Navigation – Plan du site
Actualité du groupe expertise du RT 27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoirs et pouvoirs »

Le sociologue, l’expert et le moraliste : à propos de la social administration anglaise

Jacques Rodriguez

Résumé

En évoquant le cas de la social administration, une discipline académique originale vouée à l’étude des politiques du welfare state anglais, cet article s’interroge sur le positionnement singulier des chercheurs qui, dans le sillage de Richard Titmuss, sont intervenus sur différentes scènes. Universitaires, lobbyistes, experts auprès de autorités, intellectuels engagés : ils ont défendu une conception tout à fait singulière de la science sociale. Cet article souligne qu’en s’affranchissant de la stricte démarcation entre le « savant » et le « politique », les chercheurs se sont sans doute placés dans une position inhabituelle, s’exposant ainsi à la critique. Mais il suggère aussi que ce choix n’est pas nécessairement illégitime. Le cas de la social administration met en effet en lumière la fécondité d’une conception alternative du rôle de la science, où les chercheurs, tour à tour experts et moralistes, prennent délibérément en charge la question des valeurs engagées dans la délibération et l’action collectives.

Haut de page

Texte intégral

1Il n’est pas rare que le sociologue intervienne en tant qu’expert pour établir un diagnostic et dégager des solutions à un problème donné même si cette posture est, depuis longtemps, plus familière à l’économiste, au politiste ou au psychologue, entre autres. Dans les années 1940, d’ailleurs, la sociologie américaine, qui s’affirme pleinement sur la scène internationale, se présente volontiers comme une discipline capable de produire des expertises – ce qu’Harold Lasswell appellera plus tard une « science des politiques publiques ». Il s’agit alors de concevoir des protocoles d’enquêtes, des techniques de traitement des données et des outils analytiques robustes et fiables pour répondre à la demande sociale émanant des partis politiques, des administrations, des entreprises ou des syndicats. De nombreux chercheurs, Lazarsfeld et Lundberg en tête, considèrent alors que c’est en développant sa capacité d’expertise que la sociologie peut être utile tout en consolidant sa position institutionnelle ; c’est en cela aussi qu’elle progressera car les méthodes employées et les résultats obtenus seront soumis à la critique implacable des institutions qui envisagent de les mettre en œuvre [Friedrichs, 1972, p.77-91 ; Coleman, 1982].

2Une telle position a suscité bien des interrogations. Est-ce bien là, en effet, le rôle de la sociologie ? En se pliant aux exigences de l’expertise, le sociologue n’est-il pas amené à renoncer – trop vite – à son travail d’intellectuel ? C’est le cœur du débat qui agite après-guerre les sciences sociales américaines, un débat que l’anthropologue Robert Lynd a résumé dans une formule restée célèbre : Knowledge for what ? Plusieurs voix s’élèvent alors pour dénoncer les orientations de la recherche : la volonté de décrire seulement les choses telles qu’elles sont, le rejet de toute forme d’engagement personnel, l’abandon de tout projet de transformation sociale, l’accent mis sur les techniques de recherche par ordinateur, supposées idéologiquement neutres, et l’influence croissante des commanditaires, publics ou privés, dans la définition des objets d’études. De Robert Lynd [1945] à Charles Wright Mills [1957], certains chercheurs soulignent ainsi que la sociologie ne saurait être confinée à l’examen de problèmes politiques pratiques parce qu’elle est, en réalité, la seule discipline susceptible de poser des questions essentielles sur le fonctionnement des institutions démocratiques, les manifestations de la domination sociale, le changement culturel ou l’avenir même de la société. Dès lors, loin de s’en tenir à l’élaboration et à l’utilisation de techniques d’ingénierie sociale, la sociologie doit faire en sorte « que le présent reste éternellement interpellé par la question : mais qu’est-ce que nous voulons en tant qu’êtres humains, qu’est-ce que nous devons faire dès maintenant pour y parvenir, dans quel sens et dans quel ordre ? » [Lynd, 1945, p.250].

3Certains sociologues revendiquent ainsi de jouer un rôle d’expert ou un rôle d’intellectuel, mais ces postures soulèvent néanmoins, l’une comme l’autre, des interrogations et suscitent parfois la controverse [Trépos, 1996, p.43-47]. Sont-elles en effet accessibles au chercheur sans que celui-ci ne renonce à exercer pleinement son « métier de sociologue » ? Tout porte à croire à cet égard que ces deux positions sont assez éloignées de celle qu’il revient au « savant » ou à l’universitaire d’occuper [Weber, (1919) 1998] ; et tout indique aussi qu’elles sont, en pratique, difficiles à concilier avec la recherche académique. D’une part, le travail d’expertise pourrait risquer de dénaturer et d’atrophier l’activité de recherche. De fait, celle-ci est le plus souvent animée par une ambition théorique que ne partage pas l’expert ; elle est tendue vers la production de résultats scientifiques, et non vers la décision ou l’action [Lemieux, 1992 ; Tanguy, 1995]. D’autre part, il semble bien que l’expert vise avant tout à rendre le monde mieux maîtrisable tandis que l’intellectuel entend le rendre plus intelligible : d’un côté, donc, la « bureaucratisation de la raison », pour reprendre la formule acide le Wright Mills, de l’autre, « la raison au service de l’intelligence des affaires humaines » [Mills, (1957) 1997, p.196 et 183]. Enfin, la recherche académique ne risque-t-elle pas de se perdre lorsque le chercheur revendique non seulement d’éclairer, mais d’orienter le débat public ? En réalité le « métier d’intellectuel », celui-là même que Mills assigne au sociologue, ne fait pas nécessairement bon ménage avec les préconisations de l’épistémologie classique sur l’objectivité scientifique et la neutralité axiologique.

4Les débats qu’ont pu susciter les positionnements adoptés – ou revendiqués – par les chercheurs mettent en relief la singularité de la social administration, une discipline académique tout à fait originale qui s’implante fermement dans les universités britanniques au moment même où les sociologues américains se divisent sur la forme que doit prendre leur participation à la vie collective [Marsh, 1965]. La particularité de la social administration réside non seulement dans son objet – les politiques de l’Etat providence – mais encore, et surtout, dans l’enchevêtrement des rôles qu’assument les chercheurs. Sociologues pour la plupart d’entre eux, ce sont tout à la fois des universitaires sensibles aux exigences du travail académique, des experts engagés auprès de divers organismes et des intellectuels conscients du caractère éminemment politique de leurs investigations. Sans doute s’agit-il souvent de positions instables que les chercheurs occupent à un moment donné, passant de l’une à l’autre, endossant tour à tour, par exemple, la robe du professeur et le costume du conseiller dont on sollicite les analyses ou les avis. Mais au-delà des trajectoires professionnelles de tel ou tel, l’identité de la discipline se situe bel et bien dans cette imbrication des registres : la recherche, l’action et l’engagement.

5En évoquant le cas de la social administration au cours des années 1950-60 – soit la période durant laquelle se forge précisément cette identité disciplinaire1 – cet article s’efforcera de souligner la portée et les limites d’une entreprise intellectuelle hybride. Il tentera en particulier de montrer que si ces universitaires anglais se sont affranchis des frontières qui séparent traditionnellement le savant et le politique, l’expert et l’intellectuel, ils promeuvent néanmoins une conception particulièrement heuristique de la recherche en sciences sociales. Les spécialistes de social administration inventent en effet de nouvelles modalités d’interactions entre science et société, entre la production de savoir et l’action politico-administrative. Experts et moralistes à la fois, ils ne se soumettent ni à la demande sociale ni aux exigences de la science « normale » mais inscrivent leurs recherches dans une sorte de propédeutique démocratique, qui vise à enrichir la réflexion collective sur l’orientation des politiques publiques et les choix de société qui les sous-tendent.

I. Origine et originalité de la social administration

6La social administration est une discipline universitaire sans réel équivalent en Europe ou aux Etats-Unis. Elle hérite d’une solide tradition de recherches empiriques, marquée en particulier par les grandes enquêtes sur la pauvreté urbaine réalisées au tournant du vingtième siècle, et procède à bien des égards du débat sur la misère – débat indissociablement social et moral – qui anime alors les nombreuses sociétés de charité britanniques [Bulmer, 1985]. Elle se développe à-côté de la sociologie, sinon à ses dépens : en Angleterre, en effet, à la différence des Etats-Unis, la sociologie ne parvient pas à s’imposer dans le paysage académique et à se démarquer nettement des études portant sur les problèmes sociaux [Burgess, 1916 ; Abrams, 1968]. Au cours des deux premières décennies du vingtième siècle, le label Social Science est d’ailleurs employé pour désigner des cursus ou des départements universitaires orientés essentiellement vers la réforme sociale et les moyens de la mettre en œuvre. On en trouve dans plusieurs villes anglaises de province dès les années 1910, et c’est en 1912 qu’est fondé le premier département de Social Science à la London School of Economics (ci-après L.S.E.) – une structure qui deviendra par la suite le principal foyer de la recherche sur l’administration et les politiques sociales. A l’origine, la social administration est donc une discipline qui se développe dans l’orbite des entreprises philanthropiques avec pour objectif d’accompagner le mouvement de professionnalisation du travail social en proposant des formations ad hoc centrées sur l’étude des problèmes urbains et des valeurs qui sous-tendent l’action sociale [MacAdam, 1945 ; Titmuss, 1958, p.13-33]. La pauvreté, ses causes et la condamnation morale dont elle fait l’objet sont alors les questions les plus étudiées et les plus débattues par les chercheurs, d’autant plus que les réponses qu’ils apportent visent à perfectionner les techniques du travail social et, surtout, à adapter cette prise en charge aux spécificités du « caractère » ou du « tempérament » des pauvres [Leonard, 1968].

7Aux lendemains de la seconde guerre mondiale, sous l’impulsion de Thomas Marshall, le théoricien de la citoyenneté sociale qui est aussi directeur du département de Social Science de la L.S.E., et de Richard Titmuss, premier titulaire, en 1951, d’une chaire de social administration, cette discipline s’affranchit de ses liens historiques avec les do-gooders de la philanthropie et se concentre sur les politiques de l’Etat providence. Il s’agit moins alors de produire un savoir pratique destiné aux travailleurs sociaux que de questionner les priorités, la forme et le contenu des interventions publiques ; il s’agit moins de défendre une conception étroitement normative du « bon pauvre », responsable et respectable, que d’examiner les politiques mises en œuvre à l’aune des transformations qui affectent la société. « Nous ne pouvons espérer réaliser une meilleure adéquation entre les services proposés et les besoins qui se font jour dans une société en changements », écrit en ce sens Titmuss, « sans les connaître davantage, les uns comme les autres » [1951, p.194]. Sous cet éclairage, la social administration se présente bel et bien comme une discipline vouée à l’étude des problèmes sociaux que l’Etat providence anglais, tout auréolé de prestige, peine néanmoins à résoudre. Plus exactement, Titmuss considère que toute législation sociale revêt un caractère purement expérimental et doit être sans cesse adaptée aux mutations de l’environnement. Le rôle du chercheur consiste alors à traquer les changements qui travaillent la société, puis à les traduire sous la forme de propositions concrètes tendant à améliorer la protection sociale des individus. Dans cette perspective, le savoir sur le social n’a d’autre but que de servir la cause du bien-être collectif. C’est dans cet esprit que Titmuss réunit à la L.S.E. un groupe de chercheurs très actifs – au nombre desquels figurent Townsend, Lynes, Donnison ou Abel-Smith – et qu’il accompagne en 1954 la naissance de l’Institute of Community Studies (ci-après I.C.S.), un centre de recherche londonien dont Peter Willmott et Michael Young seront les figures emblématiques2. Sous son impulsion, tout un ensemble d’études vont ainsi s’employer à éclairer le travail de l’administration sociale en lui apportant des informations précises sur les besoins réels des familles, mais aussi – et surtout – à invalider les critiques dont le welfare state fait d’ores et déjà l’objet.

8La plupart de ces travaux défendent en fait une conception particulièrement ambitieuse de la « société providentielle », ce qui suppose non seulement de répondre aux attaques dont est victime l’Etat providence, mais encore de démontrer la pusillanimité des principes qui le sous-tendent – notamment l’idée de prestations minimales sur laquelle repose l’édifice du welfare state. Ainsi, en développant le concept de « division sociale du bien-être », Richard Titmuss souligne que les services sociaux ne forment en réalité que la partie visible d’un vaste système d’allocations et de transferts de ressources dont bénéficient avant tout les plus riches [Titmuss, 1958, p.34-55]. A ceux qui dénoncent – déjà – l’étendue des droits sociaux, il oppose alors « le mythe d’un welfare state pour les classes ouvrières », mythe qui suppose que « tous les problèmes sociaux ont été résolus ou le seront incessamment » [1960, p.3]. D’autres recherches signalent, dans la même veine, que le programme de l’Etat providence est loin d’être réalisé, à en juger notamment par la situation des personnes âgées. Les enquêtes conduites sous l’égide de l’I.C.S. par Peter Townsend [1957] et Peter Marris [1958] montrent à cet égard que le niveau des pensions est notablement insuffisant, que l’accès aux droits n’est pas garanti à tous et que la solidarité familiale reste la béquille indispensable de la solidarité nationale. « Une véritable sécurité exige davantage qu’un minimum de subsistance », conclut par exemple Peter Marris [1958, p.123]. Ce faisant, les spécialistes de social administration tentent de convaincre l’opinion publique et les responsables politiques de la nécessité de parachever la démocratie sociale. Sans doute les frontières entre les classes se sont-elles estompées, au point d’ailleurs que le sentiment d’appartenance à la classe ouvrière s’atténue quelque peu : il dépend moins, désormais, de l’activité exercée ou du revenu, « moins du monde de la production que du mode de consommation », expliquent Michael Young et Peter Willmott [1960, p.114]. Mais justement : dans une société plus fluide où la compétition statutaire fait rage, expliquent ces chercheurs, il faut densifier le contenu de la citoyenneté, ce socle d’égalité fondamentale grâce auquel les plus fragiles, ceux qui sont situés au bas de l’échelle sociale, peuvent préserver l’estime d’eux-mêmes.

9Cet aperçu rapide des recherches menées par les spécialistes de l’administration sociale au cours des années 1950-60 permet de dégager les caractéristiques essentielles de cette discipline originale. Tout d’abord, elle s’apparente davantage à un « champ d’études » – les interventions sociales, publiques et privées – qu’à une spécialité académique clairement identifiable : « définie étroitement, la social administration est l’étude du développement, de l’organisation et du fonctionnement des services sociaux ; définie plus largement, c’est une entreprise tendant à appliquer les sciences sociales, y compris la philosophie, pour analyser et résoudre un ensemble de problèmes en constante évolution » [Donnison, 1961, p.221]. Située au croisement de la sociologie, de l’économie, du droit et de l’histoire, elle explore en fait des questions délaissées par les autres branches des sciences sociales : « comment pouvons-nous façonner une société plus juste et plus compatissante ? Est-ce que les politiques sociales, qui ont été inventées pour combattre les injustices, ne finissent pas par produire de nouvelles injustices, et même par les justifier ? » [Donnison, 1982, p.18]. Il s’ensuit deux autres caractéristiques majeures. Premièrement, la social administration privilégie la recherche appliquée, centrée sur l’étude de tel ou tel problème de l’heure, et poursuit avant tout un objectif pratique : identifier les causes de ces difficultés et les réponses législatives, administratives ou institutionnelles qu’il conviendrait de leur apporter. Deuxièmement, c’est une discipline résolument engagée dans une défense acharnée de la « société de bien-être » (welfare society) anglaise et des institutions de l’Etat providence – dont les chercheurs dénoncent sans relâche les carences ou les défaillances. En tant que telle, la social administration définit un chantier intellectuel tout à fait singulier qui tire la science sociale tantôt du côté de l’expertise administrative, tantôt du côté du débat politique et des choix de société. Autrement dit, les savoirs et les savoir-faire sont asservis à la fois à des problèmes pratiques et à des considérations politico-philosophiques, au risque de vider la discipline de tout projet véritablement scientifique.

II. Positions et prises de position des chercheurs

10La singularité de la social administration ne tient pas seulement à l’intérêt exclusif que les chercheurs manifestent pour les problèmes sociaux, ni à leur volonté de produire un savoir utile puisque c’est-là, assurément, une ambition que partagent de longue date beaucoup de sociologues3. Cette originalité réside plutôt dans la manière dont est conçue l’activité de recherche : ici, en effet, la pratique scientifique s’élide dans la réforme sociale et s’égare quelque peu dans des préoccupations morales.

11De fait, la social administration s’apparente à un instrument de réforme autant, sinon plus qu’à un projet scientifique adossé à un impératif de connaissances. Dans cette perspective, la fécondité de la discipline pour éclairer et, éventuellement, résoudre tel ou tel problème n’est donc pas un bénéfice secondaire tiré de l’activité scientifique : c’est la raison d’être même de la recherche. Comme le souligne explicitement David Donnison [1961, p.219], « l’importance des recherches ne dépend pas de ce qu’elles ajoutent à la somme des connaissances déjà existantes ni des raffinements qu’elles apportent à un système théorique, mais de la précision avec laquelle elles définissent les problèmes sociaux, de l’éclairage qu’elles leur donnent et de la contribution qu’elles font à leur résolution ». L’objectif du chercheur n’est pas, dès lors, de dégager des modèles d’analyse des phénomènes sociaux qui pourraient, le cas échéant, être mobilisés dans le cadre d’une mission de conseil ou d’expertise, mais de définir et, si possible, de résoudre des problèmes qui sont susceptibles de retenir l’attention des responsables administratifs et politiques. D’une certaine façon, la recherche vaut ainsi offre d’expertise : les chercheurs identifient et explorent un certain nombre de situations critiques – le veuvage [Marris, 1958], l’accès au logement [Cockburn et al., 1961], l’hébergement des personnes âgées [Townsend, 1964], etc. – qui nourrissent une réflexion sur les politiques en vigueur et les actions à mener. « Ce livre examine les principes selon lesquels les personnes âgées sont prises en charge ou devraient l’être, et recommande de profonds changements dans la politique gouvernementale », écrit par exemple Townsend dans l’introduction de The Last Refuge [1964, p.3]. Toutefois, comme une telle offre ne crée pas spontanément sa propre demande, les chercheurs travaillent activement à faire reconnaître la légitimité des problèmes qu’ils abordent, leur caractère d’intérêt général, mais aussi les compétences qui sont les leurs pour y répondre. Ils s’efforcent donc de produire ce que Catherine Paradeise [1985] appelle une « rhétorique de la vérité » – sur le besoin à satisfaire et la science qui s’y applique – pour pouvoir accéder à l’univers de l’expertise.

12Pour ce faire, ces spécialistes des politiques sociales circulent entre plusieurs mondes : l’université et les centres de recherches, bien sûr, mais aussi les cercles dirigeants, l’administration et les groupes de pression.

Des trajectoires décloisonnées

Ce qui caractérise la carrière de ces pionniers de la social administration, c’est un va-et-vient constant entre recherche et action, une mobilité fonctionnelle qui les amène à occuper – successivement ou simultanément – tout un ensemble de positions institutionnelles. Plus exactement, l’accès au champ académique puis la trajectoire professionnelle des chercheurs mêlent étroitement compétence scientifique, posture de type militant oeuvrant pour la défense du welfare state et engagement auprès d’acteurs institutionnels, publics ou privés, qui interviennent dans le domaine social.

Richard Titmuss (1907-1973) se hisse ainsi à la L.S.E. sans aucun diplôme universitaire : c’est un « scientifique du social autoproclamé » qui, à l’origine, occupe un emploi modeste dans une compagnie d’assurances tout en étudiant, en autodidacte, les questions de démographie et de topographie médicale. Il fait connaître ses travaux dès le début des années 1940 dans le cadre de la British Eugenics Society, mais s’affranchit de l’idéologie conservatrice véhiculée par cette société savante pour jeter les bases d’une approche résolument sociale de la santé [Oakley, 1991]. La chaire qu’il obtient en 1950 consacre alors l’originalité de ses recherches sur la fertilité et la mortalité différentielles des classes sociales, mais elle récompense aussi sa participation aux travaux du ministère de l’économie de guerre, où il intervient en tant que spécialiste de statistiques médicales. Par la suite, Titmuss partagera encore son temps entre plusieurs activités : enseignant à la L.S.E., il est aussi conseiller du parti travailliste, intervient dans de nombreuses commissions administratives ou parlementaires et assume, à partir de 1966, la vice-présidence de l’agence nationale d’assistance (Supplementary Benefits Commission), une structure où il côtoie Peter Townsend et David Donnisson.

À l’instar de Titmuss, la plupart de ses collaborateurs sont membres de la Société Fabienne, véritable think tank du parti travailliste, et éminences grises de cette formation politique pour les questions sociales. Economiste de la santé, Brian Abel-Smith (1926-1996) intègre ainsi la L.S.E. en 1961, succède à Titmuss en 1973 et mène, en parallèle, une intense activité de conseil – auprès du Central Health Services Council (1960-64), dans l’administration hospitalière ou encore, avec Tony Lynes, au ministère des services sociaux (1968-70 et 1974-78). Abel-Smith, Townsend et Lynes travaillent par ailleurs à de nombreuses reprises au département « recherches » du Labour et assistent plusieurs ministres travaillistes du shadow cabinet. Tout comme Young (1915-2002) et Willmott (1923-2000) de l’I.C.S., ils contribuent de manière significative à la réflexion programmatique du parti travailliste. A cette occasion, ils prennent une part active au débat public en intervenant régulièrement dans la presse – en particulier Tony Lynes (1923-2001) qui a été éditorialiste à New Society et New Statesman. A partir de 1965, tous trois participent également à la création, la direction et l’animation scientifique du Child Poverty Action Group, une association dédiée à la diffusion d’une information circonstanciée sur les problèmes de pauvreté. L’année suivante, on retrouve encore les mêmes protagonistes dans l’organigramme de l’association Shelter, qui prend en charge la question des mal logés, puis au sein de la Disability Alliance que fonde notamment Peter Townsend. Si Lynes quitte alors la L.S.E. en 1965 pour s’engager pleinement dans la vie politique et associative, son cas est assez isolé. Michael Young, par exemple, passe de l’I.C.S. à l’université de Cambridge (1960-63) avant de participer à l’aventure de l’Open University. De même, Townsend poursuit simultanément une carrière académique brillante en occupant dès 1963, à trente-cinq ans à peine, un poste de professeur à l’université d’Essex.

13La trajectoire professionnelle des chercheurs de cette génération se construit à bien des égards selon le principe de la « légitimité croisée » : la reconnaissance scientifique de leurs recherches, sanctionnées par de nombreuses publications, favorise assurément leur insertion dans les milieux politico-administratifs, laquelle, à son tour, renforcera leur position dans un champ académique encore faiblement structuré. Initialement, donc, c’est la légitimité scientifique qu’ils ont acquise en tant que spécialistes des problèmes sociaux qui les propulse au cœur du débat sur le welfare state. Au cours des années 1950-60, ils sont ainsi appelés à participer activement aux travaux préparatoires à plusieurs grandes réformes législatives sur le système de santé, les relations intercommunautaires, le financement des retraites ou encore la prise en charge du handicap. Là, ils s’emploient à faire prévaloir leurs vues et à gagner les décideurs à leur cause, par « infiltration » en quelque sorte, selon la méthode éprouvée jadis par les premiers Fabiens [Banting, 1979]. A chaque fois, il s’agit pour eux de mettre la connaissance au service de l’action, de convaincre du bien-fondé de leurs positions et de l’opérationnalité de leurs suggestions. Et lorsque cette stratégie s’avère infructueuse, ils s’évertuent à sensibiliser plus largement la classe politique et l’opinion publique, passant ainsi du rôle de consultant ou d’expert à celui d’intellectuel engagé. C’est dans cet esprit que Brian Abel-Smith et Richard Titmuss publient en 1956 The Cost of the National Health Service, un livre décalqué du rapport final d’un comité d’étude dont ils étaient membres et qui conclut, contre toute attente, que les dépenses de santé ont plutôt diminué et qu’un surcroît d’investissements est nécessaire pour préserver la qualité des soins. C’est dans cet esprit, également, que plusieurs chercheurs s’engageront, au milieu des années 1960, aux côtés du « lobby de la pauvreté », une expression utilisée alors pour désigner – et dénigrer – les associations vouées à la défense des laissés-pour-compte de l’Etat providence. Le travail que Townsend publie avec Abel-Smith, The Poor and the Poorest [1965], servira d’ailleurs d’étendard à la première campagne menée par le Child Poverty Action Group en direction de l’administration travailliste d’Harold Wilson pour obtenir un renforcement de la politique familiale.

14Chercheurs, enseignants, conseillers du Prince, experts, lobbyistes : les spécialistes de social administration sont tout cela à la fois. Il s’agit donc d’un profil de chercheur assez particulier pour lequel, toutefois, la question importante n’est pas de savoir à quelles conditions un universitaire peut valablement intervenir en qualité d’expert. De fait, leur activité dans ce domaine est moins une manifestation à part entière de leur travail scientifique que son aboutissement ou, plus exactement, son prolongement sous une autre forme et sur une autre scène. Autrement dit, si leurs travaux sont directement orientés vers la réforme sociale et s’apparentent fort à une offre d’expertise sur tel ou tel problème du moment, ils ne procèdent pas, en tant que tels, de leur participation à une mission officielle4.  Bref, leur objectif n’est pas de traiter un problème dont le bien-fondé n’est pas examiné, ni de répondre à la demande sociale, mais de susciter cette demande en éclairant d’un jour nouveau telle ou telle configuration sociale. En ce sens, « leur intention est explicitement politique » comme le signale Keith Banting [1979, p.70], et leurs recherches sont d’ailleurs sous-tendues par des considérations philosophiques ou éthiques. S’ils aspirent, du reste, à jouer un rôle d’expert ou de conseiller, c’est avant tout pour mieux défendre les idéaux qui nourrissent, en amont, leur activité de recherche. Universitaire et moraliste à la fois, donc : telle est finalement la synthèse la plus problématique opérée par les spécialistes de social administration.

15A la différence des autres sciences, en effet, la social administration est une discipline universitaire atypique qui assume pleinement la tension entre science, politique et morale [Bulmer, 1981 ; 1982, p.165 sq.]. La plupart des études qui sont menées sous ce label combinent ainsi une enquête empirique avec une réflexion engagée relevant de la philosophie morale ou politique – sur le sens que doit revêtir, par exemple, la citoyenneté, la justice ou la démocratie. Cette étrange alchimie résulte assurément de l’orientation donnée d’emblée à la recherche : l’étude des problèmes sociaux, des problèmes qui ne doivent pas seulement être décortiqués et analysés mais, dans la mesure du possible, résolus. Dans cette optique, le chercheur est inévitablement amené à indiquer ce qui pourrait, et même devrait être fait. Il faut ajouter, dans le droit fil des remarques critiques de Thomas Bottomore [1962, p.293-308], entre autres, que le chercheur doit alors se prononcer à la fois sur les moyens à mettre en œuvre pour remédier au problème étudié, et sur la finalité même de l’intervention – vers quel objectif faut-il tendre ? De fait, en l’absence d’une définition incontestable du progrès social, de la santé publique ou du bien-être collectif, il lui revient de déterminer la norme ou l’idéal à atteindre. Dans toutes ces recherches, c’est la notion de « besoin » – une notion centrale pour la social administration5 – qui, justement, mesure l’écart entre le problème et sa solution, entre la situation actuelle et la situation idéale ; c’est-là, autrement dit, le canal qui relie la description des faits à une échelle de valeurs morales [Bulmer, 1981, p.37-38]. C’est cette notion, par exemple, qui sous-tend la « croisade » menée par Townsend [1954 ; 1957 ; 1962 ; Abel-Smith et Townsend, 1965] pour exhumer la question de la pauvreté et montrer qu’il ne s’agit en rien d’un phénomène résiduel, appelé à se dissoudre dans les rouages du welfare state. En discutant ce que sont vraiment les « besoins » des individus dans une société en croissance, le chercheur va tout à la fois livrer une critique des politiques en vigueur, figées dans une définition statique des nécessités de l’existence, déployer le concept de « privation relative » et préconiser une reconfiguration des minima sociaux. Son analyse est ici indissociable de considérations éthiques sur ce qu’il est juste de reconnaître – et d’octroyer – à chacun dans une société où les besoins dits « culturels » (ou acquis) sont devenus tout aussi impérieux que les besoins « primaires ».  

16Ainsi, à l’objectivité et la neutralité scientifiques, les chercheurs opposent volontiers une adhésion revendiquée à certaines valeurs – en particulier l’universalisme, l’égalité, la justice commutative ou encore le rejet de l’individualisme. Pour ces spécialistes de l’administration et de la politique sociales, dès lors, c’est moins Popper6 ou Weber qui éclaire le chemin du chercheur, que Wright Mills ou Gunnar Myrdal. « Les valeurs que l’on pose en prémisse doivent l’être ouvertement » conseille par exemple ce dernier lors de son allocution inaugurale au premier congrès de la British Sociological Association ; et « elles ne peuvent être choisies arbitrairement car ce choix doit être pertinent et significatif pour la société concrète dans laquelle nous vivons » [Myrdal, 1953, p.241]. Pour eux, ce n’est pas Weber, avec sa conception de la neutralité axiologique, qui doit nécessairement guider la recherche. Au contraire, l’épistémologie wébérienne, qui interdit au scientifique de dire comment les choses devraient être, est âprement discutée. « La sociologie et la politique sociale sont à bien des égards intimement liées » affirme par exemple George Cole, « et il est bon pour l’humanité qu’il en soit ainsi car, pour vivre correctement, les hommes ont besoin de connaître le bien comme le mal et de distinguer le vrai du faux ». C’est pourquoi, ajoute-t-il, « je ne suis pas un scientifique du social, mais un idéaliste social » qui rechigne à endosser le « manteau de la science positive » [Cole, 1957, p.171 et 168]. Dans cette perspective, le chercheur ne peut pas se contenter de rassembler des données en laissant à d’autres – opinion publique, administrations, responsables politiques, etc. – le soin de les interpréter. Il doit prendre en charge la question des valeurs sociales, confronter ces valeurs aux faits et en évaluer la pertinence : tel est le programme que lui assigne en tous cas Thomas Simey [1957 ; 1968], influent professeur de Social Science à Liverpool. Pour lui, la recherche sociale pâtit en Angleterre de l’influence de Hume, avec son empirisme irréductible, puis de Weber, qui oppose strictement le jugement de fait au jugement de valeur, interdisant au « savant » de confondre l’un et l’autre. C’est pourquoi Simey préconise d’articuler l’empirisme sociologique et la philosophie sociale : « ce que nous voulons », indique-t-il sans équivoque, « c’est à la fois une science qui nous donne des savoir-faire et une morale qui nous renseigne sur les valeurs » [Simey, 1968, p.20].  

17Le spécialiste de social administration est donc un chercheur engagé qui prend part au débat public au nom de la vérité des faits qu’il a mis au jour, mais aussi, indissociablement, au nom des valeurs dont il se veut le défenseur et le gardien. Jouant tour à tour le rôle du chercheur universitaire, du conseiller ou de l’expert, il est à la fois un « passeur » et un « partisan » – pour reprendre les profils identifiés par Vincent Lemieux [1992] – qui s’appuie sur l’analyse des faits pour étayer un projet politique et philosophique : faire de l’Etat l’instrument d’une société juste, c’est-à-dire une société disposant d’un « ensemble de services sociaux intégrés à la communauté, à la fois préventifs et de grande qualité, accessibles partout et par tous les citoyens, quels que soient leurs moyens, leurs professions, leurs origines sociales ou ethniques » [Titmuss, 1968, p.81].

III. L’influence de la science : l’exemplarité paradoxale de la social administration

18En tant que telle, la social administration est une discipline qui fait l’objet de maintes critiques depuis son installation dans le paysage universitaire. Les unes mettent ainsi l’accent sur le déficit d’élaboration théorique dans la plupart des travaux, si l’on excepte toutefois ceux de Townsend sur la pauvreté relative, ou ceux de Titmuss sur les modèles d’Etat providence notamment ; pour l’essentiel, les chercheurs auraient été trop attentifs aux faits et pas assez aux théories susceptibles de les éclairer, trop engagés en faveur de la réforme sociale, en réalité, pour envisager (la nécessité) de faire œuvre théorique [Warham, 1973 ; Brown, 1996]. D’autres critiques dénoncent la confusion entre description et prescription, la charge morale des enquêtes ou la primauté que les chercheurs accordent aux interventions de l’Etat [Walker, 1981 ; Bulmer, 1981]. Avec la social administration, résume Robert Pinker [1971, p.12], la recherche « commence par le recueil des données et s’achève dans la rhétorique morale en passant à-côté des analyses théoriques qui feraient voir les processus dans leur ensemble et révéleraient les relations existant entre des problèmes isolés ». Pour autant, le discrédit scientifique qui frappe à certains égards cette discipline est à la mesure du rayonnement qu’elle a eu, particulièrement au cours des années 1950-60, dans tous les débats sur la forme et le contenu des interventions sociales de l’Etat.

19En effet, si la social administration est contestée en tant qu’entreprise scientifique, elle a été incontestablement influente en contribuant à consolider l’édifice du welfare state et à en attendrir quelque peu la logique. Mieux : peu de chercheurs universitaires ont autant pesé sur la définition des interventions sociales que les collègues et élèves de Titmuss dans la période de l’après-guerre [Timmins, 1996]. Ce constat soulève néanmoins deux questions étroitement imbriquées : sous quelle forme s’est exercée cette influence, d’une part ? Et, de l’autre, quel rôle peut valablement endosser un chercheur universitaire dans un processus de décision politique ?

20Pour restituer la logique des interactions entre réflexion et politique sociales, on oppose traditionnellement le modèle de « l’ingénierie » au modèle de « l’éclaircissement » : ici, le chercheur se présente comme un expert capable de produire un diagnostic solidement étayé et de proposer des solutions opérationnelles ; là, le savoir social nourrit le débat public, contribuant ainsi à modifier l’environnement intellectuel de la décision politique [Bulmer, 1982, p.151 sq.]. Les spécialistes de social administration, on l’a vu, opèrent alternativement selon ces deux modèles, passant de l’un à l’autre selon les circonstances. Leurs interventions successives auprès du Labour ou dans le cadre de commissions spécialisées suggèrent toutefois que le modèle de « l’ingénierie » ne s’accomplit pleinement que dans un nombre limité de configurations : c’est le cas en particulier lorsqu’il y a un consensus à peu près général quant aux objectifs de l’intervention publique ; c’est le cas aussi lorsque le savoir social entre en résonance avec les choix gouvernementaux, ou les cautionne. Encore faut-il préciser que les sciences sociales ne jouent alors qu’un rôle assez limité car une argumentation scientifique suffit rarement à convaincre des acteurs institutionnels engagés dans un processus décisionnel long et complexe [Abrams in Bulmer, 1985]. En revanche, tout porte à croire que les chercheurs intervenant en qualité d’experts ne parviennent pas à infléchir une politique dont les orientations – qu’ils jugent néfastes – sont d’ores et déjà arrêtées par le gouvernement. L’épisode du « comité Guillebaud », dont les conclusions s’appuient sur les résultats présentés par Abel-Smith et Titmuss pour s’écarter nettement de la ligne directrice posée par le gouvernement, relève à cet égard de l’exception. A cette occasion, en effet, l’intervention des chercheurs a amené le comité à prendre le contre-pied des orientations ministérielles en invalidant a priori tout projet qui tendrait à rationaliser les dépenses de santé. Mais rien ne garantissait cependant que ces conclusions, accueillies très fraîchement par les autorités, soient effectivement suivies [Timmins, 1996, p.206 sq.], et les chercheurs ont donc choisi de publier les résultats de leurs travaux afin de faire connaître, plus largement, les données du problème [Abel-Smith et Titmuss, 1956]. Ici, l’ « ingénieur du social » s’efface alors derrière le chercheur engagé, qui se soucie moins de piloter directement telle ou telle réforme que de révéler et d’éclairer les vrais problèmes.

21Cette seconde posture est finalement celle qui caractérise le mieux l’attitude des épigones de Titmuss à partir des années 1960, celle qui explique aussi leur influence, souvent décisive, dans le champ de la politique sociale – qu’il s’agisse du fonctionnement de l’assistance publique, de la « redécouverte de la pauvreté » ou, plus tard, de la réforme des retraites. Dans cette perspective, le chercheur intervient, non pas en apportant des informations supplémentaires ou des solutions clé en main aux responsables politiques, mais plutôt en reformulant un problème et, partant, en renouvelant les conditions mêmes du débat social. Le savoir social s’inscrit alors dans un processus d’influence plus indirect et plus diffus : il interagit en effet avec la politique de façon médiate, par l’intermédiaire de l’opinion publique et des réseaux informels qui relient les chercheurs aux acteurs du processus décisionnel. En cela, le modèle de l’ « éclaircissement » repose sans doute sur une conception plus juste des relations entre savoir et pouvoir. Selon cette conception, le savoir n’est pas en tant que tel un instrument de pouvoir et, de même, une réforme ne dépend pas de la pression pouvant être exercée au sommet – comme le pensaient jadis les intellectuels fabiens – mais de l’impulsion donnée par la base, par les mouvements politiques et l’opinion [Hall, 1977 ; Bulmer, 1982]. Bref, au jeu de l’influence sur le processus de décision politique, l’intellectuel détrône alors l’expert.

22Reste à savoir cependant de quelle manière un chercheur universitaire peut effectivement éclairer ainsi les choix publics. A priori, le modèle de l’ « éclaircissement », qui inscrit la réflexion et l’action dans une relation plus large et plus profonde, ne suppose en rien que le chercheur s’engage personnellement et s’affranchisse des exigences élémentaires posées par la communauté scientifique, le détachement et l’objectivité. Or, les spécialistes de social administration s’exonèrent à certains égards de cette contrainte en faisant prévaloir leur conception de la redistribution, de la solidarité ou du bien-être sur le simple examen dépassionné des faits. C’est-là un parti pris que revendique clairement un auteur comme Titmuss : « certains praticiens croient qu’ils sont libres de tout jugement de valeur et qu’ils évoluent dans le cadre abstrait d’une science exacte isolée du monde », écrit-il, « mais dans le domaine des sciences sociales, même le titre que l’on donne à son sujet d’étude, même la sélection des objets de recherche ou des programmes d’enseignement peuvent révéler des choix de valeurs » [1974, p.10]. Et s’agissant de la politique sociale, qui est d’abord affaire de choix et de priorités, toute réflexion comporte inévitablement un examen critique des valeurs impliquées dans l’action. Sous cet éclairage, on peut estimer, avec Martin Bulmer [1981], que les préoccupations morales des chercheurs ont nui à la « rigueur scientifique » de la discipline. Mais on peut considérer aussi qu’il n’est pas illégitime que la recherche en sciences sociales soit guidée par un questionnement sur les valeurs. En ce sens, la social administration ne serait pas seulement l’héritière d’une conception préscientifique de la recherche, celle des enquêteurs sociaux du dix-neuvième siècle : elle aurait en fait amené les chercheurs à jouer un rôle qu’il leur revient peut-être d’assumer pleinement.  

23De fait, les travaux de social administration incitent à s’interroger finalement sur l’ambition des sciences sociales. Peuvent-elles être autre chose qu’un effort d’analyse et d’explication des phénomènes sociaux qui respecte les principes applicables à la science « normale » ? En se prononçant sur les moyens à mettre en œuvre pour façonner une société meilleure, les spécialistes anglais des politiques sociales ont assurément bousculé les cadres de l’épistémologie classique, s’exposant ainsi à la critique. Mais leur démarche est cependant très suggestive. Elle correspond assez bien à ce que Bent Flyvbjerg [2001] appelle une science sociale « phronétique ». Considérant que les sciences sociales diffèrent profondément des sciences de la nature, cet auteur soutient qu’elles ne doivent pas rivaliser avec ces dernières sur la base du même programme épistémologique. Il leur assigne alors un projet alternatif, non pas épistémique, mais dérivé de ce qu’Aristote appelait la « phronésis », c’est-à-dire la prudence, la sagesse pratique qui doit guider les choix politiques7. Dans cette perspective, la science sociale « phronétique » est un projet analytique qui subordonne la recherche à un objectif indissociablement pédagogique et politique : aiguiller les citoyens vers le Bien, mais aussi intensifier la réflexivité de la société par un questionnement permanent sur les valeurs engagées dans l’action collective [Flyvbjerg, 2001]. Informer les citoyens, contribuer à la clairvoyance de l’opinion publique, discuter des buts que poursuit la société et des valeurs qui les sous-tendent : un tel programme est à l’évidence très proche de celui qui inspirait Titmuss et des spécialistes de social administration dans les années 1950-60. C’est assurément un programme atypique qui installe le chercheur en position de moraliste, avec un rôle de vigilance et d’influence : non pas un expert auprès des autorités, donc, mais plutôt un contre expert qui s’attache à équilibrer les avancées de la rationalité instrumentale par une interrogation d’ordre philosophique et éthique.

24Peut-être est-ce effectivement dans ce rôle-là que les sciences de la société sont indiscutablement plus pertinentes et plus utiles que les autres sciences, comme le pense Flyvbjerg. L’exemple de la social administration des années 1950-60, gardienne efficace des principes d’égalité et de justice que menaçait le retour de la prospérité [Marshall, 1963], suggère en tous cas que ce rôle n’est pas vain, même pour un chercheur universitaire.

Conclusion

25La social administration se présente donc comme une discipline singulière qui non seulement investit le terrain des valeurs, mais qui se construit également en relation étroite avec les préoccupations sociales du moment, des préoccupations que les chercheurs expriment et relaient en défendant avec acharnement leurs convictions morales et politiques. De fait, le chercheur quitte sa « tour d’ivoire » pour investir l’ « arène publique » [Marshall, 1953] en mettant ses compétences au service de l’expertise administrative, de l’action politique ou du débat social.

26Cette orientation de la recherche ne traduit-elle pas, dès lors, une certaine forme de dédifférenciation entre science et société, une perte d’autonomie de la science dont les objets et les méthodes seraient définis en dehors d’elle, dans un échange avec d’autres acteurs et institutions ? A lire certains travaux récents [Gibbons et al., 1994 ; Nowotny et al., 2001], il s’agit là d’une tendance générale qui affecterait la plupart des disciplines scientifiques depuis 1945 : à l’étanchéité des frontières entre l’université et son environnement se substituerait en effet une porosité croissante, marquée notamment par une forte mobilité des chercheurs ; à l’autonomie de la recherche succéderait une dépendance accrue à l’égard de la demande économique et sociale ; de même, l’identité des disciplines céderait peu à peu devant la nécessité de combiner les savoirs pour résoudre les problèmes pratiques dont sont saisis les scientifiques. Dans ce nouveau mode de production du savoir, la science serait donc peu à peu dépouillée de sa spécificité et tendrait à apparaître comme une activité hétéronome, extravertie et indissociable de son contexte d’application.

27Si le type de recherche que plébiscitent nombre de sociologues américains après 1945 accrédite à certains égards cette thèse, le cas de la social administration est, semble-t-il, moins simple. Jusque dans les années 1980, en effet, la pertinence du savoir élaboré par les spécialistes anglais des politiques sociales dépendait moins de sa mise en contextes que de son adéquation aux principes philosophiques et éthiques qui soudaient la communauté des chercheurs. Autrement dit, c’est parce que cette discipline s’est forgée autour de la défense d’un idéal politique qu’elle a pu préserver son identité intellectuelle et ses questionnements propres tout en s’ouvrant pourtant largement sur la société. Depuis lors, tout porte à croire que l’effritement de cet idéal tend à faire prévaloir la figure de l’expert sur celle de l’intellectuel engagé ou du moraliste.

Haut de page

Bibliographie

Abel-Smith B., Titmuss R.T., 1956, The Cost of the National Health Service in England and Wales, Cambridge, Cambridge University Press.

Abel-Smith B., Townsend P., 1965, The Poor and the Poorest, London, Bell.

Abrams P., 1968, The Origins of British Sociology, 1834-1914, Chicago, Chicago University Press.

Banting K., 1979, Poverty, Politics and Policy, London, Macmillan.

Bottomore T.B., 1962, Sociology. A Guide to Problems and Literature, London, Allen & Unwin.

Brown M., 1996, “The Development of Social Administration”, in Loney M., Boswell D., Clarke J. (eds.), Social Policy & Social Welfare, Milton Keynes, Open University Press, p.88-103.

Bulmer M., 1981, “The British Tradition of Social Administration: Moral Concerns at the Expense of Scientific Rigor”, The Hastings Center Report, vol.11, n°2, p.35-42.

Bulmer M., 1982, The Uses of Social Research. Social Investigation in Public Policy-Making, London, Allen & Unwin.

Bulmer M. (ed.), 1985, Essays on the History of British Sociological Research, Cambridge, Cambridge University Press.

Burgess E.W., 1916, “The Social Survey. A Field for Constructive Service by Departments of Sociology”, The American Journal of Sociology, vol.21, n°4, p.492-500.

Cockburn C., Corlett T., Donnison D., 1961, Housing since the Rent Act, London, Bell.

Cole G.D.H., 1957, “Sociology and Social Policy”, The British Journal of Sociology, vol.8, n°1, p.158-171.

Coleman J.S., 1982, “The Emergence of Sociology as a Policy Science”, in Coser L.A., Larsen O.N., The Uses of Controversy in Sociology, New York, The Free Press, p.253-261.

Donnison D., 1961, “The Teaching of Social Administration”, The British Journal of Sociology, vol.12, n°3, p.203-223.

Donnison D., 1982, The Politics of Poverty, Oxford, Martin Robertson.

Durkheim E., (1893) 1996, De la division du travail social, Paris, PUF.

Flyvbjerg B., 2001, Making Social Science Matter. Why social inquiry fails and how it can succeed again, Cambridge, Cambridge University Press.

Friedrichs R.W., 1972, A Sociology of Sociology, New York, The Free Press.

Gibbons M., Limoges C., Nowotny H., Schwartzman S., Scott P., Trow M., 1994, The New Production of Knowledge: The Dynamics of Science and Research in Contemporary Societies, London, Sage.

Hall J.A., 1977, “The Roles and influence of political intellectuals: Tawney vs Sidney Webb”, The British Journal of Sociology, vol.28, n°3, p.351-362.

Halsey, A.H., 1982, “Provincials and professionals: the British post-war sociologists”, Archives européennes de sociologie, XXIII, p.150-175.

Lemieux V., 1992, “The Scholar and the Expert”, Canadian Journal of Political Science, vol.25, n°4, p.651-660.

Leonard P., 1968, “The Application of Sociological Analysis to Social Work Training”, The British Journal of Sociology, vol.19, n°4, p.375-384.

Lynd R.S., 1945, Knowledge for What ? The Place of Social Science in American Culture, Princeton, Princeton University Press.

MacAdam E., 1945, The Social Servant in the Making, London, George Allen & Unwin Ltd.

Marris P., 1958, Widows and their Families, London, Routledge & Kegan Paul.

Marsh D. (ed.), 1965, An Introduction to the Study of Social Administration, London, Routledge and Kegan Paul.

MARSHALL Thomas Humphrey, 1953, “Conference of the British Sociological Association, 1953. Impressions of the Conference”, The British Journal of Sociology, vol.4, n°4, p.201-209.

Marshall T. H., 1953, “Conference of the British Sociological Association, 1953. Impressions of the Conference”, The British Journal of Sociology, vol.4, n°4, p.201-209.

Marshall T.H., 1963, “The Welfare State and the Affluent Society”, in Sociology at the Crossroads and Other Essays, London, Heinemann, p.267-288.

Mills C.W., (1957) 1997, L’imagination sociologique, Paris, La Découverte.

Myrdal G., 1953, “Conference of the British Sociological Association, 1953. II Opening Address: The Relation between Social Theory and Social Policy”, The British Journal of Sociology, vol.4, n°3, p.210-242.

Nowotny H., Gibbons M., Scott P., 2001, Re-thinking Science: Knowledge and the Public in an Age of Uncertainty, London, Polity Press.

Oakley A., 1991, “Eugenics, Social Medicine and the Career of Richard Titmuss in Britain 1935-50”, The British Journal of Sociology, vol.42, n°2, p.165-194.

Paradeise C., 1985, « Rhétorique professionnelle et expertise », Sociologie du travail, vol.27, n°1, p.17-31.

Pinker R., 1971, Social Theory and Social Policy, London, Heinemann.

Rodriguez J., 2007, Le pauvre et le sociologue. La construction de la tradition sociologique anglaise (19-20° siècles), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, coll. « Le regard sociologique » (à paraître).

Simey T.S., 1957, “Social Investigation: Past achievements and Present Difficulties”, The British Journal of Sociology, Vol.8, n°1, p.121-129.

Simey T.S., 1968, Social Science and Social Purpose, London, Constable.

Tanguy L., 1995, « Le sociologue et l’expert: une étude de cas », Sociologie du travail, n°3, p.457-477.

Timmins N., 1996, The Five Giants. A Biography of the Welfare state, London, Fontana Press.

Titmuss R.T., 1951, “Social Administration in a Changing Society”, The British Journal of Sociology, vol.2, n°3, p.183-197.

Titmuss R.T., 1958, Essays on the Welfare State, London, Allen & Unwin.

Titmuss R.T., 1960, The Irresponsible Society, London, Fabian Society.

Titmuss R.T., 1968, Commitment to Welfare, London, Allen & Unwin.

Titmuss R.T., 1974, Social Policy, London, Allen & Unwin.

Townsend P., 1954, “Measuring poverty”, The British Journal of Sociology, vol.5, n°1, p.130-137.

Townsend P., 1957, The Family Life of Old People. An Inquiry in East London, London, Routledge & Kegan Paul.

Townsend P., 1962, “The meaning of poverty”, The British Journal of Sociology, vol.13, n°3, p.210-227.

Townsend P., 1964, The Last Refuge, London, Routledge & Kegan Paul.

Trépos J.-Y., 1996, Sociologie de l’expertise, Paris, PUF.

Walker A., 1981, “Social Policy, Social Administration and the Social Construction of Welfare”, Sociology, vol.15, n°2, p.225-250.

Warham J., 1973, “Social Administration and Sociology”, Journal of Social Policy, vol.3, p.316-331.

Weber M., (1919) 1998, Le savant et le politique, Paris, Plon.

Willmott P., Young M., 1957, Family and Kinship in East London, London, Routledge & Kegan Paul.

Willmott P., Young M., 1960, Family and Class in a London Suburb, London, Routledge & Kegan Paul.

Willmott P., 1966, Adolescent Boys in East London, London, Routledge & Kegan Paul.

Haut de page

Notes

1 Par ailleurs, compte tenu du développement progressif de la social administration, la production scientifique des années 1950-60 est à la fois suffisamment ample pour faire apparaître la singularité des approches et des perspectives retenues par les chercheurs, et assez contenue pour permettre une exploration de la littérature, non pas exhaustive, mais très complète. Cet article s’appuie à cet égard sur une recherche portant sur la genèse de la sociologie anglaise, qui souligne la force des liens entre la réflexion et l’action sociales [Rodriguez, 2007]. Dans ce cadre, plus de soixante-dix enquêtes empiriques sur les « problèmes sociaux » ont été consultées et étudiées, depuis les travaux des « statisticiens » de la première moitié du dix-neuvième siècle jusqu’aux recherches récentes sur la pauvreté et l’exclusion. De même, les analyses de portée plus générale – celles de Spencer, Hobhouse, Marshall, etc. – ont fait l’objet d’une exploration assez systématique, facilitée, il est vrai, par le relatif sous-développement de la sociologie britannique jusque dans les années 1960.
2 L’I.C.S. est un organisme de recherches para universitaire financé par des fonds privés et implanté à Bethnal Green, un quartier de l’East end de Londres. Cet institut rassemble plusieurs jeunes chercheurs prometteurs dans les années 1950-60 : outre Willmott et Young, on compte dans ses rangs Daphne Chandler, A.H. Halsey, Peter Marris et Peter Townsend, entre autres. Tous s’inscrivent peu ou prou dans un programme de recherches défini par Richard Titmuss, centré initialement sur l’étude de la famille et des relations de parenté. Ce programme vise à corriger l’interprétation alors dominante du rôle et de la place des familles, une interprétation forgée à partir de théories américaines que Titmuss juge inadaptées au contexte britannique [Titmuss, préface in Willmott et Young, 1957]. L’accent porte ainsi sur les relations familiales et de voisinage dans des contextes urbains différents [Willmott et Young, 1957 ; 1960], sur l’entraide entre les générations [Marris, 1958 ; Townsend, 1957] ou sur les relations sociales propres à tel ou tel groupe, en particulier les ouvriers et les jeunes [Willmott et Young, 1966]. La finalité de ces recherches, auxquelles l’éditeur Routledge & Kegan Paul assure une assez large diffusion, est d’influencer les acteurs de la politique sociale : fonctionnaires, urbanistes, travailleurs sociaux, etc.
3 A commencer par Durkheim qui souligne, dans première préface à De la division du travail social, que les recherches sociologiques « ne méritent pas une heure de peine si elles ne devaient avoir qu’un intérêt spéculatif ». Il ajoute : « si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces derniers : c’est, au contraire, pour nous mettre en état de les mieux résoudre » [(1893) 1996, p.xxxix].
4 Du moins au cours des années 1950-60, et à l’exception toutefois de l’ouvrage précité d’Abel-Smith et Titmuss [1956] qui résulte directement de leur participation au « comité Guillebaud », mis en place en 1953 pour enquêter sur la croissance des dépenses au sein du système de santé. Le livre s’organise d’ailleurs autour de la question posée initialement par le ministère de la Sécurité Sociale : comment limiter la hausse des dépenses supportées par le budget de l’Etat sans diminuer la qualité du service rendu aux patients ?
5 La conférence inaugurale prononcée par Richard Titmuss lors de sa nomination en tant que professeur de social administration à la L.S.E. est tout à fait révélatrice de l’importance accordée dans cette discipline à la notion de « besoin ». Dans sa conclusion, Titmuss indique ainsi « qu’en tant que modeste partenaire des autres sciences sociales, la social administration ne peut espérer comprendre le fonctionnement des institutions et des services sociaux sans comprendre les besoins que suscite l’évolution des modes de vie » [1951, p.197].
6 Karl Popper enseigne dans les années 1940 à la L.S.E., qui est encore, en Angleterre, le seul centre de formation et de recherche en sociologie.  Sa conception de la recherche en science sociale, qui répudie toute forme d’historicisme pour se rapprocher des sciences de la nature, exerce alors une grande influence sur les jeunes sociologues comme David Lockwood, Asher Tropp ou Basil Bernstein, entre autres, qui essaimeront ensuite dans la plupart des universités britanniques [Halsey, 1982]. Les spécialistes de social administration ne partagent cependant pas ses options méthodologiques, ni l’ambition théorique qu’il assigne à la science du social : formuler, puis tester empiriquement des propositions générales susceptibles de rendre compte des processus et des phénomènes sociaux.
7 Dans L’Ethique, Aristote distingue trois grandes vertus intellectuelles, qui diffèrent selon la nature des objets à connaître : l’épistémè renvoie à la rationalité analytique, à la connaissance scientifique de ce qui est invariant ; la techné est fondée sur la rationalité instrumentale et concerne, en revanche, ce qui change ; la phronésis, enfin, fait référence à la rationalité en valeur, à l’éthique pratique qui doit orienter les délibérations.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Rodriguez, « Le sociologue, l’expert et le moraliste : à propos de la social administration anglaise », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 20 octobre 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/873

Haut de page

Auteur

Jacques Rodriguez

Clersé-CNRS, Université de Lille 1, jacques-rodriguez@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org