Navigation – Plan du site
Actualité du groupe expertise du RT 27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoirs et pouvoirs »

Présentation des contributions aux travaux du groupe expertise du RT 27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoirs et pouvoirs »

Odile Piriou

Texte intégral

1Le groupe expertise, ancien réseau thématique en formation 42, est intégré, depuis le congrès de Bordeaux, au RT 27 « sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoirs et pouvoir ». Sans doute en raison des proximités analytiques qui animent ces deux champs d’activités, le groupe expertise a bénéficié de son intégration dans le RT 27. Comparativement au premier congrès de l’AFS, le groupe expertise a reçu nettement plus de propositions de communications, profitant des sessions communes organisées avec les RT 27 « Sociologie des intellectuels » et le RT 29 « Sciences et techniques en société ». La spécificité de l’objet « Expertise », comme activité orientée vers l’action et la décision, a cependant été maintenue. Malgré la variété des terrains, aperçue à travers l’exposé des communicants, le découpage entre expertise « d’Etat et internationale » et expertise « locale  et plurielle » s’est avéré pertinent. Il reflète bien la structuration des réflexions autour de deux axes d’interprétation. Le premier axe recouvre des approches très descriptives et pragmatiques. Le second repose sur une démarche plus interprétative des rapports de pouvoir liés à l’institutionnalisation de l’expertise à des niveaux centraux. A ce titre, l’expertise est conçue ou comprise selon deux grands modes :

  • Soit dans une conception plus classique en tant qu’expertise professionnelle, technique et scientifique (ancrée dans un champ disciplinaire,  une communauté, une institution…) en tension avec une commande ou une demande politique et administrative souvent étatique.

  • Soit comme un espace de co-construction dynamique (où le pouvoir est un peu dilué) de savoirs et de pouvoirs pluriels « partagés » entre des acteurs dont le périmètre semble toujours s’élargir.

2Ainsi, selon une première tendance l’expertise est « considérée comme une nouvelle forme de gestion du social subordonnée aux impératifs politiques, gestionnaires et économiques (Castel, 1985 ; Ogien 1995). Selon une seconde tendance plus actuelle, l’expertise dite « distribuée » (Trépos, 2001) est promue comme une forme d’innovation participant aux réformes ou au changement. Ainsi comprise, l’expertise serait représentative d’une décentralisation des pouvoirs et d’une démocratisation des modes de participation et de régulation sociale. Les articles qui suivent et formalisent des communications présentées lors des sessions du Congrès AFS à Bordeaux reflètent ces deux types et deux niveaux d’interprétation. Parmi les deux premiers articles, l’un propose une analyse de la sociologie au service des politiques gouvernementales (Penissat), l’autre relate les évolutions de la « Social administration anglaise » et de la production des savoirs par les spécialistes de cette discipline en tension avec l’action politico-administrative (Rodriguez). Les deux seconds articles rendent compte de la variété des acteurs, de leurs  politiques, de leurs postures, de leurs stratégies de professionnalisation, de reconnaissance, de leurs alliances, de leurs concurrences, au sein de dispositifs d’expertise environnementale. Le premier porte plus précisément sur des dispositifs de protection de la nature dans les Alpes depuis le début des années 2000 (Granjou, Mauz). L’autre analyse finement les dispositifs et les démarches d’expertise sur les questions du risque et des alertes (Bérard). La diversité des auteurs convoqués montre bien que le champ de l’expertise est un espace intellectuel poreux, mais dynamique, dont il serait intéressant de mieux cerner les contours interprétatifs. Cette voie de travail intellectuel est à mieux engager, pour tenter de dégager des lignes de force, des paradigmes « durs » permettant d’apporter une cohérence (une force) entre toutes ces lectures plus ou moins ancrées dans une tradition (celle des rapports entre savant et politique, intellectuel et engagement militant…) et d’autres plus alternatives et dynamiques. C’est tout l’enjeu d’une compréhension claire de l’expertise comme construction sociale et sociologique. Ce travail pourrait orienter le prochain appel à communication.

Haut de page

Bibliographie

Castel R., « L’expert mandaté et l’expert instituant », in Situations  d’expertise et socialisation des savoirs, C.R.E.S.A.L., 1985

Ogien A., L'esprit gestionnaire. Une analyse de l'air du temps, Éd. de > l'EHESS, 1995.

Trépos J.Y., « L’expertise sociologique ou le complexe de l’Albatros », in Vrancken D. et Kuty O. (ed.), La sociologie de l’intervention.  Enjeux et perspectives, Bruxelles, De Boeck, pp. 211-242., 2001

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Piriou, « Présentation des contributions aux travaux du groupe expertise du RT 27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoirs et pouvoirs » », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 14 novembre 2007, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/833

Haut de page

Auteur

Odile Piriou

LISE-CNRS, 59 rue Pouchet, 75849 PARIS CEDEX 17, 06 70 06 24 55 piriou@iresco.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org