Skip to navigation – Site map

Les mouvements socio-écologistes, un objet pour la sociologie

The socio-environmental movements, a subject for sociology
Anahita Grisoni and Sophie Némoz

Abstracts

The setting up and successive meetings of the French sociological association have brought with them a whole range of questions about the place of « environment » as a subject for French sociology, through the creation of the thematic network 38 « Sociologie de l’environnement et des risques ». Particular attention has recently been paid to the socio-environmental movements as a subject allowing the extension of scope for reflection around the environment. This dossier describes and analyses the theoretical foundations as well as the material practices linked to these socio-environmental movements. The contributions of Florence Rudolf, Philippe Boudes and Fabrice Flipo question the notions of naturalism, ecological modernization and environmentalism respectively, in conjunction with the social relations and the current ideological frameworks ; the articles written by Christophe Baticle, Anahita Grisoni and Sophie Némoz highlight the way in which these movements are translated into the contemporary reality of social movement.

Top of page

Full text

1. Les origines et la poursuite d’une réflexion

Les rencontres de l’Association française de sociologie (AFS) à Grenoble en juillet 2011 ont marqué une nouvelle étape dans l’interrogation de la spécificité de l’objet « environnement » au sein du champ de la sociologie. Cette réflexion avait été engagée avec la création du Réseau thématique 38 « Sociologie de l’environnement et des risques » (RT 38) lors du premier congrès de l’AFS en 2004. Il s’agissait alors de penser la place de cette notion générale, déclinée sous plusieurs termes – nature, écologie, développement durable – dans le champ de la sociologie. Considéré en regard du contexte de la sociologie française, ce questionnement ne semble pas anodin. En effet, dans la tradition durkheimienne, la sociologie est une science qui s’est construite contre les idées de nature et de naturalité, pour différentes raisons : d’une part parce qu’elle vise à décrire des sociétés humaines modernes, donc par définition affranchies de « l’état de nature » ; d’autre part parce qu’elle entend dénaturaliser des phénomènes, le plus souvent inégalitaires, perçus comme « naturels » (techniques du corps, représentations de la famille, etc.) ; enfin parce que son objet est de mettre en évidence la construction sociohistorique des objets sur lesquels elle se penche.

Malgré cette méfiance et face à la diffusion de la « question environnementale » (Ingold, 2011) au sein de la société, deux approches peuvent être identifiées dans la compréhension des enjeux sociaux liés à l’environnement. L’une renvoie à la sociologie des risques et de l’environnement, telle qu’elle est formulée par le RT 38 de l’AFS. Elle cherche à circonscrire un sous-champ défini par les notions fluctuantes de nature, d’écologie, d’environnement. La légitimité de ce sous-champ disciplinaire s’établit sur la reconnaissance de bases bibliographiques communes (Moscovici, 1968, 1971 ; Morin, 1971, 1973 ; Kalaora, 1998 ; Jollivet, 2001 ; Micoud, 2001). Elle est renforcée par la parution d’ouvrages récents, notamment le Manuel de Sociologie de l’environnement aux Presses universitaires de Laval (Barbier et al., 2012) et de l’ouvrage Environnement et société (Aspe et Jacqué, 2012), mais aussi Pour une sociologie de l’environnement. Écologie, société et politique (Kalaora et Vlassopoulos, 2013) ou encore Environnement et sciences sociales en France et en Allemagne (Charles, Lange, Kalaora, Rudolf F., 2014) ou Humanités environnementales, Enquêtes et contre-enquêtes (Blanc, Demeulenaere et Feuerhahn, 2017). Les attaches institutionnelles, les travaux menés par ces chercheur-e-s sont marqués par une ouverture importante à l’interdisciplinarité. Loin d’être acceptée comme une contrainte de fait, cette méthodologie est mise à distance et analysée d’un point de vue critique (Claeys, 2006 ; Granjou et al., 2013). Ainsi, on compte plusieurs sociologues membres du bureau du RT38 parmi les contributeurs du Portail des humanités environnementales, qui regroupe les apports de différentes disciplines des sciences humaines et sociales.

L’autre approche procède d’autres sous-champs disciplinaires et aborde le changement social et politique en intégrant l’existence d’enjeux environnementaux. Traditionnellement, la sociologie des mouvements sociaux donne le « la » en la matière (Touraine, 1980 ; Lolive, 1999 ; Bozonnetet Jakubek, 2000 ; Jacqué, 2002 ; Ollitrault, 2008). Pourtant, d’autres traditions s’y attellent également : sociologie des religions, sociologie pragmatique (Chateauraynaudet Torny, 1999), sociologie de la consommation (Dobré et Juan, 2009 ; Laville, 2010), mais aussi, plus largement, la sociologie politique. S’il est vrai que les travaux de terrain laissent observer l’existence de revendications et de grammaires de l’action spécifiques à l’écologie et à l’environnement, il n’en demeure pas moins que le constat s’établit : celui de la diffusion de l’enjeu environnemental dans l’ensemble des domaines du social.

Dans un article datant de 1978, les sociologues états-uniens William Catton et Riley Dunlap proposent un nouveau paradigme pour les sciences sociales, dans lequel l’environnement apparaît comme un élément à part entière du champ social, notamment à travers l’étude d’enjeux dits « environnementaux ». Dans cette perspective, la sociologie de l’environnement ou Environmental Sociology a pour objet de réfléchir aux interactions entre l’homme et l’environnement. Au-delà de ce débat, et à la croisée des chemins entre les deux approches citées ci-dessus, ce dossier a pour objet d’interroger les modalités selon lesquelles les questions environnementales, abordées de manière transversale, participent de la formulation et de la matérialité du changement social. Il ne s’agit pas de se demander s’il faut, pour les comprendre, instaurer un nouveau paradigme, astreignant ainsi les autres catégories d’entendement du champ sociologique à une lecture environnementaliste. De la même façon, nous ne voulons pas limiter les constructions sociales de l’environnement à des effets de mode ou à la coloration verte de rapports sociaux inégalitaires (Comby, 2013). L’objectif de ce numéro est de proposer une sociologie des rapports de domination qui intègre les objets de recherche en lien avec l’environnement.

1.1. Ce que nous avons fait

À l’issue du congrès de l’Association française de sociologie qui s’est déroulé à Grenoble en 2011, nous avons mis en place un séminaire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, intitulé « L’environnement est-il un objet pour la sociologie ? ». Cette initiative, posée sous forme de question ouverte, visait à interroger la place de cet objet dans notre discipline et s’inscrivait pleinement dans la perspective développée par le RT38. Elle a donné lieu à plusieurs réunions du groupe de travail et s’est développée par la suite à travers le renforcement d’un réseau de chercheurs en France. L’objet du séminaire était de définir les différents axes relatifs à la valeur heuristique de la notion d’environnement en sociologie, tout en créant un corpus bibliographique commun autour de ces questions.

Le séminaire a débouché sur plusieurs projets collectifs : en 2012, Anahita Grisoni et Malcom Ferdinand ont obtenu le soutien du CNRS (PEPS) à un projet de recherche portant sur les inégalités sociales et environnementales, étudiées à travers une enquête comparative en Haïti et à Cuba. En 2013, Anahita Grisoni et Sophie Némoz ont publié un article dans la revue Vertigo portant sur le statut de la sociologie de l’environnement dans un contexte de demande croissante d’interdisciplinarité et d’expertise (Grisoni et Némoz, 2013). Les coordinatrices du dossier ont également participé au colloque organisé par l’Équipe de recherche et d’études interdisciplinaires sur la durabilité (EREID) à Quimper. C’est au cours du Ve Congrès de l’AFS qu’une première session croisant les RT 38 et RT 21 « Sociologie des mouvements sociaux » a été organisée. Elle a été suivie d’une session approfondissant ces thématiques présentée lors du XVIIIe Congrès de l’Association internationale de sociologie à Yokohama en 2014. Tout ce travail a pu s’inscrire dans la perspective plus large de l’AFS grâce au Congrès de Nantes, dans lequel une large place a été faite au RT38 qui a pu se confronter aux avancées scientifiques des autres réseaux thématiques lors de trois sessions semi-plénières. Ainsi, une semi-plénière intitulée Environnement et inégalités sociales : les sciences sociales face aux différents programmes de modernisation écologiquea été organisée sur la manière dont les objets environnementaux donnent à voir la permanence et la reproduction d’inégalités sociales. De la même façon, une session semi-plénière nommée Les alternatives au capitalisme a permis de présenter des expériences sociales radicales faisant une place importante à l’écologie.

1.2. Ce que nous proposons : saisir la diversité des formes d’engagement et des mouvements socio-écologistes

Au fil des sessions croisées convoquant la sociologie des mouvements sociaux et les questions environnementales, une hypothèse s’est dégagée, celle de la reformulation en termes écologiques des revendications d’ordre social, que l’on pourrait interpréter comme une forme de décloisonnement de l’écologie. Travailler cette hypothèse implique d’une part d’interroger la portée heuristique de la notion d’environnement en sociologie, dans la mesure où « l’environnementalisme », mouvement social fondé sur la « protection de la nature », se distingue dès sa genèse de l’écologie, dont l’objet est une réflexion sur le monde à partir de l’observation du rapport au milieu (Martinez Alier, 2012). D’autre part, cette réflexion engage à déconstruire attentivement un champ lexical communément appliqué à l’écologie mais relevant davantage du champ de l’expertise, dans la lignée des travaux critiques antérieurs : « développement durable » (Charles et Kalaora, 2003) ; « modernisation écologique » (Rudolf, 2005) ; » transition écologique » (Coutrot, Flacher, Méda, 2011 ; Semal, 2012) ; « acceptabilité sociale » (Barbier, 2013). Ces manières de faire qui se reconnaissent du champ de l’écologie ne seront pas ici séparées des autres dimensions sociales mais, au contraire, inscrites dans la perspective d’une interrogation sur la notion de changement social. Loin des analyses reléguant les questions environnementales au pré carré de l’échelle locale et aux préoccupations « petites-bourgeoises » (Billemont, 2006), ou les noyant dans la globalisation, ce numéro a pour ambition de réunir des approches multi-niveaux, croisant l’articulation des échelles territoriales et juridiques, donnant parfois lieu à une « accumulation » des inégalités, mais aussi à une diversification des modes d’action.

2. Les mouvements socio-écologistes dans le contexte de la convergence des luttes

2.1. Aborder les mouvements socio-écologistes

Ce numéro de la revue Socio-logos a pour objet de mettre au jour les conditions matérielles de rapprochement entre des segments du mouvement social jusque-là séparés voire opposés, autour de l’écologie comme partie intégrante des mouvements sociaux. Ces derniers sont ici à considérer dans une acception large, au-delà des clivages opposant la dimension culturelle des « nouveaux mouvements sociaux » tels qu’ils sont définis par Alain Touraine (1980) à une définition plus classique, abordant les mobilisations et les changements politiques à travers les rapports de classe (Neveu, 2006). Si l’histoire des luttes écologistes (Vilalba et Ollitraut, 2014) est traditionnellement renvoyée du côté des « classes moyennes » (Billemont, 2006) ou des « nouveaux mouvements sociaux » (Touraine, 1980), laissant supposer que le conflit de classes est désormais secondaire face aux questions dites « culturelles », elle donne à voir des moments de convergence qui s’illustrent par exemple à travers l’émergence d’une solidarité envers les mouvements anti-nucléaires émergeant du côté de la CFDT au début des années 1970 (Bécot, 2015). Certains travaux, entrepris par les canaux militants, tels que le numéro 84 de la revue Mouvements intitulé « Le travail contre nature », ont déjà démontré que cette division entre le mouvement social et l’écologie concerne tout particulièrement la France. Du côté des partis politiques et des syndicats, aucune organisation ne peut faire aujourd’hui l’économie d’un groupe de travail « développement durable » ou « écologie ».

En outre, la diversité idéologique du mouvement écologiste permet d’aborder la convergence des luttes à partir d’autres moments de rencontre. Dans cette perspective, le recours à des courants théoriques ou des travaux conduits à l’étranger a pour vertu de souligner les spécificités des divisions françaises. Ainsi, la communauté épistémique de la political ecology, prolixe dans les espaces anglophones et hispanophones, interroge depuis le début des années 1990 la convergence des luttes dites socio-écologiques (Martinez Alier, 1991 ;Gezon et Paulson, 2004). Cette observation permet d’élargir la focale et de sortir du cadre restreint de la « crise écologique ». Mais une telle représentation de la prise de conscience écologique est historiquement limitée aux années 1970 ; car si elle constitue une entrée importante, elle n’est pas pour autant la seule façon de concevoir le rapport politique à l’environnement. En effet, la référence au seul « club de Rome », dominé par les intérêts de certains industriels (Pelletier, 2015), marque déjà la visibilité d’une écologie capitaliste, réduite aux intérêts de la classe dominante. L’écologie de la « croissance verte », prônée par les gouvernements des pays de l’Union européenne, représente bien sûr la majorité politique (O’Neil, 2008), mais ne concerne que la minorité idéologique au sein d’un spectre de mouvements sociaux extrêmement variés. Alors que le terme de « développement durable » s’inscrit indubitablement dans une tradition intellectuelle développementiste (Kalaora, 2003) et néolibérale (Rudolf, 2013), de l’autre côté de l’Atlantique, les grassroots movements nord-américains revendiquent dès les années 1980 la justice sociale et écologique pour les populations noires et pauvres des centres urbains. Au-delà de toute tentative de réduction idéologique, l’écologie peut être abordée à partir de la question de la propriété foncière ou de celle des inégalités d’accès aux ressources naturelles. S’y ajoutent les inégalités en termes de risques, qui ne sont jamais uniquement naturels. Des asymétries entre les États et les classes sociales apparaissent de façon parfois flagrantes, notamment dans l’accès aux soins et à la santé, ou encore à travers la relégation des classes populaires, ouvrières et paysannes à des espaces rendus nocifs par la présence d’infrastructures lourdes et polluantes, souvent situées dans des zones péri-urbaines ou rurales. Ces problématiques ne sont pas réservées aux pays dits « en voie de développement » ni même au « quart monde » des pays du nord, mais touchent un nombre croissant de personnes, des classes populaires aux classes moyennes précarisées et appauvries. Au-delà d’une approche artificielle et purement environnementale, la notion de risque telle qu’elle est définie par Sylvia Becerra et Anne Peltier intègre cette exposition différenciée aux catastrophes et aux dommages dits « naturels » (Becerra & Peltier, 2009).

L’écologie, objet aussi complexe que les mouvements sociaux eux-mêmes, déborde donc de part et d’autre le cadre de la sociologie des mobilisations et celle des mouvements sociaux, quel que soit le lieu où l’on place la frontière théorique. Elle pose à la sociologie en général un ensemble de questions auxquelles la discipline ne peut se soustraire : faut-il considérer l’arrivée de la « nature » en sciences humaines et sociales comme une nouvelle problématique ou un tournant théorique ? Doit-on au contraire sous-traiter ces interrogations aux sciences du vivant ? Le rôle des sociologues est-il d’accompagner le pouvoir politique dans son travail de division entre mouvements syndicaux et écologie ? Faut-il contribuer à l’incompatibilité des luttes ?

  • 1 Le buycott renvoie à l’orientation des choix des consommateurs en faveur des causes plus éthiques e (...)

Notre point de vue, ici, est celui d’une urgence sociologique à rendre plus complexe le regard sur l’écologie en sciences sociales. Il s’agit tout d’abord, d’éviter l’écueil d’un regard apolitique et homogénéisant, qui consiste à considérer que l’humanité toute entière est engagée dans une responsabilité commune vis-à-vis des causes de la crise écologique. Pourtant, l’approche de l’écrivain anarchiste Murray Bookchin, précurseur de la « social ecology », est fondée sur une distinction de la manière dont les différents groupes sociaux sont impliqués dans la crise écologique (Bookchin, 1990). Dans cette perspective, certains travaux dont ceux de Jason Moore sur la capitalocène (Moore, 2011, 2014) limitent l’essentiel de l’impact historique des grands groupes industriels et des décisions de leurs dirigeants sur le changement climatique. Urgence sociologique, aussi, à faire l’état des lieux de la diversité des formes d’engagement, des rapports sociaux et des conflits de classes qu’elles impliquent et de leur dépassement. Urgence sociologique, toujours, à faire dialoguer les formes de l’écologie avec une perspective théorique classique, à la lumière des auteurs fondamentaux de notre discipline, afin d’examiner leurs fondements, d’anticiper leur portée. A ce titre, on peut citer les travaux de John Bellamy Foster interrogeant l’œuvre de Marx à la lumière de l’écologie (Foster, 2011). Le « développement durable », la « résilience », la « transition écologique », mais aussi les « Zones à défendre » ZAD, la décroissance, le véganisme sont autant de notions en soi et pour soi, existant à travers les sens et les pratiques matérielles différenciés que leurs donnent les acteurs. Urgence sociologique, enfin, à aborder les débats qui demeurent dans l’ombre : quelle critique de la « société de consommation » étant donné la masse des acteurs qui n’y ont pas accès ? Quelle place laisser, ou abolir, pour l’économie de marché ? Que faire de la récupération de l’écologie par des intérêts partisans dénués d’éthique environnementale ? Pourquoi le recours au buycott1prévaut-il contre des modes d’action collective contestant les choix d’action publique, tels que l’autorisation des Organismes génétiquement modifiés (OGM) ? Que nous apprennent les monnaies parallèles, par exemple, sur les effets économiques d’un engagement environnementaliste/écologiste ?

Dans cette perspective, il nous semble nécessaire d’examiner des gestes et des représentations de l’écologie, tout ce qu’ils expriment et ce qu’ils remettent réellement en question, à travers une entrée privilégiée par les mouvements sociaux. Cette approche ne peut se faire sans prendre en compte un cadre et des mécanismes plus larges qui, au-delà des mouvements sociaux, concernent une grande majorité de la population : scandales alimentaires, sanitaires, projets d’aménagement coûteux…

2.2. Le contexte de la convergence des luttes

Certaines manifestations militantes se confrontent actuellement à des phénomènes de convergence des luttes (Brustier, 2016). Le brouillage des pistes politiques, la précarisation des conditions de vie (Paugam, Le Blanc et Rui, 2011) et l’aggravation des inégalités écologiques et sociales, les recompositions de l’ensemble des services publics et de l’état de droit conduisent à des diagnostics plurivoques établis par les mouvements sociaux. Plutôt que la disparition des idéologies bien souvent clamée depuis la fin des années 1980, l’époque contemporaine pourrait être définie comme celle d’une rencontre autour d’objets communs, croisant des trajectoires politiques divergentes et devant composer avec les clivages. Le mouvement français Nuit Debout, formé en opposition à la loi réformant le Code du travail à partir du mois de mars 2016, illustre de manière particulièrement claire la convergence de formes d’engagement et d’expression. Le numéro 691 de la revue Temps modernes, consacré à cette mobilisation récente, l’inscrit dans la continuité d’autres mouvements contemporains ayant pour point commun la « spatialisation du politique » et la rencontre entre différentes idéologies (Lanzmann, 2016). Dans cette perspective, la rencontre entre différentes formes d’écologisme – associations de lutte contre la souffrance animale, contre le changement climatique, contre la perte de biodiversité, contre les inégalités environnementales – et un mouvement social revendiquant le maintien des acquis sociaux et le droit à des conditions de travail dignes ont été à même de produire des revendications de nature intersectorielle. À ce moment-là comme au cours d’autres espaces-temps de convergence, l’écologisme n’a représenté que l’une des dimensions de la lutte ; d’autres causes, telles que les féminismes et les mouvements LGBT, ont été portées dans le forum de la place de la République.

Sans être inédite, la convergence des formes d’engagement et de mobilisation de l’écologie vers d’autres mouvements sociaux survient dans un contexte politique marqué par la spatialisation du politique (Graeber, 2013). Les mouvements dits d’occupation ont donné un nouveau souffle à ces croisements. Depuis 2011, les soulèvements au Maghreb, au Moyen-Orient et dans plusieurs pays d’Europe ont été l’épicentre d’une dynamique gagnant les centralités habituelles de la lutte. Cette dynamique a été fortement documentée par la sociologie des mobilisations et la sociologie politique, notamment à travers l’angle de la participation (Van der Velde, 2014 ; Nez, 2015). Si ces convergences ont pu se réaliser, elles ne font pas pour autant disparaître la question des trajectoires politiques, si diverses et parfois conflictuelles, à laquelle d’autres courants se confrontent. Dans le cas particulier de l’écologisme, le refus du militantisme, exprimé par certains acteurs et plusieurs mouvements réformistes, le rejet apparent de ce qui peut être assimilé au « politique », sans que celui-ci ne soit qualifié, soulèvent des questions d’identification : dans quelle mesure ces formes d’engagement, visant au changement social, peuvent être définies ou non comme relevant du « mouvement social » ? Le cas échéant, peuvent-elles être réduites à des simples pratiques de distinction ? Plus largement, vers quels modèles politiques tendent les écologismes, et comment mettre en œuvre la démocratie directe ou horizontale que certains mouvements, dont les mouvements Occupy, appellent de leurs vœux ?

L’objet de ce dossier est de documenter, à partir des cadres de la sociologie, les formes politiques et les convergences relatives aux mouvements socio-écologistes, voire plus largement aux formes d’engagements écologistes, tendant au changement social. Au-delà de cette division des catégories, l’étude des pratiques matérielles et des trajectoires militantes des acteurs a montré, bien souvent, le « cumul » des formes d’engagement dans des pratiques écologiques radicales ou contestataires, « molles » ou consensuelles : dans les différentes luttes, sociales et écologiques, mais aussi dans les différentes grammaires d’actions : résistance quotidienne ; engagement associatif ; opposition aux politiques publiques ; participation à des campagnes nationales.

Ce dossier s’attache tout d’abord à offrir un regard rétrospectif sur l’écologisme, le naturalisme et la modernisation écologique, en examinant les processus de définition et leurs implications. Les trois premiers articles de Fabrice Flipo, de Florence Rudolf et de Philippe Boudes restituent leurs significations, en retraçant de manière dynamique les constructions socio-temporelles à partir d’importants corpus textuels.

L’analyse de Fabrice Flipo propose une tentative de définition de l’écologisme, en parcourant l’histoire de l’écologie écrite par ses propres auteurs. L’idéologie politique est ainsi analysée à une échelle macrosociale, celle du « développement des grands imaginaires catastrophistes ou messianistes (…) de la longue durée » (Desjeux, 2004). Cette approche s’attache au « fond du questionnement écologiste » qu’elle resitue précisément autour des modes de vie. Fabrice Flipo souligne ainsi un problème spécifique soulevé par l’écologisme : l’articulation des sciences sociales et des sciences de la nature, non sans enjeux de disciplinarité et d’interdisciplinarité. Dans son étude des auteurs et des textes qui contribuent à l’émergence de la sociologie de l’environnement, Florence Rudolf approfondit à travers différents contextes nationaux la question du naturalisme dans les sciences sociales et, plus particulièrement, en sociologie. Au sein de la discipline, la difficulté de dépasser la question naturelle fait l’objet d’un examen réflexif. Celui-ci permet de déconstruire l’idée que le dualisme entre nature et culture ne suscite plus de tensions entre sociologues. La discussion de ce cadrage dichotomique se prolonge dans les manières d’entrer en recherche, en particulier à travers la promotion de la recherche transdisciplinaire. La trandisciplinarité caractérise précisément le concept de modernisation écologique et Philippe Boudes interroge sa pertinence au regard d’une revue bibliographique. Cette dernière étaye la réflexion sur un vocable utilisé par les politiques, les experts, les entreprises, dont les sociologues ont à se saisir dans leurs analyses des transformations sociales. Une revue de la littérature sociologique sur le sujet invite en effet à considérer l’opportunité d’une mobilisation de la sociologie actionnaliste dans la perspective d’un renouvellement analytique.

Dans un second temps, ce dossier s’intéresse aux conditions matérielles, symboliques et sociales du croisement des formes d’engagement et des mobilisations écologistes. À travers leurs différentes enquêtes, Anahita Grisoni et Sophie Némoz analysent au plus près des terrains la diversité idéologique et militante au sein de ces collectifs. Leur article interroge les formes que prend la convergence des luttes, l’articulation des subjectivités et de l’action collective dans le changement mais aussi au travers des continuités sociales. Si l’environnement peut être ainsi considéré comme un enjeu d’émancipation, le texte de Christophe Baticle en explore les processus de spatialisation au regard de la place des locaux en milieu rural. Il discute les thèses de Martina Löw (2015). D’autres perspectives telles celle d’un gouvernement global de la contestation anti-nucléaire, ou une approche des questions environnementales en sociologie économique, ou encore l’analyse d’un pouvoir de type « bio-colonial » en Amérique Latine, ont été proposées, répondant à l’appel à articles que nous avions lancé pour la préparation de ce dossier. Si ce dernier ne peut toutes les restituer, leur intérêt pourrait nourrir d’utiles prolongements.

Top of page

Bibliography

ASPE Chantal & Marie JACQUÉ (2012), Environnement et société. Une analyse sociologique de la question environnementale, France, Editions MSH, Editions Quae.

BARBIER Rémi, BOUDES Philippe, BOZONNET Jean-Paul, CANDAU Jacqueline, DOBRÉ Michelle, LEWIS Nathalie & Florence RUDOLF (dir) (2012), Manuel de sociologie de l’environnement, Québec, Presses de l’Université Laval.

BECERRA Sylvia & Anne PELTIER (dir) (2009), Vulnérabilités sociétales, risques et environnement, Paris, L’Harmattan.

BÉCOT Renaud (2015), Syndicalisme et environnement. Genèse de l’action environnementale du mouvement syndical de 1944 aux années 1970, Centre Maurice Halbwachs (EHESS), recherche effectuée dans le Cadre d’une convention conclue entre l’Institut de Recherches Economiques et Sociales (IRES) et la CFE-CGC.

BILLEMONT Hubert (2006), L’écologie politique, une idéologie de classes moyennes, thèse de sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

BLANC Guillaume, DEMEULENAERE Élise &Wolf FEUERHAHN (dir) (2017), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Publication de la Sorbonne.

BOOKCHIN, Murray (1990) The Philosophy of Social Ecology : Essays on DialecticalNaturalism, Montréal, Black Rose Books.

BOZONNET, Jean-Paul & Joël JAKUBEC (dir) (2000), L’écologisme à l’aube du XXIème siècle : de la rupture à la banalisation ?, Genève, GEORG Editeur.

BRUSTIER Gaël (2016), Nuit debout : que penser ?, Paris, Cerf.

CLAEYS Cécilia (2006), « La participation environnementale à la française : le citoyen, l’État… et le sociologue », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], vol. 7, n° 3.

CATTON William& Riley DUNLAP (1978), “Environmental sociology : a new paradigm”, The American Sociologist, vol. 13, pp. 41-49.

CHARLES Lionel & Bernard KALAORA (2003), « Sociologie et environnement en France. L'environnement introuvable ? », Ecologie & politique, 2003/1, n° 27, pp. 31-57.

CHARLES Lionel, LANGE Hellmuth, KALAORA Bernard & Florence RUDOLF (2014), Environnement et sciences sociales en France et en Allemagne, Paris, L’Harmattan, coll. “Sociologies et environnement”.

CHATEAURAYNAUD Francis & Didier TORNY (1999), Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS.

COMBY Jean-Baptiste (2013), « Comment l’«  éco-citoyenneté » conforte un ordre social inégalitaire et peu écologique », Semi-plénière organisée par le RT 38 « Environnement et inégalités sociales : les sciences sociales face aux différents programmes de modernisation écologique, 5e Congrès de l’Association Française de Sociologie, Nantes.

COUTROT Thomas, FLACHER David & Dominique MEDA (2011), Pour en finir avec ce vieux monde. Les Chemins de la transition, Editions Utopia.

DESJEUX Dominique (2004), Les sciences sociales, Paris, PUF.

DOBRÉ Michelle & Salvador JUAN (2009), Consommer Autrement. La réforme écologique des modes de vie, Paris, L’Harmattan.

DUBUISSON-QUELLIER Sophie (2009), La consommation engagée, Paris, Presses de Sciences Po.

FOSTER John Bellamy (2011), Marx écologiste ?, Paris, Editions Amsterdam.

GEZON Lisa & Susan PAULSON (dir) (2004), Political ecology across spaces, scales and social groups, New Jersey, Rutgers.

GRANJOU Céline, MAUZ Isabelle & Marie DACCACHE (2013), « Les conditions de l'articulation entre recherche et expertise. Le cas des recherches sur la biodiversité », Revue d'anthropologie des connaissances, vol. 7, n° 1, pp. 67-86.

GRAEBER David (2013), The Democracy Project : A History, a Crisis, a Movement, New York, Spiegel & Grau.

GRISONI Anahita & Sophie NEMOZ (2013), « La recherche sociologique face aux projets d’une société durable ou comment faire science dans un contexte d’applications ? », Colloque international "La recherche en sciences humaines et sociales sur la durabilité : pourquoi ? comment ? pour qui ? ", Equipe de Recherche et d’Etudes Interdisciplinaires sur la Durabilité (EREID), Quimper, 4-5 avril.

INGOLD Alice (2011), « Écrire la nature de l'histoire sociale à la question environnementale ? », Annales. Histoire, sciences sociales, 2011/1 66e année, pp. 11-29.

JACQUÉ Marie (2002), Développement du mode de pensée environnementale et vulgarisation de l’écologie scientifique : l’éducation à l’environnement, thèse de sociologie soutenue à l’Université de Provence.

JOLLIVET Marcel (2001), Pour une science sociale à travers champs. Paysannerie, ruralité, capitalisme (France XXe siècle), Paris, Éditions Arguments.

KALAORA Bernard (1998), Au-delà de la nature, l’environnement ; l’observation sociale de l’environnement, Paris, L’Harmattan.

KALAORA Bernard & Chloé VLASSOPOULOS (2013), Pour une sociologie de l’environnement. Environnement, société et politique, Seyssel, Champ Vallon.

LANZMANN Claude (2016), Les Temps Modernes, dossier « Nuit debout et notre monde », n° 691.

LAVILLE Jean-Louis (2010), Politique de l’association, Paris, Seuil.

LOLIVE Jacques (1999), Les contestations du TGV Méditerranée. Projet, controverse et espace public, Paris, l’Harmattan.

MARTINEZ ALIER Joan (1991) “Ecology and the Poor : A Neglected Dimension of Latin American History”, Journal of Latin American Studies, vol. 23, n° 3, pp. 621-639.

MARTINEZ ALIER Joan (2012), « L’écologisme des pauvres, vingt ans après : Inde, Mexique et Pérou », Ecologie & politique, 2012/2, n° 45

MICOUD André (2004), « Des patrimoines aux territoires durables. Ethnologie et écologie dans les campagnes françaises », Ethnologie française, XXXIV, 1, pp. 13-22.

MOOREJason W. (2011), “Ecology, capital, and the nature of our times. Accumulation & crisis in the capitalist world-ecology”, American Sociological Association, vol. XVII, n° 1, pp. 107-146

MOORE Jason W. (2014), The Capitalocene, Part II : Abstract Social Nature and the Limits to Capital, papier enligne : http://www.jasonwmoore.com/Essays.html

MORIN Edgar (1971), L’an I de l’ère écologique, Paris, Le Seuil.

MORIN Edgar (1973), Le paradigme perdu, la nature humaine, Paris, Editions du Seuil.

MOSCOVICI Serge (1968), Essai sur l’histoire humaine de la nature, Paris, Flammarion.

MOSCOVICI Serge (1972), La société contre nature, Paris, UGE.

NEZ Héloise (2012), « Délibérer au sein d'un mouvement social, Ethnographie des assemblées des Indignés à Madrid », Participations 2012/3, n° 4, pp. 79-102

OLLITRAULT Sylvie (2008), Militer pour la planète : sociologie des écologistes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

OLLITRAULT Sylvie & Bruno VILLALBA (2014), « Sous les pavés, la terre. Mobilisations environnementales en France (1960-2011), entre contestations et expertises », dans PIGENET Michel & Danielle TARTAKOWSKY (dir), Histoire des mouvements sociaux en France, Paris, La Découverte.

PAUGAM Serge, LE BLANC Guillaume & Sandrine RUI (2011), « Les nouvelles formes de précarité. Regards croisés entre la philosophie et la sociologie », Sociologie [En ligne], vol. 2, n° 4.

PELLETIER Philippe (2015), Climat et capitalisme vert. De l’usage économique et politique du catastrophisme, Nada Editions.

O’NEILL John (2008), Environmental values, New York and London, Routledge.

SEMAL Luc (2012), Militer à l’ombre des catastrophes : contribution à une théorie politique environnementale au prisme des mobilisations de la décroissance et de la transition, thèse en science politique soutenu à l’Université Lille 2.

RUDOLF Florence (2005), « Economie et Ecologie : les politiques environnementales de l’Allemagne Contemporaine », dans DEMESMAY Claire & Hans STARK (dir), Qui dirige l’Allemagne ?, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, pp. 213-225.

RUDOLF Florence (2013), « De la modernisation écologique à la résilience : un réformisme de plus ? » VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], vol. 13, n° 3.

TOURAINE Alain (dir) (1980), La prophétie anti-nucléaire, Paris, Le Seuil.

VAN DE VELDE Cécile (2011), « » Indignés » : les raisons de la colère », Cités 2011/3, n° 47-48.

Top of page

Notes

1 Le buycott renvoie à l’orientation des choix des consommateurs en faveur des causes plus éthiques et notamment plus respectueuses de l’environnement. L’ouvrage de Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée, paru aux Presses de Sciences Po en 2009 fait un état des lieux de ces modes de consommation – choix de l’agriculture biologique, adhésion aux circuits courts – auxquels les acteurs sociaux donnent un sens éthique et politique, souvent par opposition à des modes de consommation décrits comme « standards » ou « de masse ».

Top of page

References

Electronic reference

Anahita Grisoni and Sophie Némoz, « Les mouvements socio-écologistes, un objet pour la sociologie », Socio-logos [Online], 12 | 2017, Online since 17 June 2017, connection on 22 August 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/3116

Top of page

About the authors

Anahita Grisoni

Chercheuse post-doctorante, UMR Environnement ville et société – EVS, Réseau « Saisir l’Europe – Europa alsHerausforderung »

By this author

Sophie Némoz

Maître de conférences en sociologie, Université Bourgogne Franche-Comté, Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie EA3189 LASA – UBFC ; Chercheure associée, Laboratoire Politiques publiques, ACTion politique, Territoires, UMR 5194 PACTE

By this author

Top of page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org