Navigation – Plan du site
Actualité du RT 3 : normes, déviances et réactions sociales

Chroniques socio-historiques des pratiques déviantes d’une jeunesse populaire dans un quartier de « banlieue rouge »

Eric Marlière

Résumé

Cet article porte sur l’évolution des pratiques déviantes d’une population ouvrière dans la banlieue nord de Paris. La déviance – terme générique qui désigne un ensemble de pratiques sociales hétérogènes - semble caractériser une partie de la population (en particulier sa jeunesse) qui habite ce quartier ouvrier depuis l’arrivée de l’industrie dans les années 1920. En nous appuyant à la fois sur des sources écrites et des témoignages d’habitants nous tenterons d’établir une histoire sociale d’un quartier populaire en tenant compte des mutations concernant les activités déviantes ou qualifiées comme telles de la population ouvrière habitant les lieux, de l’entre-deux-guerres au milieu des années 2000. Cette étude se divise en trois parties. La première relate les difficultés méthodologiques que pose la socio-histoire et a pour objectif de définir une problématique autour de la déviance et des classes populaires. La seconde partie propose de faire un retour historique allant de la période de l’entre-deux-guerres à celle dite des Trente Glorieuses afin d’appréhender les évolutions locales. La troisième et dernière partie se donne pour finalité la présentation du cadre actuel en abordant la question du délitement du monde ouvrier et de ses conséquences sociales sur les dernières générations ouvrières du quartier.

Haut de page

Texte intégral

1En étudiant les styles de vie des habitants de l’une des premières cités HLM de la banlieue parisienne nous avons noté, au cours du 20e, siècle que les pratiques culturelles de la population ouvrière étaient stigmatisées en fonction d’enjeux sociaux qui leur échappaient en partie. Le lieu de l’enquête se situe dans un ancien quartier de « banlieue rouge » né dans l’entre-deux-guerres. Situé dans la proche banlieue à quelques kilomètres de la porte de Clichy, ce quartier a connu cinq générations de population ouvrière : celle de l’entre-deux-guerres constituée des premiers ouvriers métallurgistes venant des campagnes de province et peu adaptée à la vie urbaine ; les ouvriers de l’après-guerre qui vont connaître une amélioration sensible de leurs conditions de vie en accédant après les « autres » à la société de consommation ; puis, la population ouvrière originaire du Maghreb qui s’installe, au milieu des années 1970, dans des logements vétustes délaissés par leurs occupants précédents avec les problèmes liés à leur statut juridique et à l’occupation d’emplois subalternes à l’usine ; la quatrième génération d’enfants d’ouvriers et d’immigrés (pour la plupart) qui dans les années 1980 et 1990 sont confrontés à la désindustrialisation locale, au racisme, au chômage et à la délinquance. Enfin, nous pouvons désormais parler d’une cinquième génération d’enfants d’ouvriers et d’immigrés qui symbolisent en quelque sorte les violences et les émeutes urbaines (Beaud, Masclet, 2006). En quoi une recherche socio-historique sur une période longue peut-elle nous apporter un regard nouveau sur les « déviances » des habitants des quartiers populaires ou « sensibles » ? Et surtout, pourquoi les dits phénomènes de déviance connaissent des évolutions ou des variations cycliques – avec des pics et des creux – en l’espace de quatre vingt ans ? Les habitants de ce quartier ouvrier, par delà les questions de violence, de délinquance et de comportements qualifiés de «déviants», reste dépendant des conjonctures économiques et des dispositions des élites et gouvernants à réhabiliter ou stigmatiser leurs modes de vie et conditions d’existence.

I L'étude socio-historique d’une cité ouvrière

Le problème de l’utilisation et de la disponibilité des sources selon les périodes

2Cet article est le fruit d’une recherche qui procède à la fois d’une connaissance intime du lieu étudié et d’une double distanciation : par l’histoire longue de la cité – facilitée en raison d’une formation d’historien – et par l’optique même de l’analyse sociologique attachée à suivre sur le terrain les quatrièmes et cinquièmes générations à savoir les enfants d’ouvriers et d’immigrés (dans la majorité des cas). Ce travail résulte d’une analyse documentaire (archives nationales de Paris et municipales de Gennevilliers, fichiers de police, journaux locaux des années 1930), de témoignages de personnes âgées, d’adultes mais également de jeunes. Pour les périodes de l’entre-deux-guerres et des Trente Glorieuses, nous utilisons essentiellement des documents administratifs (plus la presse locale pour l’entre-deux-guerres) contrairement aux années 1990. En revanche, pour les années récentes, nous avons utilisé davantage les méthodes qualitatives (entretiens, observation participante) pour pallier l’inaccessibilité des sources administratives imposées par les contraintes de la C.N.I.L. Nous nous sommes penchés sur les souvenirs d’enfance des jeunes mais aussi sur le témoignage des anciens locataires afin de compléter nos sources pour les périodes précédentes.

3Cette situation soulève le danger qui consiste à comparer des sources qui ne sont pas toujours produites de la même manière, qui n’ont pas véritablement les mêmes objectifs et qui ne sont pas en fin de compte toujours équivalentes. Pour les périodes antérieures nous sommes conduits à travailler essentiellement sur des documents et des témoignages écrits ce qui altère la compréhension sociologique de la « qualité du vécu » comme le souligne Michel Verret dans ces travaux sur la « classe ouvrière ». En revanche, pour la période actuelle, nous sommes plutôt enclins à observer et à interpréter des usages et des pratiques sociales pour compenser le tarissement des sources administratives. Le seul moyen de résoudre cette difficulté, majeure pour la socio-histoire, consiste à recourir systématiquement à l’utilisation de documents d’origine variée mais aussi à additionner plusieurs méthodes de travail afin d’obtenir une sorte « d’alchimie singulière » (Guibert, Jumel, 2002, p. l07). La socio-histoire est une rencontre entre l’histoire et la sociologie mais à la différence de la sociologie historique cette discipline très récente doit reposer sur un matériau empirique solide entre recherches sur archives et enquêtes de terrain (Noiriel, 2006, p. 8-35). Sans être en mesure de prendre en compte la réalité sociale dans sa globalité, nous devons construire le poids des faits de manière scientifique et poser la question de la construction de production des sources, la comparaison des données afin de décrire, interpréter et ordonner (Lahire, 2005, p. 39). D’une manière générale, l’abondance des sources et l’utilisation de différentes méthodes permet de croiser les éclairages (Combessie, 1996, p. 10) Tout d’abord, les documents administratifs et les sources répondent à des exigences politiques et administratives et non au finalité de la recherche sociologique (Merllié, 1996, 102-163). De même au cœur de l’enquête sociologique, les conditions de production des entretiens peuvent changer les réponses et les idées des enquêtés en fonction des interlocuteurs, des lieux et des manières de poser les questions (Blanchet, 1997). Dans un contexte d’enquête difficile, nous avons réalisé des entretiens de manières informelles notamment auprès des jeunes dans leur espace de sociabilité qu’est la cité ou les halls d’immeuble ; il a fallu adapter une méthode d’enquête adaptée à cet effet (Kauffman, 1996). Ajoutons à cela, les témoignages des locataires âgés (ayant connus parfois la période de l’entre –deux –guerres) pourtant précieux dans la mesure où ils donnent un aperçu des situations antérieures peuvent introduire des biais méthodologiques en raison du rôle prépondérant du présent dans la reconstruction du passé (Halbwachs, 1994, p.114-145). Sans aller jusqu’à la recherche de la « suprême théorie » ou de « l’empirisme abstrait », pour paraphraser le sociologue américain C.W. Mills, nous disposons des éléments indispensables – biographie, histoire, société – pour tenter de comprendre au sein de ce quartier la nature des enjeux sociaux en raison de la connaissance de l’histoire locale, des habitants du quartier et des interférences avec les structures sociales (Mills, 1997). C’est pourquoi cet article se veut une piste de réflexion sociologique et non un regard exhaustif sur le réel entre passé et présent d’une histoire sociale d’un quartier de « banlieue rouge » ayant connut un grand nombre de mutation et d’événements (Marlière, 2003a, p. 51-157) dont la substance, les enjeux et les contours filent et n’en finiront pas de nous échapper.

La notion de déviance et la question des « écarts » populaires

4Le concept de déviance renvoie à un ensemble de pratiques culturelles n’étant pas conformes aux valeurs d’un groupe social ou plus généralement d’une société. La déviance s’associe à l’illégalisme, à la délinquance, à la violence mais aussi à la marginalité ce qui en fait finalement un concept vague et flottant. Nous pourrions affirmer qui plus est que la déviance s’associe à des styles de vie intrinsèques à des groupes marginalisés comme les jeunes de milieu populaire ou les sous-prolétaires par exemple (Chevalier, 1978). Pour autant, les sociologues qui se sont intéressés à cette notion n’hésitent pas à la relativiser car la déviance est utilisée souvent dans le sens commun à des fins de jugements moraux. La déviance ne peut faire l’objet d’un accord unanime en raison de l’existence de plusieurs mondes sociaux qui cohabitent au sein des sociétés industrielles. Certes, il existe toujours des groupes sociaux plus ou moins influents dans les sociétés industrielles à l’image des « entrepreneurs de morale » décrit par H. Becker dans la société américaine protestante (Becker, 1985). Le sociologue A. Ogien note, pour sa part, que la notion de déviance interroge celle de normalité ce qui revient alors à se référer à des critères subjectifs dans l’appréhension de contenus de pratiques de sociabilités (Ogien, 1995). Nous pouvons alors sans difficulté associée la notion de déviance aux pratiques culturelles des groupes stigmatisés, marginalisés et surtout dominés : les ouvriers d’antan à l’instar des « jeunes de cité » aujourd’hui apparaissent comme des groupes étiquetés en raison d’une dépossession de parole et de langage (Bourdieu, 1977). Pour P. Bourdieu, en effet, les normes et les valeurs dominantes véhiculées par les élites s’imposent en quelque sorte aux dominés, aux marginaux, aux classes populaires et à ceux qui subissent la conjoncture et les effets des structures (Bourdieu, 1979). Mais les mondes populaires subissent-il de manière implacable les normes imposées par l’Etat, les élites et autres « entrepreneurs de morale » ?

5A la manière de P. Bourgois dans son histoire du quartier du Barrios qui note la présence coutumière de la violence et de la délinquance durant soixante-dix ans, nous pouvons relativiser cette perception unilatérale de la domination :

 « Bien qu’elle ne fût plus aussi puissante localement, la mafia ancienne manière avait laissé à East Harlem un puissant héritage idéologique et institutionnel qui démontre qu’en fin de compte que le crime et la violence paient »

6Il est intéressant de constater que selon les différentes périodes, la présence de trafics, de bandes et de mafias sont omniprésentes dans ce quartier populaire new-yorkais (Bourgois, 2001, p.32). Pour P. Bourgois, l’économie clandestine et la culture de rue sont des puissants éléments de résistance des classes populaires marginalisés. Le respect de la norme institutionnalisée par les classes populaires n’est sans doute pas aussi important que nous voulions bien nous le faire croire. Bien au contraire, si nous retraçons l’histoire du développement urbain en France, nous nous apercevons que la peur des dominants s’agissant des quartiers populaires et des banlieues ouvrières n’est pas nouvelle dans l’histoire contemporaine française ; la déviance qui semble caractériser les « quartiers sensibles » aujourd’hui n’est pas récente et constitue, d’une certaine manière, l’historique des « classes ouvrières » entre la période des faubourgs parisiens du 19e siècle et les banlieues des grands ensembles du début du 21e siècle (Rey, 1996).

7Pour autant, les transformations sociétales auxquelles nous assistons depuis quelques années nous interrogent sur la domination sans partage des élites qui imposeraient une mise aux normes des pratiques culturelles jugées convenables. Pour le sociologue allemand U. Beck, par exemple, l’entrée de notre société dans la deuxième modernité ébranle les traditions et les certitudes normatives qui avaient cours voici encore quelques décennies dans le monde industriel (Beck, 2001). Dans le même registre, nous pouvons citer également Z. Bauman qui n’hésite pas à aborder le thème de le « modernité liquide » comme érosion et désagrégation des institutions et normes sociales établies les décennies précédentes :

 « La ligne de démarcation entre le respect de la norme et la déviance était clairement tracée et  bien gardée »

8Pour cet auteur, le passage d’une « modernité solide » à celle de « liquide » questionne les jugements de valeurs mais aussi les normes qui régissaient le comportement des individus dans la société industrielle (Bauman, 2005, p.44). Pour mettre un terme à ces notions de changements et de mutations nous pouvons dire avec Danilo Martuccelli que la « modernité » est synonyme de changement continu (Martucelli, 1999). Toutefois, cette perte de repère fait pourtant problème dans la société. Le tournant sécuritaire auquel nous assistons depuis quelques années est révélateur de ces changements dont l’incertitude est le moteur. C’est pourquoi la stigmatisation d’une frange des classes populaires résonne comme l’ultime tentative de normalisation et de moralisation d’individus qui ne joueraient pas le jeu de la cohésion sociale. Les discours officiels et les rappels à l’ordre de certains experts auto-proclamés en sécurité sonnent comme une injonction à l’intégration et au retour à l’ordre des populations jugées déviantes (Mucchielli, 2001). Et surtout, face à des mutations que posent, disons-le aux gouvernants, la problématique de la société multiculturelle supposée mettre en péril la cohésion sociale de la nation, la question d’un retour de l’autorité voire d’une certaine répression est à l’ordre du jour (Marlière, 2006). La demande de sécurité est donc dans une certaine mesure un ersatz aux transformations qui ébranlent les certitudes et les évidences de notre époque (Lagrange, 2003). En d’autres termes, les institutions rigidifient les comportements des marginaux et des dominés en raison de mutations peu contrôlables par les Etats. Dans ce contexte, la déviance populaire prend à la fois une tournure de dangerosité - en ces moments de tournants sécuritaires - en même temps qu’elle se relativise avec les transformations rapides des valeurs et les processus d’individuation qui l’accompagnent. Cette situation quelque peu complexe provoque à la fois des ruptures dans les représentations sociales ce qui fournit à certaines « classes dirigeantes » l’occasion d’un espoir de « retour à l’ordre » (Lindenberg, 2003) fustigeant au nom du progrès et de la cohésion sociale les marginaux, les « classes populaires » en difficultés et particulièrement les immigrés et leurs enfants1.

9Toutefois, il semblerait que la stigmatisation des pratiques déviantes des jeunesses populaires ait pris une dimension politique nouvelle. Les enfants d’ouvriers et d’immigrés sont appréhendés à l’heure actuelle exclusivement sous l’angle de la « jeunesse menace » (Vulbeau, 2001). Ces jeunes ne peuvent plus devenir ouvriers et peinent à devenir salariés et font alors office de spectre dans la société alors que les déviances qui caractérisent les jeunes des classes populaires ne sont pourtant pas nouvelles (Lascoumes, Robert, 1974) Néanmoins, ce qui change aujourd’hui c’est que ces formes de déviances et autres illégalismes populaires – vol, délinquance, trafic et consommation de joints, bagarres – ne sont plus tolérées par le corps social. La mise à l’index de cette jeunesse se traduit au moindre « écart » par un passage devant la justice et par des sanctions pénales (Coutant, 2005). Autrement dit, la notion de déviance est donc subjective en raison de la position des acteurs et des observateurs qui l’emploient mais aussi politique en fonction des enjeux électoraux et des conjonctures économiques. Ainsi, nous nous bornerons à traiter dans cet article la déviance comme l’une des pratiques populaires locales où il est vrai le vol, la violence, le trafic de drogue voire des pratiques religieuses et politiques jugées subversives font ou ont fait problèmes dans la société.

Des métallos aux jeunes des cités : épopée et mort de la « classe ouvrière »

10Le développement du hameau des Grésillons (futur quartier de « banlieue rouge ») coïncide avec l’avènement du monde industriel au début du 20e siècle. Les premiers ouvriers du quartier (ceux de l’entre-deux-guerres) ont connu de grandes difficultés quant à leurs conditions de vie provoquant en partie la progression des phénomènes de violence et de délinquance. Au début des années 1950, l’amélioration des conditions de vie, même toute relative chez les ouvriers, ouvre des nouvelles perspectives de pouvoir d’achat. Au début des années 1970, nous constatons le départ des ouvriers (parfois établis depuis deux générations) vers d’autres quartiers plus récents ou certaines communes jugées plus accueillantes (notamment des villes situées dans le Val d’Oise pour les habitants du quartier) : le quartier étudié est alors perçu comme vieillissant et repousse les ouvriers qualifiés qui ont profité de la dynamique des Trente Glorieuse. Ce quartier se voit alors progressivement occupé par une population immigrée originaire d’Afrique du Nord. Mais les fermetures d’usine vont provoquer la fin du monde ouvrier et la déstructuration de la « banlieue rouge » née soixante plus tôt. Cela se traduit par une insertion professionnelle de plus en plus chaotique pour les enfants d’ouvriers mais aussi d’immigrés encourageant les phénomènes de violence, de délinquance et le développement de comportements anomiques. Au début des années 1990, le quartier change d’aspect : l’activité tertiaire (banque, bureaux, communication …) remplace les vestiges du monde industriel ; la construction de logements ou de petits pavillons accessibles à la propriété succède aux anciennes cités ouvrières, foyer de travailleurs migrants et autres taudis ; l’agrandissement de Paris et sa banlieue désenclave le quartier avec l’arrivée du RER et du métro à la fin des années 1980. Mais si ce lieu n’est plus un quartier ouvrier il n’en reste pas moins un quartier populaire : à l’entrée du 21e siècle, la question de la destinée des jeunes issus du monde ouvrier aujourd’hui disparu pose plus que jamais questions.

Hypothèses et problématique

11A travers une chronique de quelques milliers d’ouvriers venus s’installer pour travailler dans les industries métallurgiques de la région parisienne, nous observons que leur destinée sociale ne peut être séparée du développement économique local. L’activité industrielle constitue la toile de fond historique de ces populations venues travailler dans les usines situées à proximité ; la présence industrielle locale tout au long du siècle précédent a été le moteur de la vie de quartier. Des migrants venus de toutes les provinces françaises puis des pays limitrophes et des anciennes colonies sont devenus les salariés de ces entreprises. L’idée que l’économie soit à l’origine du bien-être ou de la dramaturgie des peuples n’est pas une idée révolutionnaire en soi (Castel, 1995).

12C’est pourquoi une première hypothèse nous oriente vers l’idée que les enjeux économiques ont plus ou moins façonné les trajectoires sociales et les modes de vie des ouvriers du quartier : ce qui veut dire en somme que les pratiques déviantes caractérisant la population ouvrière de ce quartier prennent de l’importance ou, au contraire, connaissent une régression en fonction de la dynamique industrielle locale. Dans ce quartier, on constate deux grandes périodes de violence et de désordres : la période de l’entre-deux-guerres qui marque l’arrivée du monde ouvrier dans une ville sous bien des aspects rurale ; et, le début des années 1980 qui voit, à l’inverse, le délitement progressif des « banlieues rouges » apparut paradoxalement avant-guerre. A côté des pratiques ouvrières déviantes et quelque peu « coutumières », les périodes de mutations rapides ont pour corollaire la progression de faits de violence et de grande délinquance2. Cependant, la tranquillité qui semble aujourd’hui caractériser ce quartier (au début du 21e siècle) apparaît comme paradoxale avec la montée significative des phénomènes de violence qui semble dépeindre les quartiers dits sensibles3.

13En retraçant le tableau de l'histoire sociale du quartier, une seconde hypothèse nous est apparue progressivement. Il existerait des phénomènes spécifiques locaux qui atténueraient ou accentueraient la présence des phénomènes de déviance caractérisant les ouvriers du quartier. Ainsi, la présence d’une politique associative ancienne mais également le rôle de l’interconnaissance y est, semble t-il, pour beaucoup. A cela s’ajoute pour expliquer la relative accalmie locale – en comparaison avec d’autres quartiers -, la naissance d’un trafic « rationalisé » de drogue mais également l’émergence progressive d’un islam local contribuerait, à côté des politiques de la ville, à tempérer les attitudes déviantes de la jeunesse populaire4. S’il est avéré qu’il y ait des concomitances entre la conjoncture industrielle et la nature des déviances, dans quelle mesure pouvons-nous y déceler d’autres facteurs explicatifs locaux susceptibles d’influer sur les comportements des jeunesses populaires au niveau d’un territoire spécifique ? C’est ce que nous essaierons d’analyser et de comprendre dans nos deux parties suivantes.

II Des années 1930 aux années 1960 : émergence et développement d’un quartier de « banlieue rouge »

L’entre-deux-guerres : une chronique de faits divers

14Dans ce quartier encore maraîcher, la population ouvrière arrive en masse au début des années 19205. L’expansion démographique locale pose un certain nombre de problèmes importants : inadaptation des infrastructures routières, manque de logements (hormis la construction d’une cité HBM au milieu des années 1920), migration « sauvage » (liée à l’exode rural mais aussi à l’arrivée des immigrés issus des pays voisins et d’Afrique du Nord). Les métallurgistes s’installent en ce lieu encore rural par bien des aspects mais où se posent désormais tous les problèmes sociaux : exclusion politique et sociale - notamment pour les immigrés Nord africains car il est même question pour eux de construire un village algérien en raison de leurs mœurs jugées différentes (Laffite, 1970, p.133) -, sur-représentation des célibataires dans les foyers, importance grandissante des phénomènes de délinquance et de violence.

15À l’aide des archives de police - les mains courantes portant sur les années 1938, 1939 et 1940 notamment - et de la presse locale représentée ici par les journaux concurrents, L’Aube Sociale et Banlieue Ouest, nous avons pu reconstituer ce qui pouvait caractériser les déviances populaires dans ce quartier à l’époque. Les deux tiers des auteurs de délits enregistrés concernent les mineurs ou les jeunes adultes âgés de moins de 35 ans. La grande majorité des personnes enregistrées comme présumés coupables aux archives nationales de police sont des ouvriers : les manœuvres arrivent en tête suivis des magasiniers alors que les ouvriers qualifiés (tourneur, fraiseur) sont nettement en retraits. Les situations familiales nous apportent un éclairage supplémentaire : plus de la moitié des actes délictuels recensés dans les mains courantes sont commis par des célibataires ; leur grand nombre correspond, au regard des sources, à la présence importante de migrants dans les hôtels meublés et autres bidonvilles existants sur le quartier. Sur les 578 faits enregistrés par les mains courantes, 302 le sont pour des faits de délits : ce qui représente plus de la moitié des actes comptabilisés sur ce quartier avec 52, 7 %. Les vols à l’arraché sont au nombre de 17 % pour les années 1938 et 1939 ; les vols de bicyclette représentent environ 15, 5% ; les faits considérés comme du recel ou possession de biens volés constituent environ 13 % des délits recensés ; les délits qualifiés de vols par effraction ou cambriolages s’élèvent à 6, 5 % de l’ensemble. Les actes inscrits dans les mains courantes sous forme de plaintes ou de procédures juridiques sont de l'ordre de 19 % environ ; 156 sont des plaintes déposées par des victimes de violence ou de vol et avoisinent à peu près 27 %. Pour 63 éléments recensés sur les mains courantes, il est impossible de donner des précisions quant à leur nature puisqu’elles ne sont pas lisibles6.

16L’idée d’une forte présence de faits de déviance – qui englobe, rappelons-le, des actes de violence, de délinquance et des délits pénaux en tout genre – se voit confirmée par la presse locale. Les journaux de l’époque cités précédemment y note une sorte de « malaise social »7dans ce quartier. Donnons quelques exemples : deux ans après la construction du bureau des postes qui a déjà été « visité » plusieurs fois, le journal Banlieue Ouest – journal parisien situé à droite de l’échiquier politique - nous informe que des cambrioleurs ont à nouveau cherché à pénétrer dans un kiosque à journaux :

 « Les nocturnes spécialistes récidivent après la tentative de cambriolage du bureau des postes des Grésillons, c’est le kiosque de l’avenue des Grésillons qui fait les frais ! Les malfaiteurs ont tenté de forcer la serrure »8.

17L’évocation de cambriolage dans des bâtiments administratifs, de vol avec violence sur la voie publique ou même de « braquage » des magasins du quartier semble quotidienne ici. Le journal L’Aube Sociale (affiliés aux mouvements sociaux de gauche) n’est pas non plus avare de ce type de commentaire à la fin des années 1920. Un article relate l’agression d’une femme par un ouvrier : celui-ci la frappe violemment9. En raison des tendances progressistes qui animent ce journal, ce dernier nous laisse mesurer l’atmosphère de racisme qui existait à l’époque : dans la rue après un vol à l’arraché au marché des Grésillons, les soupçons des forces de l’ordre se tournent vers des Maghrébins présents sur les lieux10. L’année suivante le même journal nous signale une altercation entre un automobiliste et un cycliste qui débouche sur l’hospitalisation du premier11. Le journal Banlieue Ouest commente, pour sa part, une rixe au couteau entre deux individus d’origine marocaine12 et note la même année un règlement de compte au pistolet entre un mari et un amant dans un hôtel situé dans le secteur13. Des travaux d’historiens témoignent ainsi que la violence et la délinquance étaient fort présentes également dans d’autres quartiers de la banlieue ouvrière ; présence de « caïds », prostitution, vol avec violence, règlements de compte, sont les faits quotidiens qui rythment la vie sociale d’un quartier populaire de Levallois au début du siècle :

 « Les archives de police 1895-1914 nous montrent une jeunesse turbulente, des récidivistes, et toutes sortes de délits. On va de la contravention à l’homicide […] Une délinquance plus radicale apparaît en filigrane. On joue du couteau, voire du revolver pour dévaliser le passant nocturne … » (Gervaise, 1991, p. 142)

18Le témoignage d’anciens locataires du quartier pourrait corroborer l’idée de désordre qui régnait à l’époque.

 « Ca remonte à vieux tous ça ! Mais c’est vrai qu’à l’époque c’était la zone ! Oui, oui effectivement c’était pas fréquentable. Le quartier était aussi un repère de bandits … enfin c’était une autre époque quand même ! » (Interviewé en 1998, 76 ans, ouvrier à la retraite, toujours locataire dans le quartier)

19Hormis la dernière phrase qui montre très bien la construction du passé par la situation présente d’entretien, ces propos confirment l’impression de « désordre » qui règne durant l’entre-deux-guerres :

 « C’était la zone déjà ! Je dirais même que c’était déjà mal fréquenté ce quartier. C‘était la populace, les bagarres, l’alcoolisme … » (Interviewé en 1998 (décédé en 2000 à 84 ans), Tourneur à l’usine Chausson, installé en 1932 dans le quartier)

20D’autres témoignages confirment la mauvaise réputation de ce quartier qui devient progressivement un espace rythmé par le travail de l’usine et le développement anarchique d’habitats de fortune et de baraquements. Le quartier est alors perçue comme inquiétant pour les habitants extérieurs et les parisiens à l’image des chauffeurs de taxi :

 «A l’époque, j’étais jeune, je sortais avec ma femme sur Paris. Et croyez-moi, à l’époque, avant la guerre et je m’en souviens les taxis ne te déposaient pas dans le quartier. Ils nous faisaient descendre à Clichy ou Asnières mais pas chez nous. Non, non y’avait déjà la réputation de zone … » (Interviewé en 1998, 79 ans, ouvriers devenus cadres à Chausson, à la retraite à l’époque de l’entretien, aujourd’hui décédé)

21D’autre part, la presse mentionne également le phénomène du suicide qui s’ajoute à ceux de violence et de délinquance : un article de L’Aube Sociale fait état de cinq suicides qui ont eu lieu dans ce quartier en l’espace de deux semaines en 192914 ; le mois suivant le même hebdomadaire attribue un autre suicide à la « misère sociale »15 : ce quotidien ne dénombre pas moins de onze suicides qui ont lieu dans la ville pour l’année 193116.

22Nous constatons également à l’époque l’importance de la montée du parti communiste et d’un militantisme syndical à partir du milieu des années 1920. Ces pratiques politiques parfois militantes accentuent la mauvaise réputation de ces quartiers. G. Quiqueré, un historien local, montre dans son ouvrage sur l’histoire du quartier les incidents que provoquèrent les mouvements de grève à l’époque. Il évoque l’arrestation massive d’ouvriers ayant participé à l’occupation d’usine mais, pour ce qui nous intéresse ici, il insiste sur la capture de « militants rouges » suspectés de favoriser grèves et de promouvoir des idées subversives dans l’entourage (Quiqueré, 1987, p. 11).

 « Je me rappelle quand ils ont arrêté Papa. Il était membre du parti mais à l’époque ça s’appelait pas comme ça … c’était le parti des ouvriers et des paysans. C’était un vieux le dirigeant. Y’a des policiers qui sont venus interroger Papa … ouais ils l’ont gardé quelques jours je m’en rappelle encore ! » (Interviewé en 1998, 84 ans, ouvrière à l’usine Chausson avant son mariage, retraitée et veuve à l’époque de l’entretien)

23La montée du parti communiste accentue la mauvaise image du quartier et de ses habitants. D’ailleurs, le journal Banlieue Ouest ne désigne t-il pas les ouvriers du quartier la « vermine rouge », les « vandales communistes » - en temps de grèves ou de conflits avec la police et le patronat – ou encore de « gangrène rouge »17.

 « L’entre-deux-guerres a été, en France, la grande constitution du bastion ouvrier, des fiefs électoraux communistes de la proche agglomération parisienne. » (Fourcaut, 1986, p. 11) 

24Dans la banlieue de Paris, la période de l’entre-deux-guerres annonce une ère nouvelle : celui de l’industrie et de sa main d’œuvre venue habiter en masse et imposer progressivement ses manières de vivre et de se représenter le monde. D’où les problèmes que cela suscite au niveau des gouvernants et des élites parisiennes. Car, en effet en plus d'être perçue comme un repère de voyous et d’individus malfamés, le quartier se voit connoté « rouge » par une certaine presse et les notables locaux (quand ils ne sont pas communistes). Ces phénomènes sont en partie les conséquences du déracinement géographique mais aussi du malaise social lié aux conditions de vie et de travail difficiles qui se dégradent avec la mise en place du taylorisme (Dewerpe, 1998). Les manifestations de délinquance, de violence, de désespoir illustrent, en somme, les tensions sociales et les nombreuses frustrations ressenties par cette population à la fois pauvre, dépaysée mais également surexploitée.

Plein emploi et bandes de jeunes : un quartier ouvrier dans les Trente Glorieuse

25Contrairement à la période précédente, nous disposons de moins d’informations administratives pour des raisons d’inaccessibilité de certaines sources. Nous avons donc complété par un ensemble de travaux sociologiques et de quelques entretiens réalisés auprès d’anciens locataires. Au début des années 1960, les conditions sociales se sont nettement améliorées pour les ouvriers : le niveau de vie de la population française augmente rapidement et la « classe ouvrière » accède à la consommation et à la modernité (Terrail, 1991). Cependant, bien que les conditions de vie s’améliorent, la présence de bandes de jeunes est attestée dans ce quartier :

 « Je me souviens à l’époque y’a au moins trente-cinq/quarante ans, moi-même j’avais une vingtaine d’années, il y avait les potes de mon frangin qui faisaient les cons en bas… Comme quoi c’est pas nouveau mais ça n’avait pas pris la même ampleur qu’aujourd’hui ! Quoique je me rappelle qu’il y avait deux types du quartier qui avaient fait de la prison. Ouais mais eux c’était déjà des petits caïds ! »  (66 ans, ancien locataire, fils d’immigré algérien né en Algérie, ouvrier à la retraite, vit à Paris aujourd’hui)

26Excepté un petit nombre de « durs », il s’agit plutôt, pour ce témoin, d’un regroupement de jeunes, signe du passage de l’adolescence à l’âge adulte dans l’attente de trouver du travail dans les usines situées à proximité. Les bandes de jeunes sont alors fréquentes dans les milieux populaires à l’époque (Lascoumes, Robert, op. cit.). En effet, il suffit de se référer aux travaux de Copferman sur les « blousons noirs » pour se convaincre de l’existence d’une jeunesse populaire déviante dans les banlieues ouvrières (Copfermann, 2003).

27Toutefois, dans les années 1950 et 1960 le quartier accueille des familles nombreuses qui concentrent beaucoup de problèmes ; ces ménages rencontrent de grandes difficultés pour se loger, elles sont sur-représentées par des couples mixtes (père d’origine maghrébine le plus souvent) et, surtout, elles n’ont pas bénéficié de la croissance économique qui caractérise pourtant la période. Cette concentration de pauvreté dans un contexte de progrès est à l’origine des grands problèmes de délinquance que connaîtra ce quartier ouvrier les décennies suivantes.

 « Moi je me souviens y’avait rien pour nous. Moi à vingt ans, j’étais le petit bougnoule… alors ça forge un caractère. Mes frères étaient de gros durs, ils se battaient déjà avec la police et ils commençaient dans le bisness des braquages. Moi j’étais aussi à une petite échelle un petit dur […] mais bon y’avait rien pour nous et on s’embrouillait avec les vieux les ouvriers français quoi ! » (Interviewé en 1998, 58 ans, employé de mairie, origine marocaine, habite encore le quartier)

 « J’étais jeune à l’époque. Je devais avoir une dizaine d’année environ mais mon frère Paulo plus vieux de 7 ans était un dur. C’était une petite frappe […] il foutait le bordel. Ma mère avait des problèmes avec lui. On avait des problèmes avec le concierge. Bon y’avait plus dur que lui […] c’est marrant tous ça quand j’y repense ! »(Interviewé en 1998, âgé de 42 ans, d’origine portugaise, gardien d’immeuble dans un autre quartier de la ville)

28Ces témoignages sont éclairants à plus d’un titre concernant les modes de vie des jeunes appartenant au monde ouvrier. Cette situation nous fait penser au célèbre article paru dans Revue française de sociologie qui relate les tensions de cohabitation entre jeunes issus de familles ouvrières et les adultes appartenant aux classes moyennes dans les grands ensembles (Chamboredon, Lemaire, 1970). Sauf que dans le quartier étudié, il ne s’agit pas de « classes moyennes » mais de familles populaires et la mésentente entre jeunes et adultes ouvriers se fait de plus en plus importante.

 « Je me souviens on était les premiers arabes avec la famille X. On est arrivé en 1964 dans la cité de transit. Bon j’habite plus en cité H.L.M. aujourd’hui mais c’était un peu le bordel. Moi, j’étais calme mais mes deux frangins étaient turbulents. Y’avait des embrouilles avec les vieux. Mon frangin il se prenait la tête avec un ouvrier costaud. On taquinait sa femme, elle était coquette, peut-être un peu salope [sourire] Je sais pas si des mecs s’ils se l’ont tapé […] C’est marrant quand j’y repense maintenant » (62 ans, ancien tourneur, d’origine algérienne, marié, 4 enfants, vit dans le 13e arrondissement depuis plus de vingt ans)

« Oh ouais ça remonte à plus d’une trentaine de piges maintenant ! On était en bas avec des potes et on faisait du bruit comme maintenant, quoi ! Y’a le plombier, un balaise, une masse. Ouais il nous demande de faire un peu moins de bruit sinon il allait nous faire notre fête. Le mec tout le monde en avait peur, il faisait la loi ! On lui dit [il rigole] « descend tu crois que tu nous impressionne ! » Il est descendu avec un manche à balai. Moi, j’avais pris un bout de bois et mes potes aussi. On lui a sauté dessus ! Il était costaud le mec il s’est relevé il saignait de partout ! Le travail manuel ça rendait costaud ! Quand j’y pense maintenant mon père il avait un dos et des mains deux fois plus grosses que les miennes. Je sais plus ce qui s’est passé après … » (52 ans (à l’époque de l’entretien mené en 2001), célibataire, 1 enfant, aide-documentaliste)

29Autrement dit se creuse un fossé culturel entre jeunes et moins jeunes témoignant en quelque sorte d’un début d’érosion de classe :

 « Le monde des vieux paraît vieux et celui des jeunes semble étranger, tant par les goûts musicaux, les modes vestimentaires que par la volonté d’échapper au contrôle serrer des familles » (Dubet, Lapeyronnie, 1992, p.60)

30S’il est encore un peu tôt pour parler de fissures au cœur de la reproduction sociale des « classes ouvrières », les rapports tumultueux entre jeunes adultes et ouvriers de la génération précédente révèlent, de manière générale, les mutations de sociabilité que connaissent les enfants d’ouvriers à la fin des Trente Glorieuses.

Les années 1970 : l’arrivée des familles immigrées et le début de la crise

31Les fissures entre anciens et jeunes constatées la décennie précédente s’accentuent encore. Nous pouvons donner quelques exemples de cette rupture générationnelle au cours des années 1970 entre les « anciens » et les jeunes notamment dans l’univers de l’atelier :

 « Donc, à l’époque, quand tu entais dans une boîte, tu étais parrainé par un ancien qui te formait. Moi, le mien, c’était un vieux, il branlait rien, il s’occupait pas de moi. Il était toujours à la cafète. Il arrivait toujours une heure après pour gueuler dessus. Au bout de la quatrième fois, je lui dis écoute « écoute vieux poivrot, tu vas commencer par fermer ta gueule ! » et je suis monté voir le chef du personnel … » (52 ans (à l’époque de l’entretien mené en 2001), célibataire, 1 enfant, aide-documentaliste)

32Les historiens ont bien montré les rapports d’autorité et de violence entre les anciens qui formait les nouveaux venus dans les ateliers (Dewerpe, op.cit., p. 150). Or, ces propos montrent que ces jeunes, à l’époque, ne sont plus vraiment prêts à accepter ce type de rapport.

 « Pour travailler tranquillement il fallait être syndiqué. Je vais voir les délégués syndicaux, des types de la C.G.T. je crois ! Le mec il m’a dit que pour me syndiquer il fallait que j’achète des timbres. Alors je pose 200 francs et je lui achète tous les timbres qu’il veut ! […] Une semaine après je remonte le voir, je lui demande d’intervenir parce qu’il y avait un petit chef à la con qui voulait mettre les jeunes aux pas. Il me dit qu’il ne peut pas faire grand-chose car le type en question était syndiqué comme moi ! J’ai attrapé ce mec par le col et l’ai tarté […] Je me suis barré ! Pour moi les ouvriers c’est un monde de cons comme les autres ! » (62 ans, a connu des problèmes de délinquance dans les années 1970, restaurateur aujourd’hui, marié, 3 enfants)

33Si cette génération d’ouvriers n’accepte plus, dans le courant des années 1970, l’autorité ouvrière et son système de gestion des rapports sociaux, les premiers enfants d’immigrés vont, quant à eux, subir le racisme et la xénophobie des anciens également ouvriers comme leurs pères :

Je m’en rappelle il nous a fait passer un petit examen pour être magasinier. Moi, comme j’avais le niveau bac, ça été un jeu d’enfants. Le chef me convoque mais il commence à faire la gueule quand il voit ma tête d’Arabe […] Tu aurais vu jusqu’à sa retraite, il ne m’a jamais serré la main ! » (48 ans (à l’époque de l’entretien mené en 2001), marié, 4 enfants, agent d’entretien)

34Originaire de Tunisie, ce jeune est l’aîné d’une famille nombreuse et a grandi dans le bidonville de Nanterre avant de s’installer dans le quartier ; tout jeune, il a connu le racisme et la mise à l’écart par les ouvriers français. Ces deux plus jeunes frères n’accepteront pas ce type d’humiliation et connaîtront une carrière dans le banditisme et la délinquance. C’est l’époque où se forme des nouvelles « bandes » de jeunes exclues ou qui s’auto-excluent de l’univers de l’atelier et du monde du travail. En effet, ces bandes de jeunes, à la limite de la déviance au début des années 1960, disparaissent pour laisser progressivement place à d’autres jeunes qui amorcent des carrières plus poussées dans le banditisme au début de la décennie suivante ; autrement dit nous passons des « blousons noirs » dans les années 1960 aux « loubards » dans la décennie suivante (Mauger, 2006) mais, force est de constater que le début de la crise est à l’origine des mutations chez les modes de déviances chez les jeunes du quartier : on glisse lentement d’une délinquance d’acquisition vers une délinquance d’exclusion (Robert, 2002).

35Les plus charismatiques vont développer des réseaux de sociabilité avec le « milieu » de la pègre parisienne. La plupart de ces jeunes n’hésitent pas à prendre des noms d’emprunts à l’image des romans policiers d’Alphonse Boudard. Leurs réussites sociales dans les années 1970 sont notables mais la longue descente aux enfers commence au milieu des années 1980 : séjours prolongés en prison, débuts de consommation de produits stupéfiants, dépendance croissante envers l’alcool. Bien entendu, la majorité de ces jeunes n’emprunteront pas ce type de carrières – trajectoires réservées aux plus téméraires et aux plus violents – mais ces individus vont marquer de leur sceau l’histoire sociale locale. Les années 1970 vont être un tournant dans l’histoire du quartier. Tout d’abord, les crises pétrolières signent la fin de la période dite des Trente Glorieuses scellant ainsi le sort de la classe ouvrière. De plus, au niveau local le quartier vieillissant voit partir les ouvriers qui ont profité de la croissance économique. L’arrivée de la population maghrébine (avec le regroupement familial notamment) va modifier la composition ouvrière des habitants du quartier, secteur jugé alors de plus en plus repoussant par l’aristocratie ouvrière. Cette période de transition, « signe indien » de la disparition des « banlieues rouges », annonce une ère nouvelle : celle de la société dite post-industrielle avec ses conséquences sur les milieux populaires que sont dans le quartier la désindustrialisation, le chômage, l’exclusion, la grande délinquance et la violence.

III Désindustrialisation et désorganisation sociale : la fin du monde ouvrier

Violence et délinquance dans les années 1980 : résistance au délitement du monde ouvrier ?

36Les années 1970 sonnent, pour le dire ainsi, le « glas » de la « banlieue rouge » et du système social qui l’accompagnait. Les populations ouvrières du quartier rencontrent alors de grandes difficultés pour s’adapter aux menaces de licenciements et aux fermetures en chaîne des usines que cela soit au niveau national (Beaud, Pialoux, 1999) ou à l’échelle du quartier (Masera, Grason, 2004)18. Pour les jeunes, le travail ouvrier du père n’est plus une perspective professionnelle envisageable à long terme. Ces fils d’ouvriers et d’immigrés (pour la plupart) constituent la première génération confrontée au chômage de masse, à la précarité et à l’exclusion. Ils s’apparentent dans une certaine mesure aux jeunes rencontrés par François Dubet voici vingt ans en pleine période de déstructuration des banlieues ouvrières (Dubet, 1987). En cette période de décomposition des cadres sociaux, ces jeunes opèrent des choix de carrière entre la petite délinquance, les premières missions d’intérims ou le tertiaire.

 « C’était dur déjà à l’époque. A l’usine, il y avait du boulot mais pour un temps limité car ils commençaient déjà à dégraisser. Mon père maghrébin il pouvait difficilement me pistonner à l’usine. C’était d’abord pour les français. Alors, pour moi, c’était un peu les conneries, les vols … » (41 ans, chauffeur-livreur, parents marocains, marié, 4 enfants)

37Le quartier étudié ici est le deuxième de France à passer sous la tutelle de l’intervention publique en 1982 après celui célèbre des Minguettes à Lyon. Un grand nombre de ces jeunes s’initient aux vols à l’étalage, entrent fréquemment en conflit avec la police et, pour les plus téméraires d’entre eux, s’engagent dans des braquages de bijouteries voire de banques.

 « On était pas conscient ! On était « ouf » sur les bords [rire] Je sais pas comment dire ça, le quartier c’était un climat, une atmosphère. On était jeune et on avait envie de tout niquer ! On s’en foutait de tout ! » (44 ans, mécanicien, ancien braqueur, aujourd’hui musulman pratiquant, marié, 3 enfants, parents algériens)

38Précisons que les illustres voyous dont nous avons parlé dans la partie précédente sont toujours présents et constituent des modèles de réussite pour les adolescents de l’époque. Dans les années 1980, de très fortes résistances physiques proches de l’insurrection urbaine s’exercent à l’égard des forces de l’ordre notamment lorsqu’elles se déplacent dans les cités du quartier ; parpaings et pierres sont lancés des balcons sur les cars de CRS présents sur les lieux lorsqu’ils viennent perquisitionner dans les appartements et les caves19 :

 « A la cité, les flics ils rentraient pas ou alors il fallait du renfort ! Ils ont du faire trois ou quatre descentes en masse et c’était chaud, quoi ! Les mecs ils avaient pas peur ! » (39 ans, célibataire, sans profession, parents français depuis plusieurs générations)

 « Je me souviens c’était de la folie à l’époque. Y’avait plein de fous ! C’était de l’ordre du fantasme, les mecs ils se battaient avec les flics […] Les grands ils en avaient rien à foutre et y’avaient des mecs réputés. C’était des inspecteurs qui venaient je m’en rappelle. Les condés ils respectaient même les mecs quoi ! » (35 ans, jeune né en France mais issu d’une famille en provenance d’Algérie, titulaire d’un B.T.S., musulman pratiquant)

39 Le quartier se retrouve à nouveau dans une situation de désorganisation sociale20 - analogue à celle de l’entre-deux-guerres sauf que soixante ans plus tôt on assistait à l’émergence du monde ouvrier et des « banlieues rouges » alors qu’ici on constate, à l’inverse, leurs disparitions.

 « Y’avait des mecs qui étaient connus dans le milieu. X il connaissait Mesrine. Moi, j’avais 18 ans et j’étais impressionné. Ca force le respect ! » (41 ans, travailleur social, marié, trois enfants, parents algériens)

40Les voyous reconnus de la cité inspirent la crainte de tous et le respect des plus jeunes. Certains d’entre eux ont une réputation qui dépasse de loin les environs de la cité :

 « Ils étaient connus à Belleville ! C’était une génération de dur ! » (39 ans, célibataire, sans profession, parents français depuis plusieurs générations)

41Les codes de l’honneur de ces délinquants notoires incitent ces derniers à chercher continuellement l’affrontement physique (notamment après une absorption d’alcool trop forte) avec la police mais plus surprenant encore avec les adolescents et jeunes adultes timorés face à leur réputation21.

 « C’était des bonhommes ! Rien à voir avec les faux caïds d’aujourd’hui dans les fausses banlieues du 93. Les mecs ils avaient des couilles hein ! Je te citerai pas de noms mais il y avait des mecs du quartier qui connaissait Mesrine personnellement et qui côtoyaient pour les affaires des voyous notoires comme Francis le Belge ou Willoquet. Je crois même que les frères Zemmour sont venus au quartier à l’époque ! » (37 ans, né en France, issu d’une famille en provenance d’Algérie, employé à la SNCF, membre actif dans une organisation syndicale)

42Les témoignages des uns et des autres insistent sur le fait que des inspecteurs et des commissaires se déplaçaient personnellement pour assister à l’arrestation de tel ou tel individu dans le quartier à l’époque.

43Des travaux montrent avec acuité le rôle de cette génération pivot dans les années 1970 et 1980 facilitant l’arrivée du trafic de drogue dure dans les cités populaires de banlieue (Kokoreff, 2000) : ceci est particulièrement avéré dans ce secteur qui comprend un certain nombre de personnes fichées au grand banditisme ; ce quartier se situant au cœur d’une ville où se trouve le port de Paris22. Néanmoins, cette génération connaît une phase de décadence physique car certains sont touchés par les problèmes liés à la toxicomanie et à l’alcool - expliquant en partie les comportements agressifs et instables qui les caractérisent à la fin des années 1980. Un quart de ces jeunes décèdent de morts violentes, de problèmes d’alcoolisme ou bien deviennent fous en prisons.

44 Les délinquants des classes d’âges suivantes qui atteignent la vingtaine à la fin des années 1970 prennent la relève mais avec beaucoup moins de réussite. Intégrant pourtant les mêmes codes d’honneur, ces derniers ne connaissent pourtant pas la même réussite. À l’instar de leurs prédécesseurs, ils consomment également des produits psychotropes – parfois en leur compagnie – ce qui dégrade rapidement (avant l’âge de 30 ans même) leur état de santé. A la fin des années 1980, les problèmes de toxicomanie ont décimé un grand nombre de jeunes qui aurait entre 40 et 50 ans de nos jours (Kokoreff, 2003, p. 181-188).

 « Je me rappel X., il est mort à 29 piges ! Hein, à 20 ans c’était une force de la nature mais quand il a touché à ses produits … c’est devenu un zombi. Quand il est mort il faisait même pas 40 kilos ! »(36 ans, né en France, issu d’une famille marocaine, marié, chauffeur de taxi)

 « X. est mort en 1993. Mais c’était déjà un mort-vivant. Pour moi il était mort le jour où il a touché à cette merde ! » (37 ans, né en France, issu d’une famille en provenance d’Algérie, employé à la SNCF, membre actif dans une organisation syndicale)

45Les allusions aux morts suite à une overdose d’héroïne au début des années 1990 sont légions. A cette époque, l’espace public local reste empreint d’une atmosphère rythmée par la violence, les bagarres et les conflits de toutes sortes : cohabitent alors anciens rescapés du grand banditisme des Trente Glorieuses, trentenaires délinquants affaiblis par les bagarres, les séjours répétitifs en prison et les consommations conjuguées de l’alcool et de produits stupéfiants alors qu’arrive une nouvelle classe d’âge : les jeunes qui franchissent le cap de la majorité juridique. Ces derniers investissent progressivement le terrain mais la cohabitation avec les deux classes d’âges précédentes n’est pas toujours à leur avantage (violences à leur encontre).

 « C’est une époque de fou ! A l’époque j’étais en Deug à l’université de Nanterre [en 1992] et je ne pouvais pas raconter ce que je voyais le soir dans la cité. Mes camardes de promotion ne m’aurait pas cru de toutes façons. Quand tu vois comment certains ont fini … » (35 ans, informaticiens, marié, deux enfants, parents algériens)

« C’était des barjots quand j’y pense. Les vieux ils cherchaient la bagarre à tout le monde … Des fois il nous cavalait quand ils étaient défoncés. Ils nous cherchaient aussi … Fallait pas te coller à eux parce que sinon t’étais mal quoi ! […] Mais, bon, c’est mecs là sont plus là et on a compris qu’il ne fallait pas faire comme eux ! » (33 ans, né en France, famille originaire du Maroc, célibataire, sans profession)

46Pourtant cette période « anomique » et « troublée » - troublante d’ailleurs à plus d’un titre pour beaucoup de jeunes et de moins jeunes rencontrés sur le terrain pendant la thèse - constitue « une expérience de vie » et des souvenirs quelque peu singuliers chez nos interviewés :

 « Ils étaient violents ! C’était des bonhommes ça faut le reconnaître ! Tu te rappelle de V. quand il est sorti de prison. Quelques jours après il prend une grosse pierre et il se met à courir après trois policiers venus faire une ronde ! Ils se sont sauvés les flics. Ils ont ramené du renfort une heure après. Qu’est-ce qu’on rigolait quand même ! » (37 ans, né en France, issu d’une famille en provenance d’Algérie, employé à la S.N.C.F, membre actif dans une organisation syndicale)

47Les anciens voyous, les bagarreurs et les grands délinquants à réputation disparaissent progressivement avec les souffrances et les souvenirs que cela implique dans la mémoire de la cité (Guenfoud, 2002) au profit d’une nouvelle classe d’âge dont les défis ne sont pourtant guères plus faciles à relever. Ces jeunes sont à mi-chemin entre la quatrième et la cinquième génération d’ouvriers et doivent affronter un marché du travail de plus en plus difficile et un contexte local où la « classe ouvrière » périclite rapidement avec ses supports institutionnels et sociaux et sa capacité d’organisation.

Transition économique de la délinquance locale et accalmie sociale dans les années 1990

48Le début des années 1990 témoigne dans ce quartier d’une restructuration urbaine de grande envergure : nous passons définitivement de l’ère industrielle à l’âge des activités tertiaires et de bureau. La municipalité désire revaloriser un quartier qui souffre d’une mauvaise réputation. L’objectif est alors de restructurer un espace ouvrier désuet par de nouvelles constructions – logements de trois étages accessibles à l’achat, développement d’espace d’activité tertiaire et commerciale, allée piétonne verdoyante et restaurants pour cadres d’entreprise, construction d’un nouveau lycée – afin d’inciter l’installation des classes dites moyennes et revaloriser à coup sûr l’image du quartier :

49 « Cet appel s’adresse cependant à une fraction particulière des classes moyennes, plus dotée en capital culturel qu’en capital économique et souvent proche du secteur public »(Bacqué, Fol, 1997, p. 201)

50Ces changements perturbent la population ouvrière dans son ensemble mais aussi les jeunes. L’augmentation des loyers et les transformations de l’espace physique et urbanistique est à l’origine perte de repères pour les habitants et début d’endettement pour les familles ouvrières les plus touchées par la désindustrialisation. Ce qui fait dire à certains jeunes dans mes entretiens menés en 1998 dans le cadre de mes premières recherches sur le terrain (Marlière, 1998) :

 « Les loyers augmentent, ils font venir des bourges. Paris s’agrandit. Un jour ils vont nous mettre à Pontoise, puis à Rouen, puis au Havre et ils nous jetteront dans la Manche ! » (27 ans, enfant d’immigré algérien, mécanicien, célibataire)23.

51Ces derniers prennent également conscience des enjeux sociaux qui se jouent au niveau de leur quartier mais également de leur histoire :

 « Tu vois, moi, j’ai rendu ma carte du parti. Ils transforment notre quartier et nous ils nous demandent pas notre avis ! Regarde, avant c’était notre coin maintenant ils ont mis des taules et c’est un terrain vague avec le projet de construire le nouveau lycée ! Sans nous demander notre avis ! C’est ça la démocratie ! » (32 ans, né en France, famille originaire de Tunisie, célibataire, Informaticien)

52Cette période de transition marque une étape importante dans l’histoire locale (restructuration urbanistique, désenclavement physique du quartier et du métro, réhabilitation des grands ensembles et démolition de la cité de transit) à l’image de la délinquance locale qui s’oriente vers un trafic de stupéfiants à la fois plus discret mais aussi plus « rationnel » confirmant ainsi les transformations de l’économie souterraine en milieu populaire amorcé la décennie précédente. D’un contexte de changement social et de transformation urbaine, ce quartier connaît une période d’accalmie : la violence qui régissait les rapports sociaux des jeunes adultes la décennie précédente est alors à peine perceptible dans l’espace public. Les chiffres du démographe de la ville24 attestent également d’une chute importante dans les années 1990 des problèmes de criminalité dans ce quartier par rapport à d’autres banlieues populaires même si les chiffres restent élevés par rapport à des secteurs habités par des populations plus composites.

 « Du trafic, du business il y en a. Mais c’est plus comme avant. Les mecs ils font leur argent et basta ! » (32 ans, petit trafiquant de cannabis, enfants d’immigrés tunisien, célibataire, vit chez ses parents)

53Pour les jeunes de la nouvelle classe d’âge, les études scolaires se font plus longues et les activités illégales plus discrètes : les vendeurs qui se lancent dans le trafic de drogues dures (l’héroïne notamment) mettent en place une logistique locale plus professionnelle avec hiérarchie pyramidale comprenant leaders, soldats et guetteurs (Duprez, Kokoreff, 2000). Ces nouveaux réseaux de trafics contribuent, en même temps que la disparition tragique des anciens, à l’instauration d’une forme de pacification du territoire : la délinquance que l’on pourrait qualifier de classique disparaît au profit des lucratifs business de drogue qu’elles soient dures ou douces.

 « Les gros trafiquants ici ils ont compris qu’ils fallaient être discrets. La violence elle existe toujours mais elle est moins visible. Par exemple quand il y a un contrat ou un règlement de compte si nous on est pas dans le business alors ça nous concerne pas. La violence on la voit moins, elle est cachée […] Parfois c’est plus malsain mais qui s’en plaint finalement ? » (31 ans, ingénieur en informatique, parents marocains, marié)

 « Ici c’est la Suisse maintenant ! Ils ne se passent plus rien. Ca n’a rien à voir avec ce que l’on a connu, c’est sûr ! Pour la violence c’est mieux mais pour l’ambiance c’est zéro ! Le quartier pour moi n’existe plus ! Ce sera jamais plus comme avant ! » (40 ans, ancien jeune du quartier dans les années 80, né de parents français, Marié, deux enfants, commercial)

54La rationalisation du trafic de drogue dure et de drogue douce avec les revenus substantiels et confortables que cela procure (enfin pour ceux en haut de la pyramide) a contribué, en partie, a atténuer fortement la délinquance aux personnes dans ce quartier et à réduire les comportements violents jugés contre-productifs. Mais nous verrons que d’autres phénomènes ont participé à cette forme d’accalmie dans ce quartier sans pour autant que la véritable violence, la délinquance aient véritablement disparues et les souffrances et conditions de vie souvent difficiles se soient améliorées pour autant.

Un espace social en voie de recomposition

55Le terme de recomposition signale l’émergence d’une problématique nouvelle dont les contours et les enjeux restent, pour le moment, à définir. Or, dans cet espace territorial et social, la recomposition évoque l’émergence de nouveaux acteurs à l’ère post-industrielle par opposition à la société industrielle et, dans le quartier ouvrier observé cela s’illustre soit par des nouveaux enjeux et de nouveaux acteurs (Boucher, 2004) ; soit par des changements dans les manières de procéder à l’égard des classes populaires même si les acteurs sont restés à peu près les mêmes (Tissot, 2007). Au milieu des années 2000, période se situant quelques années après notre travail ethnographique, les pratiques culturelles de ces jeunes imposent à la fois une fragmentation des rapports sociaux en même temps que de nouvelles pratiques collectives (Marlière, 2005a). Les parcours des jeunes issus du monde ouvrier sont plus que disparates et éclatés à l’image d’autres quartiers populaires ou « sensibles » (Zegnani, 2006) : ils sont confrontés à la fois aux mutations économiques de la société mais aussi aux transformations locales qui ne sont pas encore totalement achevées. Ces métamorphoses structurent, d’une certaine manière, les trajectoires de ces jeunes soumises aux aléas de la conjoncture économique. Dans ces quartiers devenus sensibles, la cinquième génération s’éloigne à la fois de la culture ouvrière et de son destin de classe mais se montre de plus en plus étrangère même aux partis ouvriers en l’occurrence ici le parti communiste (Masclet, 2003). Des suspicions même de trahison sont à noter entre les jeunes et la municipalité car certains enfants d’immigrés (les plus âgés) se déclarent être des enfants d’ouvriers et exigent en quelque sorte des considérations de la part des élus communistes (Marlière, 2001)

56Les formes d’encadrement des classes populaires s’estompent et les manières de se représenter le monde des enfants d’ouvriers et d’immigrés (de la première et surtout la deuxième) changent. De plus, l’élargissement de l’espace des possibles depuis le début de désindustrialisation locale voit se dégager quatre pôles distincts de socialisation parmi les jeunes ; cette amorce de pluralités des trajectoires – même si les déterminismes sociaux sont très importants – marque la fin d’un destin de classe qui caractérisait, en partie, la « classe ouvrière ». Nous pouvons y remarquer quatre grands types de parcours concernant la dernière génération ouvrière. La démocratisation scolaire a permis à certains jeunes de réaliser des études supérieures à l’université ce qui n’était pas tout à fait le cas dans les décennies précédentes. Ces jeunes que nous avons nommés invisibles – ils sont très peu visibles dans l’espace public de la cité mais également dans les médias – représentent globalement un quart des jeunes des cités dans ce quartier (Marlière, 2005a p. 81-95) ; Un autre groupe rassemble à peu près les jeunes qui n’ont pas de diplôme et sont inscrits au R.M.I. Ils sont souvent dans la rue et se retrouvent dans une situation de marginalité sociale et d’exclusion économique : ils constitue en quelque sorte le groupe des galériens et représentent un tiers environ des jeunes des cités ; un autre groupe de jeune que l’on pourrait rassembler autour d’une pratique plus ou moins assidue de l’islam et qui constituerait approximativement un peu plus d’un tiers des jeunes aujourd’hui (Marlière, Ibid., p.59-80): le dernier rassemblement concentrerait les jeunes qui ont soit des activités délinquantes, soit participent au trafic : nous pouvons y distinguer l’élite (« cerveau de la drogue locale, fichés au grand banditisme) qui représente une infime minorité et, à côté, ceux que l’on pourrait classer petits trafiquants et « délinquants ordinaires » : ils composent à peine 10 % dans leur globalité l’ensemble des jeunes du quartier. Mais si les « délinquants » sont fortement minoritaires parmi les jeunes ici, ils rythment, à eux seuls, le quotidien du quartier. Pour cet article, nous nous intéresserons exclusivement aux deux derniers groupes à savoir les salafis et les « délinquants ».

57Pour le groupe des « délinquants »25, les mutations dans les formes de l’illégalisme sont très importantes depuis quelques années. L’important trafic de drogue dure a plus ou moins disparu de l’espace public ou du moins il se fait davantage discret26. Les plus jeunes qui sont dans des activités délictuelles ont étendu leurs compétences en participant toujours aux trafics de cannabis – qui rapporte de moins en moins depuis le milieu des années 90 – mais aussi à des activités de recel. Il semblerait que les activités de recel, le « bizness » en quelque sorte, peut constituer un moyen de ressource non négligeable pour un ensemble de jeunes qui ne veulent pas commettre de violences où se lancer dans le trafic de drogues (Tafferant, 2007). Au-delà du recel et de la vente d’objet « tombés du camion » analysé par Nasser Tafferant à Mantes-la-jolie qui constitue une part importante des trafics illégaux dans les cités, des conversions dans d’autres manières de faire de l’argent de façon illégal sont apparues progressivement.

58La notion de recomposition semble également s’appliquer aux pratiques délinquantes pour qui les stratégies d’invisibilité dans l’espace public sont essentielles en raison d’une répression plus dure envers les trafiquants de drogue dure :

 « Avant tu te faisais ton blé. Aujourd’hui y’a la concurrence, la méthadone et la loi qui fait qu’il te colle au trou pour un bout de temps. T’es perdant. Donc ça sert à rien ….Donc les plus jeunes ils cherchent autre chose » (37 ans, travailleur social, ancien dealer, marié, un enfant)

59La drogue finalement ne rapporte qu’à l’élite des trafiquants et ceux qui se sont bien implantés durablement dans ce type de business. Pour les autres, c’est un pari risqué en raison d’une concurrence impitoyable (violence, règlements de comptes, etc.) et d’une présence policière difficile à éviter.

 « Je me rappelle y’a plus de vingt ans, les frères X. vendaient sur une table tranquille. Ils se sont fait arrêter au bout de deux ans […] Aujourd’hui, dans chaque cité, il y a un appart’ loué par les keufs … » (39 ans, célibataire, sans profession, parents français depuis plusieurs générations)

60Mais ce qui est particulièrement nouveau dans le quartier c’est la participation de certains jeunes à des fraudes à l’assurance mais encore ou autres malversations diverses. Les reconversions vers des trafics plus lucratifs mais surtout plus cachés constituent les nouvelles « spécialités »27.

 « Les mecs maintenant ils se sont lancés dans l’escroquerie. En prison, la plupart des mecs que je rencontrais du quartier sont tombés pour falsifications de cartes bleues, fraude à l’assurance ou encore des affaires d’escroquerie avec des sociétés de crédit » (31 ans, ancien délinquant, anonymat conservé)

61Certains jeunes s’adaptent aux nouvelles technologies ; puce, cartes bleues et détournement sur internet et téléchargements de film ou de musique. On retrouve paradoxalement des invisibles (les étudiants des cités) qui se lancent dans ce type de trafic notamment ceux ne trouvant pas d’emploi.  

« Lui et son frère ouais. Ils se sont lancés là-dedans. Pourtant lui il a fait un BTS en électronique tous ça ! Son frère je comprends il a toujours fait des conneries mais lui. Apparemment ils magouillaient sur Internet et ils téléchargeaient … » (32 ans, né en France, famille originaire de Tunisie, célibataire, Informaticien)  

62Cette nouvelle forme de délinquance apparaît dans ces quartiers avec parfois des reconvertis de la vente de drogue ou du vol s’associant du coup aux étudiants des cités dont les diplômes se trouvent dévalorisés. Les mutations des modes de déviances sont alors tangibles dans les manières de faire de certains jeunes dans les activités illégales :

« Le trafic de drogue ça rapporte moins et à part quelques mecs qui sont bien installés dans le circuit car pour les autres c’est plus dur. L’Etat avec ses produits comme le Subutex ou la méthadone a résolu la situation. Le cannabis ça rapporte plus rien … alors les mecs ils sont obligés de trouver autre chose ! » (29 ans, issus d’une famille en provenance d’Algérie, étudiant en thèse de droit à Nanterre, célibataire vit chez ses parents à la cité)  

« Aujourd’hui, il faut être discret. Y’a 20 ans les mecs c’était des vrais voyous, des bagarreurs. Ils savaient arracher un sac dans la rue ou un braquage. Nous on ne sait plus faire ça. Maintenant, les mecs ils se font discrets, ils montent des bizness et tous les six mois ils ferment et change de nom. Y’en a qui font des fraudes à l’assurance. Y’en a qui se sont spécialisés dans le recel. Mais à la différence d’autres villes comme le 93 qui ont du retard sur nous, la délinquance tu la vois pas. Même les mecs ils parlent normalement. La « racaille » elle n’habite pas ici […] Parce que chez nous, le banditisme c’est une tradition ! » (32 ans, ancien délinquant qui a repris des études à l’université et qui est devenu travailleur social)

63Les penchants pour les illégalismes en tous genres existent toujours mais ils se font dorénavant plus discrets. En raison de l’émergence d’une pratique religieuse nouvelle – également jugée déviante aux yeux des médias et des autorités -, celle de l’islam qui concerne toujours plus de jeunes, les pratiques déviantes tendent à s’effacer de l’espace public sans pour autant disparaître.

64Le deuxième groupe qui nous intéresse ici regroupe les jeunes qui pratiquent la religion musulmane et se réclamant, en quelque sorte, de la mouvance salafis chaykhiste. Invisible il y a tout juste 20 ans, l’Islam apparaît progressivement dans le quartier et a conquit une partie des enfants d’ouvriers et d’immigrés de la quatrième et cinquième génération. Quelques français de « souche » se convertissent également ; apparaissent ainsi des jeunes portant khamis ou jellabah, barbes, pantalon au-dessus des chevilles et paire de basket voire blouson en cuir : ce syncrétisme vestimentaire à mi-chemin entre orient médiéval et loubard des quartiers populaires marquent progressivement l’ère des « banlieues de l’islam » (Képel, 1991, p.371). Les musulmans pratiquants ont une pratique assidue de l’islam : ils exercent les 5 piliers de la religion musulmane ; le premier d’entre eux est l’acte de foi, acte qui atteste la croyance en un Dieu unique ; le second pilier concerne l’exercice de la prière qui est accompli cinq fois par jour ; les trois restants sont, le jeûne du ramadan, l’aumône et le pèlerinage. L’exercice de la prière est l’acte qui différencie un musulman pratiquant d’un autre jeune se réclamant de manière identitaire de l’islam. Ces jeunes sont alors très visibles et surtout identifiables dans l’espace public du quartier à la fin des années 1990. Aujourd’hui, il y a nettement plus de pratiquants au dire des témoignages de musulmans de longues dates.  

« Quand j’ai commencé il y a dix ans maintenant. Les salles du quartier elles étaient pas remplies comme maintenant. Pour la jimoura, [la prière du vendredi] si t’arrives un peu en retard, ta prière tu l’a fait dehors ! » (42 ans, parents marocain, veilleur de nuit, marié, 4 enfants)

65Il faut également rappeler que l’Islam est une forme d’héritage culturel hérité des familles en provenance des pays du Maghreb. La religion musulmane est une pratique séculaire que les familles immigrées arrivées en France ont continué de pratiquer. Autrement dit, interdiction, recommandation, sujets tabous ont pour origine les pratiques traditionnelles des campagnes du Maghreb influencé par l’Islam.  

« La conformité des pratiques à ces pratiques conduit à une opposition entre le haram (l’illicite, le défendu) et le halal (le licite, le permis) qui fonde la conception islamique du sacré » (Cesari, 1994, p. 23)

66Pour les jeunes issus de famille en provenance du Maghreb, l’héritage familial offre une représentation du monde dont celle de la croyance en un Dieu unique28. L’athéisme concerne peu de jeunes de ce quartier (environ un dixième) et encore moins de jeunes de la première et surtout de la deuxième génération. La croyance en Dieu est donc omniprésente et fonde en quelque sorte la dimension eschatologique dans la conscience de ces jeunes entre crainte (ici bas) et espoir dans une vie après la mort (Cesari, 1997, p. 168).

« On est de passage dans cette vie. Pourquoi faire des choses que tu risques de regretter plus tard et devant Dieu. Moi, j’ai aussi fait des conneries et le repentir ça existe en Islam ! Maintenant que je suis allé à la Mecque et ben je suis comme neuf et je repars à zéro ! » (33 ans, bénéficiaire du R.M.I., ancien trafiquant de drogue, célibataire, parents algériens)  

67Un chercheur dans un livre déjà ancien dégage trois valeurs qu’il estime essentielles pour comprendre les pratiques musulmanes : le but de la vie se place dans l’autre monde ; la signification de chaque acte de sa vie prend de l’importance puisqu’elle sera examinée ; la responsabilité de la personne est au-dessus de la collectivité même si cette dernière est chargée de veiller aux pratiques menant au salut (Von Grunebaum, 1973). Pour ces jeunes pratiquants, le jugement dernier est évoqué de manière récurrente pour rappeler que sur Terre, chaque homme dispose du libre arbitre en étant responsable de ses actes devant Dieu :  

« Celui qui craint Allah, il ne peut pas voler, il ne peut pas commettre des méfaits ! Regarde aujourd’hui, dans le quartier, les mecs qui prient ils sont sérieux. Tu vois bien que depuis l’arrivée de l’Islam, c’est plus calme : Y’a moins de merde qu’avant ! » (31 ans, issu d’une famille en provenance d’Algérie, musulman pratiquant, titulaire d’un diplôme universitaire, sans emploi)  

68Contrairement à la construction médiatique qui érige l’islam comme nouvel « ennemi de l’intérieur », ce témoin qui se sent pourtant stigmatisé développe l’idée à contrario que la pratique de la religion est un facteur d’ordre et d’accalmie dans l’espace public. Cette idée pourrait être corroborée par un autre jeune, lui-même, pratiquant :

« Franchement, tout le monde s’est calmé. Avant y’a quinze ans, y’avait des bagarreurs, des nerveux, des mecs qui sortaient de tôles. Aujourd’hui t’as des anciens voyous qui se sont calmés avec la prière » (33 ans, issu d’une famille en provenance d’Algérie, musulman pratiquant, titulaire d’une maîtrise d’informatique, travaille dans une société d’informatique)  

« Regarde au niveau du comportement. On a du mal à y croire. L’Islam a vraiment calmé les mecs … Ca n’a plus rien à voir avec avant ! »(25 ans, issu d’une famille marocaine, étudiant en sciences dures à Paris XIII, célibataire)  

69La conversion ou reconversion à l’islam (un islam orthodoxe proche de celui pratiqué par les salafis chaykhistes dans ce quartier) est très importante pour comprendre la disparition des pratiques déviantes ou du moins l’étiolement visible des actes déviants dans l’espace public local. La réinterprétation d’un islam rigoriste comme révélateur d’une prise de conscience chez la plupart des jeunes a permis à certains de se reconstruire une échelle nouvelle des valeurs et une représentation du monde sur les vestiges de la culture ouvrière et du système social qui l’accompagnait.  

« Pour nous on sait que c’est le dinh [la religion] la vérité. Les communistes on les connaît. Les politiques on sait ce qu’ils valent ! La délinquance ça mène à rien. Si demain tu meurs et t’as menti, volé, arnaqué, qu’est-ce que tu vas dire à ton créateur ? Il vaut mieux partir en règle et se présenter devant Allah avec toutes les chances de son côté … » (34 ans, travail dans les marchés, marié, 2 enfants, parents algériens)  

70L’islam serait-il l’un des éléments déterminants, au côté des politiques de ville dans l’instauration d’une paix sociale locale, amorcée il est vrai, au début des années 1990 ? Il est sans aucun doute un des éléments contributeurs à l’origine des changements dans les rapports sociaux. Mais surtout il occasionne, pour beaucoup de jeunes, des représentations sociales et des manières de penser le monde, leurs propres activités et d’envisager un avenir. Ce qui fait dire à un petit trafiquant de cannabis dans un entretien informel mené dans un hall d’immeuble :  

« Ce que je fais c’est haram [interdit, illicite du point de vue religieux] mais vers trente ans quand j’aurai mis de l’oseille de côté, j’arrête tout ! Je laisse tomber toute cette merde et je commence ma salat [prière], je monte un business halal [licite] et je me marie. Inch’Allah que dieu me pardonne pour ma jeunesse … » (25 ans, petits trafiquants de cannabis, sans diplôme, parents algériens)  

71La religion permet un contrôle de soi, même pour ceux qui sont dans des activités illégales. Parfois, chez quelques jeunes fichés au grand banditisme du quartier, il n’est pas rare de voir certains d’entre eux se rendre à la prière du vendredi29. L’Islam est donc à la fois un référent moral et culturel pour beaucoup de ces jeunes ; il se trouve à l’origine des interdits ou des recommandations – parfois à l’origine des contradictions dans les comportements – dont la violence, la délinquance sont des éléments tabous (même si pratiqués par une minorité et en toute discrétion). L’islam est donc, d’une certaine manière, à l’origine de l’accalmie dans ce quartier à côté de la rationalisation du trafic, de l’ancienneté des familles du quartier (qui se connaissent depuis plus de trente ans) auxquels peut s’ajouter également le rôle non négligeable des politiques de la ville – même si les associations sont controversées et font l’objet de polémiques chez beaucoup de jeunes (Marlière, 2003b)30.

72Les mutations des pratiques de sociabilités chez les classes populaires peuvent se comprendre en fonction des enjeux sociaux, de l’état du marché du travail, des offres symboliques dans le domaine culturel et politique. Le monde ouvrier n’étant plus, ces enfants d’ouvriers et d’immigrés sont, dans une certaine mesure, contraints de s’adapter et de faire preuve de pragmatisme aussi bien sur le marché du travail que dans l’illégalité (Mucchielli, 2004). Et surtout, ces jeunes - qui ne deviendront pas ouvriers dans ce quartier - peinent à être salariés : ils sont au carrefour des transformations et des crispations de la société française. Certains de ses jeunes, qu’ils soient étudiants ou délinquants, musulmans pratiquants ou inscrits dans des professions plus libérales se trouvent désignés par un discours médiatique fédérateur qui les faits passer de « classe objet » à « classe abject ». La situation critique de ces jeunes, depuis plus de 25 ans maintenant, perdure - depuis le décès des toxicomanes et l’existence d’une violence interpersonnelle - et ne trouve toujours pas, à l’heure actuelle, une issue favorable politiquement sauf, dans des situations extrêmes comme l’émeute ou le jihadisme (Haenni, 2006). Les quatrièmes et cinquièmes générations du quartier sont deux générations d’enfants d’immigrés qui ont comme dénominateurs communs galère, exclusion et racisme (Beaud, Masclet, op. cit.) sauf que la première génération revendiquaient des droits avec la « marche des beurs » tandis que la seconde est au stade de brûler des écoles et des voitures.

Conclusion

73Malgré les contraintes que rencontre la comparaison socio-historique en raison des disponibilités inégales des sources selon les périodes, compensées certes par les entretiens auprès de l’ensemble des locataires du quartier, nous avons pu retracer une histoire locale des déviances populaires. Les archives et la presse consultées associées aux entretiens et observations nous ont permis de dégager un premier regard réflexif sur près de 80 ans d’histoire sociale d’un quartier ouvrier. Certes, il nous est bien difficile d’en tirer des résultats définitifs et de pouvoir dégager des perspectives générales car il faut renoncer au stade de la conclusion à ouvrir des pistes inconnues et voir apparaître de nouvelles hypothèses. En effet, ce travail se veut l’ébauche d’un travail sur les « quartiers sensibles » à travers une perspective historique, sociologique et comparative engageant nécessairement une pluralité de temps et donc d’espaces sociaux (au sein d’un même territoire géographique sur le temps long) ce qui suppose une conceptualisation ajustée (Combessie, op. cit., p. 60). Mais de par sa dimension historique cet article conduit à proposer des hypothèses nouvelles pour la suite s’agissant de certains quartiers populaires devenus « sensibles » dans les dernières décennies.

74Le premier constat se situe au niveau d’une présence invariante des déviances autour de la violence, de la délinquance, d’un certain illégalisme et de l’existence de phénomènes jugés subversifs comme le Parti Communiste ou l’Islam. Par exemple, en période de crise - celle de l’entre-deux-guerres et celle qui recoupe la fin des années 1970 et le début des années 1990 - la présence de la violence, de la grande délinquance rythme l’univers social du quartier. Pour les périodes plus apaisées, la présence de bandes - jeunes adultes en attente d’entrer à l’usine dans les années 1960, trafiquants de cannabis dans les années 1990 - et d’une certaine forme de déviance (activités syndicales et présence du parti communiste, forte consommation d’alcool, trafic de cannabis et pratiques religieuses intensives autour de l’islam à la veille du XXIe siècle) complètent alors le tableau de l’histoire locale. Les déviances polymorphes fluctuantes et variables selon les conjonctures et le contexte historique désignent en quelque sorte les modes de vie des « classes ouvrières » au sein de leurs quartiers.

75Les déviances sont à la fois une forme de résistance à l’oppression des marginaux pauvres face aux volontés normatives des institutions mais surtout un moyen de survie pour les « classes ouvrières » les plus en difficultés. Car, comme le stipule notre première hypothèse, les enjeux économiques sont prépondérants dans les mutations des pratiques déviantes. Par contre, il semblerait que notre deuxième hypothèse montre le rôle des effets locaux que sont l’installation récente d’une population (années 1920 et 1930 ou les années 1970-1980), l’existence ou non de méta-récit que sont le communisme ou l’islam ou encore un trafic de drogue rationalisé (notamment pour les années 1990) avec, il est vrai, l’instauration des politiques de la ville. Ces facteurs locaux favorisent ou atténuent l’ampleur des phénomènes déviants, indépendamment des enjeux économiques.

76Sans vouloir transposer l’Islam sur le Parti communiste où les violences d’hier avec celles d’aujourd’hui, il semble utile de préciser qu’il existe des dénominateurs commun : conditions de vie difficiles, incertitude économique qui pèse sur les destins sociaux, méfiance réciproque entre les habitants et les élus (Marlière, 2007), survie économique se concrétisant, en partie, par de la délinquance et de la violence. Cependant, des changements ont également eu cours en quatre-vingt ans dans les modes de vie des habitants ouvriers de ce quartier. A chaque mode de génération ouvrière peut-être défini un état du système scolaire, un état du marché du travail (y compris « le marché du travail illégal ») et un état de l’offre symbolique (politiques, religieux, syndicaux, etc.). Sur les cinq générations ouvrières du quartier, on voit assiste pour la première à « l’ouvrièrisation des paysans », le développement du parti communiste comme manière de se représenter le monde et l’existence d’une certaine délinquance pour survivre ; les années 1960 voient le niveau de vie augmenté (apparition des premières télévisions dans le quartier et achat des premières automobiles) mais les formes de sociabilité « déviantes » avec les « blousons noirs » et les rapports de voisinage perdurent ; la deuxième moitié des années 1970 marque l’arrivée des familles immigrées mais également le chômage, la désindustrialisation, la précarisation et dégradation de l’emploi ouvrier : les enfants d’immigrés essaient de se démarquer des voies tracées par leurs pères alors qu’ils sont jugés inemployables ; les années 1980 et 1990 marquent une période de « crise » provoquant, du coup, le prolongement des carrières délinquantes comme économie alternative, la disparition du monde ouvrier et de ses valeurs et l’éloignement du parti communiste envers cette jeunesse immigrée (Masclet, op. cit.) ; la période allant de la dernière décennie jusqu’à nos jours témoigne de l’arrivée de la cinquième génération dont le pragmatisme, l’esprit de compétition, l’individualisme se conjugue avec le repli communautaire et la pratique de l’islam comme élément de substitution à la fin du monde ouvrier (Marlière, 2005b).

77Ainsi l’exode rural dans l’entre-deux-guerres de paysans contraints d’aller à l’usine et de s’adapter au monde urbain est sans aucun doute à l’origine d’un malaise et d’une certaine violence. Soixante plus tard environ, la population issue de l’immigration maghrébine est obligée de s'acclimater à un univers urbain en voie de délitement. De même, nous pouvons ajouter le rôle prépondérant dans la structuration des conflits du parti communiste à l’époque de l’entre-deux-guerres comme nous pourrions associer l’impact non négligeable de l’islam urbain dans la construction des repères aujourd’hui. Cependant, la perception varie entre les ouvriers de naguère et les jeunes des cités : même à l’encontre de l’ordre social, le métallurgiste des « banlieues rouges » d’avant-guerre représentait, malgré son caractère de dangerosité qu’il inspirait aux « autres », l’avenir de la société industrielle alors que les « jeunes de cités » sont perçues comme source de menace pour le devenir d’une société où règne incertitude, concurrence et suspicion. En cela, ces jeunes dit de cité forment la nouvelle « classe dangereuse » ou de « parias urbains » dans la société dite post-industrielle (Wacquant, 2006). En effet, pour comprendre ce qui se passe dans une partie des « quartiers sensibles », il faut situer notre période d’enquête ethnographique au moment de la fin de l’encadrement de la jeunesse populaire liée au déclin des syndicats et des socialismes ; de la construction politique d’un nouvel ennemi intérieur véhiculé par les « jeunes de cité » notamment issus de l’immigration maghrébine et appréhendé comme musulman ; et, enfin, de la relégation sociale de ces enfants d’immigrés perçue en définitive comme inutiles et surtout dangereux pour la cohésion nationale.

Haut de page

Bibliographie

BACQUE M.H., FOL S., 1997, Le devenir des banlieues rouges, Paris, L’Harmattan.

BAUMAN Z., 2005, La société assiégée, Paris, Les éditions Rouergue.

BEAUD S., PIALOUX M., 1999, Retour sur la condition ouvrière. Enquêtes aux usines Peugeot, Paris, Fayard.

BEAUD S., MASCLET O., 2006, « Des « marcheurs » de 1983 aux « émeutiers » de 2005. Deux générations sociales d’enfants d’immigrés », Les Annales, HSS, juillet-août, n°4, p. 809-843.

BECK U., 2001, La société du risque, Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion.

BLANCHET. A., 1997, Dire et faire dire. L’entretien, Paris, A. Colin.

BECKER H., 1985, Outsiders : études de la sociologie de la déviance, Paris, Métaillié.

BOUCHER M., 2004, Repolitiser l’insécurité. Sociographie d’une ville ouvrière, Paris, L’Harmattan.

BOURDIEU P., 1977, « Une classe objet », Actes de la recherche en sciences sociales, n°17-18, p. 2-5.

BOURDIEU P., 1979, La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Les éditions de minuit.

BOURGOIS P., 2001, En quête de respect, le crack à New York, Paris, Le Seuil.

CASTEL R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard.

CESARI J., 1994, Etre musulmans en France. Associations, militants et mosquées, Paris, Kathala et Ireman.

CESARI J. 1997, Etre musulman en France, aujourd’hui, Paris, Hachette.

CHAMBOREDON J.C., LEMAIRE N., 1970, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leurs peuplements », Revue Française de sociologie, 2, 3-30.

CHEVALIER L., 1978, Classes laborieuses et classes dangereuse, à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Ed. L.G.F.

COMBESSIE J.-C., 1996, La méthode en sociologie, Paris, La Découverte.

COPFERMANN Y., 2003, Les blousons noirs, Paris, La découverte.

COUTANT I., 2005, Délit de jeunesse. La justice face aux quartiers, Paris, La Découverte.

DEWERPE A., 1998, Le monde du travail en France, Paris, Armand Colin.

DUBET F., 1987, La galère : jeunes en survie, Paris, Fayard.

DUBET F., LAPEYRONNIE D., 1992, Les quartiers d’exil, Paris, Le Seuil.

DUPREZ D., KOKOREFF M., 2000, Les mondes de la drogue, Usages et trafics dans les quartiers, Paris, Odile Jacob.

ESTERLE-HEDIBEL M., 1997, La bande, le risque et l’accident, Paris, l’Harmattan.

FOURCAUT A., 1986, Bobigny, Banlieue rouge, Paris, Les éditions ouvrières.

GERVAISE P., 1991, « Les“passages“ à Levallois-Perret, Ruelles pauvres en banlieue », in FAURE A. (dir.), Les premiers banlieusards, aux origines de Paris, Paris, Ed. Créaphis, p. 121-163.

GUENFOUD K., 2002, « L’avenir des morts. Mémoire et réputation », Ethnologie Française, 23, 1, p. 95-101.

GUIBERT J., JUMEL G., 2002, La socio-histoire, Paris, Armand Colin.

HAENNI P., 2006, « La France face à ses musulmans : émeutes, jihadisme et dépolitisation », Esprit, n° 10, p. 112-145.

HALBWACHS M., 1994, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.

KAUFMANN J-C., 1996, L’entretien compréhensif, Paris, Nathan

KEPEL G., 1991, Les banlieues de l’islam, Naissance d’une religion en France, Paris, Le Seuil.

KOKOREFF M., 2000, « Faire du business dans les quartiers. Eléments sur les transformations socio-historiques de l’économie des stupéfiants en milieux populaires. Le cas du département des Hauts-de-Seine », Déviance et Société, 24, 4, 403-423.

KOKOREFF M, 2003, La force des quartiers. De la délinquance à l’engagement politique, Paris, Payot.

LAFFITE J, 1970, Gennevilliers. Evocation historique. De la fin du 19e siècle à 1970, Tome 2,Gennevilliers.

LAGRANGE H., 2003, Demandes de sécurité, France, Europe, Etats-Unis, Paris, Le Seuil.

LAHIRE B., 2005, L’esprit sociologique, Paris, La découverte.

LINDENBERG D., 2002, Le rappel à l’ordre. Enquête sur les nouveaux réactionnaires, Paris, Le Seuil.

MARLIÈRE É, 1997, Les habitants des H.B.M. dans le quartier des Grésillons dans l’entre-deux-guerres, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine (sous la dir. de J. Girault), Université Paris XIII/Paris Nord

MARLIÈRE É, 1998, Le 74, une cité ouvrière au cœur des changements, mémoire de DEA de sociologie (sous la dir. de M. Meyer), Université Paris VIII Saint-Denis.

MARLIÈRE É, 2001, « Résistance ouvrière à Gennevilliers », Agora, n°23, p. 85-96.

MARLIÈRE É, 2003a, Les recompositions culturelles chez les jeunes issus de l’immigration dans une cité H.L.M. de banlieue nord, thèse de sociologie (sous la dir. de J-C. Combessie), Université Paris VIII Saint-Denis

MARLIÈRE É, 2003b, « Dispositifs de discipline et logiques de résistance. L’intervention sociale vue par les jeunes d’une cité de Gennevilliers », Le Passant Ordinaire, 44, 33-36.

MARLIÈRE É., 2005a, Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destin commun ?, Paris, l’Harmattan.

MARLIÈRE É., 2005b, « Le sentiment communautaire comme repère », V.E.I. Diversité, CNDP, n°142, p.115-122.

MARLIÈRE É., 2006, « Changement, incertitude et transition sécuritaire : vers un nouveau management de la question sociale ? », Management & Sciences Sociales, L’Harmattan, n°2, p.183-193.

MARLIÈRE É, 2007, « Les habitants des quartiers : adversaires ou solidaires des émeutiers ? », LE GOAZIOU V., MUCCHIELLI L. (dir.), Quand les banlieues brûlent … Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La découverte (2e édition), p. 77-92.

MARTUCELLI D., 1999, Sociologies de la modernité. L’itinéraire du XXe siècle, Paris, Gallimard/Folio.

MASCLET O., La gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué, Paris, La Dispute.

MAUGER G., 2006, Le milieu, la bande et la bohême populaire. Etudes de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin.

MERLLIÉ D., 1996, « La construction statistique », CHAMPAGNE P., LENOIR R., MELLIÉ D., PINTO L. (dir.), Initiation à la pratique sociologique, Paris, Dunod (2e édition), p. 102-163.

MONOD J., 1968, Les Barjots, essai d’ethnologie des bandes de jeunes, Paris, Julliand.

MILLS C.W., 1997, L’imagination sociologique, Paris, La découverte § Syros.

MUCCHIELLI L., 2001, Violences et insécurité, fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte et Syros.

MUCCHIELLI L., 2004, « L’évolution de la délinquance juvénile en France (1980-2000) », Sociétés contemporaines, n°53, 2004, p. 101-134.

NOIRIEL G., 1986, Les ouvriers dans la société française, Paris, Éditions Points/Seuil.

NOIRIEL G., 2006, Introduction à la socio-histoire, Paris, La découverte.

OGIEN A., 1995, Sociologie de la déviance, Paris, Armand Colin.

QUIQUERE G., 1987, Le 74, esquisse d’une des premières cités H.L.M. de Gennevilliers, Gennevilliers, ARCCAG éditions.

REY H., 1996, La peur des banlieues, Paris, Sciences-po.

ROBERT Ph., 2002, L’insécurité en France, Paris, La découverte § Syros.

ROBERT Ph., LASCOUMES P., 1974, Les bandes d’adolescents, une théorie de la ségrégation, Paris, Les éditions ouvrières.

TAFFERANT N., 2007, Le Bizness. Une économie souterraine, Paris, P.U.F.

TISSOT S., 2007, L’Etat et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Le Seuil.

VON GRUNEBAUM G.E., 1973, L’identité culturelle de l’Islam, Paris, Gallimard.

VULBEAU A., 2001, « La jeunesse comme ressource : un paradigme pour la recherche », VULBEAU A. (dir.), La jeunesse comme ressource, Expérimentations et expérience dans l’espace public, Editions Eres.

WACQUANT L., 2006, Parias Urbains, Ghetto-Banlieues-Etat, Paris, La découverte, 2006.

ZEGNANI S., 2006, La cité des jeunes adultes : analyse des systèmes de relations locales dans les quartiers populaires, thèse de sociologie de troisième cycle (sous la dir. de C. Dubar), Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Haut de page

Notes

1 Ce retour à la normativité par l’instauration d’un certain ordre public nous laisse très perplexes sur les courants de philosophie sociale qui aborde le thème de la post-modernité.
2 Les sources pour l’entre-deux-guerres ne sont pas les mêmes que celle des années 1980 en raison des limites comparatives en socio-histoire voir infra.
3 D’ailleurs, nous tenons à préciser que ce quartier ne fut pas concerné par les émeutes récentes.
4 A côté, il est vrai, d’un tissu social ancien.
5 Je fais référence ici à mon travail d’histoire contemporaine qui traite de la période de l’entre-deux-guerres réalisé sous la direction de J. Girault (Marlière, 1997).
6 Ce qui représente plus de 10 % des actes recensés comme imprécis et donc inqualifiables.
7 Cette expression apparaît souvent dans les journaux cités supra.
8 Banlieue Ouest du 16 juin 1933, p. 3.
9 L’Aube Sociale du 25 août 1929, p. 2.
10 L’Aube Sociale du 12 septembre 1930, p. 3.
11 L’Aube Sociale du 17 février 1931, p. 2.
12 Banlieue Ouest du 18 juillet 1928, p. 3.
13 Banlieue Ouest du 5 août 1928, p. 3.
14 L’Aube Sociale du 15 mars 1929, p. 2.
15 L’Aube Sociale du 12 avril 1929, p. 3.
16 Banlieue Ouest dans un de ses articles nous explique que le suicide s’apparente à un drame social pour les habitants des Grésillons.
17 Notamment vers le milieu des années 1930 lorsque le parti communiste arrive au pouvoir et annonce d’une certaine manière la naissance des « banlieues rouges » et du mouvement ouvrier.
18 Pour un témoignage local de ces deux auteurs anciens syndicalistes ayant travaillé à Chausson, la principale usine du quartier.
19 Ce type de scène rocambolesque est fréquent entre 1982 et 1988 notamment.
20 Situation analogue constatée dès la naissance de ce quartier avec l’apparition importante des industries et l’arrivée en masse des ouvriers issus de la province dans l’entre-deux-guerres voire supra.
21 Rappelons encore que certains d’entre eux ont côtoyé des mafieux connus comme Francis le Belge ou des voyous médiatiques tel que Jean Marc Willoquet dit le « coiffeur de Nevers ».
22 L’un des principaux fluvial d’Europe avec les trafics que cela peut impliquer.
23 A titre anecdotique, j’entendais un rappeur de Montreuil s’exprimer sur Radio Nova qui expliquait qu’un jour on le pousserait vers Meaux puis Metz et, enfin, l’Allemagne. Selon la situation géographique, les jeunes repèrent en quelque sorte les villes de grande banlieue puis balaient les zones des plus éloignées jusqu’à ce qu’on les exclus du pays : la Manche pour la banlieue nord ouest et l’Allemagne pour la banlieue est.
24 Ce dernier préfère garder l’anonymat et ne veut divulguer officiellement les chiffres de la délinquance sur la commune.
25 Ils ne sont pas tous délinquants au sens juridique du terme. Seuls sont reconnus comme délinquant par la loi ceux qui sont passés devant un tribunal et ont écopé d’une peine de prison. Nous les avons appelé ainsi dans la mesure où ces jeunes participent de près ou de loin à des activités illégales.
26 Nous n’avons pas vraiment les moyens d’en savoir plus concernant ce type de trafic pour des raisons de sécurité. Il existe à toutes recherches des obstacles sociaux à l’enquête sociologique pour des raisons que le lecteur peut comprendre.
27 Nous ne pouvons pas généraliser ces pratiques à d’autres banlieues françaises aujourd’hui.
28 Même si l’islam traditionnel des parents est parfois très éloigné de celui des jeunes ce qui amène souvent à des sources de tensions entre parents et enfants. Il y a plusieurs courants religieux dans ce qu’on peut appeler l’islam des quartiers entre salafisme, tabligh, roulouj, frères musulmans. Mais ce n’est pas le propos de cet article ici.
29 Même si cela ne plaît pas à tous les pratiquants.
30 Néanmoins, les jeunes ont un regard cynique envers les institutions chargées de les encadrer ou de les aider dans le quartier.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Marlière, « Chroniques socio-historiques des pratiques déviantes d’une jeunesse populaire dans un quartier de « banlieue rouge » », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 27 juin 2007, consulté le 19 août 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/572

Haut de page

Auteur

Eric Marlière

Chercheur associé au CESDIP UMR 8183 (CNRS/Ministère de la Justice/UVSQ), chercheur associé au CERAL EA 3968 (Université Paris Nord), intervenant à l’IRTS de Montrouge et chargé de cours à l’université Paris Nord, e.marliere@orange.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org