Navigation – Plan du site
Recensions

Compte rendu de : Linhart Danièle et Mauchamp Nelly, Le travail, Paris, Le Cavalier bleu (Coll. Idées reçues), 2009, 127 pages

Eloïse Girault

Texte intégral

1Cet ouvrage part du constat suivant : « un discours se fait prédominant [dans la société française actuelle] autour d’une nécessaire réhabilitation de la valeur travail et de ses nouvelles exigences : flexibilité, mobilité, disponibilité, engagement » (p. 9). Pour les promoteurs de ce discours, la France serait handicapée face aux « nouveaux défis » du monde du travail (mondialisation, concurrence exacerbée, évolution de la nature du travail), en raison notamment de ses acquis sociaux (p. 9). Par ailleurs, au sein des pays développés, notre pays se singulariserait par un moindre engagement à l’égard de l’emploi.

2Danièle Linhart et Nelly Mauchamp n’hésitent pas à qualifier ce discours de « combinaison d’idée reçues ». Leur ambition est ici de déconstruire ce dogme, de comprendre sa raison d’être et de déceler la part de vérité qui se cache derrière ces formules péremptoires. Les auteurs s’appuient pour ce faire sur les recherches qu’elles ont conduites en matière de sociologie de l’entreprise et de l’emploi1. Elles examinent successivement une série d’affirmations qui font florès dans le débat politique : « La durée du travail en France est une des plus faibles du monde. » ; « En France, le coût du travail est trop élevé. » ; « Le droit du travail décourage les patrons d’embaucher, il faut le réformer. » ; « Les discriminations ont bon dos pour expliquer qu’on ne trouve pas de travail. » ; « Avoir un travail, c’est être à l’abri du besoin. », « Le travail, c’est la santé. » ; « On ne peut plus avoir le même métier toute sa vie. » ; « Les fonctionnaires sont des privilégiés. » ; « En trente ans, le travail a radicalement changé. » ; « Il faut redonner le goût du travail aux Français. » ; « La lutte des classes, c’est terminé. » ; « Au travail, maintenant, c’est chacun pour soi. » ; « Le travail ne paie plus. » ; « En France, il n’y a quasiment plus de de syndiqués ; » « Les syndicats français sont trop divisés et peu représentatifs. » ; « Il y a trop de grèves en France. »   

3Le portrait que les auteurs dressent de « la France au travail » est « assez loin de l’image propulsé par les médias et les discours politiques, de Français désinvestis du travail et plus intéressés aux loisirs et à la consommation » (p. 79). Si Danièle Linhart et Nelly Mauchamp ne nient pas que le rapport des Français au travail soit « singulier », elles relèvent que cette singularité réside dans notre valorisation du travail. Une étude comparant tous les pays européens (Davoine, Méda) a ainsi montré que « le salarié français est celui qui met le plus en avant le « plaisir » lorsqu’il évoque le sens du travail – à la différence des Allemands qui parlent plus volontiers de « sécurité » ou des Anglais qui citent en majorité la « routine » » (p. 119). Pour les salariés français, le travail ne serait pas seulement une façon d’avoir un revenu ; il serait aussi investi affectivement comme « un moyen d’expression et de réalisation de soi » et comme une « fierté d’être utile dans la société » (p. 119).

« Pour tous les membres de la société, avoir un emploi rémunéré, être présent dans le monde du travail, c’est participer à ses enjeux ». (p. 80)

4Pour expliquer cette singularité française, les auteurs avancent deux facteurs. D’une part, il apparaît que le travail est devenu en France à partir du début du XXème siècle un « enjeu éminemment politique, au cœur de ce qu’il était de mise d’appeler "la lutte des classes" : les entreprises étaient des lieux de mobilisations d’ampleur autour de ce qui était perçu comme des injustices sociales » (p. 79). Dans notre pays, « le rapport entre travail et société, travail et morale politique s’est donc affirmé de façon plus cruciale qu’ailleurs » (p. 79-80). Il en résulte qu’aujourd’hui encore, « s’inscrire dans la sphère du travail marchand, […] est une manière de prendre pied de façon citoyenne dans la société, de revendiquer légitimement des droits » (p. 80).

5Déjà investi d’une dimension politique, le travail a pris une tournure encore plus vitale avec la modernisation récente du travail et des entreprises. Ce phénomène, amorcé à partir de la fin des années soixante-dix, a donné une tournure plus individualisante, mais aussi plus psychologisante au rapport au travail. La rhétorique managériale tout comme les pratiques modernes de gestion et d’organisation ont en effet introduit une mise en concurrence des salariés, en stimulant leur narcissisme et en introduisant une logique d’émulation. Contrairement à une idée reçue, les Français ont « pris très au sérieux les discours managériaux sur l’autonomie et la responsabilisation, sur la fin du taylorisme et l’avènement d’un monde du travail plus soucieux de la valorisation des compétences et de la personnalité des salariés » (p. 81).

6Le contexte de chômage et de précarité a accentué encore l’implication et l’engagement au travail. De fait, la situation est aujourd’hui paradoxale : « alors que le travail occupe quantitativement une part de plus en plus restreinte de la vie des gens […], il prend une dimension de plus en plus cruciale et obsessionnelle » (p. 80-81).   

7Parce qu’ils « attendent plus, en matière de réalisation de soi, de qualité du travail que les autres salariés européens », les salariés français sont aussi plus nombreux à se déclarer déçus par leur activité (p. 71). Les raisons de cette désillusion sont nombreuses et complexes. Les salariés français se plaignent en particulier de conditions de travail dégradées et de mauvaises relations avec la hiérarchie. La France se distingue d’ailleurs par une proportion de salariés estimant être soumis à un travail stressant plus importante que dans tous les autres pays européens. De plus, « ils ressentent souvent de la déception en jugeant que leur implication n’est pas reconnue, leur sentiment de frustration étant évidemment d’autant plus fort que leur relation au travail est très affective. En outre, ils sont nombreux à trouver que les termes de l’échange ne sont pas équitables : l’insatisfaction sur les salaires et sur les chances de promotion est plus élevée en France que dans la plupart des autres pays européens. Les Français se montrent parmi les plus sensibles aux inégalités salariales, aux parachutes dorés touchés par les grands patrons et au fait que les bénéfices des entreprises vont dans les poches des actionnaires plutôt que dans une augmentation des salaires » (pp. 120-121). Paradoxalement, alors que la protection de l’emploi est forte dans notre pays, les salariés français éprouvent un sentiment élevé d’insécurité sur le marché du travail (voir aussi sur ce point Castel, 2003, 2009). En outre, ils sont parmi les plus pessimistes en Europe sur leur capacité à conserver leur emploi ou retrouver un emploi en cas de licenciement. Ils ont peur du déclassement pour eux et pour leurs enfants (voir aussi La République des Idées, 2006, pp.  47-54).

8Enfin, il faut noter que les salariés français sont aussi les plus nombreux à souhaiter que « le travail occupe moins de place dans leur vie ». Néanmoins « le désir de voir le travail prendre moins de place n’est en aucun cas le signe d’un désir de loisirs ou d’une inappétence pour le travail, mais la marque d’un dysfonctionnement de la sphère du travail assez spécifique à la France » (Davoine, Méda). Ce phénomène trouve sa source dans « des organisations du travail moderne [qui] sont défaillantes et peu cohérentes dans le sens où elles n’offrent pas aux salariés tous les moyens, toutes les ressources qui assurent la faisabilité du travail ». Dans cette mesure, « c’est alors aux salariés eux-mêmes qu’il revient de trouver les solutions aux multiples contradictions, dysfonctions, tensions qui caractérisent le travail moderne ». C’est aussi à eux qu’ « il revient en permanence d’ajuster leurs pratiques et de faire l’usage d’eux–mêmes le plus efficace pour atteindre des objectifs fixés de façon souvent arbitraire » (Linhart, Mauchamp, p. 71). De manière générale, les salariés français souffrent de « formes hybrides du travail » qui reposent sur des injonctions paradoxales et mêlent des « prescriptions d’inspiration taylorienne, une intensification du travail et des objectifs et des évaluations très personnalisées » (p. 81). On observe ainsi une réelle souffrance au travail, réaction aux situations de surtravail ou d’intensification du travail et des tâches qui lui sont associées (Gollac et Volkoff, 2006).

« Les enquêtes de terrain montrent que derrière les nouvelles formes d’organisation du travail et les nouveaux ressorts de la mobilisation des salariés, certains vieux principes tayloriens perdurent et que ce mélange des genres peut rendre la vie au travail difficile pour nombre de salariés. Le moral des Français dotés d’un emploi stable et modernisé n’est pas aussi serein qu’on pourrait l’imaginer » (Linhart, Mauchamp, 2009, p. 10)

9Alors que des changements sont incontestablement à l’œuvre sur le marché du travail, Nelly Mauchamp et Danièle Linhart montrent que les politiques de l’emploi et du travail sont, elles aussi, en pleine mutation. Ainsi, « trois événements récents ont profondément modifié « l’esprit » du droit du travail » : la « recodification » du code du travail -qui a pris effet le 1er mai 2008-, le vote par le Parlement d’une loi portant sur la modernisation du marché du travail (juin 2008) et d’une loi sur la réforme du temps de travail (juillet 2008). Ces textes constituent des étapes vers la « flexi-sécurité à la française » (p. 31) et ouvrent de nouveaux chemins de dépendance. Parallèlement, d’importants changements sont à l’œuvre au sein de la fonction publique :  

« Globalement, ce qui apparaît clairement aujourd’hui, c’est une volonté politique d’amenuiser les différences entre le secteur public et le secteur privé. Même si le statut des fonctionnaires n’est pas remis en cause, on introduit de plus en plus dans le secteur public des méthodes de management importées du privé : une évaluation des compétences et des résultats, une plus forte individualisation des rémunérations. Enfin, dans certains secteurs, on recrute des contractuels plutôt que des fonctionnaires. » (p. 65)

10A l’instar du privé, on constate une réelle souffrance chez les agents du secteur public (Bertaux-Wiame, Descolonges (et alii.), 2006).  

11Le grand mérite de cet ouvrage réside dans son projet pédagogique. Il s’agit explicitement de rompre avec le sens commun en analysant avec systématisme les idées reçues qui circulent dans le corps social à propos du travail. Chaque idée reçue est déconstruite à travers un court argumentaire –trois ou quatre pages au maximum-, argumentaire qui rend compte des connaissances actuelles en matière de sociologie du travail, de l’emploi et de l’entreprise. Une bibliographie située à la fin de l’ouvrage propose des références et des ressources pour approfondir ces questions. Le travail est explicitement destiné à un public très large, du néophyte au spécialiste des sciences humaines et sociales. Alors que l’emploi et le stress qu’il peut occasionner sont l’objet d’un débat public intense2, cet ouvrage est particulièrement bien venu, nous incitant à nous interroger sur la place du travail dans notre société et sur les mutations qui affectent l’emploi (voir aussi Ramaux, 2006).  

Haut de page

Bibliographie

Bertaux-Wiame Isabelle, Descolonges Michèle, Divert Nicolas, Leduc Sacha, Linhart Danièle, Mauchamp Nelly, Les différents visages de la modernisation du service public, Paris, La Documentation Française, 2007.

Castel Robert, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Seuil/ La République des Idées, 2003.

Id., La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Seuil, mars 2009.

Davoine Lucie, Méda Dominique, « Place et sens du travail en Europe : une singularité française ? », Document de travail pour le Centre d’étude de l’emploi, n°96-1, février 2008.

Gollac Michel, Volkoff Serge, « La santé au travail et ses masques », Actes de la recherche en sciences sociales, n°163, juin 2006, p. 4-17.

La République des Idées, La nouvelle critique sociale, Paris, Seuil, 2006.

Linhart Danièle (dir.), Pourquoi travaillons-nous ? - Une approche sociologique de la subjectivité au travail, Paris, Erès, 2008.

Mauchamp Nelly, Tixier Pierre-Eric (dir.), EDF-GDF, Une entreprise publique en mutation, Paris, La Découverte, 2000.  

Ramaux Christophe, Emploi : éloge de la stabilité. L’Etat social contre la flexicurité, Paris, Mille et une nuits, 2006.

Haut de page

Note de fin

1 Dans ses recherches, Danièle Linhart s’est efforcée de développer une approche sociologique de la subjectivité au travail. Elle a notamment montré que les discours du management « moderne » entendent faire de la subjectivité au travail un outil de performance, contribuant ainsi à réduire le collectif vers le périmètre narcissique. Voir Linhart Danièle (dir.), Pourquoi travaillons-nous ? - Une approche sociologique de la subjectivité au travail, Paris, Erès, 2008.
Nelly Mauchamp est sociologue du travail et des organisations. Elle s’est notamment intéressée à la « modernisation du service public ». Voir Mauchamp Nelly, Tixier Pierre-Eric (dir.), EDF-GDF, Une entreprise publique en mutation, Paris, La Découverte, 2000.  
2 « Si on ne repense pas le travail, il faut s’attendre au pire. Entretien avec Christophe Dejours », Le Monde, 16 septembre 2009.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eloïse Girault, « Compte rendu de : Linhart Danièle et Mauchamp Nelly, Le travail, Paris, Le Cavalier bleu (Coll. Idées reçues), 2009, 127 pages », Socio-logos [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 21 octobre 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://socio-logos.revues.org/2335

Haut de page

Auteur

Eloïse Girault

UMR Triangle (Université Lumière Lyon 2, IEP Lyon, ENS-LSH), E.Girault@univ-lyon2.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • Revues.org