Navigation – Plan du site
Débats

Populations précaires et environnement à risques industriels : préjugés, non dits et enjeux implicites de l’action publique

Eric Chauvier

Résumé

En théorie, le public joue un rôle important dans la prévention des risques industriels, d’abord par sa capacité à s’intégrer efficacement aux situations de crises, ensuite par son aptitude à définir un niveau d’acceptabilité des risques. La réalité se révèle plus complexe dans la mesure où les environnements à risques attirent des populations qui ont de plus en plus tendance à être soumises à la précarité socioéconomique. Ces populations, percevant ces déplacements comme une contrainte, manifestent des résistances vis à vis des structures de concertation existantes et, d’une façon générale, vis à vis de la prévention des risques. Plus ou moins conscients de cela, les représentants des pouvoirs publics communaux (élus, services techniques, membres de l’action sociale locale, etc. ) ont tendance à les assimiler à des citoyens démissionnaires, déconnectés de la gestion et de la prévention des risques. Dans les conversations ordinaires, ce sont « ceux qui s’en foutent », des personnes que l’on juge implicitement incapables d’intégrer les informations minimales concernant la prévention des risques technologiques. Cet article restitue les enjeux complexes d’une situation largement dominée par les préjugés et les stéréotypes, mais aussi par l’incertitude inavouable qui émane de environnements à risques.

Haut de page

Texte intégral

1Le sociologue Ulrich Beck a montré comment l’ordre social actuel n’était plus seulement référé à une inégalité de revenus, mais aussi à une répartition des risques (2001). Des évènements tels que l’accident d’AZF à Toulouse, le cyclone Christina à la Nouvelle Orléans, la grippe aviaire ou et la diffusion inégale de vaccins tendent à confirmer, à des niveaux divers, (quartiers populaires impactés dans le cas d’AZF et de la Nouvelle Orléans, mise à l’écart de l’Afrique dans la diffusion du Tamiflu) que les populations les plus précaires économiquement sont aussi les plus exposés aux risques naturels, industriels et sanitaires. Dans le cas des risques industriels, le lien entre précarité et exposition est vérifiable au travers de données sociologiques tangibles. L’exemple de la ville de Millgate1, située en périphérie d’une grande ville de Province, est à cet égard tout à fait significatif puisque cette commune compte 7 installations « SEVESO seuil haut »2 et deux sites d’incinération, tous répartis autour du quartier d’Antinéa, classé en « zone urbaine sensible ». Deux des sites SEVESO voient même leur périmètre de sécurité recouper les limites de ce quartier, situation qui fut rendue possible dans les années 80 par l’absence de réglementation3. Le quartier est constitué d’un seul îlot comprenant environs mille huit cent habitants répartis en un peu plus de quatre cent logements. Il a récemment subi des opérations de restructuration (reconstructions, aménagement des espaces publics, équipements de quartier) et compte essentiellement une population qui n’a pu accéder à la propriété sur le reste de l’agglomération. Cette situation est due à des opérations de relogement réalisées dans le cadre de Contrat de Ville au travers de plan de « destruction/ reconstruction ». Sur le quartier il est observé un fort taux d’allocataires de minima sociaux, un fort taux de chômage chez les populations jeunes (plus de 50%) et plus de 20% sur l’ensemble, un très fort taux d’intérimaires ou de personnes en Contrat à Durée Déterminée, une augmentation rapide des populations de plus en plus jeunes, un faible niveau de formation et accès quasi nul à la propriété (moins de 1%).

2Au de-là de ce constat sociologique, il reste à comprendre ce qui permet, si ce n’est son enracinement en tous cas son maintien en état, tant au niveau des pouvoirs publics que des industries à risques concernées. Une hypothèse majeure porte cette réflexion : cette situation est rendue possible par en ensemble de représentations et de discours implicites, refoulés, ou encore politiquement incorrects influant de façon indirecte sur la ligne d’action politique engagée par les responsable des pouvoir publics (élus, administrations, représentant de l’action sociale, etc.). Ce texte propose de mettre à jour cette ‘politique de l’implicite’ en caractérisant les préjugés et les stéréotypes qui la constituent, mais aussi le contexte ou ceux-ci prennent forme.

Les populations du quartier du point de vue des pouvoirs publics locaux

Des démissionnaires indifférents

3M. A. réside à Millgate. Il est élu et membre des services techniques de la commune en charge de la prévention des risques industriels. Ses responsabilités consistent à évaluer les études de dangers et les études d’impact fournies par les entreprises à risques installées sur Antinéa. Il est également co-responsable de la gestion de crise et de la diffusion de l’information préventive. Je lui demande de qualifier le comportement de la population de la commune face à l’information préventive et, de façon plus précise, si elle a intégré les consignes élémentaires en situation d’urgence (évacuation et confinement).

 « Ça se passe bien dans l’ensemble. Mais bon, vous savez, de toutes façons il y a ceux qui s’en foutent et qui s’en foutront toujours !... Et là, bon, c’est pas la peine de lutter ! »

4Je lui demande de préciser sa pensée : à quelle population fait-il allusion ? Il me montre le bas de la ville en haussant le menton, en direction de l’usine Orange Sud, classée SEVESO seuil haut car fabriquant des engrais et détenant à ce titre de grandes quantités d’ammoniac, d’ammonitrate et d’acide nitrique. Je lui demande s’il veut parler du quartier d’Antinéa. Il ne répond rien, mais il me lance un regard et un sourire complices, ce qui tend à montrer qu’il ratifie ma proposition.

5Du point de vue de M. A. , les habitants d’Antinéa constitueraient une catégorie de population de « démissionnaires ». Mais M. A ne nomme pas ces habitants. Il se contente de me montrer le quartier en haussant le menton. Ce signal non verbal peut servir à éluder toute polémique sure un sujet qui n’est pas politiquement correct. Car M. A ne peut raisonnablement décréter la démission d’une partie de la population (« ils s’en foutrons toujours ») sans entrer en contradiction avec le discours officiel de la municipalité en matière de prévention des risques industriels. A l’heure où le modèle qui prévaut est celui de la gouvernance (gagner ou maintenir la confiance des citoyens) en favorisant la concertation sur les risques « socialement acceptables » - notamment au travers de la Loi Bachelott-Narquin - , l’on peut mesurer le décalage qu’introduit ce type de propos.

6Quelques jours plus tard, je rapporte à M. B, autre élu en charge des services techniques, les propos tenus par M. A, sans cependant nommer M. A, protocole de confidentialité oblige :

- « Peut-on dire que la population d’Antinéa est indifférente, ou a démissionné, par rapport aux actions de prévention ? »

7M. B (sourire en coin) :

 « Ça c’est sûr, alors eux ils s’en foutent ! C’est le cas de le dire. »

8Le ton est très assuré, ce qui tend à confirme un mode de représentation des élus de Millgate concernant Antinéa : des démissionnaires, indifférents à toutes questions relatives aux risques. Je lui demande ensuite pourquoi, selon lui, ces populations se montrent indifférentes à la prévention. Mais comme M. A, il ne me répond rien, et se contente d’un sourire et d’un haussement d’épaule qui tend à signifier le caractère inéluctable de cet état de fait. Une nouvelle fois, l’assertion de M B ne comporte pas d’explication. Comme M. A, il ne justifie pas son point de vue. Ces deux énoncés traduisent un fatalisme que nous pourrions qualifier « de principe » dans la mesure où, pour motiver leurs propos, ces deux personnes se contentent d’adopter des registres de signaux non verbaux. L’efficacité de ces énoncés tient au fait qu’ils rendent superflu le rajout de commentaires. Il faut aussi admettre un effet d’évidence appuyé par un effet d’intimidation : A et B me rappellent implicitement qu’ils ont l’avantage d’être les dépositaires d’une expérience locale qu’un observateur étranger ne peut pas comprendre.

9Compte tenu que les élus A et B ont une influence certaine au sein des services techniques de la communes, l’on peut se poser la question des effets de ce fatalisme de principe sur la ligne d’action municipale en matière de prévention des risques. Entre-t-il en compte au moment de diffuser des informations touchant à la prévention, ou encore au moment d’organiser la concertation sur telle ou telle question touchant à la sécurité des habitants ?

10Avant de répondre à ces questions, nous avons souhaité comprendre comment les représentants locaux de l’action sociale extérieure à Antinéa, qui sont amenés à définir une politique sociale vis à vis de ce quartier, se positionnent par rapport au fatalisme de principe adopté par les élus de la commune.

Des démissionnaires économiquement assujettis

11Mme D. est directrice du centre médico-social situé sur la commune. Je lui rapporte les propos des élus A et B. Elle les confirme, en apportant cette fois une explication :

 « Les gens [les habitants d’Antinéa] sont dans d’autres préoccupations que les risques industriels. Dans l’ensemble, les gens en difficulté ne voient pas le risque parce qu’ils n’ont pas la liberté de s’informer ».

12Le ton de voix de Mme D. marque le regret. S’intéresser au risque et à leur acceptabilité est donné comme un motif de libération du joug de la précarité économique. Mais en même temps cette libération est jugée inatteignable. Si elle est mentionnée, c’est en tant qu’impossibilité, en tant qu’illusion. D’« autres préoccupations » retirent cette « liberté » d’accéder à une telle émancipation ; ce sont des actions de première nécessité : manger, nourrir les enfants, éviter ou gérer le surendettement, payer les factures, etc. Mme D. établit un lien de nécessité entre la précarité des populations et leur aliénation. La précarité économique est associée à un cadre liberticide : les habitants du quartier Antinéa ne peuvent s’intéresser à l’information préventive dans la mesure où leur indifférence relève d’un déterminisme social, c’est-à-dire d’un ordre de classe prédéterminé sur lequel ils n’ont pas de prise.

13Mlle E. est éducatrice sur la commune de Millgate., mais hors du quartier d’Antinéa. Elle souligne que les résidants de X. sont en général peu impliqués dans des projets de prévention comme celui des risques industriels:

« Si on monte des projets, très peu de personnes viennent… Il y a une telle misère, à tous les niveaux ».

14Le ton de voix traduit à nouveau le regret, teinté cette fois de désespoir et de compassion. De ce point de vue, les conditions économiques difficiles (« la misère » qui conditionne la perspective impérieuse de boucler la fin du mois) rendent contingentes toutes questions relatives à la prévention des risques et à la sécurité. Il en découle une réduction des aptitudes cognitives nécessaires à la compréhension de l’idée de bien commun et de politique publique. Ce déficit est le fruit d’un ensemble de pratiques et de valeurs réduites au maintien d’une ligne de conduite élémentaire, axée sur la survie.

15Les habitants du quartier d’Antinéa ne se caractériseraient pas par un comportement de déni du risque tel que l’a identifiée Françoise Zonabend (1989). Le déni implique en effet un minimum de conscience du risque pour pouvoir l’occulter. Dans le cas des ‘précaires démissionnaires’, ce qui est supposée c’est une rupture psychologique et cognitive radicale vis à vis des questions liées aux risques industriels. Les tenants de ce déterminisme social liberticide déplorent cet état de fait, sans concevoir la possibilité de l’améliorer. Mme F. , directrice du CCAS de la ville abonde dans ce sens :

« C’est une population désoeuvrée qui attend un emploi magique qui lui fera décrocher le pactole. »

16Le ton de voix n’est pas dur. Mme F semble sincèrement dépitée de constater que le déterminisme social conduit les populations d’Antinéa à concevoir la « magie » comme alternative exclusive à leur condition. L’analogie n’est pas sans rappeler la libération illusoire que constitue la religion dans l’œuvre de Marx, autant dire à nouveau un aveuglement naïf. Au-delà de cette réduction des aptitudes des populations d’Antinéa, un conflit de valeurs se fait jour derrière l’usage du mot « magie », en opposant fondamentalement les pratiques rationnelles, référées au bien commun comme visée de toute action sociale, et un mode de comportement que Mme G. juge ‘irrationnel’. Cette distinction est partagée de façon plus ou moins nette par l’ensemble des membres de l’action sociale, des élus et des représentants des services et collectivités locales ne travaillant pas sur le quartier d’Antinéa.

17Cet autre registre du fatalisme pourrait être qualifié de « dépité » en ce qu’il traduit à la fois de la commisération, du regret et de la culpabilité. Participer par empathie à la souffrance des précaires suppose d’éprouver l’inanité de toute action à engager pour modifier cet état de faits. Ce registre de déterminisme liberticide, même s’il apporte des explications, tend à renforcer le fatalisme ambiant et à justifier l’absence d’initiative politique vis à vis des populations d’Antinéa en matière de prévention et de concertation.

L’environnement à risques du point de vue des populations du quartier

18Une trentaine d’entretiens ont été réalisée dans le quartier d’Antinéa afin de vérifier la pertinence du fatalisme de principe et du déterminisme social liberticide.

Nuisances et peur diffuse

19K. est médiateur. Il est employé par la municipalité de Millgate sur le quartier d’Antinéa. Son rôle consiste à relayer sur le terrain les actions de prévention engagées par la politique d’action sociale communale. Il est âgé d’une vingtaine d’années. Il est né et a grandi au quartier d’Antinéa, connaît et salue chaque habitant. Il m’accueille dans une salle du centre social d’Antinéa. Je lui demande si les gens du quartier sont sensibles aux risques industriels. Il me répond de façon spontanée :

« Orange Sud 4 est une bombe et tous les gens du quartier le savent…»

20Dans le même foyer, un autre jeune, J. expose les difficultés rencontrées pour décrire les odeurs :

« C’est des trucs bizarres, c’est des odeurs pas normales… »

21R. un jeune du quartier explique :

« On sent trop les odeurs bizarres de gaz et ça pue franchement…

22J ajoute :

« Tout le monde, ici, vit en pensant aux risques. Il faudrait être fou pour pas voir ça !».

23H. est âgée d’une trentaine d’année. Elle identifie les zones où sont localisées les odeurs :

« Surtout vers le port… ».

24K. confirme que les personnes du quartier sont sensibilisées à la question des nuisances olfactives, notamment en provenance d’Orange Sud et des sites d’incinération. Leur expérience quasi quotidienne de ces nuisances justifie selon lui cet état de sensibilisation.

25Ces différents témoignages relèvent d’un mode de représentation procédant par assimilation du dérangeant au dangereux. Tout ce qui est lié, de prés ou de loin, aux industries locales et qui peut faire l’objet d’une perception sensorielle (ce sont aussi les fumées de couleurs suspectes sortant des incinérateurs, les bruits de combustion, etc.) est considéré comme une source de danger. Ce mode de représentation suppose un lien entre ‘l’empirique industriel’ et un vécu négatif et anxiogène : la gêne quotidienne liée aux nuisances olfactives, la probabilité de l’accident (« Orange-Sud est une bombe [...] »), la probabilité d’atteintes sanitaires. Cet état de perception est identifié dans le temps (il est quotidien) et dans l’espace (le quartier, mais aussi le parc industriel où les habitants du quartier effectuent des mission d’interim).

26La perception anxiogène de ces données empiriques industrielles est en général gérée par l’ironie dans les conversations ordinaires. B, un des jeunes ôtant sa casquette, lance sur un ton ironique :

« C’est trop pollué c’est pour ça qu’on a tous des calvities (K. a également une calvitie)».

27La plaisanterie sur les calvities prend ironiquement pour référence la maladie en supposant que la pollution industrielle a des effets directs sur la chute des cheveux des deux informateurs. B. tente de gérer le caractère inquiétant de la situation d’exposition aux risques. L’usage de l’ironie peut être destiné à désamorcer la gravité d’une situation. Ainsi, ce qui est anxiogène, ce n’est pas seulement le parc industriel lui-même, avec ses couleurs de fumées, ses odeurs, ses bruits suspects. Ce sont aussi les rappels plus ou moins manifestes d’une proximité aux risques, ce que je fais au travers de mes entretiens avec les résidants du quartier. Ces propos sont dérangeants dans la mesure où ils sont assimilés à un environnement quotidien déjà fortement anxiogène5.

28Ces deux modes de représentation, la confusion entre ce qui est dérangeant et ce qui est dangereux et la gestion de l’anxiété par la plaisanterie ont été fréquemment observés dans les environnements à risques industriels et entrent dans les typologies que les anthropologues ont consacré au déni du risque (Zonabend : 1989). Cette observation tend à montrer que les critères socioéconomiques de précarité n’ont pas d’effets particuliers sur l’aptitude à percevoir les risques. Ces dispositions permettent notamment d’appréhender l’environnement à risques au travers de ce que Beck nomme l’« effet induit latent » (2001), c’est à dire le conditionnement d’un champ d’anxiété individuel par la perception d’un « temps de latence des dommages ». De façon plus positive, le modèle classique dit de « l’heuristique de la peur » développé par Hans Jonas, peut ici être rappelé comme une disposition générique et fondamentale mobilisant la peur comme une disposition à conscientiser le danger et à agir sur lui.

29Dans la mesure où ces dispositions génériques ont été vérifiées chez toutes les personnes d’Antinéa interrogée, il convient de relativiser la pertinence de la catégorie dite des « démissionnaires » développées par les élus et par les membres de l’action sociale. La suite confirme d’une autre façon ces doutes.

Isolement et discrimination à l’embauche

30H., un habitant du quartier, s’interroge sur la ligne politique de la municipalité :

« Ils ont enlevé les espaces verts. Avant y’en avait plus. Qu’est ce que ça veut dire ? Est-ce que c’est parce ça fait moins d’entretien et donc moins de personnes de l’extérieur qui viennent ici ? ».

31L’enlèvement des espaces verts relève selon H. d’une volonté délibérée de la mairie d’éviter aux employés municipaux de venir travailler dans un quartier jugé où la sécurité n’est pas garantie. Le plus remarquable est l’indétermination qui empreint cette interrogation : H. ne peut réellement trouver de motif à son exclusion. De même, la configuration du quartier fait l’objet d’un questionnement de la part de M., un autre résidant du quartier :

 « Il n’y a que deux entrées, c’est curieux… On est plutôt difficiles à trouver. Et sans ouverture vers l’extérieur. »

32Subitement, M. est sceptique. Je viens de lui parler de ses droits et devoirs en matière de prévention des risques (les consignes d’alertes, le droit à la concertation). C’est ce qui l’amène à réaliser sa situation d’isolement.

33Ces témoignages montrent que l’exclusion est perçue comme un processus déstabilisant parce qu’immotivé. Il n’y a pas de réponse explicite à la disparition des espaces verts ou à la l’architecture ‘claustrophobe’ du quartier. Ces questionnements se retrouvent dans les témoignages d’autres habitants d’Antinéa qui ne comprennent pas les principes qui gouvernent l’agencement et l’évolution de leur environnement immédiat, autrement dit les lignes d’actions politiques engagées par les pouvoirs publics à leur endroit.

34Cette perception d’un isolement trouve des motifs plus tangibles. T. , âgé d’une vingtaine d’année, réside sur le quartier depuis cinq ans, effectuant de temps à autre des missions en interim sur les sites ICPE de la commune. Ses propos font montre d’une certaine amertume :

« Orange Sud fait des courses de vélos et des journées portes ouvertes mais il n’y a pas d’embauche. »

35Sa représentation des industries est largement guidée par un sentiment d’exclusion auquel s’ajoute celui d’une discrimination :

« Et même pendant les journées porte ouvertes si on y va avec les casquettes, les autres vont faire le tour avec le petit train et nous on va suivre derrière en courant. »

36Le rappel d’un détail physique, la casquette, constitue selon J. un indice discriminant important pour identifier l’incommunicabilité avec la sphère des acteurs des industries et, de façon indirecte, avec les représentants des pouvoirs publics locaux avec qui s’organise la journée portes ouvertes. Il faut noter le mode de la plaisanterie, mais cette fois il n’est nul recours à l’ironie. Les signaux non verbaux (le ton de voix assorti du sourire provocateur, le petit rire qui clôt l’énoncé) marquent l’adoption d’un registre d’humour destiné à rendre acceptable sur la scène sociale une désespérance et une amertume latente.

37Des explications sont apportées en éclairage à ces propos par les membres de l’action sociale travaillant sur le quartier. Selon eux, il est déplacé de parler de mixité sociale au sujet d’Antinéa :

« La paix sociale a été péniblement faite, mais la mixité reste à conquérir ».

Les éducateurs interrogés déplorent unanimement l’absence de mixité sociale :

« On nous incite à des activités de quartier. Mais il n’y a pas de lien avec le reste de la ville. »

38Un autre en tire les conclusions :

« Une pacification sociale est atteinte, mais sans mixité la misère reste …»

39Ces représentations sont évidemment en contradiction avec celle des élus et des membres de l’action sociale extérieure au quartier pour qui les habitants d’Antinéa sont en rupture sociocognitive avec les questions de prévention et de concertation. Du point de vue des habitants d’Antinéa, l’environnement à risques fait effectivement l’objet d’une perception, mais d’une façon négative : mauvais cadre de vie, discrimination à l’embauche et, d’une façon plus insidieuse, phénomène d’exclusion.

40M. G, directeur du centre social du quartier, fustige l’hypothèse d’une rupture socio-cognitive qu’il tient pour un ensemble de préjugés et de stéréotypes :

« C’est faux et injuste pour les gens d’ici de considérer qu’ils sont inaptes à comprendre l’information préventive ! En plus, déjà qu’ils sont mis à l’écart… C’est long mais ça ne les empêche pas de s’intéresser aux choses !».

41M G. fait le constat d’une asymétrie dans l’attribution des stéréotypes entre deux groupes, les résidants permanents ou occasionnels du quartier, que nous nommerons par commodité les ‘Antinéens’, et les représentants des pouvoirs publics extérieurs au quartier, les non Antinéens. Ces deux groupes semblent effectivement peu en prise. Les non Antinéens font montre d’un essentialisme psychosociologique très marqué envers les Antinéens, lesquels apparaissent comme constitutifs d’un groupe homogène fortement stéréotypé. Or un groupe est d’autant plus stéréotypé, et donc perçu comme jugeable, que « la théorie sous jacente paraît explicative » (Morchain et Chadron, 2001, 25). Si l’indifférence et les impondérables de la misère économique constituent des explications formelles, le fait de ne pas donner d’explication contribue ‘intonativement’ à l’essentialisation psychosociologique des Antinéens, ici en suggérant l’évidence d’un constat implicite car politiquement incorrect - il est en effet difficile d’imaginer un élu décrétant officiellement la démission d’une partie de sa population et l’absence d’initiative politique à son encontre.

42A l’inverse, du point de vue des habitants du quartier la stéréotypisation des non Antinéens est particulièrement faible, puisque les explications sont quasi absentes, au point de prendre l’aspect de questionnement qui demeurent sans réponse. A qui s’en prendre ? Comment décréter des responsabilités ?

43L’asymétrie touchant à cette attribution de stéréotypes entre les deux groupes peut être considérée comme la traduction d’un jeu de pouvoir et de savoir axé sur la jugeabilité de l’exogroupe : alors que les non Antinéens affirment, décrètent et caractérisent de façon assurée les Antinéens, ceux-ci demeurent dans un état dominée par l’interrogation, le désarroi et, d’une façon presque inévitable, la rancoeur que procure cet état.

Les non dits de l’environnement à risques

44S’en tenir au constat d’un conflit inter-groupe serait réducteur. Il convient de mettre en perspective ce que l’environnement industriel à risques génère de non-dits, d’inavouable et de refoulé pour comprendre ce qui façonne les pratiques et les représentations entre les deux groupes. Les entretiens révèlent en effet de façon frappante un savoir et des pratiques qui ne peuvent émerger de façon officielles.

Le risque psychologique

45En aparté, les élus A et B. expliquent que l’incertitude domine sur le territoire de la commune. Les deux élus déplorent notamment le manque d’enquêtes publiques concernant les études de dangers (risques industriels6), les études épidémiologiques (risques sanitaires) et les études d’impact (risques environnementaux). Ils déplorent également des vides juridiques : comment par exemple organiser la délocalisation de résidences ou de commerces qui se trouvent sur le tracé de transport routier de matières dangereuses ?

46Dans un environnement à risques dominé par l’incertitude technique et par l’absence de réponse juridique, le plus remarquable est que la catégorie des ‘‘démissionnaires indifférents’ est perçue comme une confirmation malheureuse de l’incertitude générale. L’inaptitude supposée de ces populations vis à vis de la prévention et de la concertation constituent une inconnue de plus dans un environnement déjà largement soumis à l’incertitude. Si ce n’est que l’incertitude technologique et les carences juridiques tendent à produire une anxiété de ‘premier ordre’, qui va enchâsser des questions d’ordre sociétale que les élus ne savent comment l’aborder dans le cadre d’une communication publique. Une étude d’impact permet de mesurer le risque encouru par la population. Mais il est beaucoup plus difficile d’anticiper les réactions d’une population dont on pressent qu’elle porte un jugement très négatif sur son environnement. Pourtant, cette question angoissante, plutôt que de faire l’objet d’une réflexion approfondie, tend a être étouffée par une approche stéréotypée (des démissionnaires indifférents ou assujettis) dont la finalité est de rendre l’anxiété supportable en éludant le débat et, plus encore, en se confortant dans cette habitude. Préjugés et stéréotypes répondent prioritairement à une gestion de l’anxiété, ce qui se traduit par une économie du discours politique en public. Ce risque psychologique est régulièrement exprimé par les élus, mais seulement de façon officieuse. Il ne trouve pas d’écho dans les tribunes de concertation officielles et reste politiquement incorrect.

Le risque économique

47Le risque économique constitue un autre motif d’anxiété pour les élus qui ont vu la situation économique de la commune évoluer notablement depuis quelques années. C’est admettre que le bassin à risques est avant tout un bassin d’emplois qu’il faut d’autant plus maintenir que des plans sociaux, voire des délocalisations, se sont récemment produits sur la commune. Du point de vue des élus, une entreprise à risques, compte tenu de la pression émanant du droit environnemental, se délocalise encore plus facilement qu’un site non classé. La gouvernance publique des risques est soumise à cet autre argument qui est implicite, mais efficient en ce qu’il crée un climat d’urgence incitant à prioriser le risque économique au détriment des questions sociétales. Les préjugés et les stéréotypes sur les démissionnaires supposés d’Antinéa sont à nouveau confortés dans la mesure où cette urgence imprègne la ligne de conduite politique.

L’hégémonie de la logique technicienne

48Ulrich BECK a montré comment la réduction physico-chimique des risques reposait sur la négation de son construit social. Cette « rationnalité scientifique surdéterminée » (1986) se traduit localement de différentes façons.

49Dans les instances de concertation, chaque collège représenté, a une bonne raison pour ne pas évoquer les questions sociétales. Les représentants des industries siégeant dans ces instances sont généralement des cadres supérieurs ou des membres de l’équipe dirigeante ne résidant pas dans les environs de leur usine (leur pouvoir d’achat leur permet d’aller vivre loin de l’usine considérée par eux-mêmes comme à risques, peu esthétique et sources de nuisances). Ils sont peu au courant de ce qui se passe dans les quartiers situés près de leur usine, ce qui renforce leur adhésion à une logique technico-juridique sensée définir les droits et les devoirs d’une population riveraine perçue de façon abstraite et représentée en théorie par les associations. Reste que les représentants de ces associations concèdent eux-mêmes ne pas être représentatifs des démissionnaires supposés, lesquels ne se structurent pas en association, ce qui au passage conduit les associatifs à fustiger le je-m’en-foutisme des habitants d’Antinéa. Aucun résidant d’Antinéa ne siège effectivement au sein du SPPPI, mais sans que cette observation ne fasse l’objet d’une réflexion approfondie. Ajoutons que si les associatifs sont de mieux en mieux formés pour participer aux débats, c’est également en fonction d’une logique technicienne ou juridique qui exclue toute question sociétale. Cette logique technico-juridique est encore renforcée par les représentants des administrations (DRIRE) à qui est confié l’arbitrage de la concertation. Ceux-ci expliquent qu’ils ont pour vocation de s’en tenir à un débat technique touchant à la dangerosité des sites.

50Nous voyons comment la logique des acteurs de la concertation renforce un peu plus des non-dits et des stéréotypes qui sont précisément destinés à éliminer, de façon plus ou moins refoulée, la charge anxiogène que représentent les questions sociétales.

51Ce clivage entre des questions sociétales refoulées et des questions techniciennes exclusives façonne aujourd’hui la gouvernance quotidienne des risques. A l’heure actuelle, les acteurs de la cyndinique et ceux de l’action sociale, non seulement ne recoupent pas leurs compétences et leur savoir-faire, mais n’ont jamais conçu de le faire. Dans ce contexte, les préjugés et les stéréotypes ordinaires se maintiennent d’autant mieux que les instances de concertation et les situations de gouvernance, soumises à l’hégémonie de la logique technicojuridique, ne favorisent pas une réflexion trans-thématique. Une anthropologisation de la thèse de Beck montre pourtant comment le lien entre la précarité et l’exposition aux risques est avant tout une affaire de langage et, plus exactement, de carences de langage. Alors que l’indicible brutalité de l’environnement industriel n’affleure pas dans les instances de concertation sur les risques industriels, nous mesurons l’importance d’appréhender une action politique basée sur la réflexivité. Seul un retour d’expérience capable de décanter les différentes formes de non-dits peut aujourd’hui déjouer des préjugés qui plongeront l’environnement à risques dans un avenir de plus en plus difficile à décoder, laissant les stéréotypes se manifester dans la communication interpersonnelle sous la forme de « potins et rumeurs » ( Klein, Livingstone, Snider, 2005, 55). Il est temps que les sciences sociales jouent leur rôle sur ces questions.

Haut de page

Bibliographie

Beck, Ulrich : La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Champ Flammarion, 2001.

Gumperz John., Engager la conversation, Les Editions de Minuit, Le sens commun, 1989.

Douglas, Mary, How institutions think? Londres. Routledge & Kegan Paul, 1987.

Douglas, Mary - “Enviroments at risk” in Science in context. Readings in the Sociology of Science. Londres: Barry Barnes & David Edge, 1982.

Godard O. , Henry C. , Lagadec P. , Michel-Kerjan E. , Traité des nouveaux risques, Gallimard Folio, 2002

Glossaire Risques Industriels. France Nature environnement du 15/02/2005

Goffman E. : La mise en scène de la vie quotidienne, aux éditions de Minuit, le sens commun.1973. 1. La présentation de soi. 2. Les relations en public

Jonas, H. 1998, Le principe responsabilité, Champ Flammarion.

Klein O., Livingstone R. , Snider M. . « Etre ou ne pas être politiquement correct. La relation entre préjugé et expression d’impression stéréotypées en fonction du self monitoring » Les Cahier internationaux de psychologie sociale, 2005, N°67 – 68, p.55-64.

Schadron G. « Détermination sociale et essentialisme psychologique : quand une conception essentialiste renforce la confirmation des attentes stéréotypiques’ ». Les Cahiers inernationaux de Psychologie Sociale, 2005, N° 77.

Zonabend F, 1994. De l'objet et de sa restitution en ethnologie, Gradhiva, 16, p.3-14.

Zonabend F., 1989. La presqu’île au nucléaire, Paris, Odile Jacobs.

Haut de page

Notes

1 Conformément au protocole de confidentialité passé avec les informateurs, nous ne nommerons pas la commune et le quartier.
2 Installation classée pour la Protection de l’Environnement (ICPE) : « L’entreprise industrielle constitue le plus souvent une installation classée pour la protection de l’environnement. Cela signifie qu’elle devra respecter un ensemble de règles dont l’objet est d’exercer un contrôle de l’exploitation, depuis son commencement jusqu’à la fin. Le Code de l’Environnement dans son Livre V (Prévention des pollutions, des risques et des nuisances) a son titre 1er consacré aux ICPE. Celles qui présentent le mois de risques et d’impacts sont soumises à déclaration; les autres sont soumises à autorisation. Les ICPE soumises à autorisation peuvent être des ICPE Seveso, cela veut dire qu’elles sont dans le champ d’application de la directive Seveso. Les ICPE Seveso sont classées en seuil bas et seuil haut ; ces dernières sont celles qui présentent les plus de dangerosité ». Sources : Glossaire - RI / France Nature environnement du 15/02/2005.
3 Un Plan Particulier des Risques Technologiques (PPRT) est censé définir précisément les zones d’urbanisme, mais la pression de l’emploi freine cette perspective puisque les deux sites à risques concernés, qui devraient en théorie réduire leur périmètre de sécurité (ce qui à un coût), emploient respectivement 96 et 56 salariés.
4 Un des sites SEVESO de la commune produisant des produits phytosanitaires et classé « SEVESO seuil haut ».
5 Ce mode de gestion de l’inquiétude par la parole a largement été caractérisé par Françoise Zonabend (1989): « La parole est le support de mille ruses destinées à obscurcir le sens déclaré de la narration. Ici, l’inquiétude concernant les risques sanitaires est contenue par la plaisanterie ironique. Le caractère implicite de ces stratégies verbales est très marqué « Il arrive que s’y formule [dans la langage], de façon détournée, une demande enfoui, révélant une angoisse inexprimable » (1989).
6 Les propos d’un élu pourront illustrer cette analyse : « Un des problèmes, mais il y a en a beaucoup, c’est l’effet de Blève avec impactage de l’usine SEVESO à côté. Mais la dessus on manque de repère. Les PPI conçus sont à partir d’étude de danger a minima, avec deux ou trois morts. D’autres experts, qui ne sont pas liés aux industries, parlent eux de mille morts, alors quoi faire en cas d’accident ? Où rassembler la population ? Qui prévenir ? On a aucune précision fiable concernant la mission de protection des administrés. On est aussi dans l’incapacité de prévenir efficacement les pompiers.» En reprenant la pensée de Mary Douglas (1976), il ressort que la situation d’incertitude que décrit cet élu ne relève pas du « risque » mais du « danger », autrement dit d’une menace exempte de critère d’évaluation satisfaisant.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Chauvier, « Populations précaires et environnement à risques industriels : préjugés, non dits et enjeux implicites de l’action publique », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 04 juin 2007, consulté le 19 août 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/387

Haut de page

Auteur

Eric Chauvier

Atotem / Univ. Bordeaux 2, IUT Dép. HSE / Univ. Bordeaux 1, eric chauvier

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org