Navigation – Plan du site

Relire le conflit environnemental à travers une grille de lecture spatiale

Le cas de la capture des turdidés, par le moyen des tendelles, sur les Grands Causses de Lozère et d’Aveyron
Christophe Baticle

Résumés

Cet article vise à aborder la sociologie de l’environnement sous l’angle d’une controverse. En effet, le champ disciplinaire n’a pu se construire sans tenir compte d’une dimension centrale : l’absence de consensus en ce qui concerne les manières d’appréhender la nature. En même temps, la sociologie de l’environnement, en France, est née des études ruralistes. Or, le passage du rural à l’environnement s’y est réalisé par le biais des questions liées aux territoires. C’est la raison pour laquelle nous avons retenu une polémique qui plonge au cœur d’un espace naturel sensible, dans la région des Grands Causses de Lozère et d’Aveyron, au sud du Massif Central, où se pratique une méthode singulière de piégeage qui concerne certains oiseaux. Cette technique, dénommée « tendelles », met aux prises les pratiquants, leurs institutions cynégétiques, certains milieux écologistes et les administrations en charge du dossier. Mais au-delà, ce sont les relations avec les éleveurs qui sont questionnées, car les modes d’exploitation du sol se transforment. Plus encore, c'est la manière de définir le territoire caussenard, et donc les façons de l’habiter, qui se trouvent en jeu. D’épiphénomène, les tendelles sont ainsi devenues l’objet d’une lutte qui dure depuis près d’une quinzaine d’années. Il serait possible de l’étudier au moyen des instruments théoriques et conceptuels classiques de la sociologie de l’environnement. Mais parce que la dimension territoriale y est déterminante, ce sont les propositions de la sociologue allemande Martina Löw qui nous serviront d’appui. Cette dernière, en formulant sa propre théorie de l’espace, permet de penser les Grands Causses dans une perspective relationnelle et non substantialiste. Ce faisant, d’environnementale la controverse des tendelles devient un des révélateurs symboliques des tensions qui traversent ce territoire. Sous l’effet de la globalisation des enjeux, qui prend ici la forme de la protection de la nature, certaines pratiques sont élevées au rang d’icônes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« Nous postulons que le concept d'"espace" a servi de passerelle entre la posture ruraliste de départ et l'intérêt nouveau que suscite désormais la question de la nature » (Billaud, 2009, 113).

  • 1 À savoir un ensemble de hauts plateaux calcaires (karstiques), de vallées et de gorges situés entre (...)
  • 2 Propos tenus par Gérard Charollois, magistrat et président de la Convention vie et nature pour une (...)

Les tendelles, une méthode de piégeage des turdidés (grives et merles) se présente désormais comme un patrimoine propre aux Grands Causses1 de Lozère et d’Aveyron. Objet relevant des centres d’intérêt de l’ethnologie de la France, cette pratique recoure également à des biotopes protégés, les landes à genévriers, qu’elle contribue à maintenir par la pression sociale qui s’exerce, au travers des adeptes et des fédérations de chasseurs, sur les agriculteurs-éleveurs, afin d’éviter le broyage mécanique (gyrobroyage) de ces arbustes (le « poivre du pauvre ») disséminés dans les pâturages. À l’opposé de cette manière d’appréhender l’activité, les tendelles sont encore considérées, par certains milieux écologistes, comme une forme « barbare », d’un « autre âge »2, de mise à mort des oiseaux, dans la mesure où elle consiste à utiliser la pierre plate (la lauze) des Causses, pour assommer l’oiseau attiré par la baie du genévrier. À la fin du XXe siècle, une nouvelle bataille s’engage pour faire interdire ce mode de piégeage, au motif que sous les lauzes se retrouvent également des espèces protégées de passereaux. Le conflit juridique prend une tournure nationale, jusqu’à constituer une revendication identitaire pour les Causses. Emblème végétal du territoire, le genévrier est étroitement associé à l’attraction qu’il exerce sur les grives, réputées d’un goût inégalable lorsqu’elles se sont nourries de genièvre (La Soudière, 2013). Les tendelles sont ainsi passées d’un débat technique, quant à la manière de capturer les turdidés sans impacter les populations de passereaux, à la polémique politique, où chaque élu local y va de sa proposition de loi pour légaliser leur pratique, restée silencieuse pendant des siècles.

  • 3 Charollois, op. cit.

Cet exemple, redevenu conflictuel depuis une vingtaine d’années, oppose deux principes de conservation : les landes menacées par l’intensification agricole et les passereaux protégés. Toutefois, au-delà de ces dimensions écologiques, se profile en arrière-plan un autre affrontement, beaucoup plus idéologique, qui met aux prises la dite « tradition » et une certaine conception de l’humanité, excluant la prédation de ces « arriérés des campagnes reculées »3.

Les Grands Causses, qui se vivent comme déshérités (Saussol, 1987) et oubliés des centres de décision, se sont saisis de la patrimonialisation. Dans cette revendication à la reconnaissance, l’enjeu territorial apparaît central. Par ces luttes autour des pratiques symboliques s’élabore une manière de « faire territoire », de refonder une cohésion mise à mal par les difficultés économiques rencontrées au sein des mondes agricoles, mais également via l’attractivité touristique qui pose de nouvelles questions quant au devenir des Causses.

  • 4 L’étude a commencé en novembre 2015. Elle a mêlé une phase d’observation directe de six mois par l’ (...)

Nous proposons ici, en prenant pour terrain4 l’exercice des tendelles, d’envisager les apports et les limites d’une sociologie de l’espace relationnelle, contraire à toute forme d’essentialisme, telle que la sociologue allemande Martina Löw (2015) en ouvre la perspective. La tenderie aux grives nous paraît offrir quelques-uns des traits susceptibles de conforter une réévaluation, quant au statut à accorder à l’espace dans l’analyse des problématiques où l’environnement devient un enjeu. Autrement dit, bien que largement façonné par des siècles d’intervention humaine (Cohen, Hotyat, 1995), cet espace n’est pas une simple pâte à modeler. Si tentative de modelage il y a, le modelé est en retour « bon à penser » (Lévi-Strauss, 1962).

Dans un premier temps, il s’agira de présenter les atouts de cette sociologie de l’espace pour réinvestir les questions environnementales en socio-anthropologie. En la matière, le terrain caussenard nous permettra, dans un second temps, d’interroger au travers des tendelles ce point de rencontre entre environnement, processus d’identification au territoire et logique de patrimonialisation.

1. L’espace qui socialise : structures spatiales, structures sociales, structures mentales

Avant qu’elle ne devienne une sociologie de la société du risque (Beck, 1986), l’étude sociologique de l’environnement entama une progressive émancipation par rapport à la notion de nature, entendue comme contrainte matérielle déterminante, (Jollivet et Mathieu, 1989). Cette base matérialiste s’expliquait d’autant mieux, en France, que la branche environnementale de la discipline est née de la sociologie rurale. C’est en effet un sentiment de perte, quant à leur objet (Mendras, 1967), qui amena une frange de ceux qu’on appelait alors les « ruralistes », à problématiser à nouveau la question de la relation homme-nature, en se détachant progressivement de la production agricole. Cette histoire explique la tournure ruraliste prise par les études environnementales dans la sociologie française, contrairement, par exemple, à l’Allemagne, où c’est la sociologie du travail qui fut précurseur, amenant les sociologues de l’environnement à se tourner notamment vers les questions de santé (Charles et al., 2014).

  • 5 La publication du numéro spécial (87-88) d’Études rurales, en 1982, en est un témoignage.

Ce cheminement français est néanmoins passé par la « question territoriale » (Billaud, 2009). Au travers du dépassement de ce qui constituait le cœur de leurs analyses, à savoir la dimension agricole, les sociologues du rural ont progressivement orienté leurs regards vers des espaces à dominante rurale, en déviant la focale sur les populations ne vivant pas de l’exploitation des ressources naturelles. Certains des objets emblématiques de cette transition furent constitués à partir des pratiques de loisirs, comme la chasse ou la cueillette5. Depuis, le « tournant patrimonial » (Hottin et Voisenat, 2016) a modifié sensiblement la donne. De ressource à préserver, la nature est ainsi devenue un enjeu dans les luttes qui se mènent quant à des activités sources de controverses.

  • 6 Martina Löw préfère parler de théories « absolutistes », en opposition avec la posture « relativist (...)
  • 7 La revue Espaces et sociétés a offert une tribune à ces discussions de fond. Notons que l’anthropol (...)

Au risque de caricaturer à l’extrême, on peut considérer qu’il a longtemps existé deux grandes manières d’appréhender la dimension spatiale en sociologie. La première suppose que le social se lise au travers des organisations spatiales, le socius imprimant sa marque sur la majeure partie de la surface terrestre6. En d’autres termes, les territoires sont autant d’expressions de ces rapports de force historiquement situés qui les ont constitués. Diamétralement opposés à cette perspective, certains auteurs ont cherché au contraire à illustrer les manières qu’avaient les espaces, y compris les plus planifiés, d’influer sur les comportements humains (Augoyard, 1979), devenant ainsi des acteurs du social7.

L’approche proposée par Martina Löw se montre novatrice en offrant une synthèse à ce débat : comment articuler la causalité circulaire qui parait s’organiser entre un espace largement généré, dans ses formes et ses usages, par les pratiques sociales, avec les potentialités que renferment les dispositifs spatiaux pour contribuer à influer sur les actions humaines. Il ne s’agit pas ici de renouer avec une ancienne mystique du lieu, dont « l’âme » serait censée s’incarner dans les êtres à partir d’une force mystérieuse, mais plutôt d’envisager les intrications entre espaces et sociétés.

1.1. Bref panorama des approches de l’espace

  • 8 Et lorsqu’ils s’intéressent à la grande vénerie (1993), le couple de sociologues adopte la même gri (...)

À partir d’une lecture univoque d’Henri Lefebvre (1974), on a longtemps considéré l’espace comme un simple réceptacle des forces sociales qui le modèlent, la combinaison de ces forces finissant par produire des territoires aux teintes sociologiques spécifiques. Pour exemple, les travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (1989) eurent un fort retentissement, en mettant en exergue la constitution des territoires de la haute bourgeoisie, en l’espèce de véritables conquêtes classistes8.

Ces recherches ont eu pour intérêt de démontrer la spatialisation des logiques sociales. Puis, le courant phénoménologique a lancé quelques pistes quant à l’influence des dispositifs socio-spatiaux sur les comportements dans l’espace, mais en se focalisant sur une dimension extrêmement microsociale et en ne considérant souvent que la logique d’action délibérée des individus. Cette difficulté à penser un espace actif, bien que se situant dans le cadre des déterminations sociales, a abouti à un mouvement de rejet de la part de nombreux sociologues, voyant dans cette école de pensée philosophique une négation des fondements de leur discipline.

  • 9 À savoir ici l’émergence de la socialité à partir de la production et de l’interprétation des signe (...)

C’est à une toute autre perspective que nous invitaient les socio-sémioticiens (Bordreuil et Ostrowetsky, 1984). Envisager le social comme une sémio-genèse9, c’est en effet considérer le signe comme fondateur du social et l’espace comme porteur d’une grammaire langagière. Il s’agissait pourtant d’une conception que l’on pourrait qualifier d’iconoclaste dans les sciences sociales des années 1980, car elle proposait ni plus ni moins que de repenser l’espace et le social dans des relations de déterminations réciproques, à un moment où les travaux de Pierre Bourdieu s’imposaient dans le champ sociologique français. De plus, en dehors d’un certain nombre de tentatives prometteuses (Lamizet, 2000), la socio-sémiotique ne parvenait pas à imposer une reconsidération des questions spatiales dans un sens favorable à la socialisation par l’espace.

En géographie, le « tournant spatial » trouvait une part de son inspiration chez les philosophes et les sociologues. L’ouvrage de Michel Lussault (2007) marque la poursuite d’un progressif rapprochement, engagé également par son collègue Jacques Lévy, en faveur d’une imbrication entre le social et le spatial. De leur côté, les sociologues inspirés par Pierre Bourdieu (Retière, 2003 ; Renahy, 2005) ont contribué à ce retour de l’espace, par la conceptualisation du capital d’autochtonie, notion lancée par Michel Bozon et Jean-Claude Chamboredon (1981), concomitamment à Jean-Noël Retière. Ce concept a néanmoins fait l’objet de débats théoriques : le capital d’autochtonie n’est pas un capital spatial rappelle Retière (2014), quand Gilles Laferté (2014), soucieux d’éviter toute confusion avec une forme d’essentialisme des lieux, plaide pour l’idée d’espaces sociaux localisés. En effet, l’autochtonie reste une notion vague et instrumentalisée. Mais à la différence d’autres ressources sociales, le temps qu’elle exige dépasse les stratégies de l’agent social individuel, qui doit pouvoir, peu ou prou, s’inscrire dans une généalogie pluri-générationnelle. Cette dimension ne contredit pas la construction sociale de l’autochtonie. Elle l’inscrit dans une filiation mobilisable, mais difficile à inventer de toute pièce.

Dans ce débat, Martina Löw, en proposant une théorie globale, à même de percevoir dans les rapports entre le spatial et le social des relations d’intrication réciproques, ouvre une nouvelle perspective par la combinaison des apports de Pierre Bourdieu et d’Anthony Giddens (1987). Sans s’aventurer dans un substantialisme spatial, Löw vise à véritablement intégrer l’espace comme une des dimensions constitutives du social.

1.2. Enjeux autour de l’espace constituant : une approche synthétique

Se positionner sur une dimension telle que l’espace, c’est contribuer à déconstruire la notion de territoire pour en revenir à l’un de ses fondements : des lieux, réunis par une histoire politique, transformés par l’action humaine. Les territoires, constitués et acceptés en tant que tels, entrent de plus en plus dans des relations qui ignorent les contiguïtés. Or, l’invention des Causses relève également d’un processus centripète qui, à partir de la fin du XIXe siècle, assemble progressivement sous un même nom des entités qui se vivaient jusque là indépendamment, éclatées entre des provinces (Gévaudan, Rouergue), puis des départements (Lozère, Aveyron, Gard, Hérault) et des régions (Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées). Mais face aux forces unificatrices qui avaient animé les Causses dans les années 1970-1980 (Bonniol, 2005), l’accélération des mobilités personnelles transforment désormais les représentations de l’appartenance au territoire (Sencébé, 2008).

  • 10 Pour lequel il s’agit de « penser l’espace comme une qualité positionnelle du monde et des objets m (...)
  • 11 Op. cit., p. IX.

L’avancée de Martina Löw consiste à s’interroger sur ces espaces qui pré-structurent également les différentes dimensions du social, car il n’existe pas de social en dehors d’une réalité spatiale, y compris virtuelle, les réseaux s’inscrivant aussi dans des lieux qu’ils mettent en lien par les flux échangés. En partant des remises en question opérées par Albert Einstein10, on peut reconsidérer cette topographie homogène et unitaire, issue de la géométrie euclidienne, par une perspective relationnelle, à savoir que l’espace se construit dans les relations qui s’établissent entre des éléments matériels et immatériels, mais également des êtres vivants, dont l’humain. « L’espace est un produit de l’action et [il] produit l’action »11. À l’origine de ce changement de regard, se trouvent les mutations sociales elles-mêmes : le monde n’est plus perçu par la seule socialisation à laquelle prédispose la géométrie tirée d’Euclide. Son principe fondamental consiste en effet à rapporter les lieux à leurs surfaces. Depuis, le développement d’une mobilité à grande vitesse, ainsi que l’émergence d’internet ont profondément révolutionné les façons de vivre l’espace. Ce que Bernard Poche (1996) avait décrit comme une « fragmentation » spatiale, peut être revisité comme une recomposition en réseaux de territoires. L’espace est désormais appréhendé dans ses discontinuités : être ici aujourd’hui et se projeter demain à des centaines, voire milliers de km, en n’ayant pas considéré la distance parcourue comme partie prenante de sa carte mentale des lieux vécus. C’est en ce sens que Martina Löw privilégie la notion de « socialisation insularisée », laquelle procède « d’îlots fonctionnels individuels ». On passe ainsi d’un lieu à un autre (habitat, travail, consommation, loisirs…) comme entre autant de bulles seulement reliées entre elles par des voies de communication.

  • 12 Pour Löw, ce mouvement s’achève dans les années 1970. Op. cit., p. 7.

À une autre échelle, les villes contribuent aujourd’hui à un maillage de l’espace hexagonal sous la forme d’un autre réseau. Il s’agit donc de reconsidérer les lois de la proxémique à partir de cette variable spatio-temporelle nouvelle, qui multiplie les entrelacements relationnels entre les individus et les espaces de référence. En d’autres termes, l’ère de la territorialisation12 s’est mutée en ère réticulaire d’espaces fluides (Mol et Law, 1994), et ce sous l’effet de la globalisation.

1.3. Définir l’espace

Pour comprendre cette approche, il convient de différencier la notion d’espace par rapport au lieu et au territoire. Le lieu est appréhendé en tant qu’entité physique localisée, quand le territoire revêt une dimension également institutionnelle et politique. L’espace, quant à lui, est entendu chez Löw comme « (dis)position relationnelle d’êtres vivants et de biens sociaux en des lieux ». Ces précisions sont extrêmement utiles. « Position » exprime bien l’idée d’une réalité observable où chaque élément est saisi par rapport à d’autres, et ce dans un cadre plus global : l’espace constitué par ces éléments en position. Occuper une position, c’est toujours le faire par rapport à d’autres possibles, voire d’autres déjà occupées. Inclure le préfixe « dis » permet d’insister sur la notion d’arrangement entre les éléments, mais signifie aussi une capacité à, comme aptitude, et encore une inclination à les produire d’une certaine façon, selon l’histoire sociale individuelle et collective, le contexte, les nécessités et les désirs. Pour résumer, l’espace n’est aucunement à confondre avec son substrat matériel : un ensemble de lieux constitués en territoire.

Comment, maintenant, s’opère cette production spatiale ? Pour rendre compte de ce phénomène, Löw distingue, analytiquement, deux processus : le spacing et par la suite la synthétisation. Spacing renvoie à l’organisation du voisinage, soit une opération consistant à placer, à se placer ou à être placé, le tout aboutissant à une certaine disposition des êtres et des choses constitutifs d’un espace ainsi produit. La synthèse, quant à elle, permet la représentation pour les acteurs. Ainsi, plusieurs synthèses peuvent concerner le même espace : les chasseurs ne synthétisent pas tous l’espace cynégétique de la même manière, mais se distinguent encore des synthétisations que réalisent les agriculteurs ou les environnementalistes.

Les placements qui résultent du spacing sont tributaires de règles explicites et implicites, donc des conventions sociales et culturelles. Il existe ainsi des structures de distribution organisant les placements, ces structures produisant aussi des principes de hiérarchisation. Afin de marquer leur présence, les individus, et/ou les groupes, sont souvent amenés à placer des repères symboliques de leur présence. Pour en donner un exemple cynégétique, les réservations territoriales, que nous avons observées dans les chasses en plaine de Picardie et de Normandie, procèdent d’un tel marquage, généralement avec des panneaux artisanaux où sont inscrites les lettres CR (« chasse réservée »). Or, bien souvent on reconnait la profession ou les ressources matérielles du détenteur territorial aux matériaux utilisés : des couvercles ronds de pots de peinture pour l’artisan peintre etc. Dans le monde d’interconnaissance extrême, qui caractérise la chasse locale, ces empreintes sont aisément reconnues par les chasseurs voisins.

Un espace n’existe que parce qu’il est représenté mentalement, ce qui implique d’abord de le percevoir comme tel. Par exemple, les grandes « places » financières du monde « jouent » sur un même espace inter-relié, où New-York, Londres, Tokyo… occupent des positions enviées. Mais de même, les ordinateurs d’un forum sur internet forment eux aussi un réseau spatial. L’espace des tendelles s’inscrit également dans cette opération de représentation, bien que l’étalon n’y soit pas les cours boursiers ou la notoriété de tel bloggeur. On y échange pourtant des informations quant au caractère giboyeux d’un champ, les aménagements dont il a fait l’objet, ou encore le talent d’un tendeur, son « doigté » dans la dextérité à tendre avec efficacité. En ce sens, il s’agit bien d’un espace tel que défini ci-dessus.

1.4. Perpétuer les dispositifs spatiaux

Afin de se représenter un espace, il convient d’en percevoir la structuration, donc de disposer d’une image qui illustre le spacing en place, mais encore d’appréhender les règles du placement incombant à son rang social. La pérennité d’un dispositif spatial relève ainsi d’un mode de perception qui légitime la place de tous pour chacun. Par cette intériorisation de l’ordre établi, se retrouvent les travaux de Pierre Bourdieu sur ce cercle enchanté de la légitimité qui permet de comprendre la stabilité dont les sociétés font preuve. L’auteur de La reproduction et de La distinction explique comment les institutions dominantes poussent dans le sens de la reconduction des attributs accordés aux différentes composantes de la société, mais il montre surtout l’efficacité de cette structure d’ordre, en nous invitant à la voir incorporée en chacun. L’habitus, soit cet ensemble de « structures mentales » issues de notre socialisation, amène à organiser les perceptions de ce qui est livré à notre appréhension. En langage spatial, cela revient à dire que lorsque s’opère un placement, nos structures mentales produisent des formes par la mise en relation des éléments (ou classes d’éléments) présents à notre perception (Baticle, 2013). C’est de la sorte que nous pouvons concevoir une région ou un pays sur une carte, que nous distinguons une église, un temple, une synagogue ou une mosquée dans un ensemble bâti.

En conséquence, la puissance d’un dispositif spatial est d’autant plus efficace qu’elle est souvent ignorée comme pouvant façonner notre vision du monde. Enfin, pour que ces dispositifs spatiaux puissent être portés par des manières d’être conformes, et même être exhumés de leur disparition éventuelle, nous nous les remémorons, avec toutes les distorsions possibles et imaginables.

Pour réaliser que des espaces se perpétuent dans le temps, la référence aux routines est essentielle. Temps et espace entretiennent des relations complexes. C’est pourquoi Martina Löw estime que « les structures spatiales sont, de même que les structures temporelles, des formes de structures sociales » (p. 168). L’effet de la durée sur l’espace s’assimile à des cristallisations. Le meilleur exemple en est l’acte de nommer. Le toponyme véhicule par là un cortège de représentations, valorisantes ou au contraire stigmatisées. L’exemple des Grands Causses, qui gagnent leurs majuscules autour des années 1870, avec le premier article à grand tirage pour l’annuaire du Club alpin français, se révèle ici particulièrement illustrant. L’effroi que provoquaient ces surfaces « désertiques », encore à cette époque, mute en attirance à la fin du siècle, et ce au bénéfice des modifications de la sensibilité pour les paysages pittoresques (Bonniol, 2003).

1.5. Les structures spatiales : habitus et champs sociaux

Comme pour leurs homologues temporels, les structures spatiales sont inscrites dans des institutions, qui dépassent les règlements circonstanciés. De telles structures existent à partir du moment où des règles en garantissent le fonctionnement, indépendamment du lieu et de l’instant. Pour exemple, les codes de transmission des biens fonciers, plus ou moins égalitaires entre héritiers, ont généré des formes cadastrales typiques, en lanières dans certaines régions où régnait une stricte égalité. À l’opposé, les sociétés pastorales recourent à d’autres modes d’inscriptions spatiales, par aires, qui nécessitent un marquage plus souple que ne le fait la frontière bornée. Ici, la notion de bien commun à la collectivité constitue l’axe directeur de la coutume foncière. Étienne Le Roy (2011) propose ainsi d’étendre les représentations de l’espace par une typologie dynamique, dans le temps et à travers le monde. La territorialisation, bien connue dans nos sociétés, cohabite alors avec le topocentrisme (centré sur le lieu), l’odologie (que l’on pourrait définir comme une science des chemins), la sanctuarisation (un « hiéronimisme ») et la géométrisation (comme le zonage).

Par voie de conséquence, l’espace est inséré dans des institutions sociales d’ensemble : le droit, la parenté, l’économie etc. En ce sens, il implique aussi des ressources disputées et/ou partagées, se trouvant ainsi investi par des enjeux, autant symboliques que matériels. Cette conception n’est pas sans faire penser à la théorie bourdieusienne des champs sociaux, à savoir justement des espaces qui ne se confondent pas avec leurs scènes localisées, mais qui mettent en relation des agents sociaux partageant un même « sens du jeu », soit le moteur du champ.

Dans ce contexte, les individus agissent en fonction de leur habitus et de leurs ressources ; ils s’activent et se positionnent en tenant compte de frontières informelles, par rapport auxquelles ils se sentent plus ou moins inclus dans les espaces constitués. La frontière peut être marquée par un style d’aménagement, une architecture spécifique qui amènent une population sociale à se sentir en phase avec un espace social donné, ou au contraire s’en exclure pour ne pas s’y reconnaitre. Une reconnaissance qui n’a, en retour, aucune chance d’émerger à la conscience sans cette matérialité spatiale dotée de signifiés. Les structures spatiales synthétisent alors un ordre social et toutes ses contestations, autant qu’elles les rendent possibles.

1.6. Inégalités et hiérarchie des espaces : des ambiances et des lieux

Parce qu’elles organisent le placement des groupes sociaux, les structures spatiales expriment et provoquent tout à la fois des inégalités patentes entre les populations. Certains espaces sont valorisés et valorisants, quand d’autres sont relégués dans la sphère des lieux de peu. À la stratification sociale inégalitaire correspond une répartition hiérarchique des espaces, de par les qualités sociales de leurs occupants, mais également pour les ressources qu’ils renferment. C’est ce qui explique que ces espaces soient l’objet de luttes de placement à l’interne, mais également de confrontations entre eux.

Pour autant, l’établissement de césures explicites, répulsives pour les acteurs indésirés, s’avère souvent inutile. L’auto-exclusion ou l’interdit de pénétration dans l’espace se réalisera, avec davantage d’efficacité, par le biais de signes qui amèneront les individus à se sentir étrangers à certains univers, et ce par l’ambiance qui y règne. L’ambiance est ainsi un effet ressenti par ceux qui en perçoivent la connotation sociale. En conséquence, les biens sociaux et les acteurs (dis)posés dans un espace émettent des effets qui créent des sensations de bien-être ou de malaise. L’ambiance détient encore un avantage notable : en rendant moins évidentes les stratégies positionnelles, elle atténue la dimension conflictuelle des espaces, toujours plus ou moins réservés à des univers sociaux et genrés. L’espace produit est ainsi performatif, en ce sens qu’il exprime, par son occupation, une situation sociale acquise.

  • 13 « Avec le placement naît la conscience du lieu, de même que dans le sens de place, ils sont une con (...)

Cette réflexion amène sur la question des lieux qui en découlent d’une part, mais qui en constituent également la condition sine qua non13. La constitution d’un espace ne peut s’abstraire de l’existence de lieux qui vont l’incarner et lui donner la possibilité d’exister, y compris si ces lieux peuvent se réduire à n’être par exemple que des bureaux, où aboutissent les flux informatiques du réseau internet. Le lieu est donc bien la conséquence et la finalité du placement. Se placer, c’est au final trouver une localisation : grande école parisienne, réputée dans l’espace académique ou actionnariat dans une chasse privée fourmillant du gibier recherché. On comprend ainsi que tout lieu soit en lien avec d’autres, au sein d’un espace relationnel.

Dans cette perspective, le lieu dispose d’une autre potentialité : celui de pourvoir à plusieurs espaces. Le paysage découvert par le touriste peut être localisé sur le territoire parcouru par le chasseur ou travaillé par l’agriculteur. Ce lieu participe alors à plusieurs espaces qui n’ont que peu à voir les uns avec les autres, coexistant côté à côte et/ou entrant en concurrence, faisant l’objet de luttes classistes, genrées... L’image des strates superposées, parfois organisées selon un calendrier annuel, peut aider à se représenter la multi-spatialité du lieu.

La théorie, ici interprétée et discutée à grands traits, modifie substantiellement la façon d’appréhender l’espace. La dimension relationnelle transforme le regard posé sur les usages d’un lieu, les pratiques qu’on y exerce, les représentations que l’on s’en fait et les luttes qui s’y déroulent. Adopter cette grille de lecture bouleverse la manière d’interpréter l’appropriation d’un site par une catégorie d’acteurs, leurs efforts pour résister à ce qu’ils peuvent vivre comme une tentative d’accaparement par un autre groupe, ce que nous pouvons tenter de montrer avec l’exemple des tendelles.

2. Tendre par delà les « traditions » : une manifestation de l’Habiter

Nombre d’activités menacées dans leur légitimité sociale et environnementale ont adopté l’angle de la « tradition », pseudo conservatoire d’un monde passé, afin de se protéger derrière un blason réputé « authentique ». Or, d’un point de vue heuristique, la discussion quant aux « vraies » et « fausses » traditions, « bonnes » ou « mauvaises », aboutit à un ensemble d’impasses (Baticle, 2016). C’est parce que l’étude de terrain nous a amené vers des questionnements contemporains (le retour du loup, la « mise sous cloche » des espaces naturels…), qui ont à voir avec la reconstruction des identités locales sur le territoire caussenard, que l’option retenue a consisté à rechercher une hypothèse allant dans le sens de ces processus, amenant des groupes, réunis autour de pratiques originales, à incarner l’image promotionnelle du territoire, qui lui-même cherche à s’affirmer au travers d’eux.

  • 14 Jean-Yves Boutin, archéologue, archives privées.
  • 15 Nous reprenons ici l’orthographe la plus conforme à l’origine étymologique : Méjan, issu du latin m (...)

C’est en effet l’histoire de la pratique qui permet d’en comprendre les ressorts contemporains. Les tendelles n’ont été que tolérées jusqu’en 2005. Déjà en 1659, la plus ancienne source découverte pendant l’enquête fait état d’une interdiction seigneuriale14. À partir de la grande loi chasse de 1844, elles deviennent une dérogation préfectorale, sur recours des conseils généraux. Dès cette époque, la baie du genévrier devient l’appât exclusif, prohibant par exemple la sorbe. On se dirige peu à peu vers la définition « puriste » de la tradition au sens contemporain du terme. Dans les années 1980, c’est la commercialisation des oiseaux qui commence à être combattue, entraînant une mutation des motivations et des publics pratiquants. Jusque là, la tenderie était très majoritairement exercée par les bergers qui se « louaient » dans les fermes, suivis par les veuves sans revenu et les enfants soucieux de se constituer un argent de poche. Pour les premiers, les tendelles représentaient souvent le salaire, la garde et l’entretien des troupeaux n’étant généralement compensés que par le gîte et le couvert. C’est lors de la foire de la loue que les pasteurs négociaient leur quartier de tendelles, garant de leur rémunération. Dans les années 1960, la généralisation de la clôture grillagée remplace progressivement les bergers, faisant disparaître cette figure sociale qui incarnait jusqu’alors les Causses. Pendant nos investigations, un seul de ces bergers subsistait sur le Causse Méjan15, l’insulaire plateau entre les gorges du Tarn et de la Jonte. Mais c’était désormais lui qui se trouvait sous surveillance : films, livres dont il est à jamais le héros.

La grive et le merle ont permis aux caussenards les plus modestes de se maintenir sur ce territoire ingrat pour l’agriculture, et ce pendant plusieurs siècles. Encore dans les années 1970, certaines familles se dotaient en équipements (réfrigérateur, gazinière…) par la vente des précieux volatiles. En d’autres termes, les tendelles portent avec elles la mémoire de misère qui colle à l’histoire des Causses. Celle-ci contribue à expliquer en grande partie l’énergie qui s’est déployée, à partir de 2003, lorsqu’il a été question de prohiber totalement leur usage. Cette « affaire » s’est donc terminée devant le Conseil d’État, en 2005, lorsque les fédérations de chasseurs ont « monté » à Paris celui qui deviendra le « sauveur des tendelles ». Ce 2 décembre, un vieux monsieur, Léon Feybesse (toujours appelé « Léon de Baldassé », son hameau), l’emportait sur le médiatique président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), Allain Bougrain-Dubourg, en montant son échafaudage de pierres et de bâtonnets en amélanchier devant les juges du Palais-Royal.

2.1. Les landes à genévriers des Grands Causses : un espace de positionnements

Les tendelles s’exercent sur des lieux exigeant des pré-requis environnementaux contraignants, comme le passage des turdidés ou encore la présence de pierres plates et de baies. Pour être attractifs, de tels lieux se doivent de répondre à des exigences qui impliquent un aménagement du territoire : une surface en herbe où l’embroussaillement reste limité par le pâturage extensif, des pieds de genévriers de préférence peu volumineux, entretenus autour du piège afin d’éviter le recouvrement par les essences herbacées.

C’est pour cette raison que de telles activités sont intéressantes dans le débat sur le statut épistémologique de l’espace naturel. Les sociétés, notamment occidentales, ont visé à modeler la nature. Pour autant, nombre de facteurs géophysiques sont difficilement manipulables (climat, nature des sols, orientations cardinales des pentes etc.) Or, certaines pratiques surdéterminent l’identité sociale, par des relations à l’espace qui participent à la socialisation des individus. Lorsque de telles activités dépendent grandement de ces facteurs impondérables, il devient alors problématique de faire de l’espace un simple reflet du social, car ce dernier relève aussi des caractéristiques physiques du territoire.

Figure 1. Une tendelle

Figure 1. Une tendelle

Source : FDC.48

Le territoire de prédilection des tendelles, s’est fortement rétracté au cours des siècles. Il comprenait, à la fin du XIXe, toute une partie du Massif Central et de l’Arc Alpin (où on les appelait lecques). On ne peut désormais pratiquer légalement que sur une partie des Grands Causses de Lozère et d’Aveyron. Il ne s’agit pas là d’une entité politique reconnue en tant que telle, mais l’émergence d’institutions comme le Parc national des Cévennes (1970), le Parc naturel régional des Grands Causses (1995) et la reconnaissance par l’UNESCO, au titre des paysages représentatifs de l’agro-pastoralisme méditerranéen (2011), ont contribué à faire ressortir l’entité caussenarde au-delà de son appréhension en tant que région géologique et agricole. Désormais, ces sites constituent des labels de protection qui attirent les visiteurs extérieurs. Un objet aussi banal que la carte joue un rôle qui va au-delà de sa fonction : se repérer pour se guider. La cartographie permet de produire cette représentation « synthétique » d’un territoire en tant que tel. Sur le terrain, ce qui apparait, au premier abord, ce sont davantage les césures des gorges du Tarn, du Lot, de la Jonte et de la Dourbie. Les mises en cartes, nombreuses, ont aussi favorisé la reconnaissance d’un territoire au singulier.

Carte 1. Territoire du Bien UNESCO Causses & Cévennes

Carte 1. Territoire du Bien UNESCO Causses & Cévennes

Source : http://cantobre.fr/​accueil/​patrimoine

  • 16 Leur crainte, que les pies se prennent sous les lauzes tendues, en chassant les passereaux qui cons (...)
  • 17 Terme occitan utilisé par les rares auteurs qui se sont intéressés à la pratique. Il désigne ce qui (...)

Plutôt que de considérer les Causses dans leur seule naturalité, à savoir une géomorphologie rendant possible un jeu humain autour de la capture des turdidés, il est possible, sans rien retirer de ces pré-requis, de les voir comme le produit d’une configuration socio-spatiale particulière. Cela implique, dans l’optique relationnelle, d’étudier les placements qu’y opèrent les êtres vivants, en occupant ces espaces, mais également en y positionnant des biens sociaux, comme les tendelles, tout en mettant à profit le placement d’autres biens animés (les turdidés de passage) ou inanimés (la végétation attractive). Ce faisant, les Causses ne sont plus simplement des massifs calcaires d’altitude où s’exercent des activités « traditionnelles », ni même des réserves de biodiversité, mais des espaces où les placements des groupes d’acteurs entrent dans un dispositif interactif, les usages des uns ayant des incidences sur les positionnements des autres. Pour exemple, la manière dont, aujourd’hui, les fédérations de chasseurs mettent l’accent sur la préservation des landes à genévriers, rebat les cartes de leurs relations avec le monde agricole. De même, en plaçant certaines espèces de pies grièches au cœur de leurs préoccupations, les associations locales de protection de la nature inscrivent en même temps un être vivant, qui tend par là à devenir un bien social16, en compétition avec les pratiques tendellaïres17. Dans ce contexte, les touristes, auxquels on aspire à offrir des parcours de découverte, auront eux-mêmes à se placer dans une offre de services tant culturels qu’écologiques : visiter un sentier de tendelles et/ou observer la faune sauvage.

Le spacing ainsi établi, le travail de synthétisation des uns comme des autres empruntera tant aux représentations issues de l’extérieur, qu’à celles données à adopter par les acteurs endogènes. Comment, par exemple, une jeune touriste issue de la petite bourgeoisie culturelle d’Ile-de-France, sera amenée à percevoir cet espace caussenard sous la double influence des synthèses produites par les associations naturalistes d’une part, des instances productrices d’une vision culturo-patrimoniale d’autre part ?

2.2. Structures spatiales tendellaïres

Les précédentes illustrations permettent de déboucher sur l’existence de structures spatiales, qui encadrent les pratiques dans ces écosystèmes dont on vise la préservation, mais qui fournissent également des ressources à leurs acteurs. De telles structures influent sur les comportements indépendamment du lieu et de l’instant, et ce pour l’ensemble de ces espaces. Dans le cas des tendelles, certaines structures sont expressément réglementées, alors que d’autres relèvent davantage des normes sociales de bienséance. De la sorte, une règle tacite impose l’évitement des champs de tendelles aux porteurs de fusil, l’attractivité du site tendellaïre reposant sur la quiétude des lieux. Pour résumer sur ce point, les structures spatiales exercent une influence quant aux comportements légitimes dans l’espace ainsi constitué. Le silence en est ici la règle cardinale. Mais ce type d’attitude n’est pas déconnecté des structures temporelles, à commencer par la saisonnalité de la pratique, du 1er novembre au 31 janvier.

  • 18 Pour retirer ses terres d’une société de chasse, ou s’en « réserver » la pratique, voire la vendre (...)

Quelles soient spatiales ou temporelles, ces structures sont parties prenantes des structures sociales plus générales, et donc imprégnées par les déterminations plus globales que sont par exemple les classes sociales et le genre. On ne peut comprendre la structuration de l’espace caussenard sans tenir compte de la place qu’y occupe la principale activité économique de ces territoires, l’élevage. Aussi, selon la surface qu’ils y occupent et en fonction de l’autorité sociale que leur confère la taille de leur exploitation, les éleveurs sont en mesure, plus ou moins facilement, d’extraire leur emprise spatiale des pratiques cynégétiques du commun18.

Concernant le genre maintenant, le rôle des femmes dans l’approvisionnement en petit gibier, par le piégeage, contribue à faire de la capture des turdidés un espace où elles disposent d’une légitimité sans commune mesure avec les autres formes de chasse. En France, si l’exercice cynégétique affiche une masculinité sans comparaison (98 %) (Baticle, 2007), les tendelles ont toujours été largement pratiquées par les épouses. Aujourd’hui encore, alors que ce sont la plupart du temps leurs conjoints qui ont suivi la formation pour être tendeur agréé, nombre d’entre elles vont en réalité relever les pièges. Comme pour toutes les méthodes de piégeage, la tenderie est assimilée à une démarche de cueillette qui entre en conformité avec les attendus comportementaux à l’égard du féminin (Jamin, 1979). Mais ce faisant, les tendelles modifient aussi sensiblement le cadre spatial de la socialisation des femmes, amenées parfois très jeunes à parcourir la lande pour retirer les oiseaux pris. Par là, l’opposition classique entre un masculin associé à l’espace extérieur de la nature et un féminin dévolu à l’intérieur domestique se trouve nuancée.

2.3. La production d’un espace d’identification

  • 19 Née en 1958, fille d’un éleveur du Causse de Sauveterre, personnel administratif de catégorie C dan (...)
  • 20 L’une des espèces de turdidés.
  • 21 Souvent qualifiée sur le terrain de « vraie grive », c’est ici la litorne.

La grive fût donc, sur le temps long de l’espace caussenard, un revenu complémentaire à l’activité agro-pastorale, mais également une ressource alimentaire notable. Marie-Paule19, tendeuse depuis ses huit ans, s’emporte : « Mais si je vous disais, monsieur, nous on mangeait pas les tourdres20 et les grives, on mangeait ce qu’on appelait les tèsses, les restes. Si un prédateur ou un rat était passé et avait… on disait grudé la grive, on mangeait ce qui restait. Les intactes on les vendait bien sûr. Mais ça faisait un plat les restes ! […] J’étais gamine. Je me souviens. Comme on n’avait pas un radis, ma mère, moi je l’avais vu pleurer parce qu’elle pouvait pas rembourser la baraque ! Donc nous, ça nous marquait quand même. Je ramassais : un merle, 5 francs, une chacha21, 10 francs. Je me disais "Ma mère sera contente aujourd’hui". L’eau c’était la réserve ! Elle était pas au robinet ! » (entretien sur site, 12/01/16).

  • 22 Les auteures écrivent, à propos de la grive sur le Causse Méjan, qu’elle constitua un vecteur de re (...)
  • 23 On appelle lecque, l’équivalent de la tendelle dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, d (...)
  • 24 Un de ses défenseurs, lors de l’AG des chasseurs de Lozère du 29 avril 2006 (archives fédérales).
  • 25 En Lozère, par exemple, plus de 55% des tendeurs encore en activité relèvent de ces catégories.

Cette grive finit aujourd’hui par symboliser une manière d’être dans la nature, en tant qu’habitant du lieu (Blanc et Cohen, 2002)22. Tendre de cette manière n’a effectivement plus d’équivalent légal, les lecqueurs23 alpins ayant officiellement disparu dans les années 1980. Jusqu’aux fédérations de chasseurs, la tendelle est vécue comme unique au monde. Chez les tendeurs, comme au sein de la population qui se représente en tant qu’autochtone, la capture des grives par ce moyen est désormais appréhendée sur le mode de la territorialisation cynégétique de l’espace. « Sans les tendelles, les Causses sont déstabilisés, sans les Causses les tendelles n’existent pas »24. L’habitus qui s’exprime par ce biais relève des petite et moyenne paysanneries de montagne25, ou des descendants dépaysannés de la toute petite exploitation n’ayant pas trouvé de repreneur familial.

Quant aux conditions d’accès à la tenderie, elles relèvent de la propriété foncière ou, à défaut, de l’insertion dans les cercles relationnels locaux, extrêmement précieux dans ce cas de figure. Pour autant, les règles d’exclusion sont, depuis 2005, conditionnées à l’arrêté ministériel qui établit la liste des tendeurs autorisés nominalement. Là encore, on retrouve cette organisation structurée que mentionne Martina Löw. Cette exigence matérielle d’un terrain adéquat s’impose pourtant, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une démarche de captation de la faune sauvage. C’est une des particularités de ces espaces socio-naturels, nécessairement inféodés à des biotopes aux qualités rares, impossibles à reproduire sur d’autres lieux et non-délocalisables.

Il existe effectivement des formes d’activité qui peuvent s’affranchir d’une localisation déterminée (là et pas ailleurs), comme un terminal informatique, vers lequel s’orientent des flux intenses, mais artificiels. De tels sites fonctionnels peuvent être installés un peu partout dans l’espace globalisé. En revanche, ils se situent aux antipodes des qualités requises pour un champ de tendelles, où les flux attendus sont animaliers et surtout déterminés par des variables non humainement maîtrisables : climatiques notamment, mais bien au-delà puisque les couloirs de migrations restent tributaires de causes encore inconnues. De plus, le pendant nécessaire à la pose dense et régulière des turdidés tient dans une présence humaine plutôt confidentielle. On estime donc que les couloirs sont inversement proportionnels à cette rareté humaine. Une situation qui correspond idéalement aux Causses. Enfin, un champ de tendelle s’anime en l’absence des piégeurs. Il convient donc bien de parler d’une territorialisation à vocation cynégétique, avec des listes de prétendants à la tenderie fortes de plusieurs centaines de noms en Lozère et en Aveyron.

  • 26 Administrateur de la Fédération des chasseurs de l’Aveyron, délégué départemental du CPNT, employé (...)
  • 27 Littéralement « Gardons les tendelles » et « Gardons le Larzac », ce qui fait référence à la lutte (...)

C’est encore bien d’une logique du lieu territorialisé dont relèvent aujourd’hui les Causses, du moins si l’on en croit les discours identitaires, tel celui de Jean-Robert26 : « Pour moi, "Gardarem los tińdelles", c’est la même chose que quand on disait "Gardarem lo Larzac"27 ; c’est défendre les Causses, parce que nous sommes caussenards » (29/04/16). Löw n’exclut d’ailleurs pas cette possibilité : « si l’on considère une formation comme un lieu, souvent pourvu de la puissance unificatrice d’un nom, on est amené à considérer les stratégies et les structures (individuelles et collectives) visant l’identité : les traditions, les souvenirs, les expériences communes. » Et d’ajouter « lorsque des êtres humains se caractérisent eux-mêmes selon le lieu d’où ils viennent » (p.12).

2.4. Un principe de légitimation : l’autochtonie

Ce principe des « gens d’ici », est encore un principe structurel qui engendre de l’espace préférentiel. Les champs de tendelles sont ainsi généralement à distance des sites les plus fréquentés, en particulier par les touristes. Touristes acceptés lorsqu’ils se cantonnent sur les tracés qui leur sont destinés. Il nous semble que nous avons là une composante essentielle de la structure spatiale, intériorisée mentalement, des espaces dits ruraux, par opposition aux espaces entrés dans une mondialisation bénéfique. Or, de la mondialisation, les caussenards ont retenu leur classement comme réserve de biosphère ; une élection ressentie comme immixtion dans leur gestion territoriale. Leur « mise en parc » a également été très mal vécue (Blanc, 2015). Quant à leur porte d’entrée dans l’ère des échanges globalisés, elle tient dans le label de leur fromage phare, le Roquefort, auquel les États-Unis ont fermé leur débouché par une taxation prohibitive de 100 % en 1999. Cela aboutira à l’affaire du démontage du McDonald’s de Millau. Dix années plus tard, la taxation passait à 300 %.

Mais cette logique du primo-arrivant est encore le mobile à des attributs de type inégalitaire : aux « autochtones » la légitimité spatiale du temps long, lorsque les allochtones se voient confinés au rôle d’outsiders. Et d’une certaine façon, l’entrisme dont l’écologie politique a fait preuve, notamment quant aux prises de décisions pour déterminer les modalités de gestion de ces espaces longtemps ignorés, procède également de cette compétition pour la légitimité. Les Causses sont devenus des terres de polémiques autour de la question de la biodiversité et les tendelles un objet de conflit ouvert. La stratégie vise alors à résister à l’imposition de nouvelles (dis)positions spatiales, comme la disparition programmée des tendelles. Dans ces luttes, se joue encore la question du leadership quant au pouvoir local. En s’inscrivant dans le maintien sur ces territoires, les installés revendiquent une légitimité de compensation. Ils ont en effet une conscience aiguë des corrélations positives qui associent, dans un monde globalisé, la mobilité géographique à la mobilité sociale ascendante.

Par cet affrontement, on peut considérer qu’il existe désormais deux espaces, dont la cohabitation s’avère délicate sur les landes à genévriers des Causses. D’une part, un espace synthétisé par les tendeurs autour de la « tradition » et du droit à la transmettre. D’autre part, un espace appréhendé sous la lunette écologique, produisant une synthétisation biocentrée. Cette situation a pu aboutir à des lauzes brisées ici et là, notamment pendant la période de tension, entre 2002 et 2005. L’argument, selon lequel les tendelles ne captent qu’une part infime des turdidés, à savoir 2 300 oiseaux en 2014-15, contre 5 millions chaque année au moyen des fusils, ne fait pas bouger les lignes dans ce dossier devenu symbolique.

  • 28 Il avait, par ailleurs, déjà connu des transformations, en passant de l’espace de production alimen (...)

S’il est par contre une thèse löwienne qui achoppe sur notre terrain, c’est probablement celle de la pérennisation des espaces, via leur reproduction répétitive. Concernant les tendelles, ce caractère reproductif est désormais compromis28. La victoire au Conseil d’État masquait en effet un article de l’arrêté ministériel, qui établissait que les derniers tendeurs n’auraient pas de successeurs, sur le principe « du bouilleur de cru ». Devant la pression des associations écologistes, la ministre avait par là reporté dans le temps l’extinction de la pratique. Dans les faits, c’est l’inverse qui s’est produit. Alors que les effectifs pratiquants décroissaient depuis la fin des années 1970 au moins, un regain d’intérêt a vu le jour, sans pouvoir se concrétiser par une pratique. Depuis 2005, la diminution des effectifs est essentiellement le produit de la disparition de tendeurs âgés.

Tableau 1. Effectifs

Tableau 1. Effectifs

Source : Baticle, 2016

Quoiqu’il en soit, les landes à genévriers ont progressivement émergé en tant que lieux à part entière pour les protagonistes. Ici, la pertinence de la théorie löwienne apparaît clairement avec son aboutissement, à savoir la notion de lieu. « La constitution de l’espace engendre systématiquement des lieux, de même que la naissance de l’espace n’est possible que par l’existence des lieux » (p. 263). En ce sens, nous nous différencions ici de la critique établie par Yankel Fijalkow (2016), qui considère que ce point de vue mériterait d’être nuancé, « au regard des jeux de placement autorisant des déplacements, des remplacements, voire des stratégies pour "faire place" ou "faire sa place". » Tel que nous avons cherché à le montrer, le « jeu » avec l’animal sauvage relativise ce pouvoir de faire place, dans la mesure où les biotopes ne se produisent pas comme des buildings.

Conclusion : un espace « glocalisé »

  • 29 L’avantage offert par Dominique Darbon reste pourtant indéniable : il montre avec force de détails (...)

La sociologie rurale, en France, fut marquée par l’héritage mendrassien (Darbon29, 1997), le théoricien des sociétés paysannes et de la fin de la paysannerie ayant largement contribué à renouveler le paysage conceptuel des études ruralistes. En parallèle avec l’analyse de Claude Servolin (1972), s’impose l’idée, dans les années 1970, d’un monde qui aurait cessé d’être à part (Marié et Viard, 1977), pour s’intégrer dans une économie capitaliste qui tend alors vers la globalisation. Après le tournant des années 1980, orientant la question rurale vers les pratiques spatiales, s’ouvrent de nouveaux champs d’analyse et particulièrement l’environnement (Jollivet, 1992). En revenant à cette « passerelle » que représenta l’espace, éclairée ici par la théorie de Löw, les mouvements sociaux localisés peuvent être réinterprétés à l’aune d’une analyse relationnelle, entre des groupes d’acteurs positionnés sur des conceptions contrastées de l’environnement naturel.

En s’accrochant avec une telle détermination aux lieux d’élection de la tendelle, ses partisans expriment en fait tout autre chose que la défense d’une pratique, qui pourrait passer pour folklorique. C’est d’une autre typicité dont il est question, dans un jeu distinctif avec d’autres régions, notamment cynégétiques, mais également la volonté de perpétuer des espaces qu’ils ont investis d’une fonction mémorielle. Autrement dit, si on peut insister sur la persistance du lieu à exister au-delà de sa disparition, par précisément la mémoire, les tendeurs rejettent cette trace purement mnésique en faisant des lieux tendellaïres les musées vivants d’une disparition, elle bien réelle, celle du berger, figure devenue tutélaire. Ce dernier incarnait une image des Causses : paysage ouvert, parcouru par des taiseux traînant leur misère économique avec leurs troupeaux. Cette incarnation est désormais caduque et on ne la regrette pas pour ce qu’elle endurait, mais ces producteurs d’espace, en s’éteignant, ont réactivé malgré eux la question de la place des locaux dans la globalisation, sur des territoires glocalisés (Bauman, 1999).

Haut de page

Bibliographie

AUGOYARD Jean-François (1979), Pas à pas, Paris, Seuil.

BATICLE Christophe (2007), Les pratiques de chasse comme affirmations politiques du principe d’autochtonie. Dimensions territoriales des luttes cynégétiques, thèse de socio-anthropologie, Amiens, UPJV.

BATICLE Christophe (2013), « La corporéité cynégétique. Une démarche territoriale entre symbolique locale et spatialité animale », Carnets de géographes, n° 5, [en ligne].

BATICLE Christophe (2016), La grive, la lauze et le genévrier. Habiter en caussenard-e. « Gardarem los tińdelles » sur les Grands Causses de Lozère et d’Aveyron, rapport, à paraître, Paris, CNRS.

BAUMAN Zygmunt (1999), Le coût humain de la mondialisation, Paris, Hachette.

BECK Ulrich (1986), La société du risque, Paris, Aubier.

BILLAUD Jean-Paul (2009), « La sociologie rurale et la question territoriale », Études rurales, n° 183, p. 113-128.

BLANC Guillaume (2015), Une histoire environnementale de la nation, Paris, Sorbonne.

BLANC Nathalie & Marianne COHEN (2002), « L’animal : une figure emblématique de la géographie contemporaine », Espaces et sociétés, n° 110-111, p. 25-40.

BONNIOL Jean-Luc (dir.) (2003), Dire les Causses. Mémoire des pierres, mémoire des textes, Millau, Le Beffroi.

BONNIOL Jean-Luc (2005), « L’invention d’un territoire et sa confrontation aux limites administratives. Le cas des Grands Causses », Ethnologies comparées, n° 8 [En ligne].

BORDREUIL Jean-Samuel & Sylvia OSTROWETSKY (1984), « Le social comme sémio-genèse. », Langage et société, n° 28, p. 9-36.

BOZON Michel & Jean-Claude CHAMBOREDON (1981), « L’organisation sociale de la chasse en France et la signification de la pratique », Ethnologie française, n° X-1, p. 65-88.

CHARLES Lionel, HELLMUTH Lange, KALAORA Bernard & Florence RUDOLF (dir) (2014), Environnement et sciences sociales en France et en Allemagne, Paris, L’Harmattan.

COHEN Marianne & Micheline HOTYAT (1995), « Embroussaillement et boisement sur le Causse Méjan entre 1965 et 1992 », dans BONNIOL Jean-Luc & Alain SAUSSOL (dir.), Grands Causses, Millau, FPVSPGG.

DARBON Dominique (1997), La crise de la chasse en France, Paris, L’Harmattan.

FIJALKOW Yankel (2016), « Martina Löw, Sociologie de l'espace », Lectures [En ligne].

FISCHER Gustave-Nicolas (1964), La psychosociologie de l’espace, Paris, PUF.

GIDDENS Antony (1987), La constitution de la société, Paris, PUF.

HOTTIN Christian & Claudie VOISENAT (dir.) (2016), Le tournant patrimonial, Paris, FMSH.

JAMIN Jean (1979), La tenderie aux grives chez les ardennais du plateau, Paris, CNRS.

JOLLIVET Marcel (dir) (1992), Sciences de la nature, sciences de la société, Paris, CNRS.

JOLLIVET Marcel & Nicole MATHIEU (dir.) (1989), Du rural à l’environnement, Paris, L’Harmattan.

LA SOUDIÈRE de Martin (2013), Sur le Causse Méjan, documentaire, Paris, IIAC.

LAFERTÉ Gilles (2014), « Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés », Sociologies, vol. 5, p. 423-439.

LAMIZET Bernard (2000), « La médiation sémiotique de l’espace », dans MAROUF Nadir (coord.), Pour une sociologie de la forme, Paris, L’Harmattan.

LE ROY Étienne (2011), La terre de l’autre, Paris, LGDJ.

LEFEBVRE Henri (1974), La production de l’espace, Paris, Anthropos.

LÉVI-STRAUSS Claude (1962), Le totémisme aujourd’hui, Paris, PUF.

LÖW Martina (2015), Sociologie de l’espace, Paris, MSH.

LUSSAULT Michel (2007), L’homme spatial, Paris, Seuil.

MARIÉ Michel & Jean VIARD (1977), La campagne inventée, Arles, Actes Sud.

MENDRAS Henri (1967), La fin des paysans, Paris, Armand Colin.

MOL Annemarie & John LAW (1994), « Regions, Networks and Fluid. Anaemia and Social Topology », Social Studies of Science, n° 24, p. 641-671.

PINÇON Michel & Monique PINÇON-CHARLOT (1989), Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil.

POCHE Bernard (1996), L’espace fragmenté, Paris, L’Harmattan.

RENAHY Nicolas (2005), Les gars du coin, Paris, La Découverte.

RETIÈRE Jean-Noël (2003), « Autour de l'autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 16, p. 121-143.

RETIÈRE Jean-Noël (2014), « Le capital d’autochtonie n’est pas le capital spatial », communication au colloque Penser l’espace en sociologie, Tours, CITERES, 9 p.

SAUSSOL Alain (1987), « Résurgence d’une identité territoriale », Bulletin de la Société languedocienne de géographie, fasc. 3-4, p. 473-492.

SÉGAUD Marion (2007), Anthropologie de l’espace : habiter, fonder, distribuer, transformer, Paris, Armand Colin.

SENCÉBÉ Yannick (2008), « Déclin(aisons) de l’appartenance dans les territoires de l’individualisme et de la mobilité », dans GUÉRIN-PACE France & Éléna FILIPPOVA (dir), Ces lieux qui nous habitent, La Tour d’Aigues, Aube.

SERVOLIN Claude (1972), « L’absorption de l’agriculture dans le mode de production capitaliste », dans GERVAIS Michel, SERVOLIN Claude & Yves TAVERNIER (dir), L’univers politique des paysans, Paris, Science Po, p. 41-78.

Haut de page

Annexe

Lexique :

Grands Causses : hauts plateaux calcaires (karstiques) au sud du Massif Central, entre la Lozère, l’Aveyron, le Gard et l’Hérault, délimités par l’Aubrac et la Margeride au nord, les Cévennes à l’est, le Lévézou et le Saint-Affricain à l’ouest et le Lodévois au sud. On distingue les sept causses dits « majeurs » (Méjan, Larzac, Noir, Rouge, Comtal, de Séverac et de Sauveterre) d’une multitude de petits causses périphériques, dont le Bégon, de Mende, de Blandas, de Changefège etc. Cette formation géologique date, pour l’essentiel, de l’ère jurassique. Dans les années 1980, cette région devint un laboratoire à ciel ouvert pour les sociologues et géographes des mondes ruraux (Marcel Jollivet, Nicole Mathieu, Marianne Cohen, Jean-Luc Bonniol…), en particulier le Causse Méjan.

Genévrier : arbre, souvent maintenu à l’état d’arbuste, caractéristique des sols pauvres et notamment très calcaires. Il produit des baies (le genièvre) qui subsistent comme la seule nourriture des turdidés lorsque le sol est gelé.

Gyrobroyage : action de broyer les végétaux avec un gyrobroyeur. Ce dernier est généralement utilisé pour nettoyer les jachères.

Tendelle : dispositif de pierres plates et de bâtonnets de bois qui, au pied d’un genévrier, attirent les turdidés (grives et merles) par le dépôt de baies de genièvre. L’oiseau, déclenchant l’échafaudage des bâtonnets, est écrasé par la pierre ainsi retenue (la lauze).

Turdidés : grives et merles.

Haut de page

Notes

1 À savoir un ensemble de hauts plateaux calcaires (karstiques), de vallées et de gorges situés entre 700 et 1 200 mètres d’altitude, au sud du Massif Central.

2 Propos tenus par Gérard Charollois, magistrat et président de la Convention vie et nature pour une écologie radicale. Cf. Le Midi libre, 17/12/03, 24/12/03, 11/01/04, 24/01/04, La Dépêche du Midi, 29/12/03, 23/02/04, 24/02/04.

3 Charollois, op. cit.

4 L’étude a commencé en novembre 2015. Elle a mêlé une phase d’observation directe de six mois par l’installation sur le Causse de Sauveterre, des entretiens (plus de 70 personnes interviewées, parmi lesquelles des tendeurs, personnels des fédérations de chasseurs, élus, scientifiques, écologistes militants, représentants des administrations compétentes) et la consultation d’archives (presse, documents juridiques, administratifs et fonds privés).

5 La publication du numéro spécial (87-88) d’Études rurales, en 1982, en est un témoignage.

6 Martina Löw préfère parler de théories « absolutistes », en opposition avec la posture « relativiste » qu’elle défend. L’absolutisme implique de penser l’espace comme un « container, un contenant qu’occupent les objets, les êtres vivants, les activités humaines » (voir la préface d’Alain Bourdin, p. VIII). À l’opposé, le relativisme implique d’y voir une potentialité de relations entre les êtres et les choses, entre les êtres eux-mêmes, ce qui nécessite d’étudier les positionnements et le mouvement.

7 La revue Espaces et sociétés a offert une tribune à ces discussions de fond. Notons que l’anthropologie (Ségaud, 2007) ou la psychosociologie (Fischer, 1964) ont connu les mêmes débats.

8 Et lorsqu’ils s’intéressent à la grande vénerie (1993), le couple de sociologues adopte la même grille de lecture, l’espace naturel étant là pour exprimer la puissance sociale de ses détenteurs. Il s’agit alors de concevoir l’espace comme habité par un travail véritablement socio-centriste.

9 À savoir ici l’émergence de la socialité à partir de la production et de l’interprétation des signes, soit une manière de lier le matériel et l’idéel dans l’action de symboliser le monde.

10 Pour lequel il s’agit de « penser l’espace comme une qualité positionnelle du monde et des objets matériels », dans lequel le mouvement est constant, contredisant l’idée d’un espace unitaire. Bourdin, op. cit., p. VIII.

11 Op. cit., p. IX.

12 Pour Löw, ce mouvement s’achève dans les années 1970. Op. cit., p. 7.

13 « Avec le placement naît la conscience du lieu, de même que dans le sens de place, ils sont une condition préalable de la constitution de l’espace ». Löw, op. cit., p. 12.

14 Jean-Yves Boutin, archéologue, archives privées.

15 Nous reprenons ici l’orthographe la plus conforme à l’origine étymologique : Méjan, issu du latin medianum, signifiant en occitan « du milieu ».

16 Leur crainte, que les pies se prennent sous les lauzes tendues, en chassant les passereaux qui constituent leurs proies.

17 Terme occitan utilisé par les rares auteurs qui se sont intéressés à la pratique. Il désigne ce qui relève des tendelles.

18 Pour retirer ses terres d’une société de chasse, ou s’en « réserver » la pratique, voire la vendre sur le « marché » cynégétique, il s’agit d’être doté d’un territoire relativement vaste et de préférence d’un seul tenant. Il faut surtout disposer d’une autorité locale certaine, afin de résister à l’opprobre qui ne manquera pas de s’abattre sur vous (Baticle, 2013). Les retraits sont ainsi le fait des fermes importantes. Mais la prégnance de la tenderie aux turdidés dans l’histoire caussenarde, ainsi que le souvenir des bergers qui l’exerçaient, pèsent souvent en faveur d’une acceptation des champs de tendelles.

19 Née en 1958, fille d’un éleveur du Causse de Sauveterre, personnel administratif de catégorie C dans un collège du secteur, mère du repreneur de la ferme familiale.

20 L’une des espèces de turdidés.

21 Souvent qualifiée sur le terrain de « vraie grive », c’est ici la litorne.

22 Les auteures écrivent, à propos de la grive sur le Causse Méjan, qu’elle constitua un vecteur de requalification des espaces, de par l’ouverture de ces derniers. Partie intégrante de l’histoire du territoire, les turdidés occupent, de la sorte, une place particulière pour la société locale, amenant pendant longtemps à la protection des genévriers. Le levage des tendelles devient, dans leur analyse, un rite de passage initiatique vers la vie adulte.

23 On appelle lecque, l’équivalent de la tendelle dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes et de la Drôme.

24 Un de ses défenseurs, lors de l’AG des chasseurs de Lozère du 29 avril 2006 (archives fédérales).

25 En Lozère, par exemple, plus de 55% des tendeurs encore en activité relèvent de ces catégories.

26 Administrateur de la Fédération des chasseurs de l’Aveyron, délégué départemental du CPNT, employé du secteur para-agricole

27 Littéralement « Gardons les tendelles » et « Gardons le Larzac », ce qui fait référence à la lutte des années 1970, contre le projet étatique d’étendre le camp militaire sur le Causse du Larzac.

28 Il avait, par ailleurs, déjà connu des transformations, en passant de l’espace de production alimentaire, qu’il était par le passé, à celui du loisir « traditionnalisé », plus contemporain.

29 L’avantage offert par Dominique Darbon reste pourtant indéniable : il montre avec force de détails que la chasse, et plus globalement la « campagne » subsistent comme des réservoirs de l’imaginaire, quant à un mode de sociabilité en perte de vitesse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Une tendelle
Crédits Source : FDC.48
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/3124/img-1.png
Fichier image/png, 63k
Titre Carte 1. Territoire du Bien UNESCO Causses & Cévennes
Crédits Source : http://cantobre.fr/​accueil/​patrimoine
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/3124/img-2.png
Fichier image/png, 722k
Titre Tableau 1. Effectifs
Crédits Source : Baticle, 2016
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/3124/img-3.png
Fichier image/png, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Baticle, « Relire le conflit environnemental à travers une grille de lecture spatiale », Socio-logos [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 17 juin 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/3124

Haut de page

Auteur

Christophe Baticle

Socio-anthropologue post-doctorant, UMR CNRS 5190 LARHRA (Grenoble 2), EA 4287 Habiter le Monde (Amiens), cbaticle@aol.com

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org