébration des valeurs du groupe et la publicisation des conflits qui le traversent, événement censé être au cœur de la vie démocratique d’une organisation, le congrès remplit une fonction importante de légitimation. Dans le cas de Force ouvrière, cette légitimité est associée à la mise en scène de l’indépendance. En tant qu’elle renvoie à la fois aux dimensions organisationnelle (le « fédéralisme ») et symbolique (la « distance à la politique ») qui fondent l’identité collective des militants FO, « l’indépendance syndicale » est un référent-clé du discours syndical, elle est au cœur de sa « culture organisationnelle »3. L’indépendance désigne ainsi non seulement un ensemble de discours et de pratiques, mais aussi une certaine conception du pluralisme militant. Ce dernier repose sur l’idée que la distance à la politique est garantie par le fait que toutes les opinions politiques puissent cohabiter dans le syndicat, à condition qu’elles restent individuelles. Parce qu’il entend rassembler les militants de FO dans leur diversité, le congrès apparaît dès lors comme un moment privilégié pour tenter d’objectiver la réalité de ce pluralisme.

  • 4 Dans ces travaux le discours confédéral de FO est mis en relation avec celui des trois autres centr (...)
  • 5 Quelques informations concernant le congrès confédéral de 1996 ont paru dans FO Hebdo n°2287, qui p (...)
  • 6 Je n’aborde pas dans cet article la question de la composition sociale du congrès. Ce point est dév (...)

4À la différence des autres organisations syndicales, les congrès de FO avaient jusqu’alors rarement été étudiés. En dehors du commentaire mi-savant, mi-journalistique produit par les spécialistes des relations professionnelles dans l’actualité des congrès, la seule matière que ces assemblées avaient fournie à la recherche était les textes des résolutions, mis à disposition du public, qui furent exploités par l’équipe du laboratoire de lexicométrie politique de Maurice Tournier (Bergounioux et al., 1982 ; Hetzel et al., 1998)4. Seuls les dirigeants syndicaux eux-mêmes ont à quelques reprises tenté une sociographie de leurs délégués5. Je reviens plus loin sur la conjoncture particulière qui m’a permis non seulement d’assister au congrès et d’y passer un questionnaire assez long auprès des participants, mais aussi de les interroger, au-delà de leurs propriétés sociales, sur leurs opinions et engagements politiques6. Du reste, ma participation au congrès ne s’est pas limitée à la passation d’un questionnaire. J’ai tenté de maintenir en permanence un regard réflexif sur le rassemblement autant que sur l’enquête. À la manière dont Stéphane Beaud invite à le faire pour la conduite des entretiens (Beaud, 1996), j’ai en quelque sorte réalisé un « questionnaire ethnographique » en en faisant aussi le support d’interactions, d’observations et de discussions informelles, ce qui montre « tout l’intérêt qu’il peut y avoir à intégrer le questionnaire dans le boîte à outil de l’ethnographe » (Soutrenon, 2005 : 121). Par la suite, l’étude des archives confédérales m’a permis de mettre ce congrès en perspective avec les précédents, afin de cerner ruptures et continuités.

5Quelques remarques ethnographiques, croisées avec l’histoire de la forme « congrès » à FO, me serviront dans un premier temps à en dresser la scène et à souligner la façon spécifique dont s’y définit la légitimité démocratique. Je reviendrai ensuite sur la conception particulière du pluralisme qui s’exprime dans le discours syndical et sur la façon dont j’ai tenté de l’objectiver. Les troisième et quatrième parties s’appuient sur les données tirées de mon enquête par questionnaire pour souligner la double sélectivité du pluralisme militant : loin d’être aléatoire, la distribution des opinions et engagements parmi les délégués s’avère à la fois politiquement et historiquement structurée.

La démocratie signifiée par le verbe

« C’est étrange, je ne sais pas ce qui m’arrive ce soir

Je te regarde comme pour la première fois

Encore des mots toujours des mots, les mêmes mots

( …)

Paroles, paroles, paroles, paroles, paroles,

Encore des paroles que tu sèmes au vent »

Dalida (avec Alain Delon), « Paroles, paroles » (1973)

6On parle beaucoup dans le congrès : sur la scène et dans les coulisses, aux repas et lors des apéritifs, autour d’une bière, d’un pastis ou d’un whisky… Les interventions des délégués à la tribune se découpent sur le fond d’un brouhaha continu que nourrissent les discussions des congressistes dans les travées. On s’écoute, plus ou moins, mais d’abord et avant tout, on parle. Le congrès est d’abord un lieu de paroles : leur célébration autant que leur partage apparaissent comme un enjeu central.

7Partage d’abord : dans le congrès confédéral, le discours n’est pas réservé à l’élite des porte-parole syndicaux. Au contraire : en 2004, hormis le secrétaire général de l’époque, Marc Blondel, aucun autre membre du Bureau confédéral ne devait intervenir. La parole est aux délégués, dont le plus grand nombre est appelé à participer. Les modalités d’organisation du congrès témoignent ainsi de l’attachement à une conception du fédéralisme censée distinguer FO de ses principales rivales, la CGT et la CFDT, supposées être plus « centralistes » et autoritaires (voir l’encadré). Si la prise en charge de l’infrastructure matérielle du congrès relève de l’appareil confédéral, la clé de la réussite en termes de participants dépend des unions départementales, des fédérations, des syndicats et sections qui sont chargés de trouver les moyens de venir au congrès et d’y loger à proximité.

Le fonctionnement du fédéralisme à FO

  • 7 La CGT-FO est créée en 1948, dans le contexte de guerre froide, à l’issue d’une scission de la CGT  (...)
  • 8 En réalité, de la CGT de Léon Jouhaux, telle qu’elle s’est organisée autour de la Première guerre m (...)
  • 9 L’appareil interprofessionnel de la CGT-FO est localement consolidé par les subventions des collect (...)

La loi de 1884, en constituant le syndicat professionnel comme unité de base, a fait du fédéralisme le mode d’organisation commun à tout le mouvement syndical. La genèse de la CGT, dans la rencontre entre fédérations professionnelles et bourses du travail, lui a donné la forme d’une double intégration, professionnelle et territoriale. Le fédéralisme se décline cependant différemment selon les organisations : si les structures de la CFDT sont plus centralisées (Bévort, Labbé, 1992), FO partage une matrice organisationnelle commune avec la Fédération de l’éducation nationale (FEN) et la CGT7. Mais tandis que le fédéralisme de la CGT s’est longtemps doublé du centralisme organisationnel du PCF, et qu’à la FEN il se conjuguait avec le droit de tendance, la conservation des principes d’organisation de la « vieille CGT8 » a constitué un trait distinctif, revendiqué comme tel, de FO dans le champ syndical. L’unité de base de l’organisation (celle à laquelle adhèrent les salariés) est le syndicat, lequel peut se subdiviser en sections syndicales d’entreprise. Le syndicat est affilié à une union départementale et à une fédération professionnelle, chacune affiliée à la confédération. Si les instances syndicales, fédérales et départementales sont élues selon des règles diverses, leurs représentants au sein du Comité confédéral national élisent parallèlement la Commission exécutive et le Bureau confédéral. Cette démocratie syndicale indirecte se caractérise donc par l’existence de nombreux filtres entre la base syndicale et son sommet confédéral, chaque niveau étant en théorie autonome. Même les UD, censées être statutairement les relais au plan local des orientations confédérales, conservent ainsi leur souveraineté, pour peu que leur représentativité leur assure suffisamment de ressources propres9. Autre signe de la réalité de ce fédéralisme, la dispersion des locaux des fédérations. À la différence de la CGT et de la CFDT, dont les fédérations sont regroupées avec leur confédération dans un même endroit, à FO, seules quelques organisations côtoient la direction confédérale, les autres étant dispersées dans Paris et sa région.

8Loin d’être perçu comme facteur de désorganisation, ce fédéralisme exacerbé est présenté comme une des raisons de la bonne mobilisation syndicale, comme l’exprime Marc Blondel, le secrétaire général de l’époque, dans son discours d’ouverture :

  • 10 Marc Blondel, intervention inaugurale, Compte-rendu chronologique intégral du congrès, 20ème congrè (...)

« Bienvenue au 20e Congrès de la Confédération Générale du Travail - Force Ouvrière ! Bienvenue au Congrès des syndicats de la CGT-FO, votre Congrès ! Vous êtes pratiquement trois mille délégués présents à Paris-Villepinte, trois mille délégués représentant nos camarades syndiqués pour exprimer leurs préoccupations, leurs soucis et leurs revendications. Trois mille… Si j’insiste sur ce chiffre, c’est que nous sommes actuellement l’une des seules organisations à réunir une représentation aussi large de ses structures et de ses adhérents. Malgré ce que cela représente comme charge de travail et comme engagement financier, la Confédération Générale du Travail - Force Ouvrière donne la parole au plus grand nombre de ses syndicats, car elle considère que c’est la démocratie. »10

  • 11 Le 47e congrès de la CGT, du 24 au 28 mars 2003, rassemblait ainsi 984 délégués et le précédent, dé (...)
  • 12 Chiffres communiqués par la trésorerie confédérale dans le journal du syndicat, FO Hebdo.

9Double préoccupation derrière ce chiffre : faire masse et témoigner de la participation des syndicalistes « de base » à la définition de l’orientation confédérale, aspect qui compte beaucoup dans la publicité faite au congrès par les dirigeants syndicaux. L’intervention de Marc Blondel ne fait de ce point de vue que reprendre des propos déjà entendus lors d’entretiens avec d’autres responsables, qui insistent sur la différence avec la CGT, dont la taille plus restreinte des congrès confédéraux est lue comme l’aveu de son contrôle par l’appareil communiste11. L’attention portée sur le nombre de participants, si elle est reconstruite par les dirigeants syndicaux comme démonstration de la permanence d’une tradition syndicale, est toutefois relativement récente. Les congrès ont certes toujours été ouverts, puisqu’il suffit d’être mandaté par son syndicat pour y participer. Mais ce n’est qu’à partir du congrès de 1971 qu’on note une augmentation du nombre de délégués au-delà de la moyenne antérieure d’un millier de délégués, jusqu’à 4 000 au début des années 1980. Le nombre de congressistes s’est ensuite stabilisé autour de 3 000 : 2 920 délégués au congrès de Villepinte, 2 600 au Congrès de Lille en 2007, 3 500 participants dont 2 700 délégués au congrès de Montpellier de 2011 et 3 117 au congrès de Tours en février 201512.

10À l’inverse, les congrès ont depuis l’origine été valorisés comme des moments de libre discussion, là encore dans une opposition ostensible à la CGT. Pendant les cinq jours, les interventions se succèdent au rythme de trois séances par jour, celles du soir s’achevant souvent à une heure avancée de la nuit. Dans la suite des séances plénières, les réunions des commissions de travail sur les résolutions peuvent aller jusqu’à regrouper plusieurs centaines de participants. Pour parler, il suffit à un délégué de déposer, à l’ouverture du débat, une demande d’intervention à la tribune. Il est donc en théorie impossible de voir un syndicaliste en venir à s’exhiber en sous-vêtement pour protester contre un refus d’intervention, comme j’ai pu l’observer à l’occasion du 48e congrès de la CGT en 2006. « La parole est libre », cette formule qui revient sans cesse dans les interventions n’évoque pas seulement la liberté d’opinion censée présider aux débats. Elle témoigne également de l’appréhension du congrès comme d’un moment de libération des mots : où la grisaille des discours syndicaux, des listes de revendications au vocabulaire technique des professionnels du paritarisme, censée résumer le syndicalisme « à courte vue » de la CGT-FO, cède la place à l’indissociable exaltation de la communauté syndicale et du verbe qui la constitue. Marc Blondel, le secrétaire général de l’époque, était certainement reconnu comme le plus virtuose des orateurs, tant par ses camarades que par les journalistes. Il n’a pour autant jamais été le seul à magnifier l’usage proprement ludique de la tribune. L’idée que la parole compte autant pour son contenu que pour sa forme est largement partagée. Parfois socialement moins disposés à maîtriser ces compétences rhétoriques, certains orateurs ne satisfont à cette attente qu’en mobilisant les formules ritualisées censées donner solennité et grandiloquence à leur propos. Ainsi s’adresse-t-on aux congressistes en les appelant « mes chers camarades » ; de même ouvre-t-on son intervention en apportant aux militants « le salut fraternel » des syndicats dont on porte les mandats ; on parle plus volontiers de « la CGT-Force Ouvrière » ou bien de « l’Organisation syndicale » en laissant deviner cette majuscule de majesté qu’on retrouve souvent à l’écrit… Mais il est aussi des orateurs qui livrent de véritables performances.

  • 13 Les citations sont visibles dans le Compte-rendu chronologique intégral du congrès…, op. cit., p. 1 (...)

C’est le cas de ce délégué de l’Union départementale des Hauts-de-Seine, manifestement habitué à cet exercice puisqu’il fait référence à son intervention du précédent congrès. Sur la base d’un vocabulaire puisé au fonds commun de la culture d’institution, son intervention est tout entière structurée par un souci de démonstration de la richesse du verbe et de sa virtuosité rhétorique. Il va ainsi, dans un premier temps, décliner une suite de titres de films censés caractériser métaphoriquement le champ syndical et particulièrement la CFDT : « “Alliance cherche doigt”, “Comment réussir dans la vie quand on est con et pleurnichard”, et surtout, “Pendez-les haut et court !” »… Face à cette adversité se dresse fièrement FO : « Mes camarades, au-delà de la galéjade qui masque mal la rancœur et l’amertume du militant Force Ouvrière que je suis à l’encontre de la grande braderie sociale que nous subissons, j’aimerais vous dire la fierté que j’ai de défendre, avec mes amis, les positions de notre Organisation syndicale, et ce face à la cohorte grandissante de nos détracteurs. » Le délégué se livre ensuite à un exposé d’injustices édifiantes : inégalités, distorsions entre la situation des salariés et celle des entreprises, licenciements, délocalisations… L’indignation s’alimente ensuite aux débats de société qui font l’actualité, perçus à travers le prisme de l’engagement laïc : « Au pays des sans-culotte, il faudrait porter le voile ! quel comble ! […] les assises humanistes de la République sont en danger. » Toute l’intervention célèbre l’institution syndicale : « Mes camarades, dans ce tumulte économique et social, ce Congrès est une chance. » Face aux « cosaques de la CGT », aux « invertébrés de la CFDT », aux « pique-assiettes de l’UNSA », contre « les obscurantismes corporatistes du social » que sont SUD ou ATTAC, contre « le laboureur de moquette José Bové », seule la CGT-FO mérite d’être défendue, car elle seule « relève de la tradition ouvrière. La tradition, c’est un progrès qui a réussi. »13

11Quelque excessive que puisse paraître cette intervention à un observateur extérieur, elle n’en reste pas moins très représentative – avec un lyrisme simplement plus marqué – de la tonalité des prises de parole généralistes, qui visent à situer FO dans le champ syndical et le monde social. Ce sont ces interventions qui suscitent attention, rires et applaudissements. Ces orateurs sont écoutés et appréciés pour ce qu’ils disent, non seulement parce qu’ils le disent bien mais surtout parce qu’ils disent l’institution.

  • 14 Ce n’est cependant que depuis le congrès de 1980 que s’est imposée l’habitude de soumettre au vote (...)
  • 15 Sur ce plan, les congrès confédéraux de la CGT-FO se distinguent nettement de ceux de la CGT ou de (...)

12Cette importance donnée à la forme des débats est peut-être d’autant plus grande que le fond des discussions affectera peu, au sortir du congrès, les pratiques des représentants syndicaux. D’abord, parce que la détermination de l’orientation confédérale n’a pas de portée contraignante sur les orientations des organisations confédérées : les syndicats, fédérations et unions restent libres de définir leurs lignes d’action. Ensuite, parce que l’orientation confédérale est adoptée selon des procédures devant ôter toute prise à une lecture en termes de clivages politiques. À ce congrès, les résolutions sont adoptées à la quasi-unanimité et les rapports moral et financier à une très large majorité de près de 90 % des mandats. Après que les désaccords ont pu s’exprimer vivement, les délégués se rassemblent largement, comme le veut la tradition des congrès confédéraux. Ils se séparent en entonnant, debout, L’Internationale. Les votes visent moins à acter ou trancher des désaccords politiques qu’à les exorciser. Depuis les origines de la confédération, les rapports d’activité sont adoptés à une très large majorité, entre 78,1 et 98,7 %. Seul le congrès de 1989 dénote sur ce point, en raison de la crise de succession qu’a connue à cette date la confédération.14. De surcroît, l’élection des responsables confédéraux est dissociée de la définition des orientations. C’est le comité confédéral national, composé des seuls secrétaires d’UD et de fédérations, qui élit à huis-clos les instances confédérales au lendemain du congrès. Le secrétaire général élu à ce congrès pour succéder à Marc Blondel, Jean-Claude Mailly, n’aura ainsi à aucun moment pris la parole devant les délégués15. La séparation entre la formulation d’une orientation et l’élection d’une direction chargée de l’appliquer ne peut bien évidemment qu’encourager à la souplesse dans le contrôle de la tribune. A contrario, à la CGT, la « construction » des délégations paraît d’autant plus nécessaire que la Commission exécutive est élue par le Congrès tandis que le Bureau confédéral, s’il est élu par le Comité Confédéral National, doit être composé de membres issus de la CE.

13Si le congrès est présenté par ses organisateurs comme un moment particulier de démocratie syndicale, sa mise en perspective historique et comparative permet de souligner à quel point la signification pratique de la démocratie est filtrée par la culture syndicale. La qualité démocratique du congrès ne procède pas du fait que les délégués rassemblés à cette occasion soient à l’image des adhérents, ou encore que des décisions tranchées et engageant tous les syndicats y soient prises. Elle n’est pas non plus associée à l’idée que les positions exprimées par les uns et les autres aient pu évoluer à l’épreuve de la délibération. Elle signifie encore moins que les responsables confédéraux soient choisis par l’assemblée des congressistes. La démocratie procède d’abord, aux yeux des militants FO, de la libre expression. Le congrès est un arène où se légitime la prétention des représentants confédéraux à porter la parole de leurs mandants et, plus largement, des salariés grâce à la mise en partage de cette parole le temps de l’évènement. De cette valorisation de la libre parole à celle du fédéralisme, on est finalement en présence d’une conception négative de la liberté, cette « liberté des modernes », pour reprendre Benjamin Constant, qui est au fondement de la philosophie politique du libéralisme. Conception libérale que l’on retrouve aussi dans la valorisation du pluralisme.

De la liberté de ton à la diversité d’opinions : la valorisation du pluralisme

  • 16 Expression rapportée par le quotidien Combat, 24 nov. 1963.
  • 17 « La confédération a toujours été le lieu de rassemblement de militants venus d’horizons différents (...)

14La diversité d’opinions est présentée, tant dans le discours indigène que chez les observateurs extérieurs, comme le principal trait constitutif de la singularité de FO dans le champ syndical. Robert Bothereau, premier secrétaire général de la confédération, inventa l’image de la « légion étrangère du syndicalisme »16. André Bergeron, à sa suite, revendiqua fièrement la représentation de Force ouvrière comme une « auberge espagnole »17. La raison d’être de cette confédération, née d’une scission de la CGT, trouve en effet son origine dans le refus de la « politisation » du syndicalisme, entendue à l’époque comme la tutelle du Parti communiste sur l’organisation. Pour autant, il importe de faire la part des choses entre ce qui relève des contraintes symboliques de mise en forme des causes (Collovald et al., 2002) et ce qui renvoie à la réalité des milieux sociopolitiques dans lesquels s’inscrivent les organisations syndicales. Ainsi, la rhétorique de l’indépendance s’accompagna longtemps, à FO, de l’évidente inscription de la centrale dans le « milieu socialiste » (Sawicki, 1997). Le discours de l’indépendance s’est cependant accentué, au moins depuis les années 1970, dans la valorisation de la coexistence interne de salariés de gauche et de droite, conduisant René Mouriaux à situer FO « entre le RPR et le PS » (Mouriaux, 1985 : 76). Aucun syndicaliste FO ne manque jamais de louer la diversité des opinions politiques, philosophiques ou religieuses qui régnerait au sein de son organisation. Seul varie le niveau de pluralisme légitime. Ainsi, ce secrétaire d’union départementale ne pose aucune exclusive quant aux préférences politiques de ses adhérents, dans la mesure où celles-ci n’interfèrent en rien avec l’activité syndicale :

  • 18 Entretien du 3 mai 2004.

« Chez nous on trouve de tout, y compris du Front national. Oh mon pauvre ! Chez nous, putain, c’est un mélange complet ! Mais l’avantage que nous avons, c’est que malgré ce mélange quelquefois très disparate, sur les positions de l’organisation, quand on les défend et qu’on les explique, je prends par exemple les retraites, quelle qu’ait été la pensée des gens, ils étaient tous là. Q.- Et vous, ça vous arrive entre vous d’avoir des discussions politiques, de parler des engagements des uns et des autres ? R.- Non. Absolument pas. Nous de toute façon il ne peut pas y avoir d’engagement. Toute personne qui a vraiment un engagement il dégage. Donc pas d’élu, pas de ceci, pas de cela. Ici c’est impossible hein, le premier qui parle politique il est viré. »18

15À l’inverse, cet ancien secrétaire d’un syndicat national de la fonction publique fixe des limites « républicaines » à la diversité :

  • 19 Entretien du 10 juin 2005.

« J’avais autant d’adhérents, je pense, de droite que de gauche. En faisant large hein. Je n’avais pas d’adhérents du Parti communiste ni du Front national. Donc j’étais un secrétaire général heureux. J’avais des gens normaux qui adhéraient à mon syndicat »19

16La marque anticommuniste semble estompée chez Jean-Claude Mailly. Selon lui, la seule appartenance dont la revendication serait aujourd’hui motif à rejet concerne le Front national :

  • 20 Entretien du 20 février 2003.

« Le seul moment où il a pu y avoir des réactions, c’est quand ici ou là on a pu voir qu’y avait un type ou une fille, qui était militant du Front national. Ça, ça pose un problème. Mais c’est sur autre chose si vous voulez. Mais sinon, les autres sont chez eux, pas de problème. »20

17L’indépendance de l’organisation, entendue comme sa capacité à fixer par elle-même ses propres orientations pour ne défendre que les intérêts des salariés, est directement corrélée, dans le discours syndical, à un éloge de la diversité des sensibilités des adhérents. Les premiers résultats de l’enquête dont il est question dans cet article, transmis à Jean-Claude Mailly, donnèrent d’ailleurs l’occasion au nouveau secrétaire général de réaffirmer ce credo lors du congrès confédéral de 2007 :

  • 21 Discours du secrétaire général sur le rapport d’activité confédéral, présenté par Jean-Claude Maill (...)

« Mes chers camarades, il paraît que nous sommes un mystère pour beaucoup d’observateurs de la vie sociale et politique. Pour ceux qui aiment appliquer les règles de la sociologie aux groupes sociaux, nous sommes des inclassables. Où nous ranger ? A droite, à gauche, au centre ? […] Pour certains, FO serait une boîte noire. Comment peuvent coexister dans une même organisation des adhérents avec des sensibilités personnelles différentes ? Mes chers camarades, non seulement cela correspond à ce qu’est la classe ouvrière, mais c’est ce qui depuis tout le temps nous a fait avancer. C’est tout simplement une conception exigeante de l’indépendance. Alors va pour la boîte noire car elle est indestructible ! »21

  • 22 Cette injonction à la neutralité politique peut se constater dans les conduites quotidiennes des sy (...)

18Le pluralisme est présenté comme la garantie ultime de l’indépendance syndicale, en tant qu’il serait tout à la fois la preuve et la condition de la distance de l’organisation à l’égard du champ politique. C’est cette « boîte noire » que l’enquête par questionnaire permet d’ouvrir, en mettant à l’épreuve de l’objectivation statistique le discours du pluralisme. L’éloge de la diversité d’opinions, tout comme les procédures censées la garantir22, sont en effet l’expression de règles collectives qui ne nous disent rien, en tant que telles, des préférences individuelles des militants.

19La réaction de J.-C. Mailly illustre bien le paradoxe de la rhétorique du pluralisme, qui doit être valorisé et dissimulé à la fois : toutes les opinions politiques ont leur place à FO… à condition qu’elles ne s’y expriment pas. La valorisation du pluralisme est confinée à l’ordre du discours en généralité des porte-parole syndicaux. En pratique, l’injonction à l’indépendance syndicale est censée se traduire par l’interdiction de parler politique à l’intérieur du syndicat et se manifester, dans l’espace public, par une totale neutralité à l’égard du jeu politique. Ainsi, les conditions de validité de ce discours d’institution auraient pu condamner mon enquête dès le départ, tant le flou dans la mesure des opinions semble aller de pair avec une diversité revendiquée en théorie :

  • 23 Entretien avec J-C. Mailly, 20 février 2003.

« C’est marrant mais, par exemple, contrairement à d’autres, on a aucune statistique, parce qu’on ne peut pas le faire, aucune statistique sur “les adhérents de FO ils sont plutôt politiquement à tel endroit, plutôt sensibles à telle thèse”, etc. D’autres le font ça, ou des statistiques sur la population adhérente, etc. Non, ça on le fait pas. Q.– Et c’est un choix ? R.– Ah c’est un choix, oui. On pourrait le faire. Mais d’abord les adhérents, les militants nous enverraient chier, ils auraient bien raison : “c’est pas votre problème, là on est là en tant que syndicalistes on est pas là en tant qu’autre chose”. Et ça explique, moi je me souviens l’histoire des moutons noirs à la CFDT, ou d’autres qui se sont faits virer de la CGT à un moment donné, ça explique que chez nous y a un peu, tout le monde s’y retrouve quoi en fait. Hein, sur tout l’échiquier politique. […] Et on considère qu’on est encore les seuls, sur cette ligne-là aujourd’hui. »23

20Le travail d’objectivation expose donc le sociologue au risque de produire un discours scientifique qui prenne l’institution à contre-pied, et ce sur deux plans. D’abord, parce qu’il projette sur l’institution syndicale des catégories politiques censées être inopérantes. Ensuite, parce que cette analyse peut toujours révéler une réalité en décalage avec le discours syndical légitime. L’inscription de ces résultats sous la forme de comptes-rendus d’enquête, de communications scientifiques ou de publications (comme cet article) permet ensuite à ces données de circuler librement, privant les porte-parole syndicaux du monopole de la représentation légitime de leur organisation et risquant de les contredire sur un élément-clé de leur identité.

21La possibilité qui m’a été offerte de questionner les délégués au congrès de 2004, non seulement sur leur métier, leur situation de famille ou leurs études, mais aussi sur leurs opinions politiques et leurs engagements militants en dehors du syndicat, a donc constitué une opportunité relativement exceptionnelle. On peut supposer qu’elle a été facilitée par la conjoncture spécifique du congrès : c’était le dernier mandat de Marc Blondel et, compte tenu du mode de fonctionnement des instances confédérales, de la personnalité du secrétaire général et de la relative liberté que lui octroyait sa position de sortant, il est possible que celui-ci ait jugé intéressant de bousculer, le temps du congrès, l’habituel consensus afin de disposer d’une mesure des transformations espérées de son organisation. M. Blondel revendiquait en effet d’avoir profondément changé Force ouvrière, au point de réussir à converger avec la CGT lors du mouvement social de 1995.

  • 24 Son contenu est inspiré d’un questionnaire réalisé par Bruno Duriez et Frédéric Sawicki pour une en (...)
  • 25 La comparaison des données recueillies avec les statistiques plus fragmentaires produites lors de c (...)

22À ma connaissance, le projet de questionnaire n’a pas été soumis à l’avis du bureau confédéral. Il a été élaboré, après accord du secrétaire général, en lien avec son assistant. Constitué de deux volets et d’une dizaine de pages, le questionnaire visait d’une part à accumuler des données sociographiques de base et, d’autre part, à cerner les logiques d’engagement et le rapport à la politique des syndicalistes24. La prise en charge de l’enquête par les instances confédérales a permis de lever les réticences qu’aurait pu soulever une telle entreprise auprès des délégués : le questionnaire, anonyme, était placé dans la mallette du délégué, introduit par un mot du secrétaire général. Lors de la construction du questionnaire, mon souci fut en outre d’éviter le rejet des « questions politiques » ayant pu paraître illégitimes (« indiscrètes »). L’organisation du questionnaire en deux volets devait permettre de s’assurer que les délégués « se prennent au jeu » en commençant par les questions leur paraissant légitimes dans un cadre syndical, la relégation des questions « sensibles » en fin de questionnaire devant permettre d’amenuiser le risque d’un rejet instinctif de la recherche. Celles-ci étaient en outre présentées comme un moyen supplémentaire de valoriser le pluralisme de FO en le rendant davantage visible. Dans l’introduction au questionnaire, j’écrivais que ces données « doivent servir à mieux cerner la particularité de la CGT-FO vis-à-vis des autres organisations syndicales françaises : la grande diversité des hommes et des femmes qui s’y engagent, tant du point de vue des convictions philosophiques que d’éventuels engagements politiques ». La démarche a été concluante, puisque le taux de non-réponse moyen à ces questions, s’il est plus important que celui des questions du premier volet, est resté faible (5,3% contre 1,8%). Parmi les refus de répondre, certains ont été motivés par des commentaires jugeant ces questions déplacées, ce qui constituait une information aussi intéressante que les autres. Une fois la barrière des responsables franchie, j’ai en outre pu constater que les militants se prêtaient volontiers au jeu de l’enquête, manifestant pour la plupart leur satisfaction de voir un chercheur (« un étudiant en sociologie » selon ma présentation de l’époque) s’intéresser à eux. Le remplissage du questionnaire reposait sur l’auto-administration, à laquelle j’incitais les délégués par des messages réguliers à la tribune, et des relances directes auprès d’eux. Il a été rempli par 682 des 2 980 délégués, soit un taux de retour plutôt satisfaisant de 22,9 %25.

L’indépendance syndicale par la diversité politique ?

  • 26 Je renvoie à ma thèse pour une exploitation plus exhaustive du questionnaire.

23On l’a dit, l’indépendance syndicale passe, à FO, par la valorisation du pluralisme politique des syndiqués. C’est pour cette raison qu’il m’a semblé intéressant de concentrer mon analyse du questionnaire sur les éléments qui permettent de mesurer ce pluralisme politique, que l’on pense aux engagements autres que le syndicalisme (associatif ou partisan), à l’exercice de mandats électifs ou à l’expression d’identifications politiques ou de proximités partisanes26. À quoi ressemblent les militants d’une organisation telle que Force ouvrière, qui revendique sa totale extériorité aux jeux et enjeux politiques ? Le questionnaire permet-il d’objectiver quelque chose comme un désencastrement des univers syndical et partisan, analogue au processus censé avoir touché certains mondes associatifs (Ion, 1997) ?

Des militants multi-engagés dans le monde associatif et politique

  • 27 Le constat vaut surtout pour les associations religieuses. Les associations culturelles et environn (...)

24Les résultats recueillis montrent que l’appartenance à Force ouvrière n’est pas exclusive d’autres engagements, bien au contraire (tableau 1). Seul un répondant sur cinq n’a jamais appartenu à aucune association en dehors de FO. La proportion d’adhérents exclusifs diminue encore si l’on intègre aux calculs l’appartenance passée ou présente à un parti politique : 17,4% (N=637). On note en particulier la proportion significative – respectivement 7,9 et 6,5 % – de délégués membres de la Libre pensée ou de la Franc-maçonnerie (près d’un répondant sur deux a précisé au Grand Orient de France). Il y a en effet seulement 120 000 Francs-maçons en France (dont 43 000 au Grand Orient), soit environ 0,25 % des personnes de 15 ans et plus vivant en France. Seuls les taux d’appartenance à des associations culturelles, religieuses et environnementales sont plus faibles que les taux mesurés dans l’ensemble de la société27. Près d’un répondant sur cinq était membre d’un parti politique au moment de l’enquête (18 %). On aurait pu craindre que les délégués préfèrent dissimuler cette information. Le taux de réponse à cette question est cependant satisfaisant : les refus de répondre représentent seulement 2,9 % de l’échantillon. Et si l’appartenance partisane a été sous-déclarée, le résultat n’en est que plus significatif, puisque son niveau est déjà élevé. Une proportion à peu près équivalente a appartenu dans le passé au même type d’organisation (17,3 %). Si l’on cumule les membres passés et présents d’un parti politique, en tenant compte des répondants ayant pu appartenir successivement à deux partis différents (dans ce cas, ils comptent pour un), on constate que près d’un tiers des répondants appartiennent ou ont appartenu à une organisation politique.

Tableau 1. Appartenances associatives passées ou présentes (en %)

Délégués FO

Ensemble de la société**

Aucune

21,1

55,0

Sportive

41,9

14,0

Parents d’élèves

32,0

7,0

Consommateurs

16,7

Quartier

13,5

3,0

Libre pensée

7,9

Humanitaire

7,2

Franc-maçonnerie

6,5

0,25

Culture

6,1

9,0

Logement

4,6

Droits de l’Homme

4,4

Familiale

2,5

Chrétienne

1,9

3,0

Aide aux malades/handicapés

1,3

Environnement

0,8

2,0

Droits des femmes/homosexuels

0,6

Autre

11,7

Total*

180,6

(N)

(635)

Mouvement de jeunesse

31,3

(N)

(646)

Parti politique

31,2

1,0

(N)

(682)

* Le total dépasse 100,0 dans la mesure où plusieurs réponses sont possibles

** Sources : M. Febvre, L. Muller, « Une personne sur deux est membre d’une association en 2002 », INSEE Première, 920, sept. 2003 ; sauf pour la franc-maçonnerie : S. Galceran, Les franc-maçonneries, Paris, La Découverte, 2004 ; et les partis politiques : Insee, enquêtes permanentes sur les conditions de vie 2005 (champ : France métropolitaine, individus âgés de 15 ans ou plus).

25À côté de l’appartenance maçonnique, l’appartenance partisane constitue le trait saillant de notre échantillon : ce sont ces deux engagements qui sont le plus nettement surreprésentés parmi les militants. Les liens privilégiés entre engagements syndical et partisan ont déjà été soulignés dans la structure du réseau associatif (Héran, 1988). Les travaux récents menés sur la mouvance altermondialiste viennent confirmer l’idée que partis politiques et syndicats constituent toujours un pôle solidaire au sein de la cartographie de l’activisme multipositionnel (Fillieule, Blanchard, 2005). Force Ouvrière ne fait donc pas exception.

  • 28 Un électeur sur cent est conseiller municipal (Ministère de l’Intérieur et de l’aménagement du terr (...)

26La revendication de positions politiques ne se résume pas à l’engagement partisan. Ainsi, la proportion de militants ayant fait l’expérience d’une candidature à un mandat politique électif (le plus souvent au niveau municipal) est particulièrement importante parmi nos répondants : plus d’un sur cinq déclare avoir été candidat à des élections politiques (22,2 %). Moins d’un répondant sur vingt (4,4 %) détenait effectivement un mandat politique au moment de l’enquête. Bien que modeste, cette proportion n’en reste pas moins significative au regard de la part des élus dans la population globale28, d’autant plus qu’elle pourrait sans doute être augmentée de la part des anciens élus, donnée que notre questionnaire ne permettait pas de recueillir (tableau 2). Les chances d’avoir été candidat à un mandat politique électif sont plus de deux fois plus importantes chez les anciens ou toujours membres d’un parti politique que chez ceux qui n’ont jamais appartenu à une telle organisation : 36,0 contre 15,7 %. Pour autant, la proportion de candidats à un mandat électif n’ayant jamais appartenu à une organisation politique reste significative. L’immersion dans l’univers politique institutionnel, en dehors des occasions propres à l’exercice des activités syndicales, n’est donc pas réservée aux seuls membres de partis politiques (tableau 3).

Tableau 2. Répondants ayant été candidats à ou étant titulaires d’un mandat politique électif (en %)

Candidat

Titulaire au moment de l’enquête

Oui

22,2

4,4

Non

77,8

95,6

Total

100,0

100,0

(N)

(662)

(660)

Tableau 3. Candidatures à un mandat politique électif selon l’appartenance passée ou présente à un parti (en %)

Jamais mbs d’un parti

Anciens ou tjs mbs d’un parti

Ensemble

Jamais cand. 84,3

64,0

77,8

Cand. 15,7

36,0

22,2

Total 100,0

100,0

100,0

(N) (451)

(211)

(662)

Khi-deux : 34,211 ; dl : 1 ; p<0,000 ; Phi : 0,227

  • 29 Pour être plus précis, il faudrait dire que cet indicateur nous renseigne sur l’intensité des traje (...)

27L’agrégation de l’appartenance passée ou présente à une organisation politique avec le nombre d’appartenances associatives (y compris l’appartenance à un mouvement de jeunesse) permet de mesurer le niveau de pluriadhésion des délégués, afin d’évaluer le degré d’intégration de FO à un « réseau associatif » plus large29. Seul un répondant sur sept n’a jamais eu aucun engagement en dehors de FO. Le nombre moyen d’engagements cumulés (engagement syndical non compris) est de 2,3 et le nombre maximum atteint 8 engagements hors de FO. La part des répondants cumulant trois engagements et plus représente près de deux répondants sur cinq (tableau 4). Ce constat vient donc confirmer les résultats d’autres enquêtes : l’engagement syndical n’est que rarement exclusif parmi les plus militants et s’allie à diverses autres formes d’engagement (Héran, 1988 ; Barthélémy, 2000).

Tableau 4. Indicateur de pluriadhésion (adhésions passées et présentes)

%

% cumulé décroissant

0

15,5

100,0

1

23,6

84,5

2

21,9

60,9

3

16,2

39,0

4

10,7

22,8

5

5,4

12,1

6

3,8

6,7

7

2,0

2,9

8

0,8

0,9

Total

100,0

(N)

(606)

28Malgré un discours marquant fortement la distance aux partis politiques comme aux associations, Force Ouvrière reste donc fréquemment connectée à d’autres univers associatifs et militants et, en particulier, à l’univers partisan. Ce premier constat n’invalide pas pour autant la rhétorique d’une indépendance syndicale garantie par la diversité des opinions. Reste à voir si les préférences des délégués manifestent une telle diversité.

Des militants se situant majoritairement à gauche

  • 30 Le Parti des travailleurs est une organisation animée principalement par les militants trotskystes (...)

29Si l’on agrège les données relatives aux appartenances partisanes au moment de l’enquête avec les scores de proximité partisane, on peut calculer le score global des identifications partisanes parmi les délégués au congrès (tableau 5). Ainsi, en prenant en compte les délégués effectivement membres d’un parti politique et ceux qui se contentent d’exprimer de la sympathie envers une organisation, on constate que près d’un tiers des répondants mobilisent le Parti socialiste comme référence partisane. Cette identification partisane dépasse de peu le score des sans-parti. Seul le Parti des travailleurs (PT) peut rivaliser avec le PS comme référence partisane pertinente pour les délégués, avec 13 % d’identifications30. Avec 5,8 % pour le centre et la droite (UMP-UDF) et 1,2 % pour l’extrême droite (FN-MNR), le rapport est très favorable à la gauche et à l’extrême gauche : 61,8 % contre 7,3 %.

Tableau 5. Appartenances, proximités et identifications partisanes (en %)

App. présente

App. passée

Proximité

Total des identifications

PS

46,3

28,8

28,0

32,7

Aucun parti

/

/

36,0

29,9

PT

23,6

16,1

9,9

13,0

LO

0

3,4

5,0

4,1

Verts

0

0,8

3,8

3,1

UMP/RPR

3,3

8,5

2,8

3,0

UDF

1,6

2,5

3,0

2,8

MRC

1,6

0,8

2,2

2,1

LCR

0

2,5

2,2

1,8

PCF

0

10,2

1,4

1,2

FN-MNR

0,8

0

1,2

1,2

Autre

4,1

3,4

0,2

1,0

Libertaires

2,4

0,8

0,2

0,7

CPNT

/

/

0,4

0,3

PRG

0

2,5

/

/

Divers g/extrg

/

/

3,6

3,1

PSU

/

4,2

/

/

NR

16,3

15,3

/

/

Total

100,0

99,8

100,0

100,0

(N)

(123)

(118)

(503)

(606)

  • 31 Il est cependant risqué d’en conclure que les répondants se soient ainsi positionnés « le plus à ga (...)
  • 32 La politisation étant entendue ici comme « aptitude à opérer une construction proprement politique (...)

30Le pluralisme politique revendiqué dans le discours syndical est donc très relatif. L’autopositionnement des délégués sur l’axe gauche-droite confirme la très large orientation à gauche du public de ce congrès confédéral. Les deux tiers des répondants se situent sur le côté gauche de l’axe, dont un quart le plus à gauche31. C’est deux fois plus que dans l’ensemble de la société française en 1999. Inversement, les positionnements au centre ou à droite sont sous-représentés, avec seulement un répondant sur dix. La comparaison de cette variable avec celle concernant les identifications partisanes nous montre qu’il y a plus de répondants se situant à gauche que de répondants s’identifiant à des partis situés à gauche : 66,3 contre 61,8 %, soit une différence de 4,5 points de %. Il en est de même pour le centre et la droite : 9,9 contre 7,3 % (+ 2,6 points de %). De même, un nombre moindre de répondants refuse de se situer sur l’axe, par rapport à ceux qui ne se revendiquent d’aucun parti : 29,9 contre 23,8 % (- 6,1 points de %). Ce score des refus de se positionner est légèrement supérieur à celui mesuré dans l’ensemble de la société (17 %) ; décalage significatif compte tenu du profil nettement plus politisé des répondants (tableau 6)32.

Tableau 6. Autopositionnement sur l’axe gauche-droite

Délégués au congrès (en % - N=659)

Gauche

Centre

Droite

1

2

3

4

5

6

7

8

9

25,2

14,9

19,4

6,8

5,0

2,1

1,4

0,3

1,1

Ensemble gauche : 66,3

Ensemble droite : 4,9

Ensemble centre + droite : 9,9

Ne veux / ne peux pas se positionner : 23,8

Ensemble des Français (en %)*

Gauche

Droite

1-2

3-4

5-6

7-8

9-10

11

22

34

12

5

Ensemble gauche : 33

Centre : 34

Ensemble droite : 17

Non-réponse : 17

*source : Enquête Valeurs, 1999, citée in Pierre Bréchon, Les valeurs des Français, Paris, Armand Colin, 2003, p. 151.

31Ces données montrent que la diversité des opinions politiques manifestées sur la scène confédérale de Force ouvrière est toute relative. S’il existe des délégués se situant à droite, ils sont très minoritaires. La majeure partie des délégués se situe à gauche ou à l’extrême gauche, avec un net avantage à deux formations politiques, le PS et le PT. Si la droite est nettement sous-représentée au sein de ce public militant, il en est de même pour les autres sensibilités de la gauche, spécialement les communistes et les écologistes, dont l’absence se constate tant au niveau des réseaux militants que des préférences politiques des délégués.

  • 33 369 questionnaires recueillis sur 562 participants, soit un taux de réponse de 66 %. Données citées (...)

32Ce constat ne saurait pour autant être étendu à tous les niveaux de l’organisation syndicale. À partir d’un questionnaire distribué lors du congrès fédéral de 1996, J.-Y. Sabot dresse un tableau beaucoup plus contrasté de la Fédération de la Métallurgie (Sabot, 1998) : si la fibre associative est tout aussi prégnante qu’au plan confédéral (24 % des délégués n’avaient jamais été engagés dans une autre association, 15,6 % avaient été adhérents d’un parti politique), la réticence à informer de ses opinions politiques, comme l’affirmation de préférences à droite, sont bien plus importants. Un tiers des délégués se déclare proche d’aucune famille politique. Parmi ceux ayant affiché une proximité politique, un tiers refuse encore de préciser laquelle, tandis que ceux qui se situent à droite sont nettement majoritaires par rapport à ceux qui se situent à gauche (42 %, contre 27 %). Reprenant le même questionnaire au congrès fédéral de 2000, il note une baisse importante de la part des délégués se revendiquant d’une famille politique : 46,4 %, contre 68,7 % en 1996. A la demande de positionnement sur l’axe gauche-droite, l’extrême gauche, avec 3,6 %, et la gauche, avec 46,3 %, sont équivalents aux scores cumulés du centre (25,9 %), de la droite (23,6 %) et de l’extrême droite (0,9 %), sans compter les 19,4 % de non-réponses33. Une même réticence à répondre aux questions politiques se retrouve dans les données de Thierry Choffat sur l’union départementale FO de Meurthe-et-Moselle (Choffat, 2006). Ayant distribué un questionnaire auprès de participants à des stages de formation syndicale à l’Institut régional du travail de Nancy (N = 127), il constate que 42 % des interrogés refusent de répondre à la demande de positionnement sur l’axe gauche-droite, auxquels peuvent être ajoutés 3 % de répondants se déclarant « apolitiques ». Parmi les 55 % de répondants, une relative diversité politique est constatable : 29 % se revendiquent de la « gauche PS », 7 % du « centre-gauche », 4 % du « centre », 7 % du « centre-droit », et 2 % de la « droite ». 7 % seulement des répondants déclarent appartenir à un parti politique, au PS pour la moitié d’entre eux, les autres appartenances ne dépassant pas l’individualité (à l’UDF, au PT ou à l’Alliance pour la souveraineté de la France). Cette diversité est également notable dans les proximités partisanes revendiquées : PS, LCR, Verts, UDF, UMP, « souverainistes ». La distance affichée des militants FO à la politique est d’autant plus significative qu’elle dénote au regard des attitudes d’autres syndicalistes. T. Choffat ayant eu l’occasion d’administrer le même type de questionnaire à des stagiaires de la CGT et de la CFDT, il constate que seuls 14 % des militants CGT (N = 91) et 28 % des militants CFDT (N = 81) refusent de se situer sur l’axe gauche-droite. Il souligne également la propension des stagiaires à reprendre à leur compte cette posture légitime sous le vocable de « l’indépendance » : « Le terme même est repris à de nombreuses reprises dans nos questionnaires. Les adhérents, anciens comme nouveaux, soulignent l’absence de lien entre FO et un parti politique, une religion, un groupe quelconque… 63 réponses (la moitié) viennent confirmer que la première raison de l’adhésion à FO est bien la conception indépendante que défend le syndicat, ses idées, sociales, politiques mais non politiciennes. » (Idem : 31).

  • 34 Contre les deux tiers dix ans plus tôt (Béroud, Garibay, 2003 : 55).
  • 35 Si les auteurs n’appuient leur propos sur aucun élément tangible, les recherches de Julian Mischi t (...)

33De surcroît, en comparaison avec les données disponibles concernant les délégués aux congrès confédéraux de la CGT et de la CFDT, la diversité politique des militants paraît bien plus forte à FO. D’après l’enquête menée par Cécile Guillaume et Sophie Pochic auprès des délégués de la CFDT au congrès confédéral de 2002, 14 % des répondants appartenaient à un parti politique, dont 13 % au Parti socialiste, ce qui signifie que 92,9 % des membres d’un parti politique étaient au PS (Guillaume, Pochic, 2006). Lors du congrès confédéral de 1988, Antoine Bevort et Dominique Labbé avaient déjà mesuré une proportion assez proche : 21 % des délégués étaient alors membres de ce parti, ce qui peut laisser penser à une légère érosion des liens formels ou « organiques » de la CFDT au PS en une quinzaine d’années (Bévort, Labbé, 1992). Sophie Béroud et David Garibay montrent que, même si la proportion tend à décroître, un tiers des délégués de la CGT au congrès confédéral de 2003 étaient encore membres d’une organisation politique (Béroud, Garibay, 2003)34. Au début des années 1990, Dominique Andolfatto et Dominique Labbé s’appuyaient sur deux enquêtes auprès de militants de la CGT pour évaluer la part de membres d’une organisation politique entre la moitié et les deux tiers. Tout en concédant que « [les] enquêtes disponibles ne précisent pas quelles sont les préférences partisanes des syndiqués CGT », ils ajoutaient : « La réponse à cette question ne fait pourtant pas mystère. C’est la carte du PCF que les syndiqués CGT ont en poche » (Andolfatto, Labbé, 1997 :68) 35.

  • 36 Faute de place, je renvoie à ma thèse pour une présentation plus détaillée de ces calculs.

34L’existence de passerelles entre l’univers syndical et d’autres univers militants, via la pluriadhésion des délégués, est-elle le signe d’une hétéronomie de l’univers syndical ? La prise de responsabilité dans le syndicalisme, de même que l’intensité de l’engagement syndical, sont-ils corrélés à certaines formes d’engagement associatif ou partisan ? Répondre à ces questions permet de prolonger la mise à l’épreuve du discours d’indépendance produit par les porte-parole de l’organisation syndicale. Si le syndicalisme semble corrélé à d’autres formes d’engagement public, la relation entre l’intensité de l’engagement et les prises de responsabilités dans les différents univers militants est plus complexe. Nos résultats invitent à distinguer les rapports entre champs syndical et associatif d’une part, champs syndical et politique de l’autre. Pour s’en tenir ici aux engagements politiques36, l’analyse statistique ne révèle aucun signe manifeste d’hétéronomie entre univers syndical et partisan. Si les permanents syndicaux à temps plein se distinguent des autres délégués par leur profil plus marqué de pluriadhésion, ils ne diffèrent pas du reste de l’échantillon sur le plan des engagements politiques : il n’y a pas de relation statistiquement significative entre la situation de permanent et l’appartenance passée ou présente à un parti (considérée tant de manière globale que pour chaque parti cité), ni même entre l’occupation d’une fonction de permanent et le type d’identification partisane. De même, l’expérience d’un engagement politique n’influe pas sur le degré d’engagement syndical : qu’ils soient membres ou non d’un parti, les répondants ont un nombre moyen de responsabilités syndicales à peu près équivalent (2,9 contre 2,8). On ne constate par ailleurs aucune relation statistiquement significative entre l’appartenance passée ou présente à un parti et quelque type de responsabilité syndicale que ce soit. À l’inverse, le passage par une organisation politique semble nettement influencer le degré de pluriadhésion associative : les non-membres sont en moyenne adhérents d’1,3 associations, contre 2,2 associations pour les membres et anciens membres. Plus précisément, il semble exister une relation statistiquement significative entre l’appartenance passée ou présente à un parti politique et deux types d’associations. C’est d’abord avec les associations de type « philosophique », Franc-maçonnerie et Libre pensée, que la relation est la plus forte. Des tris croisés nous montrent que les maçons sont plus enclins à appartenir au PS, tandis que les libres penseurs se retrouvent plus volontiers au PT. C’est ensuite avec les diverses associations de défense de droits ou d’intérêts communs qu’une relation se constate (avec un Phi situé entre 0,106 et 0,188) (tableau 7).

Tableau 7. Relation entre le type d’appartenance associative et l’appartenance passée ou présente à un parti politique (en %)

Appartenance

passée ou présente

à un parti politique

Non

Oui

Ens.

Khi-deux

p>

Phi

(N)

Franc-maçonnerie

2,2

15,3

6,5

38,556

0,000

0,251

(614)

Libre pensée

2,7

16,3

7,2

38,056

0,000

0,249

(614)

Parents d’élèves

25,5

44,1

31,6

21,636

0,000

0,188

(614)

Droits de l’homme

2,2

8,4

4,2

12,979

0,000

0,145

(614)

Consommateurs

13,1

23,8

16,6

11,110

0,001

0,135

(614)

Humanitaire

5,3

11,4

7,3

7,296

0,007

0,109

(614)

Logement

3,2

7,9

4,7

6,840

0,009

0,106

(614)

Quartier

11,2

17,8

13,4

5,191

0,023

0,092

(614)

Sportive

43,4

39,6

42,2

0,821

n.s.

(614)

Familiale

1,9

4,0

2,6

2,176

n.s.

(614)

Culturelle

6,1

6,9

6,4

0,170

n.s.

(614)

Chrétienne

1,5

3,0

2,0

n.a.

(614)

Environnement

0,5

1,5

0,8

n.a.

(614)

Malades/handi.

1,2

1,5

1,3

n.a.

(614)

Femmes/homos.

0,2

1,5

0,7

n.a.

(614)

  • 37 Je renvoie aux travaux de J. Mischi cités plus haut. Ils montrent que cette double appartenance éta (...)

35Confrontée à l’objectivation de la « multipositionnalité militante » des syndicalistes FO, la notion d’indépendance, telle que la revendiquent ces militants, trouve une traduction concrète dans la relative autonomie entre l’espace des positions propres à l’institution syndicale et l’espace des positions – tout du moins des positions formelles – qui structurent les univers associatifs et partisans connexes à l’organisation. Sur ce plan, il semble que la CGT-FO se différencie effectivement d’un modèle longtemps représenté par la CGT dans ses rapports avec le Parti communiste, fondé sur la fréquente appartenance partisane des responsables syndicaux (Andolfatto, 1998)37. Ainsi, dans le questionnaire, près de quatre délégués sur cinq approuvent l’assertion selon laquelle « la CGT est manipulée par le Parti communiste ». Cette conviction permet aux militants de légitimer leur propre engagement par la désignation d’un contre-modèle, dont le trait fondamental serait la subordination des orientations syndicales aux décisions partisanes. Mais elle nourrit en retour l’idée d’une « immaculée conception » des prises de position syndicale, en masquant le fait que les conduites des militants dans leur engagement syndical dépendent autant de l’état du champ syndical que de ce que ces militants sont et font, ou de ce que sont et font leurs camarades, dans leurs autres sphères de vie. On a vu que le pluralisme des délégués investis sur la scène confédérale s’avérait sélectif. Reste à voir, maintenant, si ce pluralisme peut également être spécifié dans une perspective diachronique.

La variabilité politique des cohortes syndicales

36On l’a déjà souligné, la photographie prise à l’occasion d’une échéance telle qu’un congrès encourage à voir cet univers militant comme un tout cohérent. Or, l’« organisation, au moment où on l’observe, n’est […] rien d’autre que le résultat d’un équilibre ponctuel résultant de la coexistence d’individus dont la présence n’est redevable ni des mêmes déterminants individuels ni des mêmes contextes » (Fillieule, Mayer, 2001 : 21). La situation extraordinaire d’un congrès confédéral ne peut que renforcer cette hétérogénéité. Si un tel échantillon est trop composite pour tenter de rapporter les propriétés des interrogés aux configurations localisées dans lesquelles s’inscrit leur activité syndicale ordinaire, on peut au moins considérer la variabilité de leurs rapports à l’institution sous l’angle des périodes d’engagement. La mise en perspective diachronique de nos données révèle ainsi une forte variation des préférences comme des origines politiques des militants selon leur période d’adhésion.

37On constate ainsi une relation statistiquement significative entre l’identification partisane et la période d’adhésion. C’est parmi les adhérents les plus anciens que la proportion d’individus ne se référant à aucun parti est la plus faible. Cette proportion est croissante jusqu’aux adhérents les plus récents, passant d’un répondant sur cinq à un sur trois. La part des répondants s’identifiant au PS diminue de moitié entre les adhérents les plus anciens et les plus récents. Plus les répondants ont adhéré récemment, plus ils ont de chances de s’identifier à une organisation d’extrême gauche autre que le PT (essentiellement LO et la LCR) : marginale parmi les plus anciens adhérents, leur proportion atteint son score le plus élevé parmi les plus récents adhérents, dépassant même la part de ceux qui s’identifient au Parti des travailleurs. La part des répondants qui s’identifient au Parti des travailleurs augmente dans un premier temps, pour décroître ensuite : c’est parmi les adhérents de la période 1980-89 que les identifications au PT sont les plus nombreuses. La proportion d’identifications à la droite ou à l’extrême droite est également très sensible à la période d’adhésion : la part de ceux qui s’identifient à ces partis est marginale parmi les plus anciens adhérents comme parmi les plus récents. Inversement, c’est pour les périodes 1970-79 et 1980-89 que la proportion de répondants s’identifiant à des partis de droite et d’extrême droite est la plus importante, avec plus d’un répondant sur dix (tableau 8).

Tableau 8. Identification partisane selon la période d’adhésion (en %)

1953-69

1970-79

1980-89

1990-95

1996-2003

Ens.

Aucun

21,0

28,8

27,6

34,1

32,6

29,3

Div Exg

1,6

6,4

8,1

8,5

14,1

8,1

PT

9,7

10,4

17,3

14,7

10,9

13,5

Div Gche

9,7

4,0

6,5

8,5

15,2

8,1

PS

54,8

39,2

28,1

27,1

26,1

32,7

Dr & Exdr

3,2

11,2

12,4

7,0

1,1

8,3

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

(N)

(62)

(125)

(185)

(129)

(92)

(593)

Khi-deux : 51,822 ; dl : 20 ; p<0,000 ; V : 0,148

  • 38 Intitulé de la question : « Diriez-vous que vous êtes issu(e) d’une famille plutôt de sensibilité… (...)

38On constate également une relation statistiquement significative entre la période d’adhésion des répondants et la sensibilité politique de leur famille38. Cet indicateur est plus instructif de la diversité politique du recrutement que les questions d’attitude, qui enregistrent nécessairement l’effet du déroulement des trajectoires sociales (les identifications politiques des agents au moment de l’enquête ne sont plus forcément les mêmes qu’au temps de leur adhésion). À l’inverse, la sensibilité politique de la famille nous renseigne sur une instance dont on sait le rôle qu’elle joue dans la socialisation politique des individus. Sans préjuger d’aucune transmission mécanique des attitudes politiques des parents à leurs enfants, cette variable permet ainsi de mesurer la pluralité des milieux de recrutement. De fait, cette variable amplifie les résultats constatés avant : si les sensibilités familiales de gauche sont majoritaires pour l’ensemble des répondants, il n’en est pas de même en considérant un découpage chronologique. Dans un premier temps (la décennie 1970), le « milieu socialiste » recule au profit des familles plutôt au centre ou à droite, qui deviennent majoritaires. Dans un second temps, la stabilisation de ce milieu socialiste aux alentours de 40 % est compensée par l’accroissement des origines familiales communistes. Ce n’est que dans la période la plus récente qu’on constate une remontée des origines socialistes. Comme la part des origines communistes reste stable, c’est bien la proportion des familles plutôt au centre ou à droite qui diminue fortement (tableau 9).

Tableau 9. Sensibilité politique de la famille selon la période d’adhésion (en %)

1953-69

1970-79

1980-89

1990-95

1996-2003

Total

Pl. com.

4,8

6,7

15,9

13,2

13,4

11,9

Pl. soc.

56,5

38,8

40,1

41,2

47,4

42,8

Pl. centr.

12,9

18,7

11,6

14,0

8,2

13,2

Pl. dr.

12,9

28,4

21,7

22,1

13,4

21,1

Autre

8,1

3,7

6,8

5,9

11,3

6,8

Clivé

4,8

3,7

3,9

3,7

6,2

4,2

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

(N)

(62)

(134)

(207)

(136)

(97)

(636)

Pl. comm. : plutôt communiste ; Pl. soc. : plutôt socialiste ; Pl. centr. : plutôt centriste ; Pl. dr. : plutôt à droite

Khi-deux : 32,693 ; dl : 20 ; p<0,036 ; V : 0,113

39Olivier Fillieule reproche aux « enquêtes à un coup » auprès d’une organisation, parce qu’elles ne portent que sur des « restes de cohortes », de ne pas permettre « de faire la part dans la collection d’individus observés des effets de sélection (ceux qui sont là ne sont sans doute pas “identiques” à ceux qui sont partis) ni des effets de la durée de l’engagement. […] Il en découle logiquement que les différences observables entre “vieux militants” et nouvelles générations peuvent difficilement être imputées plutôt à un changement générationnel qu’aux effets combinés de la sélection et de la durée de l’engagement » (Fillieule, 2001 : 212). Cette critique peut être adressée à mes données. Si l’on considère les identifications partisanes, certaines différences constatables entre vieux militants et nouvelles générations pourraient en effet être aussi bien rapportées à des changements de générations qu’à des effets combinés de durée de l’engagement et de sélection : la persistance dans le syndicalisme conduirait les militants les moins politisés à le devenir ou, sinon, à quitter l’organisation. Cela expliquerait la plus grande proportion, parmi les cohortes récentes, d’individus ne s’identifiant à aucun parti. Cette hypothèse d’une politisation à gauche semble d’ailleurs renforcée par le décalage constatable entre la sensibilité politique familiale et les préférences politiques personnelles des répondants. Autant l’hérédité politique semble forte à gauche, autant ceux issus de milieux plutôt au centre ou à droite sont rares à confirmer les préférences familiales. Dans le même ordre d’idées, rien n’autorise à parler d’une diversification des recrutements sur le plan des préférences partisanes. Il peut y avoir un effet d’homogénéisation des préférences partisanes à gauche, ce qui expliquerait la relation inverse, selon la période d’adhésion, entre la part des divers gauche et divers extrême gauche d’une part, et celle du PS et du PT de l’autre. Cependant, il semble plus difficile d’expliquer de la même manière la variation des préférences à droite. S’il devait y avoir un effet homogène de sélection et de socialisation institutionnelle, on devrait retrouver la majeure partie des agents se situant à droite parmi les militants les plus récents. La rhétorique de l’indépendance syndicale, la valorisation de la diversité politique, constituerait ainsi une sorte de discours « attrape-tout » permettant à l’institution syndicale de s’ouvrir à des individus de toutes sensibilités, avant de les conformer à l’identité fondamentale de la centrale, plutôt à gauche et laïque. Or, l’engagement à FO d’agents se situant à droite, même s’il est toujours valorisé dans le discours syndical, semble avoir été en pratique beaucoup plus fréquent dans les années 1970-80. De même, le recours à la variable de la sensibilité politique de la famille permet au moins de neutraliser l’effet de durée de l’engagement. On constate ainsi que les individus sont issus de milieux politiques différents selon les périodes, confirmant une ouverture accrue à droite parmi les adhérents des années 1970 jusqu’à ceux du milieu des années 1990, même si cette ouverture est moins visible dans leurs préférences personnelles.

Conclusion

40La construction d’un dispositif d’enquête permettant d’objectiver le pluralisme revendiqué dans le discours syndical ne contribue donc pas à le disqualifier, mais plutôt à le spécifier. Dans cette légitimation par la négative, qui conforte le syndicalisme dans son indifférence aux principes d’évaluation proprement politiques, se trouve ainsi une définition « en creux » de l’ordre politique légitime. C’est cette définition qui peut éclairer le caractère sélectif du pluralisme militant visible sur la scène confédérale. Si la gauche est largement majoritaire parmi les militants, ce n’est pas n’importe quelle gauche. On ne trouve pas de communistes ni d’écologistes, pas de militants d’ATTAC et peu de militants d’extrême gauche en dehors des militants du PT qui, par ailleurs, récusent souvent ce terme. La rareté des engagements confessionnels et, a contrario, la place occupée par les engagements « humanistes » et laïcs (droits de l’homme, franc-maçonnerie, libre pensée) montrent que l’ancrage de FO dans le milieu de la « première gauche », laïque et républicaine, reste bien le trait distinctif de cette centrale, au point de la maintenir à l’écart des réseaux militants que la sociologie de l’action collective étudie le plus souvent. De même, la culture de la parole qui marque l’échéance des congrès confédéraux n’est pas sans résonance avec les pratiques structurant les activités des militants humanistes, qui se caractérisent en premier lieu par la revendication d’une activité essentiellement « spéculative », d’un rapport « gratuit » au discours. La Libre pensée et la Franc-maçonnerie ont par exemple en commun d’organiser annuellement l’activité de leurs membres sous la forme de questions livrées à la « libre discussion ». Malgré l’insertion privilégiée de FO dans le milieu de la gauche laïque, le clivage gauche-droite ne semble pas être un critère pertinent de promotion des militants. Si la gauche est hégémonique, les individus qui ne se positionnent pas à gauche (qu’ils se situent au centre, à droite ou rejettent ce clivage) ne sont pas moins enclins à accéder aux responsabilités syndicales, quelles qu’elles soient. Ce n’est ainsi peut-être pas tant l’importance de la présence des militants de droite au sein de FO, que la tolérance ostentatoire dont ils font l’objet, qui est une spécificité de cette centrale. L’exclusive posée à l’encontre de certains réseaux militants, qui peuvent a contrario structurer les centrales concurrentes, pourrait bien être la condition de l’entretien d’une diversité politique marquée par la coexistence de réseaux militants de la première gauche et de la droite « républicaine ».

41Quant aux variations politiques constatées dans une perspective diachronique, on peut supposer qu’elles ne sont pas sans rapport avec l’évolution des stratégies, de l’image publique, du répertoire d’action de la confédération. Ces transformations de FO sont souvent résumées à la dynastie des secrétaires généraux : au syndicalisme socialisant de R. Bothereau aurait succédé le cours « pragmatique » d’A. Bergeron, puis la pratique « contestataire » de M. Blondel. Faute de pouvoir revenir sur la part de vérité institutionnelle de ces simplifications anthropomorphiques, on se contentera de souligner que cette oscillation politique est reconnue par les militants eux-mêmes. Mais, loin de signifier une quelconque inconstance, elle se trouve valorisée, comme le soulignent les propos de ce secrétaire d’union départementale :

  • 39 Entretien du 23 mars 2004.

« La CGT-FO, c’est une organisation qui rassemble des gens de tous les horizons, ça aussi c’est important, politiques, religieux, ou pas, athées, ça me paraît aussi important, ou philosophiques. […] Ce qui explique qu’à partir du moment où on est sur cette base-là, c’est plus difficile à gérer, et qu’on est accusé, y a trente ans d’être plutôt marqué d’un côté et puis maintenant plutôt marqués d’un autre côté. Ben ça c’est l’indépendance syndicale, c'est-à-dire qu’on est ni d’un côté ni de l’autre, on est là pour défendre les intérêts des salariés, et non pas se mêler à la vie [politique]… »39

42Dans la gestion de cette histoire sédimentée comme dans celle du pluralisme au présent, la rhétorique de l’indépendance peut ainsi être comprise comme structurant « l’identité narrative » (Ricoeur, 1990) de l’institution syndicale, en offrant aux militants un principe de permanence qui transfigure la variabilité politique de l’organisation.

43On voit ainsi que la réalisation d’une enquête par questionnaire, loin de constituer une fin en soi ou le point d’arrivée d’une recherche, permet plutôt de la faire rebondir en posant de nouvelles questions. Combiner l’enquête quantitative à un regard historique et ethnographique sur la « forme congrès » permet tout à la fois de contrôler la pertinence des données recueillies par questionnaire et d’esquisser des pistes permettant de les éclairer. Loin d’être une caractéristique permanente, atemporelle, singulière, de la CGT-FO, le pluralisme politique de l’organisation apparaît comme une caractéristique variable selon les cohortes d’engagement et selon les sites d’observation. Il faut dès lors s’interroger sur les conditions symboliques, sociales et organisationnelles de la sédimentation et de la coexistence de ces définitions plurielles de l’indépendance syndicale.

Top of page

Bibliography

D. Andolfatto, D. Labbé, 1997. La CGT. Organisation et audience depuis 1945, Paris, La Découverte.

D. Andolfatto, 1998. « Les doubles dirigeants de la CGT et du Parti communiste », Communisme, 51-52.

D. Andolfatto, 1999. « Constructivisme et historicisme. La direction de la CGT issue du congrès de Strasbourg », Communisme, 57-58, p.157-191.

M. Barthélémy, 2000. Associations : un nouvel âge de la participation ? Paris, Presses de Sciences Po.

S. Beaud, 1996. « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour “l’entretien ethnographique” », Politix, 35, p. 226-257.

A. Bergeron, 1996. Je revendique le bon sens, Paris, Liana Levi.

A. Bergounioux et al., 1982. La parole syndicale. Étude du vocabulaire confédéral des centrales ouvrières françaises (1971-1976), Paris, PUF.

S. Béroud, D. Garibay, 2003. Enquête sociologique sur les délégués du 47e congrès confédéral de la CGT (24-28 mars 2003), Paris, IRES-CGT.

A. Bevort, D. Labbé, 1992. La CFDT. Organisation et audience depuis 1945, Paris, La Documentation française.

T. Choffat, G. Henry, 2006. Regards sur Force Ouvrière en Lorraine, Nancy, GRIP-IRENEE.

T. Choffat, 2006. L’Union départementale Force ouvrière de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Université Nancy II.

A. Collovald, M.-H. Lechien, S. Rozier, L. Willemez, 2002. L’humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de “solidarité internationale” en faveur du Tiers-Monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

M. Dreyfus, G. Gautron et J.-L. Robert (dir.), 2003. La naissance de Force ouvrière : autour de Robert Bothereau, Presses universitaires de Rennes.

M. Dreyfus, M. Pigenet (dir.), 2011. Les meuniers du social : Force ouvrière et la naissance du paritarisme, Paris, Publications de la Sorbonne.

B. Duriez, F. Sawicki, 2003. « Réseaux de sociabilité et adhésion syndicale. Le cas de la CFDT », Politix, 63, p. 17-57.

O. Fillieule, N. Mayer, 2001. Introduction au dossier « Devenirs militants », Revue française de science politique, vol. 51, n°1-2.

O. Fillieule, 2001. « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, 51, 1-2.

O. Fillieule et P. Blanchard, 2005. « Carrières militantes et engagements contre la globalisation », in E. Agrikoliansky, I. Sommier (dir.), Radiographie du mouvement altermondialiste, Paris, La Dispute, pp. 157-183.

B. François, E. Neveu, 1999. « Sociologie des espaces publics contemporains », in B. François, E. Neveu (dir.), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

S. Galceran, 2004. Les franc-maçonneries, Paris, La Découverte.

D. Gaxie, 1978. Le cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Seuil.

C. Guillaume, S. Pochic, 2006. « Carrières militantes à la CFDT. Regards de sociologues du travail sur les phénomènes de professionnalisation et de promotion », communication au colloque « Comment penser les continuités et discontinuités du militantisme ? Trajectoires, pratiques et organisations militantes », Lille.

P. Guimard, 2014. Sociographie des délégués au congrès confédéral de la CGT-Force ouvrière en 2007, Agence d'objectifs FO-IRES.

T. Hallett, 2003. « Symbolic Power and Organizational Culture », Sociological Theory, 21-2, pp. 128-149.

F. Héran, 1988. « Au cœur du réseau associatif : les multi-adhérents », Économie et statistique, 208, p. 33-44.

A.-M. Hetzel et al., 1998. Le syndicalisme à mots découverts. Dictionnaire des fréquences (1971-1990), Paris, Syllepse.

J. Ion, 1997. La fin des militants, Paris, Ed. de l’Atelier.

R. Lenglet, J.-L. Touly, C. Mongermont, 2008. L’argent noir des syndicats, Paris, Fayard.

J. Mischi, 2010. Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Presses universitaires de Rennes.

J. Mischi, 2014. Le Communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Paris, Agone.

R. Mouriaux, 1985. Syndicalisme et politique, Paris, Ed. ouvrières.

A. Narritsens, L. Frajerman, 2008. « Fédéralisme et démocratie syndicale : l’exemple de la FEN et de la CGT », in R. Mouriaux, J. Magniadas, dir., Le syndicalisme au défi du 21e siècle, Paris, Syllepse.

J-C. Passeron, 2006. Le raisonnement sociologique, Paris, Albin Michel.

P. Ricoeur, 1990. Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

J.-Y. Sabot, 1998. « La fédération FO de la Métallurgie », D. Andolfatto et D. Labbé (dir.), Un demi-siècle de syndicalisme en France et dans l’Est, Nancy, Presses Universitaires de Nancy.

F. Sawicki, 1997. Les réseaux du Parti socialiste. Sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin.

E. Soutrenon, 2005. « Le “questionnaire ethnographique” Réflexions sur une pratique de terrain », Genèses, 60-3, pp. 121-137.

B. Vivier, 1999. « Le 46e Congrès confédéral de la CGT. 31 janvier-5 février 1999 », Communisme, 57-58, p. 129-155.

K. Yon, 2008. Retour sur les rapports entre syndicalisme et politique : le cas de la CGT-FO. Éléments pour la sociologie d’un « monde de pensée », thèse de science politique, Université Paris 1.

Top of page

Notes

1 Au cours de la période, d’autres travaux ont été réalisés qui ont permis d’améliorer la connaissance de Force ouvrière, tout du moins de son histoire, grâce aux efforts des chercheurs du Centre d’Histoire Sociale qui ont été à l’initiative de deux colloques suivis de publications (Dreyfus et al., 2003 ; Dreyfus et Pigenet, 2011).

2 Cette offre est toute relative cependant. Les relations entre la CGT-FO et le monde de la recherche ont longtemps été compliquées : éparpillement des sources, réticence des responsables syndicaux à accepter un regard extérieur, catégories d’analyse des chercheurs forgées dans l’étude d’autres organisations et incapables de rendre compte de FO autrement que dans le registre de la singularité ou du pathologique. Partant de ces constats, mon travail de thèse a cherché à saisir le « monde de pensée » de FO dans sa positivité, dans un contexte où le rapport de cette organisation à la recherche était en train d’évoluer. Je renvoie à ma thèse pour une discussion plus élaborée des conditions de possibilité d’un regard neuf sur cette organisation (Yon, 2008).

3 Sur la notion de « culture organisationnelle », cf. (Hallett, 2003).

4 Dans ces travaux le discours confédéral de FO est mis en relation avec celui des trois autres centrales CGT, CFDT et CFTC.

5 Quelques informations concernant le congrès confédéral de 1996 ont paru dans FO Hebdo n°2287, qui portaient sur la répartition des délégués selon les unions départementales et les fédérations. Un questionnaire très bref (une feuille recto-verso) avait été envoyé aux délégués avant le congrès de Marseille, en 2000, sans donner lieu à exploitation. Les 306 questionnaires finalement recueillis (soit environ un dixième des participants au congrès) m’ont été aimablement transmis par le trésorier confédéral. Mon questionnaire a été repris par les services confédéraux au congrès de 2007, amputé cependant des questions portant sur les attitudes politiques (Guimard, 2014). Des enquêtes sociologiques auprès de militants FO ont cependant été réalisées à d’autres niveaux, local ou fédéral, cf. infra.

6 Je n’aborde pas dans cet article la question de la composition sociale du congrès. Ce point est développé dans ma thèse.

7 La CGT-FO est créée en 1948, dans le contexte de guerre froide, à l’issue d’une scission de la CGT ; parallèlement, les enseignants optent pour l’autonomie de la FEN. Sur le fonctionnement de la CGT et de la FEN, cf. (Narritsens, Frajerman, 2008).

8 En réalité, de la CGT de Léon Jouhaux, telle qu’elle s’est organisée autour de la Première guerre mondiale.

9 L’appareil interprofessionnel de la CGT-FO est localement consolidé par les subventions des collectivités locales et les ressources des organismes paritaires. Parallèlement, syndicats et fédérations professionnelles peuvent s’appuyer sur des accords de financement conclus avec les entreprises. Sur la diversité des dispositifs légaux de financement des activités syndicales, cf. R. Hadas-Lebel, Pour un dialogue social efficace et légitime : Représentativité et financement des organisations professionnelles et syndicales, Rapport au Premier ministre, 2006, p. 56-78. Pour un aperçu des formes plus officieuses, cf. (Lenglet et al., 2008). Il est à noter que la réforme de la représentativité syndicale entamée en 2008 modifie profondément les conditions structurelles de ce fédéralisme.

10 Marc Blondel, intervention inaugurale, Compte-rendu chronologique intégral du congrès, 20ème congrès confédéral, Paris-Nord Villepinte, du 2 au 6 février 2004, p. 23-24.

11 Le 47e congrès de la CGT, du 24 au 28 mars 2003, rassemblait ainsi 984 délégués et le précédent, début 1999, 1 001 délégués. Cf. Communisme, 57-58, 1999. Les deux articles consacrés à ce congrès insistent beaucoup sur la sélection-construction en amont, par la direction sortante, tant des délégations de congressistes que des futures instances (Vivier, 1999 ; Andolfatto, 1999). Le 46e congrès de la CFDT, qui s’est tenu à Grenoble en juin 2006, rassemblait quant à lui environ 1 400 délégués.

12 Chiffres communiqués par la trésorerie confédérale dans le journal du syndicat, FO Hebdo.

13 Les citations sont visibles dans le Compte-rendu chronologique intégral du congrès…, op. cit., p. 101-107. L’intervenant, syndiqué de l’Aéronautique dans les Hauts-de-Seine, est membre du bureau de son union départementale.

14 Ce n’est cependant que depuis le congrès de 1980 que s’est imposée l’habitude de soumettre au vote des délégués une seule résolution d’orientation générale. Auparavant, les désaccords s’exprimaient dans la présentation de textes alternatifs, généralement portés par les minorités dites « révolutionnaire » (des années 1950 aux années 1970) et « socialiste unitaire » (dans les années 1970). Les scores cumulés de ces textes ne dépassaient cependant jamais la barre des 15 %.

15 Sur ce plan, les congrès confédéraux de la CGT-FO se distinguent nettement de ceux de la CGT ou de la CFDT, où les prises de parole au nom de la direction sont partagées entre responsables confédéraux. Sous le mandat de J.-C. Mailly cependant, un leadership plus collectif s’est affirmé, qui s’est notamment illustré lors des congrès ultérieurs par un partage accru de la parole confédérale.

16 Expression rapportée par le quotidien Combat, 24 nov. 1963.

17 « La confédération a toujours été le lieu de rassemblement de militants venus d’horizons différents, voire opposés. Je me suis efforcé le plus possible de favoriser la cohabitation des uns et des autres. On traitait Force ouvrière d’auberge espagnole, et alors ? Je suis toujours parti du principe que le mélange des adhérents n’encrasse pas le moteur du syndicat. » (Bergeron, 1996 : 173-174).

18 Entretien du 3 mai 2004.

19 Entretien du 10 juin 2005.

20 Entretien du 20 février 2003.

21 Discours du secrétaire général sur le rapport d’activité confédéral, présenté par Jean-Claude Mailly au XXIe congrès, Lille, le 25 juin 2007. Les cinq premières minutes du discours de réponse de J.-C. Mailly aux interventions des délégués, lors du congrès de 2015, réaffirment ce credo combinant liberté d’expression et pluralisme politique : « toutes celles et ceux qui voulaient intervenir l’ont fait et ont dit ce qu’ils avaient à dire », « chacun peut avoir les idées politiques qu’il veut, à condition de les laisser au vestiaire ».

22 Cette injonction à la neutralité politique peut se constater dans les conduites quotidiennes des syndicalistes. Mais elle est aussi explicitement consignée dans les statuts confédéraux. L’article 2 lui est consacrée : « Le syndicat s’interdit, dans ses assemblées, toute discussion politique ; en conséquence, le syndicat n’adhère à aucune organisation politique et ne participe à un congrès politique, chacun de ses membres restant, à cet égard libre de faire, individuellement, ce qui lui convient. » Cet article est resté inchangé depuis 1948 (cf. la brochure Conseils pratiques à l’usage des responsables de ‘‘Force Ouvrière’’, 1948, 8 p., archives BDIC, O PIECE 25804). La coupure organique entre fonctions de représentation syndicale et politique est affirmée dans plusieurs articles. Un ensemble de dispositions est par ailleurs censé protéger le syndicalisme contre le risque de « grèves politiques », que porte en particulier le recours à la grève générale.

23 Entretien avec J-C. Mailly, 20 février 2003.

24 Son contenu est inspiré d’un questionnaire réalisé par Bruno Duriez et Frédéric Sawicki pour une enquête sur la CFDT (Sawicki, Duriez, 2003).

25 La comparaison des données recueillies avec les statistiques plus fragmentaires produites lors de congrès antérieurs semble témoigner d’une assez bonne représentativité de l’échantillon. Sur ce point je renvoie à ma thèse.

26 Je renvoie à ma thèse pour une exploitation plus exhaustive du questionnaire.

27 Le constat vaut surtout pour les associations religieuses. Les associations culturelles et environnementales ne figuraient pas parmi les modalités de choix, ce qui a pu infléchir la propension des interrogés à indiquer ce type d’appartenances.

28 Un électeur sur cent est conseiller municipal (Ministère de l’Intérieur et de l’aménagement du territoire, Les collectivités locales en chiffres 2007, Paris, Direction générale des collectivités locales, 2007, p. 114).

29 Pour être plus précis, il faudrait dire que cet indicateur nous renseigne sur l’intensité des trajectoires d’engagement des syndicalistes en terme de nombre d’organisations fréquentées, puisqu’il cumule les appartenances présentes et passées.

30 Le Parti des travailleurs est une organisation animée principalement par les militants trotskystes dits « lambertistes ». En 2008, le PT s’est transformé en Parti ouvrier indépendant.

31 Il est cependant risqué d’en conclure que les répondants se soient ainsi positionnés « le plus à gauche » ou « à l’extrême gauche ». Dans la mesure où la modalité 1 était simplement signalée « gauche », il faudrait plutôt avoir le raisonnement inverse : choisir les modalités 2, 3 ou 4 pouvait ainsi être interprété comme se situer « moins à gauche ».

32 La politisation étant entendue ici comme « aptitude à opérer une construction proprement politique de l’espace politique » (Gaxie, 1978 : 158).

33 369 questionnaires recueillis sur 562 participants, soit un taux de réponse de 66 %. Données citées in (Choffat, Henry, 2006).

34 Contre les deux tiers dix ans plus tôt (Béroud, Garibay, 2003 : 55).

35 Si les auteurs n’appuient leur propos sur aucun élément tangible, les recherches de Julian Mischi témoignent de l’imbrication des réseaux cégétistes et communistes ; il note cependant un éloignement de ces deux organisations depuis les années 1970, à mesure que l’appareil communiste se « désouvriérise » (Mischi, 2010, 2014).

36 Faute de place, je renvoie à ma thèse pour une présentation plus détaillée de ces calculs.

37 Je renvoie aux travaux de J. Mischi cités plus haut. Ils montrent que cette double appartenance était loin de systématiquement impliquer une subordination des syndicalistes communistes au parti et que cette imbrication a de plus en plus été remise en cause dans les dernières décennies.

38 Intitulé de la question : « Diriez-vous que vous êtes issu(e) d’une famille plutôt de sensibilité… socialiste / communiste / centriste / de droite / autre »

39 Entretien du 23 mars 2004.

Top of page

References

Electronic reference

Karel Yon, « FO en congrès : un observatoire de « l’indépendance syndicale » ? Entre valorisation du pluralisme et sélectivité des engagements », Socio-logos [Online], 11 | 2015, Online since 07 December 2015, connection on 19 August 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/3091

Top of page

About the author

Karel Yon

Chargé de recherche CNRS/CERAPS

Top of page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org