Navigation – Plan du site
Débats

Entre politique sécuritaire et délinquance d’exclusion : le malaise de la prévention spécialisée

Laurent Mucchielli

Résumé

Dans les quartiers populaires, la prévention spécialisée se trouve aujourd’hui prise entre le marteau (de l’idéologie moralo-sécuritaire et des politiques répressives qui en découlent) et l’enclume (de l’exclusion et de ses conséquences, notamment en termes de délinquances juvéniles). La situation de beaucoup de familles dans les quartiers populaires (a fortiori dans les zones urbaines sensibles) est de plus en plus difficile tant sur le plan matériel (la précarité, l’isolement) que psychologique (le sentiment de chute sociale, l’angoisse de l’avenir, l’impuissance et le fatalisme). Les besoins d’aide éducative, d’écoute, de soutien et d’accompagnement face aux dispositifs institutionnels sont très grands. Les jeunes en ont besoin et, bien souvent, leurs parents en auraient besoin aussi. Face à cette situation, la prévention spécialisée est exsangue. Les éducateurs demeurent numériquement très peu nombreux, sur le terrain ils évitent souvent une partie des publics (les plus difficiles) qui aurait pourtant besoin d’eux, ils reçoivent « d’en haut » des consignes de plus en plus strictes (sur l’âge du public que leur action doit viser, sur des thèmes prioritaires d’action) qui orientent leur travail vers la prévention de la délinquance, ils se sentent menacés dans leur identité professionnelle et dans leur déontologie par les nouvelles politiques de sécurité, et souvent surveillés par des procédures d’évaluation et des comptabilités de plus en plus tatillonnes. La société française a pourtant plus que jamais besoin de la prévention spécialisée, dans des conditions générales que l’on essayera de clarifier.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le contexte médiatico-politique actuel, contexte que l’on peut qualifier de sécuritaire, il est devenu très difficile d’essayer de faire comprendre ce que sont la prévention et l’action éducative auprès des jeunes dans les quartiers populaires. Les stéréotypes sur la violence prétendue « gratuite » et incontrôlable des « jeunes des cités », ainsi que la posture moralisatrice prompte à suspecter de complaisance, de « laxisme » ou d’« angélisme » toute analyse refusant ces stéréotypes, sont tellement prégnants qu’ils tendent à obstruer tout l’espace du débat, à rendre inaudible tout propos d’une autre nature. C’est là le résultat d’une évolution importante de la vie politique et intellectuelle française durant les années 19901.

2Sans revenir ici dans le détail sur la structuration du discours sécuritaire, il importe de signaler et contester l’une de ses rhétoriques les plus prégnantes et les plus trompeuses : la rhétorique du « terrain ». « Être sur le terrain »… l’expression est devenue une formule presque obligée, synonyme de crédibilité, de « courage » et d’efficacité. Cette rhétorique est omniprésente dans le discours de nombreux élus (qui semblent souvent penser que le courrier qu’ils reçoivent et les propos accompagnant les mains qu’ils serrent sur les marchés le week-end constituent une expression représentative des attentes de leurs concitoyens), dans celui de nombreux responsables politiques (qui multiplient les déplacements et les bains de foule sous l’œil des caméras de télévision) et dans celui de nombreux journalistes (qui semblent s’imaginer qu’il suffit de tendre un micro dans la rue pour recueillir « la parole des vrais gens »). Or il est bien des façons d’« être sur le terrain », chacun y étant un peu à sa façon, la spécificité de cette façon d’y être conditionnant l’intérêt de ce que l’on peut en raconter. Dit autrement, tout le monde est « sur le terrain » à sa manière, avec ses lunettes et ses œillères, voyant ce qu’il peut et/ou ce qu’il veut voir. En conséquence, aucun acteur ne détient de légitimité supérieure à celle des autres pour parler des questions de prévention et de sécurité (comme de toute autre question sociale du reste). Et si, contrairement à la Police nationale par exemple, l’on n’entend quasiment pas les travailleurs sociaux dans le débat public, c’est d’une part qu’ils ne savent guère s’y faire entendre collectivement, d’autre part que leurs métiers ne se prêtent pas à la réaction émotionnelle, et encore moins à la tentative de récupération politique face aux faits divers. Au contraire, ces métiers sont tout entier tournés vers un travail de fond, accompli le plus souvent dans l’ombre, et qui mesure sa pertinence à la résolution des situations problématiques, donc à l’évitement des événements dramatiques.

3Partant de ces constats, le présent texte voudrait contribuer au débat sur la prévention et le travail éducatif mené auprès des jeunes par les travailleurs sociaux et en particulier les éducateurs de la prévention spécialisée2. On argumentera que cette action et ces acteurs se trouvent aujourd’hui dans une situation particulièrement difficile, pour au moins quatre raisons : 1) la situation générale des quartiers populaires classés « zones urbaines sensibles », 2) la situation économique et sociale d’une partie de la jeunesse de ces quartiers et l’enracinement d’une délinquance d’exclusion, 3) l’évolution du métier d’éducateur et de ses conditions d’exercice, 4) l’évolution politique et la mise en question de la philosophie même de la prévention et de l’action éducative.

1- la situation des quartiers d’habitat social classés « zones urbaines sensibles »

4Au terme de plus de vingt ans d’études sur les quartiers populaires et de diagnostics liés à la politique de la ville, la démonstration n’est plus à faire3. Les 751 « zones urbaines sensibles », dans lesquelles vivaient 4,7 millions de personnes au recensement de 1999 (soit 8 % de la population française et 12 % des Franciliens), concentrent les situations de précarité et d’exclusion. A tel point qu’il me semble légitime de parler d’un processus de ghettoïsation4. Certes, il ne s’agit pas de proposer une comparaison directe entre les ZUS françaises et les ghettos de certaines grandes villes américaines, encore moins avec celles des pays d’Amérique du Sud5. En ce sens, on refusera donc de parler de « ghettos » dans la situation française. Pour autant, il ne faudrait pas « jeter le bébé avec l’eau du bain » et s’interdire de penser l’existence d’un processus de « séparatisme social » éloignant de plus en plus les conditions de vie et les destins des différents groupes sociaux6. Les processus de ségrégation sont en effet d’une nature socio-économico-spatiale. Tandis que les prix du logement ne cessent d’augmenter dans les centres-villes, les réservant de plus en plus aux classes supérieures, et que la périurbanisation ne cesse d’aspirer les classes moyennes et les fractions supérieures des classes populaires dans les centres périphériques, les « zones urbaines sensibles » concentrent de plus en plus les personnes en situation précaire, parmi lesquelles de nombreux ménages dont la personne de référence est étrangère.

5Cette situation produit deux ensembles de conséquences : les unes objectives, relatives aux conditions de vie des habitants et aux difficultés d’insertion socio-économique qui se posent massivement pour la jeunesse, les autres subjectives (mais non moins importantes quoique trop rarement explorées en sociologie), relatives aux représentations que les habitants se forgent d’eux-mêmes, des différents groupes sociaux qui composent la société et de leurs relations. Telles sont les deux faces du processus de ghettoïsation qu’il faut détailler.

Les « zones urbaines sensibles » et le processus de ghettoïsation

6Les ZUS se singularisent par le fait que, à un instant t, on peut immédiatement y mesurer des écarts très importants d’avec la moyenne nationale sur toute une série d’indicateurs démographiques, économiques et sociaux.

7Une première caractéristique « saute aux yeux », si l’on peut dire, c’est la concentration des familles nombreuses, voire très nombreuses. Dans une société globalement vieillissante, les ZUS se singularisent donc d’abord par la jeunesse de leur population (les moins de 25 ans peuvent représenter jusqu’à 50 % de la population, davantage sur certains îlots). Contrairement à une idée reçue qui a la vie dure, ces familles ne se singularisent pas par la fréquence des situations monoparentales (qui concerne généralement dans des proportions comparables les autres milieux sociaux). En revanche, la taille de ces familles pose fréquemment des problèmes de surpeuplement des appartements HLM qu’elles occupent très généralement. Cette situation complique la question du contrôle parental, interdit la privatisation des espaces privés que sont les chambres des enfants dans les milieux plus aisés, renforce les dynamiques (positives ou négatives) des fratries, désigne l’extérieur de la maison comme le lieu des loisirs et renforce donc les dynamiques (positives ou négatives) des groupes de pairs. Elle détermine donc d’emblée des besoins d’encadrement éducatif supérieurs à ceux d’autres milieux, faute de quoi le développement de certaines incivilités et délinquances juvéniles sont très insuffisamment prévenues.

8Ensuite, les ZUS sont habitées massivement – parfois exclusivement – par les milieux populaires. Cette « absence de mixité sociale » est bien connue et constitue un leitmotiv des politiques publiques. Cette homogénéité sociale recoupe en partie une deuxième caractéristique démographique majeure et très visible (après la jeunesse) d’une partie plus ou moins majoritaire de cette population, à savoir ses « origines étrangères ». Ces deux premiers facteurs semblent très importants sur le plan de la psychologie collective en ce qu’ils contribuent fortement à susciter chez une partie des habitants un sentiment puissant de « différence » par rapport au reste de la société.

9Ce sentiment peut s’enraciner de façon décisive dans le rapport des familles aux institutions et en premier lieu dans leur rapport à l’école. Faiblement dotés en capital culturel et scolaire, ayant parfois des difficultés plus ou moins fortes de maîtrise de la langue française écrite et orale, les parents sont à la fois peu outillés face à la culture de l’institution scolaire et très démunis pour assurer le suivi scolaire des enfants. De fait, les problèmes précoces de scolarité, le taux de redoublement, le taux d’échec scolaire et le poids des orientations vers l’enseignement professionnel sont beaucoup plus importants que dans le reste de la société. L’inégalité des destins sociaux se mesure de plus en plus dans ces parcours scolaires, les jeunes et leurs familles le savent, et ceci constitue une source de plus en plus importante de leur colère, comme les émeutes de novembre 2005 en ont témoigné7.

10Le sentiment d’être traité différemment tourne rapidement à celui d’être victime sinon de racisme du moins de discrimination lorsque, dans la vie quotidienne, les habitants des ZUS sont amenés à faire l’expérience d’un regard négatif porté a priori sur eux en raison de leur lieu d’habitat, de leurs pratiques culturelles (façons de se vêtir, de s’exprimer, de porter sur soi des « signes religieux ») et parfois simplement de leur couleur de la peau.

11Faiblesses scolaires et discriminations constituent deux handicaps majeurs sur un marché de l’emploi par ailleurs insuffisamment ouvert. Le taux de chômage des ZUS est ainsi globalement deux à trois fois supérieur à celui des autres territoires, le taux de chômage des jeunes de 16 à 25 ans se situant entre 30 et 40 % et pouvant dépasser les 50 % pour les jeunes issus de l’immigration sortis de l’école sans diplôme ou avec un simple CAP.  Les taux d’emplois précaires et d’emploi à temps partiel contraint sont également supérieurs. De tout cela résultent des conditions économiques précaires, quelques fois miséreuses, qui suscitent de la honte, du sentiment d’injustice, de la colère et/ou du désespoir sur le plan individuel8. Sur le plan collectif, cette situation suscite aussi des sentiments d’enfermement dans le quartier et d’abandon voire de rejet de la part des « autres » (les autres mondes sociaux, les responsables politiques), qui sont d’autant plus forts que les ZUS se singularisent aussi par leur grande faiblesse voire leur absence de représentation politique au niveau local et de structuration politique au sens large. Dès lors, il n’est pas étonnant que les habitants développent fréquemment des relations ambivalentes à des institutions (services sociaux, services administratifs municipaux et préfectoraux, école, police) qui renvoient une image négative de soi (sentiments de dépendance, d’infériorité, voire de mépris, de suspicion et de violence) tant individuelle que collective. Ce tableau général mérite enfin d’être affiné en direction des jeunes.

Un chômage de masse bloquant l’intégration sociale et l’entrée dans la vie adulte

12L’on ne saurait analyser le malaise des « jeunes de banlieues » sans rappeler que leur taux de chômage n’a cessé d’augmenter durant les années 1990, creusant de surcroît les écarts en fonction des niveaux de diplôme (ce qui maximise les frustrations économiques et sociales des moins diplômés et accroît encore le caractère durablement discriminatoire des parcours scolaires).

13En moyenne nationale, le taux de chômage des jeunes hommes non diplômés un à quatre ans après la sortie du système scolaire a plus que doublé au cours des années 1990, passant de 27 % en 1990 à 56 % en 1999, celui des jeunes hommes munis d’un simple CAP ou BEP doublant également pour passer de 16 à 32 % dans la même décennie. De surcroît, ces données sont issues d’une statistique publique nationale qui ne prend pas en compte les effets de discrimination liés d’une part au lieu de résidence (mauvaise réputation de certains quartiers9) d’autre part à l’origine dite « ethnique » de citoyens pourtant de nationalité française (racisme)10. Rappelons enfin que, dans certains quartiers populaires, les jeunes de moins de 25 ans représentent jusqu’à la moitié de la population totale. C’est dire l’ampleur objective des problèmes d’insertion économique rencontrés par une partie considérable de ces jeunes « issus de l’immigration » habitant ces ZUS.

14Il importe de mesurer le poids de cette non insertion économique sur l’ensemble du processus d’intégration sociale et d’entrée dans la vie adulte. Derrière l’absence d’emploi et donc de revenu, se profile en effet l’impossibilité matérielle du départ du domicile des parents pour accéder à un logement personnel (sans compter la crise du logement social qui sévit en France11) ainsi que la difficulté objective à pouvoir se situer favorablement dans la perspective d’une union conjugale et d’un projet familial. Avoir un emploi et un revenu, s’installer dans un logement, fonder à son tour sa propre famille : c’est rien moins que ce parcours conçu et attendu comme « normal » par tout jeune majeur, qui se trouve au mieux durablement contrarié, au pire perçu comme inaccessible et comme interdit par « la société ». En d’autres termes, la non insertion économique n’est pas seulement une « galère » au quotidien, elle a des conséquences sur toute la perception de l’avenir et la vision du monde que se construisent ces jeunes. Enfin, elle a des répercussions au sein même des familles, sur les relations entre les générations. Analysant le contexte de l’émeute survenue dans le quartier de la Petite Hollande à Montbéliard, en juillet 2000, S. Beaud et M. Pialoux soulignent que « pendant les années de stagnation économique, la plupart des non ou peu diplômés ont attendu un emploi, se sont morfondus dans des petits boulots, ont traîné dans le quartier. Cette expérience sociale du chômage récurrent ou de longue durée a produit, au sein de la fratrie et au sein du groupe des pairs, des effets de découragement, un sentiment d’inutilité sociale et une révolte sourde contre l’ordre social, contre tout ce que représentent les institutions. L’avenir leur est alors apparu bouché […]. Beaucoup de garçons de familles immigrées ont alors été contraints de rester à la maison et de cohabiter avec leurs parents, en s’inventant un mode de vie compatible avec celui de la famille (où le père, le plus souvent ouvrier vieillissant à l’usine ou en invalidité, supporte mal le chômage persistant de ses fils). L’expérience du chômage s’est largement diffusée dans la famille, notamment des frères aînés aux cadets. Chacun constate que, de plus en plus, la possession d’un diplôme supérieur n’est pas suffisante pour protéger du chômage et de la précarité. Au cours de ces années difficiles (on ne compte pas le nombre des suicides dans ces quartiers), le découragement, le sentiment de no future se sont propagés, notamment au sein des fratries des familles immigrées et parmi les plus jeunes »12. Il s’agit en effet d’« une période où, dans les quartiers, on a fabriqué en masse des jeunes aigris, révoltés, enragés, des jeunes qui ont aujourd’hui de 25 à 30 ans », que leurs cadets ont vu devenir victimes, « être ‘abîmés’ physiquement et psychologiquement », certains plongeant dans la délinquance, d’autres dans la dépression et la drogue, « le désastre s’étalant alors aux yeux de tous dans la famille et dans le quartier ». L’effet sur les plus jeunes est massif. Les deux sociologues notent notamment que les enseignants des écoles primaires et du collège du quartier signalent au même moment « la fin de l’effort scolaire », disant avoir affaire à des jeunes totalement démotivés. Ajoutons que cette situation a enfin des répercussions générationnelles en amont, sur les relations avec les parents dont la marginalisation des enfants renforce cruellement le sentiment d’échec de toute leur trajectoire et donc de tout leur projet de vie, certains parlant de leur migration en France comme d’une véritable « malédiction »13.

2- L’enracinement d’une délinquance d’exclusion

15La jeunesse a des comportements qui traversent les époques, sans doute précisément parce qu’elle est ce moment qui précède l’établissement dans les modèles normatifs généraux. Depuis des lustres, la sociabilité juvénile, l’affirmation de soi, l’épanouissement des corps, la découverte du sexe, le goût pour l’alcool et les conduites à risque, le style de vie nocturne, les provocations envers les adultes et les institutions, la tentation du vol, caractérisent cet âge de la vie, surtout chez les garçons. Pour des raisons diverses (fragilités familiales, échecs scolaires, influence de certains pairs, événements biographiques), certains feront même une plus ou moins longue carrière dans des pratiques délinquantes plus structurées (comme le vol organisé ou la revente de cannabis). Par ailleurs, il est également classique que certains enfants, exposés précocement à de la violence psychologique voire physique au sein de leur famille et de leur environnement, soient plus enclins à user à leur tour de la violence verbale et physique pour s’exprimer14. La période actuelle perpétue ces schémas anciens. Elle présente cependant deux spécificités relatives, l’une presque inconnue du débat public, l’autre connue à l’excès.

16La première (et la moins connue) est l’importance qu’a pris la compétition pour la possession des biens de consommation, avec les prédations et les agressions qui en découlent. Dans la plupart des cas, les voleurs (et les cambrioleurs) ne sont pas des professionnels organisés et spécialisés (comme les voleurs de voitures de luxe, les voleurs d’objets d’art), ils volent les biens ordinaires fabriqués en série par la société de consommation : voitures, scooters, téléphones portables, lecteurs de disque MP3, etc. Les adolescents volent ou rackettent aussi parfois des vêtements de marque. Peu d’argent liquide car nous avons maintenant tous des cartes bleues que l’on peut bloquer en quelques minutes. Ces voleurs ne sont pas non plus des professionnels. Ils volent pour posséder et jouir immédiatement ou bien revendre « au noir », se faire un peu d’argent, c’est-à-dire consommer un peu plus tard. Nous sommes ici face à un constat qui est en réalité classique en sociologie de la délinquance et que nous avons hélas trop souvent tendance à oublier : c’est le constat de la liaison entre exclusion et délinquance d’appropriation dans les sociétés de consommation. Dit autrement, c’est le constat que certaines formes de délinquances sont liées de façon structurelle à cette société de consommation qui implante dans les esprits dès le plus jeune âge l’idée que le bonheur c’est d’avoir et qui organise l’ensemble de la vie sociale autour de la consommation. Ceux qui sont les vaincus de la compétition sociale veulent pourtant consommer eux aussi. Dans la mesure où ils sont privés d’autre source de reconnaissance et de fierté, ils veulent même consommer davantage encore que les autres et pour pouvoir aussi le montrer aux autres (la fierté c’est de paraître et c’est de défier les autres), prenant ainsi une sorte de revanche sociale. Notons aussi qu’une partie des violences est en réalité occasionnée par ces vols et cambriolages. Notons enfin que l’enracinement du trafic de cannabis est aussi à sa manière une réponse à cette situation d’exclusion, qui fait de nombre de ces jeunes des « smicards du business »15. On ne comprend pas la légitimité de ces trafics aux yeux des concernés si l’on ne la replace pas dans le contexte d’un taux de chômage qui, chez les jeunes hommes âgés de 16 à 25 ans, sortis de l’école sans diplôme ou avec un simple CAP, nés de père ouvrier et « issus de l’immigration », voisine avec les 50 %. Notons enfin que cette compétition pour les biens est en grande partie responsable des violences. Par exemple, dans l’enquête de victimation réalisée par les chercheurs du CESDIP sur la région Ile-de-France, il apparaît que la moitié de l’ensemble des agressions (des insultes aux coups violents) sont liées à des vols et tentatives de vols16. Le reste des violences interpersonnelles, dans les quartiers pauvres, est lié pour l’essentiel à la sphère familiale, aux rapports conflictuels entre groupes de jeunes de cités voisines et enfin aux rapports également conflictuels (et presque ritualisés) entre une partie des jeunes et les policiers qui les contrôlent quotidiennement.

17La seconde spécificité (bien connue cette fois-ci) réside dans le fait que cette crise est en grande partie territorialisée, au sens où elle concerne davantage les territoires que les politiques de la ville et les politiques de sécurité ont recensés chacune à leur manière depuis deux décennies. Même si le caractère surmédiatisé de cette localisation (« les banlieues », « les cités »), allié au ciblage discriminatoire de l’action policière, tend très abusivement à réduire les phénomènes de délinquance juvénile à ces territoires, il n’en demeure pas moins qu’ils y sont davantage prégnants. Outre que ces territoires concentrent la pauvreté et le chômage, ils ont souvent une jeunesse pléthorique (donc une délinquance juvénile plus forte que dans d’autres quartiers ici par simple effet de structure démographique) qui y fait rapidement l’expérience de la discrimination dans les relations sociales ordinaires et dans le rapport aux institutions, et qui, pour une petite partie d’entre elle, y réagit dans un surcroît de déviance. Pour toutes ces raisons – et en liaison aussi avec les politiques de peuplement des organismes publics et des élus locaux –, se concentre dans ces quartiers une population le plus souvent majoritairement étrangère et d’origine étrangère. De là l’apparente « sur-délinquance » des jeunes issus de l’immigration17.

18Ces deux caractéristiques sont révélatrices d’une double crise des structures d’intégration de la jeunesse dans le monde adulte. La première est économique : l’accès à un statut social est rendu particulièrement difficile pour des centaines de milliers de jeunes hommes qui se trouvent déqualifiés par rapport à la vie professionnelle, de façon autant sinon plus symbolique que réelle (dans la mesure où il existe pour certains d’entre eux des emplois précaires de type intérim mais qui ne confèrent pas un statut). Et il faut souligner le poids de ce statut dans l’ensemble du processus d’entrée dans l’âge adulte, son incidence sur l’ensemble des relations familiales et sociales des individus. Actuellement, les pouvoirs publics s’interrogent sur l’âge auquel un jeune commence à délinquer. Or cette question n’est pas la seule importante pour une société. Il est probable que celle de savoir à quel âge il sort des pratiques délinquantes l’est autant sinon davantage18. La carrière délinquante a certes un début, mais elle a aussi une fin. Et c’est sans doute ici que les changements les plus notables sont intervenus ces dernières décennies. Si « la jeunesse ne prend une certaine consistance sociale qu’à partir du moment où se prolongent ces temps de passage qui définissent une position sociale incertaine »19, alors il faut admettre que l’on n’a jamais été jeune aussi longtemps que dans la société française de ces vingt dernières années. La question de l’accès à l’emploi stable est ici centrale, elle a des conséquences sur les deux autres critères classiques qui définissent l’« entrée dans l’âge adulte » : l’accession à un logement indépendant et la formation d’un couple stable, prélude à la fondation d’une famille. Ce modèle de « réussite dans la vie » (avoir un travail, un logement, une famille) est unanimement partagé dans la société. Mais il est difficilement concevable pour beaucoup de ces jeunes qui sont, de fait, les « inutiles » du système20.

19La seconde crise est symbolique et politique : l’accès à la citoyenneté est rendu particulièrement difficile pour ces jeunes hommes qui se considèrent globalement disqualifiés par rapport au modèle dominant dans l’ordre politique, qui ne sont plus sollicités ni représentés par les forces politiques traditionnelles, et qui sont donc démunis pour construire des actions collectives autonomes, durables et non-violentes (par opposition aux émeutes qui, survenant généralement à la suite d’une mort d’homme, sont des déchaînements émotionnels passagers)21.

3- l’évolution du métier d’éducateur et de ses conditions d’exercice

20Le métier d’éducateur moderne est l’héritier des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire, laïcs ou religieux, qui se sont structurés depuis la fin du 19ème siècle et renouvelés dans les années 1950 et 1960 par le biais des « clubs et équipes de prévention »22. Puis, l’arrêté interministériel du 4 juillet 1972 est venu fixer le cadre de cette nouvelle « prévention spécialisée ». Le Code de l’action sociale et de la famille définit cette « action éducative » visant à « faciliter une meilleure insertion des jeunes » là où « les phénomènes d’inadaptation sociale sont particulièrement développés ». Ce métier s’est ainsi professionnalisé mais ne s’est guère développé comme on aurait pu s’y attendre. Outre que ce développement est très inégal selon les territoires (en liaison avec la décentralisation de son financement de l’État vers les départements en 1985), au cours des années 1980 et surtout 1990, de nombreux autres acteurs de prévention, d’animation, de médiation et d’insertion sont apparus dans les quartiers, en liaison avec les politiques de la ville, les politiques nationales de prévention et de sécurité et les politiques municipales de tranquillité publique.

21Ce métier est ensuite devenu plus difficile à exercer à mesure que le processus de ghettoïsation se développait. Très concrètement, il ne va pas de soi d’implanter un club de prévention, d’asseoir une légitimité d’éducateur dans un quartier où tout ce qui représente les institutions peut être vu comme une intrusion et une tentative de contrôle social. Et il ne va pas de soi d’imposer la légitimité de son discours et de sa pratique lorsque, au bout du compte, on ne trouve pas nécessairement de réponse à la question : « et si je fais tout ça, tu vas me trouver un boulot ? ». Ainsi, écartelé entre la demande sociale, les besoins de la jeunesse et la commande politique, souvent privé d’une doctrine d’action clairement définie, l’éducateur ne peut pas ne pas se poser la question du contrôle social et ne pas s’y débattre en permanence23. Et lorsque, pour des raisons diverses, son implantation est difficile, lorsque sa légitimité n’est pas acquise sur le territoire d’intervention, lorsque son action se heurte à des résistances, des évitements voire des confrontations, des violences et des échecs, il éprouve logiquement la tentation du repli sur des actions plus balisées, sur les publics les moins difficiles et sur les partenariats institutionnels les plus confortables. Du coup, se posent la question du travail de rue (va-t-on réellement au contact des jeunes dans la rue ou bien a-t-on tendance à se replier sur son local, sur ses séjours, sur ses chantiers éducatifs et sur ses animations ?), la question du contact avec les publics les plus difficiles (va-t-on réellement rencontrer ces jeunes, en soirée voire la nuit, là où ils traînent, ou bien a-t-on de fait cessé de travailler avec cette partie de la jeunesse autrement que dans quelques suivis individuels ? En matière de délinquance, fait-on simplement de la prévention du premier acte, ou bien travaille t-on aussi à la prévention de la récidive, par exemple en s’occupant de l’accompagnement des sortants de prison sur le quartier ?) et la question de la nature de l’action éducative (est-on dans l’occupation, dans l’animation, dans l’insertion, dans l’accompagnement psychologique, dans l’action collective ?).

22Je voudrais ici faire état d’une observation concrète. Dans le club de prévention spécialisée dont j’ai participé un moment au Conseil d’administration, l’héritage est celui d’une prévention spécialisée entendue comme une action éducative volontairement orientée vers les publics les plus en difficulté, dans une démarche et dans des actions qui ne visent pas simplement à les « accompagner », à les « prendre en charge » et à « faire des choses avec eux », mais aussi et peut-être surtout à leur redonner la parole, à les rendre acteurs de leur vie sociale et, pour commencer, de la vie de ce qui est aussi leur club de prévention. Emblématiques de cet état d’esprit sont notamment la pratique de la concertation et la tenue régulière des « Réunions des Délégués » (les délégués sont des personnes que les groupes de jeunes interpellés par l’équipe élisent entre eux pour les représenter au sein de l’association), le travail de rue poursuivi jusque tard dans la nuit, l’accompagnement des sortants de prison, ou encore le fait que l’équipe a recruté des jeunes du quartier, d’abord comme animateurs, avant de professionnaliser certains d’entre eux qui sont aujourd'hui des éducateurs spécialisés diplômés, constituant ainsi des figures valorisantes et valorisées aux yeux des jeunes du quartier. Ce type de pratiques éducatives ne se substitue pas aux actions plus traditionnelles des clubs de prévention, il s’y ajoute. Même si le quartier, l’équipe et l’association évoluent en permanence, même si les projets sont multiples ainsi que les publics concernés, c’est néanmoins cet état d’esprit général, cette éthique de la solidarité envers tous et y compris les plus difficiles, cet attachement à l’idée d’une démocratie qui soit aussi participative, qui constitue la philosophie de cette action. Dans ce cadre, les éducateurs de prévention spécialisée sont conçus et se conçoivent comme le dernier maillon d’une chaîne de solidarité politiquement de plus en plus mise en question (voire mise en cause), la dernière main tendue en direction des jeunes en voie de marginalisation, aux pratiques déviantes et parfois délinquantes. Cette philosophie est l’héritière d’un demi-siècle de prévention spécialisée et d’éducation populaire, mais elle est aujourd’hui clairement remise en cause par les idéologies et les politiques moralo-sécuritaires24.

4- l’évolution politique et la mise en question de la philosophie même de la prévention et de l’action éducative.

23La prévention et l’action éducative ne se portent pas bien dans le débat public. Elles sont assez clairement mises en question dans leurs pratiques (et, en amont, dans leur philosophie même) par les pouvoirs publics actuels. De manière générale, l’évolution de ce que l’on appelle aujourd’hui les politiques de sécurité et de prévention est caractérisée au plan national comme au plan local par la recherche des moyens de contenir les débordements de la jeunesse par des moyens policiers et judiciaires. Ce sont de plus en plus des politiques de dissuasion et de contention, qui peuvent dériver vers des politiques d’enfermement.

24Il va de soi que l’intervention policière et judiciaire en matière de délinquance est à la fois légitime et indispensable dans son principe. Et, contrairement à ce que tente souvent de faire croire une certaine rhétorique politicienne (qui a besoin de s’inventer des ennemis imaginaires pour mieux s’auto-justifier), nul ne songe à la remettre en cause. Mais si elle devait y être arrimée d’une façon ou d’une autre, la prévention se verrait vidée de son sens, à la fois dans sa définition même et dans ce que cette définition induit sur les pratiques et les valeurs des acteurs concernés. Sur le constat, en matière de délinquance juvénile, tout le monde est à peu près d’accord. Les grandes perturbations familiales (et non la simple situation monoparentale qui est souvent transitoire et n’est pas en soi un facteur prédictif de délinquance), l’échec scolaire, l’absentéisme et la déscolarisation, la toxicomanie et d’autres pratiques addictives, la répétition d’actes de petite délinquance, les conduites à risque, sont autant de signaux qui nous disent qu’un adolescent est en difficulté et qu’il faut intervenir. Mais de quelle façon ? L’idée de dépistage et de traitement est un concept médical. Or les humains ne sont pas simplement des cellules et on ne porte pas un style de vie comme on porte une maladie25. La simplicité de l’idée cache ici le simplisme du raisonnement. On ne « répare » pas un humain comme on soigne une grippe, ni comme on répare une voiture. Et on ne fait pas évoluer un esprit en lui lançant une simple injonction, voire une menace, ni en le « retirant » purement et simplement du « milieu criminogène » dans lequel on pense qu’il vit. On fait évoluer un esprit lorsque l’on est capable d’entendre et de comprendre sa souffrance, de le respecter comme sujet (ce qui ne veut pas dire accepter ou cautionner ses transgressions, mais on ne décrète pas la loi, on y éduque en construisant un respect mutuel26), de lui offrir des moyens d’analyser la signification de ses attitudes, de dépasser ses contradictions, de sortir de ses échecs, de trouver des perspectives pour se projeter dans l’avenir. Tout ceci prend du temps, ne se règle pas du jour au lendemain, il y faut souvent des mois, parfois plusieurs années. Pour toutes ces raisons, l’accompagnement et l’éducation sont des savoir-faire particuliers ; ils supposent des professionnels de la prévention spécialisée qui développent leur action en s’appuyant sur des références déontologiques spécifiques (refus de discrimination, neutralité, secret professionnel, obligation de moyens, respect de la volonté de la personne), qui n’ont rien à voir avec le renseignement policier. Vouloir soumettre les professionnels de l’action sociale et éducative à une obligation de signalement (au policier, au juge ou au maire) de tout ce qu’il voit et entend chez les personnes dont il s’occupe – comme le fait le projet de loi sur la prévention de la délinquance discuté au Parlement au moment où sont écrites ces lignes – est ainsi une idée malheureuse. C’est de surcroît une idée dangereuse. Dans la situation actuellement très difficile des travailleurs sociaux, qui sont confrontés comme tous les représentants des institutions à la perte de confiance et de légitimité de l’action publique, ce type d’obligation aboutirait rapidement à ruiner l’ancrage et la crédibilité qu’ils ont encore dans les quartiers pauvres les plus difficiles27.

25Contre le simplisme et le caractère régressif des raisonnements qui s’emparent de plus en plus du débat public, il faut enfin rappeler que les problèmes des personnes ne sont pas uniquement des problèmes personnels. S’ils se signalent en matière de délinquance par ceux qu’ils posent aux autres, c’est précisément parce qu’ils trouvent leur origine et parce qu’ils s’expriment dans la relation avec les autres. Ainsi, les travailleurs sociaux portent bien leur nom : ce sont des travailleurs du social, des travailleurs du lien social. A côté des suivis individuels, l’action sociale et éducative a donc aussi pour mission de s’exercer sur des contextes, sur des familles, sur des groupes, sur des quartiers, en rencontrant aussi dans cette action tous les acteurs publics et surtout associatifs – y compris religieux – qui veulent s’inscrire dans la même démarche : se mobiliser collectivement, se solidariser, défendre les droits de chacun à la citoyenneté, à exister réellement dans cette société.

Haut de page

Notes

1Cf. notamment nos analyses (L. Mucchielli, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte, 2ème éd. 2002) et les contributions du groupe Claris (www.groupeclaris.org).  
2Outre mes travaux plus ou moins récents sur les délinquances juvéniles, sur les quartiers populaires et sur les émeutes de novembre 2005, ce texte se nourrit aussi d’une expérience personnelle d’implication dans un conseil d’administration d’un club de prévention spécialisée, pendant près de deux ans, dans un quartier populaire du nord de Paris comptant environ 18 000 habitants, classé « zone urbaine sensible ».
3Voir, entre autres, les travaux classiques de F. Dubet et D. Lapeyronnie (Les quartiers d’exil, Paris, Seuil, 1992) et C. Bachmann, N. Leguennec (Violences urbaines. Ascension et chute des classes moyennes à travers cinquante ans de politique de la ville, Albin Michel, Paris, 1996). Pour une synthèse, cf. le manuel de C Avenel (Sociologie des « quartiers sensibles », Paris, Armand Colin, 2004). Pour les données les plus récentes, on lira les rapports de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (http://www.ville.gouv.fr).
4Une « tension vers le ghetto », dit de son côté H. Vieillard-Baron, Des banlieues françaises aux périphéries américaines : du mythe à l’impossible confrontation ?, Hérodote, 2006, 122, p. 21.
5L. Wacquant, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte, 2006, p. 145-171.
6E. Maurin, Le ghetto français. Enquête sur le séparatisme social, Paris, Seuil, 2004 ; J. Donzelot, Quand la ville se défait. Quelle politique face à la crise des banlieues ?, Paris, Seuil, 2006.
7Cf. L. Mucchielli, V. Le Goaziou, dir., Quand les banlieues brûlent. Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, 2ème édition 2007.
8V. de Gaulejac, Les sources de la honte, Paris, Desclée de Brouwer, 1996.
9Ainsi, comme le révèlent les Enquêtes Emploi de l’INSEE, à niveau de diplôme égal, le taux de chômage des hommes habitant les ZUS est globalement deux fois plus élevé que la moyenne nationale.
10Les mêmes enquêtes de l’INSEE montrent depuis longtemps que le taux de chômage des actifs étrangers ressortissant des pays du Maghreb est globalement une fois et demi supérieur à celui de l’ensemble des étrangers et trois fois supérieur à celui des actifs de nationalité française. Plus récemment, intégrant l’origine étrangère pour étudier la situation des enfants d’immigrés, les recherches ont montré que ces inégalités face au chômage, face à la forme d’emploi (précaire ou non) et face à l’accès à la fonction publique demeuraient presque aussi forte pour les citoyens français d’origines maghrébines, africaines sub-sahariennes et turques (J.-L. Richard, Partir ou rester ? Destinées des jeunes issus de l’immigration, Paris, Presses Universitaires de France, 2004).
11Le parc HLM français compte environ 4 millions de logements, mais plus de 1,3 millions de familles (soit un tiers de ce parc) sont inscrites sur les listes d’attentes, deux fois plus qu’il y a vingt ans. Sur ces problèmes, on se reportera au dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre (2006).
12S. Beaud, M. Pialoux, Violences urbaines, violence sociale, Paris, Fayard, 2003, p. 21-22.
13A. Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.
14L. Mucchielli, Familles et délinquances. Un bilan pluridisciplinaire des recherches francophones et anglophones, Paris/Guyancourt, CNAF/CESDIP, 2000 ; Marie Choquet, Souffrances et violences à l’adolescence, Paris, Inserm, 2000 ; ainsi que le rapport sur La souffrance psychique des adolescents et des jeunes adultes du Haut Comité de la Santé Publique (Paris, 2000).
15D. Duprez, M. Kokoreff, Le monde des drogues. Usages et trafics dans les milieux populaires, Paris, Odile Jacob, 2000.
16Ph. Robert, L’insécurité en France, Paris, La Découverte, 2002, p. 23.
17H. Lagrange, De l’affrontement à l’esquive. Violences, délinquances et usages de drogues, Paris, Syros, 2001 ; L. Mucchielli, Délinquance et immigration en France : un regard sociologique, Criminologie, 2003, 2, p. 27-55.
18L. Mucchielli, L’évolution de la délinquance juvénile en France (1980-2000), Sociétés contemporaines, 2004, 53, p. 101-134.
19O. Galland, Les jeunes, Paris, La Découverte, 6ème éd, 2002, p. 5.
20R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.
21Nous avons proposé de parler de « sentiments de victimation collective » pour décrire le vécu d’une partie de cette jeunesse dans son rapport à la citoyenneté : L. Mucchielli, « Le rap de la jeunesse des quartiers relégués. Un univers de représentations structuré par des sentiments d’injustice et de victimation collective », in M. Boucher et A. Vulbeau, éds., Émergences culturelles et jeunesse populaire. Turbulences ou médiations ?, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 325-355. Sur le sentiment d’injustice de ces jeunes, voir aussi E. Marlière, Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destin commun ?, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 237 et suiv.
22Cf. J.-L. Cardi, La prévention spécialisée, un secteur spécifique du travail social : transformations, modalités de fonctionnement, idéologie (1945-1982), Thèse de l’Université Paris 8, 1987 ; et V. Peyre, F. Tétard, Les éducateurs dans la rue. Histoire de la prévention spécialisée, Paris, La Découverte, 2006.
23Voir le travail classique de P. Lascoumes, Prévention et contrôle social. Les contradictions du travail social, Paris, Masson, 1977 ; et la mise au point de la situation actuelle par M. Chauvière, Le travail social dans l’action publique. Sociologie d’une qualification controversée, Paris, Dunod, 2004, J. Ion, Le travail social au singulier : la fin du travail social ?, Paris, Dunod, 2ème éd. 2006, M. Boucher, Turbulences, contrôle et régulation sociale. Les logiques des acteurs sociaux dans les quartiers populaires, Paris, L’Harmattan, 2003. Sur la prévention spécialisée en particulier, on lira les ouvrages de P. Le Rest : La prévention spécialisée. Outils, méthodes, pratiques de terrain, Paris, L’Harmattan, 2002, et Paroles d’éducateurs de prévention spécialisée. Les éducs de rue au quotidien, Paris, L’Harmattan, 2002.
24Voir aussi M. Boucher, Les intervenants sociaux au service de la sécurité ? Analyse d’une dérive dangereuse, in L. Mucchielli, V. Le Goaziou, dir., Quand les banlieues brûlent, Op.cit., p. 139-152.
25Sur les tendances actuelles à l’individualisation et à la pathologisation des déviances juvéniles, voir notre critique du rapport de l’Inserm (2005) sur les troubles de conduites : L. Mucchielli, Analyse de la délinquance et conception de la personne humaine. Ce que révèle en creux le rapport de l’Inserm, in Collectif, Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans, Toulouse, Érès, 2006, p. 171-186. Voir aussi les contributions du groupe Claris sur le site www.groupeclaris.org
26Rappelons ici ces préconisations du Comité National de Liaison des Associations de Prévention Spécialisée : « L’éducation à la loi est préférable à la notion de ‘rappel à la loi’. (…) Instaurer la loi auprès de jeunes marginalisés ou rebelles suppose la rencontre avec des adultes respectueux et crédibles dans leurs attitudes ; cela commence souvent par l’instauration de règles claires, fondées, discutées avec les jeunes et appliquées avec justice par les adultes de confiance auxquels ils se réfèrent. L’instauration de la loi n’est pas la restauration de l’ordre. La loi permet l’humanisation alors que l’ordre renvoie à l’obéissance, au maintien d’une organisation. (…) Or, la demande sociale et politique s’exprime souvent aujourd’hui en terme de résultats immédiats. L’évaluation de la performance éducative porte moins sur les capacités du jeune à acquérir son autonomie (affective, psychologique ou matérielle) que sur celles à adapter son comportement conformément à un modèle social prédéfini. Cette propension réduit l’acte éducatif au simple règlement d’une crise, au détriment de ses causes et de ses effets sur la personnalité des jeunes » (C.N.L.A.P.S., Pour une Convention nationale de la prévention spécialisée, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 37-38 et 42).
27A mes yeux, pour faire une allusion à un débat fréquent ces dernières années chez les travailleurs sociaux, ceci ne signifie pas du tout qu’il soit opportun de s’isoler et de refuser les partenariats institutionnels. La politique de la chaise vide est généralement la pire. Je pense au contraire que les éducateurs doivent investir pleinement et sereinement ces partenariats, y défendre leurs actions, leurs valeurs et leurs savoirs faire, et questionner en retour les actions, les valeurs et les savoirs faire des autres acteurs institutionnels.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Mucchielli, « Entre politique sécuritaire et délinquance d’exclusion : le malaise de la prévention spécialisée », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 28 mars 2007, consulté le 26 mars 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/79

Haut de page

Auteur

Laurent Mucchielli

Laurent Mucchielli est sociologue, chercheur au CNRS, directeur du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP, UMR 8183) et enseignant à l’Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines. Ce texte a été présenté comme conférence à la journée d’étude « 30 ans de l’Apase », tenue à Échirolles le 27 octobre 2006, mucchielli@cesdip.com

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org