Navigation – Plan du site
Actualité du RT 3 : normes, déviances et réactions sociales

1912, l’affaire Bonnot : les effets contradictoires d’une crise sécuritaire sur les polices et la gendarmerie

Laurent López

Résumé

À la veille du premier conflit mondial, la poursuite de malfaiteurs motorisés mobilisa l’ensemble des forces de l’ordre dont disposait alors la République. Si, en avril-mai 1912, les meneurs de la « bande à Bonnot » sont tués, ces morts ne marquent pas le terme de l’affaire  pour les policiers et les gendarmes. Les pouvoirs publics ne peuvent accepter le renouvellement d’une telle crise sécuritaire, dont la durée s’expliquerait par les disfonctionnements des relations entre composantes de la force publique. L’organisation de la police judiciaire est sur la sellette. Plusieurs réformes structurelles et fonctionnelles touchent les services civils de police. La gendarmerie, de son côté, se singularise par son inertie. Les conséquences de cette crise sécuritaire sur les professions policières permettent d’observer leurs interactions et de s’interroger sur la réalité de l’expression « guerre des polices ». Cet épisode rend également sensible la façon dont les questions de sécurité publique dans le débat politique sont informées par le contexte criminel – sous la Troisième République déjà – mais aussi par des enjeux policiers internes.

Haut de page

Texte intégral

1Au printemps 1912, les principaux membres de la « bande à Bonnot » meurent ou sont arrêtés après des recherches ayant mobilisé – simultanément ou successivement – depuis décembre 1911, l’ensemble des forces de l’ordre dont dispose la République1. Néanmoins, cette conclusion ne signe la fin de l’affaire ni pour les policiers, ni pour les gendarmes. Les pouvoirs publics doivent montrer que le régime saura éviter le renouvellement d’une telle « crise de la répression » (Kalifa, 2005, 271-297), en partie imputée aux dysfonctionnements des relations entre les multiples composantes d’une police duale et apparemment cloisonnée2 : policiers, d’une part, de la Direction de la Sûreté générale du ministère de l’Intérieur – avec ses Brigades mobiles régionales de police judiciaire et sa Police spéciale des chemins de fer – et ceux des diverses polices municipales, dont celle de la Préfecture de police à Paris, alors la plus puissante ; militaires, d’autre part, de la Gendarmerie nationale3.

2La police judiciaire est sur la sellette, à une époque où la force publique est essentiellement municipale (Berlière, 1991, [a]). Alors que des réorganisations structurelles et fonctionnelles touchent rapidement les services civils de police, la gendarmerie se singularise par son inertie institutionnelle ; cet immobilisme contraste avec l’intense débat relatif à la police judiciaire animant les rangs de l’Arme. Quels enjeux et quelles significations recouvre cette tension dans un paysage policier où l’activité répressive est stimulée par une demande sociale croissante de sécurité mettant en concurrence policiers et gendarmes ?  

3Plus largement, les suites de l’affaire Bonnot ouvrent à une compréhension de la force publique sous un triple aspect : les effets différenciés de cette crise sécuritaire mettent en lumière, d’abord, les contraintes du discours médiatique sur les polices et leur adaptation à l’injonction de modernité policière suscitée par une criminalité spectaculaire4. Ils révèlent, ensuite, les clivages traversant chacune des composantes des forces de l’ordre, en particulier la gendarmerie, volontiers dépeinte comme « muette » et monolithique5. Ces conséquences soulignent, enfin, les caratéristiques des relations6 entre acteurs de la police judiciaire à la veille de la Première Guerre mondiale en montrant combien la police est un « singulier pluriel » (Berlière, 1996, 15-39), une « réalité plurielle » (Monjardet, Ocqueteau, 2004) dont les parties agissent en leur sein, interagissent mutuellement et réagissent au contexte social.

1 / Centralisation des recherches judiciaires contre modernisation des investigations criminelles ?

1.1 Branle-bas d’après combat sur le front de la police judiciaire

4Le 20 mai 1912 – quelques semaines après la mort des principaux complices de la « bande à Bonnot » lors de deux sièges épiques7 abondamment décrits, voire décriés8, par la presse, une réunion, présidée par le chef du gouvernement, Raymond Poincaré, rassemble le garde des Sceaux, Aristide Briand, le ministre de l’Intérieur, Jules Steeg, et son directeur de la Sûreté générale, Célestin Hennion, le préfet de police, Louis Lépine, ainsi que le procureur de la République Théodore Lescouvé et le procureur général Fabre, tous deux du Parquet de la Seine. Bien que la réorganisation de la police judiciaire soit à l’ordre du jour, aucun officier de la gendarmerie n’est présent. Cette absence est paradoxale puisque les militaires sont les principaux pourvoyeurs des tribunaux. Après les prétendus problèmes de liaison entre Sûreté générale et Préfecture de police, cette concertation a pour but de remettre de l’ordre parmi des forces qui en auraient été singulièrement dépourvu, selon les journalistes9 ; partant, les pouvoirs publics doivent montrer leur détermination à lutter contre l’« armée du crime » alors que la très influente Revue pénitentiaire (Kaluszynski, 1999, 161-185) reproche justement leur archaïsme tant aux militaires qu’aux policiers, puisque « cette série d’attentats […] démontre que l’offensive des bandits est de plus en plus redoutable, et que devant leur audace constante la police est de plus en plus désarmée. Ses procédés apparaissent désuets » (Revue pénitentiaire, 1912 [a]). Le Petit Parisien présente les effets politiques de cette prétendue impéritie, discutée jusqu’au Conseil des ministres et au Parlement, peu avant la mort de Jules Bonnot. Les solutions avancées pour venir à bout des « bandits tragiques » (Méric, 1926) sont budgétaires et organisationnelles : augmentation des crédits alloués aux Brigades mobiles, « qui ont déjà rendu de très grands services » (Petit Parisien, 1912 [b]), pour les doter d’automobiles supplémentaires, de pistolets automatiques et de carabines utilisées pour la « chasse aux fauves » (Revue pénitentiaire, 1912 [a]) ; l’augmentation des brigades de recherches est préconisée à la Préfecture de police ; et, « enfin des mesures seront prises en vue d’un recrutement présentant plus de garanties professionnelles et d’une coordination plus étroite des divers services » (Revue pénitentiaire, 1912 [a]).

1.2 Célestin Hennion et ses Brigades mobiles de la Sûreté générale

5Célestin Hennion (Berlière, à paraître), à la tête de la Direction de la Sûreté générale depuis le 30 janvier 1907, trouve un puissant levier favorisant l’essor des Brigades mobiles et leur modernisation dans un paysage policier où leur implantation reste encore limitée (note de Célestin Hennion, 1912). En effet, créées en 1907, dans un contexte sécuritaire déjà alarmiste, pour lutter contre les criminels les plus dangereux, les Brigades mobiles régionales de police judiciaire – baptisées Brigades du Tigre après la Grande Guerre, en l’honneur du ministre de l’Intérieur Georges Clemenceau, qui porta leur institution – ont une activité quotidienne beaucoup plus terne : voleurs de poules et surveillance des marchés constituent le quotidien de l’activité des « mobilards »10, qui ont probablement trouvé dans le recensement et la mensuration des nomades le principal motif de leur pérennité. Image peu glorieuse, occultée par l’affaire Bonnot, qui redonne une légitimité à leur existence et aux motifs ayant présidé à leur institution. Quantitativement, deux évolutions notables se dégagent : chacune des quinze brigades mobiles doit recevoir une automobile à partir de 191211 et leurs effectifs s’accroissent à nouveau sensiblement, quelques mois après une précédente augmentation. Fait, institutionnellement et symboliquement, plus important, mais dont la portée n’est pas évoquée par la presse : le décret du 11 juillet 1912 attribue au commissaire principal des Brigades mobiles, Jules Sébille, le titre de « contrôleur général des services de recherches judiciaires » (Revue pénitentiaire, 1912 [b]) ; outre la promotion professionnelle décernée à cette occasion à cet ancien policier de la sûreté lyonnaise, ce changement de dénomination traduit la prétention à une unification des recherches judiciaires au niveau national et à une autorité accrue de la Sûreté générale sur la gendarmerie et, surtout, sur la Préfecture de police. La tendance à la centralisation de la police, réclamée depuis le début de la Troisième République, au moins, connaît donc une avancée importante à la faveur de cette crise sécuritaire. En effet, pour des juristes, hommes politiques et journalistes de plus en plus nombreux, la concentration des forces de l’ordre sous la seule direction du ministère de l’Intérieur constituerait la condition première d’une répression judiciaire efficace12. Cette croyance repose sur le postulat qu’une telle réforme favoriserait ainsi leur collaboration et l’unité de leur travail.

1. 3 Modernisation réelle ou apparente à la Préfecture de police?

6Face aux attaques de la presse, la Préfecture de police, quant à elle, décide de relier les principaux commissariats parisiens au réseau public du téléphone (Berlière, 1993, 220), ce qui leur permet, désormais, de communiquer avec les policiers et les gendarmes situés en dehors du département de la Seine, au moins théoriquement. Plus profondément, elle organise dans son célèbre et ancien service de la Sûreté une nouvelle Brigade criminelle, en août 1912 (Berlière, 1993, 231-232), forte d’environ deux cents policiers, se voulant l’élite de la police judiciaire à Paris. Cette transformation touche également, et plus profondément, à la formation des policiers avec l’institution, à l’automne, d’un cours et d’un brevet de police technique, version enrichie et complémentaire du brevet de signalement descriptif créé dix ans auparavant (Ryckère, 1913). Face à des bandits qui utilisent des moyens rapides de locomotion, la police parisienne entend donner une image de modernité (Berlière, 1994, 142), gage d’efficacité aux yeux de la presse : maîtrise de l’anthropométrie judiciaire, familiarité avec la dactyloscopie, connaissance de la photographie planimétrique doivent désormais constituer aux mains des enquêteurs des armes irrésistibles pour appréhender les criminels récidivistes13. Le positivisme républicain souffle jusque sous les combles de la Préfecture de police… qui entend bien ainsi préserver sa prédominance judiciaire et son autonomie vis-à-vis de la Direction de la Sûreté générale. Mais, peut-être fut-il moins question de lutte contre la criminalité dans cette modernisation « après coup » que de concurrence entre services de police judiciaire par images médiatiques interposées ?

1.4 La gendarmerie, en marge des projets de réorganisation nationale de la police judiciaire : exclusion subie ou retrait volontaire ?

7Faut-il voir dans l’absence d’un représentant de la gendarmerie à la réunion du 20 mai, dirigée par le président du Conseil, un indice de la « spécificité gendarmique » (Dieu, 1993, 22 et suiv.) de cette force militaire exerçant des missions civiles de police judiciaire et de maintien de l'ordre dans le dispositif policier français ? Elle symbolise, en tout cas, de manière externe, sa relégation au second plan dans l’appareil répressif et à l’échelle interne, le défaut de mesures prises au sein de l’Arme. Si les militaires ont été à l’honneur lors des sièges de Choisy-le-Roi14, le 28 avril 1912, et de Nogent-sur-Marne, les 14 et 15 mai, la presse a pourtant plusieurs fois raillé leur archaïsme et leur manque de mobilité depuis décembre 1911. Face à l’intrépidité et à la vitesse des malfaiteurs en automobile, le retard de militaires se déplaçant à bicyclette, et encore largement dépourvus du téléphone dans leur brigade, cesse de faire sourire l’opinion pour l’exaspérer15. Plus grave, cette absence de décision signe l’hypothèque de l’avenir de l’Arme, selon certains militaires. Elle a pour conséquence d’agiter les rangs des gendarmes en révélant les clivages touchant à l’exercice de la police judiciaire et aux représentations relatives aux rapports avec les policiers.

2 / Une gendarmerie ébranlée par les évolutions de la police judiciaire

2.1 La police, un modèle pour une réorganisation souhaitée de la gendarmerie  

8Alors que les attentats anarchistes des années 1893-1894 avaient levé les réticences des gendarmes à accepter des missions de police politique – tâches participant à la stigmatisation de la police de la République et rejetées par les représentations traversant l’Arme16, l’année 1912 marque une nouvelle révolution copernicienne, mais dans les conceptions que les gendarmes se font de leur service judiciaire : la gendarmerie, qualifiée de « troupe d’élite » depuis Napoléon, cesse d’être pensée à part ; sa nature, sa place et son rôle sont intégrés à une réflexion générale sur l’organisation et le fonctionnement de la police à l’échelle nationale. Ce n’est pas un hasard mais bien une nécessité pour certains qui perçoivent clairement que l’existence même de la gendarmerie est en jeu après des épisodes qui l’ont ridiculisée dans la presse et face à l’essor des Brigades mobiles, emmenées par le puissant chef de la Sûreté générale, Célestin Hennion. Il ne s’agit plus de se poser en concurrente, mais bien en complément de la police pour assurer la pérennité d’une Gendarmerie nationale instituée en 1791, à la suite de la Maréchaussée royale. Les liens de la gendarmerie avec les polices et les débats sur les missions de police judiciaire assumées par les militaires révèlent, en outre, des antagonismes profonds entre militaires, lignes de faille qui dépassent le clivage entre sous-officiers et officiers et traversent chacun de ces corps.

9La presse des officiers – dont le Journal de la Gendarmerie exprime les préoccupations – doit répondre à des parlementaires déplorant l’incapacité de la gendarmerie à assurer son service de police judiciaire, en raison, selon eux, d’officiers trop militaires et de règlements rigides à l’excès (Journal de la Gendarmerie, 1912 [c]). Une des revendications formulées par le Journal de la Gendarmerie, qui n’est pas nouvelle mais qui retrouve une forte acuité avec l’affaire Bonnot, réside dans la réclamation de la création d’une Direction de la gendarmerie, indépendante de celle de la Cavalerie, et qui serait essentiellement préoccupée par les intérêts spécifiques des gendarmes (Journal de la Gendarmerie, 1913 [f]). La question sécuritaire permet donc d’alimenter un discours corporatiste, participant à la professionnalisation de l’Arme17.

10Une deuxième demande porte sur l’installation du téléphone dans les brigades pour favoriser une meilleure coopération entre les gendarmes, mais également avec les commissaires et les Parquets (Journal de la Gendarmerie, 1913 [d]). Face à des malfaiteurs de plus en plus mobiles, la rapidité des communications devient le nouvel impératif catégorique de la sécurité publique, alors que les récriminations à l’égard des magistrats – récurrentes durant la Belle époque et s’accompagnant parfois du refus de commissions rogatoires, notamment à la fin du XIXe siècle – sont tues ; l’apaisement vis-à-vis de la magistrature distingue d’ailleurs ce contexte de celui des années 1906-1907, où la gendarmerie, comme la Préfecture de police, réagissait aux attaques subies en reprochant leur laxisme aux magistrats.

11Enfin, troisième proposition, plus originale : la création de bulletins régionaux de police judiciaire (Journal de la Gendarmerie, 1913 [e]), qui amélioreraient l’efficacité judiciaire par une « décentralisation partielle » (Journal de la Gendarmerie, 1913 [e])  de recherches circonscrites à une « zone territoriale limitée » (Journal de la Gendarmerie, 1913 [e]). La carte judiciaire de la France – qui ne coïncide ni avec la carte des légions de gendarmerie, ni avec celles des Brigades mobiles – serait ainsi refondue, avec des divisions épousant les quinze circonscriptions de la police mobile ; la Direction de la Sûreté générale assumerait alors la coordination de la police judiciaire sur l’ensemble du territoire. Ces bulletins se substitueraient au Bulletin hebdomadaire de police criminelle, diffusé à partir de la mi-juin 1907 à l’initiative de la Sûreté générale, qui transmet au niveau national le signalement des individus recherchés. Au sein de la gendarmerie, les suites de l’affaire Bonnot sont donc un moment d’imagination de nouveaux savoirs, d’usages inédits mais qui échouent à passer au stade de l’innovation professionnelle officielle faute de l’appui hiérarchique nécessaire. Plutôt que de subir la concurrence policière et de la déplorer avec dédain, il s’agit bien, pour ces auteurs, de suggérer l’initiative de réformes s’appropriant des techniques policières pour les adapter aux contraintes des circonscriptions de la gendarmerie et aux modalités spécifiques de son service essentiellement rural.

2.2 La réclamation d’une tutelle commune sur les gendarmes et les policiers

12Dans la presse proche des sous-officiers, cette volonté de collaboration accrue avec les policiers est encore plus affirmée. La convocation d’un « Comité interministériel de police » (Écho de la gendarmerie, 1912) est réclamée pour renforcer l’entente entre policiers et gendarmes car « dire qu’il y a une cohésion étroite entre la Sûreté parisienne, la Sûreté générale de l’Intérieur, les polices municipales, spéciale, les officiers et chefs de brigade de gendarmerie, serait avancer une contre-vérité » (Écho de la gendarmerie, 1912). Le plaidoyer préconise également « la possibilité de resserrer les relations entre officiers de gendarmerie et commissaires de police » (Écho de la gendarmerie, 1912), notamment par des réunions périodiques de concertation. C’est dans le Progrès de la gendarmerie qu’apparaissent les réactions les plus virulentes mais également les propositions les plus originales pour faire face à une criminalité vue comme omniprésente et irrésistible. Un éditorialiste en appelle à une « réorganisation des forces de police » (Progrès de la gendarmerie, 1912 [a]) pour resserrer leur unité et favoriser le concours entre des éléments dont il dénonce « l’inorganisation complète » dans l’affaire Bonnot. La même revue demande des réformes structurelles dans la gendarmerie afin de renforcer son action judiciaire (Progrès de la gendarmerie, 1912 [a]). Ces revendications expriment le souci de voir substituer à l’image d’archaïsme de la gendarmerie une représentation de modernité répressive. Le seul moyen d’accroître la productivité judiciaire des militaires consisterait à leur laisser plus d’initiative, de « champ libre » (Progrès de la gendarmerie, 1912 [a]), donc à distendre le lien avec les officiers et à perturber une routine condamnant ces auxiliaires du Parquet à l’inertie, paralysés par des règlements militaires surannés, selon l’auteur. La comparaison avec les policiers mobiles – incarnations de cette modernité voulue – articule les griefs portés, en définitive, à l’actif de la hiérarchie des officiers. à la veille de la Première Guerre mondiale, il ne suffit plus de répéter que la gendarmerie est une « troupe d’élite », dont l’existence est par cette seule image assurée. Un éditorialiste proche des sous-officiers constate que « depuis de nombreuses années, l’action de la gendarmerie est insuffisante en matière de recherches judiciaires […] » (Progrès de la gendarmerie, 1912 [d]), en raison, notamment, des tâches et de la discipline militaires qui lui sont imposées. Il demande, en outre, qu’elle soit dotée de moyens modernes de locomotion et de communication pour assurer au mieux son rôle dans la sécurité du pays. Il déplore, enfin, que Célestin Hennion n’envisage la collaboration avec la gendarmerie qu’en termes de communications téléphoniques et souhaite son intervention directe dans l’activité des militaires. Ce souhait, s’il n’est pas inédit, n’en demeure pas moins extrêmement surprenant par sa franchise au sein d’une Arme qui depuis sa création a toujours eu le souci de son indépendance vis-à-vis de l’autorité policière (Lignereux, 2002). Exprime-t-il la seule opinion de son auteur ou reflète-t-il un sentiment plus largement partagé ? S’il est bien difficile d’évaluer la portée de cette position, elle reste sans doute minoritaire ; pourtant, son énonciation est en soi très significative de la sourde évolution des représentations touchant aux policiers au sein de la gendarmerie, qui trouve d’autres échos, par ailleurs.

13Enfin, la remarquable divergence existant entre la presse exprimant les revendications des gendarmes et celle proche des commissaires doit être soulignée. En effet, le Journal des Commissaires de police ne se fait l’écho de l’affaire Bonnot qu’à travers les dispositions réglementaires décidées en juillet 1912, relatives à la police mobile et au Contrôle général des recherches judiciaires. Nulle trace de polémique dans les colonnes du journal qui, pourtant, ne se prive pas de régulièrement présenter des projets de réorganisation de la police et dont les auteurs n’hésitent pas à critiquer les carences des forces de l’ordre. Silence surprenant, donc, et qui soulève de multiples hypothèses : choix délibéré de la rédaction dans un moment difficile où il importe de faire front commun ? Sentiment que les événements jouent en faveur des policiers et que des attaques contre le gouvernement leur nuiraient ? Pressions de personnages influents18 ? Gardons-nous en la matière des « phantasmes » comme des « mirages » (Berlière, 1998), même si le mutisme relatif du Journal des Commissaires de police étonne face à prolixité des militaires et rend perplexe. Procédons alors par une interprétation par défaut. Au contraire, donc, l’abondance de réactions au sein de la gendarmerie – alors que les militaires ne sont pas les premiers exposés aux crimes – ne traduirait-elle pas l’angoisse de voir disparaître l’Arme ? Ne serait-elle pas, étant donné la radicalité des termes employés et des solutions présentées – et au delà des clivages socio professionnels exprimés – le déploiement d’un argumentaire où la question n’est plus la place de la gendarmerie dans la sécurité publique, n’est plus l’interrogation récurrente sur son autonomie vis-à-vis du ministère de l’Intérieur mais bien l’enjeu de son existence ?

3 / Des forces de l’ordre qui consolident leur coopération

3.1 La police judiciaire à l’honneur dans la gendarmerie

14Que traduisent ces propositions, plus ou moins novatrices, à l’égard des rapports avec les policiers ?

15Les événements de 1911 et 1912 ont rapproché, d’une part, certains officiers d’un modèle policier étroitement associé à sa fonction judiciaire. Les policiers ne sont plus vus comme les agents d’une basse et indigne police politique (López, 2003) mais comme des « héros obscurs […],  hommes intelligents, actifs, aventureux destinés à suivre les malfaiteurs pas à pas » (Seignobosc, 1912, 43-44). Paradoxalement, la poursuite de criminels se réclamant de l’anarchie a eu des effets en matière de représentation de la police judiciaire ; si certains officiers considèrent qu’avec les Brigades mobiles, la gendarmerie doit désormais définitivement se cantonner dans un rôle préventif (Verstraète, 1910), pour d’autres, elle doit accentuer sa coopération avec les policiers et s’adapter à leurs techniques et à leurs pratiques, voire à leur organisation. La réclamation d’un concours mutuel entre policiers et gendarmes exprime donc l’effacement progressif de la perception du policier comme « mouchard » politique au profit de l’image du limier défendant la sécurité publique, figure, par ailleurs, valorisée par la presse corporative des commissaires. Cependant, l’année 1912 n’a pas inauguré  cette tendance ; l’affaiblissement de cette vision de l’activité policière à travers le prisme du seul renseignement est concomitante de l’essor de la lutte contre les anarchistes, qui dure depuis près de trente ans.

16Car l’affaire Bonnot est, à bien des égards, l’un des ultimes soubresauts d’une répression entamée dès les années 1880. Si la coopération entre policiers et gendarmes fonctionne aussi bien que possible dans ce moment de crise, c’est qu’elle s’est rodée pendant plusieurs décennies. Le suivi des anarchistes de canton en canton et de ville en ville a multiplié les communications entre, d’une part, brigades de gendarmeries et entre, d’autre part, commissariats de police – avec quelquefois des ratés – mais également, et surtout, entre ces deux composantes des forces de l’ordre19. La surveillance des anarchistes a opéré une mutation silencieuse dans la gendarmerie qui a eu ensuite des répercussions dans ses activités judiciaires. Le 20 janvier 1894, en effet, le ministre de la Guerre adresse aux chefs de légion de gendarmerie une circulaire relative à la répression de la propagande anarchiste, « pour assurer un accord indispensable entre les diverses autorités chargées de l’application des lois récentes concernant les anarchistes [et] tracer à la Gendarmerie, auxiliaire de ces autorités, la ligne de conduite qu’elle doit tenir afin de prévenir toute hésitation de sa part dans l’exécution des instructions qu’elle peut recevoir d’elles. Si la Gendarmerie est invitée à prendre des renseignements sur un individu signalé comme anarchiste, et sur une publication préconisant la propagande par le fait, elle doit obtempérer à cette demande sans exiger de réquisition (…) » (Mémorial de la gendarmerie, 1894, 6-7). Les circonstances exceptionnelles doivent lever, aux yeux du ministre, les éventuelles réserves des militaires vis-à-vis des missions exigées et leurs préventions contre les policiers afin que « la Gendarmerie donne le concours le plus entier et le plus empressé aux diverses autorités qui feraient appel, dans l’intérêt de l’ordre et de la sécurité publique » (Mémorial de la gendarmerie, 1894, 6-7).

17Comment réagirent les gendarmes face à ce revirement démentant les représentations internes qui s’arc-boutaient sur les décrets organiques régissant l’Arme20 ? Le Journal de la Gendarmerie, qui exprime essentiellement les préoccupations des officiers, approuve cette circulaire (Journal de la gendarmerie, 1894 [a]), et la lettre ministérielle du 30 janvier 1894, qui autorise les préfets – en vertu de l’article 10 du Code d’Instruction criminelle (Berlière, 1991, [a]) – à requérir les officiers de gendarmerie, officiers de police judiciaire, à perquisitionner au domicile d’un anarchiste soupçonné de détenir des engins explosifs. L’article 116 du décret de mars 1854, invoqué par de nombreux officiers pour refuser toute mission à caractère politique, est donc sérieusement entamé. Certes, la rédaction du Journal de la Gendarmerie souligne que cette prescription ne devra être appliquée que dans cas les plus urgents ; son approbation n’en est pas moins la trace d’un bouleversement sans heurt marquant une étape fondamentale pour la gendarmerie de la Troisième République. Elle n’a finalement pas d’autre choix ; en acceptant ce texte, la gendarmerie affirme non seulement son légalisme mais plus encore son attachement à la République et ainsi la légitimité de son existence dans un régime où elle est régulièrement remise en cause depuis 1870. Contrairement à ce qui est prétendu par les porte-parole de l’Arme, la police politique est donc largement d’usage durant la Troisième République, même si elle ne se présente pas comme telle et si ses modalités ont changé par rapport au Second Empire. Les pratiques en la matière ne sont pas nouvelles21 et se sont poursuivies pour s’intensifier durant l’entre-deux-guerres22, en franchissant une nouvelle étape quant à l’implication des militaires, en particulier des officiers.

18Avec l’incrimination d’ « association de malfaiteurs »23 – renforcée par la loi du 18 décembre 1893 pour contrecarrer l’enchaînement d’attentats anarchistes, dont le plus récent est alors celui commis par Auguste Vaillant à la Chambre des députés neuf jours plus tôt – peut être arrêté tout anarchiste et toute personne suspectée de sympathie pour les « compagnons ». Cette incrimination participe, d’un point de vue externe à l’Arme, au brouillage de la distinction entre surveillance politique et répression judiciaire, dont les crimes commis par la « bande à Bonnot » sont eux-mêmes exemplaires en mêlant revendications libertaires et meurtres crapuleux. Une inversion des représentations s’est donc opérée parmi les officiers de la gendarmerie entre les débuts de la Troisième République et la Belle époque, ce qui produit des effets sur leurs pratiques de police judiciaire et sur leurs rapports avec les policiers (López, b). Il semble que ces évolutions au sein de l’Arme leur aient ensuite rendu acceptable une réglementation de plus en plus attentive aux conditions présidant aux relations entre policiers mobiles et gendarmes24. Les normes prescrivant aux policiers et aux gendarmes l’entente et un concours mutuel accentuent, certes, ce rapprochement, mais elles sont d’autant mieux acceptées que la collaboration effective domine déjà sur le terrain25. Est-il abusif d’employer l’expression de « policiarisation » de la gendarmerie ? La tendance à la démilitarisation fonctionnelle de l’Arme est, en tout cas, évidente, dans le sillage des pressions multiples exercées, directement et indirectement, par les policiers, subies ou désirées par les militaires.

3.2 La porosité de la gendarmerie aux techniques policières  

19Les revendications émanant des militaires traduisent, d’autre part, la lente porosité des gendarmes au modèle et aux techniques de police judiciaire provenant de la Préfecture de police de Paris. Le fait que quelques dizaines d’officiers de gendarmerie possèdent le même brevet de signalement descriptif que des policiers parisiens, à partir de 1902, et que des policiers mobiles, astreints au même cours, à la Préfecture de police, à partir de 1908, favorise probablement cette progressive acculturation – restreinte, certes, mais avec des effets observables sur le terrain – au sein des militaires (López, 2006). La diffusion des signalements et de photographies de membres de la « bande à Bonnot » dans toute la France par télégrammes et par le biais du Bulletin hebdomadaire de police criminelle fut d’une ampleur inédite puisque la grande majorité des brigades de gendarmerie et des commissariats en furent les destinataires. Ces recherches, durant plusieurs semaines, ont accéléré le mouvement d’émergence d’un « espace policier »26 commun, en termes de territoire, mais également la diffusion d’éléments d’un savoir professionnel homogène. Les décorations accordées aux militaires par la Préfecture de police et le ministère de l’Intérieur ainsi que les éloges qui les accompagnèrent27 – beaucoup plus généreux que le ministère de la Guerre considérant les risques encourus par les militaires comme inhérents à leur service – après les sièges de Choisy-le-Roi et de Nogent-sur-Marne, ont probablement accru ce rapprochement avec les policiers, après une épreuve du feu partagée en commun, dans laquelle deux policiers furent tués et plusieurs gendarmes blessés28. L’attribution de récompenses fut d’ailleurs problématique. Dans son rapport du 1er mai 1912 au préfet de police, le commissaire divisionnaire Xavier Guichard, chef du service de la Sûreté, signale « dans l’intérêt du service » qu’il a été « le seul fonctionnaire de la Sûreté » à avoir reçu une distinction, en dehors des blessés (EA 140-141, APP). Il sollicite la bienveillance du préfet pour deux secrétaires et les douze agents sur les lieux alors. Le commandant de la section de Vincennes rédige le 20 mai (57, SHDG) un long rapport sur la nuit à Nogent-sur-Marne qu’il conclut par ses propositions de récompense. En dehors de deux gendarmes légèrement blessés, les raisons invoquées paraissent relativement bénignes : un maréchal des logis est ainsi proposé pour n’avoir pas hésité à répliquer aux coups de feu des bandits et un brigadier pour s’être porté « en avant ». Au total, onze gendarmes sur une soixantaine présents sont l’objet de la sollicitude de leur supérieur. Relevons qu’ils appartiennent presque tous à des brigades différentes de la section. Comme celles réclamées par Xavier Guichard, ces gratifications visent peut-être moins à récompenser individuellement qu’à accroître le prestige des institutions qui les décernent en associant le maximum de personnes à la gloire de cet épisode ressenti comme héroïque.

20Si du côté des gendarmes, le souci de collaboration plus étroite avec la police – en particulier la police mobile, de plus en plus présente dans les circonscriptions surveillées par les militaires – s’accentue avec l’affaire Bonnot, Célestin Hennion semble y voir une occasion de mainmise pure et simple sur l’Arme au nom de son manque d’« expérience policière » et de « sens pratique » (note de Célestin Hennion, 1912). Une commission mixte de gendarmerie, dans laquelle siège le directeur de la Sûreté générale, est instituée à sa demande durant l’été 1912, ce qui doit lui permettre, désormais, d’intervenir directement dans le service des gendarmes. Mais, au delà de la séparation administrative entre police civile et force militaire qui induirait une rivalité foncière – que dément l’étude des relations entre policiers et gendarmes sur le terrain, il semble que les concurrences les plus fortes pour tirer bénéfice de la lutte contre la « bande à Bonnot » aient opposé les polices civiles entre elles – Brigades mobiles et Préfecture de police, voire entre services appartenant à ces organisations respectives. En août 1912, le directeur de la Sûreté générale attribue ainsi à la brigade centrale du Contrôle général des services de recherches judiciaires l’identification d’édouard Carouy, Raymond Callemin, Octave Garnier et René Valet dans l’affaire Bonnot afin de montrer sa supériorité sur la Sûreté parisienne et obtenir des moyens budgétaires supplémentaires (note de Célestin Hennion, 1912). Il tend ainsi à minorer la prédominance de l’Identité judiciaire de la Préfecture de police et l’importance de son fichier, alors – et pour au moins vingt-cinq ans encore – indispensable à la Sûreté générale.

Conclusion

21à qui profitèrent les crimes de la « bande à Bonnot » ? Centralisation des recherches judiciaires, modernisation technique des procédés d’investigation, essor des effectifs policiers : l’affaire Bonnot a accéléré des évolutions institutionnelles et organisationnelles déjà à l’œuvre grâce des budgets accrus. Ce furent donc d’abord les forces de l’ordre qui bénéficièrent de progrès favorisés par l’ampleur médiatique de l’épisode. Cette crise sécuritaire, de manière récurrente durant le début de la Troisième République, fut l’occasion pour la presse et des parlementaires de remettre en question les forces de l’ordre. Celles-ci durent s’adapter peut-être moins à la criminalité générale qu’aux critiques – peu ou prou justifiées – qui leur furent adressées de manière conjoncturelle. Les répercussions de cette crise (in)sécuritaire au sein des polices et de la gendarmerie expriment les contraintes du discours médiatique dans les questions de sécurité publique et sur des polices, soumises à une exigence de productivité judiciaire et de modernité répressive pour s’adapter à une criminalité suscitant de fortes émotions populaires, mais très minoritaire dans les statistiques pénales (López, c). Une partie des mesures prises – comme la création du brevet de police technique, indique que ce qui est désormais en jeu ce n’est plus seulement la capacité de réaction des forces de l’ordre au crime mais aussi leur aptitude à éviter la récidive des malfaiteurs les plus redoutables. L’affaire Bonnot a, à ce titre, accéléré un mouvement courant depuis les années 1880 et marque, d’une certaine façon, l’aboutissement d’un cycle.

22Les conséquences différenciées de cette crise expriment, en outre, les rapports distincts à la presse, à l’administration et au régime politique qu’entretiennent alors les chefs de chacune des forces de l’ordre ; elles témoignent, également, de l’influence décisive du contexte médiatique sur les politiques publiques de sécurité. La question demeure de savoir si cette situation est passivement subie, habilement affrontée, stratégiquement exploitée, ou froidement favorisée.

23Soulignons, enfin, le rapprochement entre gendarmes et policiers sous le double aspect des représentations et des pratiques de police judiciaire. L’accélération de la circulation de modèles favorisant une centralisation fonctionnelle et l’établissement d’une culture judiciaire commune s’est ensuite accentuée durant l’entre-deux-guerres, infirmant la facile et irréductible opposition dont policiers et gendarmes seraient les protagonistes séculaires (López, a). Finalement, ce furent bien les malfaiteurs qui hâtèrent ce rappochement de polices formant progressivement un appareil policier, en créant une identification globale face à danger commun, une « union sacrée » des forces de l’ordre à la fin de la Belle époque29. En ce sens, l’étude de la police, conçue comme réaction sociale, a pour complément nécessaire l’histoire et la sociologie de la criminalité, puisque les déviances produisent une partie des logiques professionnelles de ceux chargés de les prévenir et/ou les réprimer (Mucchielli et Robert (dir.), 2002).

Haut de page

Bibliographie

Sources > Sources manuscrites > Archives nationales

Note de Célestin Hennion, 30 août 1912, adressée à M. Jeanneney, rapporteur au Sénat du budget du ministère de l’Intérieur, F7 13043

Rapport du commissaire Picard au commissaire principal Jules Sébille, 12 mars 1912, F7 14666.

> Archives de la Préfecture de police

Affaire Bonnot, EA 140-141.

> Service historique de la Défense-Gendarmerie

Rapports du commandant de la section de Vincennes, 20 mai 1912, 8 juin 1912, addition à l’historique de la légion (p. 389) et 4 septembre 1912, registre de correspondance R/2, section de Vincennes, 57.
Rapport du commandant de la brigade de Villeneuve-Saint-Georges, 17 janvier 1911, registre de correspondance R/2, brigade de Villeneuve-Saint-Georges, 227.

> Archives départementales

Ain
4 M 76.

Sources imprimées > Périodiques

Écho de la gendarmerie (l’), « Nos revendications », 12 mai 1912, p. 299.
Illustration (l’), 18 mai 1912, p. 439.

Journal de la gendarmerie (le),
« Répression de la propagande anarchiste », 1894 (a), pp. 67-68.
« étrange malaise », 1907 (b), pp. 330-331.
« Gendarmerie méconnue et mal traitée », 1912 (c), pp. 625-631.
« Le téléphone dans les brigades », 1913 (d), pp. 209-211.
« De l’exécution des mandats de justice (suite) », 1913 (e), pp. 262-264.
« Halte-là ! », 1913 (f), p. 148-150.

Matin (le), 19 mai 1912.

Mémorial de la gendarmerie (le), tome 17, 1894, pp. 6-7.

Moniteur universel (le), n° 143, 25 mai 1886.

Petit Journal illustré (le), 5 mai 1912 [site de la bibliothèque municipale de Lyon : http://www.bm-lyon.fr/expo/virtuelles/sang/propagande3.htm]

Petit Parisien (le),
10 janvier 1912 (a).
26 mars 1912 (b).
27 mars 1912 (c).

Progrès de la Gendarmerie (le),
« Police-Gendarmerie et armée du crime », 1912 (a), pp. 169-171.
Manon P., « Réorganisation des forces de police », 1912 (b), pp. 206-208.
« Deux façons différentes de récompenser le courage », 1912 (c), p. 238.
Manon P., « Pour la gendarmerie, le torchon brûle », 1912 (d), pp. 303-305.

Revue pénitentiaire. Bulletin de la société générale des prisons (la),
« Le banditisme en automobile et l’affaiblissement de la répression », 1912 (a), pp. 587-590.

« La police mobile », 1912 (b), pp. 1073-1074.

Ryckère (de) R. (juge à Bruxelles), « Organisation de l’enseignement de la police judiciaire, Paris, Lausanne, Rome », Archives de l’anthropologie criminelle, vol. 28, 1913, pp. 561-612. [site criminocorpus : 
http://www.criminocorpus.cnrs.fr/ebibliotheque/ice/ice_page_detail.php?lang=fr&type=img&bdd=crimrpus&table=criminocorpus_aac&bookId=28&typeofbookDes=revue&facsimile=off&search=no&nav=1&pageOrder=561]

Ouvrages

Belin J. (commissaire), Trente ans de Sûreté nationale, Paris, Bibliothèque France-Soir.

Code d’Instruction criminelle et Code pénal, 1918, Paris, Dalloz, 1950.

Méric V., Les bandits tragiques, Paris, éditions S. Kra, 5e éd., 1926.

Seignobosc H. (capitaine), Une arme inconnue. La gendarmerie, Paris, éditions Henri Charles-Lavauzelle, 1912, pp. 43-44.

Stellet F.-M. (commissaire central), Haut les mains ! Souvenirs vécus d’un détective français, Toulouse, Librairie Bonnet, 1927.

Strauss A., Des autorités investies d’attributions de police, thèse de droit, faculté de Paris, Paris, éditions H. Jouve, 1898.

Verstraète J. (colonel), Des fonctions de police judiciaire de la gendarmerie nationale, thèse, Droit, université de Paris, Paris, éditions H. Jouve, 1910.

Bibliographie

BERLIèRE J.-M., « L’article 10 du code d’instruction criminelle sous la IIIe république. Un danger permanent pour la liberté de chacun ? », Bulletin du centre d’histoire de la France contemporaine, n° 12, 1991 (a), pp. 5-27.

BERLIèRE J.-M., L’institution policière en France sous la IIIe République (1870-1914), thèse, Histoire, dir. P. Lévêque, Université de Bourgogne, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 3 volumes, 1991 (b).

Berlière J.-M., Le préfet Lépine. Aux origines de la police moderne, Paris, éditions Denoël, 1993.

BERLIèRE J.-M., « Images de policiers en France : deux siècles de fantasmes », Jahrbuch für Europaïsche Verwaltungsgeschichte, n°6, juin 1994, pp. 125-148.

BERLIèRE J.-M., Le monde des polices en France, XIXe-XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1996.

Berlière J.-M., « Les archives de police : du fantasme aux mirages », in Chauvaud F., Petit J.-G. (dir.), L’histoire contemporaine et les usages des archives judiciaires, Paris, Honoré Champion, coll. Histoire et archives, hors-série n° 2, 1998, pp. 291-304.

Berlière J.-M., à paraître, « Célestin Hennion ou le destin peu ordinaire d’un commissaire spécial dans la Troisième République », Le Commissaire de police au XIXe siècle, actes de la journée d’études organisée le 24 septembre 2005 par le Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (Universités Paris-I et Paris-IV).

Brodeur J.-P., Les visages de la police. Pratiques et perceptions, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. Paramètres, 2003.

Dieu F., Gendarmerie et modernité. étude de la spécificité gendarmique aujourd’hui, Paris, éditions Montchrestien, 1993.

Houte A.-D., Le métier de gendarme national au XIXe siècle. Pratiques professionnelles, esprit de corps et insertion sociale, de la Monarchie de Juillet à la Grande Guerre, thèse, Histoire, dir. J.-N. Luc et J.-M. Berlière, Paris IV, 2006.

Kalifa D., Crime et culture au XIXe siècle, Paris, éditions Perrin, 2005.

Kaluszynski M., « Un paternalisme juridique : les hommes de la société générale des prisons, 1877-1900 », in Topalov Ch. (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, éditions de l’EHESS, 1999, pp. 161-185.

LIGNEREUX A., Gendarmes et policiers dans la France de Napoléon. Le duel Moncey-Fouché, Maisons-Alfort, Service historique de la Gendarmerie nationale, coll. études, 2002.

LÓPEZ L., « Les relations entre policiers et gendarmes à travers leurs représentations mutuelles sous la Troisième République (1875-1914) », Sociétés & Représentations, n° 16, Figures de gendarmes, septembre, 2003, pp. 213-227.

López L., « Policiers, gendarmes et signalement descriptif. Représentations, apprentissages et pratiques d’une nouvelle technique de police judiciaire, en France à la Belle époque », Crime, Histoire & Sociétés, vol. 10, 1, 2006, pp. 51-76.

López L., à paraître (a), « Gendarmes, policiers mobiles et police judiciaire dans la circonscription de la 11e brigade mobile durant l'entre-deux-guerres », in Luc J.-N. (dir.), Gendarmerie et gendarmes au XXe siècle, actes du colloque organisé à la Sorbonne les 13 et 14 juin 2003 par l’Université Paris-IV et le SHDG.

López L., à paraître (b), « Commissaires de police et officiers de gendarmerie : regards croisés (1870-1914) », Le Commissaire de police au XIXe siècle, actes de la journée d’études organisée le 24 septembre 2005 par le Centre d’histoire du XIXe siècle (Universités Paris-I et Paris-IV).

LóPEZ L., à paraître (c), « “Faire du chiffre” pour exister. Les gendarmes et les policiers au principe des statistiques judiciaires (1875-1914) », Histoire & Mesure.

LUC J.-N. (dir.), Histoire de la Maréchaussée et de la Gendarmerie. Guide de recherche, Maisons-Alfort, éditions du Service historique de la Gendarmerie nationale, 2005.

Monjardet D., Ocqueteau F. (dossier réalisé par), La police : une réalité plurielle, Problèmes politiques et sociaux, octobre 2004, n° 905, Paris, La Documentation française.

MUCCHIELLI L., ROBERT Ph. (dir.), Crime et sécurité, l’état des savoirs, Paris, éditions la Découverte, collection textes à l’appui / série l’état des savoirs, 2002.

Mucchielli L., « L’enquête de police judiciaire en matière d’homicides », Questions pénales, janvier, XVII.1, 2004, pp. 1-4.

Péchenard F., 2003, La pratique de l'enquête criminelle à Paris, mercredi 5 novembre 2003, l’Université de tous les savoirs

[site UTLS : http://www.tous-les-savoirs.com/index.php?op=conferenciers&f=559&a=video]

Revue d’histoire moderne et contemporaine, « Espaces policiers, XVIIe-XXe siècles », janvier-mars 2003, 50-1.

Vogel M., « Police et espace urbain : Grenoble, 1880-1930 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 2003, 50-1, pp. 126-144.

Haut de page

Notes

1 Comme en attestent le volumineux carton EA 140-141, conservé aux Archives de la préfecture de police (APP), relatif à l’affaire, ou le carton F7 14666 des Archives nationales, ainsi que les registres de correspondance courante, conservés par le Service historique de la Défense-Gendarmerie (SHDG), des brigades concernées par l’affaire, notamment celles de la banlieue parisienne.
2 Strauss (1898, 133) décrit ainsi – sur un ton outrancier, bien que non dénué de fondement – la police à la fin du XIXe siècle comme « (…) un corps sans cohésion, sans hiérarchie, sans chef véritable, qui n’est au fond qu’un agrégat de petits groupes autonomes, agissant en un cercle restreint, sans solidarité, avec presque la haine du voisin (…) ».
3 Je remercie sincèrement Jean-Claude Farcy pour ses conseils toujours aussi attentifs et sa patiente disponibilité.
4 On peut, en effet, employer cet adjectif en constatant que les sièges de Choisy-le-Roi et de Nogent-sur-Marne attirèrent des dizaines de milliers de badauds, d’autant plus curieux à l’égard des malfaiteurs que leurs crimes avaient été relatés par de longs reportages dans les journaux, mis en scène par des dessins, des photographies sanglantes et d’habiles photomontages ; voir, par exemple, la couverture du Petit Journal illustré, 1912.
5 Pour des précisions nombreuses et indispensables sur l’Arme, se reporter à Luc (2005).
6 Et voir ainsi comment la sécurité publique est le résultat d’actions et d’interactions entre des acteurs multiples, comme le souligne Brodeur (2003, 9).
7 Jules Bonnot est tué le 28 avril 1912, à Choisy-le-Roi ; Octave Garnier et René Valet subissent la même fin le 15 mai, à Nogent-sur-Marne. Le meurtre d’un encaisseur, à Paris, le 21 décembre 1911, et la fuite en automobile des malfaiteurs avaient inauguré la carrière médiatique de la bande, même si ce fait n’était pas le premier de leurs crimes.
8 En intitulant son article du 19 mai 1912 « Valet aurait pu être pris vivant », le rédacteur du Matin s’attache à démontrer que René Valet était désarmé lorsqu’un soldat du 2e régiment de zouaves l’a abattu. Le père de la victime a déposé plainte contre la Préfecture de police afin d’obtenir une enquête sur ce que nous appellerions aujourd’hui une « bavure ». L’Illustration (18 mai 1912, 439) fustige ainsi ce qui pourrait paraître un succès : « Pour s’emparer de Garnier et Valet, il n’a pas fallu moins de neuf heures d’un siège en règle ; on a tenté, par deux fois, de faire sauter la maison à la dynamite ; et il a été nécessaire de réquisitionner un bataillon de zouaves, et d’amener, même, des mitrailleuses […]. À un nouvel ordre de malfaiteurs décidés à défendre leur vie jusqu’au bout, il convient d’opposer de nouveaux moyens de répression, qui ne soient pas des moyens de fortune ».    
9 Le Petit Parisien du 10 janvier 1912 relate qu’« il se joue, à l’heure actuelle, entre la Sûreté générale et les services de M. Hamard, une partie passionnante dont l’enjeu est la découverte ou la capture des auteurs de l’audacieuse agression de la rue Ordener. Avec un zèle égal et une activité inlassable, les agents de M. Hennion, tout comme ceux du quai des Orfèvres, procèdent aux investigations les plus minutieuses. Mais, tandis que les uns, par un phénomène d’attraction compréhensible, gardent tendance à rechercher les meurtriers du garçon de caisse Caby à Paris ou dans la banlieue de la capitale, les autres ont élargi le champ de leurs recherches… ».
10 Lancé à la poursuite de voleurs de lapins lors de sa première enquête, Jules Belin (1950, 25-26) relate qu’il se fait arrêter par les gendarmes locaux qui le confondent, lui et son collègue, avec les malfaiteurs recherchés. De semblables quiproquos, certes minoritaires, se produisent ailleurs avec parfois des conséquences tragiques.
11 Le rapport du commissaire Picard au commissaire principal Sébille (12 mars 1912, Arch. nat., F7 14666) qui cherche trace de « la route présumée suivie par les automobilistes soupçonnés d’être les auteurs de l’attentat de la place du Havre » souligne bien que la bicyclette reste le moyen de déplacement privilégié des « mobilards ». Lire, sur ce point, les mémoires d’un ancien inspecteur de la 10e brigade mobile de Lyon (Stellet, 1927).
12 De multiples forces de l’ordre contribuent à la sécurité publique ; elle relèvent de trois tutelles principales : celle du ministère de l’Intérieur, avec la Police spéciale des chemins de fer (qui se consacre principalement au renseignement administratif et politique des préfets) et les Brigades mobiles de police judiciaire, à partir de 1907-1908 ; celle du ministère de la Guerre, qui est à la tête de la gendarmerie départementale (qui effectue des missions de police judiciaire, de maintien de l'ordre, en plus de ses tâches liées à la conscription et au recrutement militaire), de la Garde républicaine (associée aux gardiens de la paix pour la protection des Parisiens) et des troupes de ligne (qui participent au maintien de l'ordre quand la gendarmerie n’est pas suffisante) ; celle des maires, qui dirigent les effectifs des polices municipales, disparates dans leur organisation et leurs moyens. Ajoutons la tutelle du ministère de la Justice puisque dans toutes les affaires judiciaires, l’autorité revient aux magistrats sur leurs auxiliaires.
13 Pour des observations sociologiques stimulantes sur le décalage entre, d’une part, les attentes et les représentations touchant à la police scientifique et technique et, d’autre part, ses résultats réels, lire Mucchielli (2004, 2). En l’absence de sources sur la période, il ne s’agit pas de faire d’anachronisme mais de relever qu’à la Belle époque existe cette même vision enchantée des procédés inventés par Alphonse Bertillon. Leur portée est sans doute plus limitée que ne l’affirment les admirateurs du créateur de l’Identité judiciaire, comme nous le suggérons dans López (2006).
14 Le lieutenant Fontan, de la Garde républicaine, s’illustra particulièrement en réactualisant l’art de la poliorcétique lors de ces circonstances. Il déposa des explosifs au plus près du fortin de Jules Bonnot, dont les murs détruits laissèrent alors passer les assiégeants.
15 Le Petit Parisien (1912 [b]) décrit la poursuite des bandits en automobile par des gendarmes à bicyclette, sans téléphone, ce qui permet aux malfaiteurs de s’échapper à nouveau, sans que les militaires puissent communiquer avec la Sûreté générale, le Parquet, le commandant de la gendarmerie de la région et la Préfecture de police, pourtant « mis au courant des faits ».
16 « La gendarmerie doit rester simplement la gendarmerie et ne pas se transformer en courtier électoral ou en mouchard politique (…) », Moniteur universel (1886).
17 Processus de professionnalisation des gendarmes étudié en détail par Houte (2006) pour le XIXe siècle.
18 D’un Célestin Hennion, par exemple, ancien président de l’association des commissaires de police. 
19 Le rapport adressé 17 janvier 1911 par le commandant de la brigade de Villeneuve-Saint-Georges est, à ce titre, significatif. Il signale au commandant de l’arrondissement les recherches menées concernant un anarchiste, qui a été signalé à la brigade de Villeneuve par le commandant des brigades de Corbeil car l’anarchiste devait se faire viser par les militaires ; or, « il ne s’est pas présenté à la caserne. M. le Commissaire de police nous a déclaré qu’il s’était présenté à son bureau et avoir dit se rendre à Paris, où il l’a signalé par télégramme », 227, SHDG.
20 L’article 96 du décret du 20 mai 1903 – réitérant l’article 116 du décret de 1854 – rappelle aux militaires que « dans aucun cas, ni directement, ni indirectement, la gendarmerie ne doit recevoir de missions occultes de nature à lui enlever son caractère véritable. Son action s’exerce toujours en tenue militaire, ouvertement et sans manœuvres de nature de porter atteinte à la considération de l’arme ». L’indétermination des « missions occultes » laisse une large part d’autonomie aux prescriptions de la hiérarchie et aux individus les appliquant pour donner une réalité à cette norme.
21 4 M 76, Arch. dép. de l’Ain. Les officiers se mêlent eux-mêmes de surveiller les déplacements d’ecclésiastiques, par exemple, pour renseigner les préfets de la monarchie de Juillet.   
22 La surveillance des communistes prenant le relais de celle des anarchistes. à nouveau, des officiers s’occupent directement de police politique, renouant avec les pratiques du premier XIXe siècle, alors que les officiers avaient eu  tendance à s’en départir, au moins dans les discours, entre 1870 et 1914.
23 Lois du 18 décembre 1893 (art. 265 à 268 du Code Pénal) : quiconque pourra être condamné aux travaux forcés ou à la relégation s’il est suspecté d’avoir participé à une entente entre des personnes dans le but de porter atteinte à des biens ou des personnes.
24 Définies notamment dans l’instruction du 1er octobre 1911 « ayant  pour objet de rendre plus étroites les relations de la gendarmerie avec les brigades régionales de police mobile ».
25 Le décret du 30 décembre 1907 créant les douze Brigades mobiles recommande aux fonctionnaires de l’Intérieur « les plus grandes déférence et courtoisie » envers les gendarmes et les policiers municipaux. Cette recommandation fut ensuite régulièrement rappelée aux policiers, notamment en 1911, 1922 et 1925, comme aux militaires par des circulaires générales ou des consignes plus ponctuelles.  
26 Expression empruntée au titre du n° spécial de la Revue d’histoire moderne et contemporaine (2003).
27 Rapports d’attribution de récompenses consécutifs aux épisodes de Choisy et de Nogent, EA 140-141, APP.
28 La confusion entre le meurtre du brigadier Dormoy, le 31 janvier 1912, près d’étampes, par deux malfaiteurs, et les homicides commis par Bonnot et ses comparses est entretenue par la presse professionnelle des sous-officiers ; celle-ci déplore que les gendarmes ayant arrêté le meurtrier ne soient pas associés aux éloges des assaillants des fortins de Choisy et de Nogent, Progrès de la Gendarmerie, 1912 [c]. Ce constat polémique, paru le 25 mai, est démenti par les récompenses attribuées le 13 juillet à trois gendarmes ayant participé à la poursuite des malfaiteurs six mois plus tôt.
29 Rapprochement à relativiser par l’observation du commissaire Péchenard (2003) qui insiste sur le fait qu’il a fallu attendre le 1er janvier 2003 pour que le Système d’analyse des liens de la violence associée au crime (SALVAC) établisse une unité de synthèse nationale en matière de recherches criminelles, qui n’existait pas jusqu’alors, en dépit de la création d’une police dite « nationale » en 1966. C’est déjà ce qui était reproché, entre autres, aux forces de l’ordre en 1912.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent López, « 1912, l’affaire Bonnot : les effets contradictoires d’une crise sécuritaire sur les polices et la gendarmerie », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 20 juin 2007, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/521

Haut de page

Auteur

Laurent López

Doctorant en histoire contemporaine, Université Paris IV-Sorbonne (Centre de recherches en histoire du XIXe siècle) et Université de Bourgogne (Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales, Guyancourt), chargé de recherche CNRS (détaché au centre Georges Chevrier-UMR 5605, Dijon), laurent.lopez8@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org