Navigation – Plan du site
Actualité du RT 3 : normes, déviances et réactions sociales

Déviant, délinquant,  militant : parcours de vie dans la subculture technoïde

Lionel Pourtau

Résumé

La subculture technoïde est née d’une innovation artistique, la techno, et organisationnelle, la free party. A partir de récits de vie et d’observations participantes, nous étudierons plusieurs types de parcours qui ont amené des jeunes gens, amateurs de techno à circuler entre ces trois pôles : amateurs, délinquants ou militants au gré des interactions avec l’environnement social, judiciaire ou législatif. Certains ont vécu toutes les étapes, d’autres non. Nous chercherons à montrer en quoi la capacité à symboliser son expérience puis à accéder à la parole publique (individuellement ou à travers un groupe de pairs considéré comme représentatif) sont les angles de compréhension adéquats pour expliquer les différentes évolutions. Dans le cadre d’un reflux des idéologies, du moins dans les classes populaires, l’acte politique apparaît parfois là où on l’attend le moins.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La subculture technoïde est née d’une innovation artistique, la techno et une innovation organisationnelle, la free party. Une free party est une rave sans vocation commerciale, la plupart du temps clandestine, organisée par un collectif informel qui se qualifie de tribu techno ou de Sound System (exemples de nom de tribus : Les Hérétiks, Voodoo’z Cyrkl, les Dfazés). À partir de récits de vie et d’observations participantes, nous étudierons plusieurs types de parcours qui ont amené des jeunes gens, amateurs de techno à circuler entre ces trois pôles : amateurs, délinquants ou militants au gré des interactions avec l’environnement social, judiciaire ou législatif. Certains ont vécu toutes les étapes, d’autres non. Dans le cadre d’un reflux des idéologies, du moins dans les classes populaires, l’acte politique apparaît parfois là où on l’attend le moins.

2Nous avons, ailleurs, étudié les dimensions questionnant le rapport du mouvement technoïde à la société sous l’angle du rapport politico-juridique (Pourtau, 2005a) ou de la philosophie politique (Pourtau, 2005b). Mais cette vision était macroscopique et ne concernait qu’une minorité des membres de cette subculture. Nous essaierons ici de nous intéresser aux parcours biographiques de ceux, les plus nombreux, qui ne cherchent pas à entrer dans une interaction conscientisée avec l’Institution. Ils essaient d’échapper à la société, d’échapper aux rapports politiques. Il y arrivent en partie et pourtant ont des pratiques infrapolitiques qui ne semblent pas être transférables dans d’autres segments de leurs vies, du moins dans le court terme - quelques années - de notre étude. Cet article s’appuie sur le terrain exploré et les recherches menées dans le cadre de notre thèse (Pourtau, 2005c). Les extraits d’entretiens en sont issus.

Éléments diffus d’idéologie

L’éloignement de la norme sociale

« Q : Qu’est-ce que la société n’apportait pas ?

Cette liberté. Dans la société, tu n’es libre de rien ! Et là tu as la liberté totale, d’être à l’endroit que tu as voulu, faire ce que tu veux. Enfin, faire ce que tu veux, juste ça : te rassembler à plein de gens et faire la fête. On ne veut pas rentrer dans un contexte de gens qui grappillent tout ce qu’ils peuvent sur toi, qui te foutent dehors à 5h00 du matin… Enfin, l’esprit “ boîte ” quoi. Nous, c’est pas pour faire des sous. C’est juste pour passer un bon moment1 ».

 « C’est pas un combat contre la société. On veut juste prouver et démontrer que la jeunesse sait créer, inventer des mouvements culturels, faire naître de nouvelles identités par elle-même ; prouver notre talent que l’on dit en perte de dynamique, mou. Là on prouve le contraire. On existe par nous-mêmes, on crée quelque chose, on le développe et on l’amène jusqu’au bout. On n’est pas contre la société, on veut « juste l’embellir » comme disait les hippies. Mettre un petit peu de douceur2 ».

3L’apparition de la musique techno au début des années 80 au Royaume-Uni et à la fin de cette même décennie en France a engendré rapidement son propre format d’audition et de concert, la rave d’abord, la free party et le teknival ensuite. Chassés des discothèques par une réputation sulfureuse, la toxicomanie intrinsèque de la musique, les concerts de techno ont dû tout d’abord créer leur propre espace d’audition, les raves, tout entières vouées à ce style. Mais certains amateurs décidèrent de ne plus être de simples spectateurs et décidèrent de prendre en charge l’organisation même des spectacles dans un cadre d’autogestion et d’autonomie. Cela eut un prix, le sacrifice du respect des normes administratives ou techniques, les raves devinrent des free parties. Un rassemblement de plusieurs free parties sur un même lieu, une sorte de festival, tout aussi informel s’appela un teknival.

4 L’éloignement de la norme sociale ne se fait pas volontairement donc pas de façon clairement réfléchie. On a l’apparition d’une innovation artistique, ici musicale, qui a du mal à se faire une place dans les dispositifs habituels d’audition des musiques juvéniles populaires. En la rejetant, l’institution perd la capacité de la contrôler et de la garder à proximité de ses standards. La déviance s’accentue, investit d’autres secteurs de l’activité que le strict domaine artistique. Hors des coûteuses réglementations de sécurité, une nouvelle organisation économique devient possible. À partir d’une nouvelle organisation économique, de nouveaux rapports sociaux deviennent possibles.

5Parlant de l’underground français, Zafiropoulos et Pinell écrivent : « Prônant un mode de vie alternatif, il sera au principe de la genèse d’un espace social nouveau où l’ensemble des positions n’est pas déjà occupé par les aînés et apparaîtra donc comme un lieu de placement propre à éviter le déclassement »( Zafiropoulos & Pinell, 1982, p 66)

6La fondation d’un Sound System est une stratégie de reclassement. Elle permet à ses membres de construire une identité groupale transformant leur inadaptation aux valeurs dominantes en projet alternatif d’autant plus valorisé qu’il rencontre un certain succès populaire, en particulier dans leur classe d’âge. Puisqu’ils ne peuvent obtenir les premières places dans le jeu officiel, ils construiront un jeu alternatif où leurs points forts particuliers deviendront les qualités générales pour y réussir.

7La subculture marginale représente la répudiation explicite des modes de vie de la classe moyenne et l’adoption de leur antithèse pour échapper au jeu de la Société globale dans lequel ils ont la sensation qu’ils ne peuvent gagner.

8En se posant la question des pressions conduisant les jeunes à former ou à rejoindre les subcultures marginales, Cloward et Ohlin répondent à travers l’anomie mertonienne. Selon ce dernier, deux niveaux régissent la vie sociale organisée : la structure culturelle, définissant les buts et les normes, et la structure sociale composée de l’ensemble des relations dans lesquelles les individus sont impliqués (Cloward et Ohlin, 1960). L’anomie est plus qu’une rupture, c’est aussi une frustration qui va permettre d’expliquer les pressions conduisant à la déviance. Dans le cas qui nous intéresse, nous allons dans le sens des analyses de Cloward et Ohlins. La subculture marginale n’est pas une réponse symbolique qui cherche à établir une échelle de prestige antithétique aux normes communément admises, mais une réponse essentiellement pratique à des problèmes. Par contre il est possible que dans un second temps, par effet secondaire, ce prestige puisse se développer.

Éléments d’idéologie

« On avait des discussions autour de ce que pouvait être ce mouvement, ce qu’on faisait. Avec des propos du type, ‘ t’es free party ou tu  ne l’es pas’. Ça veut dire, être rebelle à fond, aller au bout de l’idée, être complètement alternatif. Et il y avait un principe, la free party, c’était un cadre. Et pour que cela marche, il fallait coller à ça. L’Ardoiserie3 a été une réussite, avec 2 sons, de la déco, un site magnifique, des after qui n’en finissaient pas, on passait une semaine dans la montagne noire. On allait d’un chalet à un autre. On a continué dans cette voie4 ».

9Le monde de l’idéologie est celui des relations que chaque société pense entretenir avec l’univers entier, avec le cosmos humain et extra-humain, avec ce qu’on y place comme réalités sensibles ou non, intelligibles ou non, définissables ou non en termes rationnels. L’idéologie est l’expression de ces relations avec le cosmos. Ces idées, pratiques et organisations peuvent à leur tour provoquer des émotions, des sentiments, des passions secondaires qui nuancent ou modulent ceux provenant de l’affectivité primaire. Pratiquement, on ne peut en faire la distinction (Rodinson, 1993). Ici, on n’a que des fragments d’idéologies parce que la pratique ne dure pas plus de quelques années pour chez chaque sujet.

10La plupart des groupes déviants ont un système d’autojustification que l’on peut identifier comme une idéologie (Becker, 1985) :

« (…) moi j’étais très fière d’être VDZ. C’était un nom que je défendais avec rage.

Q : A quoi attribues-tu cette fierté ?

On a fait des choses bien. Au-delà des fêtes, moralement ! On a fait ça avec un bon fond, qu’avec des choses positives. On a toujours été bienveillants avec nos teuffeurs, on n’a jamais voulu les arnaquer. On leur a jamais vendu de drogue. On a toujours été bienveillants. C’est pour cela que je suis fière. Et puis parce qu’entre nous on a fait des choses bien. Je suis fière d’avoir fait ça, d’en avoir fait partie5 ».

11Pour Parsons, on peut appeler « valeurs » un élément d’un système symbolique qui sert de critère pour choisir une orientation parmi les diverses possibilités qu’une situation laisse par elle-même ouverte (Parsons, 1955). Les valeurs apparaissent après les solutions aux problèmes concrets. C’est le résultat d’une mise en système, qui est toujours postopératoire. N’oublions pas que la constitution en tribu n’est que le résultat d’une expérience émotionnelle antérieure à toute formulation philosophique ou idéologique.

12Dans certains cas, somme toute plus rares, l’illégalité pouvait répondre à des choix consciemment idéologiques. Nous avons vu que si le goût pour l’illégalité n’est venu que dans un second temps, il a vite été valorisé comme excitant supplémentaire. Mais comme les autres excitants, si certains se contentent d’une même dose raisonnable, d’autres sont toujours dans le dépassement permanent. Ce fut par exemple le cas du Sound System francilien Hérétiks qui s’essaya à ce qu’ils appellent des « attentats sonores ». Le choix du lieu d’une free party répond habituellement à des critères pratiques et esthétiques, pas idéologiques. Elle est installée dans un endroit où elle gênera le moins de monde possible, limitant ainsi les risques d’interventions de la police. Les « attentats sonores » hérétiks avaient pour cibles des lieux particulièrement provocateurs. On citera par exemple une free party dans les sous-sols de la salle de spectacle de Bercy, considéré comme le temple de la musique commerciale et une autre dans la piscine désaffectée de Molitor en plein cœur du très bourgeois XVIe arrondissement de Paris. Mais nous le répétons, ces cas sont très minoritaires par rapport à l’ensemble.

« Q : Des valeurs vous motivaient ?

(Silence…) « Je comprends pas ce que tu demandes. On n’organise pas des soirées pour faire passer telle ou telle valeur. Mais, parce que ce sont ces personnes en particulier qui organisent des soirées, les valeurs passaient6 ».

 « Q : Il y avait des éléments d’idéologie ?

« Jamais explicitement, juste de façon isolée. Il n’y avait pas de concepts à appliquer, ça s’est fait, ça s’est construit dans l’action. C’était vachement expérimental. C’était intuitif, les gens se retrouvaient et partageaient des valeurs communes. Maintenant c’est plus gros donc plus superficiel. Le respect, la fraternité, l’antifascisme, le libertaire, l’antisocial envers la société, une critique absolue, au moins au moment de la free party. Être contre faisait partie des valeurs communes. C’était un des rares endroits où on pouvait l’être. Il n’y avait personne pour te rappeler à l’ordre. On s’éveillait à la conscience d’être contre et pourquoi, on vivait un moment de ce que tu pourrais vivre si la société n’existait pas. La free party a véhiculé de suite avec celle l’idée de marginalité sociale séduisante. Cela s’adressait à un public a priori alternatif. Les gens ne venaient pas avec des questionnements politiques mais le mode de vie induisait des effets politiques mais peu verbalisés, si ce n’est pas des gimmicks comme la fraternité7 ».

13Gaillot juge que « La techno se constitue comme une musique qui ne délivre et ne propose aucun message. Cela se situe d’emblée en dehors du débat politique au sein duquel se sont toujours positionnées d’autres formes de musique populaire, telles que le rock, le punk ou le rap » (Gaillot, 1999, pp15-16). Nuançons cette idée. À la naissance de la techno, le label Underground Resistance (UR) fonde l’engagement de la techno. Sans doute faut-il voir là une « habitude » de nombre de musiques typées à avoir un volet d’inscription idéologique. Une musique émerge de certaines situations sociales (Blues, Tango, Punk…). Situations sociales dont l’expression musicale peut avoir un aspect contestataire. Mais la différence se fait entre les musiques où cette tendance reste dominante (Rap) et celle où elle reste sur un mode mineur. La techno fait clairement partie de la seconde même si sa prohibition lui a incontestablement injecté une dose supplémentaire de militantisme. Il peut d’ailleurs y avoir des spécificités nationales.

14M. Maffesoli s’appuyant sur Montherlant fait remarquer qu’« il y a toujours une certaine moralité dans l’immoralité, une morale que le clan se forge pour lui seul et qui a pour corollaire l’indifférence vis-à-vis de la morale en général » (Maffesoli, 2000, p 173). A partir du moment où la communauté se cristallise autour de deux transgressions de la morale classique, l’illégalité de la fête, et à un moindre niveau l’illégalité de la consommation de stupéfiants, la morale du groupe a une certaine autonomie mais sans plus. L’enjeu est là.

15Il faut cependant être prudent avec la question idéologique. Peut-être parce qu’en prenant ces termes, les technoïdes ne font que puiser dans le stock de connaissances pour pouvoir nommer ce qui en fait ne répond pas à cette définition.

16L’émergence de la subculture technoïde ne s’est pas faite à partir de l’hostilité à l’encontre de personnages odieux ou par la destruction d’objets d’oppression. Les dégâts occasionnés par les teuffeurs et les free parties sont collatéraux, malencontreusement consécutifs.

17Ensuite, par « comportementalisme », à agir pour des causes que l’on croit être à la source de son action, cela peut devenir vrai. Ce serait en quelque sorte une application du théorème de Thomas aux croyances. Bergson parlait de l’effet rétroactif de la vérité. En en faisant une variation, on peut dire qu’agir à partir de fausses représentations peut au moins en partie modifier la représentation du monde social pour la rendre plus cohérente avec la manière dont on se la représentait.

18La faiblesse de l’idéologie chez les jeunes n’est pas une observation récente. Pour Keniston (Keniston, 1960), l’incertitude à laquelle est soumise la jeunesse (dans son cas américaine) conduit une partie des jeunes, les « désengagés », à une véritable aliénation. Cette jeunesse a le culte du moment présent et ne parvient à se définir que négativement par la répudiation des valeurs centrales de la culture à laquelle elle appartient et notamment de toutes les caractéristiques (agressivité, initiative, réussite) qui définissent culturellement le rôle sexuel masculin et l’American way of life. Il y voit l’apparition de tendances régressives qui se manifestent par le refus de la vie adulte. Pour lui, ce refus de la vie adulte équivaut à un échec de l’acculturation et produit de graves difficultés psychologiques. Les individus qui se définissent presque entièrement par ce à quoi ils s’opposent ne parviennent pas à donner unité et cohérence à leur identité personnelle. Nous ne partageons pas pleinement ce que ce jugement sous-entend. Construire son propre chemin, tenter des constructions sociales et un autre rapport aux valeurs demande un effort inouï et c’est cet effort-là qui peut engendrer des pathologies sociales ou mentales. Il y a donc deux types de différences qui apparaissent, la première de création et la seconde de pathologie. Il est tentant pour une personnalité conservatrice normée d’analyser les deux comme pathologiques mais ce n’est peut-être pas le cas. À sa décharge, remarquons que la labilité des initiatives de comportements sociaux due autant à la fragilité de leur construction qu’à la capacité d’une société à les refuser peut laisser croire qu’il ne s’agit pas d’une tentative d’évolution mais simplement d’une mode ou d’une pathologie que le corps social a réussi à éradiquer.

19Donc on trouve un rapport à la légitimité très diversifié, y compris au sein d’une même tribu techno. Pourtant même chez ceux qui profèrent un vide de discours idéologique a priori, on trouve cependant des pratiques, et ces pratiques jouent sur les mentalités.

« On a affaire à une génération de consommateurs. Ce besoin de disques, cet hédonisme boulimique, c’est une attitude de consommateur. C’est évident. Un consommateur jamais satisfait. Alors ça mute. Tu recherches quelque chose de réel malgré tout. L’initiative et la tolérance font muter l’attitude de consommation. On consomme de la drogue mais on pense plus que d’autres notre consommation de drogue. Quand tu vois les dégâts de ta consommation lorsque tu vois les détritus que tu laisses après une teuf, tu penses plus ta consommation que le mec qui achète à Carrefour, qui jette à la poubelle et qui ne voit pas les décharges qui se remplissent. Au départ tu as un besoin non-pensé et après tu peux prendre du recul par rapport à ce besoin, et tu peux l’orienter 8 ».

20Sykes et Matza (1957) posent que le déviant reconnaît non seulement la légitimité de l’ordre moral dominant mais aussi sa justesse morale. Pourtant il leur désobéit parce qu’au niveau individuel, il a des priorités sur son cadre moral. Pour notre part, nous pensons qu’il s’agit simplement d’une question de priorité et de focalisation : ce qui est bon, à long terme, pour la société d’un côté ; ce qui est bon, à court terme, pour l’individu ou son groupe affectif de l’autre. Cette dissonance n’est absolument pas le propre des déviants. Un homme riche sait bien qu’il a le pouvoir de changer radicalement la vie de plusieurs dizaines de pauvres en ne sacrifiant que le sommet de son superflu, qu’il pourrait être un peu moins riche sans en souffrir. Mais cela ne changera en rien l’iniquité générale du système dont il bénéficie. Alors pourquoi se sacrifier au nom de la morale ? La différence est qu’une forme de dérèglement par rapport à une certaine forme de morale est légale, et pas l’autre.

21Parsons donne deux processus d’apprentissage, la socialisation (éducation) et l’interaction (expérience ordinaire du monde). Ils dotent tous les membres d’une société d’un semblable univers de références. La cohésion sociale leur évite normalement de se contredire. Mais au moment où l’éducation parentale ou scolaire est mise en question, il peut y avoir une dissonance suffisante pour que des chemins de traverse soient tentés pour une période. La motivation à ce moment n’existe plus beaucoup. Les normes ne sont pas que des prescriptions, elles sont aussi des ressources pour l’action. Par induction, on peut vouloir trafiquer les normes pour modifier les actions.

22À partir de là, il ne faut pas s’étonner que le package éthique des technoïdes soit peu intégré dans un cadre cohérent, voire parfois sembler des plus contradictoires. On pourrait choisir l’exemple du rapport à la technologie et à l’écologie. Il peut sembler paradoxal. On a d’un côté une pratique intense des technologies tant de la deuxième que de la troisième industrialisation et de l’autre, un discours très écologique alors qu’une free party ou un teknival sont rarement un bon moment pour la nature qui les reçoit et que les associations écologistes sont souvent parmi les premières à s’opposer à ces événements, comme lors des teknivals de Marigny de 2003 et 2005.

23Il apparaît, de façon somme toute assez banale, que le facteur écologique est primaire dans les consciences du milieu technoïde lorsqu’il est lié à ceux qu’ils perçoivent comme les pouvoirs dominants. On dénoncera les industriels, le G8, le néolibéralisme, les groupes pharmaceutiques. Mais lorsque la free party, avec ses moyens réduits, nécessitent que la nature soit usée, alors le facteur devient secondaire même si la question de la propreté est devenue suffisamment prégnante pour que, petit à petit, on observe des efforts de la part des acteurs.

De la différence à la délinquance puis à la retraite

24Cette faiblesse du contenu idéologique participe à la labilité de la subculture. Bâtir signifie pouvoir aller au delà de la réaction. J.-M. Seca juge que les musiques émergentes synthétiseraient, de différentes manières, les figures du désengagement, de la méfiance, de la déviance (Seca, 2001, p158).

25La perception des Institutions ne prend que peu en compte la motivation et le système de valeurs des déviants. Même si leurs réactions sur le terrain seront parfois plus fines que les textes de lois. Les Sound Systems commettent toute une série d’infractions pour lesquelles ils seront poursuivis.

Le rapport à l’acte illégal

26Il faut selon nous clairement séparer deux formes de délits. Ceux engendrés par la pratique même de la free party et acceptée voire valorisée par l’éthique de la subculture. Le viol de propriété privée pour organiser ces fêtes ou la volonté de ne pas déclarer les activités liées à cette organisation sont conscientes et défendues. Non, ils ne déclareront rien à la SACEM, non ils ne demanderont pas de licence pour vendre des bières, etc. Mais cela est argumenté et assumé. Il y a là présence d’une dissonance entre la société globale et la subculture.

27Mais pour toute une série d’autres actes délictueux fréquemment accomplis dans ce milieu, ils seront jugés négativement même s’ils sont pour certains pratiqués. Prenons l’exemple des travellers. C’est ainsi que l’on nomme les technoïdes qui vivent, pour une partie de l’année, pour quelques années dans des camions aménagés pour y vivre, allant de free parties en teknival, de la France à la Roumanie, de l’Espagne à la Hollande. Le nomadisme technoïde répond à trois besoins : l’envie de voyager, le souhait de faire connaître la subculture technoïde et la tentative d’échapper  au contrôle social et institutionnel. Il juxtapose donc une recherche personnelle à connotation symbolique forte, une ouverture sur le monde et, comme à chaque fois dans cette subculture, une réaction pratique à l’hostilité de l’environnement local.

28Normalement, on économise durant les périodes sédentaires pour financer les périodes nomades. Cependant, la simple révision des poids lourds, des bus ou du sound system a vite fait d’absorber les maigres liquidités du groupe. De plus, en dernière minute, se greffent toujours à l’expédition des personnes qui décident de partir sans réserve financière. L’hospitalité du milieu fait qu’elles seront souvent quand même acceptées. Pendant les voyages, la précarité financière est la plus grande car il y a toujours des événements et donc des dépenses imprévues. De façon générale, deux types de vols sont fréquents, le vol de nourriture et le « siphonnage », c’est-à-dire le vol de gas-oil.

29Faire un « plan siphon » consiste à trouver un chantier et à voler du gas-oil dans les réservoirs des véhicules de travaux publics. On s’introduit de nuit dans un chantier avec des bidons et un tuyau souple (caoutchouc par exemple), on va près d’un camion ou d’une grue, on ouvre le réservoir qui dans ce type de véhicule ne ferme pas à clé. On introduit un embout du tuyau dans le réservoir, on aspire de façon à amorcer le mécanisme de pompe. Avant que le liquide n’arrive aux lèvres, on introduit le second embout dans le bidon placé à un niveau inférieur de celui du réservoir et le fluide coule.

30Nourriture et gas-oil étant les deux éléments de consommation ayant un certain niveau d’incompressibilité, la morale des travellers accepte le vol pour ces denrées.

31Certains travellers technoïdes développent la même pratique que certains membres d’autres populations migrantes, le vol à la roulotte.

« Pour le mouvement, c’est un mouvement d’initiative et l’initiative est connotée avec la mobilité. Plus tu es entravé, plus tu dois être mobile. C’est très formateur puisque tu es confronté à des situations différentes. Tu dois toujours t’adapter. Mais l’inconvénient est que cela ne peut être fondateur. Il faut des cadres et des structures et c’est difficile en passant sa vie dans un camion, même si tu as des portables pour communiquer au Japon. Quand t’es traveller, tu passes surtout ton temps à piquer des outils et à siphonner des réservoirs9 ».

32Nous sommes encore dans un rapport complexe à la légalité et à la morale. Oui, voler est mal et ne sera pas justifié par une éthique, à la différence de l’occupation d’un lieu abandonné pour y faire une fête. Mais cela sera justifié par la nécessité.

33La consommation de stupéfiants semble se placer dans une zone à part. Peu défendue, à l’exception peut-être du cannabis, mais très pratiquée. La position est différente sur le trafic lui globalement condamné même si individuellement les consommateurs sont contents de trouver des vendeurs.

Les cas "Mozart" et "Bach"

34Afin que ces différentes nuances ne restent pas trop théoriques, prenons les exemples, étudiés par nous, de deux tribus technos ayant fait des choix différents quant au niveau acceptable par leur éthique d’illégalité.

35La tribu "Mozart"10 accepte de commettre les délits liés à l’organisation d’une free party :occupation d’un espace public ou privé sans autorisation, nuisances sonores, bar clandestin, non déclaration des droits à la SACEM et consommation de stupéfiants mais elle s’interdit le commerce de stupéfiants.

36La tribu "Bach"11 reprend les infractions supra, y rajoute le fait de conduire voitures et poids lourds sans permis et accepte que certains de ses membres aient un commerce régulier de stupéfiants avec ce que cela induit de contact avec le crime organisé.

37Mais le commerce des stupéfiants ne doit pas aveugler l’ordre des causes et des conséquences. L’axe central est celui de la déviance, de la volonté de vivre de façon la plus complète possible la subculture technoïde, à la recherche de l’autonomie la plus grande par rapport à la société globale, avec la durée comme variable. Vivre en autonomie relativement forte de la société globale induit une vie de précarité économique que sont tout à fait prêt à assumer les technoïdes. Pourtant cette précarité est, au fur et à mesure que la carrière déviante dure, que le sujet vieillit, devient de plus en plus fatiguante. Le recours au vol et au trafic de stupéfiants est donc une façon de continuer à vivre sa déviance en allégeant le poids de la précarité économique. En résumé, on pourrait dire que pour durer au delà des motivations initiales, au delà de deux, trois ans, on observe que les tribus technos s’appuient de plus en plus sur le vol et parfois, pour certains de leurs membres, s’adonnent au trafic de stupéfiants. Mais à ce stade-là, il s’agit quasi exclusivement de parcours individuels et non de parcours de groupe.   

Les dealers en free partie et teknivals

38Lorsque la free party devint de moins en moins cachée, qu’elle eut de plus en plus de succès, les réseaux classiques de commerce de stupéfiants s’y sont intéressés et greffés. Comment percevoir l’organisation et le type de dealer ? On ne peut le faire selon nous, dans le cadre d’une méthodologie d’observation participante qu’en remontant la pyramide du bas vers le haut, au rythme de ceux que l’on rencontre le long de sa recherche.

391er niveau

40Le dealer qui finance par la vente sa propre consommation. Il achète 20 comprimés d’ecstasy ou 20 buvards de LSD. Il en  vend 17, en garde 3 pour lui. Opération à somme nulle ou presque.

41Ce type de dealer a, pour ainsi dire, disparu, à cause de la chute des prix. Fin des années 90, prendre deux à trois comprimés d’ecstasy pendant une rave coûtait presque 1000 FF. D’où l’intérêt de ce petit exercice de revente pour financer votre soirée. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. D’une part, les marges se sont écroulées, par ailleurs presque n’importe qui peut se procurer 15 euros afin de « passer une bonne soirée » pour reprendre une expression que l’on entend beaucoup. Ce niveau disparaît donc à la fin des années 90.

422ème niveau

43Le dealer par plan. Faire un plan, cela signifie « faire exceptionnellement, pour quelqu’un dont ce n’est pas l’habitude, une opération de commerce de stupéfiant, afin de financer une dépense exceptionnelle, achat d’un véhicule, d’un appareil de sonorisation, un voyage. C’est le fait de personnes suffisamment impliquées dans le milieu pour connaître des dealers de niveau 3 ou 4. Il achète quelques centaines d’unités qu il revend au détail pendant une courte période avec une marge de 30%. Parfois, il peut aussi faire le passeur : aller les chercher en Hollande, en Espagne ou en République tchèque.

443ème niveau

45Le dealer à plein temps. Nous appelons ainsi ceux dont c’est la source de revenus permanente (du moins durant leur carrière de déviant pour reprendre l’expression de Becker). Il achète de 100 à 500 comprimés d’ecstasy, de 20 à 100 g d’amphétamines auprès d’un semi-grossiste et tire de la revente un bénéfice lui permettant de vivre modestement (entre 1000 et 2000 euros par mois). Il participe alors à tous les types de soirées : free parties, teknivals, raves, discothèques, soirées privées.

464ème niveau

47Le semi-grossiste. C’est notre niveau maximum de connaissance directe. Ses revenus sont significatifs, entre 4000 et 7000 euros par mois. C’est lui qui fournit les niveaux 2 et 3. Il ne vend pas lui-même au détail. Il a une dimension de chef d’entreprise et des responsabilités sociales par rapport à ses employés. Si un de ses sous-traitants tombe sans le dénoncer, il soutiendra financièrement sa mère, sa petite amie, etc. On est là dans des mécanismes de banditisme plus classique.

485ème niveau

49Nous n’en avons jamais rencontré. Les dealers de niveau 4 y ont fait allusion devant nous mais en refusant d’entrer plus que cela dans les détails.

50Les dealers communautaires ne se trouvent qu’aux trois premiers rangs. Après ce niveau, leur carrière de dealer devient dominante par rapport à leur identité de technoïde. Pourtant certains aiment bien s’identifier à la subculture technoïde car elle est plus valorisante que celle de dealer. Prenons l’exemple d’Albert (cas réel sous pseudonyme), dealer de niveau 4, il nous expliquera longuement que dans ses comprimés d’ecstasy, il ne met que du « bon », c'est-à-dire MDMA pur et excipient parce « il respectait la teuf ».

51Les free parties sont prises en charge par des dealers de type 2 ou 3. Dans les teknivals, on trouve souvent des dealers de niveau 4 venus superviser de grosses opérations de par les quantités qui s’achètent dans ces événements.

52Comme nous l’avons déjà dit supra, nous n’avons pas souhaité traiter de façon approfondie la question du trafic de stupéfiants. Mais nous avons cependant acquis la certitude que la grande majorité des Sound Systems ne tirent pas l’essentiel de leurs revenus de ce commerce. Et ce pour des raisons qui ne concernent pas seulement la morale. Une tribu techno fonctionne sur des logiques égalitaires. Or si l’un d’entre eux se met à dealer, ses revenus deviennent rapidement beaucoup plus importants que la moyenne du groupe, ce qui tend à fragiliser celui-ci. Si tout le groupe se met à dealer, le volume d’activité ne tarde pas à attirer l’attention de la police qui, tôt ou tard, finit par l’arrêter.

Répandre sa différence : Un militantisme partiel à durée limitée

53Cette faiblesse du contenu idéologique explique la difficulté du mouvement à s’organiser de façon positive. Être contre un modèle est une chose, s’entendre pour en promouvoir en est une autre. Surtout lorsqu’il s’agit de chercher des compromis avec des institutions. Mais reste pourtant un élément indiscutablement militant, celui de promouvoir la subculture.

La forme la plus commune de militantisme : la volonté de transmettre

Et puis le matin à 6 heures du mat quand tu es derrière ta façade et que tu vois le dance floor rempli de gens trop contents qui font des bonds de partout, qu’il y a des lights, que c’est beau, que la musique elle te plaît, tu sors dehors tout le monde rigole, c’est la fête, tu le vis plus fort qu’en simple teuffeur. J’ai eu des fois où j’avais la chair de poule et les larmes aux yeux devant un dance floor. Tu te dis : « c’est nous, c’est grâce à nous qu’ils sont tous en train en kiffer, trop content, c’est grâce à nous ! ». T’es content ! Moi je suis contente de voir que les gens ils sont contents. Et puis la deuxième phase, c’est au matin, tu vois des gamines de quinze ans, les yeux jusqu’aux orteils, défoncées, et tu te dis “ putain c’est à cause de moi qu’ils sont comme ça ? ”. C’est pas pareil. Ça, cela fait partie de la phase descendante. Au début, le matin c’était bien, les gens ils n’étaient pas trop défoncés et puis au bout d’un moment le matin, j’avais l’impression d’avoir la conscience lourde. Que tu vois des gamins qui ne sont même pas majeurs, à bloc de Kéta, retournés contre un camion. Au début chez nous non, mais les dernières, au matin, il y avait du trashos, du sordide. Il y avait des matins un peu raides, trop. Et là, moi, je me sentais une part de responsabilité. Mais moi je me sentais un part de responsabilité pour tout. Il y aurait eu un mec qui aurait fait une OD12 à une de nos teufs, je m’en serais voulu toute ma vie. Heureusement que cela ne nous est jamais arrivé. Moi quelque part, je me sentais  responsables des gens qui venaient à nos teufs quand même. Même si on dit “ autonomes, ils sont grands, ils se démerdent, ils se gèrent ”. Dans la mesure de tes capacités. Évidemment tu peux pas tourner toute la nuit sur le parking et frapper à toutes les fenêtres de voitures en disant “ attention ne prenez pas de kétamine, ce n’est pas bon pour vous ”. C’est pas faisable. Mais quand il y a un mec qui vient te voir au bar en te disant “ ma copine est dans les pommes ”, eh bien, tu prends du sucre, du coca et tu y vas. Tu fais avec tes moyens, on a toujours eu une trousse de secours et une grosse avec beaucoup de choses, des bandes, des pansements. On était préparé à ça13 ».

54Parmi les traits majeurs de ce que J.-M. Seca appelle l’underground musical (dans lequel il met la techno), il met la volonté de conversion d’autrui (Seca, 2001, p. 14). En ce sens, nous avons une première forme d’engagement. Vouloir que l’autre partage votre goût et vos expériences sociales, c’est un acte militant.

55Pour J.-M. Seca, « Exprimer ce que pensent vaguement d’autres gens, leur procurer des émotions et quelques bienfaits par une ‘communication cathartique’, pourraient en effet être apparentés à une forme de thérapie ou à l’action d’un chaman. Le partage et l’exportation du bien-être ont valeur d’engagement » (Seca, 2001, p. 84). Nous laissons à J.-M. Seca son audacieuse comparaison avec le chaman mais l’idée d’apporter du bien-être est une idée forte chez les Sound Systems.

56Godbout a développé une théorie liant don et dette hors échange et en résolvant la question du don à l’étranger. Il s’agit de la dette positive (Godbout, 2000, pp. 14-74). Nous la reprenons et l’adaptons à la dimension initiatique de notre « événement-don ». Si le don que l’on a reçu a une partie de sa valeur dans la découverte de la subculture, la dette ne peut être résolue par un contre-don à la source du don puisque l’effet de découverte ne peut plus exister, puisque le don est en fait une initiation.

57Dans le don d’initiation, le sentiment de plénitude lié au remboursement de la dette est dynamique. Il ne vient pas avec le contre-don fait à l’auteur du don mais par son transfert à un tiers. Le principe est celui d’une chaîne d’union où le sentiment de plénitude ne peut venir que de la constitution en maillon lorsque ce maillon a lui-même trouvé, constitué serait un terme plus exact, un maillon pour s’attacher à lui et en faire une unité parmi une multitude, grâce à son appartenance à une multitude.

« Plus un groupe est proche de l’état mental de la foule et plus celle-ci l’attire et exerce une mystérieuse force magnétique sur lui » (Seca, 2001, p. 48).

58Le remboursement de la dette se fait donc de façon transitive, en transmettant le don d’initiation à autrui. Le lien entre la communauté et l’universalisme est ici : une communauté est un ensemble plutôt fermé percevant l’étranger comme une menace sur son identité. La communauté naissante est en développement au nom de la dette positive. On a reçu d’autrui le don d’initiation, on s’acquitte de sa dette en initiant un tiers. Autre effet secondaire positif, la perception de la croissance numérique de la subculture donne l’impression de puissance et multiplie les possibilités de participer à des fêtes, source de l’état psychique source de l’identité technoïde.

L’inchoativité comme limite structurelle du militantisme technoïde

59Les subcultures juvéniles rencontrent un obstacle rarement dépassable. La jeunesse a une durée limitée. Une culture se construit sur la durée et nécessite donc certains éléments de conservation. Or si on peut rester Français, protestant, de gauche ou homosexuel toute sa vie, ce n’est pas le cas pour « l’état » de jeune. Si l’innovation est porteuse de modifications structurelles, elle peut survivre à la disparition de son vecteur. Si sa substance est le produit du vecteur par définition labile et vouée à n’être qu’un temps de la vie du sujet, sa pérennité sera impossible.  

60Dans le cas qui nous intéresse ici, l’expérience émotionnelle vécue en groupe en servant de défouloir semble aussi consommer l’essentiel de sa valeur subversive.

61Souvent les systèmes de justification des groupes déviants s’appuient sur une tradition, des mécaniques de récusations des institutions, bref des conventions. Or rien de tel ne semble s’être développé dans celle que nous étudions ici. C’est une des raisons de la faiblesse et de l’éphémérité. Les sociologues de l’école de Chicago avaient mis en avant cette notion fondamentale de l’apprentissage dans la pérennité de comportements baptisés alors « d’atypiques » par Mc Hught (Mc Hught, 1968). Parce que le mouvement vient de naître, qu’il ne possède ni histoire, ni historiographie et par définition pas de patrimoine, la reproduction ne peut se faire que par imitation directe. Les processus de socialisation « free party » ont lieu pendant les réunions elles-mêmes. En les interdisant rapidement, l’État tente l’étouffement de peur que l’essoufflement ne vienne pas de lui-même mais que la pratique se banalise au point qu’elle sera difficile à arrêter après. En effet, l’immersion est la seule source de transmission de valeur du microgroupe.

62Cette coupure très marquée montre en fait l’autonomie très grande de cette subculture de classe d’âge. Corollairement, cela souligne encore combien la discontinuité générationnelle constitue aujourd’hui une discontinuité culturelle majeure de notre société (Mead, 1979).

63Le caractère éphémère de la subculture technoïde implique par ailleurs un renouvellement rapide de la population qui y participe, avec des « départs » et des « arrivées » nombreuses et permanentes. Les facteurs de conservation de ce système culturel sont donc relativement faibles et celui-ci se trouve soumis à des forces de changement (Lepoutre, 2001, p. 429). La survie d’une culture tient sur la routine et la tradition. Le va-et-vient engendre l’équilibre entre traditions et progrès. La tradition représente le capital nécessaire à la survie du groupe en tant que groupe identifié, nous voulons dire par là, avec une identité passant la génération des fondateurs de la dénomination du groupe. Le progrès représente l’intervention des innovations individuelles ou de microgroupes pour une survie améliorée de la société ou d’une partie de la société. En effet, au fur et à mesure que la fragmentation de la société avance, on peut imaginer que les innovations peuvent n’améliorer qu’un segment seulement de la population.

64Le mode de vie de teuffeur ou de technoïde ne dure pas pour la quasi-totalité d’entre eux. Vient un moment où la carrière s’arrête, où le temps de la retraite vient. Mais c’est un choix individuel qui se fait souvent petit à petit. L’implication s’affaiblit, les séquences de vie technoïdes par rapport aux séquences de vie au sein de la société globale se réduisent en temps et en fréquence. Si la répression policière a joué un rôle sur la dissolution des tribus techno, il ne faut pas oublier que celles-ci se dissolvaient bien avant que les Pouvoirs publics se fassent menaçants Le drame de la répression issue de l’article 5314 de la loi de sécurité quotidienne de 2001 (dite LSQ) est qu’elle a transformé un processus naturel en un choc traumatique. Au moment où les teuffeurs et les technoïdes avaient besoin de cet espace-temps et des éléments de construction identitaire qu’il induisait, il fut supprimé. Sans possibilité de faire le deuil en quelque sorte. Ne reste plus accessible que la musique techno dans son cadre marchand, où le technoïde est renvoyé à sa place de spectateur passif et où tout rôle lui est retiré. Le technoïde devient ou redevient un simple technoïste, un amateur de musique techno.

65En même temps, le premier teknival légal, celui de Marigny en 2003, a montré le dynamisme de la subculture. Être initié à la free party est primordial pour que se créent des vocations. En faire régulièrement est essentiel pour que les Sound Systems restent soudés. Or, lors de ce teknival, venant après deux ans de répressions, c’est plus de 150 Sound Systems qui répondirent à l’appel. Beaucoup d’entre eux étaient inconnus des vieux Sound Systems. Cela signifie que malgré la difficulté à faire des free parties, des Sound Systems s’étaient constitués, avaient investi dans du matériel et avaient profité de la première occasion pour se présenter à la communauté. En 2005, une nouvelle antenne régionale du Collectif national des Sound Systems, toujours informelle, s’est créée pour les régions du centre de la France prétendant regrouper près de 70 tribus (chiffre difficilement vérifiable et pouvant recouvrir des structures très différentes). Durant l’été de cette même année, les petites free parties, de moins de 500 personnes se développent à nouveau, la plupart de façon illégale. Mais cette taille et la faible part qu’elle prend dans la vie de ceux qui les font permettront-elles une différenciation socioculturelle aussi marquée que la génération précédente ? Il faut attendre.

66 Il est donc délicat, dans l’état actuel de la situation, de définir avec précision le rôle de la répression. On peut dire avec une raisonnable assurance qu’elle a accéléré la dissolution de ceux qui commençaient à douter. Mais rappelons-nous, nous avons expliqué supra qu’une des raisons de la fondation des tribus est la difficulté à trouver des free parties près de chez soi. On peut donc imaginer que lorsque certaines se retirent, elles créent un vide rempli par de nouvelles vocations.

L’art comme retraite

« Pas mal vont se diriger dans la voie artistique. Un des aspects positifs de ce milieu techno c’est qu’elle a rendu l’art accessible. La free est accessible géographiquement, financièrement et symboliquement. Personne ne peut se sentir trop con pour aller en free alors qu’ils se sentent trop con pour aller dans un TNP15. Ca c’est vachement bien. Les VDZ ont pu ainsi s’approprier une activité artistique et ça demeurera toute leur vie. Des gens comme Pidge, Rodolphe, Bertrand ont pu se mettre à de la musique sans complexe. En amateur ou en pro, ce n’est pas important16. »

67La question de la valeur artistique n’est pas la question majeure au moment de la fondation du Sound system. Elle le devient lors de la retraite de la carrière. L’art est valorisé dans les deux mondes. Il est donc la passerelle idéale pour renoncer au monde de vie sans sembler renoncer à la subculture en général.

68Ainsi par exemple, Ptit Loïc, membre de la tribu Voodoo’z faisait partie de ceux qui étaient les plus opposés, en 2001 au passage en association loi 1901 de son Sound System. Il va pourtant se détacher de la free party, argumentant sur les mauvaises conditions pour jouer et donc faire prévaloir la question de la qualité sur l’ambiance générale. En 2005, il est intermittent du spectacle dans le cadre du groupe de fusion17 Alif Sound System au début de carrière prometteur et dont les concerts ont un prix d’entrée de 13 euros. Bertrand, autre Voodoo’z et Émilien des HSK, aussi. Ils sont devenus des professionnels. Leurs disques sont édités entre autres chez Sony Music sous le label Yelen.

69Effectivement, les conditions de travail de Ptit Loïc sont désormais plus confortables. En échange, il est retourné dans la division sociale du travail, mais par le haut, la position d’artistes. Des techniciens s’activent autour de lui pour que sa prestation se fasse dans les meilleures conditions. On abandonne un mode de vie que l’on a valorisé donc on ne peut le faire que par une sortie tout aussi valorisée socialement, l’art. Et c’est au nom de l’art que l’on condamne les déplorables conditions que la free party offre aux artistes.

70La production artistique est une recherche d’une voie médiane. Se développe rapidement une disjonction d’intérêt entre le public qui vient essentiellement pour la mise en transe et les Sound Systems qui ont besoin de se renouveler pour avoir leur salaire symbolique et avoir l’impression de progresser dans leur art. C’est vrai pour la musique jouée sur le dance floor comme pour le type de musique produite (les disques sortis).

Conclusion

 « La plongée dans l’instantanéité du plaisir musical sans l’objectif de sa publicité est un moyen d’effacer ou d’atténuer les tensions sourdant de buts collectifs ressentis comme trop contraignants » (Seca, 2001, p. 209).

71Si la plupart ont un temps espéré pouvoir vivre dans la société technoïde, cela fut toujours un rêve de courte durée, placé au début de la carrière du teuffeur, la plupart du temps autour de ses 20 ans. Après vient une période présentéiste où l’on ne se pose pas la question de l’après-carrière technoïde. Pourtant au fur et à mesure, via la répression du mouvement des free parties, via les recherches d’une voie intermédiaire hors illégalité mais parfois hors professionnalisation (à travers les pratiques dites « amateurs »), ou via la professionnalisation, se pose la question de l’intégration de la carrière déviante dans la société globale.

72Ce positionnement s’est compliqué avec l’instauration de négociations entre le gouvernement et les Sound Systems. Fallait-il y voir une possibilité d’une ouverture d’un espace de légalité hors secteur marchand ? C’est pourtant ce secteur marchand, cette professionnalisation honnie qui offre la possibilité de vivre financièrement de cette passion censée être hors commercialisation de la passion.

73Le temps qui passe, le besoin d’intégration économique, le rapport aux Institutions, autant de  facteurs qui vont intervenir sur la conclusion de la carrière déviante des technoïdes.

74L’accroissement de la répression policière et la diminution des free parties affaiblissent le maintien de la subculture :

« La seule façon de rajeunir les représentations collectives qui se rapportent aux êtres sacrés est de les retremper à la source même de la vie religieuse, c’est-à-dire les groupes assemblés » (Durkheim, 1991, p. 494).

75Mais rien n’est complètement éphémère. Des choses survivent aux expériences festives radicales. Et la biographie des déviants n’en a pas moins été marquée par cette aventure. Concluons sur une dernière observation, chaque fois que des institutions ont cherché des stratégies d’entente, ont fait des propositions d’ouvertures, ont proposé des voies moyennes entre les législations en cours et les pratiques hors légalité habituelle des Sound Systems, il s’est trouvé des technoïdes pour accepter.

Haut de page

Bibliographie

BECKER H., Outsiders, Paris, Métailié, 1985.

CLOWARD R. & OHLIN L., Deliquancy and opportunity, New York, The Free Press, 1960.

DURKHEIM É., Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Livre de Poche, 1991.

GAILLOT M., La techno, un laboratoire artistique et politique du présent, Nantes, Dis Voir, 1999.

GARFINKEL H., Studies in ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1967.

GODBOUT  J., Le don, la dette et l’identité, Paris, La Découverte, 2000.

KENISTON K., The uncommitted, New York, Dell, 1960.

LEPOUTRE D., Cœur de banlieue, Paris, Odile Jacob, 1998.

MAFFESOLI M., Le temps des tribus, Paris, La table ronde, 2000.

MAFFESOLI M., La part du diable, Paris, Flammarion, 2002.

Mc HUGHT P., Defining the situation, Indianapolis, Bobbs-Merril, 1968.

MEAD M., Le fossé des générations, Paris, Denoël, 1979.

PARSONS T., Eléments pour une sociologie de l’action, Paris, Plon, 1955.

POURTAU L., « Les interactions entre raves et législations censées les contrôler », Déviance et Sociétés, 2005a, vol. 29, N°2, pp127-139.

POURTAU L., « La subculture technoïde : Entre déviance et rupture du pacte hobbesien », Sociétés, 2005b, N°90,  pp71-87.

POURTAU L., Frère de son : les socialités et les sociabilités des Sound Systems technoïde, thèse de doctorat sous la direction de Michel Maffesoli, Université Paris V, 2005c.

RACINE E., Le phénomène techno, Paris, Imago, 2002

RODINSON M., De Pythagore à Lénine, Paris, Fayard, 1993

SECA J.-M., Les musiciens underground, Paris, Puf, 2001

SYKES, G., & MATZA, D., “Techniques of neutralization. A theory of delinquency”, American Sociological Review, 2, 1957, 664-670.

ZAFIROPOULOS P. & PINELL P., « Drogue, Déclassement et stratégies de déqualification »,  Actes de la recherche en sciences sociales, 1982, N°42, 60-75

Haut de page

Notes

1 Entretien Dorian.
2 Entretien François.
3 Lieu-dit qui, par métonymie, a donné son nom à une fête.
4 Entretien Rodolphe.
5 Entretien Marion.
6 Entretien Grand Loïc
7 Entretien Rodolphe.
8 Entretien Bertrand.
9 Entretien Bertrand.
10 Pseudonyme
11 Pseudonyme
12 OD : Overdose.
13 Entretien Marion.
14 Il condamne les organisateurs de free parties à une amende de plusieurs milliers d’euros et autorise surtout la saisie du matériel de sonorisation, des véhicules ayant servi à les transporter, des disques et des ordinateurs des musiciens.
15 Théâtre National Populaire.
16 Entretien Anne-Lyse.
17 Fusion : style musical mélangeant musique techno (souvent hardcore) et rap.  
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Pourtau, « Déviant, délinquant,  militant : parcours de vie dans la subculture technoïde », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 19 juin 2007, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/561

Haut de page

Auteur

Lionel Pourtau

Ater, CEAQ – Paris V, lionel.pourtau@free.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org