Navigation – Plan du site
Textes de travail

A propos de Henri Lefebvre et Henri Raymond

Témoignage pour l'histoire de la sociologie
Dan Ferrand-Bechmann

Entrées d’index

Index des rubriques :

Textes
Haut de page

Texte intégral

1Ce texte veut rendre compte des rapports entre Henri Raymond et Henri Lefebvre1. Le second est fort connu. Le premier beaucoup moins sauf par ceux que j’ai appelés les « enfants de Raymond » et dont je disais qu’ils ont les yeux ronds. Ce n’était pas seulement le plaisir de la rime mais parce que Henri Raymond a eu certainement une influence considérable sur la sociologie urbaine et sur la formation des architectes. Il nous obligeait surtout à regarder la société du côté des usagers et de ce que j’appelle avec Léon Dujardin2 les « auteurs-acteurs ». Le terme d’experts bruts ou de « citoyens ordinaires » pouvant aussi être utilisé. Son autre enseignement considérable fût l’usage de l’entretien non directif à une époque où la sociologie quantitative avait traversé l’atlantique. Ils sont, selon lui, riches d’une parole spontanée, permettant de corriger des interprétations toutes prêtes que les questionnaires les plus subtils n’arrivent pas toujours à éviter.

2Henri Raymond n’avait pas été d’emblée du côté de la sociologie. Son parcours emprunte à d’autres disciplines. Mais sa production de deux ouvrages, sept en collaboration, de huit contributions à des ouvrages collectifs, de 15 articles et de nombreux rapports et conférences le montre. Il traverse des champs aussi divers que l’urbain, le loisir, l’architecture et la méthode mais aussi la philosophie et la poésie. Et il a exploré un autre pays que la France : l’Italie à travers la Sicile où il fit quasiment une seconde carrière. Il dit qu’il n’a pas choisi ses objets de recherche. Les champs d’investigation arrivent par hasard ».

3Henri Raymond est né en 1921. Il passe son enfance à Montargis. Le fait que sa mère ait été modiste et ait monté une petite entreprise devenu florissante est connu de ceux qui le visitèrent rue Rambuteau où vers les années 90, il y exposait des chapeaux espérant attendrir les bailleurs qui voulaient le mettre dehors. Mais il ne fût jamais chapelier si même il eut plus d’un tour dans son chapeau. Comme le lapin d’Alice, il avait toujours plusieurs projets en route et la légende voulait qu’il avait chez lui une fantastique boîte à idées.

4Il rencontre Henri Lefebvre chez Béalu (en 1936), un écrivain qui vendait des chapeaux à Montargis. Lefebvre était alors membre du PC de cette ville. Ensuite Henri Raymond l’eût comme professeur de français en seconde. Henri Lefebvre leur lisait des livres : Rabelais et Jérôme K.Jérôme. En quoi « Trois hommes dans un bateau » inspirait Lefebvre ? Les sociologues ont leurs mystères. Kurt Wolff nous lisait « la Lettre Ecarlate ». Je raconte souvent à mes étudiants les romans d’Emile Ajar. Ceux-ci parlent plus que bien des typologies savantes et si utilité sociologique et utilité sociale se rencontrent, l’utilité pédagogique du romanesque surtout des auteurs « engagés » est évidente.

5Henri Raymond est tout de suite impressionné par Henri Lefebvre et par son ouvrage « le Matérialisme Dialectique ». Il en dit « c’était une sorte de resucée de la Logique de Hegel » mais plus concret. Lefebvre va devenir son maître à penser. Celui-ci nous dit Henri Raymond, n’avait « pas poussé encore sa crise d’anti stalinisme aigu ». A ce propos, Raymond dit de Lefebvre qu’il avait choisi une voie de déviationnisme interne.

6Ensuite, après la guerre et la résistance, il le retrouve au parti communiste où il devient son fils spirituel et fait partie de la bande des hégéliens avec François Châtelet, Edgar Morin, David Rousset, Robert Misrahi, Robert Francès, Tristan Tzara. Il va rester dans ce groupe « résolument contre la muraille stalinienne ».

7C’est Henri Lefebvre – à qui on avait offert « un poste mirifique mais au dessus de ses capacités » - qui va trouver un emploi à Air France à Henri Raymond. Ensuite il le fera rentrer au CNRS. « Les motivations de Lefebvre étaient toujours les mêmes, rentrez la dedans, il n’y a pas grand-chose à faire ». Puis il va le pousser à la Sorbonne, car il lui présente Georges Gurvitch3, dont Raymond va être l’assistant (sans thèse). Comme lui, comme Morin et Duvignaud et Aron, ils représentent une sociologie qualitative. Pierre Bourdieu à cette époque est assistant de Raymond Aron et discutent avec Henri Raymond de la question du sens commun, qu’il aurait découvert grâce à lui. Notons que Henri Lefebvre en 1950 avait été obligé de quitter le CES du fait de ses opinions politiques.

8Henri Raymond a eu, à cette époque, un autre maître à penser Georges Friedman. Plus tard il rendra souvent hommage à René Lourau comme analyste de la sociologie impliquée. « On ne peut avancer sans comprendre ce que Lourau appelait l’implication. » Pour qui, la sociologie est une pratique sociale parmi d’autres, nécessairement engagée dans les rapports sociaux. Ensemble avec Lefebvre et les Haumont, ils fondent l’ISU : structure associative qui a pour vocation de faire la recherche (le CESOL a à voir dans ce modèle !). Ils vont publier les pavillonnaires avec une préface du grand chef, qui n’a pas grand-chose à voir avec l’ouvrage, mais où il souligne que « les entretiens non directifs vont plus profonds dans l’être humain ». Est-ce à ce moment qu’ils publient ensemble l’Etincelle et deux numéros de Voix Nouvelle ?

9Henri Raymond fait ensuite un séjour au centre de Vienne fondé par l’UNESCO, où il dirige une étude sur les budgets temps qui est un modèle du genre quantitatif. A cette époque il avait publié dans Esprit en 1959 et dans la Revue Française de Sociologie en 1960, un article sur le loisir au club méditerranée : « Hommes et Dieux à Palinuro. Observation sur une société du Loisir ». Cela l’amusait plus que la sociologie du travail. Le club était pour lui une organisation désorganisée mais sympathique.

10Il va produire aussi une méthode originale (ARO) d’analyse de contenu par analyse des oppositions. L’analyse du discours en oppositions est une constante de la production langagière. Cette méthode lui permet de révéler la parole du sens commun. Dans l’étude des Pavillonnaires elle montre ce qui lie la structure de l’habitat et celle de la vie quotidienne. Il approfondit l’utopie pavillonnaire et le bonheur de l’usager de l’habitat individuel. Plus tard, « Paroles d’Habitants, une méthode d’analyse » paru en 2001 à l’Harmattan reprend l’essentiel de cette méthode. Il y écrit : « la méthode ne saurait être substituée au flair des chercheurs ; non pas qu’il s’agisse de prendre le sens commun à rebours, mais parce que le « sens commun » recèle dans ses formulations, de quoi exciter la curiosité. C’est cette parole du « sens commun » qu’il s’agit, non de révéler, mais d’établir sur des bases qui satisfassent l’institution sociologique et ses clients ».

11Henri Raymond écrit : " Il faudra une véritable révolution pour que ces usagers acquièrent, dans l’urbanisme, mieux dans l’urbain, les droits que personne ne leur conteste, que tout le monde veut leur accorder, leur élargir, mais qui, dans les opérations d’urbanisme où se produisent les urbanistes, leur sont systématiquement déniés. " Selon Attila Cheyssial, un de ses élèves fidèles, la lectures de " Tristes tropiques ", de " Construire avec le peuple ", de " l’habitat pavillonnaire " oblige à se poser la question de la validité des formes produites par l’architecte et l’urbaniste lorsqu’ils ne font que juxtaposer des fonctions limitées, ou qu’ils déclinent un catéchisme discutable d’ordres et d’injonctions qui guident inconsciemment aujourd’hui, dans la moindre de nos communes, la production d’un espace où les hommes négligeables sont assignés à la " cité ", à l’agora, au parc de stationnement, à la supérette, où l’habitant négligeable est voué à s’expanser sur mesure comme du polystyrène jusqu’à remplir la forme exacte de son contenant : le logement. Ainsi se construit la certitude que l’architecte et sa pratique peuvent être remis en cause à partir de la confrontation à l’histoire des idées, aux modes de production et au vécu des habitants.Mais cette remise en cause est souvent fragilisée par l’inconstance des procédures et des intentions qui la soutiennent et qui offrent un front dérisoire en face de la technostructure de l’urbanisme et de l’habitat social.Elle pose la question des " résistances ", et des diverses formes que peuvent prendre les actes de résistance.

12Henri Lefebvre souligne que l’habitat ne peut se considérer globalement, même s’il faut le considérer comme un tout. Car les fonctions de la ville se réalisent dans un ensemble architectural de significations en même temps que dans des fonctions économiques et politiques et il développe le thème majeur de l’appropriation : " le concept d’appropriation est un des plus importants que nous aient légués des siècles de réflexion philosophique. L’action des groupes humains sur l’environnement matériel et naturel a deux modalités, deux attributs : la domination et l’appropriation. Elles devraient aller ensemble, mais souvent se séparent. La domination sur la nature matérielle, résultat d’opérations techniques, ravage cette nature en permettant aux sociétés de lui substituer ses produits. L’appropriation ne ravage pas, mais transforme la nature - le corps et la vie biologique, le temps et l’espace donnés- en biens humains. L’appropriation est le but, le sens la finalité de la vie sociale.

13Le très grand mérite de l’étude de " l’habitat pavillonnaire " consiste à faire découvrir ce qu’est l’appropriation dans le logement et à construire les méthodes qui permettent d’en révéler les effets et les catégories. L’autre grande leçon des pavillonnaires, c’est que tout espace habité mérite analyse même lorsqu’il est socialement ou idéologiquement disqualifié, ce qui était notoirement le cas des pavillons dans les années 60. Et même lorsqu’il est altéré, et peut être même parce qu’il est altéré aux yeux de l’anthropologue. Henri Raymond me disait « la tâche de la sociologie de la vie quotidienne c’est de regarder la masse ». Il écrit aussi il s’agit surtout de trouver le sens vécu de l’habitat et non le sens récité comme le fait Barthes à propos de la mode.

14Il s’agit d’observer l’habitat comme un fait social, il s’agit d’observer les faits sociaux comme des faits humains. Le langage des sociologues serait selon lui, un artefact. Il recommande un langage clair. Sa critique contre les sociologues est multiple. Il dit qu’ils voient la vie quotidienne à travers leur « détestation » : métro, boulot, dodo… Il admire Edgar Morin pour son travail sur Plozevet : « une analyse raffinée de la manière dont les gens vivent ». Il juge Pierre Bourdieu, qu’il a bien connu lors de ses années à la Sorbonne : « il intériorise ses préjugés jusqu’à les rendre scientifiques ».

15J’ai gardé moi-même de la lecture et de l’étude des Pavillonnaires, l’idée principale de l’inscription des rapports sociaux dans l’espace et d’une approche finalement très objectivante et qui se référait beaucoup à Levi-Strauss et à l’Anthropologie structurale. Ensuite Henri Lefebvre nommé Professeur à Nanterre le fait venir au nom de leurs anciennes relations et de leur amitié. Pour devenir maître-assistant Henri Raymond doit soutenir sa thèse de 3e cycle devant Jean Stoetzel, Roland Barthes et Lefebvre. Il devient aussi directeur adjoint du département. Peu à peu Raymond va enseigner à des architectes cumulant les deux fonctions professorales à l’Ecole d’architecture et à Nanterre. Le mot cumul était fort mal choisi, car ce fût le seul enseignant qui consacrât une partie de son salaire pour emmener ses étudiants faire un séjour d’étude. Pendant 68, ils sont donc de concert à Nanterre. « Lefebvre c’était un doux. » Il soutiendra une thèse d’Etat en 1980 sur « l’Architecture, l’aventure spatiale de la raison ».

16Quand Lefebvre prend sa retraite, Raymond va occuper sa chaire. Mais il reste Lefebvrien : « la vie quotidienne, l’urbain comme catégories » et l’élève de celui qui analyse la vie de tous les jours dans le monde urbain. Pour Raymond : « Lefebvre est un vrai chef d’école car il n’aime pas ça. Il considère les disciples comme une chose gratifiante mais dont il faut s’occuper. »  Lefebvre avait le souci des usagers, de l’homo « qualunque ». Il va influencer une partie des sociologues urbains qui s’intéressent aux usagers. J’en suis. Henri Raymond écrit qu’il faut cesser de considérer l’usager comme quelqu’un qui ne comprend pas. Il faudrait que les experts s’interrogent sur leur propre ignorance. C’est l’usager qui est l’acteur social le plus important.

17Du travail sur la vie quotidienne de Lefebvre, Raymond dit que la vie quotidienne peut être dissimulée, cachée, petite, microscopique… et que le chercheur passe souvent à côté de l’essentiel parce qu’il n’a pas le courage du non sens. Lefebvre montre que la vie quotidienne reprend toujours le dessus. « C’est un promeneur, les villes ne l’intéressent pas.. ». Il dit aussi qu’on ne peut pas parler d’histoire sans parler de son substrat « la vie quotidienne. » Et pour lui la vie quotidienne était entre mystère, avec une mise en scène et des acteurs, et familiarité.

18Que dire en conclusion ? sinon qu’il faut relire Henri Raymond et lire ce qu’il dit sur Henri Lefebvre. Cela nous aide à comprendre la sociologie de la vie quotidienne et à faire une sociologie plus près de la parole de l’habitant, de l’usager, de l’humain.

Haut de page

Notes

1 J’emprunte beaucoup à deux ouvrages celui de Jean-Marc Stébé, Architecture, Urbanistique et Sociétés, Idéologies et représentations dans le monde urbain. Hommage à Henri Raymond. Paris L’Harmattan 2002 et celui de Jean-Pierre Frey Paroles d’un sociologue, vers une histoire architecturale de la société. Paris l’Harmattan, 2006. Mais aussi à des entretiens que j’ai eus avec Henri Raymond au cours de plus de trente ans de rencontres.
2 Etude Européenne, Former sans Exclure » 2002-2006. CESOL, ESAN etc.
3 Un des sous-titres d’un ouvrage de Georges Gurvitch, rappelle  celui de la thèse d’Henri Raymond : « Vers l'étude sociologique des cheminements de la liberté Déterminismes sociaux et liberté humaine » sous la plume de Georges Gurvitch en 1955. Et la thèse de Henri Raymond l’Architecture, l’aventure spatiale de la raison ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dan Ferrand-Bechmann, « A propos de Henri Lefebvre et Henri Raymond », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 28 mars 2007, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/90

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org