Skip to navigation – Site map

Les mouvements sociaux écologistes : entre réforme de soi et rapports de classe, entre histoires nationales et circulations européennes

Anahita Grisoni and Sophie Némoz

Abstracts

As social movement environmentalism emerged some fifty years ago in Europe. Nowadays, the mobilizations and the modes of engagement continue to be renewed in favour of environment. If this term is not in itself a concept for sociology, the systemic, dynamic and empirical notion could help overcome the split between different perspectives dealing with social movements in the francophone sociological literature. As a matter of fact, the diversity of their claims (environmental protection, promotion of “commons”, critique of public money but also call into question the centralist and authoritarian State, the rejection of capitalism, etc.), the variety of individual and collective political trajectories in activist struggles, the multiplicity of types of protest (world forums, national events and everyday resistances), the articulation of scales of action can be addressed through the prisms of class conflicts as long as the theories of emancipation. The specific case studies in Europe will enable to underpin the possible intersections. The approach in terms of processes of “self-reform”, in reference to Max Weber (1905), sheds light on the contemporary modalities of engagement (individual and collective) in and for ecology, by articulating the individual practices, their meaning with the more global movement of the greening of populations and societies.

Top of page

Full text

  • 1 La datation est contestable selon la manière dont on se représente le rapport au milieu. Elle peut (...)

1Au début des années 19701, la crise écologique a provoqué le déclenchement puis la diffusion d’une « conscience environnementale » de masse. Elle se manifeste au travers de programmes de recherche scientifique, de politiques publiques et de la sensibilisation de l’opinion publique (Ingold, 2011). Si ce « verdissement » de la société accompagne et renforce le modèle néolibéral (Felli, 2014 ; Swyngedouw, 2007) par un processus de « modernisation écologique » (Rudolf, 2013, Foyer et al., 2015), certains groupes s’appuient sur les préoccupations environnementales pour développer une critique de la société en vue d’un changement social. Ces groupes participent de la « nébuleuse écologico-environnementale » et associent les espaces commerciaux, pédagogiques et/ou militants dans lesquels diverses formes d’écologie se rencontrent (Micoud, 2002). Alors que certains de ces groupes procèdent de dynamiques de « réforme de soi », d’autres représentent davantage des configurations de mouvements collectifs en lien avec d’autres luttes, qu’il s’agisse de mouvements anti-nucléaires, légitimant l’usage du terme « nouveaux mouvements sociaux » (Touraine et al., 1980), de mouvements d’opposition à la construction de grandes infrastructures comme le TGV Méditerranée (Pourchier, 1994), de mouvements de consommateurs (Dobré, 2003), ou encore de groupes de contre-expertise et de démocratie technique (Chateauraynaud, Torny, 1999).

  • 2 Souvent, pas d’auto-désignation en tant que mouvements écologistes.
  • 3 Elaborée par Charles Tilly (1995), la notion de « répertoire d’action collective» est utilisée en s (...)
  • 4 Nous entendons ici par « engagement » des formes de participation individuelle et collective et che (...)

2L’étude des trajectoires politiques des écologistes représente l’une des perspectives les plus couramment usitées pour approcher ces objets (Aspe, Jacqué, 2012). Au-delà d’une définition politique et institutionnelle des écologistes, membres actifs ou passifs des partis « verts » (Vilalba, 1996, 1997), ce qualificatif s’applique ici à l’ensemble des acteurs dont les revendications et les répertoires d’action s’inscrivent dans l’histoire plurielle des courants de l’écologie des pays d’Europe de l’ouest2 (Ollitrault, 1996). Les entretiens semi-directifs qui seront traités dans cet article laissent entrevoir quant à eux que les enquêtés investis dans des pratiques de changement de la vie quotidienne refusent, le plus souvent, l’usage du champ lexical de l’action écologiste. En examinant la structure sociale, tout se passe comme si les différences de classes conditionnaient la méfiance ou l’adhésion au politique, sous sa forme institutionnelle ou mouvementiste, à l’échelle nationale ou européenne. Si les uns et les autres participent de cette « classe moyenne » élargie, on observe une tendance aux recours institutionnels plus marquée du côté des plus âgés, alors que la classe d’âge médiane (30-50 ans) s’attache davantage à la pratique d’une écologie tournée vers le privé. Dans la perspective d’une sociologie des mouvements sociaux, nous aborderons plusieurs de ces groupes en analysant leurs répertoires d’actions collectives3 allant de la réforme de soi et à des mobilisations collectives. Dans quelle mesure les engagements4 en faveur de l’écologie relèvent-ils tout autant des rapports de classes que des dynamiques d’émancipation ? Comment s’inscrivent-ils dans un cadre tant national que transnational ? Cet article nourrit l’objectif théorique d’une contribution au développement des connaissances sociologiques sur la variété des courants, des modes d’engagement et d’auto-désignation dans le domaine de l’écologie, trop souvent perçu comme un mode d’action et un courant politique homogènes.

Méthode : Une triangulation des terrains d’enquêtes dans la nébuleuse écologico-environnementale.

Cet article s’appuie sur plusieurs enquêtes de terrains :

1. Un premier terrain concerne le « culte du bien-être » et la naturopathie, thérapie non conventionnelle (Cohen, Rossi, 2011) définie comme la « médecine du développement durable » par l’association Alliance pour la santé, qui regroupe depuis 2009 plusieurs centres de formation relevant des médecines alternatives. Il recouvre cinquante-cinq entretiens semi-directifs auprès de clients, de professionnels et d’élèves de la naturopathie, un travail d’observation participante mené au sein des associations professionnelles et humanitaires de la naturopathie en région parisienne (Grisoni, 2011), ainsi qu’une investigation dans les espaces commerciaux et pédagogiques accueillant cette médecine douce : cabinets, centres de soins, magasins bio, salons nature et santé.

  • 5 Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un post-doctorat du programme de recherche franco-allemand (...)

2. Un deuxième terrain se concentre sur le mouvement populaire NOTAV, opposé à l’implantation du réseau ferroviaire à moyenne vitesse entre Lyon et Turin5. Un travail d’observation participante a été mené entre juillet 2013 et août 2014 dans la vallée de Suse, et vingt entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de militants du mouvement NOTAV. Un focus group a également été mis en place avec les acteurs engagés dans le domaine de l’écologie au sein du mouvement.

3. Un troisième terrain porte quant à lui sur l’écologie résidentielle qu’il s’agisse d’une construction ou d’une réhabilitation, d’une maison isolée, groupée ou d’un immeuble collectif, en location ou en accession, à la ville comme à la campagne, ou en zone périurbaine (Némoz, 2009). L’enquête a pris la forme d’une ethnographie multi-sites en France et en Europe : près d’une centaine de récits de vie ont été réalisés auprès d’acteurs publics, de professionnels et d’habitants ; des observations in situ ont été réalisées ainsi que l’observation d’une trentaine d’événements associatifs. L’approche comparative poursuivie en France, en Finlande et en Espagne a visé à opérer « un détour » au sens où « ce changement de point de vue discerne mieux comment le politique et le pouvoir s’accommodent de la nouveauté et de l’inédit » (Balandier, 1985 : 27).

  • 6 Lors d’un post-doctorat au Centre d’Etudes du Développement Durable de l’Institut de Gestion de l’E (...)

4. Un quatrième et dernier terrain se consacre enfin au mouvement des Villes en Transition dans la Région de Bruxelles-Capitale (Némoz, 2012)6. Les observations participantes et les vingt entretiens semi-directifs réalisés sur les trois « Initiatives de Transition » lancées localement en 2011 s’inscrivent dans un corpus plus large de sources qualitatives intégrant un travail de veille sur les collectifs en ligne et l’analyse des témoignages publiés sur les sites internet des communautés bruxelloises. Les groupes locaux du mouvement international de Transition se situent à un niveau intermédiaire entre les pratiques individuelles d’un ménage et les échelons municipaux, régionaux, nationaux, voire supranationaux où les politiques agissent. Cette échelle de proximité a pour objectif d’interpeller directement les habitants sur la relocalisation de l’économie, la « descente énergétique », les modes de vie « post-pétrole », ou encore la réappropriation des savoirs et des techniques (Hopkins, 2010).

En faisant varier les informateurs et en travaillant sur des pratiques et des représentations contrastées, il a été possible d’approcher la nébuleuse écologico-environnementale et de faire de son hétérogénéité un objet d’étude.

1. Entre émancipation et structure de classe : les écologies de la réforme

1.1. Des résistances quotidiennes

Les faits sociaux fondés sur une réflexion sur le rapport à la nature ne se réduisent pas à une idéologie identifiée, mais s’inscrivent dans des courants politiques différenciés. Une manière d’aborder ces phénomènes consiste à regarder du côté des pratiques dites de « résistance quotidienne » (Dobré, 2003) ou every-day activism (Dobson, Bell, 2006). Si, à première vue, elles relèvent de pratiques individuelles et sectorielles – en privilégiant des modes de production et de consommation dits écologiques, tels que la santé naturelle ou l’éco-habitat – elles renvoient aussi à des formes plus collectives au sein desquelles les acteurs s’insèrent et s’engagent. Dans le cas de l’écologie résidentielle, l’analyse des parcours des habitants interrogés, de leurs pratiques et représentations, rend compte de la diversité des projections de soi dans le logement et son environnement. En retraçant la sociohistoire de l’éco-construction, des effets de capillarité ont été identifiés avec les utopies des projets pionniers de l’« éco-logis ». Au cours des années 1970, trois groupes se différencient : les partisans du low tech, d’une économie de moyens et des savoir-faire traditionnels ; les « bio constructeurs » aux sensibilités tant sanitaires que spirituelles ; et les adeptes du high tech, des installations sophistiquées et spécialisées dans l’optimisation énergétique. Quarante ans plus tard, les représentations des acteurs ont surtout en commun leur rôle dans le passage à l’action en situation de forte inconnue. Les trente ménages rencontrés au cours de constructions ou de rénovations dites « écologiques », voire « durables », ont ainsi décrit les processus de décision de leur emménagement. La dimension écologique de leur futur logement a pu être interprétée comme la promesse de vivre autrement. L’enjeu réel pour les habitants se situe alors du côté de l’amélioration de leurs conditions de vie. Si l’acte consistant à « s’engager » peut évoquer le fait de pénétrer dans un lieu, de s’y installer et de s’y intégrer, il ne se limite pas selon nous à cette signification. Dans ces domiciles qualifiés en faveur de l’environnement, le recueil des histoires de vie a discerné aussi bien des « engagements stratégiques » que des « engagements tactiques » (Némoz, 2009 : 429-432), au sens où Michel de Certeau différencie ces derniers par « un calcul qui ne peut pas compter sur un propre, qui n’a pour lieu que celui de l’autre » (1980). Les nouvelles qualités environnementales prêtées aux logements peuvent ainsi être considérées comme des occasions propices à l’accès à davantage de confort au quotidien.

  • 7 Esotérismes, hygiénisme, poujadisme mais aussi communautés contre-culturelles, pratiques néo-rurale (...)

Le domaine des thérapies non conventionnelles occupe, quant à lui, une place singulière dans la constitution de l’écologie. Chargé d’une histoire qui renvoie tant au conservatisme qu’au progrès social7, la « culture médicale alternative » (Laplantine, Rabeyron, 1987) n’est pas revendiquée par l’historiographie courante de l’écologie politique française, voire elle y est décriée (Jacob, 1999). Les références des enquêtés à la « Nature », comme principe de division du pur et de l’impur, et aux « bonnes pratiques environnementales » permettent néanmoins d’avancer l’hypothèse d’une histoire partagée et d’un recoupement des pratiques avec d’autres courants de l’écologie. Le philosophe Dominique Bourg (2015) ainsi que l’économiste Joan Martinez Alier (2015) proposent d’aborder les écologies en faisant la place à l’existence d’une écologie « spirituelle » dans laquelle les thérapies non conventionnelles s’insèrent (Martinez Alier, 2015).

1.2. Réforme de soi et émancipation

En dépit de cette diversité, la pluralité des formes de la nébuleuse écologico-environnementale et, plus largement la constitution de l’écologie comme courant politique auquel certains mouvements sociaux se référent, donnent à voir l’émergence de la « réforme de soi ». Dans son ouvrage, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1995 [1905]), Max Weber définit cette forme d’action comme une discipline du corps et de l’esprit appliquée à soi-même, constitutive d’une éthique collective. La dimension intrinsèquement individuelle de la réforme de soi apparaît dans les discours des enquêtés : il s’agit en ce sens d’un changement intime, intervenant sur le sujet et rendant possibles certaines formes d’émancipation. Par exemple, chez plusieurs de ceux qui habitent un logement dit écologique, ce travail sur soi a pu prendre les accents d’une rhétorique de l’accomplissement personnel et familial, évoqué à travers le sentiment de « reprendre le contrôle de sa vie », de lui « redonner du sens », ou encore l’impression de sortir d’un état de tutelle.

Pour autant, la réforme de soi relève également d’une dimension collective : elle est le produit tout autant qu’elle produit une « éthique » partagée et transmise, et se donne à voir dans le cadre de mouvements écologistes et de velléités de changement social. Dans cette perspective, les techniques de soins naturopathiques, ainsi que les formes « écologiques » d’habitat, répondent à cette logique réformiste. Les représentations initiales de la qualité environnementale du logement ont pu être qualifiées de « décisives » par les enquêtés. Elles leur ont alors permis de transcender les incertitudes et les contraintes des crises polymorphiques alors éprouvées dans la sphère familiale et privée. Il y a là des aspirations variées d’émancipation. L’analyse approfondie de leurs histoires de vie montre comment ces aspirations sont construites structurellement, bâties sur des « pierres d’attentes » c’est-à-dire issues de demandes déjà existantes dans leurs catégories sociales d’appartenance (Némoz, 2009). De même, les récits de vie des clients et des praticiens de la naturopathie montrent que leurs pratiques sont organisées autour d’un moment, d’un déclic, à partir duquel la personne intègre progressivement un mode d’alimentation et des techniques de soins dites « naturelles ». Ces changements interviennent dans un cadre familial et privé : familial, parce qu’ils concernent le cercle restreint de la famille nucléaire et des proches ; privé, parce qu’ils s’exercent en dehors des institutions de santé publique, dans le contexte de l’économie de marché. Mis en mot à travers les histoires biographiques, ce moment – qui peut intervenir à la suite d’autres changements (naissance d’un enfant, maladie ou décès d’un proche, crise professionnelle) – constitue le point de départ d’une réforme individuelle tendant à « montrer l’exemple » et à se distinguer. Tous les éléments du mode de vie nouvellement acquis se nivellent alors sur une image de soi valorisée. Yasmine, praticienne de santé naturopathe de 44 ans installée à Paris, s’exprime ainsi : « Pour moi c’est chaque individu qui est responsable- je vais être très brutale- mais chaque individu a la nourriture et la médecine de son niveau de conscience. Voilà ce que je pense très profondément : de la médecine lourde, et de l’agro-alimentaire lourd, pour les gens qui ont ce niveau de conscience là. »

1.3. Dimensions du changement social

Ces réformes subjectives tendant à l’exemplarité constituent-elles néanmoins des modalités du changement social ? Les personnes interrogées n’utilisent pas de termes d’auto-désignation les inscrivant dans un courant politique ou dans un autre, voire refusent les qualificatifs. À la question clairement formulée auprès des acteurs de l’écologie résidentielle et des thérapies non conventionnelles « vous considérez-vous comme militant ? » la réponse est immanquablement « non ». Mais au-delà du sens que les enquêtés donnent à leur action, la constitution de pratiques inscrites dans le champ de l’écologie nous semble constitutives de modalités de changement social. En effet, la réforme du mode de vie individuel peut conduire à une réorientation professionnelle, envisagée dans les corps de métiers du bâtiment comme dans le champ élargi des thérapies non conventionnelles. De plus, la constitution d’une mémoire héritée de courants contestataires (ésotérismes et contre-culture), l’incorporation d’un art de bâtir, des techniques de soin, la mise en place d’espaces de production de ces édifices et de ces thérapies nous apparaissent comme la manifestation d’un habitus que l’on peut désigner comme « alternatif », aux fondements d’une critique et d’une action sociale collective. Cette histoire se manifeste par exemple dans une vision naturaliste et patrimoniale des matériaux anciens et oubliés par le secteur de la construction (terre crue, bois, ouate de cellulose, etc.) dont l’économie de moyens et les circuits courts sont défendus tant pour leurs qualités sociales qu’environnementales. Bertrand, 55 ans, habitant en Savoie et formateur spécialisé dans la mise en œuvre de matériaux biosourcés dans les bâtiments : « quand on est écolo de pensée, de cœur, d’action et d’âme, l’isolation low tech est le remède du bon sens ! ». Dans le domaine de la santé, l’injonction au « naturel » recouvre un champ large et parfois contradictoire : sélection d’aliments issus de l’agriculture biologique et/ou de circuits courts et de saison ; consommation limitée de certains médicaments et vaccins, assimilés à la « chimie », au profit de compléments alimentaires, de remèdes dits « naturels » et de techniques orientales du corps.

1.4. Entre distinction et contestation du mode de production industriel : une idéologie de classes moyennes ?

Les faits sociaux relevant du rapport à la nature suscitent des positions radicalement opposées dans l’opinion publique. Ils relèvent du dilemme couramment formulé en termes de « récupération par le marché » versus « émancipation ». Au risque de devoir assumer une position « ni, ni », nous proposons ici d’appréhender les « alternatives » proposées par l’écologie du quotidien en discutant les termes de ce dilemme. En effet, cet article a pour objet de montrer que la structure sociale et les rapports de classe ne sont pas incompatibles avec l’émergence et la consolidation de formes d’émancipation.

Entre « l’exode vers un éden rural » et « une surface de réparation contre le mal-logement », les images de l’« éco-logis » se distinguent d’un bout à l’autre de la stratification sociale (Némoz, 2009). Cela étant, la mobilité vers l’écologie résidentielle est à chaque fois préconçue par les futurs habitants comme une mobilité sociale, un changement de statut. Pour une partie des enquêtés, il s’agit essentiellement d’accéder à une propriété avec jardin. Leurs discours en font l’archétype d’un habitat écologique (entouré de verdure comme « immergé dans la nature ») et l’associent à un espace réformateur de leurs pratiques quotidiennes par un contact privilégié aux éléments « naturels » du milieu dans le cadre d’une parcelle privative. La logique de distinction et la contestation des systèmes économiques industriels sont des dimensions significatives de leurs discours et renvoient toutes deux aux conflits de classe. Parmi l’ensemble des écologistes, les acteurs de la « nébuleuse écologico-environnementale » peuvent être considérés comme appartenant à la « classe moyenne », définie comme une classe entre-deux, en tension entre la bourgeoisie à laquelle elle aspire et la classe défavorisée dans laquelle elle risque de tomber à tout moment (Billemont, 2006), un « entre-deux social coincé entre le haut des classes populaires et le bas des classes moyennes » (Cartier et al., 2008). Dans le cas qui nous intéresse ici, ce type de discours est en effet porté par des enquêtés qui sont médecins, enseignants, ingénieurs, travailleurs sociaux ou encore pilote de ligne… Les qualités écologiques du logement apparaissent d’autant plus centrales dans les discours des ménages enquêtés qu’ils appartiennent aux catégories supérieures des classes moyennes. À l’inverse, les ménages rencontrés dans des logements sociaux certifiés n’évoquent pas ces qualités environnementales comme un critère de recherche de logement : il s’agit dans ce cas de foyers plus modestes (éboueur, technicien de surface, vendeur de prêt-à-porter, aide maternelle, commis de cuisine, aide-soignant). Si les journalistes spécialisés dans l’architecture durable que nous avons interviewés l’ont explicitement présentée comme « une nouvelle technique de distinction symbolique des habitants » (Némoz, 2009), ceux-ci nous ont témoigné des difficultés : « pour être reconnu dans un champ, il faut s’y distinguer tout en évitant d’en être écarté » (Bourdieu, 1979). Le passage à un mode de vie naturopathique peut être également lu comme une forme de distinction. Concernant le domaine des croyances, celui de l’alimentation ou des techniques de soins, les récits de vie insistent sur la singularité de la démarche du sujet au détriment de « pratiques de consommation de masse ». Cette vision alternative de la consommation se manifeste bien au-delà des pratiques quotidiennes, c’est le cas par exemple pour le tourisme. Michaël, âgé de 24 ans, en formation dans un centre de naturopathie parisien, relate son voyage en Martinique en ces termes : « J‘ai jamais aimé le tourisme […] Non mais t‘arrives, tu te poses sur la plage…j‘ai rencontré des gens très sympas, en plus, comme ça, ils m’ont fait faire des choses que même peu de martiniquais ont fait, j‘ai pêché l‘écrevisse…presque à la main, ouais, dans des petites cascades, des lieux tout reculés, enfin je suis allé dans des lieux, dans des endroits sympas. Parce que j‘ai aussi envie de voyager… j‘ai vraiment envie d‘aller voir l‘Inde ». Son discours traduit davantage la mise en scène d’une expérience qu’une forme de tourisme classique qui semble possible si l’on considère ses considérations matérielles et financières. Michaël, dont le père est ingénieur et la mère ne travaille pas, est issu d’une famille vivant dans une maison en deuxième couronne de la banlieue parisienne. Sa formation initiale en naturopathie, d’un coût total d’une dizaine de milliers d’euros, est en effet financée par ses parents et par son travail à mi-temps dans un magasin d’alimentation bio. Il est fortement engagé dans une association à but non lucratif militant pour le maintien des techniques de soins naturels dans les pays dits en voie de développement et porte personnellement un projet visant à favoriser l’installation de tradi-praticiens au Cameroun.

Dans le cadre d’un changement de mode de vie, une partie des enquêtés interviewés s’était ou avait pour projet de s’établir en tant que naturopathe. Cette démarche de professionnalisation induit la mise en place d’une pratique libérale, dans le cadre d’un cabinet individuel ou d’un centre collectif de soins. Plusieurs enquêtés présentent leur sortie du salariat comme une amélioration de leurs conditions de travail et de leurs conditions de vie. La question des contraintes spatio-temporelles est souvent mobilisée pour décrire les avantages liés au choix de la répartition des tâches professionnelles, laissant davantage de temps pour la libre détermination des loisirs. Ce dernier point est d’autant plus vrai lorsque le thérapeute exerce son activité à son domicile. Quant aux parcours professionnels vers l’éco-construction, les processus de reconversion relatés suite à une première expérience en tant qu’habitants s’orientent davantage vers une économie sociale et solidaire de l’artisanat. Elle rassemble diverses organisations : coopératives, associations visant à allier la solidarité et l’utilité sociale aux performances économiques et écologiques du bâtiment. En son sein, trois figures de reconversion ont été identifiées, qu’elles soient motivées par une promotion, la recherche d’un équilibre entre la sphère privée et une vie professionnelle sans pression de l’ancien métier, ou l’accomplissement d’une passion découverte à l’occasion de son propre projet résidentiel (Némoz, 2009).

Ces portraits élogieux passent pourtant sous silence certains aspects permettant de douter du confort matériel procuré par ce type d’activité en dehors d’autres sources de revenus. Tous les thérapeutes et les artisans de l’écologie résidentielle travaillent-ils suffisamment pour générer les revenus nécessaires au maintien de leur pouvoir d’achat, ou doivent-ils les compléter par d’autres ressources familiales ? Sur un temps de travail hebdomadaire équivalent à 35 heures, comment la porosité entre temps de travail et temps de loisirs se négocie-t-elle au sein d’un même espace ? Face à ces questionnements, des pistes de réponse classiques se dessinent : l’obtention d’une prime de licenciement ou encore la propriété du logement principal facilitent l’installation de certains alors que d’autres se voient contraints de partager leur activité avec d’autres missions rémunérées : intervention en entreprise, sur des salons, emploi dans des magasins bio, etc. Ces activités rémunérées, auxquelles les enquêtés donnent du sens, renforcent cette écologie du quotidien, qui diffère en cela de mobilisations plus classiques. On voit ainsi dans quelle mesure les acteurs de l’écologie résidentielle et de la naturopathie n’échappent pas aux structures sociales.

2. Les mobilisations collectives écologistes entre national et supranational

Au croisement des cadres d’analyse

L’histoire transnationale d’une partie des formes d’engagements en faveur de l’écologie invite la sociologie à réfléchir au cadre d’analyse qu’elle envisage pour l’étude de ces phénomènes. Les invitations méthodologiques à prendre en compte la portée des luttes sociales spécifiques à chaque contexte national et à une réflexion en termes comparatifs (Agrikoliansky, Fillieule, Sommier, 2010) nous apparaissent particulièrement importantes à mettre en œuvre pour l’étude des mouvements sociaux écologistes, inscrits dans l’hypothèse des « limites de la planète ». La sociologie du risque s’insurge également contre les contraintes intellectuelles imposées par le « nationalisme méthodologique » et propose une réflexion transnationale sur ces questions (Beck, 2006). De la même façon, la notion de « ville globale » en tant que centre gouvernant une périphérie (Sassen, 1991), ou celle de « niveau global » pour décrire « les risques et les événements globaux » ou les « identités cosmopolites » (Albrow, 1996), reposent sur une articulation entre le sujet individuel et un supposé « niveau mondial » (Touraine, 2005). Mais une tension apparaît entre ces différentes approches dans la mesure où ces postures se détournent des approches centrées sur les États et mettent au jour des processus de « prises de pouvoir » (empowerment) individuelles, et font de ce fait passer au second plan les structures sociales et les mémoires collectives nationales présidant pourtant en grande partie aux mobilisations.

Le recours à un troisième courant théorique, étranger à la sociologie des mouvements sociaux telle qu’elle est formulée dans le contexte français, permet selon nous de dépasser ces limites. Le cadre proposé par les écologistes, les géographes et les économistes de la political ecology, développé dans le monde académique anglo-saxon et utilisé en France en géographie ou en sciences politiques (Trottier, 2012), s’attache à décrire et à analyser les « conflits écologico-distributifs » (Martinez Alier, 2015). Ce concept désigne les mobilisations locales visant à dénoncer le cumul des « inégalités écologiques » (Bertrand et al., 2016) avec d’autres facteurs de discrimination : genre, race, classe sociale, territoire, religion, langue, etc. – et ceci à la fois dans les pays en voie de développement et dans les pays « du nord ». Loin de limiter les outils d’analyse à une approche locale – voire localiste – la political ecology invite à considérer les différentes échelles d’action usitées par les acteurs, en prenant en compte tant les structures sociales et les particularismes des histoires politiques nationales que les velléités de convergence des luttes (Gezon, Paulson, 2004).

2.1. Enjeux nationaux

Concernant les mouvements sociaux écologistes, il n’en reste pas moins que le cadre de l’État-nation est indispensable pour comprendre les particularités des formes de l’écologie dans les différents pays de l’Europe. En effet, la diversité de ces mouvements s’exprime en grande partie dans des mobilisations et des formes d’institutionnalisation qui s’organisent notamment sur la trame d’échiquiers politiques qui ont évolué et se sont structurés à partir d’histoires nationales singulières. Pour saisir les questions résidentielles et leurs enjeux environnementaux en France, en Finlande et en Espagne, l’approche comparée des récits biographiques des premiers militants affiliés aux bureaux nationaux des partis écologistes éclairent par exemple leurs rôles variables dans les processus d’institutionnalisation de l’habitat durable (Némoz, 2016). Cette diversité culturelle s’explique par une combinaison d’éléments : des représentations contrastées à l’égard des relations entre l’habitat et la nature, des rythmes variés de développement urbain, des conceptions différentes du rapport politique/société, ainsi que des modèles hérités quant à l’État-providence.

  • 8 Né en 1946 dans la région du Trentino Alto Adige, Alexander Langer est tout d’abord militant et act (...)

Les nombreuses monographies des partis dits « verts » dans les différents pays d’Europe de l’ouest montrent elles aussi la spécificité des contextes d’émergence de l’écologie politique (Grimaldi, 2005 ; Mende, 2012). Alors que l’importance du parti Die Grünen en ex-RFA peut être attribuée à la largeur du spectre des questions sociales qu’il porte et qui, en France, sont représentées par l’extrême-gauche, les trajectoires politiques des membres d’associations écologistes telles que Pronatura et la constitution des « Verdi » italiens en 1981 doivent quant à elles beaucoup au repli idéologique d’anciens membres de l’extrême-gauche italienne et du mouvement autonome (Grimaldi, 2005). Ces différences apparaissent très clairement dans le cas du mouvement d’opposition transfrontalier à la ligne ferroviaire entre Lyon et Turin. En Italie, le mouvement NOTAV est né en 1989 lors de la conférence « le futur des Alpes » initiée par le leader politique italien Alexander Langer8. Ce mouvement social s’inscrit dans une convergence des luttes entre pacifisme, alter-mondialisme, mouvements autonomes, écologie et extrême-gauche anticapitaliste. Sa longévité et sa diversité lui confèrent ainsi une place centrale dans l’espace public national. En revanche, de l’autre côté de la frontière, il n’est que relayé par les sièges locaux d’Europe Écologie les Verts et se heurte à des réactions ambiguës, voire à de fortes oppositions auprès de certains membres du collectif altermondialiste ATTAC ou des syndicats.

2.2. Circulations européennes et interactions multi-échelles

Or, ces spécificités ne sont pas pour autant indépendantes de tendances différentes qui portent les mouvements sociaux écologistes sur d’autres niveaux. Cette observation invite à aborder les mouvements sociaux écologistes, tant réformistes que contestataires, à partir d’un point de vue multi-situé et en étendant le cadre d’analyse au-delà du nationalisme méthodologique. L’échelle européenne constitue à cet égard un niveau de réflexion qui semble pertinent, au point que certains auteurs parlent d’une « co-construction » de l’écologie et de l’Europe (Frioux, Lemire, 2012). Du côté des mouvements sociaux, on observe effectivement plusieurs phénomènes dont celui d’un détour par la mention de « l’Europe », soit comme entité signifiante en tant que telle, soit envisagée dans une approche comparative (avec un autre État-membre par exemple). Les professionnels de la naturopathie bâtissent souvent leur argumentaire visant à la reconnaissance par l’État, en s’appuyant sur le cas des « autres pays », parmi lesquels l’Allemagne est systématiquement (et souvent uniquement) mentionnée. De tels propos ont été également relevés auprès des professionnels de l’éco-construction en terre ou de la filière des bio-isolants. Les entretiens biographiques réalisés avec ces derniers ont permis de questionner les discours stéréotypés par la confrontation aux expériences directes que les récits de vie procurent. Ces professionnels relatent fréquemment des séjours et collaborations avec des confrères en Allemagne en insistant autant sur les particularismes nationaux des contextes politiques que sur les désirs français de développer localement des répertoires d’action inspirés de leurs homologues germaniques.

La logique de circulation prévaut également dans la constitution et la diffusion de mouvements sociaux écologistes. Celle-ci concerne les personnes, mais aussi les représentations, la mémoire, les slogans et les grammaires d’action entendues comme des dispositions des acteurs et dispositifs d’action (Trom, 2001 ; Cefaï, 2009). À la fois symboliques, cognitives, matérielles et sociales, ces dynamiques transnationales ont été observées sur le terrain bruxellois du mouvement des Villes en Transition. En 2011, la constitution des premiers collectifs dans la Région de Bruxelles-Capitale s’inscrit dans un réseau international rassemblant près de quatre cent communautés locales et le double en préparation au cours de l’année. À l’échelle régionale, les différents acteurs expliquent cet essaimage quasi concomitant d’initiatives locales par la publication l’année précédente de la traduction française du Manuel de Transition (Hopkins, 2010). Il s’agit en effet d’un guide qui délivre des conseils pour reconstruire localement des « communautés résilientes » face aux risques d’une pénurie de pétrole et du changement climatique. Élaboré par un professeur britannique en permaculture avec ses étudiants dans la ville de Kinsale en Irlande, le modèle de mobilisation des capacités d’action civile est structuré en deux temps.

La première étape renvoie à ce que l’auteur appelle « l’éveil des consciences sur le pic pétrolier », à savoir : la reconnaissance d’une addiction au pétrole chez le citoyen occidental et de l’urgence de s’affranchir de cette dépendance. Il y a là une rhétorique à la fois alarmante et prometteuse d’émancipation vis-à-vis de la vulnérabilité écologique. L’observation de sa diffusion à Bruxelles lors des campagnes locales de sensibilisation permet d’identifier un mécanisme d’imitation de l’exemple par les pairs qui témoignent alors de leurs expériences dans différents pays via internet et des films documentaires. Sous forme d’affiches et de vidéos, ces documents ont été utilisés comme le support des premières discussions organisées en Belgique. Ces projections-débats avaient pour objectif de partager les ressentis négatifs et de sonder les opportunités locales d’une dynamique d’effort commun.

La deuxième étape a été enclenchée à partir de ces premières rencontres. Elle consiste à imaginer de manière collective et dans le cadre du territoire habité « un futur sobre en énergie, décarbonisé et attrayant » (Hopkins, 2010). Les initiatives de relocalisation de divers domaines comme la production d’énergie, l’agriculture, l’éducation, ou la santé, s’appuient sur des méthodes de travail et d’apprentissage, des espaces d’expression qui sont notamment utilisées pour le traitement des addictions. Les « contes de transition » constituent l’une des techniques employées pour coucher sur le papier des futurs désirés « moins dépendants du pétrole » et exalter l’imagination citoyenne sur ce qui serait la vie en 2030.

Au cours de la première année d’expérimentation des « Initiatives de Transition » dans l’agglomération de Bruxelles, des actions concrètes ont été ainsi planifiées, à commencer par la création de composts collectifs à Ixelles et la culture de plantes médicinales dans le bois de la Cambre, situé à proximité. Le mouvement transnational de ce répertoire d’actions locales s’avère à la fois habilitant et contraignant pour l’adaptation des habitants à la vulnérabilité écologique. Les acteurs enquêtés lui prêtent une pertinence pragmatique et cohésive : celle de ressaisir les sensibilités individuelles aux risques environnementaux dans une dynamique de construction de l’effort collectif. Néanmoins, les effets en termes de capacités d’adaptation sont encore incertains dans la mesure où la circulation des outils de développement a été jugée localement peu appropriée à l’égard de populations plus larges et moins réflexives par rapport aux questions écologiques qui se perçoivent comme étant éloignées de ces problématiques, et s’en excluent parfois. Arnaud, 36 ans, formateur et membre fondateur des « Initiatives de Transition » bruxelloises l’explique en ces termes : » Faire de la compréhension de ce que sont le pic pétrolier et le changement climatique, le début de toute initiative locale, on s’aperçoit que ce n’est pas gagné ! Il y a des gens à qui ça ne parle pas, pire ça les bloque ! Je suis convaincu vu nos premières expériences qu’on ne peut pas toujours encadrer les comportements par la peur. Les films des quatre coins du monde qu’on diffuse sont faits en partie pour cela, mais il est arrivé que plusieurs personnes quittent la salle avant la fin de la projection, en disant : on s’en va, on ne comprend rien, ce n’est pas pour nous ».

Si l’ensemble des acteurs adopte une vision critique de la société, seules les élites entrent en conflit explicite avec les institutions. Ces conflits sont matérialisés par la constitution de documents écrits, rédigés en groupe ou individuellement, sous forme de « contre-expertise ». S’agissant des cultures constructives du matériau terre et des bio-isolants, produits à partir de fibres végétales, les professionnels rencontrés les plus diplômés ont ainsi fait part de leur engagement dans différents projets technoscientifiques visant, en parallèle de leurs activités économiques, à démontrer les qualités qu’ils prêtaient à une « matière locale accessible, économique, peu énergivore, sans déchet ultime et appropriable par les usagers ».

  • 9 Centre Scientifique et Technique du Bâtiment.

Parmi les professionnels les plus engagés dans ces luttes en faveur d’une reconnaissance institutionnelle et juridique, les récits des premiers combats menés dans les années 1970 ont été récurrents et significatifs des générations des aînés. À leurs côtés, ont été rencontrés en 2007 des architectes trentenaires dont les paroles ont davantage insisté sur l’enjeu d’accéder à une place professionnelle : « Les batailles politiques, ce n’est pas ce qui m’intéresse ! Pour moi et les autres jeunes entre guillemets, comme moi qui débutent, toute la difficulté c’est de pouvoir travailler durablement. Tant que la terre crue et notre savoir-faire ne seront pas reconnus par le CSTB9, on sera toujours sur le fil, sans assurance pour couvrir notre activité » (Arthur, 34 ans, architecte maître d’œuvre).

Au sein du mouvement Notav, le « comité scientifique » – anciennement collectif Habitat –est composé des présidents des associations de protection de l’environnement. Ce groupement produit des rapports qui réévaluent les propositions des cahiers de l’Observatoire de la ligne Lyon-Turin (destinés à l’État italien et aux parlementaires européens) et plaide l’arrêt de la construction. Au-delà d’actions collectives transfrontalières existant depuis les années 1950 autour de sites générant des pollutions importantes, entre la France et l’Allemagne, par exemple (Chateauraynaud, 1998), la constitution d’un forum européen contre les « grands projets inutiles et imposés » illustre ces convergences entre les luttes écologistes. Constitué en 2010 en vallée de Suse à l’initiative du groupe Presidio Europa, cet événement annuel s’inscrit dans la continuité du modèle des forums altermondialistes : il s’est déplacé de 2010 à 2015 sur les sites d’opposition aux grands projets (Vallée de Suse, Italie ; Notre-Dame des Landes, France ; gare de Stuttgart, Allemagne ; site de Rosia Montana, Roumanie ; Bagna Arsa, Italie). Il propose la vision d’une Europe alternative, sans pour autant renoncer à un impact national et local. Cette interaction entre les échelles nationales et supranationales est par exemple perceptible dans les propos de Paolo Prieri qui est l’un des responsables du groupe : « on y organise une ouverture vers l’Europe, que ce soit du point de vue des mouvements…(…)Un groupe de personnes qui est NoTAV convaincu sur le territoire italien et particulièrement en Vallée de Suse, a pensé qu’il était particulièrement opportun de s’ouvrir, et ça, ça s’était déjà passé il y a de nombreuses années, avec les premières pétitions que certains citoyens, certains groupes de citoyens avaient envoyées à l'Union européenne, au Parlement européen, à la Commission. Il me semble qu'il y en a six ou sept, il faut dire que je suis signataire d'une de ces pétitions, et donc voilà comment a commencé cette relation avec l'Europe... en 2006, 5,6, 7, 8, 9, nous avons envoyé des pétitions. ». Dans cette perspective, le développement de formes de circulations des revendications, des luttes et des militants entre différents pays d’Europe a tant pour objectif d’interpeller les gouvernements nationaux que de contribuer à la formation de représentations communes quant à l’avenir politique de l’Union européenne.

Conclusion

Éco-construction, santé naturelle, villes en transition, mouvements d’opposition aux grandes infrastructures sont autant de mouvements sociaux écologistes. L’approche comparative multi-sites permet de mettre en lumière les procédés différenciés de prise en compte de l’environnement comme élément de changement individuel, collectif voire politique. L’écologie s’inscrit en effet dans une mémoire longue de la contestation, dont le point culminant semble être la contre-culture des années 1970. Cette mémoire subsiste de manière différenciée entre les générations d’acteurs toujours engagés aujourd’hui. Ainsi, elle a suscité une multitude de courants et de manières de réagir et d’agir, parfois contradictoires, spécifiques à la nébuleuse écologico-environnementale, et dans le même temps en tension avec d’autres mouvements sociaux.

Cette pluralité de l’écologie permet d’apporter des éléments de réponse aux conflits théoriques qui traversent la sociologie des mouvements sociaux : elle permet selon nous de dépasser une approche réduite au seul sens que les acteurs – pris dans des logiques de classe – donnent à leurs actions, et de ce fait d’envisager de manière conjointe le niveau d’action national et le recours à d’autres échelles.

La « réforme de soi », autant que les mobilisations collectives, constituent des formes d’action puisqu’elles font culture et tendent au changement social. Inversement, on observe de la part des militants engagés dans les mobilisations concernées l’adoption de pratiques liées à l’écologie quotidienne. Ces croisements invitent à penser autrement des dichotomies telles qu’espace rural/espace urbain ou vie privée/action collective par exemple.

Face à la diffusion de ces courants et, plus largement, d’une « conscience environnementale », il nous semble impératif de développer une sociologie générale qui interroge le rapport au milieu et vise à historiciser et politiser l’ensemble des pratiques et des représentations liées à l’écologie.

Top of page

Bibliography

AGRIKOLIANSKI Éric, FILLIEULE Olivier & Isabelle SOMMIER (2010), Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte.

ALBROW Martin (1996), The Global Age : State and Society beyond Modernity, Cambridge, Polity.

ASPE Chantal & Marie JACQUÉ (2012), Environnement et société. Une analyse sociologique de la question environnementale, France, Editions MSH, Editions Quae.

BALANDIER Georges (1985), Le détour, Paris, Fayard.

BECK Ulrich (2006), Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier.

BERTRAND Aliénor (dir) (2016), Justice écologique, justice sociale, Paris, Victoires Éditions.

BILLEMONT Hubert (2006), L’écologie politique, une idéologie de classes moyennes, thèse de sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

BOURDIEU Pierre (1979), La distinction : Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

BOURG Dominique (2015), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, Presses Universitaires de France.

CARTIER Marie, Isabelle COUTANT, Olivier MASCLET & Yasmine SIBLOT (2008), La France des « petits-moyens ». Enquêtes sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte, coll. « texte à l’appui ».

CEFAI Daniel (2009), Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte.

CERTEAU Michel (de) (1980), L’invention du quotidien, Paris, UGE.

CHATEAURAYNAUD Francis (1998), « La sociologie pragmatique à l'épreuve des risques. Exercice de crise sur le dossier nucléaire », Politix, vol. 11, n° 44, pp. 76-108.

CHATEAURAYNAUD Francis & Didier TORNY (1999), Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS.

CLUET Marc & Catherine REPUSSARD (dir) (2014), La Lebensreform ou la dynamique sociale de l’impuissance politique, Tübingen, Peter Lang.

COHEN Patrice & Ilario ROSSI (2011), Anthropologie des soins non conventionnels du cancer, Revue Anthropologie et santé, n° 2.

DOBRÉ Michelle (2003), L’écologie au quotidien, éléments pour une théorie sociologique de la résistance quotidienne, Paris, l’Harmattan.

DOBSON Andrew & Dereck BELL (2006), Environmental citizenship, Londres, MIT Press.

FELLI Romain (2014) « Adaptation et résilience : critique de la nouvelle éthique de la politique environnementale internationale », Revue éthique publique, vol. 16, n° 1, pp. 101-120.

FERNANDEZ Cecilia & Olivier HANSE (dir) (2014), À contre-courant, Gegen den Strom, Berlin, Peter Lang.

FOYER Jean (dir) (2015), Regards croisés sur Rio+20. La modernisation écologique à l’épreuve, Paris, CNRS Éditions.

FRIOUX Stéphane &Vincent LEMIRE (dir) (2012),L'invention politique de l'environnement, Revue Vingtième siècle, 2012/1, n° 113.

GEZON Lisa & Susan PAULSON (dir) (2004), Political ecology across spaces, scales and social groups, New Jersey, Rutgers.

GRIMALDI Giorgio (2005), Federalismo, ecologia politica e partiti verdi, Milano, Giuffrè.

GRISONI Anahita (2011), Sous les pavés la terre : entre culte du bien-être et nouveaux métiers, la naturopathie à la conquête du marché, thèse de sociologie soutenue à l’Ehess.

HOPKINS Rob (2010), Manuel de transition : de la dépendance au pétrole à la résilience locale, Montréal, Écosociété.

INGOLD Alice (2011), « Écrire la nature de l'histoire sociale à la question environnementale ? », Annales. Histoire, sciences sociales, 2011/1 66e année, pp. 11-29.

JACOB Jean (1999), Histoire de l’écologie politique, Paris, Albin Michel.

LAPLANTINE François & Paul-Louis RABEYRON (1987), Les médecines parallèles, Paris, Presses Universitaires de France.

LOCHER Fabien (2013), « Les pâturages de la Guerre Froide. Garrett Hardin et la tragédie des communs », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 60(1), pp. 7-36.

LOWY Michael (2008), « Crise écologique, capitalisme et alter-mondialisme. Un point de vue éco-socialiste », Actuel Marx, 2008/2, n° 44.

MARTINEZ ALIER Joan (2015), L’écologisme des pauvres, Paris, Les petits matins.

MENDE Silke (2012), von der « anti-parteien-partei » zur « ökologischen reformpartei ». Die Grünen und der Wandel des politischen“, Revue Archiv für sozial Geschichte 52.

MICOUD André (2001), « De l’expert-militant à l’être vivant sensible » in BOYER M. et al. L’environnement, question sociale. Dix ans de recherches pour le Ministère de l’environnement, Paris, Odile Jacob, pp. 121-134.

NÉMOZ Sophie (2009), L’« éco-logis », une innovation durable… Analyse sociologique de l’écologie résidentielle en France et au détour de la Finlande et de l’Espagne, thèse de sociologie soutenue à l’Université Paris Descartes – Sorbonne.

NÉMOZ Sophie (2012), « Repenser et expérimenter la résilience à l’échelle d’une communauté d’habitants. Sociologie des villes en transition », 19e Congrès de l’Association Internationale des Sociologues de Langues Françaises, Rabat, 2-6 juillet.

NÉMOZ Sophie (2016), « L’« éco-logis » politique : un dépaysement critique de l’habitat durable en Europe. », Sciences de la société, numéro thématique : « Habitat durable : approches critiques », n° 98, pp. 31-43.

OLLITRAULT Sylvie (1996), « Les luttes sociales autour de la définition de l’écologie », dans GOUZIEN Anne & Patrick LE LOUARN, Environnement et politique : constructions juridico-politiques et usages sociaux, Rennes, PUR.

POURCHIER Éric (1994), « De la carde à la fare-sud : le mouvement de contestation du TGV méditerranée », dans HAYOT A. (dir), Actes du séminaire « villes et citoyenneté », Montpellier, association villes et territoires méditerranéens, pp. 13-21.

QUINCHON CAUDAL Anne (2012), « Plus de Goethe, moins de Newton ! », les médecines alternatives comme opposition philosophique à la culture scientifique dominante dans les années 1880-1945 », Colloque « Résistances souterraines à l’autorité et construction de contreculture dans les pays germanophones au XXe siècle.

RUDOLF Florence (2013), « De la modernisation écologique à la résilience : un réformisme de plus ? », Vertigo – la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 13, n° 3.

SASSEN Saskia (1991), Global cities, New York, London, Tokyo. Princeton : Princeton UniversityPress.

SAWICKI Frédéric & Johanna SIMÉANT (2009), « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, vol. 51, no1, pp. 97-125.

SWYNGEDOUW Erik (2007), “Impossible sustainability and the post political condition”, dans KRUEGER R., GIBBS D. (coord.), The sustainable development paradox, urban political economy in the United States and Europe, New York, London, The Guilford press.

TILLY Charles (1995), European revolutions, New York, Wiley.

TOURAINE Alain (dir) (1980), La prophétie anti-nucléaire, Paris, Le Seuil.

TOURAINE Alain (2005), Un nouveau paradigme : pour comprendre le monde d’aujourd’hui, Paris, Le Seuil.

TROM Danny (2001), « Grammaire de la mobilisation et vocabulaires de motifs : origines et actualité d’une perspective », dans CEFAI Daniel, TROM Danny, Les formes de l’action collective. Mobilisations dans les arènes publiques, p. 99-134, Paris, Éditions de l’EHESS.

TROTTIER Julie (2012) « Water », dans PETERS J. and NEWMAN D. (coord.) The Routledge handbook on the Israeli-Palestinian conflict, London, Routledge, pp. 145-153.

VILALBA Bruno (1997), « L’ordalie parlementaire des verts ", Revue Ecologie et politique, n° 21, pp. 127-137.

VILALBA Bruno (1997), "La genèse inachevée des verts », Revue20ème siècle, janvier-mars, n° 53.

VILALBA Bruno (1996), "La chaotique formation des verts français à la profession politique (1984-1994) ", Revue Politix, n° 35, pp. 149-170.

WEBER Max (1995), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, [1905].

Top of page

Notes

1 La datation est contestable selon la manière dont on se représente le rapport au milieu. Elle peut être abordée à travers une approche par la propriété privée de la terre et des ressources (Locher, 2013) ; en tant que critique de la société industrielle moderne (Cluetet Repussard, 2014 ; Quinchon Caudal, 2012 ; Fernandez et Hanse, 2014) et capitaliste (Löwy, 2008 ; Bertrand et al.2016).

2 Souvent, pas d’auto-désignation en tant que mouvements écologistes.

3 Elaborée par Charles Tilly (1995), la notion de « répertoire d’action collective» est utilisée en sociologie compréhensive et plus spécifiquement dans l’outillage conceptuel de la sociologie des mouvements sociaux. Elle s’attache à recueillir les formes de l’action sociale dans le contexte des mobilisations à partir du recueil des intentions subjectives des acteurs sociaux, de leurs trajectoires et des structures sociales dans lesquelles ils s’inscrivent.

4 Nous entendons ici par « engagement » des formes de participation individuelle et collective et cherchons de ce fait à participer au décloisonnement de la sociologie de l’engagement en considérant l’ensemble du spectre militant, du mouvement social ouvrier jusqu’à des formes plus contemporaines et sectorielles telles que l’écologie (Sawicki, Siméant, 2009).

5 Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un post-doctorat du programme de recherche franco-allemand « Saisir l’Europe ».

6 Lors d’un post-doctorat au Centre d’Etudes du Développement Durable de l’Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire (Université Libre de Bruxelles).

7 Esotérismes, hygiénisme, poujadisme mais aussi communautés contre-culturelles, pratiques néo-rurales et maintenant, libéralisme.

8 Né en 1946 dans la région du Trentino Alto Adige, Alexander Langer est tout d’abord militant et activiste du mouvement d’extrême-gauche Lotta Continua avant d’intégrer le parti écologiste du Sud Tyrol en 1978 et de participer à la formation du parti écologiste italien I Verdi en 1981. Porteur d’une vision fédéraliste de l’Union européenne, il est également député européen de 1991 à 1995.

9 Centre Scientifique et Technique du Bâtiment.

Top of page

References

Electronic reference

Anahita Grisoni and Sophie Némoz, « Les mouvements sociaux écologistes : entre réforme de soi et rapports de classe, entre histoires nationales et circulations européennes », Socio-logos [Online], 12 | 2017, Online since 17 June 2017, connection on 22 August 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/3145

Top of page

About the authors

Anahita Grisoni

Chercheuse post-doctorante, UMR Environnement ville et société – EVS, Réseau « Saisir l’Europe – Europa alsHerausforderung »

By this author

Sophie Némoz

Maître de conférences en sociologie, Université Bourgogne Franche-Comté, Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie EA3189 LASA – UBFC ; Chercheure associée, Laboratoire Politiques publiques, ACTion politique, Territoires, UMR 5194 PACTE

By this author

Top of page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org