Navigation – Plan du site
Articles

Introduction à la traduction de la première partie (pp 4-11) de l'article de Michael Burawoy "For Public sociology", American Sociological Review, vol. 70, février 2005; pp. 4-28

Daniel Bertaux

Texte intégral

1Socio-logos, la nouvelle revue en ligne de l'Association Française de Sociologie, est heureuse de mettre à la portée du public français la première partie d'un article récent du sociologue américain Michael Burawoy, "Pour la sociologie publique" ; avec bien entendu son accord.

2Cet article a été publié initialement dans l'American Sociological Review. Les thèses qui y sont développées sont originales et fortes ; elles concernent tous les sociologues qui réfléchissent à la place contestée de leur discipline dans leur propre société, à ses diverses facettes qui ne se réduisent pas à sa partie universitaire, à sa vocation profonde, à la distance entre ce qu'elle dit d'elle-même et ce qu'elle fait en pratique, à l'écart croissant entre les valeurs qu'elle défend de longue date et la direction principale que prend le mouvement du monde contemporain.

3Michael Burawoy est un sociologue atypique. C'est un Européen  (un Anglais d'origine russe) qui a fait l'essentiel de sa carrière aux Etats-Unis, au département de sociologie de l'université de Californie à Berkeley où il est entré en 1976. Ses quatre principales enquêtes empiriques ont toutes été faites par observation participante. La première a porté sur les mines de cuivre de Zambie à l'époque où ces mines, principale source de richesse du pays, passaient des mains britanniques à celles de l'Etat zambien. Sa seconde enquête, dont il a tiré un PhD, il l'a faite en s'embauchant pendant une année comme ouvrier tourneur dans une usine métallurgique des environs de Chicago (il s'est rendu compte par la suite que c'était la même usine que celle dans laquelle Donald Roy s'était embauché trente ans plus tôt, et dont il avait tiré une célèbre étude sur le freinage). Pour la troisième il s'est fait embaucher dans une usine de la Hongrie socialiste ; et il pu constater entre autres qu'on n'y travaillait pas moins que dans une usine américaine, quoique de façon très différente. Après la fin de l'Union soviétique il a travaillé quelques mois comme ouvrier dans une usine de meubles du Nord de la Russie, tandis qu'un collègue sociologue russe effectuait de son côté une enquête sur le management de cette usine en y travaillant comme cadre. Chacune de ces enquêtes a donné lieu à des publications, ouvrages et/ou articles qui ont fait date (on en trouvera toutes les références sur le site web de Burawoy).

4De ces diverses expériences de terrain, et des efforts de conceptualisation pour rendre compte sociologiquement de leurs découvertes, Burawoy a tiré une méthode originale qu'il appelle "la méthode des études de cas élargies" (extended case study). L'article dans lequel il en a fait une présentation synthétique a été traduit en français par Marie Buscatto et publié dans le volume L'enquête de terrain dirigé par Daniel Cefaï (Bibliothèque de la Revue du MAUSS, 2003, republié en 2005). L'un des talents de Michael Burawoy, c'est sa capacité - grâce à sa profonde connaissance des classiques de la sociologie, notamment de Marx - à détecter et décrypter les logiques de processus de portée générale à travers la seule observation de leur occurrence dans un "terrain" particulier.

5En août 2004 Michael Burawoy a été élu Président de l'Association Américaine de Sociologie (ASA). Il avait un an pour préparer sa conférence présidentielle, puisque dans cette association la prise de fonctions est décalée d'une année. Comme il avait déjà amorcé de longue date une réflexion sur la sociologie contemporaine - sur les divers types contemporains de sociologie et de sociologue(s), que ceux-ci travaillent dans des universités ou ailleurs - il a décidé d'y consacrer cette conférence. Mais il ne s'est pas contenté de la préparer dans son bureau; il a saisi toutes les occasions d'exposer à des publics divers l'état de sa réflexion; et il a tenu compte des réactions et des discussions pour l'enrichir, le développer, le systématiser.

6Il en est résulté une étude approfondie des diverses figures de la sociologie et du sociologue aujourd'hui, pensée à partir d'exemples états-uniens mais en cherchant toujours à aboutir à des conclusions de portée internationale; le projet actuel de Burawoy est d'ailleurs d'étudier maintenant les configurations particulières que prend la sociologie dans d'autres pays, dont la France.

7Son analyse, quand il l'a présentée en août 2005 devant les milliers de sociologues américains réunis pour le Congrès de l'ASA, a eu un profond retentissement et fait actuellement l'objet de nombreux débats aux Etats-Unis. Le texte de cette conférence présidentielle a non seulement été publié, selon la tradition de l'ASA, dans l'American Sociological Review, mais a été déjà traduit et publié en plusieurs langues.

8Il m'a paru utile de le mettre aussitôt à la portée des sociologues français. Car nous vivons ici une époque pleine de contradictions. D'un côté, jamais sans doute la "production" par le système universitaire de nouvelles cohortes de sociologues n'a été aussi riche, en qualité comme en quantité. Je l'ai constaté pour avoir siégé de 1998 à 2004 à la section 36 du Comité National du CNRS : malgré une sélection drastique opérée par vagues successives sur les cent-vingt et quelques candidats à l'entrée, nous finissions régulièrement avec une quinzaine de jeunes docteurs qui auraient tous également mérité d'obtenir un emploi de chercheur. Mais nous n'avions que quelques postes à distribuer (alors même que chaque année, plus d'une dizaine de membres de cette section 36 partent à la retraite...). Du côté de l'Université le nombre de postes offerts au recrutement de maîtres de conférences a lui aussi baissé, alors que la demande de sociologie de la part des étudiants est stable, voire en augmentation. Tout ceci s'inscrit, surtout depuis 2002, sur fond de mise en œuvre systématique d'une politique "néo-libérale" (c'est-à-dire néo-conservatrice) acharnée à déréglementer et privatiser tout ce qui peut l'être, tout en se souciant fort peu de son impopularité ; une politique qui qualifie tout ce qui est "bien public" de forme appartenant à un passé révolu, et ses défenseurs éventuels de "conservateurs" - ce qui est véritablement un comble.

9Dans ce contexte, qui reflète à notre petite échelle le mouvement général de la globalisation néo-conservatrice, l'appel de Burawoy à la "sociologie publique" mérite d'autant plus d'être entendu. Par cette expression de "public sociology" il désigne une sociologie que l'on pourrait qualifier de "citoyenne", une sociologie qui ne confondrait pas la recherche - indispensable - de l'objectivité avec l'adoption ostensible d'une position de neutralité morale et politique; une sociologie qui mettrait en lumière les liens entre private problem et public issues, selon les termes de C. Wright Mills. Mais je n'essaierai pas d'expliciter plus avant ce que Burawoy entend par "public sociology", car sa conférence y est consacrée.

10Compte tenu des différences de vocabulaire entre la sociologie états-unienne et la sociologie française, qui reflètent les différences assez considérables des deux sociétés, de leurs histoires, de leurs cultures, de leurs champs intellectuels, il m'a fallu trouver plusieurs fois des équivalents qui ne pouvaient être qu'approximatifs. Par exemple, quand Burawoy parle de "professionnal sociology" il ne désigne pas du tout ce qu'en France nous désignons - par convention - comme "sociologie professionnelle", c'est-à-dire la sociologie hors-Université; il désigne au contraire la sociologie la plus universitaire, en ce qu'elle est - en principe ! - l'œuvre des sociologues les plus "professionnels".

11La traduction partielle qui est proposée ici aux lecteurs de Socio-logos s'efforce donc en priorité de faire passer des idées, des contenus, quitte à modifier parfois les termes qui leur servent de contenants. Chaque fois que je reste sur un doute quant à l'exactitude et la "compréhensibilité" du terme français que j'ai finalement sélectionné, l'expression américaine originale est mentionnée entre parenthèses et en italiques. Et chaque fois qu'il m'a paru nécessaire d'ajouter au texte original une précision supplémentaire afin que le lecteur évite un faux-sens ou contre-sens prévisible, elle est incluse entre doubles parenthèses..

12Cette traduction ne prétend pas à l'exactitude absolue. J'ai seulement fait tout mon possible pour comprendre le sens exact du texte original, trouver des équivalents qui le fassent passer en français, les commenter si besoin est, et surtout tenter de faire passer le style, le souffle, la force du texte original. Je serai très heureux de recevoir les réactions des lecteurs et lectrices, ainsi que d'éventuelles suggestions d'amélioration de la traduction (bertaux@ehess.fr). C'est l'avantage des textes mis en ligne : ils sont évolutifs. Les références bibliographiques données par Burawoy n'ont pu être incluses par copier-coller en raison du format pdf de son texte original, qui est disponible sur son site web ou sur celui de l'ASR; on voudra bien s'y reporter si besoin est.

13J'espère que les lecteurs de Socio-logos feront l'effort de lire attentivement ce texte dense, et qu'ils prendront finalement autant de plaisir que j'en ai eu à en découvrir les contenus. Je n'ai traduit jusqu'ici qu'un tiers du texte. Cela a néanmoins représenté un effort important, qui sera poursuivi si les manifestations d'intérêt le justifient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Bertaux, « Introduction à la traduction de la première partie (pp 4-11) de l'article de Michael Burawoy "For Public sociology", American Sociological Review, vol. 70, février 2005; pp. 4-28 », Socio-logos [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 21 avril 2006, consulté le 26 juin 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/9

Haut de page

Auteur

Daniel Bertaux

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org