Skip to navigation – Site map

La sociologie de l’environnement ou le naturalisme revisité

Florence Rudolf

Abstracts

Sociology did never stop to deal with naturalism as well as the referent for setting its scientific agenda and label as the reference to face the new topicality setting by the ecological crisis. Having build up on the opposition between nature and culture during all these decades, sociology has to deal now with the interference between nature and culture, that the paradox introduced by the ecological concern. This paper informs this situation through a review attesting how this domain moved from a naturalistic to a life paradigm. It may be relevant to notice that this pathway still remains less emphasized by the sociological knowledge.

Top of page

Full text

Introduction

La sociologie de l’environnement, dont il est question dans cet article, se dégage progressivement des différentes traditions nationales de la sociologie générale au tournant des années 1970-1980. Cette différenciation de la discipline est indissociable d’une certaine actualité – pollutions et appauvrissement des milieux, épuisement des ressources naturelles, intoxications et émergence de nouvelles pathologies, etc. -, qui confère à l’environnement, voire à la planète, une reconnaissance mondiale, notamment à la faveur des différentes conférences des Nations Unies. L’ensemble de ces constats a justifié qu’on réfère à une crise écologique, au tournant des Trente Glorieuses, expression qui a été renforcée par le pic pétrolier des années 1970. Avec un peu de recul, leur filiation avec la modernité ne fait pas de doute : la crise écologique est la manifestation d’une impasse plus profonde de la modernité.

À ce titre, elle intéresse tout particulièrement la discipline sociologique, dont la principale vocation est d’éclairer les sociétés modernes. À cet égard, la sociologie offre des ressources et un espace d’expression à celles et ceux que ces nouvelles questions sociales intéressent. La sociologie va enregistrer les multiples signaux susceptibles de constituer un domaine d’investigation propre. L’environnement, à l’instar d’autres domaines ou champs de la sociologie, se déclinera en « problèmes » sociaux d’un type particulier, généralement associés à des résistances ou à des transformations institutionnelles ainsi qu’à des représentations ou des visions du monde en compétition. Il est intéressant de revenir sur ce temps d’institutionnalisation à travers les différents contextes de production du savoir sociologique. Ces derniers demeurent encore largement nationaux à la fin du XXe siècle.

  • 1 C’est ce à quoi on assiste autour des discussions entre Ulrich Beck, Barbara Adams, Brian Wynne, An (...)
  • 2 Les associations internationales participent activement à ce décloisonnement qui opère d’autant plu (...)

L’étude des auteurs et des textes qui contribuent à l’émergence de ce domaine de la sociologie dans différents contextes nationaux permet d’abord de rendre compte des particularités nationales, en partie liées à des traditions intellectuelles, et du faible degré d’internationalisation de la sociologie dans les années 1970, puis de constater, à travers les discussions transnationales1, un décloisonnement progressif des travaux sociologiques2. Outre la question de la pertinence sociale de la sociologie – à savoir sa capacité à accompagner, à titre de champ de compétences intellectuelles et techniques, l’actualité des sociétés dans lesquelles elle prend place, la rétrospective proposée doit ensuite nous permettre d’évaluer la proposition selon laquelle la sociologie de l’environnement actualise des réflexions récurrentes, relatives au naturalisme, par l’entremise de la scientificité et du statut de la discipline. Pour cela, la rétrospective proposée se doit de témoigner de la pertinence de l’approfondissement de la question du naturalisme dans les sciences sociales pour la sociologie de l’environnement. Aussi convient-il de s’acquitter de quelques précautions au préalable. La première a trait à la définition du naturalisme et la seconde à un bref rappel de la manière dont le naturalisme travaille la sociologie naissante, au tournant du XIXe et XXe siècles.

1. Naturalisme et sociologie générale

La question du naturalisme a connu un bouleversement sans précédent avec la réception des travaux de l’anthropologue Philippe Descola (Descola, 2005). Si cette question était déjà d’actualité dans les années 1970, au moment de la percée de la question naturelle comme question sociale à part entière, la typologie des différents régimes ontologiques proposée par Philippe Descola, à partir de ses nombreux terrains, présente l’intérêt de promouvoir une symétrie entre diverses constitutions sociales. Le naturalisme se devrait d’être pensé sur un même plan que le totémisme, l’analogisme et l’animisme. Aussi distincts qu’ils soient les uns par rapport aux autres, ces régimes règlent les rapports entre les humains et les non humains : ils contribuent à l’institution des interdits qui assurent la distribution des êtres de part et d’autre d’une frontière dont procède la différence entre société et environnement. Les régimes ontologiques conditionnent les arrangements entre humains et non humains et contribuent de la sorte à la régulation des relations sociales dans leur ensemble.

  • 3 Le terme de croyance est important ici car il contribue à restaurer une symétrie entre les différen (...)

À l’exception de ce cadre général, la définition du naturalisme demeure inchangée. Ce dernier se voit, comme par le passé, associé au postulat selon lequel il existe des phénomènes qui échapperaient à la volonté humaine et aux lois adoptées par les sociétés en raison de régularités et lois dites naturelles. La nature, selon cette croyance3, définit un domaine de l’existence qui échappe aux projets humains. Il est à noter que cette définition résonne comme un défi lancé aux rationalistes, qui n’auront de cesse de mettre leur entendement au profit de la connaissance afin de se doter de pouvoirs sur la nature. L’exploration des phénomènes naturels, dans l’intention d’en extraire des lois, répond à un désir de puissance et de contrôle de ces derniers. La connaissance est stimulée par la volonté d’enrôler les êtres naturels dans des projets, par l’aspiration, en bref, à l’instrumentation et à l’exploitation de la nature.

  • 4 Ce dernier s’organise autour d’un certain nombre de principes dont le principe de causalité (à un e (...)

Après avoir contribué à l’institution d’une césure entre nature et société, le naturalisme définit, par extension, un régime épistémologique4 qui s’impose aux sciences de la société. L’investigation de ce grand collectif, qualifié de société, revenant aux sciences sociales et à la sociologie en particulier, ces dernières ne sont pas épargnées par la question du statut des savoirs qu’elles construisent. Les réflexions et discussions, rapportées classiquement à la querelle dite des méthodes (Methodenstreit) au tournant du XIXe et du XXe siècles, porte sur le type de scientificité auquel peut (doit ?) aspirer la jeune discipline (Freund, 1973). L’institution d’une discipline est indissociable d’un processus de territorialisation par la formulation d’un objet propre. Ce travail correspond à l’expression d’une relative souveraineté et à un premier acte en vue d’une reconnaissance. Les disciplines sont dites auto-instituantes et, à ce titre, la sociologie est indissociable du postulat qu’il existe un « domaine » particulier, dont elle se propose d’être l’instigatrice et la gardienne. La société correspond à ce nouveau domaine dont il convient de préciser les contours et en particulier dans son rapport à la nature. Il n’est pas surprenant, par conséquent, que la sociologie n’ait eu de cesse, dans la constitution naturaliste, de s’interroger sur les solutions de continuité avec la nature. Cette interrogation a emprunté le détour de la scientificité. C’est en posant les linéaments de la connaissance sociologique que ce travail de définition s’est exercé. La crise écologique vient réactiver ces épreuves. Elle les mobilise sans emprunter le détour de la scientificité de la discipline mais, de manière plus directe, soit en questionnant la distinction nature, société ; nature, culture.

  • 5 Berthelot parle à propos de Durkheim d’un rationalisme enclavé, voire régional (Berthelot, 1995, 95 (...)
  • 6 Souligné par moi.
  • 7 Agency ou agentivité en français est un concept qui renvoie à un chantier au cœur de la sociologie (...)

Si les fondateurs de la discipline s’accordent sur la légitimité de leur « objet », la définition de ce dernier constitue un enjeu véritable pour la discipline. Selon que la société est construite comme une réalité sui generis ou comme une manière de poser le problème, pour reprendre à peu de mots près l’intitulé d’un texte de Georg Simmel, les programmes de connaissance associés à la sociologie diffèrent du tout au tout et en particulier leur allégeance au naturalisme. Dans le premier cas, qui procède du programme impulsé par Émile Durkheim, la société est un phénomène naturel, d’un type particulier certes, en vertu duquel son étude doit être détachée de l’étude d’autres phénomènes naturels, dont les phénomènes biologiques ou psychiques, sans s’écarter cependant des préceptes d’une science naturelle. Dans le second cas, dont Georg Simmel se fait le protagoniste, la sociologie tire sa légitimité de l’adoption d’un point de vue et d’une méthode innovants au regard des canons de la science moderne. À l’image de l’objectif que le photographe adapte en fonction de ce qu’il cherche à mettre en évidence, le sociologue suggère l’identification d’une juste distance pour rendre compte de différents principes d’association à l’œuvre dans l’organisation du vivant, dont les formes sociales [Simmel, 1992 [1908] ; Rammstedt et Watier, 1992]. On pourrait aller jusqu’à ajouter que Simmel avance des principes d’association pour rendre compte des phénomènes sociaux contre les principes de séparation5 qui commandent la sociologie naturaliste. Mais s’en tenir à cette lecture, ce serait mésestimer la place de l’association, certes ténue, mais néanmoins affichée par la sociologie naturaliste dont se proclame Durkheim. « Durkheim critique et rejette la réduction du social à l’humain. Or une société n’est-elle pas composée exclusivement d’hommes et de produits de l’activité humaine ? Si donc l’humain n’est pas le fondement du social, qu’y a-t-il dans la société qui ne se ramène pas à l’humain ? Une seule chose : l’« association » (p. 195). Si l’existence de consciences individuelles est une condition nécessaire du social, cette condition n’est pas suffisante : il faut en outre la combinaison de ces dernières6, engendrant une « individualité » (p. 196) nouvelle. Que cette individualité soit qualifiée de psychique, renvoie à autre chose et ne change rien à la nature logique de l’argument », (Berthelot, 1995, 51). L’association trouve donc également sa place dans les représentations que Durkheim se fait et propose de la société, mais sans qu’elle lui inspire une méthode de connaissance. Quasi sans agency7 dans la sociologie naturaliste, elle est dotée au contraire d’une portée centrale, dans la sociologie compréhensive, à travers les jeux d’actions réciproques qui rendent compte des dynamiques sociales. En filant la comparaison autour de la causalité, on parvient au même constat. L’adhésion à une causalité linéaire du côté de Durkheim contraste avec la défense de la causalité historique par Max Weber, figure emblématique de la sociologie compréhensive (Freund, 1966 ; Weber, 1965). Le rapport à la causalité conforte l’argument selon lequel le programme sociologique porté par Durkheim est conforme aux préceptes du naturalisme de son époque (Berthelot, 1995). Au tournant du XIXe siècle, la sociologie s’organise autour de deux grands paradigmes : le naturalisme auquel l’école française demeure associée et l’historicisme auquel Weber et Simmel sont volontiers identifiés.

Cette différence n’exclut pas, soit dit en passant, de souscrire au programme de scientificité des sciences modernes, en particulier pour Weber qui prend explicitement position avec son programme d’explication compréhensive. Il ne s’agit pas de s’abstraire des exigences de la construction de la preuve propres aux sciences occidentales, mais d’intégrer les spécificités des phénomènes historiques et culturels selon lesquelles aucune situation n’est réductible à une autre. Cette exigence s’exerce par la rétrospective et l’interdisciplinarité. Plutôt que de s’en tenir à une sphère propre, strictement délimitée par rapport à d’autres domaines d’existence, les faits de société sont volontiers appréhendés comme résultant de l’association de différents phénomènes et, par conséquent, comme l’expression d’une complexité, identifiée avant l’heure, et dont les disciplines ne parviennent pas à rendre compte en raison de leur cloisonnement.

Cette posture n’est pas incompatible avec la recherche d’une scientificité propre aux sciences sociales en raison de la spécificité des dynamiques sociales par rapport à des logiques naturelles, inscrites dans une théorie de l’évolution par exemple. À cet égard, l’école historique, incarnée par la sociologie compréhensive, pose les jalons d’une épistémologie propre aux sciences du sens, c’est-à-dire qui s’intéressent aux phénomènes qui non seulement mettent en jeu le sens, mais sont travaillés par ce dernier. Il s’agit d’un compromis pour faire exister des enclaves de scientificité singulières sans rompre avec la constitution naturaliste selon laquelle il existe des phénomènes qui échappe à la volonté et au désir humains. On assiste, autour des différentes revendications de scientificité, aux prémisses d’une conception élargie de la nature à l’idée de vie qui sera revendiquée ultérieurement par les théoriciens de la vie comme Varela et dont s’inspire Niklas Luhmann (Rudolf, 1994).

Les différends entre les sensibilités sociologiques qui s’expriment dès l’institutionnalisation de la discipline ne reposent pas tant sur la réfutation des préceptes propres aux sciences modernes, dont la validation réciproque des concepts par la théorie et l’expérimentation ou l’enquête empirique, que sur les interprétations de la nature et les modalités d’adhésion au naturalisme. Après ces clarifications, il convient d’explorer les rapports de la sociologie au naturalisme à travers une rétrospective centrée sur l’essor de la question écologique en Amérique du Nord et sa diffusion en Europe via l’Allemagne, notamment. L’intégration de cette nouvelle préoccupation sociale correspond à un retour des discussions consacrées au type de scientificité qui anime la sociologie depuis sa naissance, mais exercé cette fois de façon plus frontale.

2. À l’épreuve du dualisme nature, culture

Le retour de la nature, pour détourner l’intitulé d’un ouvrage d’Alain Touraine (1984), apparaît en effet comme une ruse de la raison du point de vue du postulat sociologique selon lequel les faits sociaux s’expliquent par des faits sociaux. Comment passer sous silence l’interférence entre nature et société à l’endroit d’une cause sociale qui prend la nature comme objet ? C’est cette équation paradoxale que les générations de sociologues engagés dans l’affirmation d’un nouveau domaine de la sociologie, s’apprêtent à relever. Nous en rendons compte à travers une rétrospective aussi soucieuse que possible de la diversité de cet engagement sans pour autant prétendre à l’exhaustivité.

Notons tout d’abord que fidèle à son agenda, l’institution sociologique se saisit des questions qui travaillent la société et affectent la vie quotidienne de ses membres conformément à sa diversité. La crise écologique n’échappe pas à ce processus : les aléas érigés en événements, soient en catégories signifiantes, sont le résultat d’un travail social. L’ensemble des ressources culturelles et sociales y participe de manière contrastée et le traitement sociologique de ces questions suit les particularismes régionaux. Selon l’état de leurs rapports sociaux, les sociétés rencontrent des problèmes distincts et la crise écologique trouve des traductions différentes en fonction des ressources culturelles et cognitives disponibles (Moscovici, 1977). La traduction sociologique de la crise écologique aux États-Unis ne se confond pas avec sa réception européenne, cette dernière n’étant pas d’un seul tenant : l’Allemagne se dote d’une sociologie de l’environnement qui ne se confond pas avec celle qui voit le jour en Grande-Bretagne ou en France.

Le passage en revue, nécessairement sélectif, de ces « traditions » est construit de manière à rendre hommage à différents contextes culturels dans lesquels la réception sociologique de la crise écologique a conduit à la différenciation d’un domaine de la sociologie. Ce projet a été jusqu’à nourrir des projets de « révolutionnement » de la discipline dans son ensemble ainsi qu’en témoignent les appels récurrents à de nouveaux paradigmes. Cette observation conforte l’argument principal de cet article selon lequel la crise écologique remet en question l’évidence naturaliste qui fonde les sciences occidentales et les sociétés modernes.

  • 8 En France, il faudrait mentionner des personnalités comme Marcel Jollivet, Nicole Mathieu, André (...)
  • 9 On notera, au passage que cette distinction fait écho à humain et matière qui structure la théori (...)
  • 10 Je précise que l’emploi du terme de cause renvoie à l’essor d’une chose publique ou d’une questio (...)

La revendication de la substitution d’un nouveau paradigme aux anciens constitue, en effet, une des constantes des différentes écoles qui se sont disputées le domaine de l’environnement en sociologie. Ces tentatives prennent place dans le contexte états-unien autour des figures de William R. Catton et Riley Dunlap, puis dans le contexte européen, autour de différentes figures, dont Ulrich Beck, Klaus Eder, Niklas Luhmann, en Allemagne, Barbara Adams et Brian Wynne en Grande-Bretagne, Serge Moscovici et Bruno Latour en France8. La substitution de paradigme à laquelle ces auteurs appellent de manière explicite et pressante ou, au contraire, de manière plus modérée est diversement inspirée. Alors que Catton et Dunlap œuvrent très explicitement à une restauration du naturalisme, les fondateurs d’une sociologie de l’environnement de langue allemande s’emploient à une analyse des conséquences non intentionnelles du naturalisme et pointent le paradoxe qui consiste à faire advenir une crise écologique en territoire naturaliste. Quant à Bruno Latour, dont le programme entre en résonance avec les travaux de Serge Moscovici autour notamment de l’idée de technologie politique (Moscovici 1977), il plaide pour un dépassement du naturalisme par l’adoption d’une nouvelle focale, se confondant avec le principe d’hybridation. Ses travaux contribuent, aux côtés d’autres, à l’invention d’un vocabulaire, qu’il souhaite vecteur de nouvelles manières de penser le monde, non plus en termes d’opposition entre nature et culture, mais d’association entre humains et non humains. Cette reformulation peut apparaître comme un tour de passe-passe qui voit la distinction nature, culture resurgir à l’endroit de la distinction entre humain et non humain9. Le détour est plus créateur qu’il n’apparaît à première lecture car il permet de penser des arrangements qui ne jouent plus de la distinction nature, culture. Il s’ensuit une dissolution de cette frontière, ne serait-ce qu’en termes de référence culturelle obligée. Ces réflexions sont indissociables de la diffusion du pragmatisme en France et de sa reconnaissance. Bien que différemment inspirés, l’ensemble de ces protagonistes de la cause10 environnementale dans les sciences sociales partagent l’analyse selon laquelle la crise écologique déborde largement les questions classiquement qualifiées d’écologiques, qu’elle est révélatrice de dysfonctionnements, voire d’impasses, dans nos manières d’habiter le monde.

2.1. Le « NEP » ou la revendication naturaliste de la sociologie nord-américaine

  • 11 Schnaiberg A., The environment: From Surplus to Scarcity, New York: Oxford University Press, 1980

C’est dans le contexte de la crise pétrolière qui sévit dans les années 1970 qu’une réponse sociologique à la question environnementale va s’imposer aux États-Unis. Cette dernière s’organise autour de la raréfaction des ressources naturelles et de la pression environnementale exercée par le développement humain. Cette conjoncture justifie de considérer la production et la reproduction de la société sous l’angle des relations entre sociétés et environnement. Cette analyse est portée par différents protagonistes de la sociologie états-unienne, dont Frederick H. Buttel, William R. Catton et Riley E. Dunlap, d’une part et Allan Schnaiberg d’autre part11.

  • 12 La raréfaction des ressources naturelles est appréhendée à partir des rapports sociaux de dominat (...)
  • 13   Gould, Pellow, Schnaiberg, « Interrogating the treadmill of production: Everything you wanted to (...)

L’épuisement des ressources naturelles comme limite objective au développement et à la croissance des sociétés industrielles avancées constitue le cadre général auquel se rapporte l’ensemble de ces travaux. Alors que pour Buttel, Catton et Dunlap, l’irruption de l’écologie permet une critique de la connaissance sociologique, pour Schnaiberg, elle est l’occasion de poursuivre une analyse critique des théories de l’État dans le capitalisme avancé, c’est-à-dire de dénoncer les engrenages de la production12 dans une économie capitaliste. Cette lecture ne trouvera pas de relais suffisants pour influencer durablement l’institutionnalisation de ce nouveau domaine de la sociologie qui gagne en ampleur. Rétrospectivement, il est assez surprenant de constater à quel point cette critique est devenue inaudible par rapport aux années 1960, 1970, en raison du tournant néolibéral des années 1980 à compter de l’élection de M. Thatcher au Royaume-Uni et de R. Reagan aux États-Unis. Ce n’est qu’à partir du moment où les conséquences de ce tournant commencent à nouveau à se faire sentir, soit au cours des années 2000, qu’une réhabilitation de ces thèses voit à nouveau le jour. Cette relative amnésie collective, déployée sur deux à trois décennies, aura contribué à une dégradation des droits sociaux et des droits environnementaux à diverses échelles et en particulier dans les pays dits du Sud avec le soutien des élites politiques au pouvoir. Cette porosité témoigne des jeux de circulation entre le monde des théories et le monde politique. L’article « Interrogating the treadmill », mis en ligne en 200313, revient sur le discrédit dont les travaux de Schnaiberg ont fait systématiquement l’objet. Cette analyse est confortée par d’autres travaux, dont ceux de Razmig Keucheyan et de Saskia Sassen (Keucheyan, 2014 ; Sassen, 2014).

Revenons aux analyses de Buttel, Catton et Dunlap, en raison de leur indéniable réception et succès sociologiques. Leur contribution à la sociologie de l’environnement est actuellement bien établie : elle repose sur une relecture des classiques qui conclut au ralliement non réflexif de la discipline à ce que les auteurs qualifient de « Human Exceptionnalist Paradigm » ou (HEP) (Dunlap, Catton, 1979). Cette adhésion s’est opérée progressivement et dès la naissance de la discipline par la fermeture progressive de la sociologie aux inspirations de ses sciences voisines, en particulier la biologie. Il s’en est suivi une forme de culturalisme aveugle aux contraintes exercées par l’environnement. La sociologie de l’environnement est l’occasion de plaider en faveur d’un nouveau cadre d’analyse des situations sociales par l’entremise de la défense d’un nouveau paradigme, qualifié de « New Ecological Paradigm » ou (NEP). Si Buttel, Catton et Dunlap s’accordent sur cette thèse et revendiquent la naissance d’un domaine de la sociologie qualifiée de sociologie environnementale ou d’écosociologie, leurs options théoriques divergent progressivement.

À la différence de ses collègues, Buttel développe une analyse généreuse de la tradition sociologique. Il observe que les fondateurs de la discipline n’étaient pas aussi aveugles que ses collègues le prétendent et qu’ils ont même plutôt fait preuve d’originalité et de courage à une époque où les motifs biologiques s’imposaient à eux. « On peut dire que ce qui fait la force des systèmes de pensée des théoriciens classiques, c’est la contestation des puissants mouvements de réductionnisme biologique qui dominaient à leur époque » (Buttel, 1986 : 361). Cette liberté de pensée leur a permis de produire des œuvres audacieuses.

  • 14   « In non sociological parlance ‘the environment’ means our physical surroundings, the biosphere (...)
  • 15 R. E. Dunlap, W. R. Catton, Jr., 1979: 250.

Catton et Dunlap opposent à cette tentative équilibrée entre sociologisme et naturalisme, un projet plus naturaliste. Ce dernier est fondé sur l’argument selon lequel les sociologues demeurent assujettis à un seul et même programme de scientificité en dépit des différences superficielles qui les distinguent. Leur argumentation s’appuie sur la propension des sociologues à tout ramener à leur « objet » : la société, la culture, voire à la psychologie sociale. Pour ces auteurs, les sociologues tendent à exagérer leurs différences. Ils ne repèrent, quant à eux, que des variations d’un même paradigme. « Nous soutenons que cette apparence de diversité est moins importante que l’anthropocentrisme fondamental qu’elles recouvrent toutes », (Catton et Dunlap, The American Sociologist, 1978 : 42, cité par Buttel, 1986 : 367). Ces biais anthropocentriques, poursuivent-ils, sont d’autant plus remarquables lorsqu’il est question d’environnement. En effet, même lorsqu’il est question de nature et de matière, les sociologues persistent à ne voir que des institutions, des milieux culturels et sociaux14. La substitution d’un nouveau paradigme au paradigme d’exceptionnalité humaine s’impose par conséquent comme l’aboutissement logique de leur investigation15.

  • 16 « De multiples conditions et événements environnementaux – comme la pollution atmosphérique et aq (...)

Le déni de la dimension symbolique comme caractéristique des sociétés humaines et de leur rapport à la « nature » ou à l’environnement est récurrent chez Catton et Dunlap. Cette posture - en vertu de laquelle le dialogue avec des protagonistes du paradigme d’humanisme exceptionnaliste (HEP), comme ils le désignent, est impossible -, est illustrée par l’extrait ci-dessous. « Various environmental conditions or events – e.g. air and water pollution, floods, erosion of topsoil or depletion of soil nutrients on farmlands, oil field exhaustion – can have direct, non symbolic effects, on human lives and social processes, in addition to their symbolic effects or effects on cognition », (Dunlap et Catton, 1979, 253)16.

Se joue au détour de cet extrait une dispute entre facteurs premiers et secondaires du changement en cours dans l’histoire des sociétés humaines. Si la dimension symbolique des sociétés humaines, soit leur dimension culturelle, n’est pas réfutée par les auteurs, la part matérielle et physique de cette dernière, endossée par la « nature », occupe in fine le premier plan dans leur proposition. S’il ne s’agit pas de réfuter que les altérations de la nature peuvent endommager les corps humains et empoisonner les rapports sociaux, il ne s’agit pas non plus de se méprendre sur les enjeux paradigmatiques d’une telle assertion. La formulation induit une hiérarchie entre variables objectives et subjectives qui s’inscrit dans la lignée de l’asymétrie instaurée par le naturalisme. Les différends qui s’affinent et se confirment entre Dunlap, Catton et Buttel semblent indiquer que ce dernier prend ses distances avec cette orientation. Ils préfigurent une partie qui ne cesse de se jouer au cœur de la sociologie de l’environnement entre ceux qui cherchent à ramener la sociologie dans le giron du naturalisme et ceux qui aspirent à mettre un terme à ce cadrage dichotomique.

2.2. Le naturalisme agent d’une artificialisation du monde ?

À la radicalisation du paradigme naturaliste engagée par Catton et Dunlap fait écho une critique qui s’organise autour de l’anthropisation croissante des milieux par l’entremise de la technique notamment. Cette interprétation de la crise écologique s’affirme plus nettement en Allemagne qu’ailleurs. Sans reléguer la problématique de la raréfaction des ressources naturelles à de vieilles lunes, la question de l’artificialisation du monde et de nos modes de vie traverse les travaux sociologiques et contribue à ce que Luhmann qualifiera de sémantique de la peur (Luhmann, 1986). Si cette sémantique est généralement incarnée par Hans Jonas (Jonas, 1990), en Allemagne, cette forme de communication s’est généralisée autour de la réception des innovations scientifiques et techniques comme les OGM. C’est un aspect que nous avons étudié à l’occasion d’une comparaison entre différents laboratoires de sciences sociales en Allemagne, en France et en Grande-Bretagne (Rudolf, 2003). Le retour de peurs ancestrales, fondées sur la peur de la métamorphose et de la dénaturation, est intéressant à plus d’un titre, comme illustration de ce que le naturalisme est coriace et qu’il est difficile d’y échapper et comme prélude aux questions récurrentes qui se posent avec le passage d’un paradigme naturaliste à un paradigme de l’hybridation.

Contrairement au naturalisme de Dunlap et Catton qui marginalise l’imprégnation culturelle, le naturalisme allemand considère que si la nature est au cœur du processus de civilisation, elle l’est au titre d’une confrontation qui peut se lire à travers le filtre de l’hétéronomie. La nature s’éloigne à mesure que l’emprise des systèmes / du système fait son travail. L’emprise de la nature versus l’emprise du système rend compte de la tragédie humaine et de la culture (Simmel, 1993). La nature demeure donc bien au cœur des sciences sociales, mais davantage comme la métaphore d’une partition qui se joue constamment sous d’autres cieux et avec d’autres protagonistes. De Heidegger à l’École de Francfort en passant par le pragmatisme allemand, popularisé par Hans Joas, les sociologues de langue et de culture allemandes disposent de ressources solides pour penser l’artificialisation du monde comme hétéronomie. Cette dernière est appréhendée du point de vue des artefacts humains et des œuvres culturelles en général qui échappent à leurs auteurs. Ces considérations alimentent des réflexions sur l’action humaine et participent des différents paradigmes de l’agir. Selon cette analyse, la crise écologique qui survient à l’âge de la modernité tardive n’est que l’expression indépassable du processus d’artificialisation du monde dans lequel l’humanité est engagée.

  • 17 À ce sujet, voir notamment Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, L’événement anthropocène, (...)

En raison de cette affiliation à des thématiques qui traversent la réception de la modernité, la sociologie de l’environnement est indissociable d’une analyse de la modernité à laquelle un grand nombre de « monuments » de la sociologie allemande d’après guerre se sont exercés, dont Jürgen Habermas et Niklas Luhmann. C’est cependant à Ulrich Beck que peut être rattachée l’officialisation d’une nouvelle filière de la sociologie à partir de la parution de Risikogesellschaft, son essai consacré aux risques. La société du risque constitue, en effet, une référence incontournable pour l’articulation qu’elle opère entre la crise écologique et différents aspects de la modernité. Son succès tient à l’effort de décloisonnement entre des dégradations physiques et écologiques et le fonctionnement des principales institutions modernes, dont les sciences occidentales et la démocratie représentative. À la suite de Beck, la sociologie de l’environnement va s’employer à montrer comment des manières de penser, héritées du naturalisme, se déclinent en manières de faire qui participent de processus d’entre-capture. Ces formes d’entre-capture, qu’Habermas qualifie de système ou de seconde nature, participent de l’enfoncement de la modernité dans une crise écologique sans précédent, ainsi qu’en témoigne la thèse de l’anthropocène17 qui érige l’humanité en facteur géologique au même titre que des phénomènes physiques.

Fidèlement à la tradition allemande, la sociologie de l’environnement allemande rappelle que le naturalisme peut se muer en idéologie (Habermas, 1973). La réification des êtres et des choses dans des essences, des identités ou des ordres et des hiérarchies, associées à des relations de causes à effets unilatérales, ne permet pas d’appréhender des imprévus liés à la complexité. Les retournements de situation en régime de complexité sont l’expression de la multitude des entités en cohabitation, des logiques propres qui les sous-tendent ainsi que des rétroactions possibles au sein de systèmes en réseau. C’est donc à une conception unidimensionnelle du naturalisme et à ses effets sur les programmes de scientificité que les travaux qui s’inscrivent dans la continuité de l’ouvrage La société du risque s’en prennent (Macnaghten et Urry, 1998).

Ces griefs ne s’arrêtent pas à l’institution scientifique, mais s’appliquent également à l’ensemble des institutions de la première modernité. Les frontières artificielles qu’imposent ces institutions et qui se superposent à des réalités qui ne suivent pas nécessairement de telles logiques sont au centre de la critique. L’encadrement de la réalité sociale selon ces grilles d’analyse et d’organisation constitue le principal facteur de panne qui justifie que la modernité tardive soit qualifiée de société du risque. La thèse de la société du risque fait écho, par conséquent, aux cercles vicieux alimentés par des représentations qui s’imposent en certitudes et se matérialisent dans des lois, des règles, des manières de faire et des équipements physiques qui opposent une résistance au mouvement et au changement. Les pannes et les accidents technologiques sont une des manifestations de ce que Beck qualifie d’effets boomerang. Ces derniers sont le reflet d’un mode d’engagement et d’être au monde qui de régional s’est progressivement mondialisé.

La sociologie de l’environnement, dans sa version allemande, s’inscrit indéniablement dans la continuité d’une réflexion alimentée par les figures du désenchantement du monde et de la cage d’acier (Weber, 1904-1905) et de la dialectique de la raison (Horkheimer, Adorno, 1974), qu’elle poursuit en recourant à des figures comme le paradigme de l’agir communicationnel et de l’agir créateur, susceptibles de rompre avec le cercle vicieux dans lequel la modernité s’est fourvoyée avec la complicité du naturalisme. En réaction à la conscience malheureuse et au sentiment d’impuissance qui prévaut dans la tradition allemande, elle fait appel à des formes d’engagement qui l’impliquent davantage dans la transformation du monde.

  • 18 L’ISOE est un institut de recherches socio-écologiques à Francfort sur le Main qui a énormément c (...)

Cette analyse entre en écho avec les mobilisations citoyennes contre l’énergie nucléaire et l’intrusion d’innovations scientifiques et techniques, soupçonnées d’engendrer des effets de capture indésirables. Le couplage de la sociologie de l’environnement avec les mobilisations de la société civile crée un contexte assez inédit, dont procèdera un grand nombre de transformations concrètes, tant dans la vie politique et économique que du point de vue de la recherche, dans les dernières décennies du XXe siècle. Cette conjoncture profite à l’implantation d’études dites socio-écologiques dans le paysage de la recherche en Allemagne (Charles et al., 2014). Si la sociologie de l’environnement s’est associée de longue date à la tradition critique portée par l’École de Francfort, elle s’est différenciée selon de multiples branches dont la sociologie des mouvements sociaux (Brand, 2014), la sociologie des sciences et des techniques (Daele, 2007), du renouvellement et du design urbains (Gross et McGoey, 2015), etc. Un souci d’exhaustivité aurait comme contrepartie un inventaire à la Prévert. Pour s’en prémunir, il nous suffira peut-être de dire que la sociologie de l’environnement a su cultiver la filiation avec la grande théorie avec un souci de dialogue avec la société civile en raison de l’écho de la cause écologique dans la société allemande depuis la fin des années 1970 (Egon, ISOE, cf. tous les travaux de l’ISOE)18. Le rapport à la complexité, dont l’environnement demeure incontestablement emblématique, trouve une traduction concrète et pragmatique dans l’étude des manières d’associer les humains aux non humains, dont l’investissement dans l’espace et le temps (Löw, 2015 ; Rosa, 2010). Cet enrichissement de la cause écologique a trouvé de nombreux échos à l’international, dont le réseau formé autour des universités de Lancaster (John Urry, Boris Szerszynski, Brian Wynne, Elisabeth Shove, etc.) et de Cardiff (Barbara Adams) en Grande Bretagne et du Centre de sociologie de l’innovation (Callon, Latour) en France. Ces travaux s’organisent autour de nouvelles modalités d’entrer en recherche par la participation élargie à des acteurs généralement exclus des programmes de recherche et d’expérimentation. Les expressions de recherche « déconfinée » ou collaborative profitent à une actualisation des travaux sur la participation citoyenne. Il s’ensuit des manières renouvelées d’être en société et de participer à la vie sociale. Ces nouvelles pratiques s’inscrivent dans la filiation des critiques du modèle technocratique en vigueur dans les processus d’expertise et de décision.

2.3. L’hybridation comme tentative de résolution d’un paradoxe tenace ?

Tout comme on doit à Ulrich Beck d’avoir établi le lien entre des travaux antérieurs et ultérieurs qui se reconnaîtront à travers l’adhésion à la figure de la complexité et de la société du risque, c’est à Bruno Latour que nous devons la percée de la figure de l’hybridation (Latour, 1991). Cette dernière s’impose comme une figure susceptible de rallier des travaux fort différents, mais qui se reconnaissent dans une vision commune du monde. Alors que le naturalisme instaure des frontières intangibles entre nature et société, la figure de l’hybridation invite à reconsidérer l’unité du monde dans la diversité de ses habitats et de ses habitants. Phénoménologiquement, il est erroné de prétendre qu’on puisse distinguer des êtres naturels d’êtres culturels. Tout porte au contraire à avancer que le monde ne cesse de se reconfigurer au gré des rencontres entre différentes entités, dont on ne peut dire avec assurance si elles procèdent de la nature ou de la société, et pour lesquelles cette question ne fait même plus sens. Cette affirmation est confortée, à l’époque de la modernité tardive, par l’intensification des processus de production qui participent de l’irruption perpétuelle de nouveaux produits, mais aussi de nouveaux êtres. Il en résulte des situations qui relèvent d’un accroissement d’interdépendances entre des humains et des non humains, dont l’analyse des potentialités constitue davantage l’actualité que la détermination de la part de nature et de culture dans ces entrelacs si on souhaite contribuer à l’intelligibilité des associations qui en résultent.

Cette interpénétration croissante entre des entités, traditionnellement contenues par des cadrages disciplinaires, contribue à la promotion de la transdisciplinarité, voire de l’interdisciplinarité. Cet intérêt pour le « trans » ou l’« inter » est une réponse à des affaires qui ne se laissent pas réduire à un cadrage disciplinaire. Les nombreuses situations engendrées par des innovations scientifiques et techniques où les approches disciplinaires se doivent de dialoguer attestent de la pression au décloisonnement des disciplines en faveur de transdisciplinarité, voire d’interdisciplinarité. Or la sociologie de l’environnement est constamment exposée à des situations dont l’intelligibilité ne saurait se gagner à partir d’un point de vue univoque. Les expertises cantonnées à une approche sectorielle des problèmes se sont frottées à de multiples reprises à des critiques « citoyennes » mettant en perspective des expertises d’usage, structurées autour des répercussions économiques, politiques, sociales et symboliques de la sortie des laboratoires de nouvelles entités scientifiques et techniques (Gill, 2003 ; Rudolf, 2003). L’étude circonscrite par des frontières disciplinaires d’une innovation scientifique et technique n’est pas recevable en tant qu’elle sous-estime la dynamique potentielle engendrée par la circulation de nouveaux produits, et services inédits. L’affirmation de ce type de développement est sous-tendue par l’adhésion à une vision du monde qui récuse un ordonnancement du monde selon des frontières instituées par des disciplines qui cultivent des points de vue distincts sur le monde. C’est à ce titre qu’on peut dire qu’elle adhère à la thèse de l’hybridation. Selon cette dernière, le monde ne cesse d’être travaillé par des actions réciproques : il est en mouvement. Ce qui n’exclut pas l’identification de structures qui procèdent du travail passé et offrent des leviers d’action pour des transformations futures ou se muent au contraire en entraves à leur égard.

À ce stade de notre discussion, nous souhaitons donner la parole à l’anthropologue Tim Ingold (Ingold, 2013), dont les écrits revisitent les impasses du naturalisme pour inviter à une approche plus intégrée du développement des sociétés et de leurs environnements. Dans son ouvrage Marcher avec les dragons, il décline cet enseignement à travers une quinzaine d’articles, dont les plus instructifs pour notre propos ont trait à la différence entre développement ou croissance, réservé traditionnellement aux êtres naturels, et fabrication, réservée aux artefacts. Face à cette dichotomie, la figure du tissage invite à penser qu’en toutes circonstances, substance ou matière et esprit ou forces s’associent pour prendre une forme plutôt qu’une autre.

« Dans ses carnets de notes, le peintre Paul Klee soulignait (…) que les processus de genèse et de croissance qui donnent naissance aux formes du monde que nous habitons sont plus importantes que les formes elles-mêmes. (…) La ligne se développe donc à partir d’un point mis en mouvement, de la même manière que la plante se développe à partir de la graine. (…) Ce que ce discours entend critiquer et dépasser, c’est l’influence durable d’une certaine manière de concevoir les choses, ainsi que leur production et leur usage, qui existe dans le monde occidental depuis au moins deux millénaires et remonte à Aristote. (…) On en vint à penser que la forme était imposée par un agent suivant un modèle mental particulier, tandis que la matière rendue passive et inerte, devint le substrat auquel la forme était imposée. (…) Les écrits sur l’architecture de Leon Battista Alberti, au milieu du XVe siècle, marquent un tournant dans le développement de cette tendance. (…) Pour Alberti, (…), l’architecture était une affaire d’esprit. (…) La textualité du bâtiment laissa donc la place à une architectonique de la forme pure. À partir de là, la technique et l’art textile s’engagèrent dans des directions radicalement différentes. (…) Tandis que la première fut élevée au rang de système de principes opérationnels, de technologie, le second fut dévalorisé et considéré comme simple artisanat (…). Il y avait au cœur même du concept de technologie un présupposé ontologique, selon lequel les choses sont constituées par la transposition rationnelle et réglementée de formes préconçues dans une substance inerte, et non par le tissage de matériaux actifs (…). », (Ingold, 2013, 223-224).

  • 19 Mais ce serait ouvrir une nouvelle boite noire que de s’employer à préciser leurs différences. Auss (...)

Selon ce raisonnement, la « nature » travaille à son engendrement au même titre que les humains investissent dans des œuvres. L’engendrement de formes apparaît in fine comme un espace autour duquel sciences de la nature et sciences sociales peuvent se rencontrer. Cette perspective offre par ailleurs un terrain pour un tiers « inattendu », celui des sciences de projet (architecture, design, urbanisme et sciences de l’ingénierie) (Rudolf et al. (dir.), 2017). L’introduction des sciences de projet ne fait qu’entériner le caractère « construit » de notre environnement, ne serait-ce que par colonisation progressive de la planète par l’humanité et ses « milieux associés », qu’ils soient institutionnels ou techniques. L’espace nous manque pour discuter des enjeux de cette partition à trois. Nous retenons pour notre propos que les questions qualifiées de naturelles, d’écologiques ou d’environnementales – ces termes n’étant pas équivalents19 – nous entraînent, à la manière d’un fait social total, à revisiter l’héritage de la civilisation occidentale. Ce constat contribue incontestablement à l’attrait de la question écologique, tout comme il peut produire un certain effroi (Curnier, 2000).

Conclusion

Au « terme » d’une discussion qui n’a fait que porter quelques coups de sonde dans un domaine touffu et en effervescence perpétuelle, que retenir de ce cheminement, sinon que la sociologie de l’environnement n’a jamais cessé d’être confrontée à l’héritage naturaliste ? Qu’elle s’inscrive dans l’héritage naturaliste pour le réhabiliter à la manière de Dunlap et Catton ou pour le critiquer et s’en affranchir une fois pour toute comme Bruno Latour et les tenants de la théorie de l’acteur réseau, s’il est un point commun à l’édification d’une sociologie de l’environnement c’est bien sa difficulté à dépasser la question naturelle. Or cette constante s’affirme en dépit des détours effectués par le parti pris de la vie comme alternative à l’imaginaire de la nature pour penser les questions qui s’offrent à une sociologie de l’environnement. En dépit des avantages qu’offre la focale de la vie, ne serait-ce qu’en écho à des questions sociologiques comme le mouvement, la transformation et le changement par rapport au naturalisme, et par conséquent en termes d’équipement conceptuel pour appréhender la complexité d’un monde multipolaire, la percée de ce paradigme peine à s’affirmer dans le corpus de la sociologie de l’environnement. La sociologie de l’environnement semble hésiter à s’engager plus avant en direction du paradigme de la vie comme substitut possible à celui de la nature, comme si elle craignait les retombées d’un tel engagement. De quelles craintes peut-il s’agir ? Aussi séduisante que puisse paraître une philosophie qui fasse place à l’imprévu, au mouvement et au changement, son recours n’est pas d’un grand confort en matière d’institutionnalisation de normes et de cadres disponibles pour l’action et la décision. La référence à la vie est d’un grand réconfort pour la mise en scène de processus comme la logique de projets et la prise de risque, elle est d’un moindre atout pour esquisser de grandes orientations auxquelles se rallier. À cet égard, l’oscillation entre la référence à la nature versus celle à la vie est somme toute assez légitime si on se réfère aux controverses constitutives de la sociologie, autour des priorités à conférer à l’étude des sociétés, à savoir celle de ses formes constituées ou de ses formes en constitution. Entre société in status nascenti et cristallisations ou faits sociaux, les programmes de connaissance s’orientèrent de fait vers des paradigmes épistémologiques en compétition. Face au caractère irréductible du rapport aux valeurs engagé dans les paradigmes susceptibles d’accompagner la sociologie de l’environnement, cette dernière hésite et oscille entre les deux références selon les besoins de l’analyse. Lorsqu’il est question de processus, la référence à la vie s’avère féconde. Lorsqu’il est question d’établissement, en revanche, la recherche de fondements profite à la nature. La sociologie de l’environnement traverse avec plusieurs décennies d’écart les discussions qui animèrent les fondateurs de la sociologie au XIXe siècle. Elle s’y emploie, enrichie par les avancées des sciences de la nature et de la vie, sans compter celles relatives aux sciences de l’environnement, pour lesquelles il conviendrait d’inventorier les incitations pour la sociologie de l’environnement. Cette discussion témoigne du travail épistémologique en friche disponible et donc d’un boulevard pour la recherche dont ce domaine de la sociologie est potentiellement vecteur et gourmand.

Top of page

Bibliography

ARON Raymond (1935), La sociologie allemande contemporaine, Paris, PUF.

BECK Ulrich (2001), La société du risque (1ère Éd : 1986), Paris, Aubier.

BERTHELOT Jean-Michel (1995 [1895]) Durkheim. L’avènement de la sociologie scientifique, Toulouse Le Mirail, Presses Universitaires Du Mirail.

BOLTANSKI Luc, THEVENOT Laurent (1991), De la justification. Les économies de la grandeurs, Paris, Gallimard.

BONNEUIL Christophe, FRESSOZ Jean-Baptiste (2013), L’évènement anthropocène, Paris, Seuil.

BOUDES Philippe (2008), L’environnement, domaine sociologique. La sociologie française au risque de l’environnement, Thèse de sociologie, Université Victor Segalen - Bordeaux II.

BRAND Karl-Werner (2014), Umweltsoziologie. Entwicklungslinien, Basiskonzepte und Erklärungsmodelle, Weinheim : Beltz-Juventa.

GROSS Matthias, MCGOEY Linsey (eds) (2015), Routledge International Handbook of Ignorance Studies, London, Routledge.

BUTTEL Frederick Howard, (1986) « Sociologie et environnement : la lente maturation de l’écologie humaine », Revue internationale des sciences sociales, 109, pp. 359-379.

CHARLES Lionel, LANGE Helmut, KALAORA Bernard, RUDOLF Florence (2014), Environnement et sciences sociales en Allemagne et en France, Paris, L’Harmattan.

CURNIER Jean-Paul (2000), L’écologie politique au miroir, Sens et Tonka Éditions.

Van den DAELE Wolfgang (2007), « Legal framework and political strategy in dealing with the risk of new technology : the two faces oft he precautionary principle », in Han SOMSEN (ed), The regulatory Challenge of biotechnology. Human Genetics, Food and Patents, Cheltenham, UK : Elgar, pp. 118-138.

DESCOLA Philippe (2005), Par-delà Nature et culture, Paris, Gallimard.

DUNLAP Riley E., CATTON, William R. Jr. (1979), « Environmental Sociology », Annual Review of Sociology, 5, pp. 243-273.

DUNLAP Riley E., CATTON, William R. Jr. (1994) « Struggling with Human Exeptionalism : The Rise, Decline and Revitalization of Environmental Sociology », The American Sociologist, vol. 25, pp. 5-30.

DURKHEIM Émile (1937), Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF.

FREUND Julien (1966), Sociologie de Max Weber, Paris, PUF.

FREUND Julien (1973) Les théories des sciences humaines, Paris, PUF.

GILL Bernhard (2003), Streifall Natur. Weltbilder in Technik- und Umweltkonflikten, Wiesbaden : Westdeutscher Verlag.

GOULD Kenneth A., PELLOW David N., SCHNAIBERG Allan (2003), « Interrogating the treadmill of production : Everything you wanted to know about the treadmill, but were afraid to ask », Paper prepared for the Symposium on Environment and the Treadmill of Production, University of Wisconsin, Madison, October 31-November 1.

HABERMAS Jürgen (1968), La technique et la science comme idéologie. La fin de la métaphysique, Paris : Denoël-Gonthier.(1981) Théorie de l’agir communicationnel. Tome 1 : Rationalité de l’agir et rationalisation de la société. Tome 2 : Pour une critique de la raison fonctionnaliste, Paris,Fayard.

HORKHEIMER Max, ADORNO Theodor W. (1974), La dialectique de la raison. Fragments philosophiques, Paris, Gallimard.

INGOLD Tim (2013), Marcher avec les dragons, Le Kremlin-Bicêtre, Zones sensibles.

JAHN Thomas (2014), « Genèse et évolution de la recherche socio-écologique en Allemagne », Lionel CHARLES, Helmut LANGE, Bernard KALAORA, Florence RUDOLF, Environnement et sciences sociales en Allemagne et en France, Paris,L’Harmattan.

JONAS Hans (1990), Le principe responsabilité. Une éthique pour la civilisation technologique, Paris, Cerf.

KEUCHEYAN Razmig (2014), La nature est un champ de bataille. Essai d'écologie politique, Paris, La Découverte.

LATOUR Bruno (1991), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

LÖW Martina (2015), Sociologie de l’espace, Paris, Maison des Sciences de l’Homme.

LUHMANN Niklas (1986), Ökologische Kommunikation. Kann sich die Gesellschaft auf ökologische Gefährdungen einstellen ?, Braunschweig : Westdeutscher Verlag.

LUHMANN Niklas (1987) Soziale Systeme. Grundriß einer allgemeinen Theorie, Frankfurt/Main, Suhrkamp.

MACNAGHTEN Phil, URRY John (eds.) (1998), Contested Natures, London, Sage Publications.

MATHIEU Nicole, JOLLIVET Marcel (dir.) (1989), Du rural à l’environnement. La question de la nature aujourd’hui, Paris, L’Harmattan.

MOSCOVICI Serge (1977), Essai sur l’Histoire Humaine de la Nature, Paris, Flammarion.

RAMMERT Werner, SCHULZ-SCHAEFFER Ingo (2002), Können Maschinen handeln ? Soziologische Beiträge zum Verhältnis von Mensch und Technik. Frankfurt/New York : Campus.

ROSA Hartmut (2010), Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

RUDOLF Florence, MOROVICH Barbara, BLANC-REIBEL Cathy (dir.) (2017 à paraître), , Revue des Sciences Sociales, Projection(s) Urbaine(s), N° 58.

RUDOLF Florence (2003), « Deux conceptions divergentes de l’expertise dans l’école de la modernité réflexive », Les Cahiers Internationaux de Sociologie, 2003/1, n° 114, pp. 35-54.

RUDOLF Florence (1994), « Niklas Luhmann, une théorie de la vie adaptée à la sociologie », Sociétés, N° 43, pp. 29-41.

SASSEN Saskia (2014), Expulsions. Brutalité et complexité dans l’économie globale, Paris, Gallimard, 2014.

SCHNAIBERG Allan (1980), The environment : From Surplus to Scarcity, New York : Oxford University Press.

SEVE Bernard (1990), « Hans Jonas et l’éthique de responsabilité », Revue Esprit, 1990 (consulté le 27 mars 2017 sur le lien : http://lyc-sevres.ac-versailles.fr/p_jonas_pub.eth.resp.php).

SIMMEL Georg (1992 [1908]), « Le problème de la sociologie », Otthein RAMMSTEDT, Patrick WATIER (dir.), G. Simmel et les sciences humaines, Paris, Méridiens Klincksieck, pp. 15-42.

TOURAINE Alain (1984), Le retour de l’acteur, Paris, Fayard.

WEBER Max (1959), Le savant et le politique, Paris, Plon.

WEBER Max (1964) L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1904-1905), Paris, Plon.

WEBER Max (1965) Essais sur la théorie de la science (1904-1917), Paris, Plon, 1965.

WEBER Max (1995) Économie et Société (posthume 1921), Paris, Pocket, 1995.

Top of page

Notes

1 C’est ce à quoi on assiste autour des discussions entre Ulrich Beck, Barbara Adams, Brian Wynne, Anthony Giddens, Bruno Latour, Isabelle Stengers, Luc Boltanski et Laurent Thévenot, notamment.

2 Les associations internationales participent activement à ce décloisonnement qui opère d’autant plus au sein des différents domaines de la sociologie qu’entre eux. C’est ainsi que dans le long processus d’institutionnalisation de la sociologie de l’environnement, les chercheurs (doctorants et confirmés) se rencontrent, apprennent les uns des autres, et ouvrent leurs horizons.

3 Le terme de croyance est important ici car il contribue à restaurer une symétrie entre les différents régimes ontologiques idéaux-typiques.

4 Ce dernier s’organise autour d’un certain nombre de principes dont le principe de causalité (à un effet correspond toujours une même cause) qui garantit la reproductibilité des phénomènes ainsi que la prévisibilité dont découle l’expérimentation…

5 Berthelot parle à propos de Durkheim d’un rationalisme enclavé, voire régional (Berthelot, 1995, 95-115).

6 Souligné par moi.

7 Agency ou agentivité en français est un concept qui renvoie à un chantier au cœur de la sociologie de l’action. Qui peut prétendre à l’action et à l’agentivité ? Les humains sont-ils les seuls en cause ou convient-il de modéliser l’action au regard des associations d’humains et de non humains ? Dans ce cas, les non humains dotent les humains de certains pouvoirs de trnasformations du monde. Cette approche n’a rien de révolutionnaire dans le domaine de l’anthropologie ou de la sociologie de la culture. Son actualisation procède en revanche des théories de l’acteur réseau et de l’action distribuée. (Boltanski et Thévenot, 1991 ; Latour, 1991 ; 1999 ; Rammert, Werner ; Schulz-Schaeffer, Ingo (2002) : Technik und Handeln : Wenn soziales Handeln sich auf menschliches Verhalten und technische Abläufe verteilt. In : Rammert, W. ; Schulz-Schaeffer, I. (Hrsg.), Können Maschinen handeln ? Soziologische Beiträge zum Verhältnis von Mensch und Technik. Frankfurt/New York : Campus, S. 11-64 ; etc).

8 En France, il faudrait mentionner des personnalités comme Marcel Jollivet, Nicole Mathieu, André Micoud, Bernard Picon, Jean-Paul Billaud, Bernard Kalaora, Florence Pinton, etc. issues de la sociologie rurale. Ce réseau a fortement contribué à la promotion de la sociologie de l’environnement en France (Philippe Boudes, 2008)..

9 On notera, au passage que cette distinction fait écho à humain et matière qui structure la théorie de l’histoire humaine de la nature de Serge Moscovici. Cette remarque conforte la proposition selon laquelle Latour s’inscrit dans une certaine filiation avec Moscovici, non revendiquée sauf erreur de ma part.

10 Je précise que l’emploi du terme de cause renvoie à l’essor d’une chose publique ou d’une question sociale.

11 Schnaiberg A., The environment: From Surplus to Scarcity, New York: Oxford University Press, 1980.

12 La raréfaction des ressources naturelles est appréhendée à partir des rapports sociaux de domination et d’exploitation ainsi qu’au travers de la substitution du capital technique au capital naturel. Les promesses techniques et technologiques sont restituées, dans cette perspective, sous l’angle des pressions qu’elles exercent sur certains milieux et de leur contribution à l’épuisement des ressources naturelles.

13   Gould, Pellow, Schnaiberg, « Interrogating the treadmill of production: Everything you wanted to know about the treadmill, but were afraid to ask », Paper prepared for the Symposium on Environment and the Treadmill of Production, University of Wisconsin, Madison, October 31-November 1, 2003.

14   « In non sociological parlance ‘the environment’ means our physical surroundings, the biosphere (or a local portion of it). In contrast within mainstream sociology ‘environment’ means something alltogher different – i. e. social and cultural influences upon behavior ». In R. E. Dunlap, W. R. Catton, Jr., 1979: 244-245.

15 R. E. Dunlap, W. R. Catton, Jr., 1979: 250.

16 « De multiples conditions et événements environnementaux – comme la pollution atmosphérique et aquatique, les inondations, l’érosion et l’appauvrissement des sols, l’épuisement pétrolier, par exemple -, peuvent avoir des effets directs, non symboliques, sur les vies humaines et les processus sociaux, en ajout de leurs effets symboliques ou de leurs effets sur la cognition », (traduction proposée par l’auteure).

17 À ce sujet, voir notamment Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, L’événement anthropocène, Paris, Seuil, 2013.

18 L’ISOE est un institut de recherches socio-écologiques à Francfort sur le Main qui a énormément contribué aux allers retours entre science et société dans l’Allemagne depuis les années 1980 (Thomas Jahn, 2014).

19 Mais ce serait ouvrir une nouvelle boite noire que de s’employer à préciser leurs différences. Aussi, nous abstenons nous d’engager la discussion dans cette voie.

Top of page

References

Electronic reference

Florence Rudolf, « La sociologie de l’environnement ou le naturalisme revisité », Socio-logos [Online], 12 | 2017, Online since 29 June 2017, connection on 22 August 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/3151

Top of page

About the author

Florence Rudolf

Insa de Strasbourg, Département d’architecture, EA 7309

Top of page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org