Navigation – Plan du site

Editorial

Daniel Bertaux

Texte intégral

1Les grandes associations de sociologie, qu'elles soient nationales ou internationales, ont presque toutes leurs propres revues de sociologie. C'est une démarche normale, évidente : cela fait partie des services qu'une association peut rendre à ses membres. Ces associations ont une double vocation : animation scientifique et représentation des intérêts de la profession. Fonder une revue répond à la première fonction ; pour la seconde, les associations ont recours à un autre média intitulé "Bulletin" ou "Newsletter".

2En ce qui nous concerne, l'Association Française de Sociologie a déjà son propre "Bulletin" : ce sont les Feuilles d'informations préparées au début par Philippe Cibois puis par Sylvia Girel, qui sont envoyées régulièrement à tous nos membres et mises sur notre site. Restait la question de la revue. 

3Nous l'avons longuement examinée au cours de plusieurs réunions du Comité Exécutif. Nous étions d'accord sur une idée centrale : il y a place, en France, pour une revue généraliste ouverte à tous les courants. La très grande majorité des revues de sociologie, en France comme dans les autres pays, ont été fondées par un noyau initial porteur d'un projet fort, se caractérisant par une orientation théorique précise, désireux de la faire connaître, de la développer, de la faire fructifier. Ou bien il s'agit de revues spécialisées dans tel ou tel champ de la sociologie. Il n'y a rien à redire à cela, si ce n'est que le premier type est centré sur une conception particulière de ce qu'est la sociologie, conception défendue avec une grande conviction qui, de ce fait, exclut la coexistence dans les pages de la revue d'une pluralité de conceptions : le débat se fait entre les revues, ou ne se fait pas... Quant au second type, il peut (ou non) accepter les débats dans ses pages ; par contre on n'y trouve pas, par définition, de revues généralistes, c'est-à-dire publiant des articles traitant de tous les sujets, de tous les champs de la sociologie. De fait, dans les autres pays les revues qui sont à la fois généralistes et pluralistes sont des revues fondées et maintenues par les associations nationales de sociologie. Peut-être trouverait-on des exceptions, mais elles ne sont guère nombreuses.

4Une fois décidé le principe, restait à le mettre en pratique. Philippe Cibois s'est porté volontaire pour étudier la faisabilité du projet. Il a proposé une revue "en ligne", c'est-à-dire existant exclusivement sous forme électronique. De fait, les possibilités offertes par la communication électronique changent la donne. Ayant participé au lancement de deux revues internationales, International Sociology (revue de l'Association Internationale de Sociologie) et European Societies (revue de l'Association Européenne de sociologie), je peux témoigner qu'à l'époque où la forme revue était une forme-papier, la question la plus difficile à résoudre était celle de l'équilibre du budget de la revue. Il fallait trouver un éditeur qui subventionnerait les premières années, forcément déficitaires ; lui garantir un minimum de ventes, et pour cela rendre l'abonnement à la revue obligatoire (ou du moins, fortement recommandé) pour les membres de l'association, et augmenter d'autant les cotisations annuelles ; s'appuyer sur une distribution efficace ; trouver le moyen de rémunérer un(e) secrétaire de rédaction à plein temps... 

5Cependant l'ère de la communication électronique change la donne, plus profondément sans doute que nous n'en avons conscience aujourd'hui. Elle supprime les frais de distribution ; elle supprime également - ou du moins décentralise sur les lecteurs - les frais d'impression. Elle simplifie également la circulation des manuscrits (envoi à la revue, distribution à plusieurs évaluateurs, traitement des évaluations, décision de rejet ou de publication, suggestions de modification par l'auteur, correction des épreuves, etc.). La disparition ou la réduction drastique des frais de production et de distribution permet d'envisager - je dis bien "envisager" - la gratuité de la revue : si cela s'avère faisable, c'est un immense soulagement pour celles et ceux qui porteront le projet (cependant la forme électronique ne réduit pas à néant le travail de secrétariat de rédaction, trop lourd pour être effectué à titre purement bénévole).

6Le support électronique fait également disparaître des rigidités propres au support papier. Par exemple, dès qu'un article scientifique - ou tout autre texte - est fin prêt, il peut être mis en ligne dans la journée : sa publication ne dépend plus de sa place dans une file d'attente, elle gagne des mois, voire des années. La rigidité du cadre imposé par la forme-papier (par exemple : 480 pages par an, 120 pages par numéro trimestriel, donc cinq à six articles, pas plus pas moins) disparaît : rien, sinon des habitudes de lecture profondément enracinées (et cela compte) n'empêche en principe une revue en ligne de prendre la forme d'un flux continu de textes... 

7La forme "en ligne", parce qu'elle s'affranchit de ce type de contraintes, s'avère particulièrement bien adaptée au développement de débats argumentés. Un texte "pilote" lance un débat ciblé ; d'autres lui répondent, se répondent entre eux ; de temps en temps une synthèse peut être tentée ; la scansion temporelle ne dépend plus ici que du temps de réaction et de rédaction des intervenants, on peut aller beaucoup plus vite, de façon plus dense. Or précisément, nous considérons - je l'ai dit et répété dans mes lettres à tous les membres depuis la fondation de l'AFS - que l'association, votre association doit permettre de reconstruire un espace commun où nos pensées, malgré la grande diversité de leurs présupposés de départ, pourront se rencontrer et se confronter. En respectant quelques règles élémentaires (le première d'entre elles : on a le droit de critiquer des idées, jamais des personnes ; la deuxième : on cite ses sources...) qui n'ont pas toujours été suivies par nos illustres aînés.

8Parmi les sujets possibles de débat qui ont été évoqués dans nos discussions au CE, il y en a de fort anciens mais qui restent encore irrésolus : la sociologie est-elle une science comme les autres (comme les sciences de la nature) ? L'engagement politique fait-il obstacle à la recherche de l'objectivité (c'est ce que pense un certain sens commun, y compris parmi nous - il est comme inscrit dans le langage même - qui confond "objectivité" et "neutralité", "subjectivité" et "vision erronée") ? Faut-il que la sociologie serve à quelque chose (faute de quoi elle "ne vaudrait pas une heure de peine"), et à quoi, et à qui ? Mais d'autres sujets émergeront sans doute, plus nouveaux, liés par exemple aux rapports sociaux de sexe (je veux dire : à leurs effets impensés sur les pensées des sociologues) ; ou à la disparition programmée (?) des Etats-nations, donc à la forme d'où l'idée de "société" tire sa substance. 

9Je cite ces thèmes possibles dans le seul but d'exemplifier notre projet de débats, qui constituera l'un des "sections" ou "rubriques"(ces termes sont synonymes) de notre revue en ligne. Nous sommes bien entendu conscients de la nécessité d'un certain contrôle sur la conduite des débats pour éviter de possibles dérives, comme du danger qu'un tel contrôle "modérateur" ne dérive lui-même en sauvegarde d'une orthodoxie. Mais l'essentiel est d'y croire, et de se lancer.

10D'autres idées ont été évoquées. Par exemple, la sociologie française produit trop peu d'articles de synthèses de type "le tour de la question" (alors qu'une revue américaine, Annual Review of Sociology, s'y consacre entièrement - en donnant bien entendu la préférence aux auteurs anglo-saxons). Nous aimerions mettre en valeur et publier de tels articles de synthèse, extrêmement utiles pour la "communauté", disons plutôt, pour la profession.  

11Autre exemple, des traductions d'articles de très bonne facture publiés dans des revues à l'étranger, dont la publication en français ferait avancer l'état des connaissances et les débats en France (comme chacun sait, il est rarissime qu'une revue accepte de publier la traduction d'un article déjà publié ailleurs, fût-ce dans une autre langue ;  je pense que cette obsession de la "primeur" est contre-productive).

12Bien entendu notre priorité est et restera de publier de bons, voire de très bons articles sociologiques. Plusieurs d'entre nous ont acquis une expérience en tant que rédacteurs de revues sociologiques, y compris de revues en ligne pour l'un de nous. Nous savons ce qu'il y a à faire ; mais en dernier ressort ce sont les auteurs eux-mêmes qui décideront de la qualité de notre revue. Car il ne sert à rien de se donner un haut niveau d'exigence - telle sera notre politique - si on ne sait pas attirer de bons articles. 

13L'obstacle immédiat ici, c'est la confusion - encore très répandue dans les esprits - entre "revue en ligne" et "forum" où tout un chacun peut s'exprimer. L'histoire de l'imprimerie a commencé avec la publication d'ouvrages très sérieux - à commencer par la Bible, ou sensiblement plus tard l'Encyclopédie -, ce qui a puissamment contribué au prestige du texte imprimé, qui perdure jusqu'à aujourd'hui. L'histoire de la communication électronique est presque inverse : le Net est un lieu anarchique où toutes les voix trouvent à s'exprimer, échappant à tout "contrôle de qualité". D'où le présupposé que les textes publiés dans une revue en ligne sont moins sélectionnés, et donc (?) de moindre valeur que ceux qui sont publiés sur support papier. L'un de nous au moins, Louis Chauvel, est profondément convaincu que ce présupposé ne s'effacera pas de si tôt ; et qu'il nous faut donc proposer simultanément, en parallèle à la forme en ligne, une forme papier, du moins pour les premiers numéros. Paradoxe? Peut-être pas ; là où nous voyons une opposition, peut-être y a-t-il complémentarité. Nombre de revues qui sont en train de passer à la forme en-ligne maintiennent, pour le moment du moins, la forme papier ; ainsi de Sociology, la revue de l'Association britannique de sociologie.

14J'invite donc les sociologues français à s'intéresser à cette nouvelle revue, la revue de l'Association Française de Sociologie, revue généraliste et pluraliste, votre revue. Nous l'avons baptisée Socio-logos. Quels que soient ses débuts - le moment le plus difficile : il faut amorcer la pompe - elle est promise à un grand avenir ; car, comme je le rappelais au début de ce texte, son existence répond à une nécessité profonde, celle d'un espace commun d'échanges qui, par delà nos différences, nous relie les uns aux autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Bertaux, « Editorial », Socio-logos [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 14 mai 2006, consulté le 23 mars 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/8

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org