Navigation – Plan du site
Actualité du RT 3 : normes, déviances et réactions sociales

Les voies de la colère : « violences urbaines » ou révolte d’ordre « politique » ? L’exemple des Hautes-Noues a Villiers-sur-marne

Marwan Mohammed

Résumé

Dans cette contribution, l'auteur propose une double réflexion sur les « émeutes » de l'automne 2005 à travers l'observation ciblée de l'expérience des jeunes en bande. A partir de l'analyse d'une substance empirique recueillie directement pendant la période des tensions, il s'agit dans un premier temps d'une réflexion sur les modalités pratiques et les significations sociales des comportements émeutiers. D'autre part, l'auteur s'interroge sur les différences d'intensité des violences entre des territoires aux profils sociodémographiques semblables. Au bout du compte, c'est l'opposition entre les lectures politiques et les lectures pénales de ce phénomène qui est réinterrogée.

Haut de page

Texte intégral

1Les émeutes de novembre 2005 furent-elles politiques ou non ? « Actes criminels » ou « révoltes sociales » ? Pilotées par les « bandes », les « mafias » les « barbus » ou bien mobilisations « spontanées » ? Rubrique « politique » ou « faits divers » ? Le passé judiciaire de certains émeutiers nous apprend-il quelque chose ? La question sociale est-elle une « cause » ou un « prétexte » des émeutes ? Ces dernières furent-elles d’impulsion « anarchiste », une colère des « indigènes » ou trahissent-elles une « demande d’État »1 ?

2La manière de donner sens aux émeutes exceptionnelles de l’automne 2005 est en soi un objet éminemment politique. La chronologie des événements ne donne pas lieu à débat, c’est bien son interprétation qui façonne les clivages idéologiques2. Au sein même de l’appareil d’État, les positionnements n’ont pas offert de cohérence globale (mis à part l’impératif initial de retour à l’ordre). Au ministère de l’Intérieur, un rapport des Renseignements Généraux a explicitement contredit la ligne de leur ministre de tutelle. Les oppositions sémantiques se sont retrouvées au cœur de ces luttes d’influence.

3La notion de « bande » fut régulièrement convoquée à des fins de criminalisation et d’enrôlement des consciences contre les figures immédiates des peurs quotidiennes. Si ce sont les « bandes », ce ne sont pas des « révoltés » et la solution policière s’impose d’elle-même face à la délinquance et aux « violences urbaines ». C’est d’ailleurs sous cette dernière appellation que le Centre d’Analyse Stratégique a commandé et publié deux enquêtes sociologiques pour « comprendre les émeutes de novembre 2005 »3.

4Au sein des sciences humaines aussi, les clivages sur les modes de catégorisation, de problématisation et d’interprétation sont marqués. Les échelles d’explication se sont multipliées, articulant des logiques historiques, économiques, territoriales, institutionnelles et politiques4. Les ouvrages, articles, numéros de revues, colloques et interventions médiatiques se sont multipliés et ont permis de faire entendre la voix des sciences sociales. Certains chercheurs ont attendu le retour au calme pour interroger les différents protagonistes, mais force est de constater que les observations directes, au moment des faits, se sont faites rares.

5C’est à partir de cette position que je souhaite interroger les logiques d’action des émeutiers, notamment ceux qui forment la clientèle des bandes de jeunes et qui entretiennent localement le sentiment d’insécurité5. Cet article (re)pose la question des significations des actions émeutières de l’automne 2005. Le pluriel dessine ici l’hypothèse principale : loin de se résumer à une perspective mono-causale, réductible à un créneau restreint (« délinquance » ou « politique »),  le processus émeutier est poreux, ambigu, non unifié, de nature changeant : il autorise la jonction dynamique de logiques opposées et d’importances inégales. Les opportunités « délinquantes » et l’expression « politique » peuvent trouver un souffle commun dans le sentiment de défiance qu’ils expriment. Reste à mesurer leur place respective6.

I Le processus émeutier et les conflits d’interprétation

6Ces émeutes qui ont marqué la société française ont, une fois de plus, placé les conditions de vie des jeunes des quartiers populaires au cœur du débat public. Le schéma d’embrasement et les acteurs concernés à l’automne 2005 n’ont rien d’original. Au delà des formes que revêt l’incident initial, la plupart des analyses se rejoignent pour mettre en relief la centralité des multiples frustrations sociales qui s’expriment dans ces explosions de colère. Des frustrations économiques liées aux difficultés d’insertion et à la précarité, héritées de la fragilisation du modèle d’intégration sociale fordiste. Des frustrations symboliques liées aux discriminations ethno-religieuses ou territoriales, à quoi il faut ajouter un profond isolement politique7.  

7Ces constats ne sont pas propres à la société française, le même type de problème se pose ailleurs dans de nombreux pays occidentaux. Appuyant sa réflexion sur les dynamiques émeutières dans les pays anglo-saxons (notamment les révoltes qui se sont exprimées dans la deuxième moitié des années 1960 à Los Angeles, Chicago, Cleveland, Tempa, Cincinnati, Atlanta, Newark et Detroit aux États-Unis ainsi qu’en Angleterre au cours des années 1980-1990 à Bristol, Oxford, Tottenham ou Birmingham) et malgré les différences de contextes, Didier Lapeyronnie constate que la logique des émeutes semble bien être la même partout. Elles s'inscrivent dans des histoires « longues », ne sont pas des événements isolés mais, au contraire, des sortes de sommets dans une situation marquée par une violence plus ou moins endémique. Elles s'inscrivent sur un même terrain social et racial : celui de quartiers marqués par le mélange de la ségrégation raciale, de la pauvreté et de l'exclusion économique. Elles présentent le même mélange de rage contre un ordre social considéré comme injuste et discriminatoire, d'appel à la reconnaissance de citoyens ou d'individus invisibles parce que tenus à l'écart, de dégradations de bâtiments publics, d'incendies de voitures et d'affrontements avec la police. La police constitue une sorte de condensé de l'injustice et de l'arbitraire vécus par la population. Elle incarne l'absence de pouvoir, l'impuissance et le mépris subi. En général, une lon­gue tradition d'incidents et de tensions éclate lors de l'émeute qui est d'abord dirigée contre elle (Lapeyronnie, 2006a, p. 10). Sur les rapports entre police et « violences urbaines » dans les villes anglo-saxonnes, Jean-Claude Monet rappelle que l’action des forces de l’ordre est systématiquement au centre des contentieux. L’enquête menée auprès des émeutiers révèle ainsi que la dénonciation des pratiques policières passe toujours avant celle du chômage, de l'inconfort du logement, de la pauvreté des équipements sociaux. L'expression de cette hostilité s'organise autour de trois griefs : des contrôles incessants et discriminatoires de la part de la police ; des comportements policiers violents et racistes lors des contrôles, des arrestations et des manifestations ; l'absence de protection offerte par la police aux victimes d'attaques raciales et face à la criminalité en général (Monet, 1992, p. 50). Cette scène émeutière où se confrontent des interventions policières jugées illégitimes et une population juvénile, issue des quartiers populaires, bien souvent de parents non européens, est aujourd’hui un classique du genre (Jobard, 2006 ; Mohammed, Mucchielli, 2006 ; Monjardet, 1996).

8L’autre pôle d’interprétation, très proche de la doctrine officielle du ministère de l’Intérieur de l’époque (Nicolas Sarkozy), estime que ces émeutes sont l’œuvre des « bandes », des « mafias » ou des « barbus », dont l’association comploteuse serait le moteur des explosions de violence. Les travaux de Laurent Mucchielli (2000, 2002) et d’Annie Collovald (2001) ont notamment mis en relief la place croissante de l’expertise policière dans le champ médiatique et dans les représentations sociales. L’expression « violences urbaines » s’est ainsi progressivement imposée pour désigner des conduites variées, dont le degré de gravité est indexé aux menaces qu’elles font peser sur les institutions publiques. Les émeutes de 1990-91 ont encouragé le ministère de l’Intérieur à créer une section « violences urbaines » au sein des renseignements généraux et à mettre en place un instrument de mesure (Bui-Trong, 1993). Cette approche policière opérait une sélection claire des « violences urbaines » : elle ne cible que les violences juvéniles et ne retient essentiellement que les atteintes aux institutions et à leurs agents. Elle a en outre pour principal effet de dépolitiser tout mouvement de contestation qui ne répondrait pas aux formes classiques, légitimes et dominantes de mobilisation. Enfin, elle tend à assimiler toute violence anti-institutionnelle à de la délinquance8. Progressivement abandonnée à la fin des années 1990, l’échelle « Bui-Trong a laissé place depuis janvier 2005 à un nouvel instrument de mesure. L’Indicateur National des Violences Urbaines (INVU) possède neuf « entrées » essentiellement centrées sur les désordres juvéniles dans les milieux populaires. La philosophie reste identique mais l’INVU ambitionne de mieux prendre en compte les inconduites quotidiennes de faible intensité9.  

9Cette bipolarité analytique qui s’est à nouveau exprimée à l’occasion des émeutes de novembre 2005, avait donc pour principal enjeu le statut « politique » du phénomène. Elle renvoie à celle qui structure le débat public sur les questions de délinquance. Les différentes doctrines opposent prévention et répression, « angélisme » et « réalisme », traitement pénal contre politique sociale, etc. Les représentations collectives et les formes que prend l’action publique sont largement imprégnées de cette dichotomie.

10La compréhension générale est en outre rendue difficile par le mélange des différents niveaux d’analyse et des catégories sémantiques utilisées. L’enjeu est important, les principaux « acteurs » de ces « émeutes » sont davantage des sujets « parlés » que « parlants » (Bourdieu, 1982). La rationalisation de leurs conduites leur échappe largement dans les champs où se produisent les discours (médiatique, politique et scientifique) et s’élaborent les décisions. Les milliers de jeunes interpellés lors de ces événements ont été l’objet de débats et de polémiques qui révèlent les limites de certains modes de réflexion binaires.

11Le casier judiciaire des interpellés s’est ainsi retrouvé au centre des controverses et des interprétations. Le passé et la « virginité » pénale étant mobilisés (même au sein du champ scientifique) comme preuve irréfutable ou argument empirique de première importance, de la nature « criminelle », ou bien à l’opposé, de la dimension « politique » des émeutes. L’idée selon laquelle l’activité délinquante (présente ou passé) s’oppose (pour les jeunes des quartiers populaires) à l’expression d’une conscience politique ou idéologique est typique de ces formes de rationalisation par le haut. Ni les tentatives d’incrimination, ni les interprétations politisantes n’ont remis en cause cette dualité abstraite, ce montage intellectuel, qui veut qu’un délinquant n’ait pas de conscience politique et de disposition à la contestation. C’est comme si la reconnaissance du caractère pluriel de toute identité individuelle (Lahire, 1998) était interdite à la frange la plus stigmatisée de la jeunesse. Il faut donc rappeler ici que casier judiciaire et conscience politique ne s’excluent pas nécessairement, tout comme la virginité pénale n’est pas synonyme de virginité délinquante. Cela ne signifie pas que tous les animateurs de la délinquance soient des « révolutionnaires » en puissance ou qu’il faille suspecter en permanence tous les jeunes des quartiers populaires. La participation à la vie des bandes déviantes n’interdit pas l’expression, certes souvent non conventionnelle, d’un sentiment de révolte social et politique. On peut même aller plus loin en affirmant que dans l’action émeutière, logiques de révolte et logiques « crapuleuses » peuvent cohabiter ; les secondes trouvant dans les premières, les conditions (confusion, opportunités, dynamique du groupe) d’une transition réussie.

12Rappelons notamment que les bandes ont une tendance marquée à s’opposer aux formes traditionnelles et légitimes de mobilisation d’ordre politique. Si l’on s’appuie sur les observations de Gérard Mauger dans les années 1970, il est intéressant de noter qu’un certain nombre de Loubards adhéraient à des partis officiels (essentiellement d’extrême gauche) et participaient à certaines de leurs actions. Le sens qu’ils donnaient à leur présence (souvent ponctuelle) dans les partis officiels différait des conventions en la matière. Les engagements de ces « loubards » étaient marqués par une pluralité de posture de politisation, quatre motifs déclarés, quatre sens énoncés de leurs pratiques présumées politiques : les échauffourées (bagarres contre les forces de l’ordre), les conquêtes (stratégies de séduction exogames trahissant une bonne volonté culturelle), le carnaval (dimension ludique, festive), l’indignation (réaction morale et émotive sur les grands thèmes de l’époque)10.

II La vision des bandes de jeunes sur l’actualité sociale et politique

13Les sociologues ont sûrement une part de responsabilité dans la diffusion et l’entretien de représentations sociales de l’expérience collective de la jeunesse populaire, principalement centrées sur l’ennui et le désœuvrement. De même, la mise en avant, nécessaire mais asymétrique, des handicaps scolaires, des limites cognitives et de la faiblesse des ressources symboliques de cette frange de la population, tend à chasser les dimensions moins décalées, plus conformes de leur sociabilité quotidienne. Ces bandes s’appliquent parfois à fournir une image d’eux-mêmes qui emprunte au registre médiatique le plus caricatural. En outre, il est parfois difficile de saisir la cohabitation, au sein de la population des quartiers, d’un certain capital de sympathie à côté de formes de rejet intense de ces groupes de jeunes.

14En insistant sur les conflits et la distance, les commentaires occultent des formes relationnelles plus respectueuses, moins distantes. En se focalisant sur les postures d’agressivité, on oublie les périodes de proximité plus chaleureuses et les multiples services rendus (aider à porter les provisions, participer à un déménagement, « accompagner des darons en voiture », ouvrir une porte). Contraintes quotidiennes, les jeunes en bandes peuvent aussi être des ressources ponctuelles.

15Il en est de même en ce qui concerne les sujets de discussion et de débat. Si l’on prend soin de s’écarter d’un ethnocentrisme de classe, figeant les débats dans un moule linguistique et idéologique restreint, l’espace des bandes est, au même titre que tout espace de sociabilité, un lieu d’échanges, de confrontation et d’élaboration idéologique. Peu importe en effet la qualité du vocabulaire ou l’absence de références. On peut même dire que ces jeunes reprennent les formes classiques, mais moins encadrées, de socialisation politique en milieu ouvrier (Hoggart, 1970, p. 251-257). L’équipe et France Football pour le foot, Le Parisien pour l’actualité locale (avant tout), nationale et internationale sont des lectures régulières largement partagées par ce public. Selon les « délires » (Hip-Hop ou moto), quelques revues spécialisés circulent et enfin, la presse « people » (Gala, Entrevue) passe quelques fois d’une main à l’autre. Mais bien plus que la presse écrite, la télévision constitue la principale source d’information.

16L’actualité et la quête d’information des bandes s’articulent à travers trois pôles. S’il devait exister une presse spécifique adaptée à leurs besoins, elle comporterait nécessairement ces trois rubriques. L’actualité spécifique des bandes tournée vers le proche et le quotidien, celle du quartier, de la ville et du champ local des réputations. Puis viendrait l’actualité sportive centrée sur le football (résultats, transferts de joueurs, commentaires des performances). Enfin, l’actualité nationale et internationale constitue le troisième centre d’intérêt. Comme pour tout groupe social, une certaine sélectivité (et une dépendance envers l’offre médiatique) organise les préférences et les sujets de discussion.

17J’ai ainsi participé à des dizaines de discussions différentes11 où j’étais généralement mobilisé pour clarifier une situation floue ou bien, parfois, pour trancher dans des débats qui étaient avant tout des monologues interactifs où chaque partie tente d’imposer sa vision. La dotation scolaire et culturelle des participants détermine leur manière de s’approprier l’information et celle de construire leur argumentation. À l’intérieur du groupe la parole est plus libre, les jeunes y sont plus confiants. L’appropriation s’effectue par simplification et dichotomisation. Elle épouse les représentations d’un ordre social hostile et ségrégué, marqué par une théorie du complot qui s’intègre bien à la dualité entre un « nous » variable, parfois mythique (la bande, les pauvres, les étrangers, les musulmans, l’Afrique, les Noirs, les Arabes, les gens des « Hautes-Noues », etc.) et un « eux » de même nature (les autres bandes, les adultes, les élus municipaux, le gouvernement, l’État, les Blancs, les Juifs, les riches, les Américains, les sionistes, etc.)12.

18Au sein des bandes ou dans les moments de rassemblements élargis, les désaccords sont inévitables, les consensus fréquents. Au delà du contenu des idées, ces moments d’échange révèlent une réelle conscience politique marquée par des formes de rationalisation de l’ordre social, une définition plus ou moins claire des acteurs, de leurs positions et de leurs stratégies. Les positionnements s’effectuent souvent par identification. Une information qui agit en miroir de soi et du « nous » a plus de chances de devenir un sujet de débats sur lequel se fixent les opinions. En comparaison à cette frange de la jeunesse populaire qui cumule vulnérabilité sociale et fragilité locale, la participation à la vie des bandes exprime une certaine « vitalité », une quête d’espace public qui s’oppose aux figures de désaffiliation que représentent les cas sociaux (certains diront le « quart-monde »). Les bandes expriment une place dans l’arène publique et un droit de participation à la société de consommation. Elles luttent contre une mort sociale qui leur pend au nez. Ces débats et cette conscience politique manifestent ces mécanismes d’inclusion et révèlent un mode d’attachement paradoxal à la société.

19Je ne parle même pas ici des pôles militants et scolaires dont les modes d’action publique se sont structurés sous l’impulsion de leaders associatifs issus des Hautes-Noues. L’association C’noues née en avril 2001 symbolise cette dynamique qui attire chaque année un nombre croissant de jeunes tentés par des formes mieux structurées et moins émotives de militance (Masclet, 2003). Ces derniers se distancient aussi des discours de victimation très répandus parmi les habitants du quartier, notamment les bandes de jeunes. Michel Kokoreff résume bien le niveau d’action du pôle militant des quartiers populaires et son rapport aux trajectoires collectives des ses animateurs : disons que l’on est à la lisière du politique, du social et de la culture. Discours et actes s’alimentent d’une expérience sociale marquée par l’absence de perspectives scolaires et professionnelles stables, la désaffiliation sociale et urbaine, le racisme éprouvé quotidiennement, un sentiment d’injustice exacerbé à l’égard de la police, de la justice, et aussi des municipalités en place. Dans le même temps, cette conscience politique revendique reconnaissance et représentation. C’est toute la question du droit à l’expression politique des minorités invisibles qui est posée : les conditions de leur accès à une citoyenneté active. De quoi s’agit-il ? Non pas seulement de s’inscrire sur les listes électorales, mais de présenter des candidats, former des listes, faire entendre la voie des populations immigrées ou traitées comme telles qui constituent, dans bien des cas, la majorité des habitants des quartiers populaires périphériques. Bref, l’action politique à l’échelon local contre la ségrégation (Kokoreff, 2003a, p. 27).

20Souvent d’accord sur les constats, un peu moins sur les interprétations, les jeunes en bandes et le pôle militant s’opposent essentiellement au niveau de la légitimité et des modalités de l’action collective. Le pessimisme des premiers n’est que le reflet de leur rapport au monde social et à l’avenir. C’est au jour le jour que les choses se tissent et l’engagement militant n’est finalement que la réactivation d’une injonction scolaire préalablement rejetée (différer les plaisirs, renvoyer des bénéfices incertains à plus tard). De plus, l’optimisme du pôle militant13 s’oppose aux évolutions négatives des conditions matérielles d’existence des habitants du quartier et n’offre comme alternative immédiate qu’un retour détourné au conformisme, d’où ses difficultés de persuasion.

III Les événements de clichy-sous-bois vus d’en bas

21Mis à part les 3 et 4 novembre où j’étais en déplacement dans le sud-est de la France (j’ai toutefois confié à l’un des mes proches le soin de filmer ou de noter les faits marquants), j’ai pu assister à la manière dont les habitants des Hautes-Noues en général, et les bandes de jeunes en particulier, se sont positionnés par rapport aux événements de Clichy-sous-Bois. Contrairement à ce qu’avance Hugues Lagrange (à Villiers-sur-Marne, tout portait au déclenchement d’incidents qui ne sont pas intervenus14), la cité des Hautes-Noues a certes échappé aux dépêches d’agences mais pas aux désordres émeutiers, même si l’explosion escomptée par les autorités fut éclipsée par l’activisme des villes voisines (Noisy-le-Grand et Champigny-sur-Marne).

22Comme l’avance Nasser Demiati (2006), l’embrasement de novembre 2005 est en partie personnifié, il prend racine dans un certain nombre de sorties médiatiques de Nicolas  Sarkozy (alors ministre de l’Intérieur). Pour les habitants du quartier avec lesquels j’ai eu des échanges, l’association du virilisme sémantique (certains diront « populistes ») de N. Sarkozy et des brutalités policières est fréquente, presque évidente. L’agitation médiatique du ministre de l’Intérieur est d’ailleurs un sujet fréquent de discussion au sein des bandes. Thème passionnel, la visibilité médiatique entretenue par ce dernier nourrit un mépris très fort de la part de nombreux jeunes du quartier (pas seulement dans les bandes). Quelques jours avant la mort par électrocution de Zyad Benna (17 ans) et Bouna Traoré (15 ans), les discussions sur les provocations de N. Sarkozy occupaient une place importante des échanges sur l’actualité. Deux sorties ministérielles paraissent plus marquantes que les autres. La première s’est déroulée le 20 juin 2005 à la cité des « 4 000 » à la Courneuve (93), le lendemain de la mort du petit Sidi-Ahmed Hammache (11 ans). Ce dernier a perdu la vie en ayant reçu une balle perdue lors d’un conflit entre plusieurs jeunes du même quartier. C’est sa « promesse » de nettoyer au Kärcher la cité des 4000 qui a donné lieu à de nombreux commentaires indignés des habitants de tous âges. La virulence est de mise dans les paroles des jeunes, notamment des bandes, moins choqués par le teneur des propos que par le statut symbolique de leur auteur.

23Le second événement qui contribue à élever l’indignation et la colère collective renvoie à la visite et aux propos du ministre de l’Intérieur à Argenteuil le 25 octobre 2005 : Vous en avez assez, hein ! Vous en avez assez de cette bande de racailles! Bien on va vous en débarrasser. [...] On est là pour éradiquer la gangrène. [...] On va faire que ces quartiers puis­sent vivre, que les gens qui travaillent et qui se lèvent tôt le matin puissent vivre sans avoir la vie empoisonnée par les voyous, par les trafiquants et par tout un tas de gens qui n'ont rien à faire ici [...]. Oh bah, les mesures c'est très simple, je suis venu voir les équipes de CRS, [...] et par ailleurs maintenant les renseignements généraux vont faire des enquêtes sur les trafiquants et les trafics. Le registre sémantique emprunte davantage aux discours hygiénistes de la fin du XIXème siècle qu’aux précautions linguistiques habituelles. J’ai traversé plusieurs lieux de rassemblement du quartier et les accueils se ressemblaient : « t’as vu Marwan c’batârd de Sarko c’qu’y dit, c’est vraiment un fils de pute ce nain (…) il nous prendre pour des microbes, des virus… c’est grave mon gars ». Je croise un vieux militant du PC qui compare les amalgames du ministre de l’Intérieur au vocabulaire raciste : « c’était qui la gangrène avant, c’était qui les virus, les saletés de la société ? (…) Il me fait peur ce numéro-là. »

24Toutes les personnes rencontrées font référence au moment de la visite et aux calculs de N. Sarkozy : « c’est la première fois que j’vois un ministre qui visite un endroit à 11 heures du soir. À c’t’heure-ci, à part les jeunes qui galèrent y a personne. (…) Il voulait voir personne, il voulait se faire insulter c’est tout. Le pire c’est qu’il a réussi ».

25Il y a une certaine unanimité dans la dénonciation du langage jugé injurieux du ministre de l’Intérieur. Une partie des habitants est toutefois d’accord avec la démarche (verbale) de N. Sarkozy, mais cette position est largement inaudible et minoritaire (je ne parle pas ici de son éventuelle popularité mais de son expression). La tension est amplifiée par un contexte relationnel particulièrement dégradé entre les forces de police et les habitants du quartier. Au cours du mois d’octobre, les contrôles et les altercations ont été particulièrement nombreux.

26Le 27 octobre 2005, les regards et les commentaires se tournent vers l’électrocution à Clichy-sous-Bois de trois adolescents poursuivis (d’après de nombreux témoignages, notamment celui de Muhitin Altun, seul survivant du transformateur EDF) par la police15. Une philosophie fataliste transparaît des propos : « c’est obligé qu’un truc comme ça arrive ; à force… à force ça finit par arriver ». Chaque personne s’identifie au drame de Clichy-sous-Bois en fonction de son statut. Les parents font référence à la souffrance des familles des décédés. Les jeunes centrent leur propos sur les victimes elles-mêmes et orientent leur colère vers les forces de l’ordre. « Ils doivent être archi-contents ces chiennes de races ; ils ont sabré le champagne en rentrant ces enculés ». Le lendemain, de nombreux habitants des Hautes-Noues s’emparent de l’événement. Malgré une diversité de statuts, les points de vue convergent. Les déclarations du ministre de l’Intérieur, disculpant les forces de l’ordre et accusant les jeunes électrocutés de s’être livrés à un cambriolage, sont jugées « choquantes », « salissantes ». Les émeutes qui secouent Clichy et Montfermeil depuis la veille au soir ne donnent pas lieu à des attitudes inhabituelles. Cette révolte fait aussi partie de l’ordre des choses : « C’est normal Marwan, les petits y faisaient ram’dam, ils rentrent, les boomers y commencent à les courser, tac, ils sautent dans leur cercueil sans le savoir, les keufs y font genre y ont rien fait, Sarko pareil, il les couvre comme d’hab, la justice rien, pas d’enquête, pas un mot pour les mi’fa (familles), les p’tits y sont traînés dans la boue et les gars là-bas ils vont rien faire ? C’est normal et à mon avis ça va durer tant que y a pas d’enquête ou k’les keufs ils sont pas mis en cause ou un truc comme ça ». Farouk résume ici la pensée générale. Plusieurs jeunes de la cité ont des membres de leur famille à la cité des Bosquets à Montfermeil. Ils sont tenus au courant en « temps réel » des événements auxquels des « cousins » participent.

27Jusque-là, aucun signe de mobilisation collective ne se fait sentir dans la cité. Le sentiment de révolte est le même quels que soient les pôles de sociabilité juvénile et les adultes que je rencontre. Une mère de famille malienne très engagée localement, me fait tout de même part de son inquiétude à propos d’une importation du conflit. Ses craintes sont basées sur le rythme inhabituellement élevé des altercations entre les jeunes du quartier et les forces de l’ordre (îlotiers, BAC et surtout les « J9 » de la sûreté départementale). Ce n’est pas la première fois que des émeutes agitent d’autres cités, que cela est médiatisé et que les jeunes des Hautes-Noues s’identifient aux émeutiers sans toutefois passer à l’acte. Je suis plutôt rassurant. Elle me rappelle le soir à mon domicile bien plus inquiète, elle a été informée de l’arrivée de « deux camions de la police ». Le quartier des Hautes-Noues fait partie des territoires sélectionnés pour « accueillir » de façon permanente la vingtaine de compagnies républicaines de sécurité affectées aux « agglomérations qui connaissent des violences urbaines 16 ». Il est difficile de savoir si la date de leur arrivée a été précipitée au vu des événements de Clichy.

28L’arrivée de deux camionnettes et d’un véhicule (type break) totalisant une vingtaine de CRS a un impact particulier dans la cité. Paradoxalement à leur mission de « sécurisation », ces derniers contribuent à installer un climat peu rassurant. Tous les parents ont en tête le destin tragique de Zyad et Bouna. La population sait pertinemment que les relations entre les jeunes et les forces de l’ordre sont dégradées et conflictuelles. La mission observable des CRS est triple. Ils prétendent prévenir les débordements (propos de l’un de leurs supérieurs interrogé par une responsable d’association), ils organisent des rondes quotidiennes (à vingt, en rang serrés ou en deux groupes plus mobiles, avec casques, protections, deux impressionnants fusils lance-grenades lacrymogènes, flash-balls, etc.) et de nombreux contrôles d’identités. Enfin, une partie de leur temps est dédié à la police de la circulation, essentiellement autour de la cité (bien souvent à l’entrée de la cité qui ne possède qu’un seul accès17). Principales victimes de ces contrôles quotidiens, les habitants de la cité sont aussi les plus exposées, pour des raisons économiques18, aux verbalisations. Par anticipation, l’arrivée des CRS provoque des réticences et crée une ambiance particulière. Sûrement pour marquer leur autorité et gérer une peur qui leur est propre, les CRS se montrent particulièrement agressifs, les contrôles et les palpations sont plutôt viriles. Du côté des bandes, une certaine excitation se fait ressentir chez les 18-20 ans mais surtout chez les adolescents (14-17 ans). Ce sont ces derniers qui semblent avant tout se prendre au jeu.

29Le week-end des 29 et 30 octobre est particulièrement agité. De nombreux regards se tournent vers l’espace public du quartier, tout le monde attend les premières escarmouches entre des CRS « qui prennent la confiance » et les « petits » qui semblent les plus motivés. Les événements de Clichy sont dans tous les esprits mais c’est le nouveau déploiement policier qui alimente l’excitation collective. De par leur âge, ce sont les petits qui sont davantage attirés par les conduites ludiques et expressives. Ils se font d’abord remarquer par la multiplication de déplacements, certains la face masquée à l’aide d’une écharpe, les autres rabattent leurs larges capuches sur une partie de leur visage. Plus qu’une réelle action, ils en entretiennent l’imminence. Sentant qu’ils sont au centre des craintes locales, ils confectionnent des mini-bombes artisanales à l’aide d’acide citrique et d’aluminium qu’ils font exploser dans les endroits les plus fréquentés. Les inquiétudes qui s’emparent des regards nourrissent leur détermination.

30Dans le reste de la ville, plusieurs incidents (un véhicule brûlé dans un quartier avoisinant, début d’incendie au collège P. et M. Curie) sont attribués aux jeunes des Hautes-Noues. Il est possible d’en douter (notamment pour le collège), malgré plusieurs relances, les « gorges profondes » du quartier ne révèlent rien. Par contre l’une des bandes dont les membres sont plus âgés profitent de l’activisme des « petits » (qui attirent les regards policiers) pour faire une virée dans un commerce voisin (magasin de jouet) et agresser le buraliste de la cité19.

31Le lundi 31 octobre, les choses évoluent considérablement aux Hautes-Noues. La veille au soir, la mosquée de Clichy-sous-Bois est aspergée de gaz lacrymogène après l’envoi d’une grenade de dotation policière. Sous-estimé, cet événement marque le redémarrage des émeutes à Clichy-sous-Bois alors que la tendance y était à l’accalmie, il marque aussi l’essor géographique des violences de la Seine-Saint-Denis, au reste de l’Île-de-France puis à certaines villes de province. Localement, l’affaire de la « mosquée gazée » soulève une indignation bien plus sensible (sûrement par l’effet d’accumulation). En effet, les ingrédients d’une explosion se cumulent rapidement à l’échelle nationale et au niveau local. En fin d’après-midi du 31 octobre, toutes les discussions portent sur le gazage de la mosquée, les acrobaties rhétoriques du ministre de l’Intérieur (affirmant que la grenade est bien de dotation policière mais que le ciblage de la mosquée ne l’est pas) et l’amplification des violences. Toutes mes notes d’observations du 31 octobre sont dédiées à ces discussions. Les « petits », en tête de l’agitation, reviennent sur cet épisode gravissime pour eux. Progressivement, la jonction se fait entre Clichy et Villiers avec l’attitude des forces de l’ordre comme fil conducteur (« C’est partout pareil, les chtars c’est partout pareil… c’est carrément un truc de ouf Marwan, tu f’rais quoi si ta dareune elle rentre de la mosquée en faisant une crise d’asthme ? »). L’émotion est vive, notamment chez certains pères sortant de leur réserve habituelle et parfois de leur soutien à la « sévérité » du ministre de l’Intérieur. Notons aussi que l’émotion est collective, elle dépasse à ce moment là les clivages d’âge, de genre ou de statut, ce qui renforce sans aucun doute la légitimité et les potentialités d’une intensification de l’action émeutière20.

32Avec l’arrivée des CRS, la présence des BAC et des îlotiers se fait moins visible en soirée. Cependant, à partir de cette date, les escarmouches et les incendies de poubelle deviennent quotidiens. Les patrouilles se font de plus en plus visibles et la vitesse de mobilisation (CRS, BAC, Départementaux) qui se donne à voir lors des débuts d’incendie, témoigne d’un maillage policier anticipant d’importantes émeutes. Jusqu’au 2 novembre, si la tension monte, c’est avant tout une conséquence de la multiplication des contrôles, des interactions verbales agressives réciproques entre bandes de jeunes et policiers. Le 2 au soir, j’assiste à une discussion tout à fait intéressante entre plusieurs jeunes du quartier âgés de 19 à 21 ans. Même si tout le monde a grandi ensemble et s’apprécie fortement, le groupe dégage deux tendances concernant les tensions qui s’amplifient. Une bonne moitié appartient à une bande alors que l’autre frange du groupe anime les pôles « militants » et « scolaires ». La discussion porte sur les émeutes, précisément sur les formes que prend la révolte. Les désaccords se concentrent sur les moyens : les uns jugent inutiles les crémations mêmes s’ils sont tentés de s’y joindre (« pour s’défouler (…) ça doit faire du bien »), les autres ont le même regard sur les « vieilles manifestations » ou les « affiches que personne ne lit ». Puis la discussion avance vers la question des débouchés : « bon tu vas cramer dix voitures, tu vas ruiner une voiture de keufs et après ? GAV (garde à vue), comparution directe et 4 mois ferme à t’gratter le cul… ». En réponse, les ‘pro-incendies’ mettent en avant l’absence d’alternative à la portée de tous. Plus tard, la discussion sérieuse laisse place à un échange de vannes où les uns et les autres se caricaturent. Les désaccords sur les formes de l’action ont occupé l’essentiel des échanges, car le fond (la légitimité des révoltes) a le statut d’évidence.

33Les 3 et 4 novembre, les « petits » assurent un service minimum quotidien (poubelles brûlées, insultes envers les policiers et quelques envois de projectiles) mais la réponse est de plus en plus massive : à chaque événement, les policiers sont nombreux à investir (jusqu’à 80-100 fonctionnaires) la cité, en multipliant les contrôles et plaçant plusieurs jeunes (plutôt calmes) en garde à vue avant de les relâcher. Des grenades lacrymogènes sont tirées à plusieurs reprises. Le gaz de celles qui atterrissent au pied des immeubles envahit plusieurs logements, ce qui provoque la colère des locataires intoxiqués. À partir du 4 novembre, une poubelle incendiée fait systématiquement intervenir les deux camions de CRS installés en permanence aux alentours du quartier, soutenus par plusieurs équipes de la BAC et éventuellement les forces de maintien de l’ordre de la direction départementale. Le 5 novembre, un véhicule est incendié près du commissariat sur le boulevard Friedberg qui longe les Hautes-Noues. Cette fois-ci les auteurs sont plus âgés et m’expliquent que c’est en réponse aux trucs des keufs dans la cité. Trois jours plus tard, la tension diminue alors que les violences émeutières sont encore très fortes ailleurs. La dynamique d’amplification ne prend pas et les jeunes continuent à commenter les événements qui se déroulent ailleurs.

34C’est vers le 9 novembre que le dernier mouvement collectif a lieu. Des membres d’une bande sont prévenus et invités à participer à la mise à sac (rémunératrice) du centre commercial des Arcades à Noisy-le-Grand. Ils l’apprennent le matin-même, le rendez-vous est fixé vers 18 heures, à proximité de l’hôtel Mercure où se situe une entrée du centre. Deux voitures opérationnelles (intention d’agir) et une autre où sont installés des curieux (« pour regarder ») s’y rendent et constatent que le secteur est inhabituellement quadrillé par les forces de l’ordre (qui ont dû obtenir le renseignement). Ils font demi-tour et viennent prévenir un dernier véhicule sur le départ.

35Dans l’ensemble, la situation aux Hautes-Noues reste modeste en comparaison de ce qui se passe dans les villes voisines (et concurrentes) de Champigny (94) et Noisy-le-Grand (93)21. Toutefois, la situation n’est pas aussi neutre que le laissent transparaître les dépêches d’agence. En effet, en mesurant l’activité émeutière uniquement à travers les dommages visibles et les crémations en tout genre, le risque est grand d’occulter l’état de tension et de peur vécu par la population des Hautes-Noues. Sentiments alimentés par une ampleur géographique inédite du phénomène, une présence policière massive et disproportionnée au regard des conduites que j’ai observées et une dramatisation outrancière du député-maire de la ville22.

36En fait, le niveau des violences est resté modeste à Villiers-sur-Marne si on le compare à l’histoire des émeutes locales et aux tensions récurrentes entre les forces de l’ordre et une frange des jeunes du quartier. Tous les acteurs enracinés s’attendaient à pire. Le dispositif policier était organisé en prévision d’un mouvement d’une ampleur supérieure. Plusieurs jeunes ont rapporté les propos mi-moqueurs mi-surpris provenant de cités concurrentes implantées dans les villes voisines. Les différences d’intensité émeutière sont une question importante. Concernant Villiers-sur-Marne, il n’y a pas de réponse univoque mais des dynamiques plurielles, interdépendantes, qui permettent d’approfondir nos questionnements sur la place du politique et sur le rôle des bandes de jeunes.

IV Aux sources de ce calme relatif et improbable

37Sur la question des différences d’intensité émeutière pendant les événements de novembre 2005, le travail de recensement géographique effectué par Hugues Lagrange pose quelques hypothèses. Malgré la fragilité des sources (essentiellement les dépêches d’agence), plusieurs enseignements intéressants ressortent de ce travail de recension qu’il est le seul à tenter sous cette forme. Le premier tient à l’histoire des lieux : ils diffèrent sensiblement des espaces où se sont déroulées les émeutes de 1980 et au début de la décennie suivante. Seconde proposition, les espaces où se propagent le plus rapidement les incendies de voitures, sont ceux où la présence des populations d’Afrique Noire est la plus significative. La descendance sahélienne semble, d’après Hugues Lagrange, être en pointe du mouvement. Ce constat est cependant difficilement vérifiable. Il s’appuie sur une géolocalisation des espaces émeutiers construite à partir des dépêches d’agence et non pas en fonction de données concernant les acteurs eux-mêmes. Une étude réalisée sur le profil des émeutiers mineurs jugés (donc ceux qui se sont fait attraper) par le tribunal de Bobigny montre qu’une majorité d’entre eux est d’origine maghrébine (Delon, Mucchielli, 2006). Je souscris donc partiellement au lien peu documenté entre descendance sahélienne et contingents d’émeutiers. L’intérêt de cette hypothèse se situe davantage dans le fait que les jeunes d’origine africaine cumulent les inconvénients sociaux et familiaux propres aux vagues migratoires de travail les plus récentes. Enfin, le troisième point à relever concerne l’isolement politique des émeutiers : distants des militants associatifs, des structures politiques et des leaders religieux, ils n’ont trouvé qu’un maigre soutien de la part des « grands » qui dominent l’espace public. Le profil scolaire des acteurs qu’en fait Hugues Lagrange ressemble à celui des animateurs de l’activité émeutière des Hautes-Noues. Ce sont principalement des adolescents et des jeunes adultes en rupture scolaire et peu insérés professionnellement. Clientèle policière par excellence, ils sont pour la plupart insérés dans le pôle déviant du quartier.

38D’autres hypothèses complètent ces interrogations. Elles proviennent de Michel Samson (Le Monde du 14/12/2005), journaliste et fin connaisseur de la vie marseillaise qui pose la question inverse. Il cherche à comprendre pourquoi la cité phocéenne est restée plutôt calme. Quatre idées fortes ressortent : d’abord un maillage associatif et un encadrement institutionnel de la jeunesse par des jeunes eux-mêmes. Les emplois d’animateurs, qui représentent 74 % des emplois des structures socioculturelles, sont essentiellement occupés par des jeunes de 17 à 25 ans. Une vraie filière professionnelle donc, et une véritable économie pour des cités que l’on dit désertées par les possibilités de ressources légales et formelles. L’évolution est aussi forte que récente : les emplois dans le secteur de l’animation urbaine à Marseille ont augmenté de 661 % en moins de vingt ans. Cette évolution s’oppose à la réduction drastique des financements associatifs en Île-de-France. La politique marseillaise joue à deux niveaux : celui de l’encadrement et celui de l’emploi. L’explication par l’insertion économique est soutenue par un autre argument. La zone franche qui s’étend au pied des cités entre les 15e et 16e arrondissements a, depuis 1997, attiré près de 2 000 entreprises et créé 10 600 emplois. Plus d’un tiers des salariés ont été embauchés dans les quartiers alentour. Parallèlement aux explications par le tissu social et l’insertion professionnelle, Samson met habilement en avant la dimension identitaire. Il signale que les cités sont peu concurrentes entre elles et l’expérience des violences collectives est atténuée par une culture régionale qui laisse peu de place au patriotisme guerrier des cages d’escalier. Enfin, au delà des raisons générales ou conjoncturelles, tous les acteurs, incroyablement unanimes sur ce point, évoquent aussi un "sentiment d’appartenance" à la ville. Ce dernier jouerait ainsi un rôle tampon entre le déficit d’affiliation à l’identité nationale et les excès d’une suraffiliation territoriale (à l’échelle du quartier).

39Pour terminer, il faut signaler la disparition d’un mode d’explication très en vogue après les émeutes des années 1990 selon lequel, les émeutes, affrontements et autres actes de violence, sont le fait de stratégies d’individus conscients de la portée de leurs actes. Cette idée d’action instrumentalisée est présente dans la réflexion d’Hobsbawm (1952) qui parlait déjà de marchandage par l’émeute. Les actes de violences dans les quartiers sensibles seraient donc calculés, pensés dans une perspective politique (faire pression sur les élus locaux) ou crapuleuse (organisés à des fins de contrôle d’un bizness illégal).

40À Villiers-sur-Marne, le profil sociodémographique du quartier ressemble fortement à la population du Bois-l’Abbé à Champigny et à celle du Pavé-Neuf à Noisy-le-Grand et pourtant les écarts d’intensité émeutière entre les Hautes-Noues et ses voisins furent importants. Comment l’expliquer ? Surpris du calme à Villiers-sur-Marne, Hugues Lagrange semble appuyer l’hypothèse de l’emprise « mafieuse » avancée par les Renseignements Généraux qui assimilent ce calme improbable à la recherche de tranquillité des acteurs du deal23. La question semble plus complexe. Trois dynamiques ressortent de mes observations. Ces dernières ont, comme toute approche, leurs propres limites, elles tentent d’apporter un éclairage par le bas aux formes et à l’intensité de la situation villiéraine. Je les présente ici par ordre croissant d’importance.

41Le premier point concerne la structure du pôle déviant à la fin du mois d’octobre. Contrairement au printemps et aux mois d’été, ses effectifs sont réduits, il ne bénéficie pas encore du renfort des décrocheurs progressifs (de l’école ou de leur formation), une partie de ses animateurs sont encore pris dans les bonnes résolutions de la rentrée, enfin l’hiver s’installe sérieusement. Pour un petit quartier comme celui des Hautes-Noues où la sphère des bandes est numériquement réduite et dont l’activisme émeutier prend appui sur les moins de vingt ans, l’affaire de Clichy ne tombe pas dans un moment idéal. Cette situation est assez commune à l’ensemble des quartiers de cette taille (tout de même 6 000 habitants) mais la faiblesse quantitative devient handicapante lorsque le contexte judiciaire est défavorable.

42Une partie du calme villiérain s’est joué le mois précédent la mort de Zyad et Bouna. La sphère des bandes a subi plusieurs arrestations. Ajoutons à ce contexte judiciaire tendu, plusieurs condamnations pour d’anciennes affaires de violences en réunion, avec notamment deux placements en détention. La pression policière s’est intensifiée à la rentrée 2005, sûrement pour répondre à la multiplication des vols avec violence et la banalisation des braquages de petits commerces locaux (souvent les mêmes). À cette époque, plusieurs autres acteurs du pôle déviant sont incarcérés, et rejoints par l’un des principaux animateurs de la délinquance locale dès le week-end des 29 et 30 octobre (une interpellation préventive ?). Il faut ajouter à cela le ralliement progressif durant l’été de plusieurs participants importants des bandes de jeunes majeurs à la sphère du bizness (dans laquelle les conduites ludiques perdent de leur attraction au profit des conduites rémunératrices). De plus, selon plusieurs « grands », le marché du cannabis connaît quelques problèmes d’alimentation. C’est en période « tendue » (de pénurie) que le « terrain » se perd au profit des espaces concurrents. Aussi, il paraît important de répondre à la demande au moins pour préserver la clientèle. Leurs esprits sont avant tout occupés par la baisse des revenus. L’activisme des « petits » ne fait pas l’objet d’une interdiction formelle, la seule intervention des « grands » envers les incendiaires (qui ont obéi immédiatement) concerne les lieux de leurs frasques. Ils ont été sommés (seulement le premier jour des escarmouches) de s’éloigner de la principale station de revente pour brûler leurs poubelles. Cette intervention plutôt timide des « grands » en direction des plus jeunes illustre les limites d’une telle démarche. Elle doit être motivée et portée par un nombre suffisant de « grands » pour être efficiente et surtout, elle ne peut aller dans le sens des discours dominants appelant à un calme citoyen. Les différentes classes d’âge du pôle déviant sont prises par les mêmes logiques de surenchère et de nombreux aînés sont des ex-émeutiers : ils ont un statut à maintenir. Aussi, en dehors d’une intervention ponctuelle (le premier jour) et peu contraignante (déplacement de la scène du conflit), il semble que la thèse du pilotage des turbulences émeutières des plus jeunes par les acteurs du bizness ne permet pas de comprendre les différences de forme et d’intensité observées lors des événements de novembre 2005. Cette situation du pôle déviant est importante, ce sont les bandes qui forment habituellement le front des révoltes émeutières. Même s’ils peuvent y participer, il est peu probable que des jeunes plus calmes et mieux insérés socialement, soient le moteur d’émeutes qui demandent une certaine maîtrise tactique et psychologique. En effet, comme j’ai pu le constater à d’autres moments, rien n’interdit les ralliements ponctuels (notamment lorsque l’émotion provoquée par un incident est très forte) d’acteurs habituellement distants du pôle déviant.

43La seconde piste qui me semble importante, renvoie à l’anticipation des familles. Comme je l’ai signalé auparavant, plusieurs réseaux communautaires (notamment les femmes africaines) manifestent une inquiétude dès les premières nuits d’émeutes à Clichy-sous-Bois. L’arrivée des CRS sur le quartier avive des craintes qui font l’objet d’une intense communication. Je suis personnellement contacté à mon domicile par deux familles différentes dès le samedi matin. Plusieurs associations prennent contact avec le centre socioculturel des Hautes-Noues et une première réunion mixte entre quelques associations et plusieurs familles est organisée le dimanche 30 à 17 heures. Occupé par l’encadrement des jeunes du quartier au gymnase, j’envoie un membre de l’association aux nouvelles. Dès le dimanche soir, plusieurs groupes de parents arpentent les lieux de stationnement pour appeler à la non provocation mais surtout à la non réaction face aux attitudes policières. En effet, l’efficacité de la démarche tient beaucoup à la solidarisation des adultes qui jugent provocateur l’envoi de CRS alors que la cité est restée très calme. Une partie du discours adulte se concentre sur la nécessité de respecter les biens publics (trois écoles maternelles et une école primaire sont insérées dans la cité) et les biens privés des locataires « aussi pauvres » qu’eux.

44Toute la semaine et spontanément, les réseaux familiaux, associatifs, religieux (même si l’impact est minime, l’imam, dans sa prêche du vendredi, rappelle qu’il est « illicite » de se laisser aller aux destructions) s’activent. Au sein des familles, de nombreux adolescents se voient interdire de sortir le soir. Le calme persistant donne confiance aux porteurs de ces initiatives qui développent progressivement un discours positif sur les jeunes et sur leur propre démarche. Une volonté commune de pérenniser cette mutualisation des efforts se fait sentir et aboutit à l’organisation d’une réunion le 10 novembre, à laquelle participe la majorité des forces vives du quartier (voir compte rendu dans document annexe n°1 infra).

45Ce rassemblement est fortement encouragé par le bureau du centre socioculturel. C’est un travail effectué depuis des années par cette structure. D’autre part, elle est engagée dans un bras de fer avec le pouvoir communal qui a décidé de municipaliser ses activités (ce qui est aujourd’hui effectif). Considéré comme une structure coûteuse et un repère d’opposants au député-maire UMP (ce dernier point n’est pas complètement faux), le centre socioculturel tente de son côté d’affirmer son poids et son assise locale. Le contexte des émeutes leur permet de réaliser un coup de force en réunissant plusieurs associations très proches (ou en voie de rapprochement) du pouvoir municipal et en contredisant la communication municipale sur les émeutes se voulant en phase avec le « terrain ». Ces conflits de pouvoir ont sans aucun doute été une motivation supplémentaire pour les cadres du centre socioculturel qui ont assuré la coordination.

46De même, plus qu’une mise en garde moralisatrice, les différents acteurs ont complété leur travail de prévention, par des propositions concernant la prise de parole des émeutiers. Sous la forme d’un film constitué de témoignages sur leurs conditions de vie, ce projet (la municipalisation du centre social l’a considérablement freiné) a permis à des dizaines de jeunes, de parents ou de commerçants de prendre la parole et d’exprimer leurs sentiments (depuis le lancement du projet, certains intervenants se sont auto-censurés, craignant pour l’emploi communal qu’ils venaient ou qu’ils souhaitaient décrocher).

47La démonstration ne serait pas complète si on ne faisait allusion à l’expérience politique récente (et centrale dans mon propos) de nombreux jeunes du quartier (dont un bon nombre acteurs du pôle déviant). Cette expérience collective contribue à déconstruire l’opposition abstraite entre passé ou présent délinquant et conscience / engagement politique.

48Le point de départ est la rédaction et la remise par le député-maire de Villiers-sur-Marne, Jacques-Alain Bénisti d’un pré-rapport sur la prévention de la délinquance en novembre 2004 à Dominique de Villepin alors ministre de l’Intérieur. Ce document intermédiaire est diffusé quelques semaines après sur internet. Il est essentiellement critiqué pour les trois thèses qui forment le socle de ses préconisations24. La première idée est basée sur l’amalgame entre délinquance et bilinguisme. La seconde prévoit de supprimer le secret professionnel des travailleurs sociaux et de promouvoir une nouvelle collaboration entre forces répressives et champ éducatif et social. Enfin, le document est fustigé pour l’élaboration d’une courbe établissant les signes psychiques des troubles et les remèdes à y appliquer. Linguistes, psychiatres, sociologues et travailleurs sociaux ont largement critiqué un document truffé de fautes d’orthographe et de syntaxe. Le pré-rapport est un document finalement peu accessible pour bon nombre d’habitants qui ont entendu parler de son existence et des amalgames qui s’y trouvent. Ils sont en outre habitués aux sorties « sécuritaires » du député et celles « paternalistes » du maire.

49Le mouvement local démarre vraiment avec l’interview accordée au site Afrik.com25. Le propos de l’Édile est ici plus simple, le texte plus court et les formules choquantes. Les parents d’Afrique noire et du Maghreb sont nommément visés (et opposés aux « bons habitants » : Comoriens et aux Indiens Tamouls qui se désolidariseront. Depuis cette date, une défiance diffuse entre communautés s’est installée). L’utilisation du terme « bamboula » au lieu de Bambara met en colère tous ceux qui en prennent connaissance. Du côté des jeunes, la décision d’agir intervient un dimanche après-midi alors qu’ils sont des dizaines à participer à l’activité futsal organisée par l’association C’noues que je dirigeais à l’époque. L’un des membres de l’association a imprimé et photocopié l’interview en une dizaine d’exemplaires. D’entrée, l’idée d’agir s’impose mais les différents courants (les pôles) buttent sur les moyens. Certains proposent de s’en prendre à la 607 du maire, en vain. Les propositions d’agir dans les règles (faire ça bien !) s’imposent. Elles consistent à photocopier les extraits du rapport et de l’interview les plus scandaleux, d’en faire 1500 photocopies et d’arroser toutes les boîtes aux lettres de la cité. Une équipe est chargée de la confection, une autre (quelques filles) de la reproduction et le travail de distribution revient à des volontaires, la plupart de ces derniers participent régulièrement à la délinquance locale. Ces derniers « stylisent » leur distribution de tract. Avec capuches et cagoules, codes des bâtiments en poche, quatre petits groupes se sont répartis les appartements de la cité. Il est prévu deux jours de tractage, tout est terminé le soir même.

50Le lendemain, plusieurs associations et partis d’opposition apprennent l’existence du « collectif Bamboula », ils me contactent sur mon téléphone portable pour proposer une action commune. Je trouve l’expérience intéressante, je transfère les propositions (tout se passe dans la rue et les halls d’immeubles), j’organise les prises de contacts et les échanges d’information. Un collectif mixte (partis d’opposition, associations) et le « collectif Bamboula » (créé par des jeunes vite rejoints par des parents vexés) se met en place. Les habitants des Hautes-Noues concernés veulent manifester, se faire entendre et chargent le groupe de négociateurs (dont je fais partie) d’imposer leurs demandes. En face, les représentants des Verts et du PS proposent d’écrire une lettre au Premier ministre, au Président de la République et de faire circuler une pétition. Le décalage est important entre les attentes et les conceptions de cette réaction. Pour les membres du collectif Bamboula, un rassemblement public est non-négociable, s’il le faut ils prévoient d’y aller seuls. Le déficit politique des partis d’opposition leur interdit de ne pas suivre. Un nouveau tract est rédigé au nom du « collectif pour la dignité humaine », il est diffusé dans toute la ville, chaque entité s’occupe d’une partie du territoire communal.

51Le rassemblement a eu lieu le samedi 9 avril à 11 heures. Les jours précédents, les jeunes se sont mobilisés localement, la clientèle des bandes fut en pointe du mouvement, notamment en ce qui concerne le travail de distribution, certains participèrent de manière active aux réunions informelles et prises de contact avec les autres partenaires. Les comptes rendus au sein du quartier trouvèrent une écoute intéressée mais sceptique jusqu’au jour du rassemblement. Ces mobilisations collectives ont une part d’inconnu qui favorise la méfiance. Pour contrer ce mouvement citoyen, le maire fait distribuer la veille du rassemblement une lettre dénonçant les « mensonges » de ses accusateurs (cf document annexe n°2 infra). Il y rappelle son « amitié » pour les familles immigrées des Hautes-Noues. Dans le même document il invite chaque citoyen à se rendre à un contre-rassemblement au cinéma le Casino situé à 150 mètres du lieu de manifestation du collectif.

52Le vendredi toujours, il rend visite aux fidèles musulmans à la mosquée des Hautes-Noues pour s’expliquer sur son rapport. Les trois quarts des fidèles sortent juste après la prière, il ne reste qu’une poignée de « chibanis » (des pères de famille généralement à la retraite) à écouter l’édile leur affirmer qu’il n’est pas raciste. Une caméra envoyée au cinéma le samedi matin permet de prendre acte de la petite vingtaine de personnes présentes (dont quelques jeunes militants UMP de la ville, quelques « chibanis » de la veille et des employés municipaux mobilisés pendant leurs heures de travail). Par ailleurs, à 11h45 lorsque tout le monde est arrivé, les journalistes dénombrent 200 personnes, essentiellement des habitants du quartier. Les jeunes sont nombreux et chose inhabituelle à cette heure-ci, un trentaine d’acteurs des bandes de jeunes (dont certains leaders) sont présents, ce qui rend le dispositif policier particulièrement tendu. Les partis politiques risquant d’être accusés de récupération laissent la parole aux associations et aux habitants. L’ambiance est plutôt chaleureuse et les discours écrits par une mère malienne et deux jeunes du quartier remportent un certain succès par leur pertinence. Au terme du rassemblement, des dizaines de personnes se précipitent vers la salle de cinéma où se trouve le maire (voir les articles infra). Vers 14 heures, la plupart des jeunes rentrent à la cité. L’après-midi est dédié aux récits et aux mythifications. Un sentiment de satisfaction générale s’exprime, facilité en cela par le soleil.

53La manifestation du 9 avril a pesé dans la vie politique locale. L’adhésion des différentes classes d’âges du pôle déviant, notamment les principaux acteurs du deal a indirectement pesé sur l’engagement des plus jeunes. Une fois débarrassées de ce « qu’en dira-t-on » qui freine les plus conformistes, les conditions d’expression de cette conscience politique partagée se sont trouvées réunies.  La réussite de la mise en marche du « collectif Bamboula » est aussi liée à un accord sur la méthode, sur les formes de l’action. La question du style, mi-conventionnel mi-clandestin, l’ambiance collective et l’idée d’imposer le respect d’un « nous » élargi, sont des éléments primordiaux de la réalisation du mouvement, bien au delà des arguments élaborés. La cohésion s’est construite à trois niveaux : à l’échelle des pôles différents pôles juvéniles de sociabilité, au niveau intergénérationnel avec le ralliement des parents, enfin par la mise en réseau interinstitutionnel (notamment une certaine réactivité des mouvements d’opposition).

Un maire tancé par « ses jeunes »

Manifestation contre l’UMP Bénisti, à Villiers-sur-Marne, après son rapport aux relents racistes

Étrange attroupement, samedi matin à Villiers-sur-Marne, en banlieue parisienne. Sur la place de la mairie, entre un drapeau français et un manège, 200 personnes écoutent attentivement un beur à peine majeur. « Non à la stigmatisation des immigrés », répète-t-il au micro. Mères en boubou, jeunes en jogging, habitants du centre-ville, applaudissent. Il s’agit de faire du bruit et peut-être atteindre le grand absent du rassemblement : Jacques-Alain Bénisti, député-maire UMP, auteur d’un prérapport douteux sur la prévention de la délinquance.

Remis en novembre à Dominique de Villepin, le document dresse le profil du « jeune qui, au fur et à mesure des années, s’écarte du droit chemin pour s’enfoncer dans la délinquance » : au départ, un bébé né de parents immigrés qui apprend à la maison son « patois » d’origine plutôt que le français. À l’arrivée, un criminel.

« On pourrait faire un film de tout cela. Malheureusement, ce serait un film raciste, au scénario bourré de fautes d’orthographe », scandent au micro les jeunes de la cité des Hautes-Noues. « On a écrit un tract, collé des affiches, organisé la manif ; c’est important et inhabituel ici », affirme Mohammed Marwan, du Collectif pour le respect de la dignité humaine, créé en réaction au rapport. « Normalement, les jeunes auraient tagué la mairie ».

« Nos pères se laissent intimider, poursuit Samir, 27 ans, en jogging blanc. Ils n’ont pas viré le maire hier, quand il est entré à la mosquée pour faire de la politique ». Alerté par le tract du collectif, Jacques-Alain Bénisti avait en effet profité de la prière du vendredi pour tâter le pouls de « ses familles », comme il les appelle. « Quand je l’ai vu arriver, je suis parti, il n’a même pas enlevé ses chaussures !, s’insurge Samir. Aucun respect, c’est comme si on parlait politique à l’enterrement du pape... Hier soir, des pères nous ont dit de ne pas venir ici, que le maire, c’était quelqu’un de bien. Nous, on ne se laissera pas faire ». Ahmed, 18 ans, encourage ses copains sur l’estrade. « Il ne sera pas favori aux prochaines élections, ça, c’est sûr, rigole-t-il. Je voterai parce que les racistes n’ouvrent jamais leur bouche dans la rue, mais ils s’expriment aux élections ». En retrait, des membres de l’opposition municipale, de la Ligue des droits de l’homme ou de SOS Racisme, tous associés au collectif, observent la scène avec délectation.

À midi, certains décident d’aller « saluer » le maire, en réunion publique dans la salle de cinéma du quartier, comme l’annonçait un tract aux armes de l’hôtel de ville déposé vendredi dans les boîtes aux lettres des Hautes-Noues. Entrée remarquée d’une centaine de personnes, accompagnées de policiers. Le fan-club du maire, aux premiers rangs, tourne la tête, vaguement inquiet. Rapidement fusent les reproches : « Monsieur le maire, j’exige des excuses pour mes parents et tous les parents d’origine immigrée ! » « Tu sais, ma seule faute, c’est d’avoir dévoilé via le Net un texte qui n’est pas encore officiel », répond l’élu, avant de fustiger les journalistes qui auraient « déformé » ses propos. « Les gens qui me connaissent savent que je ne suis pas raciste. J’ai reçu huit personnes qui voulaient des explications quand le prérapport est sorti. Au bout d’une heure et demie, ils sont sortis convaincus ! ». Visiblement plus coriace, le public de samedi quittera la salle avec une conviction criée sur le pas de la porte : « Menteur ! ». Libération le lundi 11 avril 2005, Christel Brigandeau

54L’expérience collective du 9 avril 2005 a ainsi indirectement pesé sur le calme relatif de novembre. Les demandes de respect et de reconnaissance exprimées par le « collectif Bamboula » ont été transmises et entendues. La majorité municipale a multiplié les justifications, les réunions et les démarches d’apaisement visibles (notamment l’attribution d’emplois à des habitants originaires du Maghreb et du Sahel lors de l’ouverture de L’Escale, le nouvel espace socioculturel) ou en coulisse (promesses, subventions associatives, divisions en tous genres). La réussite de cette mobilisation ‘conventionnelle’ et partagée a eu un impact sur les représentations. Cette socialisation politique ayant profité à une fourchette élargie de classes d’âges et de groupes, le monopole des conduites émeutières traditionnelles (incendies, échanges de violences) doit, depuis cette période, composer avec d’autres formes, tout aussi légitimes, d’expression de mécontentements collectifs.

Conclusion

55Politique ou non ? Au fond, il y a fort à parier que cette émeute de papier (Mauger, 2006) ne se soit pas déroulée sur les mêmes bases sémantiques. Et si une partie du malentendu était lié à la définition de la notion de politique ?

56Le champ du politique est un espace poreux, aux frontières floues et aux définitions multiples. Il n’est pas réductible aux modes de gouvernance où à la distribution du pouvoir. Il ne relève pas non plus d’une substance immuable tant il est historiquement et socialement marqué (Corcuff, 2000). Comment peut-on nommer un mouvement non conventionnel, qui prend racine dans une expérience collective et qui se nourrit d’une défiance protéiforme envers ce que Max Weber appelle une organisation administrative qui dispose de la menace et du recours à la violence physique (Weber, 1971, p. 57) ? Qu’il s’agisse de demande de respect, de dénonciation des conditions d’existence, des multiples formes de discriminations, d’attente d’une action forte contre les déviances policières, d’expression d’inquiétudes face à l’avenir, etc., que ce sentiment d’injustice s’exprime dans des formes légitimes ou non, ces émeutes sont en rapport aux affaires publiques, au gouvernement d'un État (principal sens du mot politique dans le Littré, 1872 et le Dictionnaire de l'Académie française, 1935), elles questionnent radicalement l’organisation de la polis.

57Qu’il s’y greffe des opportunités délinquantes périphériques est aussi vrai (parmi les véhicules incendiés combien d’arnaques aux assurances et combien de règlements de compte ?). De même, une certaine confusion provient de motifs plus ou moins explicites. Les demandes de reconnaissance se mêlent à l’émotion post-bavure, l’amertume du vécu s’imbrique au registre ludique d’une émeute qui prend éventuellement appui sur la concurrence et les synergies inter-cités pour perdurer. Bien souvent en effet, l’impulsion initiale se retrouve rapidement débordée par la marge, n’est-ce pas le lot de nombreuses manifestations de protestation corporatistes (agriculteurs, pompiers récemment, etc.) ?

58Toutefois, si les logiques périphériques ont toute leur place dans l’analyse, il serait bien risqué de les substituer au cœur du problème, sauf à reproduire cette tendance dominante au refoulement de cette question sociale, qui appelle d’autres remèdes que l’inflation pénale et la disqualification des révoltes.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bacqué M.-H., Sintomer Y., 2001, « Affiliations et désaffiliations en banlieues », Revue française de sociologie, 2, pp. 217-249.

Bachmann C., Leguennec N., 1996, Violences urbaines. Ascension et chute des classes moyennes à travers cinquante ans de politique de la ville, Paris, Albin Michel.

Bachmann C., Le Guennec N., 1997, Autopsie d'une émeute urbaine. Histoire exemplaire du soulèvement d'un quartier, Paris, Albin Michel

Beaud S., Pialoux M., 2003, Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses, Paris, Fayard.

Bénisti, J.A., 2004, Sur la prévention de la délinquance, Rapport Préliminaire de la commission prévention du groupe d’études parlementaire sur la sécurité intérieure.

Bourdieu P., 1982, Ce que parler veut dire : économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

Bui-Trong L., 1993, « L'insécurité des quartiers sensibles : une échelle d'évaluation », Les cahiers de la sécurité intérieure, 14, pp. 235-247.

Champagne P., 1993, « La vision d’État », in Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, pp. 261-269.

Cicchelli V., Galland O., Maillard J., Misset S., 2006, Enquête sur les violences urbaines. Comprendre les émeutes de novembre 2005 : l’exemple d’Aulnay-sous-Bois, Rapport final, Centre d’analyse stratégique, Département Institution et société

Collovald, A., 2001, « Des désordres sociaux à la violence urbaine », Actes de la recherche en sciences sociales, 136-137, pp. 104-113.

Corcuff P., 2000, Philosophie politique, Paris, Nathan, collection "128".

Delon A., Mucchielli L., 2006, « Les mineurs émeutiers jugés à Bobigny », Claris la Revue, n°1, pp. 5-16.

Demiati N., 2006, « Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur et pompier pyromane », in Le Goaziou V., Mucchielli L. (dir.), Quand les banlieues brûlent. Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, pp. 53-71.

De Rudder V., Vourc’h F., 2006, « Les discriminations racistes dans le monde du travail », in Fassin D., Fassin É. (dir.), 2006, De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris, La Découverte, pp. 179-186.

Dubet F., 1987, La galère. Jeunes en survie, Paris, Fayard.

Dubet F., Lapeyronnie D., 1992, Les quartiers d’exil, Paris, Seuil.

Elias N., 1983, Engagement et distanciation. Contribution à la sociologie de la connaissance, Paris, Fayard.

Fassin D., Fassin É. (dir.), 2006, De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris, La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Hobsbawm E., 1952, « The machine-breakers », Past & Present, 1, pp.57-70.
DOI : 10.1093/past/1.1.57

Hoggart R., 1970, La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit.

Honneth, 2000, La lutte pour la reconnaissance, Éditions du cerf, Coll. “ Passages ”, Paris.

Jazouli A., 1990, Jeunes des banlieues, violence et intégration : le dilemme français. Étude exploratoire pour le compte du FAS, Paris, Agence pour le développement des relations interculturelles (ADRI).

Jobard F., 2002, Bavures policières ? La force publique et son usage, Paris, La Découverte.

Jobard F., 2005, « Quand les policiers vont au tribunal. Étude sur les outrages, rébellions et violences à agents », Questions Pénales, 2005, XVIII, 2, pp. 1-4.

Jobard, 2006, « Police, justice et discriminations raciales », in Fassin D., Fassin É. (dir.), De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris, La Découverte, pp. 211-229.

Kokoreff M., 2003a, La Force des quartiers. De la délinquance à l'engagement politique, Paris, Payot.

Kokoreff M., 2003b, « Il y a du politique dans les quartiers », Le Passant Ordinaire, n°44, pp. 25-27.

Kokoreff, M., Rodriguez, J., 2004, La France en mutations. Quand l’incertitude fait société. Paris, Payot.

Kokoreff, M., Barron, P., Steinauer, O., 2006, Enquête sur les violences urbaines. Comprendre les émeutes de novembre 2005 : l’exemple de Saint-Denis, Rapport final, Centre d’analyse stratégique, Département Institution et société.

Lagrange H., Oberti M. (dir.), 2006, Émeutes urbaines et protestations. Une singularité française, Paris, Presses de Sciences Po.

Lahire B., 1998, L'Homme pluriel. Les ressorts de l'action, Paris, Nathan.

Lapeyronnie D., 1993, L'individu et les minorités. La France et la Grande-Bretagne face à leurs immigrés, Paris, PUF.

Lapeyronnie D., 2006a, « Émeutes urbaines en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis », Regards sur l’actualité, n°319, pp. 5-14.

Lapeyronnie D., 2006b, « Révolte primitive dans les banlieues françaises. Essai sur les émeutes de l’automne 2005 » in Déviance et Société, 4, 30.

Le Goaziou V., Mucchielli L. (dir.), 2006, Quand les banlieues brûlent.  Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte.

Lepoutre D., 1997, Cœur de banlieue, codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob.

Masclet O., 2003, La Gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué, Paris, La Dispute.

Mauger G., 2001, « Disqualification sociale, chômage, précarité et montée des illégalismes », Regards Sociologiques, n° 21, 2001, pp. 63-79.

Mauger G., 2006, Les bandes, le milieu et la bohême populaire, Paris, Belin

Mauger G., 2006, L’émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Broissieux, Éditions du Croquant.

Mauger G., Fossé-Poliak C., 1991, « La politique des bandes », Politix, 14, pp. 27-43.

Mohammed M., Mucchielli L., 2007, « La police dans les « quartiers sensibles » : un profond malaise », in Mucchielli L., Le Goaziou V., (dir.), Quand les banlieues brûlent. Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, pp. 108-125.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Monet, 1992, « Polices et violences urbaines : la loi et le désordre dans les villes anglo-saxonnes », Cultures et Conflits, n°6, pp. 49-71.
DOI : 10.4000/conflits.638

Monjardet D., 1996, Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, La Découverte.

Mucchielli L., 1999, « Violences urbaines, réactions collectives et représentations de classe chez les jeunes des quartiers relégués de la France des années 1990 », Actuel Marx, 26, pp. 85-108.

Mucchielli L., 2001, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte.

Mucchielli L., Aït-Omar A., 2006, « Les émeutes de novembre 2005 : les raisons de la colère », in Le Goaziou V., Mucchielli L. (dir.), Quand les banlieues brûlent. Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, pp. 5-30.

Oberti M., 2005, « Différenciation sociale et scolaire du territoire », Sociétés contemporaines, n°59-65, pp. 13-42.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Robert Ph., 1999, Le citoyen, le crime et l’État, Genève, Droz.
DOI : 10.7202/001644ar

Robert Ph., 2002, L’insécurité en France, Paris, La Découverte.

Roché S., 2006, Le frisson de l’émeute : violences urbaines et banlieues, Paris, Seuil.

Wacquant L., 2006, Parias Urbains. Ghetto, Banlieues, État, Paris, La Découverte.

Weber M., 1971, Économies et Société, Paris, Plon, tome 1.

Whitol de Wenden C., Leveau R., 2001, La Beurgoisie. Les trois âges du mouvement associatif civique issu de l'immigration, Paris, Éditions du CNRS

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Pour une analyse détaillée des différentes manières de lire les émeutes de novembre 2005, se référer au travail de  Gérard Mauger (2006).
2 La relecture de l’ouvrage passionnant de Christian Bachmann et Nicole Le Guennec permet de constater la récurrence de ces questionnements depuis les émeutes de Brixton dans la périphérie londonienne (1996).
3 Les documents sont en ligne sur le site Internet du C.A.S. (http://www.strategie.gouv.fr/).
4 Cf. Lagrange, Oberti, 2006 ; Lapeyronnie, 2006a ; Le Goaziou, Mucchielli, 2006 ; Mauger, 2006 ; Roché 2006 ; Kokoreff, Barron, Steinauer, 2006 ; Cicchelli, Galland, de Maillard, Misset, 2006.
5 En m’appuyant sur une recherche ethnographique sur les rapports entre les jeunes en bande et leurs familles menée à Villiers-sur-Marne, principalement dans la cité des Hautes-Noues (ZUS d’environ 6 000 habitants. Les ouvriers qui représentaient 85,2 % des salariés de la cité en 1982 n’étaient plus que 33,9 % des actifs en 1999. Le taux de chômage de la population totale a a quasiment doublé entre chaque recensement 6,2 % en 1982, 12,1 % en 1990 et 21,3 % en 1999). Celui des étrangers a triplé durant la même période (de 10,6 à 31,5 %) et le chômage des jeunes de moins de 25 ans qui avait fléchi entre 1982 et 1990 (de 34,7 à 17,7 %) est reparti à la hausse pour atteindre 38,54 % en 1999). Secondaire, ma casquette de chercheur cohabite avec celle de résident, anciennement animateur et surveillant dans l’un des deux collèges de la ville ou de militant associatif engagé.  
6 Sur cette pluralité des significations, la lecture de la réactualisation par Gérard Mauger en 2006, d’un article coécrit en 1991 avec Claude Fossé-Poliak sur la politique des bandes est fort utile. Il rappelle que la participation des Loubards à des manifestations donnaient lieu à des explications qui varient non seulement d’un locuteur à l’autre, mais aussi d’une séquence à l’autre du récit d’un même locuteur..
7 Voir notamment l’analyse de Véronique Le Goaziou sur les réactions décalées de la classe politique (2006), la tribune de Didier lapeyronnie et de Laurent Mucchielli dans le journal Libération (qui commence par cette phrase : « les émeutiers sont seuls »). La thèse de l’isolement politique des émeutiers est ensuite confirmée par Hugues Lagrange (2006).
8 Cette approche n’est plus forcément systématique chez les RG. Alors que le ministre de l’Intérieur a montré du doigt « l’ordre des bandes » pour expliquer les émeutes de novembre 2005, une note des renseignements généraux mettait en avant la spontanéité d’un mouvement basé sur les frustrations et l’injustice sociale. De plus, ce corpocentrisme policier (Mucchielli, 2001) est indissociable de stratégies revendicatives de l’institution policière consistant à affirmer du même mouvement sa propre excellence, la gravité toujours croissante du problème dont on s’occupe, et la nécessité de lui accorder toujours plus de ressources (Monjardet, 1996, p.154).
9 Les catégories : « incendies de véhicules », « incendies de biens publics », « incendies de poubelles », « violences collectives à l’encontre des services de sécurité, de secours et de santé », « jets de projectiles », « occupation de halls d’immeubles », « dégradation de mobilier urbain », « affrontements entre bandes », « rodéos automobiles ».
10 Mauger, 2006, p.113.
11 Quelques thèmes en vrac : Réforme des retraites, Palestine, Irak, crise du CPE, affaire du RER D, impérialisme américain, Guerre au Liban, Ben Laden et « Al Quaida », terrorisme, affaire Ilan Halimi, police, justice, corruption, fonctionnement politique de la France, émeutes, Tribu « K », islamophobie, Islam, Benoît XVI, fiscalité des entreprises, racisme, crise du logement, « indigènes de la République », Afrique, colonisation, pauvreté, ghettoïsation, Clearstream, Nicolas Sarkozy, insertion professionnelle, chômage et « magouilles de l’ANPE », machisme, violence, sans-papiers, repli communautaire, les juifs, situation politique des pays d’origine (Mali, Sénégal, Maghreb, Comores, etc.), l’enseignement public, etc.
12 La prégnance des thèses « complotistes » dans les représentations collectives de ces jeunes est indissociable de l’existence partagée de sentiments d’injustice, de ce que Laurent Mucchielli (1999) nomme sentiment de victimation collective.
13 Les acteurs associatifs sont aussi face au risque réel de stigmatisation d’une action menée de pair avec des acteurs du pôle déviant.
14 Lagrange, 2006, p.115.
15 Pour une chronologie précise, se référer notamment à Mucchielli et Aït-Omar (2006) et à Mauger (2006).
16 27 septembre 2005 : Discours du ministre de l'Intérieur lors de sa deuxième rencontre avec la police et la gendarmerie : Amplifier notre action pour une meilleure sécurité des Français.
17 Un second accès a été « aménagé » par la destruction du muret (30 centimètres) qui sépare le parking du supermarché Penny Market et la route principale intérieure du quartier.
18 Les habitants des quartiers pauvres ont les véhicules les plus anciens et les moins bien entretenus. Les contraventions renvoient essentiellement à des défauts d’entretien : pneus lisses, rétroviseur manquant, pare-choc dévissé, éclairage défectueux, etc.
19 Le fait d’allier vol et violence rend probable l’idée d’un règlement de compte, d’une volonté de lui faire payer quelque chose (j’peux pas dire quoi mais il fait des trucs chelous le marchand de tabac). Ce que nie le buraliste.
20 L’émotion et l’indignation morale renforcées par la solidarité du groupe donnent son caractère à l’émeute et expliquent en grande partie son extension (Lapeyronnie, 2006b, p. 440).
21 Une poignée de jeunes du pôle déviant s’est ralliée aux émeutes dans deux villes voisines. Une moitié s’est jointe aux émeutiers de la cité du Pavé Neuf à Noisy-le-Grand et l’autre partie est passée timidement à l’action dans le quartier des « Boullereaux » à Champigny-sur-Marne. Deux territoires « alliés » dans l’état actuel de la « géopolitique » régionale des cités. Les effets de concurrence et de surenchère entre cités ont sûrement joué un rôle dans l’entretien des émeutes.
22 À lire la lettre qu’il a envoyée à ses administrés, la ville était au bord d’un déchaînement de violences, plusieurs commerces locaux étaient ravagés par les flammes (alors que les seuls dommages étaient des vitres brisées) et qu’il avait mis une « cellule de crise » qui appuyait les forces de l’ordre en contact avec les associations locales. Le tout à l’aide d’une sémantique catastrophiste. Le communiqué du collectif des associations du quartier est venu apporter un cinglant démenti qui  n’a guère été apprécié par l’Édile.
23 Un argument plus solide, qui recoupe une interprétation constante des violences urbaines par les Renseignements géné­raux, souligne au contraire le rôle de pacificateur joué par le deal, mais pas uniquement de cannabis : les trafiquants ont besoin que les quartiers soient calmes et que la police n'ait rien à y faire. Au crédit de cette hypothèse, on pourrait mettre le fait qu'à Villiers-sur-Marne, tout portait au déclenchement d'inci­dents qui ne sont pas intervenus (…) (Lagrange, 2006, p.115).
24 Pour une comparaison critique du pré-rapport et du rapport final : http://www.travail-social.com/oasismag/article.php3?id_article=580
25 http://www.afrik.com/article8205.html.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marwan Mohammed, « Les voies de la colère : « violences urbaines » ou révolte d’ordre « politique » ? L’exemple des Hautes-Noues a Villiers-sur-marne », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 18 juin 2007, consulté le 24 septembre 2016. URL : http://socio-logos.revues.org/352

Haut de page

Auteur

Marwan Mohammed

CESDIP, Université de Versailles – Saint-Quentin, marwan@cesdip.com

Haut de page

Droits d’auteur

Socio-logos

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org