Navigation – Plan du site
Textes de travail

Les Sculpteurs et le net

Lise Demailly

Résumé

Pour les différents groupes professionnels, l'internet présente, par rapport aux marchés et organisations qui lui préexistaient, des caractéristiques d’une radicale nouveauté : outre l’émancipation qu’il permet par rapport à l’espace et au temps, il a pour effet de diminuer les droits d’accès, les asymétries d’information, les profits de distinction. Le texte présente une monographie ce que les sculpteurs font du net et sur ce que le net fait aux sculpteurs. Il montre que le net rend plus flou la coupure entre professionnels et amateurs et modifie le marché de l'art. Si Les sculpteurs, conformes en cela à la logique de leur mode de professionnalisation, sont un contre exemple concernant la tendance générale de l'internet à favoriser la circulation des savoirs professionnels et la mise en jeu collective des identités, éthiques et normes des métiers, l'examen de leur  présence et de celle de  de la sculpture sur le web permet en revanche de dégager une tendance qui concerne le champ social : un certain mouvement de démocratisation de l'art.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d'une recherche collective sur les usages que les groupes professionnels font du WEB1, plusieurs matériaux empiriques de type monographiques ont été réunis. La présente étude s'attache au cas particulier des sculpteurs, sur lequel j'ai mené personnellement l'enquête. Ce cas est original par rapport à d'autres professions étudiées (infirmières, psychiatres, enseignants, bibliothécaires, ingénieurs) par la connexion qu'il réalise entre l'internet et un marché. Avant d'entrer dans le vif du sujet, je vais résumer les hypothèses générales de la recherche.

2L'internet a introduit dans le fonctionnement du monde social une discontinuité radicale dont on ne fait que commencer de mesurer les effets. Considéré au départ simplement comme un nouveau média, puis comme un « espace virtuel », support de « communautés virtuelles »2, il apparaît de plus en plus comme un espace social bien réel où s’échangent marchandises et informations, où se créent des liens sociaux, où s’opèrent des opérations rigoureusement réglementées. Pour les différents groupes professionnels, il constitue un espace d’échanges, de communication, voire d’exercice de l’activité professionnelle, complémentaire ou concurrent de ceux qui existaient avant lui et qui sont en retour modifiés par son développement. Car l'internet présente, par rapport aux marchés et organisations qui lui préexistaient, des caractéristiques d’une radicale nouveauté : outre l’émancipation qu’il permet par rapport à l’espace et au temps, il a pour effet de diminuer les droits d’accès, les asymétries d’information, les profits de distinction… Nous avons montré, sur l’exemple des professions de la santé et de la santé mentale, comment l’internet apportait à ces professions et à leurs clients, des modifications décisives dans au moins quatre grands domaines :

  • Dans le domaine de la formation et de l’information, L'internet se montre un vecteur très puissant de transmission des savoirs, susceptible de jouer un rôle majeur dans le processus de formation continue, et ceci dans les différents domaines qui constituent un savoir de type « professionnel ».

  • Dans le domaine de la communication intra-professionnelle, l'internet, par les forums ou les listes de diffusion, joue un rôle qu’aucun média avant lui n’a pu exercer, de dialogue de tous avec tous. Une des nouveautés essentielles introduites par l’esprit qui a présidé au développement du Net est que cette communication intra-professionnelle transcende les clivages au sein de la profession (ce qui ne signifie pas que, dans les faits, ces clivages ne se font jamais sentir dans les interactions effectives).

  • Mais au delà, l'internet encourage la communication entre les professionnels et leurs usagers /clients /consommateurs ou entre « professionnels » et « amateurs ». Là non plus, cette ouverture n’est pas exempte d’ambiguïté : les professionnels ne sont pas toujours prêts à jouer jusqu’au bout un dialogue qui peut aller de pair avec une dépossession relative de leur pouvoir. Mais au moins contribue-t-elle à un certain décloisonnement des relations sociales.

  • Dans le domaine de l’exercice professionnel lui-même, l'internet peut introduire de nouvelles pratiques. Un exemple typique est celui des consultations en ligne qui se développent sous des formes diverses dans les professions de psychanalyste, de psychothérapeute et de coach. Là, l'internet est lui-même un lieu d’exercice professionnel. Et il contribue à en changer les conditions dans la mesure où il modifie l'accès au marché.

3Mais toutes les professions n’occupent pas ce nouvel espace avec la même intensité ni pour les mêmes usages. Un des objectifs de la mise en route de nouvelles monographies a été de mesurer ces différences d’utilisation de l’internet et de formuler des hypothèses sur les causes de ces différences : degré et formes du capital culturel associé à l’exercice professionnel, degré d’équipement, rapport au temps, mode de structuration du groupe professionnel.

4Une précision est nécessaire quant au type d'usage étudié. On peut distinguer deux grands types d’usage de l’internet, l’usage-production et l’usage-consultation. On parlera d’usage-production quand l’usage même de l’internet est producteur de nouveaux objets sur le net. Un cabinet d’expert-comptable qui construit un site pour se présenter, un jeune ingénieur qui sur sa page personnelle associe à son CV le projet de mécanique des fluides qu’il a présenté pour son diplôme, une bibliothécaire qui participe à une discussion sur le projet Google de bibliothèque universelle sur la liste de diffusion des bibliothécaires, toutes ces personnes produisent de l’internet en même temps qu’elles en font usage. A l’inverse, on parlera d’usage-consultation quand l'internet est utilisé comme source d’information ou comme ressource sans que cet usage ait de réel effet en retour sur l'internet : un conseiller financier qui consulte le cours d’une SICAV sur boursorama, un médecin qui consulte Orphanet à propos d’une maladie rare, un ingénieur qui consulte les offres d’emploi sur ingénieurs-enligne… ne produisent pas de nouveaux objets en utilisant l'internet ; on parlera alors d’usage-consultation. L’usage-production est une des spécificités qui fait de l'internet autre chose et bien plus qu’un simple média. Les média, la presse, la radio, la télévision, ne sont l’objet pratiquement que d’usages-consultations (on ne peut guère évoquer que le « courrier des lecteurs » comme usage-production pour un journal ou une revue). L’usage-production est, à l’inverse, au principe même de l'internet. L’objet de la recherche collective est donc l’ensemble des usages-productions qui concernent les groupes professionnels, que ces usages soient le fait même de membres de la profession, ou bien qu’ils aient cette profession pour objet ou pour cible.

5Très différent des autres espaces professionnels étudiés, le domaine de la sculpture sur le net se présente massivement et de manière simple comme un marché, tel est le principal et massif constat que l'on peut faire à feuilleter les sites WEB appelés par les moteurs de recherche en utilisant d'abord les termes "sculpteurs", "sculpteur", "sculptures"3. Le constat est le même si l'on observe les sites sur les groupes professionnels adjacents ou si l'on suit les chemins de traverse qu'offrent les pistes proposées par la littérature sociologique (Moulin, Quemin), et tout notamment les approches présentées par Raymonde Moulin dans son guide européen de l'artiste plasticien qui propose une approche descriptive de l'espace social de l'art plastique.

6La présence des sculpteurs sur le WEB se fait massivement sous la forme de présentations d'images de sculptures, c'est à dire de photographies et parfois de petites vidéos qui en font le tour de l'objet. Le WEB est ici isomorphe à une grande foire exposition vente. Cette structure simple laisse du coup relativement peu de place à des discours qui, comme dans d'autres professions que nous avons étudiées (les médecins, les psychologues..), contribuent à la structuration du métier et à la construction de son identité, ou contribuent à la circulation des savoirs professionnels. On devra se demander en quoi l'espace virtuel est ou non isomorphe à l'espace social réel.

7Sur le WEB, soit les sculpteurs se présentent individuellement, soit il s'agit de galeries présentant plusieurs sculpteurs.

8 Les galeries sont de deux types : galeries réelles et ayant pignon sur rue et un site WEB de surcroît, "galeries virtuelles ", comme elles se présentent elles mêmes, c'est à dire n'existant que sur le net. Pour résumer, le WEB en sculpture est d'abord un grand marché qui propose au regard, et souvent à la vente, des oeuvres artistiques. Mais il est plus large qu'un simple marché de l'art, c'est aussi un marché du travail (commandes publiques ou privées, offres d'emploi), et on y propose toute sorte d'autres biens et services adjacents à l'activité de sculpteur : des stages de formation, les offres de service de fournisseurs (matériaux, outils divers, fours, ateliers de fonderies etc.), des logiciels spécialisés, des services d’intermédiaires du marché, des moteurs de recherches spécialisés dans l’art, etc.

9Il est donc apparu que le paysage du WEB est quantitativement dominé par la question de la diffusion des œuvres et de leur vente et c'est l’aspect qui sera traité en premier. On abordera ensuite les questions d'identité professionnelles et de formation. On terminera par la présentation d'une forme spécifique d'impact des nouvelles technologies et de l'internet sur le contenu même du travail de sculpteur, à savoir l'émergence d'une "cybersculpture". On conclura sur la circulation des savoirs et le processus de démocratisation de l'art que permet l'internet.

I Diffusion et marché

I,1 Une grande foire

10Un nombre très élevé de sites personnels présentent la configuration simple suivante : un nom de sculpteur, des images de sculptures, quelques textes, parfois des prix, une adresse.

11A côté de cela, on trouve, selon la même logique :
- des annuaires de sculpteurs, avec des liens renvoyant aux sites personnels ou aux galeries,
- des galeries, de la galerie très chic de la place des Vosges à une multitude de galeries "virtuelles" (qui ne correspondant pas à un bâtiment réel,
- des annuaires de sites qui répertorient les sites personnels, et/ou les galeries,
- des annuaires qui répertorient des marchands ou des maisons de vente
- les sites des grandes maisons de vente (www.artprice.com, www.tajan.com, www.gazette-drouot.com) à ambition internationale, plus ou moins spécialisés, et les sites de vente aux enchères explicitement non spécialisés (E-Bay)
- les sites des commissaires–priseurs, dont Auction.com.
- le site de Artprice et du Groupe Serveur (la plus grande banque de données sur l'art)
-les sites de la presse spécialisée à édition papier, par exemple La revue de la céramique et du verre ou Art presse, qui touche incidemment à la sculpture,
- quelques sites mixtes, "classiques", à ambition régionale : avec des articles, des liens vers des galeries ou des annuaires ou bien un annuaire propre, des renseignements pratiques, des liens avec des "professionnels" qui rendent des services aux sculpteurs (fondeurs par exemple, fournisseurs de matières premières), des forums, des offres et des demandes d'emploi, des propositions de commandes privées ou publiques.

12Voici des exemples de trois types bien différents .

1-Exemple d'un petit site classique mixte à ambition régionale

2-Ex de deux sites personnels, de style différents, référencés par le moteur Voilà

3-Ex du site d'une grande maison de vente (la première ou la deuxième du monde, selon les années de référence). Version française. Le site permet les enchères en ligne.

(cf. aussi agrandissement Document 3 en annexe)

13Enfin de nombreux sites offrent des services aux sculpteurs (fonderie, matériaux, fournitures) et des stages de formation dans les différents domaines techniques.

14Une bonne partie des échanges sur les forums consiste en publicités personnelles (présentation de l’œuvre personnelle, avec lien sur le site personnel), et aussi en offres et demandes d'emploi. Les forums font coexister les professionnels et les amateurs. À la différence du cas de la médecine, je n'ai trouvé aucun site, liste ou groupe qui soit réservé aux professionnels, signe d'un mode différent de professionnalisation4.

15Coexistent en effet des sites, souvent répertoriés sur les mêmes annuaires :

16- de directeurs de galerie réelle ou « virtuelle »

Véa XIRADAKIS, plasticienne, directrice artistique, CACHAN
Pour participer à la prochaine exposition thématique de l'Espace DIALOGOS, vous devez être professionnel et pouvoir présenter vos oeuvres par Email, en format JPG inférieur à 1Mo, avant le 15 août.
Le thème abordé,
"Polyvisions et Métamorphies"
couvre tous les domaines d'expression.
Pour plus d'info sur l'Espace DIALOGOS, voir le reportage photographique de la dernière expo sur:
http://www.xiradakis-vea.com/​auj.asp

17- d'amateurs

Alpi, sculpteur amateur, Belfort
Un de mes amis fondeur d'art, recherche des sculpteurs, principalement de la région est pour création de modèles
n'hésitez pas à me contacter, je vous mettrai en relation

18- de sculpteurs professionnels ou présentés tels

Mba A, sculpteur, K (Cameroun)
bonjour,
Je suis un sculpteur professionnel lauréat d'un prix le 19 Mai 2004 au Cameroun sur ma pièce nommée "Sagesse", j'aimerai rentrer en contact avec les sculpteurs du monde pour échanger des idées

19- de semi-professionnels

C L, sculpteur- décoratrice, Paris
bonjour, actuellement décoratrice mais issue des arts appliqués et métiers d'arts j'adore le travail de la matière et je cherche des ateliers de sculptures pour cinéma ou événementiel (France entière) ou je pourrais présenter mon book pour trouver du travail.


20Le mélange entre amateurs et professionnels sur un même site est souvent explicite et assumé dans les pages de présentation des sites.

21"Ce site a pour vocation de promouvoir et faire connaître le travail de Sculpteurs novices ou confirmés sur tous types de matériaux. http://www.creafigs.com/​forums.php? m=topics&s=5)

22L’ensemble des annuaires et des galeries produit une impression de mise au même niveau symbolique des artistes. Ceci est conforme à ce qui se passe dans la réalité sociale où de nombreux salons accueillent des amateurs (Lajarte 1997), mais ce mélange sans hiérarchie affichée est encore plus flagrant dans l'espace du net. Alors que certains salons "réels" sont réservés aux professionnels, sur le net, à l'inverse, les professionnels ne semblent pas chercher à se protéger du mélange sur l'écran avec les non professionnels par la mise en place de sites réservés (à la différence de professions comme les médecins qui protègent un entre –soi sur le net). La même impression se dégage de l’examen de E-Bay, ou d'autres sites de vente, sur lesquels des sculptures de niveaux artistiques et de prix extrêmement divers se mélangent.

23De façon étonnante par rapport aux premières hypothèses de l'équipe de recherche, les publicités des sites de vente en ligne, de la même façon, ne font aucun appel tacite aux profits de distinction (Bourdieu) que pourraient rechercher ceux qui fréquentent les antiquaires et autres marchands d'art. Ils mettent au contraire en avant la sérénité, la sûreté, le confort de la transaction pour des milieux non habitués à fréquenter les salles de vente publiques. La connivence est recherchée avec de nouveaux publics, non habitués des salles de vente.

"AFRIK COM : Aujourd’hui, même pour acquérir des oeuvres d’art, nul besoin de sortir de chez5 vous. Avant, ce qui vous freinait, c’était de devoir sortir, affronter le froid. Et puis affronter la foule qui se tassait devant l’œuvre que vous rêviez de détailler à votre guise et d’admirer en solitaire. Ah oui vous en rêviez ! Réjouissez-vous, un site l’a fait. Désormais, vous êtes seul(e) dans la galerie, maître à bord de votre vaisseau artistique.

"Cliquez, c’est acheté

"Grâce à ce site vous n’avez même plus besoin d’aller jusqu’en Afrique pour acheter de l’art, des critiques spécialisés s’en sont chargés pour vous. Imaginez ! Voilà en fait tout le concept de ce site résumé. Sur votre écran s’affiche une sélection exclusive de masques, de tableaux ou de sculptures africaines. Les créations apparaissent une à une lorsque vous cliquez dessus. Que ce soit pour " Kiki s’étire ", " La tête du balafré " ou encore pour " La fine baigneuse ", vous obtiendrez à chaque fois les fiches signalétiques de chacune des oeuvres. Vous connaîtrez ainsi le prix, les dimensions et le titre de ce que vous vous apprêtez à acheter.

"Dernière étape : payer. Il vous suffit de cliquer, puis de faire suivre votre chèque, pour devenir l’heureux propriétaire d’une des pièces. Sur ce que vous versez, sachez que soixante quinze pour cent revient à l’artiste camerounais, tchadien ou guinéen, ce qui lui permet d’ailleurs de créer d’autres oeuvres, que vous pourrez offrir lors d’un prochain anniversaire ou pour Noël. Et puis qui vous interdit de dire que cette superbe sculpture en ébène, eh bien c’est vous qui l’avez ramenée de votre dernier voyage en Afrique ? Certes, le site est moins coloré mais qu’importe !"

24Auction.room, le site des commissaires-priseurs parisiens, affirme, sans que cette information ait pu être vérifiée, toucher une nouvelle clientèle.

"Sont naturellement concernées au premier titre les ventes aux enchères publiques : l’Internet permet de faire fi des complexes que peut légitimement ressentir le non initié en entrant dans une salle où chaque geste relève d’un protocole séculaire et parfois pesant. La solution développée par eAuctionRoom, qui donne la possibilité de participer en temps réel à une vente comme si l’on se trouvait dans la salle, démontre qu’il est possible, grâce à l’Internet, de largement démocratiser la participation aux ventes aux enchères : 80% des acheteurs qui utilisent son service n’avaient jamais mis les pieds dans une salle de vente ! Et la marge de progression de ce mouvement de démocratisation est immense, lorsqu’on sait qu’un internaute sur cinq a déjà acheté dans une vente aux enchères en ligne6."

I,2 La diffusion dans un espace virtuel mondial : quelles conséquences? Formulation d'hypothèses.

25Multiplication d'images d'œuvres présentes, visibles, éventuellement à vendre, sur l'espace virtuel, d'un bout à l'autre du monde : n’importe quelle œuvre d’un grand artiste ou d’un petit amateur trouve image dans cette masse de galeries, et avec une accessibilité planétaire.

26Au cours des années 1990, l’apparition des nouvelles technologies de communication de l’art a conforté la croyance d’une diffusion et d’une accessibilité internationale des œuvres. De fait, on peut se demander en quoi cette accessibilité visuelle planétaire des œuvres entraîne des changements sur leurs modes de diffusion, de légitimation et de vente ?

27Pour répondre à cette question et formuler quelques hypothèses, je me suis appuyée sur les travaux de Benjamin (et ses commentateurs), de White et de Raymonde Moulin.

281) La multiplicité des images ne peut manquer de faire penser au texte de Walter Benjamin sur «L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité ». Les capacités de reproduction technique, et notamment la photographie et le cinéma, ont bouleversé notre perception des œuvres et les processus même de la création. L’histoire de l’art a été jalonnée par les progrès de la reproductibilité avec le moulage, la lithographie, l’imprimerie etc.. Il s’agit ici avec les NTIC, l’internet, la numérisation (photo numérique, vidéo numérique) d’un nouveau pas dans cette reproductibilité. Quel sens lui donner ?

29Pour Benjamin, qui fut en débat avec Adorno à ce sujet, le développement de la reproductibilité de l’art, permet une « déchéance de l’aura » de l’œuvre d’art traditionnelle, autrement dit le déclin de la sacralisation de l’art, le déclin de sa valeur culturelle magico-religieuse. Benjamin accueille positivement cette déchéance de l’aura, pour des raisons esthétiques, éthiques, politiques. Il y voit la promesse du développement de la démocratie et de l’émancipation révolutionnaire. Le texte de Benjamin est assez prophétique en ce qui concerne le développement de la culture de masse : tout lecteur voudra devenir écrivain. N’est ce pas ce à quoi l’on assisterait aujourd'hui avec le développement des blogs ? La multiplication des sites personnels de sculptures (ou d’art en général) pourrait nous amener à dire : tout amateur d’art aujourd’hui désire créer et montrer ce qu’il crée.

302) L’œuvre d'art, selon White (1991), peut être caractérisée par trois formes de déplacements :
- les emplacements réels de l’œuvre (qui varient d’une époque à autre, d’un format à l’autre),
- ses déplacements potentiels par la vente (la sculpture peut être vendue à un musée, constituer un édifice public, décorer le jardin d’un particulier, décorer son salon, mais avec beaucoup moins de facilité qu'un tableau, qui, lui, est plus maniable et occupe moins d'espace)
- et ses modes et lieux d’expositions.

31Conformément aux traditions de la sociologie de l’art, on peut considérer qu’il existe une imbrication étroite entre les caractéristiques de l’œuvre (par exemple sa taille, son prix), les espaces dans lesquels elle est montrée, les zones géographiques dans lesquelles elle peut être installée à demeure et, enfin, le système institutionnel qui la porte.

32Que provoque l'internet ? Le net multiplie le déplacement virtuel sous forme d’images à deux dimensions ou de petites vidéos permettant de tourner autour de l’objet. Il produit donc une déconnexion entre le système de diffusion (d'exposition) et le système de déplacement potentiel de l’œuvre dans sa matérialité.

33Le phénomène de la mise en place de la galerie virtuelle mondiale qui déconnecte l'espace de diffusion des autres espaces renvoie très précisément aux interrogations initiées par Benjamin.

343) D’après R. Moulin, on peut envisager trois conséquences de l’intervention du net dans les modes de l’art.

35a- «Après la crise du début des années 90, on a assisté à la restructuration des galeries d’art contemporain par le resserrement des espaces, la réduction des effectifs du personnel, la rationalisation d’une gestion qui provoque inévitablement le relâchement des liens financiers avec les artistes» (Moulin, 2000, p. 94). On peut estimer probable que l'internet a participé au processus de concentration qui affecté le monde des vendeurs et à la montée des grandes maisons de vente publiques aux dépends des galeristes-marchands. Nous allons y revenir.

36b- Il s’agit non plus d’une simple juxtaposition de marchés nationaux communiquant plus ou moins bien entre eux, mais d’un marché véritablement mondial (Moulin, 2000, p. 50).

37Cependant ce marché était partiellement mondialisé avant le Web. Les œuvres d’art de la catégorie supérieure constituaient bien avant l’internet « une masse flottante à la recherche des meilleurs lieux de valorisation, la clientèle (acheteurs et vendeurs) qui était internationalement mobile ». On peut donc en déduire la possibilité de préciser l'hypothèse : la mondialisation provoquée spécifiquement par l'internet concernerait les segments inférieurs et moyens du marché. Nous verrons plus loin qu'elle paraît fortement soutenable.

38c- D’autre part la diffusion généralisée peut s’accompagner d’une uniformisation des conditions d’exposition qui nuit à la singularité du travail artistique : « Dès lors qu’il s’agit non plus d’œuvres singulières, mais de multiples indéfiniment reproductibles, le risque existe d’une évolution vers la banalisation des images par leur abondance et leur divulgation (Moulin, 2000, p. 110). Cette hypothèse, qui se situe plus dans la tradition d’Adorno que dans celle de Benjamin, est difficile à travailler sociologiquement et sort du cadre de notre recherche.

39Cependant on peut déjà remarquer que l’exposition virtuelle change la donne. La circulation planétaire des oeuvres n’est plus un signe de reconnaissance par le milieu de l’art et encore moins par le public. L’accessibilité planétaire d’un site ne signifie d’aucune façon une visibilité symbolique accrue, une reconnaissance artistique, elle ne signifie ni une vente probable, ni une appréciation positive par les institutions normatives artistiques (institutions normatives qui restent inchangées : critique d’art, commande publique, conservateurs de musées, grands collectionneurs, commissaires d'exposition).

40Cela m'amène à remarquer un point intéressant qui n'est pas signalé par R. Moulin : ces institutions normatives, qui continuent à jouer effectivement un rôle essentiel sur le marché de l'art car elles contribuent à construire la demande légitime, sont très peu visibles sur le net. La mondialisation de l'espace de l'art accentue la présentation du marché de l'art comme pur marché à fin consommative ou spéculative 7 et invisibilise sa structure normée.

41Je vais reprendre plus précisément les deux premiers points et traiterai le dernier en conclusion car il pose la question essentielle de la démocratisation de l'art, des réalités et illusions du passage à des pratiques culturelles de masse.

I,3 L’émergence de quelques grands vendeurs en voie d’industrialisation et la rationalisation des méthodes.

42Pour travailler sur la restructuration économique du marché et le rôle qu'y joue l'internet, on peut se référer à la fois à la littérature sociologique, au rapport au Sénat sur le marché de l'art français, aux articles de presse spécialisée notamment économique, au discours des acteurs eux mêmes (mais qui n'ont pas pu toujours toujours être recoupés avec d'autres, ce qui implique une certaine méfiance méthodologique). Je peux aussi mobiliser mes observations de visite de certains sites.

43La situation de la vente des sculptures sur internet peut être résumée par un triple mouvement: d'une part un processus d'industrialisation et de concentration des structures de ventes, d'autre part un mouvement de rationalisation des méthodes de commercialisation et de localisation des produits, enfin une accentuation de la lutte contre les opérations frauduleuses.

44Avant les années 70, le marché de l'art relevait largement de l'artisanat. Dans le même temps que l'expansion de l'internet, on a vu quelques acteurs économiques majeurs, tant par la taille de leurs entreprises et de leurs chiffres d'affaires, que par leurs méthodes de travail, se convertir à une logique quasi industrielle. En témoigne l’apparition d’acteurs économiques capables d’agir simultanément sur plusieurs marchés, les Etats Unis, Londres et Paris par exemple, et de jouer ainsi sur une adéquation géographique large entre offre et demande. C'est l’émergence du duopole Christie’s et Sotheby’s, assortie d’une rapide concentration verticale et de la constitution de groupes industriels multinationaux.

45D’autre part, dans le segment haut du marché, celui des œuvres les plus chères et les plus recherchées, la rationalisation des catalogues numériques facilite considérablement la localisation des œuvres (avec notamment l’accès en ligne aux catalogues des ventes aux enchères prestigieuses et aux galeries virtuelles des marchands) et la circulation des informations entre acteurs du marché, ce qui peut accélérer la conclusion des transactions. Ce mouvement n'est pas dû qu'au WEB, mais aussi à la réduction des barrières douanières et tarifaires, dans le cadre des négociations engagées au sein de l’OMC, mais l'internet renforce cette évolution.

"Les processus de concentration, d’après la presse économique

"Grande fut la surprise des journalistes financiers lorsque l'homme d'affaires français François Pinault s'offrit, pour environ 1 milliard d'euros (7 milliards de francs), l'un des leaders mondiaux du marché de l'art, la société britannique Christie's. On crut à la toquade d'un collectionneur invétéré, et avéré, jusqu'à ce que son rival Bernard Arnault, reprenne la société Phillips, également britannique, et troisième dans son secteur.

"Le paradoxe est distrayant : la France, parent pauvre du marché de l'art, voit ainsi deux de ses ressortissants contrôler deux des trois plus grands opérateurs mondiaux. Présents dans l'industrie du luxe l'un et l'autre, ils ont compris le potentiel formidable que représentent - et pas seulement en termes de communication - les grandes ventes d'art.

"Bernard Arnault a d'autre part massivement investi dans les sociétés utilisant internet. Cet outil, dont Christie's s'est dégagé après un essai mais dont le groupe de François Pinault, PPR est, avec la FNAC et la Redoute, un des pionniers en France, passionne également les stratèges américains de Sotheby's, qui, des trois leaders, est actuellement le plus engagé dans les ventes aux enchères sur internet : ils y voient un moyen de drainer des objets plus courants que ceux proposés dans leurs ventes de prestige, et peut-être d'attirer vers leur maison une nouvelle frange de la population, celle des passionnés d'informatique et des jeunes adeptes de la « nouvelle économie »."

46Un autre exemple d'industrialisation: L'alliance Sotheby's et Ebay

"L’un est doté d’un riche catalogue d’œuvres d’art onéreuses et maîtrise l’art des ventes à l’ancienne. L’autre dispose d’une technologie de pointe pour enchérir sur le net et peut s’enorgueillir de ne compter pas moins de 42 millions d’utilisateurs. Le premier, Sotheby’s, piétinait sur Internet. Son site a tout de même généré 100 millions de dollars de ventes en deux ans, dont une première impression de la Déclaration d’Indépendance des Etats-Unis pour 8,14 millions de dollars et le cornet d’enfance (petite trompette) de Louis Amstrong pour 108 000 dollars. Le second, eBay, avait déjà approché le monde des œuvres d’art en rachetant la troisième maison de ventes aux enchères américaine Butterfield and Butterfield en 1999, mais cet achat n'avait pas atteint l’envergure attendue. Finalement c’est ensemble qu’ils dévoileront cet été la nouvelle version du site sothebys.com.

"Ce nouveau site permettra tant aux amateurs d’art qu’aux chineurs du net d’acheter bijoux, antiquités, objets de collection ou œuvres de maîtres sur le WEB. D’autre part, grâce à la technologie développée par eBay, ils pourront prononcer en direct leurs enchères pour des ventes ayant cours dans des salles de Sotheby’s à Londres ou à New York. Les ventes de Sotheby’s deviendront ainsi accessibles à qui le souhaite à partir d’une connexion Internet. Les détails de ce partenariat sur trois ans restent encore inconnus. Nul ne s’est prononcé quant aux échanges éventuels de parts de capital entre les deux sociétés. Cet accord met fin définitivement à l’entente qu’avait signée Sotheby’s avec Amazon en 1999. Les deux entreprises avaient en effet lancé un site co-brandé qui avait périclité un an plus tard." (site de l'Expansion)

47De fait, une visite sur le secteur sculpture de E-Bay, montre une offre d'environ 6000 pièces classées par matière, époque, taille, origine, et dont des noms célèbres dans l'art classé ou contemporain, avec des sculptures de Giacometti, Degas, Picasso… et aussi de sculpteurs peu connus.

48La rationalisation des méthodes de commercialisation, localisation des oeuvres et de production de données sur le marché de l'art a surtout été le fait de Artprice. Artprice.com est une Société anonyme au capital de 6 250 000 EUR., Siège social : Lyon. Un des enjeux de Artprice est, par la rationalisation de la documentation, de se placer en tête de la concurrence entre moteurs de recherche spécialisés dans l'art. Artprice souhaite être le premier moteur de recherche documentaire du monde en matière d'art, et jouer ainsi à la fois le rôle que joue Google pour la documentation en ligne et l'INSEE pour les données démographiques françaises. Il semble y parvenir puisque même les sociologues de l'art recourent aux données statistiques fabriquées par Artprice.

49Voici le discours de cet acteur économique, sur son propre rôle dans le champ, discours orienté sur la rationalisation, mais aussi, j' y reviendrai, sur une réduction des inégalités d'informations sur le marché et donc un soutien de l'activité du marché par l'entrée sur celui ci des "moins initiés" (nous retrouvons là un mécanisme qui présenté aussi comme un facteur d'extension de l'activité boursière à de non initiés, dans la bouche des conseillers financiers8).. (http://www.serveur.com/​articlepresse/​Article109.html)

"Les GALERIES et les maisons de ventes, ainsi que Ebay, leader mondial des enchères en ligne, ne constituent plus les seuls intermédiaires sur un marché de l'art sclérosé. Artprice, leader mondial des banques de données sur les cotations et les indices de l'art siégeant à Saint-Romain-au-Mont-d'Or, se catapulte sur le marché artistique pour y proposer une "véritable alternative" afin d'accroître les "liquidités". Sa méthode : ouvrir une place de marché de l'art normalisée sur Internet via des petites annonces.

"Depuis le 1er février, les 900 000 clients d'Artprice, vendeurs et acheteurs d'œuvres d'art, peuvent saisir leurs annonces (39 euros l'une) à l'aide d'un formulaire, pour autant que l'œuvre fasse référence à l'un des 306 000 artistes (du IVe siècle à nos jours) codifiés par un numéro d'identification (un ID, équivalent d'un numéro Siret) de la banque de données Artprice. La consultation gratuite, ne sera toutefois affective qu'à partir du 9 février.

"La normalisation, c'est-à-dire le référencement unique de chaque artiste et le traçage des œuvres évitant les problèmes d'homonymie ou d'attributions, représente l'outil de différenciation majeure par rapport à Ebay. En effet, les pièces chinées sur Ebay ne tiennent compte d'aucune classification, ni d'un quelconque suivi, s bien qu'il s'agit d'un "boxon sans nom", selon le PDG d'Artprice, Thierry Ehrmann. Second argument du P.D.G. : une telle prédation sur le marché de l'art devenait plus qu'urgente pour réfréner la "raréfaction organisée" depuis cinq ans par les maisons de vente ou les galeries. Ces dernières, face à des conjonctures néfastes sur les prix (crack boursier de 2000, le 11 septembre et la guerre en Irak) ont adopté des mesures conservatoires pour maintenir la côte au plus haut en procédant à une sélection rigoureuse de l'offre. Au final, seuls les "grands initiés", disposant de la "bonne œuvre, du bon artiste avec la bonne histoire" pouvait intégrer le marché de l'art. "A travers le réseau de diffusion standardisé d'Artprice, il devient possible pour tout amateur, collectionneur et professionnel de l'art de vendre et d'acheter des œuvres à l'échelle internationale.

"Au cours du premier semestre 2004, Artprice met en ligne une fonction de réactualisation automatique des 4 millions de prix d'adjudication d'œuvres d'art (Artprice Future ®). Cet applicatif ouvrir l'accès au plus large public des valeurs actualisées représentant 21 millions d'estimations. Cet applicatif majeur d’Artprice permet à tout public d'estimer précisément et immédiatement une œuvre d'art à son prix de marché actuel quelle que soit son année de vente et permet ainsi de démocratiser le marché de l’estimation."

50A travers d'autres extraits relevés sur son site, dans une langue parfois technique, on trouve explicitée l'ambition d'Artprice : devenir le premier moteur de recherche en art du monde.

"La news-letter d'Artprice sur le marché de l'art, routée sur l'ensemble du fichier clients connaît une forte croissance.

"Le Art Market Trends (rapport annuel du marché de l'art 2003) publié chaque année en février, a été téléchargé en mode fichier pdf. plus de 90 000 fois et repris plus de 270 fois dans la presse professionnelle ou économique au 31 mars 2004.

"2004 : Artprice est reconnu par les principaux moteurs comme le moteur de recherche incontournable sur le marché de l'Art

"L'année 2004 est l'année de la consécration des moteurs de recherche comme principales portes d'entrée sur l'Internet. Artprice par une stratégie de galaxie autour de ses banques de données s'est donné les moyens de devenir incontournable

"/…/ Artprice a développé des scooters de recherche qui par un processus industriel lui permettent de parcourir près de 300 millions d’url (pages ou services WEB sur l’art) afin de faire les mises à jour sur Art-online.

"Le lancement du site Artmarketinsight.com en avril 2004 : Artmarketinsight est désormais dans Googlenews et peut répondre directement aux besoins des professionnels du marché de l'art ou des journalistes en proposant l'intégralité de nos dépêches d'agences.

"En mai 2004 : enrichissement du site avec le lancement conjoint du flux RSS ArtMarketInsight (feed rss) et du plugin ArtMarketInsight qui vont permettre aux éditeurs de contenu et WEBmasters de proposer à leurs visiteurs le fil d'information en continu Artprice sur le marché de l'art.

"Des accords avec les principaux moteurs de recherche permettent à Artprice d'apparaître avec ses 306 000 artistes suivis de la mention auction. Artprice se voit donc confirmer, par les moteurs mondiaux, comme lui-même le principal moteur de recherche mondial sur les artistes et le marché de l'Art."

51Cette ambition d'être le premier moteur de recherche au monde et pour cela de développer des logiciels spécifiques et des réseaux d'alliances, n'est pas sans rappeler l'offensive de Google en direction des bibliothèques pour être le premier portail de service -textes en ligne.

52Un dernier aspect de la rationalisation du marché est la régulation du courtage et la lutte contre les trafics illicites.

53Dans ce domaine, le Forum des droits sur l'internet est un organisme créé avec le soutien des pouvoirs publics, compétent sur les questions de droit et de société liées à l'internet. Il a pour mission d'informer le public et d'organiser la concertation entre les pouvoirs publics, les entreprises et les utilisateurs sur ces questions. Il assure le secrétariat général du Conseil consultatif de l’internet. Il est présidé par Isabelle Falque-Pierrotin, conseiller d'Etat et commissaire à la CNIL. Il a publié sa recommandation "Le courtage en ligne de biens culturels", le 22/07/2004 et l'a remise au Ministre de la culture et de la communication en exercice (Renaud Donnedieu de Vabres.)

"Points clés de la recommandation :

"- Difficile application de la loi du 10 juillet 2000 aux activités de courtage en ligne (Certaines obligations imposées par la loi du 10 juillet 2000 sont difficilement applicables aux sociétés de courtage aux enchères (eBay, Aucland, etc.). En effet, la loi leur impose notamment de s’assurer du paiement du prix et de la livraison du bien commandé, quand bien même ils ne sont jamais en possession de l’objet.. D’autre part, la loi ne vise que les opérations réalisées sous forme d’enchères. Ainsi, la protection instituée en faveur des biens culturels n’existe pas pour les ventes à prix fixe qu’organisent parallèlement ces sites).

"- Construire un nouveau cadre juridique (renforcement de l'information de l'acheteur et du vendeur ; obligation de recourir à un tiers de confiance pour les achats supérieurs à 3 000 euros ; mise en œuvre d'un droit de préemption de l'Etat)

"- Redéfinir la notion de bien culturel dans le cadre d'une concertation avec l'ensemble des acteurs

"Les ventes de biens culturels aux enchères en France se sont élevées à environ un milliard d'euros en 2003. 90% de ces ventes portaient sur des biens d’une valeur inférieure à 10 000 euros. L’internet peut être considéré comme un vecteur non négligeable de circulation des biens culturels. En terme de volume de ventes de biens culturels, eBay a atteint en 2003 le niveau réalisé par les cinq premières maisons de vente aux enchères françaises."

54La question du trafic illicite d'œuvres d’art est traitée sur plusieurs sites

  • • Legifrance : (http://www.legifrance.gouv.fr/​)" vol oeuvre art " donne 7 documents, dont l'Arrêté du 31 Juillet 2000 autorisant la création d'un traitement automatisé d'informations nominatives dénommé " Thesaurus de recherche électronique et d'imagerie en matière artistique ".

  • • Juripole : (http://www.jurisint.org/​pub/​) donne une description de 3 conventions, la liste des pays les ayant ratifiées (ou les réserves) :

  • • Convention d'Unidroit sur les biens culturels volés ou illicitement exportés (Rome, 1995/06/24)

  • • Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (Paris, 1972/11/16)

  • • Convention concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels (Paris, 1970/11/14)

  • • Enfin, le Ministère de la Culture, rubrique Vol d’œuvres d'art renvoie, entre autres, à l’adresse : (http://conservateurs.objets.free.fr/​) (Association des conservateurs des antiquités et objets d'art, voir : disparitions, vols).

I,4 Un élargissement possible du marché des œuvres moyennes et de produits culturels peu légitimes

55L’iinternet va donc tres probablement étendre le champ du marché de l’art « globalisé », en mettant à portée d’une clientèle potentiellement mondiale quantité d’œuvres et d’objets qui seraient, à défaut d’avoir été exposés dans les vitrines en ligne des sites marchands (que des outils de recherche de plus en plus sophistiqués permettent d’explorer à une vitesse inconnue à l’ère du tout papier), restés cantonnés à un système d’échange essentiellement local.

56Cette hypothèse est partagée par le politiste Laurent Sorbier, ancien directeur d'Auction.com, Conseiller technique auprès du Premier ministre (en 2006).

"L’évolution la plus sensible concernera certainement le marché des œuvres que leur prix et leur mode de promotion par les vendeurs - catalogues et autres supports de publicité distribués localement – mettaient jusqu’à présent relativement à l’abri d’une réelle internationalisation du cercle des acheteurs. Si les œuvres constituant le gros du middle market de l’art s’inscrivent encore assez largement dans des marchés de niche exploités au niveau national, voire local (avec un marché de l’art parisien ou londonien recelant encore des spécialités moins concernées par l’exportation), il y a fort à parier que l’Internet aura un impact fort sur l’ouverture de ces niches à des acheteurs étrangers. C’est du moins ce que laisse supposer une analyse sommaire des résultats des sites de ventes aux enchères sur Internet, qui démontrent d’une part que les œuvres de prix moyen ou bas (en particulier celles qui appartiennent à la très vaste catégorie des collectibles) sont celles qui trouvent pour l’heure leur clientèle sur Internet, et d’autre part qu’une forte proportion des acheteurs n’hésite pas à franchir sur le Net des frontières virtuelles pour enrichir leurs collections9."

57Un élargissement du marché de la sculpture comme objet décoratif semble être un effet potentiel de l’internet, qui met en relation de petits et moyens auteurs et de petits et moyens consommateurs. Cela irait dans le sens de la désacralisation de l’art qui avait été entrevue par Walter Benjamin.

II Identité professionnelle et formation

58En ce qui concerne l'identité professionnelle et la formation, les sculpteurs, tels qu'ils se représentent sur l'internet, présentent aussi de fortes spécificités par rapport à d'autres groupes professionnels

II,1 La vie associative : la figure du sculpteur professionnel

59Si le statut économique des artistes, et notamment leur rapport à la commande publique (frac et FNAC) donne lieu à quelques sites revendicatifs réunissant le monde des artistes plasticiens au sens large, la vie associative des sculpteurs est peu présente en tant que telle sur le net. L'identité professionnelle, au rebours de ce qui se passe par exemple pour les bibliothécaires, les médecins, les psychiatres, n'est quasiment pas objet de débats.

60Le syndicat des sculpteurs, propose une définition du professionnel (qui est celle habituellement agrée par les salons) qui se réfère essentiellement à un critère de revenu . Le syndicat y ajoute l'adhésion à l'association la maison de artistes mais ne peut en faire une condition sine qua non puisque ce n'est que la plus importante association d'artistes plasticiens en France et qu'elle est surtout parisienne.

61Est sculpteur ou plasticien professionnel celui qui répond à tout ou partie des critères suivants :
- consacre l'essentiel de ses activités à la création sculpturale ou plastique,
- est inscrit à la Maison des Artistes 10
- diffuse ses œuvres lui-même ou par l'intermédiaire d'une galerie,
- justifie d'une formation professionnelle de sculpteur ou plasticien,
- expose fréquemment, ...ou montre ses œuvres au grand public par le canal de collections, commandes publiques, monographies, catalogues, articles sur son œuvre, etc...
- celui qui est reconnu par l'opinion générale des autres sculpteurs et plasticiens professionnels.

62Notons que cette définition du sculpteur professionnel par l'origine de son revenu principal est différente de celle de l'artiste. Un artiste peut être amateur ou professionnel. Si nous prenons au mot cette définition du professionnel par le revenu principal, il est clair que la plupart des sites mélangent amateurs, professionnels, semi-professionnels, ainsi que directeurs de galeries, clients, connaisseurs.

63Cela correspond à la réalité de la profession, profession dont il est très difficile de vivre et qui multiplie donc les statuts de semi-professionnels. Les questions de fiscalité, de déclaration des revenus, de choix du statut professionnels occupent une place importante dans les forums, nombre d'artistes peinant à se retrouver dans le maquis réglementaire.

M, décoratrice, plasticienne
comment fonctionne la déclaration des revenus liés à des cours de peintures quand on est inscrit à la maison des artistes?
on encaisse les chèques des élèves et on déclare cela en BNC?
on paie ses charges sur les revenus des cours moins location de salle, achat de peinture?...
et faut-il une assurance spéciale?
enfin bref, comment ça marche???

P I, céramiste amateur, Rennes
Ma question porte sur la fiscalité:
je suis complètement perdue au niveau de ma déclaration.
Mon activité artistique n'est pas principale. (J'ai une profession salariée.) J'ai néanmoins gagné un peu d'argent en vendant quelques productions dans un dépôt-vente. Dois-je déclarer ces sommes en tant que "bénéfices non commerciaux?"
Je précise que je suis enregistrée à la maison des artistes et que j'ai un n° de SIRET.
Merci

II,2 La transmission et la co-formation

64On trouve quelques traces de transmission de savoirs professionnels entre pairs. Par exemple, sur les techniques de moulage qui font partie du métier de sculpteur

65Ou bien, sur Créafig, entre abonnés qui se présentent avec un pseudo et un titre du genre "maître sculpteur" ou "Sculpteur débutant" ou "apprentis sculpteurs". la demande d'aide est très légitime. Sur d'autres sites, on trouve des canevas d'apprentissage, du genre "comment dessiner ou sculpter un corps humain". Sur les forums, on trouve quelques échanges d'astuces concernant le "paper-clay", la cuisson des céramiques Les forums sont un lieu d'échanges de conseils, qui ne réunissent pas que des sculpteurs, mais aussi d'autres artistes plasticiens, des connaisseurs, des amateurs d'art, ainsi que, bien sûr comme pour toutes les professions que nous avons étudiées, des étudiants à la recherche d’aides pour leurs travaux

M, Lot (46)
Je recherche des renseignements concernant une sculpture en (métal ?) représentant un boxeur d'environ 30 cm de hauteur aucune idée de date (ancien) et signé sur le socle entre les pieds A. JOLIVEAUX. Est-il connu ou répertorié ?

S, étudiant, paris
Bonjour:
Je suis étudiant en DEA, je cherche des informations sur la disposition des sculptures dans les jardins publics. Pourriez vous m'aider ?

66Dans les grandes listes que ramassent les moteurs de recherche, on lit des expressions du genre "démarche auto-formative", "sculpteur autodidacte". Globalement l'autodidaxie est tres présente, chez les débutants comme chez les confirmés, et avec agressivité parfois comme ci-dessous:

67Mais le net , s'il offre des possibilités d'expression pour les autodidactes, n'est pas un lieu tres riche pour soutenir cette autodidaxie. Par rapport à d'autres métiers, et alors même que l'offre de formation payante est riche, on trouve peu de cours ou de tutoriels gratuits. Cela renvoie à un phénomène que nous avons déjà mis en évidence en sociologie des professions (Demailly 2003 oc). Certaines professions n'ont pas d'intérêt stratégique à la divulgation de leurs secrets professionnels : ce sont d'une part les professions de l'ordre public (les douaniers ne divulguent pas dans un manuel de l'art douanier les composantes de leur " flair), d'autre part les professions de l'artisanat d'art et de l'art, car chaque professionnel se construit ses propres savoirs d'expérience, qui sont le lieu de son originalité , et donc de sa valeur différentielle sur le marché. Cette hypothèse m'a été confirmée en entretien quand j'ai fait part de mon étonnement sur la faiblesse de la transmission entre pairs sur le net.

Sculptrice -céramiste amateur, mais vendant un certain nombre d'œuvres et formatrice:

" Moi je sais beaucoup de choses, mais parce que mon père me les transmises, parce que je suis née là dedans. J'ai eu de la chance. Je n'ai pas appris tout cela dans les stages. Parce que même en stage de formation, où on paye, on ne vous dit pas tout. Par ex. On va aller à un stage de cuisson, et bien il lui diront seulement les bases, il ne lui diront pas ce que moi je sais. Moi j'explique beaucoup de choses, je dis beaucoup de mes trucs (quand elle même fait une formation) et mon mari s'étonne : mais du dis tout ça! Chacun garde ses secrets, ses trucs."

Globalement nous pouvons conclure que, chez les sculpteurs, à la différence d'autres professions, au premier rang des quelles nous avions trouvé les psychanalystes, l'impact d'internet est ici très faible quant à la multiplication des échanges professionnels et des débats sur l'identité professionnelle et quant à la mise en circulation de savoirs formalisés ou de savoirs d'expérience.

III La sculpture numérique

68Le troisième impact d'internet sur les sculpteurs concerne l'activité elle même.

69Il y a cependant relativement peu de sculptures assistées par ordinateur, par rapport à l’irruption de l’internet dans le métier de peintre ou de vidéastes. Deux cents sites sont appelés par la requête « sculpture numérique » ou "cybersculpture", mais la liste obtenue comprend de nombreux doublons autour de Intersculpt ou de Ars Mathématica. Ces sites présentent des images d’œuvres qui sont censées subsister à l’état images en deux ou trois dimensions ou ont donné lieu à la réalisation de prototypes à l’aide machines à commande numériques. Le monde de la sculpture numérique, qui possède ses associations, sa biennale, ses lieux d'expositions, est connecté à ceux de l’animation 3D, de la CAO et de la recherche en mathématique et informatique .

70Un exemple de sculpture numérique extraite de l'oeuvre collective CyberBrain,  directeur artistique Rob Fisher (USA) :

71Suivons, sur le site de C. Lavigne, président de la biennale de sculpture numérique et de l’association Ars Mathématica, la définition qu'il en donne et l'histoire qu'il en présente, que plusieurs sites. Le terme générique de sculpture numérique recouvre en fait trois activités différentes, qui peuvent être complémentaires:

  • 1) Création et la visualisation sur ordinateur de formes ou d'ensembles plastiques en 3 dimensions, voire en 4: évolutives avec le temps.

  • 2) La numérisation d'objets réels et leur éventuelle modification grâce au calcul informatique.

  • 3) La production physique d'objets, par des machines à commande numérique qui servent à matérialiser les images de synthèse (technique du Prototypage Rapide) soit par enlèvement, soit par ajout de matière, comme depuis la nuit des temps où l'homme a commencé à "donner corps" à ses rêves.

72C'est le terme de cybersculpture qui tend remplacer tous les autres (« info-sculpture », « sculpture numérique », « computer sculpture », « sculpture assistée par ordinateur »…)

73La cybersculpture doit beaucoup à un ingénieur de Renault, Bezier, qui découvre dans les années 60 une méthode mathématique nouvelle. Mais elle se développe vraiment avec la naissance de la micro-informatique dans les années 70. L'ordinateur entre aussi matériellement dans la sculpture elle même pour permettre des sculptures cinétiques. A partir de là, deux grandes tendances vont se développer : la sculpture uniquement virtuelle et la maquette numérique pour une réalisation elle aussi numérique, éventuellement à distance ("télé sculpture")

La maquette numérique et le prototypage rapide

Aujourd'hui, la plupart des artistes de la sculpture numérique utilisent l'outil informatique pour concevoir, visualiser et présenter leurs projets, dont la réalisation éventuelle reste traditionnelle. Ils utilisent divers logiciels, y compris des logiciels "fait maison"; 3D Studio semble être le plus répandu, et les artistes de formation scientifique utilisent volontiers Mathematica. Le coût des équipements et des programmes est tout de même un frein au développement de la discipline. On doit noter que beaucoup d'artistes américains sont enseignants ou chercheurs au sein d'institutions publiques ou privées qui mettent à leur disposition un matériel ad hoc, ce qui n'est absolument pas le cas en France, d'où l'idée d'Ars Mathématica de créer un Centre International de Recherche et d'Enseignement de la Sculpture, lieu transdisciplinaire en réseau et en partenariat avec des écoles, des laboratoires et des entreprises.

74Le retour au réel est présenté comme un des enjeux du XXIe siècle.

La réalité ne s'oppose pas à la virtualité: ce sont les aspects complémentaires d'un même espace de vie. Pour celui qui imagine des objets puis souhaite les tenir en main, voici venu le temps des imprimantes 3D. Divers procédés sont maintenant disponibles, le principe étant toujours de découper un objet numérique -au format STL- en fines tranches qui seront matérialisées et empilées:

* Stéréolithographie: un laser balaye la surface d'une résine liquide qui polymérise à son passage.

* Procédé LOM: des feuilles de papier sont découpées au laser et collées les unes sur les autres

* Procédé FDM: un fil de plastique en fusion dessine le contour de l'objet à réaliser, niveau par niveau, comme dans l'ancienne technique du colombin.

* Frittage de poudre: des couches de poudre plastique agglomérée par fusion sous l'effet du passage d'un rayon laser, sont additionné les unes aux autres.

Après quoi, libre à l'artiste, au designer, d'effectuer un moulage ou une cire perdue pour fondre une pièce en métal.

Vision En 3D , sur internet, de l'oeuvre réalisée par commande numérique (Stéréolithographie) : Chant cosmique de Christian Lavigne

75Une cybersculpture ou sculpture virtuelle est une sculpture numérique non matérialisée, présentée sous la forme d'une image 3D soit localement, soit via Internet. Sur le Net, les sculptures virtuelles sont soit des séquences d'images montrant l'objet successivement sous tous ses angles (QuickTime VR); soit de véritables objets 3D, décrits dans le langage VRML, et dont on peut choisir n'importe qu'elle vue et orientation.

Moebius Helix de Tom Longtin (USA).

76La cybersculpture est en voie de structuration internationale .

En 1992 C. LAVIGNE et A. VITKINE fondent ARS MATHÉMATICA, et organisent en mai 1993 la 1ère Exposition Mondiale de Sculpture Numérique à l'ÉCOLE POLYTECHNIQUE. Au même moment aux Etats-Unis, Bruce BEASLEY, Rob FISHER et Tim DUFFIELD fondent THE COMPUTER AND SCULPTURE FORUM. Les 2 associations finissent par se rencontrer, et décident d'organiser une seconde exposition mondiale de sculpture numérique sous le nom d'INTERSCULPT (nom choisi par Ars Mathématica pour désigner la biennale). Cet événement a lieu en octobre 1995, simultanément à la Galerie Graphes à Paris et à la Silicon Gallery de Philadelphia. Un système de visioconférence permet aux artistes et aux visiteurs de communiquer en direct de part et d'autre de l'Atlantique; l'utilisation d'Internet permet la réalisation de la première transmission électronique d'objet d'art, c'est à dire la première télésculpture de l'histoire, envoyée depuis les USA par Stewart DICKSON et matérialisée à Paris sur une machine LOM de prototypage rapide. Car le principede base d'INTERSCULPT est d'être un événement vivant, avec des créations in situ devant le public. Fin 95, lors d'une conférence à Dakar (Sénégal) C. LAVIGNE propose le terme générique de cybersculpture pour désigner des œuvres numériques sculpturales qui sont ou virtuelles ou réelles, ou les deux. (d'après C. La vigne sur http://www.pimkey.com)

77En 1997, INTERSCULPT se développe aussi sur le Web, grâce aux travaux du Pr Derrick WOODHAM qui a créé un parc de sculptures virtuelles : http://www.activeworlds.com/​. Il est possible de visiter ce parc sous forme d'"avatars" et de dialoguer avec d'autres visiteurs. La cyberscuplture s'inscrit ainsi dans le développement des NTO (nouvelles technologies de l'objet)

IV Conclusion : des processus de démocratisation?

78Les sculpteurs, conformes en cela à la logique de leur mode de professionnalisation, sont un contre exemple concernant la tendance générale de l'internet à favoriser la circulation des savoirs professionnels et la mise en jeu collective des identités, éthiques et normes des métiers.

79L'examen de la présence des sculpteurs et de la sculpture sur le web permet en revanche de dégager une tendance qui concerne le champ social : un mouvement de démocratisation de l'art. Celui-ci est repérable à un double niveau, celui des pratiques culturelles, celui de la diffusion des savoirs sur l'art, et a comme conséquence un certain élargissement du marché de l'art.

IV,1 La démocratisation des pratiques culturelles

80Internet est significatif d’une certaine démocratisation, celle des pratiques culturelles. De même que la musique, la sculpture est pratiquée comme un loisir créatif par un nombre de plus en plus élevé de personnes. Comme les peintres dits du dimanche ou les musiciens, les photographes, les sculpteurs se multiplient, et parfois même vendent quelques unes de leurs oeuvres. De plus, le fourmillement des sites personnels de sculpture rend compte de la volonté de ces amateurs de montrer leurs oeuvres à leurs amis, et au delà, dans l'espace public (on constate le même phénomène pour la photo amateur, notamment la photo de voyage).

IV,2 La démocratisation de l'accès aux savoirs sur l'art

81C'est un point sur lequel je n'ai pas beaucoup insisté, car il re!ève de l'évidence : si le web est une bibliothèque, c'est aussi un musée, plus précisément un musée "vituel" puisqu'il donne accès aux œuvres par la médiation de la photographie ou de la vidéo numériques. En ce qui concerne la sculpture, on peut citer par exemple le très beau site du musée Guimet (visite intégrale en trois dimensions comme dans un jeu vidéo avec accès à des étiquettes explicatives et à des commentaires audio, un peu lourd informatiquement parlant , mais très didactique ) .

82Si certains musées, comme le Louvre, préfèrent vendre des CD roms payants, de nombreux autres musée, tels le Centre Pompidou, ou le Gugenheim de New york ou de Bilbao offrent leur collections en ligne.

IV,3 La réduction de l'asymétrie d'information sur le marché de l'art

83Je m'appuierai ici sur Laurent Sorbier11 et Raymonde Moulin, dont les analyses sont convergentes et me semblent, au vue de l'examen du WEB, pertinentes pour décrire une forme de démocratisation.

Une démocratisation de l’accès à l’information sur un marché de l’art caractérisé depuis toujours par une très forte dissymétrie dans la capacité à disposer de l’information « stratégique »: celle qui détermine la formation des prix et se pose comme un facteur décisif d’aide à l’achat. Pour une large part, la prospérité des acteurs de ce secteur reposait sur une opacité de l’information et plus généralement de l’ensemble du fonctionnement de ce marché. Opacité plus ou moins sciemment entretenue par ceux qui savaient tirer parti de cette situation (intermédiaires, marchands, etc.) pour jouer sur les différences de conditions de marché, dans le temps ou d’un pays à l’autre12. /…/. il est désormais possible à l’amateur, même faiblement éclairé, de consulter les résultats des ventes aux enchères aux quatre coins du globe et de vérifier la cote d’un artiste. L’Internet met donc à la disposition d’un nombre infiniment plus large d’acteurs les éléments permettant de réduire l’incertitude qui est l’apanage – et le privilège parfois douloureux ! – du béotien. La capacité qu’a l’acheteur lambda d’accéder via Internet aux bases de données d’Artprice ou d’Artnet, d’explorer les catalogues en ligne des maisons de vente comme les vitrines virtuelles des galeristes et antiquaires met ainsi fin, au moins en théorie, à la dissymétrie de l’information – l’Internet réduisant l’écart entre happy few et nouveaux entrants. Nouvel outil qui se pose, autrement dit, comme un concurrent des intermédiaires traditionnels de la profession (experts, courtiers, etc.). Son rôle est donc celui d’un « agent réducteur d’incertitude » 13 (Laurent Sorbier)

84Cette démocratisation est bien sûr toute relative. Acheter des oeuvres d'art demande toujours des moyens financiers, relève toujours de la part du budget qui peut être consacrée au "luxe" et le marché de l'art reste hautement spéculatif. D'autre part il reste fortement hiérarchisé. Même si le net a tendance, comme dans d'autres domaines professionnels, à euphémiser les hiérarchies et à invisibiliser les institutions normatives (historiens, critiques d'arts, commissaires, grands collectionneurs), celles ci demeurent capables de former la demande légitime et donc les hiérarchies de prix et de réputation.

Haut de page

Bibliographie

Adorno T.W., Théorie Esthétique, Paralipomena, Introduction première, Paris, Klincksieck, 1995

Benhamou F., Moureau N., Sagot-Duvauroux D., Les galeries d'art contemporain en France, portraits et enjeux dans un marché mondialisé, La Documentation Française, 2001.

BIPE et ERASE (Alain Quemin et Clara Levy), 2000, Commerce électronique et produits culturels, la Documentation française, Paris, 182 p.

Convert B., Demailly L, 2007 , Les groupes professionnels et l'internet, L'harmattan, Logiques sociales 

Cukrowicz Hubert, Baichère Catherine et Bonnette-Lucas Claude, 1997, L'art du cru : quelques aspects des pratiques et des motivations des peintres amateurs /. - Villeneuve d'Ascq : Université de Lille 1, Centre lillois d'études et de recherches sociologiques économiques (CLERSE), - 238 p.

Demailly L. 2003 "Une spécificité de l'approche sociologique française des groupes professionnels : une sociologie non clivée" in Knowledge, Work & Society / Savoir, Travail et Société n°2, p 107-128

Lajarte de, Isabellle, 1997, Les peintres amateurs, étude sociologique  l'Harmattan  

Moulin, Raymonde, 2003, Marché de l'art : mondialisation et nouvelles technologies, Flammarion

Moulin, Raymonde,1992, L’artiste, l’institution et le marché, Flammarion

Quemin Alain, 2001, Le rôle des pays prescripteurs sur le marché et dans le monde de l'art contemporain, 7 juin, rapport à la demande du ministère des affaires étrangères, et L'art contemporain international : entre les institutions et le marché (Le rapport disparu), (livre complétant le rapport à la demande du ministère des affaires étrangères), Alain Quemin, éditions Jacqueline Chambon/Artprice, 2002.

Quemin Alain, 1997, Les commissaires priseurs : la mutation d’une profession, Anthropos

Sociologies et sociétés Les territoires de l’art Volume 34, numéro 2, Automne 2002 Numéro sous la direction de : Jan Marontate et Alain Quemin

Uzel Jean-Philippe, «  Nouveaux territoires de l’art vidéo » Sociologie et sociétés  vol. xxxiv.2

White (Harrison et Cynthea), La Carrière des peintres au XIXème siècle. Du système académique au marché des impressionnistes, Paris, Flammarion, 1991

Documents internet

Sorbier Laurent, INTERNET ET LE MARCHE DE L’ART
www.eauctionroom.com

Le ministère de la culture :
www.culture.gouv.fr/culture/dap/dap/index-dap.html

" Marché de l'art : les chances de la France " par Yann Gaillard, Commission des finances du Sénat,
http://www.senat.fr/rap/r98-330/r98-330.html

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Cette recherche a été menée en compagnie de Bernard Convert. Elle a donné lieu à plusieurs rapports et articles ainsi qu'à un livre (Convert  Demailly 2007). Mais l'étude sur les sculpteurs, qui se prête mieux à une édition numérique qu'à une édition papier, n'a jusqu'ici pas été publiée. Le "nous " dans le texte renvoie donc à Bernard Convert et moi même.

 Cf Bernard Convert, Lise Demailly, « Le savoir médical et sa mise en scène sur le Net », Terminal, n°89 Eté 2003, pp 65-76.

Bernard Convert, Lise Demailly, « Les interactions dans Internet, Mailing-listes et forums dans le domaine de la santé et de la santé mentale », Communication, 22(2), hiver/printemps 2003, pp 63-97.

Bernard Convert, Lise Demailly, « Internet et les professions de santé : le problème de la consultation à distance », Réseaux, 120, 2003, pp 241-269.

 Bernard Convert, Lise Demailly,Les groupes professionnels et l'internet, L'Harmattan, Juin 2007

2 Howard Rheingold, The virtual community, The MIT Press, Cambridge (Mass.) and London, 2000.
3 Notre méthodologie est passée par la constitution systématique de corpus, que je résume ici en omettant les détails. Un certain nombre de moteurs de recherche , de robot de listes et de moteurs de pages personnelles sont utilisé avec le nom de la profession au singulier et au pluriel et son objet (ou sa discipline) (par exemple psychiatre, psychiatres, psychiatrie) . A chaque coup de sonde les 40 premiers lieux Web sont retenus, et les doublons éliminés. Puis on utilise un certain nombre de combinaisons des premiers mots avec les mots « formation », « conseils », « initiation » (pour couvrir la question des échanges co-formatifs et la circulation des savoirs au sein de la profession), « association », « syndicat » (pour aborder sa structuration). Enfin, de manière ad hoc pour chaque profession, des explorations en étoile explorent des mots clés souvent rencontrés dans le corpus initial. Ici pour les sculpteurs, j'ai fait les "fouilles " avec "arts plastiques", "artistes plasticiens" "céramistes" , "céramique", "modelage" "paper-clay", "sculpture numérique", "cybersculpture" "marché de l'art"…. Les de plus en plus nombreux doublons sont de nouveau éliminés. On obtient ainsi une bonne image de la constellation Web, telle qu'elle même se donne à saisir aux lecteurs, à un moment donné. Notre recherche n'incluait pas les blogs, forme qui n'avait pas pris il y a trois ans toute l'ampleur qu'elle a aujourd'hui. Un rapide survol des blogs des sculpteurs montre que, pour l'analyse sociologique, ils ne sont guère différents de leurs sites personnels.

Les discussions sur les forums et les mailing-lists sont transcrits sous Word , selon certaines fenêtres, certains threads, ou certaines durées, choisis ad hoc, pour pouvoir être analysés plus commodément.

4 Sur la question théorique des modes de professionnalisation, cf Demailly 2003.
5 C'est moi qui souligne.
6 Etant entendu qu’il s’agit pour l’heure, essentiellement, de participation à des ventes aux enchères entre particuliers.
7 Adorno pense que la « valeur d’exposition » qui devait, selon W.Benjamin remplacer la valeur cultuelle n’est qu’une « imago du processus d’échange » (Adorno 1995).
8 Profession sur laquelle a travaillé B. Convert.
9 A titre d’exemple, deux tiers des acheteurs participant aux ventes retransmises par eAuctionRoom sont étrangers, la transaction étant d’un montant moyen de 15 000 F. S’agissant des enchères entre particuliers (eBay, Ibazar, QXL, etc.), on retrouve une semblable délocalisation de la clientèle, mais avec une qualité d’œuvres et des prix moyens très sensiblement inférieurs (le montant moyen des transactions sur eBay ne dépasse pas 20 $ !). Notons qu’au niveau mondial les ventes aux enchères représentent environ 20% des transactions totales sur le marché de l’art.
10 Il s'agit d' une association qui gère une sécurité sociale spécifique.
11 Laurent Sorbier est MCF à l'IEP Paris, directeur de eAuctionRoom.  Cf 
http://www.sorbier.net/internet_et_le_marche_de_l_art.htm
12 Il suffisait de savoir, par exemple, que tel type de meuble ou tel artiste bénéficiant d’une très forte cote à New York pouvait s’acheter à un prix dérisoire à Paris pour faire d’excellentes affaires…
13 Selon l’expression de Raymonde Moulin, in Le marché de l’art, mondialisation et nouvelles technologies, Flammarion, 2000.
Haut de page

Table des illustrations

Légende 2-Ex de deux sites personnels, de style différents, référencés par le moteur Voilà
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende 3-Ex du site d'une grande maison de vente (la première ou la deuxième du monde, selon les années de référence). Version française. Le site permet les enchères en ligne.
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Vision En 3D , sur internet, de l'oeuvre réalisée par commande numérique (Stéréolithographie) : Chant cosmique de Christian Lavigne
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Moebius Helix de Tom Longtin (USA).
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://socio-logos.revues.org/docannexe/image/721/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Demailly, « Les Sculpteurs et le net », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 29 février 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/721

Haut de page

Auteur

Lise Demailly

Université de Lille I, CLERSE-IFRESI, lise.demailly@ifresi.univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org